Fontevraud en route vers le tourisme de demain

Page 2

"Le but est d’offrir une véritable expérience de visite, conviviale et intéressante" Concrètement, les visiteurs ayant des enfants peuvent partir sur la piste des « bozzons », petites créatures en forme de sphères, avec l’iPad fourni à leur arrivée (4,5 € en plus du prix normal). Ludique et dynamique, le jeu propose un parcours alliant explications historiques, quiz, énigmes et jeux. « Côté restauration, les visiteurs qui s’installent aux tables tactiles de l’iBar ont accès à de nombreux contenus qui complètent les informations de la visite classique », indique Céline Bichon, chargée des relations presse. D’un simple contact, entre deux gorgées de thé, on découvre les vidéos des concerts ayant eu lieu à l’abbaye, le travail des artistes en résidence, des photos des derniers événements. « On peut aussi tester ses connaissances en tentant le quiz ou comparer Depuis quelques mois, l'Ibar permet de découvrir l'abbaye d'une le plan de l’abbaye actuelle et celui datant de manière différente... en prenant son café ! l’époque carcérale », complète-t-elle. À l’hôtel, les clients se voient remettre un iPad mini contenant toutes les informations nécessaires à leur séjour : téléphone gratuit vers le national et l’international, outil pour commander le room service, histoire de Fontevraud informations touristiques sur les environs, accès à la chaîne télévisée de l’abbaye, météo… Les photos prises avec l’appareil peuvent même être envoyées aux clients à la fin de leur séjour. « Grâce à ces outils, il est plus facile de proposer des contenus personnalisés, en français ou en anglais, qui s’adaptent aux envies des visiteurs, résume Frédéric Dufau. On travaille actuellement sur l’idée de partager l’expérience de la visite, pas via Facebook ou Twitter, mais plutôt en laissant une trace numérique sur le site. » En cours d’élaboration aussi, une carte des vins numérique permettant aux fins gourmets venus manger au restaurant gastronomique d’accéder à des informations complémentaires sur les vins proposés. « Le but est d’offrir une véritable expérience de visite, conviviale et intéressante, et de valoriser l’histoire peu banale de l’abbaye en prolongeant les supports classiques. L'emploi des iPad mini dans l’hôtel, en enlevant les téléphones fixes des chambres, peut paraître radicale en 2014, mais c’est sans doute un avant-goût du tourisme de demain qui sera étroitement lié au numérique. » L'utilisation du numérique dans le patrimoine est un champ à explorer, qui commence à susciter des initiatives dans certains lieux patrimoniaux. Dernier outil en date, entré en fonction fin octobre : le « Parloir », qui valorise les témoignages vidéos d’anciens prisonniers de l’abbaye via une installation avec écran tactile. Où dormir ? Avec les aménagements réalisés par l’agence parisienne Jouin-Manku, le prieuré Saint-Lazarre s’est refait une beauté en alliant luxe sobre et authenticité patrimoniale. Décorées dans des tons doux, seulement relevés par des touches jaune vif, les chambres invitent au repos. L’hôtel compte 54 chambres, dont plusieurs suites familiales. Les prestations haut de gamme font varier les prix de 125 à 230 € entre basse et haute saison. Où manger ? Trois restaurants, dans des gammes très différentes, se côtoient dans l’enceinte de l’abbaye. L’Orangerie, avec sa terrasse verdoyante, séduit les visiteurs pressés désireux de manger sur le pouce. Dans sa haute salle décorée d’œuvres d’artistes, l’Aliénor Café offre des plateaux-repas pensés avec un accord mets et vins et des gourmandises sucrées à l’heure du thé. Autour d’un cloître planté d’herbes aromatiques, Le Restaurant propose la cuisine gastronomique et inventive du chef Thibaut Ruggeri, une véritable expérience pour les papilles.