Page 6

La pt'rmant'nct' d t' la crise concer-ne plutôt la d i-finition d e la poêsie , qui s ' es t doubl ée d 'une cr-is e dt' la di-finition dt' l'art et même d 'unt' théorisation su r la fin d t' l'art . notamment che z d es auteurs com m e Belting, Danto o u d t' DUVt'I! Oui , dan s ce s temps où l'on a cru voir arriver la fin d e l'Histoire (h égélienn e) , on postule d ésormais la fin dt' l'art... p eut êt re parce quP l'art est devenu , comme la poé sie , indéfinissable. E st-cp qut' la erise pourrait se r ésoudre si l'on ve n a it à se mettre d 'accord su r une di-finition rigoureu st' dt' l'art et d e la po ésie? Aujourd 'hui , par e xem p le , Alain Ségu y-Ouclot propose une définition trans-histor-ique et technique de l'art dan s so n livre récent Définir l'Art (éd. Odilt' Jacob . 1998) . Toutefois il narrive à If' faire (comme on di-finit le groupe des poissons en excluant dauphins et baleines) qu'en excluant totalement du domaine de l'art les readymade de Duchamp. Or, l'inclusion des ready-made dan s le domaine d t' l'art ouvrait véritablem ent la crise artistique du XX · siè cle . Ain si , par exemple, Thier-ry de Duve , dan s Au Nom de l 'Art , pour une archéologie de la Mod ernité , posait just ement le readymade à l'origint' dt' ce qui lui se mb la it l'injonction fondamentale de la Modernité artistiqu e : « fai s nimporte quoi ». Mais il montrait en m ême temps que CP double bind est irr éalisahle , car d ès qu 'on fait n 'importe quoi cela de vient forc ément quelqu e chose. En ce qui me concerne, jt' n t' pr étends pas d éfinir la po ésie (il faudrait pour cela qu e j t' sois sû r qu 'elle es t une r éalit é trans-historique) , mais j e tente dt' rept'nser l'injonction fondamentale de la Modernité comme un «f ay ce que vould ras », applicable autant à la po ésie qu'à l'art. 1 Ain si , Hans Belting publia son Das Ende der Kunstgeschi clu e ? en 198 3 (L'histoire de l'art est -ellefinie ?, Paris, éd . J. Ch ambon, 1989) ; en 1984, Arthur Danto fut au r-en tre du recueil The Death ofArt (sou s la direction dl' B . Lang, New York, Haven

Publish ers] avec son article « The End of Art », qui fut suivi dautres publications, com me After the End ofArt, d l' 1997 (L'Ârt contemporain et la clôture de l'Histoire, Seuil, 2000); Thierry dl' Duve , Au Noni de l'art , pour une arch éologie de la modernit é (Paris, Minuit , 1989); et n ' oublions pa s Gianni Vattirno et so n livre Lafine della .'Wodern ità , qui est d l' 1985 (La fi n de lavlodernit é, P aris, Se uil, 1987).

246

Tutti-Frutti’s Zeitgeist  

Bernardo Schiavetta

Tutti-Frutti’s Zeitgeist  

Bernardo Schiavetta

Advertisement