Page 43

DITES-LE AVEC DES FLEURS !

Hadjadj n’avait pas réagi, désormais assuré de la voir telle qu’elle était vraiment : une rose aux épines vénéneuses... belle, très belle et donc d’autant plus perfide. Et elle n’avait pas même su lui engendrer de fils. Jusqu’alors, il avait ravalé à grand peine sa colère croissante. Maintenant, c’était de la hargne, plus encore, de la haine. Tant pis ! Il ne se laisserait plus faire ! Machinalement, il leva le poing et le serra autour du cou de la Callas... Il entendit alors la voix de Reinette l’Oranaise l’interroger dans une lancinante complainte. «Que faire, de quelle ruse user ? A qui puis-je me plaindre de ta trahison ? Contre tes cils au noir si dévergondé...» Comme sorti d’un rêve éveillé, il retrouvait peu à peu ses esprits. Il se souvint de la galette, du bouquet et, surtout, de son agacement, de la moutarde qui lui montait au nez. Ensuite, il y avait eu les criailleries infernales du canari, le sourire figé, hypocrite de sa femme et ce trou noir. Momo ne comprenait pas ce qui s’était passé depuis. Son cœur et sa tête battaient la chamade ! Pourquoi l’assassin de sa femme s’était-il échiné à fixer une vieille étiquette - à son nom à lui, en plus ! - sur cette abeille avant de traîner son colis jusqu’ici, au beau milieu du salon, comme un buffet ? À l’évidence, l’individu s’était donné de la peine. La jupe de son épouse, celle aux roses pâles qu’elle aimait tant, était retroussée jusqu’à mi-cuisses. Quel tableau : un tissu de roses défraîchies sur des jambes fanées ! Pas moyen de lui faire entrer dans la tête à cette femme que les robes, on en change à peu près tous les jours quand on a un mari comme Mohammed Hadjadj, le Momo connu de tous, et qu’on veut se le garder ! L’amour, c’est exactement comme les roses. Ça se fane... et il y a des épines. Les talonnettes des chaussures de son épouse avaient rayé le parquet dans tout l’appartement avant de lâcher leur propriétaire, l’une dans la cuisine, l’autre dans le salon. De la boue un peu partout aussi. Les traits du visage de madame Hadjadj étaient figés dans une mimique interrogative, pas effrayée pour deux sous. Au contraire, elle semblait, la bouche entrouverte, lui poser une ultime - 42 -

Profile for La Fondation de Lille

Prix littéraire "Alain Decaux" de la Francophonie - 5e édition  

Recueil des nouvelles primées, publié à l'occasion de la 5e édition du Prix Littéraire "Alain Decaux" de la Francophonie. Sont publiés dans...

Prix littéraire "Alain Decaux" de la Francophonie - 5e édition  

Recueil des nouvelles primées, publié à l'occasion de la 5e édition du Prix Littéraire "Alain Decaux" de la Francophonie. Sont publiés dans...

Advertisement