Issuu on Google+


Henri  Edouard  Monnier  est  né  le  24  avril  1871  à  Saint-­‐Quen;n,  Aisne.  Après  une   enfance  passée  à  Saint-­‐Quen;n,  Henri  achève  ses  études  secondaires  au  lycée   Condorcet  à  Paris.  Il  ob;ent  deux  licences  de  leJres  et  de  droit  en  1889  à  l'Université   de  Paris  et  entre  à  la  Faculté  de  théologie  protestante  de  Paris  en  1890,  devient   licencié  en  1903  puis  docteur  en  1906.  Il  complète  sa  forma;on  par  des  séjours  en   Allemagne.  Il  montre  son  patrio;sme  en  s'engageant  en  1915  comme  aumônier   bénévole  afin  de  soutenir  moralement  les  soldats  sur  le  front.         Il  fut  consacré  en  1895  à  Saint-­‐Quen;n  et  son  premier  poste,  dans  le  sillage  de  son   père  Edouard,  fut  consacrée  aux  ouvriers  de  Sin-­‐le-­‐Noble  près  de  Douai,  puis  il  fut   appelé  à  Paris  en  1897  comme  suffrageant  du  pasteur  de  la  paroisse  de  Bercy,  mais   très  vite  répondit  à  l’appel  de  la  paroisse  de  l’Etoile,  afin  de  prendre  la  direc;on  de  ce   qui  deviendra  la  paroisse  de  Levallois.       En  1909,  il  est  appelé  par  la  Faculté  afin  d’occuper  la  place  de  directeur  de  séminaire   et  de  professeur  de  théologie  et  de  grec,  fonc;on  qu’il  occupa  jusqu’en  1919.  Pendant   ceJe  période,  nommé  adjoint  du  pasteur  de  l’Etoile,  il  y  pêche  deux  fois  par  mois.       Devenu  pasteur  ;tulaire  de  l'Etoile  en  1919,  il  ne  quiJa  son  poste  qu'en  1933,  année   où  il  fut  nommé  doyen  de  la  faculté.  Il  fut  aussi  professeur  de  dogme  réformé  jusqu'en   1936,  où  il  essaya  de  dépasser  les  conflits  en  conciliant  foi  et  sciences.  Enfin,  en  1936,   il  fut  nommé  professeur  d'histoire  des  religions,  dernière  chaire  des  trois  qu'il  occupa   à  la  faculté.  Doyen  de  la  faculté,  il  créa  son  bulle;n  en  1934  et  en  fut  nommé  doyen   honoraire  en  1941,  en  reconnaissance  des  services  rendus.       Chris;anisme  social  et  qui  a  pour  par;cularité  de  défendre  les  droits  de  l’homme.  Sans   pour  autant  devenir  socialiste,  il  devint  un  de  ses  principaux  acteurs  dès  1910,  pensant   que  seul  le  Chris;anisme  pouvait  sor;r  la  France  des  crises  sociales  et  poli;ques  de  la   IIIe  République  et  répondre  aux  défis  économiques,  poli;ques  et  culturels  de  la  société   moderne.  Il  posa  aussi,  en  1917,  les  jalons  de  ce  qui  deviendra  l’Associa;on  des   pasteurs  de  France  et  fut  président  de  sa  revue:  La  Confiance,  et  de  son  conseil   d’administra;on  de  1919  à  1941.     Sur  les  traces  de  son  ancêtre  Daniel  Le  Grand,  il  se  baet  pour  une  plus  grande  jus;ce   sociale,  en  se  servant  du  Chris;anisme  pour  changer  les  cœurs.  Il  milita  également   pour  associer  à  l’école  laïque,  l’enseignement  d’une  morale  chré;enne.  Il  combaet   aussi  le  bolchévisme  à  chaque  fois  que  la  liberté  religieuse  était  menacée  en  Russie  et   que  les  chré;ens  étaient  persécutés.     Source:  Les  Monnier,  Histoire  d’une  ascension  sociale  de  la  Franche-­‐Comté  à  Paris  en  passant  par  la  Lorraine.   Jérôme  Blanc.  Edi;ons  Généalogie  et  Histoire.  2007.  pp  73-­‐76.    


Les Colonnes du Sanctuaire. Henri Monnier. 1930