Page 1

NOUVELLE EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE

du 9 février au 8 ma rs

le.sas accueille

Loïc Lautard

MASKA

à Montreuil

n ent Wilso id s é r P ue fus 46 aven ine Drey a it p a C MdM 64 rue reuil M9 t n o M 0 9310

vernissage

9 FÉVRIER À 19H en présence de

A n t o i n e e t M . K l i s b u r s k y

<S.2.EXP.3> Février 2013

www.le.sas-galerie.com

avec le soutien de HQB conseil


le sas Autoportrait dans ma chambre. 2012 Couverture:

A. et J. photographiés dans la chambre de J., chez les parents de J. 2012

Formation Diplôme de  l'Ecole  des  Gobelins  de  Paris   Diplôme  de  l’Ecole  des  Beaux  Arts  de  Marseille  (DNAT)       Parcours professionnel artistique 2005  Photographe  pour  SIPA  Press  /  Paris   2004  Graphiste  Photographe  pour  le  magazine  PandG  /  Paris   2003  Photographe  pour  l’ONG  Prepare  /  Inde   2001-­‐04  Directeur  Ar>s>que  pour  les  Édi>ons  Riva  /  Paris   1999-­‐00  Graphiste-­‐photographe  pour  le  Times  Square  Photo  Project  /  New  York       Expositions photographiques personnelles 2012  Maska  /  Galerie  B&B  /  Paris   2011  2  Regards  sur  l’Invisible,  avec  Briag  Courteaux  /  La  Pe>te  Rockele  /  Paris   2008  Les  Halles  de  Paris  /  Mycroo  galerie  /  Paris     2004  Chimères  /  La  Halle  Saint  Pierre  /  Paris   2000  Diaporama  /  Times  Square  /  New  York     1999  Diaporama  /  Beacon  theater  /  New  York       Projets photographiques 2012  Maska  /  Paris   2011  L’Oasis  /  Paris   2009  Hysteris  /  Paris   2009  Projet  «  Je  veux  mourir  en  pleine  nature  »  /  Suisse   2008-­‐09  Reportage  «  Kao  Tokyo  »  /  Japon   2008  Reportage  «  Brahms,  l’indigent  solitaire  »  /  Paris   2004-­‐06  Reportage  «  Les  Halles  de  Paris  »  /  Paris   2001-­‐02  Reportage  sur  l’Usine  Renault  /  Boulogne  

Loïc Lautard

    Loic  Lautard  est  âgé  de  33  ans,  il  vit  et  travaille  à  Paris.   Sa   démarche   est   une   recherche   permanente   sur   l’humanité   au   sens   le   plus   affec>f   qui   soit,   concerné   par   la   solitude   des   êtres   et   tout   ce   qui   est   accroché   à  l’intérieur  de  l’âme.     Observateur   discret   et   empathique,   cherchant   moins   à   dénoncer   qu’à   comprendre   ou   partager,   il   traduit   l’impercep>ble   des   émo>ons   et   dévoile   avec  humilité  la  poésie  des  êtres  ou  des  espaces.   Il  s’immerge  et  déambule  dans  les  histoires  de  ses  sujets,  dans  leurs  espoirs  et   leurs   détresses,   dans   leurs   univers   souvent   marginaux,   passionné   par   le   lien   entre   l’homme   et   son   environnement,   et   inversement.   Principalement   photographe,   il   choisit   souvent   d’associer   ses   travaux   à   des   images   en   mouvement  ou  des  écrits  qui  sont  autant  de  révélateurs  de  son  regard.   Loïc  Lautard  est  toujours  en  quête  de  la  profondeur  qui  se  mêle  aux  sourires   comme  aux  blessures,  à  l’infiniment  pe>t  comme  à  l’infiniment  grand,  ici  ou   ailleurs.       C’est  en  1997,  lors  de  son  cursus  aux  Beaux-­‐arts  de  Marseille  que  Loïc  Lautard   découvre  le  langage  de  la  photographie  de  reportage.  Le  dessin  et  la  peinture   sont   à   l’époque   encore   très   présents   dans   sa   vie,   mais   il   photographie   déjà   tout  ce  qui  se  trouve  sur  sa  route,  portraits,  lieux  vides,  lignes…   En   2000,   après   avoir   collaboré   avec   un   photographe   à   New   York   où   il   découvre  la  poésie  de  la  photographie  couleur,  il  intègre  l’école  des  Gobelins   dans  la  sec>on  graphisme  et  ob>ent  son  diplôme  en  design  espace  urbain.  Il   travaillera  3  ans  comme  graphiste-­‐DA  pour  différents  clients  et  magazines.     Le   graphisme   lui   apparait   peu   à   peu   comme   une   créa>on   purement   esthé>que   et   fic>ve   qui   manque   de   véracité.   Le   déplacement   et   le   contact   humain   se   révèlent   à   ses   yeux   comme   un   élément   essen>el   de   la   créa>on,   l’adapta>on   et   l’intégra>on   physique   dans   un   monde   deviennent   primordiales.       En   marge   de   son   mé>er   de   graphiste,   il   développe   des   reportages   autoproduits,  des  essais  et  réalise  quelques  commandes  photographiques:  un   reportage   sur   une   ONG   en   Inde,   sur   l’ancienne   Usine   Renault   à   Boulogne,   sur   un  village  dans  le  nord  Canadien,  et  divers  travaux  publicitaires.  


e.s En 2003,  il  décide  de  stopper  son  ac>vité  de  graphiste  pour  se  concentrer  sur  la  photographie.     C’est  en  2004  qu’il  débute  le  reportage  sur  les  Halles  de  Paris,  son  intérêt  pour  l’isolement  a  solitude,  la   déchéance  et  son  environnement  commence  à  se  dessiner  lentement.  Le  projet  durera  jusqu’en  2006  et   présentera  une  vue  d’ensemble,  comme  un  archivage  des  visages  nocturnes  qui  occupent  ces  lieux.     Le  reportage  complet  sera  exposé  à  la  Galerie  Mycroo  et  le  film  projeté  aux  nuits  blanches  de  2006.     En  parallèle,  il  collabore  avec  Sipa  Press  pour  différents  sujets  comme  Aziza  Oubaita  boxeuse,  la  Foire  du   Trône  et  le  Freefight  à  Manaus  au  Brésil.       En  2008  il  réalise  le  projet  de  Brahms  l’indigent  solitaire,  un  homme  qui  vit  dans  la  rue  et  accepte  d’être   suivi   par   Loïc   Lautard   pendant   une   année,   une   vraie   rencontre.   L’isolement   et   la   déchéance   humaine   s’inscrivent  alors  clairement  dans  son  écriture  photographique.   Puis   il   part   au   Japon   pour   réaliser   son   projet   Kao   Tokyo,   une   série   de   visages   montrant   le   relâchement   extrême  des  salarymen  Nippon.  Portrait  d’une  isola>on  éphémère  et  individuelle,  dans  une  société  où  le   développement  du  groupe  est  la  première  règle  à  respecter.   Sa  dernière  créa>on  s’in>tule  Je  veux  mourir  en  pleine  nature  et  date  de  l’automne  2009.  Elle  le  met  en   scène   dans   la   campagne   Suisse   et   s’inscrit   dans   une   réflexion   sur   l’ins>nct   animal   de   l’homme   et   son   intégra>on  physique  dans  la  nature.       Chacun   des   projets   photographiques   est   accompagné   de   pe>ts   essais   muets   filmés   en   format   super   8,   qui   permelent  de  donner  un  autre  angle  de  vue  des  sujets  traités.    

Maska

G. photographié dans son salon. 2012

Maska est une série de portraits photos réalisés au format 6x7, chaque portrait est réalisé dans l’espace personnel des sujets, ou sur leur lieu de travail. Le choix s’effectue selon l’intimité que chaque personne entretient avec le lieu. Chaque portrait se réalise en collaboration spontanée avec le(s) sujet(s), c’est un échange, une évolution dans lequel l’imaginaire du sujet, et son environnement vont décider du cadre et du positionnement du corps. Chaque espace est choisi avec le(s) sujet(s) selon la sensibilité « commune  » qui se dégage de l’instant partagé. L’espace n’est pas modifié, il est laissé tel quel, comme il se présente. Il est alors l’élément documentaire de l’image, la présentation du réel. Chaque lieu, photographié est réel, chaque personne photographiée est quotidiennement dans ce même lieu dans lequel elle est représentée. Chaque personne accepte de dévoiler son intimité et parfois même son propre corps. Le masque permettant de conserver la partie identitaire la plus personnelle, le visage. Le(s) sujet(s) se retrouve(nt) donc représentés comme anonymes dans leur propre intimité. L’espace autour du masque est un voyage visuel et révélateur d’informations sur le réel. La documentation identitaire prend fin là ou commence le masque. A l’inverse le masque propose un voyage imaginaire autant au spectateur qu’au sujet lui-même. Il déplace l’espace et l’image dans un univers fantastique. Le masque absorbe la réalité et la transforme. L’imaginaire offre un rôle au réel et en simple équilibre la réalité matérielle offre son histoire à l’imaginaire. L’ensemble de ces images peut être perçu comme une représentation que chacun propose de soi-même, de l’espace dans lequel nous évoluons. Le masque permettant une projection personnelle dans l’univers intime de chaque individu. Ces images sont aussi des fictions photographiques, fabriquées avec un boîtier photo, qui est devenu à son tour, mon masque face au réel. LL  


MASKA DE LOÏC LAUTARD AU SAS

du 9 février au 8 ma rs

à Montreuil 46 avenue Présid ent Wilson 64 rue Capitaine Dreyfus 93100 Montreuil M9 MdM

L’improbable envisagement « Quelle plus honteuse folie que d’emprunter les traits les plus repoussants, les formes les plus dégoutantes, pour défigurer ainsi le chefd’œuvre de la création, ce visage majestueux que Dieu s’est plu à orner lui-même de grâces et de beauté ». Saint Maxime Comment envisager les clichés de Loïc Lautard lorsque les êtres qu’il nous propose se confondent derrière un masque ? A contre-pied de Saint Maxime qui s’insurge contre les folles mascarades qui accompagnaient les Calendes de janvier embarquant dans ses foules des hommes travestis en cerf, ours ou bœuf, le photographe demande à ses sujets, à chaque nouvelle expérience, de se voiler la face. Les visages se refusent alors à nous et c’est là que le trouble s’installe. Comment entrer dans l’univers psychologique des modèles sans, ne serait-ce, pouvoir décrypter un simple battement de cil ou un timide pincement de lèvres ? Il est, en photographie, de ces visages face auxquels nous ne pouvons soutenir le regard. Visage vieillissant ou malade, mutilé ou handicapé, il nous renvoie, tel le plus proche memento mori, à ce nous que serons ou risquons d’être. Néanmoins, dans ce travail, obstruer le visage n’empêche aucunement la lecture du cliché, elle est simplement autre. C’est une entrée dans une « autre zone », comme le décrit le photographe Roger Ballen, une « chambre d’ombre » où s’opère « la métamorphose, quand on passe de la détermination d’un espace physique à celle d’un espace intérieur mental. L’endroit où démarrent les rêves. » Mais les rêves ici s’installent sur une palette allant de l’onirique au cauchemar, de la névrose au désir inavoué. Car c’est bien là, dans cette zone du sensible, dans laquelle l’être lambda n’ose que trop rarement se jeter, se privant alors de toute matérialisation des ses songes et fantasmes, que le masque prend toute sa valeur d’artéfact intercesseur. L’objet adoptant une forme animale ou, au contraire, des plus neutres, permet, une fois qu’il lui est tendu, au sujet de se prêter au jeu des poses et d’incarner corporellement ce qu’il a, au préalable, pensé. Son identité ainsi brouillée, il peut s’adonner à toutes les impudeurs, folies ou confessions. Il est alors intéressant de noter, qu’en dépit d’une société surmédiatisée dans laquelle l’image se multiplie, se banalise, voyage, demeure la difficulté de se mettre à nu. Dans ce grand carnaval les animaux ont la part belle. Chacun, en fonction de sa personnalité et de la scène qu’il veut jouer, choisit sa bête. L’atmosphère passe alors dans le surréalisme et propose au spectateur des êtres chimériques mi-homme micheval, singe ou hibou. Ce pourrait être de parfaites illustrations de conte pour enfants si, sur chaque image, la position statique, l’environnement, l’exposé d’une main marquée par le temps ou un minuscule détail ne faisaient basculer la scène dans l’inquiétude et l’angoisse. Mais les contes pour enfants ne sont-ils pas, eux aussi, de sordides histoires camouflées en morale ? Le processus de dévisagéité continue avec, cette fois-ci, un simple masque de latex couleur chaire maquillé outrageusement. Par ce geste, le photographe supprime toute fantaisie d’assimilation. Mais même une fois homogénéisés, les visages gardent cet air bouffon qui rappellent ceux des personnages des toiles de James Ensor, peintre belge du début du 20ème siècle, qui des années durant, peindra le carnaval et sa profusion de masques et de têtes fardées de poudre de riz. Tout est alors envisageable dans ces photographies ; il nous faut simplement regarder au-delà du masque, passer dans ce territoire psychologique, pour comprendre qu’ici, Loïc Lautard dresse finalement le portrait de la comédie humaine.   Marion Duquerroy

Expo sas Maska LL  

expostion Loic Lautard Maska 2012 au sas

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you