Issuu on Google+

13H AVEC VOUS EN LIMOUSIN Vendredi 18 novembre 2011 Rubrique Jean-Claude Boulesteix Contact : http://contact.francetelevisions.fr/?service=170 BON PLAN :

Rouler au quotidien avec une voiture ancienne ! Merci aux conseils du limougeaud Philippe BERTHONNET , Journaliste pour le magazine « Auto-Rétro » et auteur du livre « Fiat 500 miracle à l’italienne » Paru aux Editions E.T.A.I Nous sommes d‘accord, le BON PLAN du jour ne consiste pas à conduire tous les jours une torpédo…

En revanche, vous pouvez peut-être craquer sur un véhicule des années 60-70, voire même des années 80 ! • •

• •

Avant les années 80, les voitures ne possèdent pas encore d’électronique, ce qui facilite leur entretien. Si l’on possède quelques notions de mécanique, pas besoin d’aller dans une concession où l’ardoise risque d’être salée. Pour ceux ou celles d’entre vous qui seraient sceptiques sur cette idée de rouler au quotidien avec une voiture de collection, sachez que la voiture dite « moderne » existe déjà depuis les années 60-70. C’est à dire que ces voitures possèdent un freinage sur quatre roues qui sont activées simultanément, une transmission sécurisée, que le graissage intégral apparut pour la première fois sur le Renault 4… Vous êtes assuré d’une sécurité et d’une fiabilité de l’époque, c’est-à-dire plutôt bonne. Il ne faut pas comparer, bien sûr avec un véhicule actuel car le fossé culturel est immense. En raison d’une raison purement économique, le fait de rouler au quotidien dans une voiture ancienne procure un plaisir qui se savoure sans modération, tous les passionnés vous le diront. Un plaisir décalé qui passera aux yeux de certains pour du kitch !

Les bonnes questions à se poser et où acheter sa voiture de collection ?

       

Premier conseil, ne surtout pas être pressé et attendre patiemment de tomber sur l’oiseau rare. Une fois vos recherches finalisées, ne pas courir 36 lièvres à la fois et bien cibler le véhicule souhaité. Ne pas partir dans un délire de voiture rare, car les réparations vont vite représenter un problème compliqué et coûteux à résoudre. Eviter les voitures anglaises et les belles italiennes car en dehors de leur capital sympathie, elles ne sont pas faites pour un usage sans tracas au quotidien ! Elles risquent de vous faire souvent le coup de la panne. Contacter un club qui se rattache au modèle que vous recherchez. Ces passionnés sont toujours compétents pour ce genre de démarche, et ils sont la plupart du temps très sympas. Ils peuvent par la suite vous conseiller et même vous aider dans l’entretien de vos voitures. Eplucher régulièrement les annonces passées dans la presse spécialisée. Attention aux annonces de particuliers car le pire côtoie le meilleur… Renseignez-vous pour savoir s’il existe des professionnels spécialisés dans la vente de voitures anciennes tout prêt de chez vous. Ils sont souvent de bons conseils, mais comme souvent, leurs prix sont légèrement supérieurs à la valeur marché. En revanche, si le véhicule acheté a le moindre problème, vous avez où aller. Les ventes aux enchères sont intéressantes pour les prix parfois adjugés à des tarifs très bas, mais ce système de vente ne permet pas à l'acheteur d'essayer la voiture ancienne convoitée avant la mise à prix. Seul le moteur peut être démarré, mais en restant avec l'auto en stationnaire ; le dossier de l'auto est consultable.

© France 3 Limousin http://limousin.france3.fr/


Quoi regarder lors de la première visite de la voiture ?

         

Ne pas se laisser griser par l’enthousiasme en se disant la veille de la visite, « c’est la voiture que je cherche depuis des mois », car vous risquez d’être déçu. Méfiance, attention aux papiers de la voiture. Il faut qu’ils correspondent au nom du vendeur. Surtout se faire accompagner d’une personne compétente, afin que vous restiez lucide. Attention, un mauvais choix et vous voilà propriétaire d’une « bête à chagrin » invendable qui peut vite devenir un cauchemar et un gouffre financier. Il faut surtout que la voiture soit d’origine et non maquillée, customisée… Vérifier l’aspect des structures du châssis et de la tôle.L’idéal est de pouvoir observer la voiture sous le pont afin de constater l’état du châssis et du bas de caisse. Négocier avec le vendeur de pouvoir l’accompagner au contrôle technique, car comme pour un véhicule actuel en vente, le contrôle doit avoir moins de six mois. Vérifier si l’auto a été repeinte, car c’est peut-être un signe ce « cache misère » ! Dans ce cas, regardez le dessous des ailes. Attention au problème récurrent de la corrosion car il est fréquent sur les véhicules de cette époque. A noter pour terminer qu’il vaut mieux un moteur qui fume qu’une carrosserie très moyenne. Sur ce genre de véhicule, vous arriverez toujours à venir à bout de la mécanique, en revanche, le travail de carrossier ne s’improvise pas. La remise en état d’une carrosserie entière peut faire vite grimper la facture, vus les tarifs actuels de la main d’œuvre. Pour vous donner une idée, la remise en état totale d’une FAIT 500 peut coûter le prix d’une Porches !

Le phénomène récent des « Youngtimers » :

   

Le phénomène récent des « Youngtimers » représente les collectionneurs et passionnés qui s’intéressent aux voitures des années 80, ils sont d’ailleurs représentés depuis peu par la presse spécialisée. Pour débuter dans le monde de la collection et des voitures anciennes, le choix d'une "presque ancienne" s'avère une bonne idée peu onéreuse. Il faut dénicher la perle rare des années 80, dont la cote est encore basse. Ces voitures dans l’ensemble se montrent fiables et se trouvent encore en bon état d'origine. Elles permettent d'envisager un usage quotidien dans certains cas. Parmi les "youngtimers" dont l'intérêt grimpe en collection, la Peugeot 205 GTI se taille la part du Lion ! Attention toutefois car la fiabilité de certain modèles des années 80 peut être mise à mal à cause de l’électronique. De plus les finitions et la qualité des plastiques, notamment chez Renault à cette époque, laissent à désirer. Beaucoup de modèles de l’époque ont d’ailleurs disparu comme les Renault 9, 11, 14, 18, Super 5, Renault 19, 21…Peugeot 305…Bon courage pour décrocher le modèles en état d’origine avec moins de 70 000 kms au compteur !

La sécurité :

 

Ces voitures possèdent, on l’a dit, tout l’équipement d’un véhicule moderne. Le freinage est sûr. En revanche, il est fort logique de ne pas les comparer à des véhicules actuels, car l’automobile a fait bien des progrès en termes de sécurité dite passive et active, en termes de fiabilité, de consommation et de pollution. Avant 1972, les émissions de gaz à effet de serre ne faisaient pas partie des préoccupations.

L’entretien courant :

  

Essayer de dénicher le garagiste touche à tout. Ce savoir-faire disparait malheureusement ! A noter que certains constructeurs fabriquent toutes les pièces neuves de leur modèles, quelle que soit l’année de sortie. Mercedes, BMW, Audi… Maints professionnels sont spécialisés dans des modèles précis. Ils peuvent réparer et reconditionner votre voiture si besoin est.

© France 3 Limousin http://limousin.france3.fr/


Les assurances :

  

Certaines compagnies d’assurance sont spécialisées dans la voiture de collection, mais elles proposent des formules personnalisées en fonction de la fréquence de sorties, dites « promenade ». Cette offre n’est pas adaptée à un usage quotidien. Contactez les compagnies d’assurance plus généralistes, elles ont pris bonne note de l’ampleur du phénomène. Reste à voir si vous désirez assurer votre voiture en tout risque ou pas. Il ne faut pas que cela vous coûte plus cher que la valeur de votre voiture. Les autos considérées comme « collection » chez les assureurs ont généralement 10 ans minimum. Avant de vous décider pour l'achat d'une auto ancienne, veillez à vérifier auprès des assurances collection qu'elle est éligible.

Quelques exemples de tarifs de véhicules : Ils diffèrent en fonction de l’état et de la rareté du véhicule :

  



Une Fiat 500. Sa côte a grimpé en flèche depuis la mise en vente de la nouvelle Fiat 500 modernisée. Comptez pour un des premiers modèles en bon état 5000 €. La Renault 4, qui vient de fêter ses 50 ans commence à coter. Comptez entre 3 et 5000 €. Attention car la Renault 5 fêtera déjà ses 40 ans en 2012. La version Alpine devient un produit rare, en bon état. Beaucoup ont fini contre un platane. Une GS Citroën est plus spacieuse, elle a été pendant très longtemps boudée, elle commence à intéresser des collectionneurs. Renseignez-vous pour une 2 CV, une Méhari si vous supportez les courants d’air surtout en plein hiver, la 104 Peugeot…voire même la 205 GTI qui commence à coter, ainsi que la GOLF GTI, véritables symboles de la voiture dynamique des années 80.

CONCLUSION

L'automobile ancienne revient en force de nos jours avec des budgets raisonnables à l'achat

et une cote d'amour

élevée auprès du public. Attention avant de vous lancer dans l’aventure, de bien vous renseigner et prendre votre temps avant de succomber au charme rétro de l'automobile ancienne. On ne roule pas en « ancienne » comme avec une berline diesel moderne garantie deux ou trois ans constructeurs !

La presse spécialisée : •

« Auto-Rétro »

« Rétroviseur »

« La vie de l’Auto »

« Gazoline »

: le magazine de l’automobile de légende: www.auto-retro.fr

: le magazine de la passion automobile www.retroviseur.fr

: le magazine de l’automobile ancienne www.lva.fr

le magazine

du vivre au quotidien la voiture ancienne gazoline.net/

Quelques adresses de pro en Limousin : Le Relais De L’Auto Ancienne 57, avenue Georges GUINGOUIN, ZI Grossereix, 87280 LIMOGES. Tél : 05 55 12 73 64 www.lerelaisdelautoancienne.com

Véhicules anciens J-Jacques Bérigaud Parc Axial, RN 141, ZI Le Pavillon 87200 SAINT JUNIEN Tél : 05 55 02 67 61



© France 3 Limousin http://limousin.france3.fr/


BP-rouler-en-voiture-ancienne