Page 1

rapport

2015

d’activités

Fondation Alliance Française


»

RAPPORT MORAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 I – LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 6 8

sommaire

L’animation du réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La vie de la Fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La contribution du ministère des Affaires étrangères et du Développement international au réseau et à la Fondation . . . . . La réserve parlementaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les programmes de l’Institut français. . . . . . . . . . . . . . . . . Les principaux événements et partenariats. . . . . . . . . . . . . . La communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La modernisation du réseau mondial : Le Plan Alliance Française 2020 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

9 10 11 12 17 18

II – LE RÉSEAU INTERNATIONAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Vue d’ensemble . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’enseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les certifications. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’action culturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’activité par grande région . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Afrique + focus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Amérique latine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Caraïbes + focus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Amérique du nord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Océanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Asie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . • Europe + focus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

22 28 29 30 33 33 39 43 46 48 50 52

»

RAPPORT FINANCIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

»

ANNEXES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

Rapport du commissaire aux comptes sur les comptes annuels . . . . . Bilan et situation financière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’activité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . États financiers au 31 décembre 2015 . . . . . . . . . . . . . . . . .

Rapport DATA 2015. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Synthèse de la répartition par zone géographique des pays. . . . . . . Nombre d’apprenants par pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Composition du Conseil d’Administration . . . . . . . . . . . . . . . L’équipe de la Fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Composition du Comité de Parrainage. . . . . . . . . . . . . . . .

58 60 63 65

70 75 76 82 84 85

SOMMAIRE • 3


apport mora

rapport

moral


La Fondation Alliance Française

I

• LE SOUTIEN DIRECT AUX ALLIANCES La Fondation a apporté un soutien direct :

»» »»

»»

a u programme culturel « Alliances en ­résonance  », consacré à la Corée du Sud (5,5 K€) ; à l’organisation du XXXVIe colloque international de l’Alliance Française «  L’avenir numé­ rique des ­Alliances Françaises  » qui s’est tenu à Paris les 27, 28 et 29 janvier 2015 (100 K€) ; à des projets exceptionnels d’équi­ pement présentés par les Alliances (38,5 K€).

« I came from Busan » de Jeon Soo-il, film présenté en présence du réalisateur dans le cadre du programme Alliances en résonance, la Corée à Paris.

• L E RECRUTEMENT DES AGENTS EXPATRIÉS La Fondation a conduit, aux côtés du ministère des Affaires étrangères et du Déve­ loppement international (MAEDI), le processus de recrutement des agents expa­ triés pour le réseau des Alliances Françaises dans le monde. Le mouvement 2015 a porté sur 55 postes pour lesquels plus de 2 000 candidatures ont été reçues.

L’ANIMATION DU RÉSEAU

• LA PROFESSIONNALISATION

Le conseil d’administration a retiré le label Alliance Française aux associations de Florida et Maldonado en Uruguay.

Pour la dixième année consécutive, le MAEDI a accordé une subvention à la ­Fondation pour conduire le programme de professionnalisation des collabora­ teurs des Alliances, salariés et administrateurs locaux. La subvention en 2015 s’est montée à 224 205 €. Ce programme de cofinancement a permis la réalisation de 59 actions (pour 71 présentées), réparties dans 36 pays, pour un montant total de 328 100 €. Ces actions ont concerné 652 personnes (dont 85 % de recrutés locaux) dans 474 Alliances à travers le monde.

• LES MISSIONS

Par ailleurs, les Alliances Françaises ont formé au total 5 330 personnels et administrateurs bénévoles dans le cadre de leurs plans locaux de formation continue.

La vitalité du mouvement Alliance Française s’est confirmée en 2015 avec l’appro­ bation par le conseil d’administration de la création de quatre nouvelles ­Alliances Françaises : Maracay au Venezuela, Tlaxcala au Mexique, Oxford et Leeds au Royaume-Uni.

La Fondation a effectué 36 missions à l’étranger ou en France, consacrées à l’évaluation, à la démarche qualité et à la professionnalisation, ainsi qu’à des réu­ nions régionales, ou des événements dans le réseau.

• LA DÉMARCHE QUALITÉ Le référentiel qualité des Alliances Françaises est composé de quelque 200 indi­ cateurs, répartis en huit domaines qui constituent le cœur de métier des établis­ sements. Né en 2009 de la volonté conjointe du ministère des Affaires étrangères et de la Fondation Alliance Française, c’est un cadre de référence pour l’activité quotidienne et le pilotage des Alliances. Disponible dans toutes les Alliances Françaises dans l’espace réservé du site internet de la Fondation, le référentiel existe dans 6 langues en plus du français.

Elle a également organisé la session des États généraux en Afrique à ­Johannesburg les 9, 10 et 11 octobre 2015. États généraux, Johannesburg

6  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 7


La Fondation, relayée par ses délégués généraux, travaille à ce qu’il soit chaque année plus et mieux approprié par les Alliances.

• L E RENOUVELLEMENT DU CONSEIL

L’objectif est que toutes les Alliances Françaises apprennent à s’autoévaluer à l’aide de cet outil, identifiant les marges de progrès et les axes d’amélioration à travailler. En 2015, 52 % des Alliances Fran­ çaises enseignantes déclaraient être entrées dans la démarche qualité, s’être autoévaluées avec le référentiel et travailler avec leurs équipes à mettre en place une démarche amé­ lioration continue.

Le conseil d’administration a été renouvelé en mai 2015 avec les arrivées de M. Jean-Claude Meyer et Mme Josseline de Clausade au titre du collège des person­nalités qualifiées et, en novembre 2015, de M. Bernard Boucault en qualité de représentant du ministère de l’Intérieur.

En 2015, 52 % des Alliances Françaises enseignantes décla­ raient être entrées dans la démarche qualité.

Les Alliances Françaises volontaires peuvent également recevoir une mission expertise qualité assurée par un binôme d’experts. Ce programme, cofinancé par la Fondation ­A lliance Française, les Alliances Françaises et l’Institut français, a permis, depuis 2009, de réaliser 29 missions d’expertise. En 2015, 5 missions ont été organisées pour les Alliances de Delhi, Nouakchott, Quito, Samara et San Francisco.

D’ADMINISTRATION DE LA FONDATION

• LE RENOUVELLEMENT DE L’ÉQUIPE DE LA FONDATION Bertrand Commelin, secrétaire général, a pris la succession de Jean-Claude Jacq à compter du 1er septembre. Agnieszka Bellini, assistante de direction, a rejoint l’équipe le 10 septembre. En novembre 2015, Clémentine Braud-Méchin et Lucas Pruet, ont été nommés respectivement chargés de mission marketing & dévelop­ pement et pédagogie & innovation numérique.

LA CONTRIBUTION DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL AU RÉSEAU ET À LA FONDATION

LA VIE DE LA FONDATION • LES PROJETS IMMOBILIERS La Fondation a engagé cette année d’importants travaux de rénovation de ses locaux. Ils concernent :

»» »»

»»

l es nécessaires et urgentes mises aux normes incendie et maintenance de l’immeuble du 101 boulevard Raspail, et d’autre part, la rénovation des bureaux de la Fondation, situés aux 6e et 7e étages de l’immeuble ; la transformation du logement de fonctions de l’ex-secrétaire général en bureaux pour l’équipe de la Fondation, afin d’optimiser les espaces de travail, en substitution des locaux actuel­lement occupés par cette der­ nière et qui ont vocation à être loués afin d’augmenter les recettes de la Fondation ; l ’achèvement des travaux de réhabilitation de l’immeuble rue Alfred de Musset acquis en 2013.

8  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

• RESSOURCES HUMAINES En 2015, le soutien du ministère des Affaires étrangères et du Développement international au réseau des Alliances Françaises dans le domaine des ressources humaines porte sur 283 agents (dont 78 volontaires internationaux), soit une masse salariale de 28,55 M €. Le total des postes du réseau culturel et de coopéra­ tion étant de 1 150, l’Alliance Française compte donc pour 18 % du total des emplois (B.O. E. N. du 16 juillet 2015). Ce total s’élevait à 350 en 2010. C’est environ 1 Alliance sur 4 qui se voit aujourd’hui bénéficier d’un poste de directeur expatrié financé par le MAEDI. En 2015, le mouvement en Alliance Française a permis la relève de 55 agents expatriés dans 38 pays ; 48 directeurs (dont 9 avec mandat de délégué général) et 7 chargés de mission pédagogique. Ce mouve­ ment a donné lieu à la réalisation de 186 entretiens.

C’est environ 1 Alliance sur 4 qui se voit béné­ ficier d’un poste de directeur expatrié financé par le MAEDI.

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 9


La part des non-titulaires de la fonction publique parmi les candidats recrutés s’élève à 46 %. Les femmes représentent 35 % des recrutés, alors que leur part dans le total global des candidatures continue d’augmenter. 51 % des candidats nommés ont pris leur premier poste en Alliance.

• SUBVENTIONS En 2015, la subvention attribuée à la Fondation s’est élevée à 1,592 M€, répar­ tie en fonctionnement (435 K€), programme de professionnalisation (224 K€), ­soutien à l’action des délégués généraux (932 K€) et subvention exceptionnelle de 30 K€ en appui à la création de 2 postes de chargés de mission à la Fondation, à compter d’­octobre 2015. Les subventions attribuées par les ambassades de France aux Alliances Françaises locales se montent à 5,23 M€ (5,69 M€ en 2014). À cela s’ajoutent des subventions exceptionnelles accordées au profit de l’Alliance Française de Lisbonne de 40 000 € pour le déménagement de l’établissement, et au profit de l’Alliance Française de Katmandou de 27 000 € à la suite du séisme intervenu au Népal, en avril 2015.

LA RÉSERVE PARLEMENTAIRE Sénateurs et députés ont attribué aux Alliances Françaises un soutien total de 351 540 €.

»» »» »»

Afrique, Asie et Océanie

202 360 €

Amérique latine et Caraïbes

57 500 €

Europe et Amérique du Nord

91 680 €

LES PROGRAMMES DE L’INSTITUT ­F RANÇAIS Les Alliances Françaises sont éligibles à trois programmes de professionnali­ sation financés par l’Institut français. La Fondation prend part aux commissions d’examen des dossiers.

• LE PLAN D’AIDE AUX MÉDIATHÈQUES (PAM) L’enveloppe était de 267 200 €. Elle a été répartie comme suit :

»» »»

2 0 projets présentés par les Alliances Françaises ont été retenus (46 % du total) pour un montant octroyé de 105 700 € ; 4 projets présentés conjointement par les Alliances et les Instituts ont été retenus (9 % du total) pour un montant octroyé de 41 000 €.

Parmi les principaux projets sélectionnés au titre de l’exercice 2015, l’on re­ tiendra le projet présenté par la délégation générale des Alliances Françaises à Madagascar (modernisation de l’offre multimédia et déploiement de nouveaux services à Ambositra, Tananarive, Antsirabé, Fianarantsoa, Majunga, Morondava, S ­ ambava, Tamatave et Tuléar), appuyé à hauteur de 25 000 €, ainsi que celui déposé conjointement par l’Institut français et les Alliances Françaises au Royaume-Uni (diffusion et médiation de Culturethèque au sein du réseau culturel français au Royaume-Uni), appuyé à hauteur de 20 000 €.

• L E FONDS TICE (TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION

ET DE LA COMMUNICATION POUR L’ENSEIGNEMENT)

Ce fonds est destiné à apporter un soutien financier à l’intégration des TICE dans les dispositifs d’enseignement et d’apprentissage du français et en français. 6 dossiers présentés par les Alliances ont été retenus, pour un montant global de 42 200 €.

• S OUTIEN À LA CRÉATION ET À LA DIFFUSION DE LA CULTURE FRANÇAISE

Les Alliances Françaises bénéficient des plateformes numériques développées par l’Institut Français au profit du réseau comme « Culturethèque » et « IF Cinéma ». Les Alliances Françaises sont associées aux tournées artistiques régionales ­notamment dans les secteurs des musiques, du cirque et de la danse. Elles sont également éligibles au Fonds culturel franco-allemand.

10  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 11


• O UVERTURE DE LA PRÉSIDENCE LUXEMBOURGEOISE LES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS CULTURELS ET ACTIONS DE PARTENARIAT • 2 ÈME ÉDITION DE LA FÊTE DU GRAPHISME

« AILLEURS LES ALLIANCES FRANÇAISES S’AFFICHENT »

Produite par Artevia et placée sous le patronage du ministère de la Culture et de la Communication ainsi que de la Ville de Paris, la Fête du graphisme est portée par l’Association pour le Développement, la Promotion et le Rayonnement des arts Graphiques (ADPRG). Pour sa deuxième édition, elle a investi l’ensemble de la capitale française par un important dispositif de communication et d’affichage, réalisé en partenariat avec la Mairie de Paris et JCDecaux. Les Alliances Françaises se sont associées au projet : une centaine d’Alliances à travers le monde ont sollicité graphistes, artistes ou étudiants locaux. Une exposition collective, produit de cette mobilisation, « Ailleurs, les Alliances Françaises s’affichent », a été présentée sur les grilles extérieures de la Cité internationale des arts à Paris du 16 janvier au 8 février 2015. 

DU CONSEIL DE L’UNION EUROPÉENNE À LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE

De juillet à décembre 2015, le Luxembourg présidait le Conseil de l’Union euro­ péenne. À ce titre, le Luxembourg a mis en œuvre au second semestre 2015 une série d’évènements (diplomatiques, économiques et culturels) dans les capitales européennes. L’événement d’ouverture à Paris s’est tenu au théâtre de l’Alliance Française le 1er juillet 2015 avec un concert de jazz du groupe « Michel Reis Paris quartet ».

• CÉLÉBRATION DES 30 ANS D’ADIFLOR L’association Adiflor œuvre pour sensibiliser le jeune public à l’intérêt et la pra­ tique de la lecture en français dans le monde. Elle collecte et expédie chaque année plus de 200 000 livres dans le monde. Elle a fêté son 30ème anniversaire à la Fondation Alliance Française, en présence de Gérard Larcher, président du Sénat et de Jérôme Clément, président de la Fondation Alliance Française.

• 22 ÈME ÉDITION DES JOURNÉES DES DICTIONNAIRES Cette édition des Journées des Dictionnaires, qui s’est tenue les 19 et 20 mars, a donné lieu à des conférences sur le thème « Dictionnaire : un code ? Une interprétation ? ». Ces deux journées ont eu lieu au théâtre de l’Alliance Française et à l’Assemblée Nationale.

• L A FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE,

NOUVEAU MEMBRE DU CLUB DE LA TABLE FRANÇAISE

De nombreuses Alliances Françaises inscrivent dans leur agenda culturel des manifestations et aussi un enseignement du français autour de la cuisine et de la gastronomie française, classée par l’UNESCO au patrimoine immatériel de l’humanité et qui rencontre un très grand succès dans le monde entier. Afin de mieux manifester son engagement pour cette cause, la Fondation Alliance Française a décidé de rejoindre le Club de la Table française, association ayant vocation à promouvoir le savoir-faire et la culture de la « table française ».

La Fête du Graphisme

12  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 13


• L A FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE,

PARTENAIRE DE LA FÊTE DE LA GASTRONOMIE Organisée par le Commissariat général à la Fête de la Gastronomie les 25, 26 et 27 septembre 2015 en France et à travers le monde, la Fête avait pour marraine de sa 5e édition Anne-Sophie PIC, seule femme chef triplement étoilée par le Guide ­Michelin en France. La Fête a été organisée également par de nombreuses Alliances dans le monde.

• L A FINALE DE LA DICTÉE

DES TIMBRÉS DE L’ORTHOGRAPHE

La dictée a été écrite et lue par le comédien et écrivain, Lorànt Deutsch, au théâtre et à l’auditorium de l’Alliance Française. 500 candidats étaient présents, dont les 4 lauréats des Alliances Françaises. Nicole Simon, de l’Alliance Française de Gênes, a reçu le prix spécial Alliance Française.

• ACCORD DE PARTENARIAT ENTRE L’AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE ET LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE

Le recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie et le président de la Fondation Alliance Française ont signé le 16 juin 2015 un accord de partenariat pour promouvoir ensemble la langue française et les cultures francophones. Cet accord se fonde sur la complémentarité de leurs réseaux mondiaux, de leurs champs respectifs de compétences et de leurs activités. L’accord concerne notamment l’animation culturelle francophone, les aspects créatifs de l’apprentissage du français et la mise en place de nouvelles formations à la langue française dans les universités. Un partenariat entre l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Alliance Française de Cuba visant à permettre aux universitaires cubains de suivre une formation de mise à niveau en français a été signé lors de la visite du Président de la République française à Cuba en mai 2015.

• ACCUEILLIR ET AIDER LES MIGRANTS ! Organisée à l’initiative de la Fondation Alliance Française, une réunion des Alliances Françaises de France s’est tenue le 1er octobre 2015. Elle avait deux ob­ jets : l’examen des recommandations du rapport demandé par le président de la Fondation au président de l’Institut des Cultures d’Islam, Jamel Oubechou, sur la contribution que les Alliances en France pourraient apporter à l’intégration des populations confrontées à des inégalités territoriales ou des discriminations ; un échange avec les acteurs des politiques publiques en charge de l’accueil de ces populations et des populations migrantes et réfugiées. Il s’agissait plus particulièrement d’aborder le sujet de l’apprentissage de la langue française et aussi de l’intégration par la langue et la culture afin de répondre aux attentes et besoins de ces nouveaux publics. Ont été invités à intervenir : Louis Gallois, président de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) ; Fadela Benrabia, conseillère technique en charge des politiques de citoyenneté au cabinet du Premier ministre ; Loïc Depecker, délégué général à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) ; Christine Wils-Morel, chef de service, adjointe à la directrice de l’accueil, de l’accompagnement des étrangers et de la nationalité (DAAEN) au ministère de l’Intérieur. C’était une occasion pour les Alliances Françaises de France de rappeler leur compétence et leur disponibilité pour prendre part aux politiques publiques d’accueil des migrants, dès lors que les financements pour leur mise en œuvre leur sont attribués.

Les Timbrés de l’Orthographe

14  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 15


• LE 1 ER FORUM DES CARRIÈRES DE L’EUROPE

• SOIRÉE LEXICALE ET FESTIVE POUR LA LANGUE FRANÇAISE

Cette manifestation s’est tenue à l’initiative du Secrétariat général des a­ ffaires européennes (SGAE) le 28 novembre 2015, dans les locaux de la Fondation ­Alliance Française et en partenariat avec France Médias Monde. Elle avait pour objectif d’améliorer la visibilité des carrières européennes et de susciter des vocations auprès des jeunes générations. Plus de 1 000 personnes ont participé à cette journée.

Le 16 décembre, le linguiste Jean Pruvost a organisé au Théâtre de l’Alliance Fran­ çaise une soirée d’exception célébrant l’amour des livres et de la langue française. La chanteuse Kareen Claire accompagnée au piano par Cyril Duflot a interprété des textes issus de la correspondance de Juliette Drouet et de Victor Hugo.

• L’ALLIANCE FRANÇAISE PRÉSENTE À LA 21 E CONFÉRENCE

DES PARTIES (COP21) AVEC L’EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE « CLIMAT, ÉTAT D’URGENCE »

La Fondation Alliance Française a organisé, pour la 5e année consécutive, le concours international de photographie des Alliances Françaises dans le monde. L’édition avait pour thème « Climat, état d’urgence ». Les candidats étaient i­ nvités à présenter des travaux illustrant le thème du réchauffement climatique. Yann Arthus Bertrand parrainait le concours qui était présidé par le journaliste Philippe Rochot. Le concours a fait l’objet, comme tous les ans, d’une exposition des meilleurs clichés. Il a été présenté à la Cité international des Arts, puis sur le site Paris Le Bourget à l’occasion de la 21e Conférence des Parties sur les changements climatiques (COP21) que la France organisait du 30 novembre au 11 décembre 2015.

LA COMMUNICATION Tous les événements organisés ou co-organisés par la Fondation font l’objet d’une communication. La Fondation a également vocation à relayer et faire connaître l’activité des Alliances dans le monde.

• LE SITE DE LA FONDATION Le site de la Fondation Alliance Française (www.fondation-alliancefr.org) est à la fois une vitrine pour le grand public mettant en valeur le réseau des Alliances Françaises et une boîte à outils professionnelle pour les collaborateurs des ­A lliances Françaises qui y trouvent des informations et des documents à télé­ charger de façon sécurisée. Les statistiques moyennes mensuelles sur l’année 2015 révèlent 28 000 utilisateurs pour 120 000 pages vues. 74 % sont des internautes de langue française, devant les anglophones avec 13 % puis les hispano­ phones avec 4 %. L’âge moyen des internautes se situe entre 18 et 34 ans.

Climat, état d’urgence, Cité des Arts, 2015. Yusuf Ahmed, lauréat (photo de gauche).

Une revue de presse numérique hebdomadaire a été mise en place pour les agents de la Fondation et des Alliances.

L’âge moyen des internautes se situe entre 18 et 34 ans.

• LES PUBLICATIONS RÉGULIÈRES Le journal Fil d’Alliances paraît tous les trimestres. Il est destiné au réseau des Alliances Françaises mais également au grand public avec une mise en ligne sur le site. Il est diffusé en version papier principalement pour les donateurs. Une lettre d’information électronique est adressée, en alternance avec des « flash infos » en fonction de l’actualité, aux 5 500 abonnés.

16  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 17


• LES RÉSEAUX SOCIAUX 2015 a vu la création de nouvelles pages de réseaux sociaux. Twitter (1 936 abon­ nés), Instagram, Soundcloud, Youtube et Linkedin. La page Facebook connaît une hausse rapide de visiteurs (17 300).

Pages Twitter, Instagram, Facebook.

LA MODERNISATION DU RÉSEAU MONDIAL : LE PLAN ALLIANCE FRANÇAISE 2020 La Fondation a ouvert en 2015 un ambitieux chantier d’appui à la modernisation du réseau des Alliances. Après huit ans d’existence, la Fondation s’est installée dans ses missions. Depuis, le contexte mondial a beaucoup changé. Le mouvement des Alliances Françaises dans le monde continue de se développer mais la confir­ mation de la concurrence croissante d’autres langues et aires culturelles que ceux de la langue française, et aussi de nouveaux acteurs de l’enseignement du fran­ çais, ­imposent de s’interroger sur les conditions de la pérennité du « modèle » Alliance Française.

Les Alliances doivent se moderniser pour améliorer leur attracti­ vité et leur compéti­tivité

Les Alliances doivent se moderniser pour améliorer leur attractivité et leur compétitivité, elles doivent aussi trouver les moyens de financer leur développement. Elles doivent, tout en demeurant fidèles à leurs valeurs fondatrices et à leur culture associative, qui fondent leur différence, se donner les outils et savoir-faire néces­saires à cette modernisation.

La Fondation considère que son rôle est précisément d’accompagner les ­Alliances dans l’élaboration des réponses qu’elles doivent se donner pour mieux faire face à cette nouvelle donne, et en particulier faire advenir le mouvement en véritable 18  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

réseau, en réseau de réseaux : faire connaître et reconnaître ce qui rassemble et identifie les Alliances, mais aussi faire de leur nombre et de leur diversité un réseau solidaire et innovant, mutualisant moyens et pratiques. Se doter d’une organisation qui permet à chacun de mieux faire face ensemble qu’individuelle­ ment. Quels outils, quels services, quels finan­ cements pour atteindre ces objectifs ? Quelle méthode d’action collective ? Telle est la visée du plan que la Fondation a décidé de mettre sur le métier avec les Alliances. Le recours aux outils numériques apparaît indispensable tant pour renouveler l’offre de services des Alliances que pour améliorer leur management et leur donner les moyens de tra­ vailler en réseau. C’est à cette fin qu’une étude a été réalisée au printemps 2015 sur l’état des usages du numérique dans les Alliances. Les recommandations ont porté sur la nécessité d’engager des investissements mutualisés qui permettent au plus grand nombre d’accéder à cette ressource, d’en assurer le rendement et la viabilité et de développer le travail en réseau.

Quels outils, quels services, quels financements pour atteindre ces objectifs ? Quelle méthode d’action collective ? Telle est la visée du plan que la Fon­ dation a décidé de mettre sur le métier avec les Alliances.

Par ailleurs, la Fondation a engagé une réflexion sur la marque Alliance Française et la levée de fonds. Elle a également lancé des études puis de premiers travaux de mise aux normes et rénovation de ses locaux, 101 boulevard Raspail. Elle a décidé enfin de se donner une politique de valorisation du théâtre de l’Alliance Française qui passe par la rénovation du site, sa mise en exploitation et une programmation, avec le concours de différents partenaires.

Ces premières réflexions ont été présentées en juillet 2015 aux délégués généraux des Alliances Françaises. Elles ont permis de poser les bases d’un projet de plan de modernisation du réseau, « Alliance 2020 », qui vise à faire advenir un vrai ­réseau mondial d’Alliances connectées, innovantes, solidaires et reconnues pour devenir plus compétitif et attractif. Ce projet a vocation à être conçu et développé avec la mobilisation de toutes les Alliances volontaires dans un cadre de travail collaboratif. À cette fin ont été créés des groupes de travail organisés sur des plateformes numériques : gouvernance et vie associative ; gestion des ressources humaines ; communication ; politique culturelle ; innovation pédagogique ; levée de fonds ; marketing ; communauté numérique.

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 19


Ces travaux ont permis de dessiner l’architecture du plan Alliance Française 2020 en identifiant ses grandes priorités :

»» »»

»»

 e connaître, se faire connaître et reconnaître : créer un système d’infor­ S mation AF ; se doter d’une plate-forme de marque AF et d’une stratégie de communication.  rofessionnaliser les métiers : enseigner et apprendre (un dispositif P d’apprentissage à distance) ; se former (au management et à l’enseignement)  ; piloter, gérer et travailler en réseau (un espace professionnel numérique). Se financer : lever des fonds ; développer les ressources propres.

Dès l’automne 2015, les groupes de travail ont identifié les premiers projets issus de ces priorités : un dispositif d’apprentissage du français à distance ; un espace professionnel numérique pour tous les agents des Alliances ; une cellule de conseil en équipement numérique ; une politique de « marque employeur » par la formation des enseignants et cadres ; une stratégie de marque adossée à un référentiel qualité, des statuts et une charte rénovés ; un dispositif de service civique dans les Alliances avec l’agence du service civique. Le plan fera l’objet d’une validation à l’été 2016 lors d’un séminaire des délégues généraux, et mis en œuvre progressivement, à la mesure des financements mobi­ lisés d’ici 2020, dans une première étape. Il s’adresse à toutes les Alliances. Il sera financé pour les premiers mois par la Fondation sur ses ressources propres, puis par d’autres moyens : emprunt bancaire, levée de fonds, contribution des Alliances à l’usage des services.

20  • RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française

RAPPORT MORAL – La Fondation Alliance Française • 21


22  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

* Recettes propres et subventions. * Tous cours de français, assistance pédagogique et autres cours.

ALLIANCES NON ENSEIGNANTES

108 D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES* EN 2015 DANS LES AUTRES COURS

89% DE RÉPONSES

219 millions

20 000

67 000

DANS LE CADRE DE L’ASSISTANCE PÉDAGOGIQUE

* Tous cours de français et autres cours.

208 000

ENSEIGNANTES

705 ALLIANCES

85% DE RÉPONSES 82% DE RÉPONSES

EN COURS DE FRANÇAIS AUX ENTREPRISES OU INSTITUTIONS

CANDIDATS AUX EXAMENS

170 000

80 000

393 000

EN COURS DE FRANÇAIS GRAND PUBLIC

DONT :

86% DE RÉPONSES

88% DE RÉPONSES

ABONNÉS SUR TWITTER

FANS SUR FACEBOOK

2,8 millions D’HEURES DE COURS* VENDUES AU TOTAL EN 2015

30,6 millions

VISITEURS UNIQUES PAR MOIS

3,5 millions

COLLABORATEURS

12 500

APPRENANTS* AU TOTAL EN 2015

560 000

Ce sont les prémisses de la confection d’un véritable système d’information que la Fondation entend proposer aux ­Alliances dans les années qui viennent.

Chiffres-clés

VUE D’ENSEMBLE Dans le cadre du Plan Alliance 2020, la Fondation a mis en œuvre un tout premier chantier qui est celui de l’exploitation du questionnaire annuel d’information adressé aux Alliances sur leur activité. Celui-ci permet, à l’aide d’un traitement informatique approprié de dresser un portrait exceptionnel du paysage mon­ dial des Alliances. Aussi, la Fondation a-t-elle décidé de confier à une société de « datavisualisation », la mise en valeur des données du questionnaire, afin de se donner un premier outil de communication et de marketing sur les Alliances Françaises dans le monde. Cette prestation a conduit à produire un premier rapport annuel, le « rapport data 2015 », issu de l’exploitation des questionnaires traités pour l’année 2014. Ce sont les prémisses de la confection d’un véritable système d’information que la Fondation entend proposer aux Alliances dans les années qui viennent, déclinable en de multiples versions locales, régionales, thématiques.

ENSEIGNANTS

7 900

SITE INTERNET

DONT

86% DE RÉPONSES

SUR LE WEB

Fondation

II

RAPPORT DATA 2015

Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 23


24  • RAPPORT MORAL – Le réseau international RAPPORT MORAL – Le réseau international • 25

81% DE RÉPONSES

PART DES SUBVENTIONS** DU MAEDI*** DANS LE CHIFFRE D’AFFAIRES DES ALLIANCES

ASIE

AMÉRIQUE LATINE

FEMMES

77% DE RÉPONSES

121 000

PERSONNELS ENSEIGNANT

ADHÉRENTS* DE L’ALLIANCE

85% DE RÉPONSES

formation en 2015

43 % ont suivi une

* Adhérents des associations locales Alliance française ayant versé une cotisation en 2015.

HOMMES

7 900

COLLABORATEURS

12 500

OCÉANIE

89% DE RÉPONSES

6 100

ADMINISTRATEURS BÉNÉVOLES

53 %

R ÉFÉR EN QUA LITT IEL É

88% DE RÉPONSES

DES ALLIANCES ENGAGÉES DANS LA DÉMARCHE QUALITÉ

Parmi eux, près de 300 personnels mis à disposition par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (directeurs et délégués généraux, chargés de mission, volontaires internationaux...)

18 % Plus de 26 collaborateurs

11 à 25 34 % collaborateurs

comptent moins de 48 % 10 collaborateurs

RÉPARTITION DES ALLIANCES SELON LE NOMBRE DE COLLABORATEURS EN 2015

Fondation

ANTILLES ET CARAÏBES

AMÉRIQUE DU NORD

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

91% DE RÉPONSES

DES ALLIANCES SONT PROPRIÉTAIRES DE LEURS LOCAUX

27 %

EMPLOYÉS ADMINISTRATIFS

4 400

EUROPE

AFRIQUE ET OCÉAN INDIEN

Ressources humaines et gouvernance

32 % 68 %

Fondation

Ces radars proposent le profil-type de chaque région. Au sommet de chaque axe, la région avec la donnée la plus importante, les autres données sont positionnées proportionnellement à ce maximum.

15 %

88% DE RÉPONSES

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

LES POINTS FORTS DES RÉGIONS

Les données sont calculées au taux de change nominal officiel du pays. * Recettes propres et subventions. ** Subventions de fonctionnement et salaires des personnels détachés. *** Ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

81% DE RÉPONSES

3,5 %

Part venant de donateurs privés

87% DE RÉPONSES

96 %

Taux d’autofinancement

89% DE RÉPONSES

219 000 000 C

Chiffre d’affaires*

88% DE RÉPONSES

163 600 000 C

Recettes issues de l’enseignement

TOTAL DU RÉSEAU

Économie


26  • RAPPORT MORAL – Le réseau international RAPPORT MORAL – Le réseau international • 27

87 500

930 000

91% DE RÉPONSES

MÉDIATHÈQUES RÉALISANT…

460

Cinéma

Arts visuels

… SOIT

49% DE RÉPONSES

D’USAGERS

24 500

86% DE RÉPONSES

ABONNÉS À UNE NEWSLETTER

1 165 000

15 000

225 500

Afrique et océan Indien

21 500

300

312 000

Asie

31% DE RÉPONSES

INSCRITS

59 000

288

100

44 000

5 500

22 000

32 25

Antilles et Caraïbes

20 20

Océanie Europe

Amérique du Nord

32

Afrique et océan Indien

Amérique latine

Asie 39

NOMBRE D’ÉVÉNEMENTS PAR ALLIANCE ET PAR RÉGION EN 2015 49

DES ALLIANCES ONT PARTICIPÉ AU CONCOURS PHOTO ANNUEL DE LA FONDATION

Fondation

85% DE RÉPONSES

SPECTATEURS/VISITEURS AUX ÉVÉNEMENTS CULTURELS 85% DE RÉPONSES

1 700

5 800

ALLIANCES ONT MIS EN PLACE DES CARTES DE MEMBRE

377

40

34 000

Antilles et Caraïbes

19 %

3,7 millions

Gastronomie

Fondation

2 700 abonnés

Pinterest

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

85% DE RÉPONSES

ALLIANCES DISPOSENT D’UNE APPLICATION MOBILE

Conférences, débats d’idées

ALLIANCES PROPOSENT « CULTURETHÈQUE »

Spectacles vivants (théâtre, danse, musique…)

39 000

38 000

74 000

Océanie

960

307 000

Europe

48 000 abonnés

We Chat (Asie uniquement)

143 000

8

1 000

108 000

Amérique du Nord

48 000

138 000

208 000 abonnés

Twitter

60 PAR JOUR

… 1,95 million

50% DE RÉPONSES

DE PRÊTS ANNUELS AUPRÈS DE…

… 1,5 million

87% DE RÉPONSES

ÉVÉNEMENTS CULTURELS ORGANISÉS EN 2015

+ de 22 000

Activités culturelles

86% DE RÉPONSES

VISITEURS UNIQUES PAR MOIS DES SITES INTERNET DES ALLIANCES FRANÇAISES

@

1,3 M abonnés

You Tube

3,5 millions

220

1 769 000

Amérique latine

2,8 M fans

Facebook

86% DE RÉPONSES

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

NOMBRE D’ABONNÉS AUX ALLIANCES FRANÇAISES PAR RÉSEAU SOCIAL DANS LE MONDE

Les publics et les médias numériques


L’ENSEIGNEMENT Zone Afrique et Océan indien Amérique du Nord Amérique latine Antilles Caraïbes

LES CERTIFICATIONS

AF enseignantes

Étudiants 2015*

Étudiants 2014

Étudiants 2013

105

77 402

68 419

70 781

+ 13 %

+ 9 %

Europe

70

38 094

34 799

36 404

+ 10 %

+ 5 %

176

145 997

143 984

145 232

+ 2 %

+ 1 %

Évolution Évolution 2015/2014 2015/2013

19

21 770

20 925

21 747

+ 4 %

+ 0,11 %

Asie

72

106 133

95 151

92 051

+ 12 %

+ 15 %

Europe

198

88 078

83 982

85 952

+ 5 %

+ 2 %

Océanie

38

16 178

14 010

12 149

+ 15 %

+ 33 %

TOTAL

678

493 652

461 270

464 316

+ 7 %

+ 6 %

Sur les 740 Alliances Françaises dans le monde, 678 sont enseignantes. L’effectif global des étudiants dans les Alliances a connu une nouvelle année de croissance, en hausse de 7% par rapport à 2014. Les Alliances ont ainsi accueilli 493 652 apprenants, hors bénéficiaires de prestations d’assistance pédagogique.

Sur les 740 Alliances Françaises dans le monde, 678 sont enseignantes.

À noter que plus de 78 000 de ces apprenants (soit 16 %) suivent des cours de français dans le cadre du plan de formation continue de leur entreprise ou organisme employeur.

En incluant les étudiants bénéficiant d’assis­ tance pédagogique au sein de leur établis­ sement scolaire ou universitaire, le nombre total d’étudiants touchés par les activités d’enseignement est de 560 816 contre 543 969 en 2014, soit une augmentation de 3 %.

Nbr total de certifications

Dont TCF + TEF

Dont DELF – DALF

Autres certifications

53 581

6 060

45 103

2 418

Amérique latine

44 579

3 666

37 839

3 074

Asie

34 108

2 783

30 825

500

27 132

4 132

21 677

1 323

4 979

240

4 669

70

4 505

1 858

2 535

112

Océanie

1 080

91

942

47

TOTAL

169 964

18 830

143 590

7 544

Zone

Afrique et Océan indien Antilles et Caraïbes Amérique du Nord

(toutes certifications confondues)

Les Alliances Françaises ont reçu, en 2015, 169 964 candidats aux certifications. Le DELF (Diplôme d’études en langue française) représente 80 % des certifications passées dans les Alliances avec plus de 136 000 candidats à travers le monde, tandis que le DALF (Diplôme approfondi en langue française), qui sanctionne les niveaux dits « avancés » en français, a touché 7 236 personnes, soit 4 % du total du nombre total de candidats aux certifications dans le réseau. Les tests (TCF = test de connaissance du français et TEF = Test d’évaluation de français), représentent 11 % des candidats aux certifications. Les Alliances Françaises en Europe sont celles qui comptent le plus grand nombre de candidats, avec 31 % des candidats, suivies par l’Amérique latine avec 26 %. Les certifications représentent en 2015 6,4 % des recettes des Alliances Françaises.

120 Alliances Françaises proposent à leurs apprenants un enseignement à dis­ tance ou un complément à distance des cours en présentiel. Ce sont ainsi, pour 2015, 185 000 heures qui ont été suivies à distance par près de 49 000 personnes. Les Alliances Françaises emploient, en 2015, 7 893 enseignants. Elles disposent de 4 930 salles de classe, dont 1 717 (34 %) sont équipées de tableaux numériques interactifs (TNI). * apprenants de français, correspondant à des cours de français grand public et à des cours de français entreprises et institutions, hors assistance pédagogique.

28  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 29


L’ACTION CULTURELLE • L’ACTIVITÉ DANS LES ALLIANCES Le questionnaire annuel adressé aux Alliances fait ressortir les données ­suivantes :

»» »» »» »» »»

22 015 évènements culturels et/ou artistiques ;

»»

5 8 943 inscrits à Culturethèque soit une moyenne de 205 inscrits par Alliance.

3,7 millions de spectateurs/visiteurs ; 1,94 millions personnes ont utilisé les services des médiathèques ; 1,51 millions de prêts assurés par les médiathèques ; 2 88 Alliances Françaises (soit 39 %) proposent un accès à Culturethèque ;

• L’APPUI DE LA FONDATION AU RÉSEAU En 2015, les partenariats renouvelés de la Fondation avec la Mairie de Paris, la Martinique, l’ambassade du Luxembourg et les opérateurs culturels le Prix Albert Londres, Atout jazz production et Hip Hop Citoyens ont permis de soutenir les Alliances Françaises dans leur programmation avec les actions suivantes : Le prix Albert Londres Plusieurs grands reporters du Prix Albert Londres ont pu se rendre dans le réseau (dont notamment Anne Nivat dans les Alliances Françaises d’Ethiopie et de Tan­ zanie et Annick Cojean au Brésil). La ville de Paris L’exposition Paris champ & hors champ de photographies et vidéos contem­ poraines (commissariat : Anne Cartier-Bresson) a été proposée au public des Alliances Françaises d’Argentine. L’exposition L’histoire de France racontée par la publicité produite par Paris ­Bibliothèque (commissariat : Claudine Chevrel et Béatrice Cornet) a été présentée à l’Alliance Française de Dublin. L’exposition Matière grise consommer plus de matière grise pour consommer moins de matières premières produite par le Pavillon de l’Arsenal a été présentée dans les Alliances Françaises du Ghana.

30  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

Exposition, Ville de Paris

Jazz, le pianiste Maher Beauroy

Hip Hop Citoyens Impliquée dans la promotion de la culture Hip Hop auprès des publics et des insti­ tutions, l’association Hip Hop Citoyens est un partenaire fidèle de la Fondation. Des ateliers, des rencontres avec des artistes locaux, des performances artistiques animées par de grands noms du street art (Da Cruz, Marko 93, Lazoo, Raph,) et du rap (Yosh & Faya Braz) ont été organisés dans les Alliances Françaises au Sri Lanka, au Ghana, en Ethiopie et aux Comores. La Direction des affaires culturelles de Martinique La Fondation Alliance Française a établi avec son soutien en 2015 une program­ mation d’artistes martiniquais, Mahere Beauroy Trio, qui se sont produits dans les Alliances de la République Dominicaine et du Ghana. La Mission culturelle du Luxembourg L’appui de la Mission culturelle du Luxembourg a permis au public des Alliances Françaises de découvrir quelques talents de la scène musicale luxembourgeoise : tournée de Greg Lamy au Brésil ; concert du pianiste Maher Beauroy en Répu­ blique Dominicaine. En Inde et au Népal, a circulé un spectacle adapté du roman Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb, interprété et mis en scène par Layla Metssitane. Le Studio Harcourt a présenté dans 9 Alliances d’Italie quelques-unes des pro­ ductions de son patrimoine photographique. La rencontre d’un maestro de la Rumba congolaise et d’une éclectique accor­ déoniste française a été présentée en Afrique du Sud, au Lesotho et en Angola. Le duo Mam (accordéon et violon) a été présenté en Haïti et en République ­Dominicaine. RAPPORT MORAL – Le réseau international • 31


Le programme « Alliances en résonance » Chaque année, la Fondation Alliance Française met à l’honneur l’Alliance Fran­ çaise d’un pays invité, en proposant d’organiser une série d’événements culturels et artistiques à Paris. Ces temps forts sont l’occasion pour le public français de découvrir la création artistique de pays, et de contribuer au dialogue culturel.

L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION

En 2015, les Alliances Françaises de Mongolie et de Corée ont été invitées à Paris. Le programme Alliances en résonance, la Mongolie à Paris a été l’occasion de découvrir des projets artistiques que l’Alliance Française d’Oulan-Bator a accom­ pagnés depuis sa création en 2004, dans plusieurs disciplines artistiques, de la traditionnelle calligraphie mongole, à l’expression ultra-contemporaine d’une jeune performeuse, en passant par la danse, les mystères du chant Khoomi, l’émergence de la photographie, jusqu’au Hip Hop féminin engagé de la rappeuse Gennie. À l’initiative de l’Alliance Française de Busan et dans le cadre de l’année croisée France-Corée, la Fondation Alliance Française a accueilli la Corée du 14 octobre au 25 novembre 2015. Le programme proposé a été l’occasion de découvrir la création coréenne à travers trois disciplines majeures : la photographie avec l’exposition « Le temps et le mouvement » de Park Junyoung ­C hungwee, le théâtre avec la compagnie Mac et son spectacle « Binari » et le cinéma avec la projection de deux films de Jeon Soo-il en présence du réalisateur, « I came from Busan » à Paris au Forum des images et « La petite fille de la terre noire » à Cadillac à l’initiative de l’Alliance Française de Bordeaux.

Affiche de l’événement, 2015

32  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

• AFRIQUE ET OCÉAN INDIEN En 2015, l’activité des Alliances semble se stabiliser après plusieurs années de baisse de fréquentation. Elle se caractérise par une représentation modeste en nombre d’Alliances Françaises (119 soit 14 % du total) au regard de la taille de ce continent et de sa population. Les Alliances en Afrique exercent leurs missions dans un contexte de sécurité qui s’est dégradé. Les caractéristiques de leur activité sont les suivantes :

»» »» »» »» »»

 ne présence nettement plus marquée en Afrique anglophone que fran­ u cophone ; la domination du grand réseau malgache qui attire plus de 26 400 étu­ diants avec 7 400 candidats aux certifications ; un taux d’équipement numérique de ses salles qui avoisine les 30 % ;  n faible encadrement en directeurs détachés du MAEDI : le réseau des u ­Alliances en Afrique compte 29 personnels détachés pour 119 Alliances ; la richesse  relative du patrimoine immobilier avec plus de 30 % des ­Alliances Françaises propriétaires de leurs locaux, mais souvent en état vétuste par insuffisance d’investissement.

2015 a vu la tenue de la deuxième édition des États généraux de l’Alliance Française en Afrique et dans l’Océan Indien à Johannesburg les 9, 10 et 11 octobre. Après Nairobi en 2009, les États généraux ont rassemblé près de 170 personnes dont 113 représentaient 60 Alliances Françaises de 29 pays d’Afrique et de l’Océan Indien, et 4 Alliances Françaises de France. 56 participants représentaient les 32 partenaires à l’événement, dont l’OIF, l’AUF, CampusFrance, l’Institut français, BSF, RFI, TV5Monde, le Français dans le Monde, les Alliances Françaises de France, le CNED, le CIEP, la CCIP, le Cordon Bleu, les maisons d’éditions de Français langue étrangère, et les mécènes Total, Ricard et la Fondation RATP. Des représentants de la région Réunion qui mène une politique de coopération active avec le réseau des Alliances Françaises de l’Océan Indien et de l’Afrique australe, ont également pris part aux travaux. 5 tables rondes se sont tenues, avec pour thèmes : le français, vecteur d’intégration et de cohésion sociale ; la mobilité universitaire internationale ; l’innovation numérique au service de la diffusion des savoirs ; le français, langue de l’emploi et des affaires et la culture en partage.

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 33


F

CUS

RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO, RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE, SÉNÉGAL

portant sur « l’Appui à l’Etat de droit » destiné à former en français les magistrats et greffiers du pays. L’Alliance Française de Nouakchott s’est engagée ainsi dans la création d’un cours de français sur objectifs professionnels spécifiques pour magistrats et greffiers. Un autre contrat d’importance a également été remporté cette année pour former au français les professeurs du Département d’économie de l’Université de Nouakchott. Par ailleurs, le développement de l’offre de Français langue étrangère par les Alliances Françaises inter vient dans un contexte où les systèmes éducatifs francophones peinent à scolariser en français de nom­ breuses cohortes d’écoliers et d’élèves.

Le constat est que le FLE a toute sa place dans des pays où le système scolaire francophone est en difficulté.

La Fondation a engagé une réflexion sur la mise en place d’une offre renouvelée d’ap­ prentissage du FLE utilisant les réponses du numérique tant pour se former que pour former à des métiers qui commencent à être recherchés en Afrique dans ce secteur économique du numérique. Le constat est que le FLE a toute sa place dans des pays où le système scolaire francophone est en difficulté. République démocratique du Congo Alliance franco-sénégalaise de Kaolack

AF de Kiffa, Mauritanie

Les Alliances Françaises en terres d’Afrique francophone sont confrontées à la difficulté à construire des modèles économiques pérennes dans un contexte global de solvabilité des publics souvent insuffisante, de diminution des crédits publics et d’aggravation des conditions de sécurité. C’est particulièrement le cas des quatre pays qui font l’objet de ce focus : la République Islamique de Mauritanie, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et le Sénégal. République islamique de Mauritanie Les cinq Alliances Françaises de Mauritanie ont attiré en 2015 plus de 5 300 apprenants différents, ce qui représente un taux élevé de pénétration pour une population de 3,9 millions d’habitants. Le nombre d’inscriptions au niveau natio­ nal est en légère augmentation même si à Nouadhibou la baisse des cours du fer sur les marchés mondiaux a entrainé un ralentissement significatif des activités de la SNIM, grande entreprise minière nationale, qui s’est traduit par une réduc­ tion significative de ses commandes de cours à l’Alliance Française (divisées par deux). Ce succès est nourri notamment par la réponse à un appel d’offres de l’UE 34  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

Les Alliances Françaises sont implantées depuis longtemps en République démo­cratique du Congo. Dans ce pays francophone majeur, toutes les provinces avaient leurs Alliances jusqu’en 1998 et il y avait conjointement une Fédération des Alliances franco-zaïroises et une délégation générale de l’Alliance Française. L’existence de ces Alliances a été malmenée par les situations de crises et de conflits armés récurrents. Certaines d’entre elles ont cessé d’exister et d’autres ont continué de fonctionner sur un mode dégradé souvent loin de la conformité aux statuts et missions dévolus à ces associations. Ces 15 dernières années, une attention particulière a été portée au réseau. À partir de septembre 2001, un directeur expatrié français, affecté à l’Alliance de Kinshasa, a également assuré pendant cinq ans la coordination de ce réseau. Le non renouvellement en 2006 de ce poste de directeur y a mis fin. Sans appui et suivi, les Alliances franco-congolaises se sont alors retrouvées, dans un contexte politique et économique très difficile, face à de nombreuses difficultés de gou­ vernance et de gestion (qualité des infrastructures, équilibre financier précaire, surendettement, conflits d’intérêt, …). Ce réseau d’Alliances dispose cependant d’un potentiel de croissance dans les grands centres urbains où se concentre l’essentiel de la demande d’apprentissage et de pratique du français. Mais cela passe par un renforcement de leurs capaci­ tés. En particulier, les personnels manquent de compétences spécifiques dans RAPPORT MORAL – Le réseau international • 35


les domaines clés de l’activité d’une Alliance (management, gestion comptable, enseignement, gestion de l’offre de cours, d’une bibliothèque, des ressources numériques …). Face à ce constat, la Fondation a, en 2015 et avec l’appui de l’ambassade de France à Kinshasa, établi un état des lieux du réseau, en rétablissant notamment des contacts réguliers avec l’ensemble des conseils d’administration des Alliances, et en diagnostiquant la capacité des associations à poursuivre le modèle Alliance Française. Pour répondre à ces priorités, il a été décidé, à la fin de l’année 2015, la recréation du mandat de délégué général de la Fondation Alliance Française en RDC, lequel a été confié au seul directeur d’Alliance expatrié détaché par le MAEDI en République démocratique du Congo, affecté à l’Alliance Française de Kisangani. L’objectif est d’établir une carte des Alliances en RDC, légitimes à porter le label Alliance Française. République centrafricaine En République centrafricaine, l’Alliance Française de Bangui a vécu une nouvelle année très difficile, liée à la crise politique qui a frappé l’association en pleine dynamique retrouvée. L’équipe de l’Alliance s’est cependant mobilisée pour répondre aux attentes et au besoin en formation du public dans un pays où le système éducatif connaît des difficultés considérables. Passant de 710 appre­ nants différents en 2014 à 1 184 en 2015, l’Alliance a su nouer des partenariats avec les agences des Nations Unies notamment pour relancer son activité d’en­ seignement, dans un contexte de forte diminution des ressources publiques. Donnant la priorité à l’augmentation de ses ressources propres, l’Alliance œuvre à diversifier son activité (création d’un cyber espace, d’une cuisine et d’un service de restauration pour les séminaires, création d’une médiathèque numérique en partenariat avec Bibliothèques Sans Frontières et d’une structure de production audiovisuelle). Un ambitieux projet culturel a par ailleurs été mené en 2015, s’inspirant du pro­ jet malien Culture en partage et articulé autour d’un dispositif de financement et d’organisation de la diffusion du théâtre en Afrique. Le Mali et la République centrafricaine gravement touchés par des crises politiques et sociales ces der­ nières années, sont aussi des pays où le théâtre est depuis longtemps un outil de rassemblement et de réconciliation des communautés. Une résidence de la compagnie malienne BlonBa accueillie à Bangui en avril 2015 a été l’occasion de réunir chrétiens et musulmans. Elle a été rendue possible par une collecte de fonds auprès des grands bailleurs qui ont pu apprécier la contribution de cette initiative pour la restauration de la paix et de la concorde.

Vernissage de l’exposition de Camille Lepage

L’un des moments forts de l’année culturelle de l’Alliance Française à Bangui a été, enfin, le vernissage de l’exposition de Camille Lepage, photojournaliste assassinée en mai 2014.

36  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 37


Sénégal Les deux Alliances Françaises du Sénégal, à Kaolack et Ziguinchor, affichent des résultats contrastés. La tendance à la baisse de l’activité constatée à Ziguinchor depuis 5 ans s’est accélérée en 2015 avec la défection des étudiants de Gui­ née-Bissau à la suite de l’épidémie de choléra. La très faible solvabilité des publics de Casamance fait peser une contrainte financière très forte sur l’établissement. À Kaolack, en revanche, l’Alliance a affiché une importante progression de son nombre d’étudiants de 2014 à 2015, imputable notamment au contrat passé avec la Mission de coopération de sécurité et de défense de l’ambassade de France qui soutient un projet de FOS militaire auprès des étudiants de l’École nationale des sous-officiers d’active (ENSOA). Par ailleurs, l’Alliance mise sur l’innovation par le développement du numérique éducatif et une nouvelle offre de cours de français professionnel. Les deux Alliances sont bien présentes sur la scène culturelle locale, avec à Ziguinchor, des résidences artistiques (avec l’École des sables, qui a donné lieu à la création d’un mouvement théâtral – Afropolitan), des concerts (Mondogift, Koumba Galo), des expositions sur l’environnement, le climat, accompagnées des tables rondes et regards-croisés, Journées de la Francophonie et de la Femme (théâtre forum, tables rondes et concerts) et festivals (BOUKOUT et AFRICA FETE). À Kaolack, la programmation culturelle se caractérise essentiellement par la valorisation d’artistes locaux, faisant la part belle à la culture urbaine, avec notam­ment un Festival international des arts hip hop dont c’était la 9e édition en 2015 et qui a réuni sur scène artistes sénégalais, belges, français et américains. Enfin, avec la tenue à Kaolack du Festival national des arts et cultures (FESNAC), l’Alliance a accueilli les compétitions de théâtre des 14 régions sénégalaises.

38  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION • AMÉRIQUE LATINE En 2015, l’Alliance Française est présente dans 19 pays d’Amérique latine. On y compte 175 associations. Elles se caractérisent par :

»» »» »» »» »» »»

leur représentativité  : l’Amérique latine compte près du quart des ­Alliances du monde, lesquelles attirent plus de 40 % des apprenants du monde ;  n dynamisme porté par un réseau dense et actif : on trouve sur le u continent nombre d’Alliances centenaires parmi les plus importantes du monde, même si les créations aujourd’hui se font plus rares ; s ur un continent qui compte très peu d’Instituts français, le réseau des Alliances Françaises travaille en synergie efficace avec les ambassades de France ; l a richesse de son patrimoine immobilier avec plus de 50 % des Alliances Françaises qui sont propriétaires de leurs locaux ;  ne domination de 3 grands réseaux tant en nombre d’apprenants que u d’Alliances : Brésil, Colombie et Mexique ;  ne présence maintenue dans le clasu sement des plus grandes ­ Alliances du monde : 7 Alliances de cette région figurent parmi les 15 Alliances Fran­ çaises comptant le plus grand nombre d’apprenants (La Havane, Lima, Bogota, ­Caracas, Buenos Aires, Sao Paulo et Rio de ­Janeiro).

7 Alliances de cette région figurent par­ mi les 15 Alliances Françaises comp­ tant le plus grand nombre d’appre­ nants

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 39


F

CUS

PAYS ANDINS

L’activité pédagogique régionale a été marquée par l’organisation du 1 er BELC régional à l’Alliance Française de Bogota, par l’octroi par le ministère de l’Éduca­ tion péruvien de bourses d’apprentissage intensif du français à l’intention d’étu­ diants ayant pour projet l’obtention d’un master en France, et, en Équateur, par l’accroissement des volumes de bourses octroyées par les autorités municipales dans le cadre du programme « Une chance en plus avec l’Alliance Française » (à Guayaquil, Cuenca et Quito ). L’Alliance de Quito, enfin, a remporté l’appel d’offres du ministère équatorien de l’Enseignement supérieur pour la formation de 40 boursiers d’excellence. Le réseau des Alliances du Pérou a connu une augmentation de 2 % de ses heures vendues par rapport à 2014. L’activité pédagogique dans les sept Alliances du réseau a été marquée par la négociation avec le ministère de l’Education des 130 bourses d’apprentissage intensif du français. Lima continue de concentrer les 2/3 du volume de cours et la reprise de son activité l’inscrit dans la tendance générale du réseau. En Équateur, si l’on tient seulement compte des cours (hors appui scolaire), le nombre d’étudiants différents accueillis est en hausse de 17 % par rapport à 2014. Les difficultés économiques, politiques et sociales que connaît le Venezuela depuis plusieurs années, qui se sont fortement aggravées en 2015, ont fortement impacté les Alliances (pénuries, insécurité, inflation). Les Alliances ont dû notamment faire face à un départ massif de leurs enseignants et personnels administratifs. En dépit de ces difficultés, le réseau a de nouveau enregistré une hausse tant de ses étudiants différents que des heures vendues. L’activité culturelle demeure très soutenue : les 4 500 spectateurs colombiens se souviendront du Cirque Farouche qui a circulé dans 7 villes ; au Pérou, ce sont plus de 850 propositions culturelles qui ont animé l’année, au sein d’une programmation redéfinie qui s’est donné pour priorité de refléter au mieux la création contemporaine française, notamment dans ses domaines d’excellence (musique électronique, nouveau cirque…).

Annexe de l’AF de La Paz à Achumani © Jules Tusseau

L’activité des Alliances Françaises en terre andine affiche en 2015 une évolution globalement positive : stabilisation des effectifs en Colombie comme en Bolivie ; reprise au Pérou, poursuite du développement en Équateur et au Venezuela. Sur le plan immobilier, de nombreuses Alliances ont conduit des projets d’agran­ dissement et d’embellissement (à Carthagène, Manizales, Bogota, Chiclayo, Piura, Arequipa et Lima), ou encore l’acquisition de nouveaux locaux à La Paz, dans la zone sud de la ville.

40  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

Le Cirque farouche Le lancement de la nouvelle image et politique culturelle de Lima, fêtant ses 125 ans à cette occasion avec une campagne ironique et décalée

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 41


L’obtention par l’Alliance Française de Quito de plus de 100 000 $ US de cofinan­ cements a permis l’organisation de plusieurs événements culturels de grande envergure dont la plupart en partenariat avec la Fundacion Teatro Nacional Sucre, notamment la présentation du spectacle de cirque contemporain français Acrobates, un concert de Salif Keita (800 personnes), ou encore la 2 ème édition du Festival de musique électronique française et équatorienne Marsatac, en partenariat avec la Mairie de Quito. La Fête de la Musique, organisée en 2015 par quatre des cinq Alliances Françaises (Quito, Cuenca, Guayaquil, Loja) avec l’ap­ pui du ministère équatorien de la Culture, de la Société équatorienne d’auteurs compositeurs et de sponsors privés a rassemblé plus de 20 000 personnes.

L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION • CARAÏBES En 2015, le réseau des Alliances Françaises dans les Caraïbes affiche une dyna­ mique de développement contrastée : les grandes (voire très grandes Alliances, puisque l’Alliance Française de La Havane conserve en 2015 son 1er rang mondial en termes d’apprenants différents et poursuit sa belle dynamique de progression) y côtoient de très petites associations bien vivantes. La région se caractérise par :

»» »» »»

 n contexte de fonctionnement rendu difficile par la concurrence très u forte de l’espagnol, soutenue tant par les nombreux instituts vénézuéliens de la région que par la politique de bourses, menée notamment par Cuba ;  n dynamisme réel  de la demande de français avec 4 % de progression u des effectifs d’apprenants en 2015 ;  ne grande hétérogénéité de situations marquée par la présence et le u rôle directeur de grandes Alliances, à Cuba, Saint-Domingue, Cap-Haïtien et Santiago de los Caballeros qui connaissent de belles progressions de leurs activités.

Marsatac en concert à Quito

Au Venezuela, outre les grands rendez-vous annuels (Fête de la Francophonie, Semaine de la France, Fête de la musique, Fête de la gastronomie), l’on retiendra également la première tournée en France du Big Band Jazz Simon Bolivar, fruit d’une étroite collaboration entre l’Alliance Française de Caracas et le conserva­ toire de musique Simon Bolivar. On a célébré l’anniversaire des 50 ans des Alliances de Pereira en Colombie, et de Piura, Chiclayo et Trujillo au Pérou. La tournée triomphale qu’effectua le ­G énéral de Gaulle en 1964 au Mexique où il prononça en espagnol la phrase restée ­célèbre  : « Marchamos la mano en la mano » puis dans les dix républiques d’Amérique du Sud : Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Chili, ­A rgentine, P ­ araguay, Uruguay et Brésil, avait eu pour conséquence la création de nombreuses Alliances sur le continent.

42  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 43


F

CUS

CUBA : INAUGURATION HISTORIQUE POUR L’ALLIANCE FRANÇAISE À LA HAVANE

L’Alliance Française est héritière d’une longue et riche histoire à Cuba où elle compte désormais quatre implantations (trois à La Havane dont celle du Palacio Gómez et une à Santiago de Cuba). Forte de plus de 12 000 étudiants (de 5 à 79 ans), l’Alliance de la Havane était à la recherche d’un troisième lieu afin de répondre à la demande croissante de cours de français et pour abriter l’espace culturel manquant à ce jour dans les deux sites qu’elle occupe actuellement. La Palacio Gómez devient le siège de la délégation générale de l’Alliance Fran­ çaise à Cuba et la vitrine de l’Alliance Française de la Havane, réunissant en un même lieu, un véritable centre culturel et un centre d’apprentissage de la langue française en adéquation avec la démarche qualité demandée désormais dans nos établissements. Ce bâtiment pourra accueillir séminaires, débats, colloques, expositions, projections et diffusions des nombreux partenaires de la Francopho­ nie présents à la Havane. Le Palacio Gómez a été livré, restauré par le Bureau de l’Historien de la Ville, équipé par l’Alliance grâce aux appuis exceptionnels apportés par les réserves parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat, les entreprises françaises présentes à Cuba (Bouygues et Pernod-Ricard), la Fondation Alliance Française, et aussi une subvention du Conseil général de Dordogne.

Inauguration du Palacio GÓmez, La Havane

À l’occasion de la première visite d’un chef d’État français à Cuba depuis l’indé­ pendance de l’île, en 1898, le président de la République française, François Hollande, a inauguré, en présence du vice-président de la République de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermúdez, un nouveau siège de l’Alliance Française à La Havane, le Palacio Gómez.

44  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

Palacio GÓmez, La Havane, Cuba

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 45


Le réseau des États-Unis compte :

L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION • AMÉRIQUE DU NORD En Amérique du Nord, les réseaux canadien et étatsunien présentent des carac­ téristiques très différentes : tandis que le réseau canadien affiche 9 Alliances, le maillage étatsunien comprend 111 associations, ce qui en fait le plus vaste réseau d’Alliances au monde. Pris dans son ensemble, le réseau nord-américain compte plus de 38 000 apprenants qui ont fréquenté les 1 025 salles de classe des 120 Alliances en 2015 soit une augmentation de 9 % par rapport à 2014. Le réseau canadien compte :

»» »» »» »»

»»

9 Alliances réparties dans 8 provinces (4 Alliances sur 9 sont propriétaires de leurs locaux) ; 3 directeurs détachés : à Ottawa, à Winnipeg et à Toronto. Les 5 autres directeurs sont des Français recrutés localement ;  n réseau qui a réalisé une progression de 6 % en nombre d’heures ven­ u dues en 2015, qui a su rebondir malgré le coup d’arrêt aux subventions du gouvernement fédéral ; l’Alliance de Toronto qui est l’Alliance d’Amérique du Nord qui vend le plus d’heures de cours, avec son siège agrandi et ses 5 annexes lui per­ mettant d’aller au plus près de ses publics cibles. Son théâtre équipé, d’une capacité de 150 places, tient une place reconnue sur la scène cultu­ relle torontoise grâce à sa saison culturelle très remarquée ; L es 117 salles de classe, dont 53 (45 %) sont équipées de TNI (tableaux numériques interactifs), accueillent près de 10 000 étudiants cette année, dont 11 % suivent des cours dans le cadre du plan de formation de leur entreprise ou institution.

Les écoles de langue du réseau canadien continuent à progresser avec une hausse de 6 % du nombre d’heures vendues et du nombre d’inscriptions. À ­Winnipeg, l’Alliance du Manitoba a terminé avec faste et une couverture média­ tique importante l’année de célébration de son centenaire. Le projet de déména­ gement de l’Alliance de Moncton, qui innove en partageant les locaux d’un centre d’enseignement de l’anglais, a définitivement pris forme à l’été 2015.

»» »» »» »»

1 11 Alliances réparties sur 45 états et territoire (Porto Rico) dont 72 sont enseignantes ; 5 personnels détachés (un délégué général et un chargé de mission péda­ gogique à Washington, 3 directeurs à Denver, la Nouvelle Orléans et Porto Rico) ; 11 Alliances seulement sur 111 sont propriétaires de leurs locaux ; L es 908 salles de classe de ce réseau, dont 34 sont équipées de tableaux numériques interactifs (TNI), ont accueilli, en 2015, 28 135 étudiants.

En 2015, on relève une érosion du nombre d’étudiants (4,3 %), une légère progression (2,2 %) des heures vendues et une faible baisse des recettes globales de 1,7 %. Les camps d’été, secteur extrêmement concurrentiel dans un pays où la plupart des institutions culturelles et éducatives ont développé une offre, ont représenté plus de 3 000 inscriptions réparties sur 25 camps en 2015.

Les camps d’été ont représenté plus de 3 000 inscriptions réparties sur 25 camps en 2015.

Dans ce très vaste réseau, les enseignants ont pu bénéficier de formations à distance sous forme de web­inaires pédagogiques mis en place par la délégation générale. Véritable salle de conférences virtuelle, cette modalité permet d’organiser à faible coût et avec une grande souplesse, des actions de formation associant un grand nombre d’Alliances.

Dans le domaine de l’action culturelle, Festinema Junior, festival de cinéma francophone pour jeune public, initié et porté par l’Alliance Française de Porto Rico, a été rejoint par Minneapolis, La Nouvelle Orléans et Denver permettant à près de 1 800 élèves, grâce à des fiches pédagogiques réalisées par l’Alliance Française de Porto Rico, de travailler sur les films avec leur professeur en amont de la projection dans les cinémas de leur ville. C’est ainsi 27 écoles de Porto Rico et 35 écoles sur les 4 villes, qui ont participé à l’édition 2015, véritable projet d’éducation à l’image qui concourt à la promotion de la langue française et des cultures francophones.

Camps d’été, Alliance Française de Los Angeles © frenchmorning

46  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 47


L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION

French Film Festival, Alliance Française Australie

• OCÉANIE Dans cette région du monde, plus de 16 000 apprenants ont fréquenté les cours des Alliances Françaises en 2015, soit une hausse de près de 15 % par rapport à 2014 et en particulier 23 % en Nouvelle Zélande. Le réseau néo-zélandais compte :

»»

»»

1 0 Alliances Françaises dont 7 enseignantes ; 2 personnels détachés, le directeur-DG à Auckland et un volontaire international à Christchurch ; 3 Alliances sont propriétaires de leurs locaux ; les 23 salles de classe, dont 14 sont équipées de TNI, ont accueilli 39 enseignants et plus de 3 000 étu­ diants. L ’embellie des résultats doit notamment à la popularité du festival du film français « Alliance Française French Film Festival », remarquable vecteur de promotion de notre réseau qui avec un box-office de plus de 36 000 spectateurs progresse de 25 % en 2015.

Le réseau australien compte :

»» »»

3 0 Alliances Françaises dont 6 sites dans les capitales des provinces concernées, où sont basés 8 personnels détachés ; 2 3 Alliances Françaises enseignantes, qui sont, à l’exception des 6 capi­ tales, administrées par des bénévoles ; 5 Alliances sont propriétaires de leurs locaux ; les 102 salles de classe, dont 34 sont équipées de TNI, ont accueilli 184 enseignants et près de 12 000 étudiants.

La 26ème édition du « Alliance Française French Film Festival » a connu une progression remarquable de plus de 20 % du nombre de spectateurs par rapport à 2014 : plus de 157 000 personnes et 49 films ont été présentés dans les cinémas australiens. Dans le cadre des commémorations de la Première Guerre Mondiale, une mallette pédagogique virtuelle destinée aux professeurs de français des écoles austra­ liennes a été élaborée par des enseignants du réseau Alliance Française australien et lancée en avril en présence de l’ambassadeur de France et de la ministre de l’Éducation de l’Australian Capital Territory. La Mission du Centenaire a accordé en décembre 2015 son label au projet.

48  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

Classic Film Festival, Alliance Française Australie

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 49


L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION

s’ajoutent l’aide des Alliances Françaises en Inde et du Ministère français des ­Affaires Étrangères et du Développement International (27 000 €). Il n’en demeure pas moins que, du fait de ce séisme, l’Alliance a connu une baisse de près d’un tiers du nombre d’inscrits en 2015.

• ASIE En 2015, l’Asie compte 74 Alliances Françaises dans 26 pays. Ce réseau se caractérise par :

»» »» »» »» »» »» »»

sa jeunesse  : même si quelques Alliances figurent parmi les pionnières (notamment Pondichéry et Bangkok), les 2/3 des Alliances d’Asie ont été créées après 1980 ;  n fonctionnement professionnel, moderne et dynamique lié notam­ u ment à son bon taux d’encadrement en directeurs détachés du MAEDI (57 personnels) ; les seuls pays à double réseau d’établissements culturels Institut fran­ çais et Alliance Française sont le Japon et l’Indonésie ;  ne fragilité immobilière (seules 18 Alliances Françaises sont propriétaires u de leurs locaux) ; une domination des 2 réseaux : chinois et indien ;  es créations continues avec plusieurs projets de création en Inde et en d Chine notamment ;

Récupération d’eau, Séisme au Népal.

 es implantations parfois isolées qui ont besoin de se rassembler en ré­ d seau pour mieux partager leurs expériences, gagner en efficacité, réduire les coûts, etc.

En 2014, deux délégations géné­ rales régionales ont été créées en Asie du sud-est et au Moyen-Orient.

La création des deux délégations générales régio­ nales en Asie du sud-est et au Moyen-Orient en 2014 a visé à répondre à cette situation, de même que l’extension des mandats du délégué général Chine à la Mongolie en 2015.

Le bénéfice de ce rattachement d’une Alliance isolée à un réseau piloté par un délégué général a trouvé une illustration à la suite du tremblement de terre qui a secoué le Népal en avril et mai 2015 ainsi qu’au blocage de la frontière indienne dans les mois qui ont suivi. Le soutien, non seulement financier et matériel, mais aus­ si moral apporté par l’action de la délégation générale en Inde fut inestimable pour l’équipe de l’Alliance de Katmandou. Grâce à l’aide réseau, plus de 22 000 € ont été collectés à la suite de l’appel aux dons lancé par la Fondation, auxquels

50  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

Séisme de Katmandou

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 51


»»

L’ACTIVITÉ DES ALLIANCES FRANÇAISES PAR GRANDE RÉGION

»»

• EUROPE

»»

Le réseau des 237 Alliances Françaises d’Europe est dense, atypique et hétérogène. Il se caractérise par :

»» »»

»»

 n dynamisme réel avec, sur les 47 créations d’Alliances enregistrés u ­depuis la création de la Fondation en 2008, 20 qui se situent en Europe (ainsi, au Royaume-Uni, la Fondation a approuvé les créations d’Alliances Françaises à Leeds et Oxford) ;  n réseau qui traverse une phase de mutation parfois difficile, comme en u ­Russie et en Ukraine où les Alliances résistent aux graves difficultés éco­ nomiques, ou dans les pays d’Europe de l’Est et orientale, où elles doivent s’adapter drastiquement au contexte très concurrentiel.

un très faible encadrement en directeurs expatriés ;  ne forte proportion de pays à double réseau Institut français et Alliance u Française avec généralement des Alliances Françaises « en régions » et l’Institut français en capitale. Seules la Belgique, l’Irlande, Malte et la Mol­ davie comptent exclusivement les Alliances Françaises. Les principales Alliances Françaises d’Europe sont présentes en capitale : Paris, Bruxelles, Dublin, Madrid, Chisinau. Quand elle ne sont pas présentes en capitale, les Alliances ont plus de difficultés à travailler en réseau ;

Joute orale, Dublin, Irlande

»»

les Alliances Françaises ont pu assurer la relève des Instituts français (Gênes, Porto, Turin, Pristina) ces dernières années ;

Alliance Française de Moldavie

 n contexte de recul marqué du français dans les institutions et les u échanges scientifiques, culturels et économiques intra européens, conju­ gué à une forte concurrence en offre de cours des centres de langue uni­ versitaires et privés ;

Alliance Française de Moldavie © AF Moldavie

 ne particularité historique : un grand nombre (58) d’Alliances Françaises u sans activité enseignante appelées aussi « culturelles » ;

Alliance Française de Plovdiv, Bulgarie

52  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 53


F

CUS

RUSSIE, UKRAINE, ÎLES BRITANNIQUES Russie Dans un contexte de crise économique profonde, les Alliances Françaises de Russie enregistrent une diminution du nombre d’étudiants et d’heures vendues. Même si l’activité « camps linguistiques » compense, pour les Alliances qui la pratiquent, une source stable et régulière de revenus. Malgré ces difficultés, les Alliances de Russie ont pu poursuivre une activité, notamment culturelle, de qualité ; elles ont pu en particulier organiser, sous l’impulsion de la délégation générale à Moscou, le concours national « Alliances pour la planète », avec près de 2 500 participants, pour préparer la COP 21.

Alliance Française d’Oxford

Ukraine En Ukraine, la situation est plus contrastée. Depuis son ouverture début 2015 en relève d’une antenne de l’Institut français de Kiev, l’Alliance Française de Kharkiv affiche des résultats prometteurs. L’Alliance Française de Dnipropetrovsk affiche aussi de bons résultats et maintient ses activités grâce à la fidélité du jeune public ukrainien dont nombre préparent des projets de mobilité. Îles britanniques En 2015, le réseau britannique compte 11 Alliances Françaises, dont 10 Alliances enseignantes. Avec un peu plus de 3 500 étudiants différents, les activités d’en­ seignement du réseau britannique connaissent un très léger tassement en 2015. Les Alliances ont mis la priorité sur la fidélisation des publics existants et sur la réponse à la demande grandissante de cours sur mesure. 2015 a vu l’ouverture de 2 nouvelles Alliances, l’une à Oxford en septembre, l’autre à Leeds en octobre. En Irlande, si les résultats attestent d’une croissance importante du nombre des inscriptions (+ 23 % au plan national), on observe une chute des recettes dans un marché très concurrentiel et instable.

Heure du conte en français, Alliance Française d’Oxford

54  • RAPPORT MORAL – Le réseau international

RAPPORT MORAL – Le réseau international • 55


apport financie

rapport

financier 2015


• 2 – JUSTIFICATION DES APPRÉCIATIONS RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre 2015 Aux Membres du Conseil d’Administration, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre Conseil d’Administra­ tion, nous vous présentons notre rapport relatif à l’exercice clos le 31 décembre 2015, sur :

En application des dispositions de l’article L.823-9 du Code de commerce relatives à la justification de nos appréciations, nous vous informons que les apprécia­ tions auxquelles nous avons procédé ont porté sur le caractère approprié des principes comptables appliqués et sur le caractère raisonnable des estimations significatives retenues. Les appréciations ainsi portées s’inscrivent dans le cadre de notre démarche d’audit des comptes annuels, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de notre opinion exprimée dans la première partie de ce rapport.

• 3 – VÉRIFICATIONS ET INFORMATIONS SPÉCIFIQUES

– le contrôle des comptes annuels de la fondation Alliance Française tels qu’ils sont joints au présent rapport ;

Nous avons également procédé, conformément aux normes d’exercice profes­ sionnel applicables en France, aux vérifications spécifiques prévues par la loi.

– la justification de nos appréciations ;

Nous n’avons pas d’observation à formuler sur la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport d’activité et dans les documents adressés aux membres de la fondation sur la situation financière et les comptes annuels.

– les vérifications et informations spécifiques prévues par la loi. Les comptes annuels ont été arrêtés par le président. Il nous appartient, sur la base de notre audit, d’exprimer une opinion sur ces comptes.

• 1 – OPINION SUR LES COMPTES ANNUELS Nous avons effectué notre audit selon les normes d’exercice professionnel appli­ cables en France ; ces normes requièrent la mise en oeuvre de diligences permet­ tant d’obtenir l’assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d’anomalies significatives. Un audit consiste à vérifier, par sondages ou au moyen d’autres méthodes de sélection, les éléments justifiant des montants et informations figurant dans les comptes annuels. Il consiste également à appré­ cier les principes comptables suivis, les estimations significatives retenues et la présentation d’ensemble des comptes. Nous estimons que les éléments que nous avons collectés sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion.

Fait à Paris, le 29 juin 2016 Le Commissaire aux Comptes SEREC AUDIT Dominique GAYNO

Nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résul­ tat des opérations de l’exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de la fondation à la fin de cet exercice. Sans remettre en cause l’opinion exprimée ci-dessus nous attirons votre attention sur le point suivant. Les dépenses engagées par les DGAF sont intégralement enregistrées en achats et charges externes et pour certaines suivant les règles de la comptabilité de trésorerie.

58  • RAPPORT FINANCIER

RAPPORT FINANCIER • 59


BILAN ET SITUATION FINANCIÈRE Le bilan de la Fondation Alliance Française, se présente de la façon suivante : Bilan actif (en K€)

Bilan passif (en K€) 2015

Rubriques Fond statutaire à doter Concessions et droits similaires

Montant brut

2014

Dépréciation

-

Net

Net -

-

7 616

7 616

-

-

6 300 000

-

6 300 000

6 300 000

31 496 776

465 484

31 031 292

30 772 162

Autres immobilisations corporelles

223 807

188 616

35 191

30 509

Autres immobilisations financières

256

-

256

256

38 028 455

661 716

37 366 739

37 102 927

Terrains Constructions

Actif immobilisé Fournisseurs, avances et acomptes Créances clients et comptes rattachés Autres créances

35 600 000

35 600 000

Fonds associatifs

1 515 714

1 515 714

Report à nouveau

466 939

464 485

– 740 010

2 453

Capitaux propres

36 842 644

37 582 652

Provisions pour risqueset charges

602 192

569 192

4 987 703

5 028 208

-

-

Résultat de l’exercice

Dettes auprès des Éts financiers Clients (avances et acomptes)

16 141

Fournisseurs et comptes rattachés

196 607

199 486

205 782

-

205 782

59 614

Dettes fiscales et sociales

279 466

261 453

1 673 735

1 573 749

-

-

7 137 512

7 062 896

44 582 348

45 214 740

3 340

3 870

5 556 100

55 080

5 501 020

6 633 173

Disponibilités

1 490 921

-

1 490 921

1 399 015

10 298

-

10 298

-

7 270 688

55 080

7 215 608

8 111 813

45  299  144

716  796

44  582  348

45  214  740

60  • RAPPORT FINANCIER

Fonds statutaires

4 247

-

TOTAL GÉNÉRAL

NET 2014

-

3 340

Actif circulant

NET 2015

4 247

Valeurs mobilières de placement Charges constatées d’avance

Rubriques

Autres dettes Produits constatés d’avance Dettes TOTAL GÉNÉRAL

RAPPORT FINANCIER • 61


Les immobilisations de 38 M€, sont composées de l’ensemble immobilier apporté lors de la création de la Fondation pour 31,6 M€ (6 900 m2 pour le bâtiment Raspail et 800 m2 pour le bâtiment Fleurus), de l’immeuble sis rue Alfred de Musset acquis pour 4 M€ auxquels s’ajoutent des frais d’acquisition, des travaux et des intérêts d’emprunts pour un montant total de 6,2 M€, de travaux en cours pour 69 K€ et d’installations générales et de mobilier pour 224 K€. Les valeurs mobilières de placement sont constituées d’un portefeuille d’obliga­ tions et d’actions, de SICAV et d’un contrat de capitalisation. La majeure partie de ces valeurs mobilières sont actuellement nanties en garantie du prêt immobilier souscrit auprès de la Banque Transatlantique pour le financement de l’acquisition de l’immeuble Musset. La situation financière de la Fondation Alliance Française est la suivante :

»» »» »»

ses fonds propres s’élèvent à 36,8 M€ ; ses disponibilités et ses placements financiers s’élèvent à 7 M€ ; s es dettes financières sont constituées d’un compte bancaire débiteur de 1,2 M€ et d’un emprunt contracté pour l’acquisition de l’immeuble Musset qui s’élève à 3,8 M€.

L’ACTIVITÉ Les soldes intermédiaires de gestion font apparaître les étapes successives de constitution du résultat net décrites ci-après : Compte de résultats Rubriques

2015

2014

Production vendue de biens Production vendue de services Subventions Autres produits Reprise de provisions

2 310 1 399 772 1 730 381 1 136 851 -

1 102 196 1 674 322 876 493 55 323

Produits d’exploitation

4 269 315

3 708 334

Autres achats et charges externes Impôts, taxes et versements assimilés Salaires Charges sociales Dotations aux amortissements et provisions Charges diverses de gestion courante

3 492 446 109 010 820 748 489 493 279 409 318

2 843 665 89 320 586 882 327 127 354 530 33

Charges d’exploitation

5 191 424

4 201 557

Résultat d’exploitation

– 922 110

– 493 223

Produits financiers Charges financières

349 607 168 590

498 499 4 263

Résultat financier

518 197

494 236

– 403 913

1 013

Produits exceptionnels Charges exceptionnelles

1 083 -

2 620 1 180

Résultat exceptionnel

1 083

1 440

Total des produits Total des charges

4 620 005 5 360 014

4 209 453 4 207 000

RÉSULTAT NET

– 740 010

2 453

Résultat courant avant impôts

62  • RAPPORT FINANCIER

RAPPORT FINANCIER • 63


Les principales variations qui expliquent la variation du résultat de – 742 K€ sont les suivantes :

»» »»

 ugmentation des frais de personnel due au versement a d’indemnités à des collaborateurs ayant quitté la Fondation (280 K€) et augmentation de la masse salariale (110 K€). . . . . . . . . – 390 K€  ugmentation des autres achats et charges externes a (hors charges dues par l’Alliance Française Paris Île-de-France refacturées à l’euro près). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . –  265 K€

»» Les principaux postes expliquant cette variation sont :

• l e colloque international qui s’est tenu en 2015, organisé tous les deux ans, et dont le coût en 2015 est de 101 K€ ; • des études sur la situation et les perspectives du numérique dans le réseau pour 49 K€ ; • les États généraux pour 37 K€ ;

»» »»

l a progression des produits d’exploitation liée notamment aux produits perçus dans le cadre du colloque et des États généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . + 67 K€ l a baisse des revenus financiers (159 K€ de plus-value exceptionnelle en 2014) . . . . . . . . . . . . . . . . .   – 149 K€

Par ailleurs, l’opération de l’immeuble Musset qui se compose des revenus des loyers de 174 K€ diminués des dotations aux amortissements de 47 K€ et des intérêts d’emprunt de 130 K€ est quasi neutre (3 K€). Les facteurs exposés sont pour l’essentiel conjoncturels, mais ils esquissent également les dépenses de nouveaux chantiers ouverts dans le cadre du plan de modernisation du réseau engagé par la Fondation « Alliance 2020 ». Nous avons poursuivi durant l’exercice la mise en conformité de notre comptabi­ lité par rapport aux recommandations de la Cour des Comptes. L’année 2015 se présente ainsi comme une année de transition entre le premier âge de la Fondation, créée en 2007, et la nouvelle dynamique engagée par la conception et la mise en œuvre du plan « Alliance 2020 ».

ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2015 Les informations communiquées ci-après font partie intégrante des comptes annuels.

• RÈGLES ET MÉTHODES COMPTABLES Les conventions ci-après ont été appliquées dans le respect du principe de pru­ dence, conformément aux règles de base suivantes : – continuité de l’exploitation ; – permanence des méthodes comptables d’un exercice à l’autre ; – indépendance des exercices ; – application du CRC n° 2009-01 du 3 décembre 2009 relatif aux règles comp­ tables applicables aux Fondations. Suite aux recommandations de la Cour des comptes et de notre Commissaire aux comptes, la comptabilisation des produits et charges pour les Délégations générales à l’étranger obéit aux principes suivants: sont portées au compte de résultat de la Fondation les subventions du Ministère des affaires étrangères attribuées aux Délégations générales à l’étranger, et les dépenses engagées sur ces fonds par les Délégations générales correspondantes. De même, l’ensemble des autres produits et des charges des Délégation générales transitant par les comptes bancaires ouverts localament par la Fondation Alliance française pour ces Délégations générales est également porté au compte de résultat. Les principales méthodes utilisées sont les suivantes: 1. 1 Immobilisations incorporelles Les immobilisations incorporelles sont évaluées à leur coût d’acquisition. Les amortissements pour dépréciation sont calculés suivant le mode linéaire en fonction de la date prévue (concessions, licences : 1 an). 1. 2 Immobilisations corporelles Les amortissements pour dépréciation sont calculés suivant le mode linéaire en fonction de la durée prévue: – Constructions: voir tableau page suivante – Agencements, installations générales (hors constructions) : 10 ans ; – Ascenseurs (hors constructions) : 1 an ; – Matériel de bureau et informatique : 3 ans.

64  • RAPPORT FINANCIER

RAPPORT FINANCIER • 65


Immobilisations corporelles Décomposition

1.3 Créances

Raspail

Fleurus valeur brute (€)

amts annuel (€)

valeur brute (€)

TOTAL

durée amts

valeur brute (€)

Structures et ouvrages 77,7 assimilés

NA

17 404 800

Menui­ series extérieures

3,3

30

739 200

24 640

92 400

3 080

205 509

6 850

Chauffage collectif

3,2

30

716 800

23 893

89 600

2 987

199 281

Étanchéité

1,1

18

246 400

13 689

30 800

1 711

Revêtements extérieurs (façades)

2,1

30

470 400

15 680

58 800

Électricité

5,2

30

1 164 800

38 827

Plomberie/ sanitaires

4,6

30

1 030 400

Ascenseurs

2,8

18

627 200

TOTAL

100

(%)

amts annuel (€)

Musset amts annuel (€)

valeur brute (€)

amts annuel (€)

Les créances sont valorisées à leur valeur nominale. Une provision pour dé­ préciation est pratiquée lorsque la valeur d’inventaire est inférieure à la valeur comptable. 1. 4 Valeurs mobilières de placement

0

Les valeurs mobilières de placement figurent au bilan pour leur prix d’acquisition ou leur valeur de marché.

1 037 109

27 720

Si la valeur a été achetée au-dessus du nominal, une provision est constituée représentant la différence entre le prix d’acquisition et le nominal, divisée par le nombre d’années à courir jusqu’à échéance, de manière à ce que la moins-value générée à l’échéance soit étalée sur la durée de détention de la valeur.

6 643

1 005 681

26 880

Cette provision s’élève à 55 080 € pour l’exercice 2015.

68 503

3 806

345 703

15 400

1 960

130 778

4 359

659 978

17 640

145 600

4 853

323 832

10 794

1 634 232

43 680

34 347

128 800

4 293

286 466

9 549

1 445 666

38 640

34 844

78 400

4 356

174 371

9 687

879 971

39 200

0

2 175 600

0 4 838 792

0 24 419 192

22 400 000 185 920 2 800 000 23 240 6 227 532 51 689 31 427 532 209 160

Aucune dotation ou provision n’est comptabilisée pour la dépréciation des bâti­ ments : la structure des immeubles n’a fait l’objet d’aucun amortissement, aucune perte de valeur n’étant estimée devoir être constatée. Une provision pour travaux a été constituée avant l’adoption de la méthode d’amortissement décrite dans ce paragraphe. Cette provision n’a été ni dotée ni reprise durant l’exercice 2015 et reste donc à son niveau de 2014, soit 533 k€. L’immeuble de la rue de Musset, acquis durant l’exercice 2013, a été réhabilité et loué dans le courant de l’exercice 2015 : les intérêts payés par la Fondation au titre du prêt qui a financé cette acquisition, comptabilisés à l’actif en 2014, sont désormais comptabilisés en charges financières conformément à la réglemen­ tation en vigueur.

66  • RAPPORT FINANCIER

RAPPORT FINANCIER • 67


annexes

annexes


70  • ANNEXES Canada

Cuba 13 092

80 000

Argentine

37 101

Brésil

CES

Chine

28 356

Australie

N°2

DELF 94 %

12 641

Espagne

Inde

N°3

DELF 94 %

10 322

* Toutes certifications confondues.

N°1

DELF 95 %

19 181

Italie

82% DE RÉPONSES

TOP 15 DES PAYS SELON LE NOMBRE DE CERTIFICATIONS*

Certifications

N°4

DELF 96 %

10 180

Mexique

N°5

DELF 80 %

TCF 13 %

9 737

Colombie

N°6

DELF 32 %

TCF 48 %

7 832

France

N°7

DELF 82 %

DALF 14 %

7 644

Madagascar

82% DE RÉPONSES

dans le monde

CANDIDATS

170 000

67 000

N°8

DELF 86 %

6 968

Argentine

Test d’Evaluation du Français (TEF) 3 %

N°9

DELF 91 %

6 341

Corée du Sud

N°10

DELF 53 %

TCF 23 %

5 738

Brésil

Test de Connaissance du Français (TCF) 8 %

Diplôme Approfondi en Langue Française (DALF) 4 %

5%

14 % Antilles et Caraïbes 6 % Amérique du Nord 5 % Océanie 2 %

Afrique et océan Indien

N°11

DELF 73 %

Autres 23 %

Pérou 5 269

Fondation

N°12

TCF 67 %

Autres 33 %

3 665

Côte d’Ivoire

Inde

Mexique

Colombie

Canada

Brésil

Chine

774 285

N°13

DELF 53 %

3 136

Chine

390 669

423 839

2 896

N°14

DELF 95 %

2 640

DELF 48 % N°15

TEF 48 %

Canada

1 137 508

1 258 947

1 386 678

88% DE RÉPONSES

Nigeria

438 720

443 576

508 334

599 321

États-Unis

France

Italie

Espagne

TOP 10 DES PAYS SELON LES RECETTES DE CERTIFICATIONS ET D’EXAMENS (EN EUROS)

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

Diplôme d’Etudes en Langue Française (DELF) 80 %

Autres certifications

23 %

37 %

Europe 14 %

Asie

Amérique Latine

DÉTAIL PAR RÉGION

85% DE RÉPONSES

28 millions

20 000

DANS D’AUTRES COURS

Fondation

D’HEURES DE FRANÇAIS*** VENDUES DANS LE MONDE

DANS LE CADRE DE L’ASSISTANCE PÉDAGOGIQUE

48% DES ALLIANCES

APPRENANTS REPRÉSENTENT

61% DES APPRENANTS

343 000

Madagascar

28 103

Inde

25 530

11 835

EN COURS DE FRANÇAIS AUX ENTREPRISES OU INSTITUTIONS

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

* Tous cours de français, assistance pédagogique et autres cours. ** Cours de français grand public, aux entreprises ou institutions et assistance pédagogique. *** Cours de français grand public.

35 318

Pérou

23 321 France Espagne

13 643

Venezuela 30 170 Colombie

23 505

12 829

11 558

États-Unis

25 828

Mexique

22 970

EN COURS DE FRANÇAIS GRAND PUBLIC

393 000

DONT :

TOP 15 DES PAYS EN NOMBRE D’APPRENANTS DE FRANÇAIS**

86% DE RÉPONSES

APPRENANTS*

560 000

Enseignement

RAPPORT DATA 2015

ANNEXES • 71


72  • ANNEXES ANNEXES • 73

6 695 6 582

N°7 Caracas (Venezuela) N°8 (Canada) Buenos Aires

5 761 5 732 5 578 5 079

N°11 São Paulo (Brésil) de Janeiro N°12 Rio (Brésil)

N°13 Shanghai (Chine) N°14 New York (É.-U.)

494 357

Rio de Janeiro (Brésil)

N°7

N°15

336 003

** Heures de cours de français grand public, aux entreprises ou institutions et autres cours.

Madras (Inde)

Buenos Aires (Arg.) 348 837

Quito (Équateur) 354 422

N°14

São Paulo (Brésil) 403 085

N°13

426 125

427 054

N°12

N°11

Caracas (Venezuela) Tananarive (Madagascar)

Shanghai (Chine) 440 482

N°9 N°10

Bombay (Inde)

N°8 452 485

501 951

567 864

Pékin (Chine)

New Delhi (Inde)

613 892

754 131

1 026 785

1 138 310

N°6

N°5

Paris (France)

La Havane (Cuba)

N°3 N°4

Lima (Pérou)

Bogota (Colombie)

N°2

N°1

85% DE RÉPONSES

NOMBRE D’HEURES DE COURS VENDUES**

Autres pays 23

Chili 9

États-Unis 108

Pérou 7

Brésil 36

Argentine 51

Colombie 12

Venezuela 9

22 %

Amérique latine Mexique 26

Canada 9

14%

Amérique du Nord

N°14 N°15

Uruguay 8

Cuba 2

France 26

Haïti 5 Autres pays 10

2%

Antilles et Caraïbes

Espagne 20

Royaume-Uni 11 Portugal 10

Europe

Italie 35

Turin (Italie)

Grenade (Espagne) Bari (Italie)

N°15

La Havane (Cuba)

Bologne (Italie)

N°14

N°13

14 %

Australie 30

NouvelleZélande 9

Autres pays 6

6%

Océanie

Indonésie 3

Japon 4

Corée du Sud 6

Autres pays 25

Chine 15

Sri Lanka 4

Inde 13

Pakistan 3

Asie

9%

Rép. Dém. du Congo 4 Mauritanie Côte 5 Nigeria d’Ivoire 10 4 Ghana 5 Zambie Madagascar 5 29 Autres pays 40 Afrique du Sud 13

Afrique et océan Indien

Autres pays 54

Russie 12

Bulgarie 8

Suisse 8

Belgique 8

Ukraine 8

Danemark 13

Suède 15

N°11 N°12

Taïwan (Taïwan)

Bangkok

N°9 (Thaïlande)

Aires N°8 Buenos (Argentine)

N°7 Mexico (Mexique)

N°5 Madrid (Espagne) Lumpur N°6 Kuala (Malaisie)

N°4 Lima (Pérou)

Tananarive N°3 (Madagascar)

Séoul N°2 (Corée du Sud)

Fondation

1 777

1 844

2 017

2 033

2 154

2 206

2 225

2 245

2 375

2 427

2 522

3 197

3 398

3 995

4 826

82% DE RÉPONSES

Bogota N°1 (Colombie)

N°10

Fondation

NOMBRE DE CANDIDATS DELF / DALF

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

*** Recettes propres et subventions (données confidentielles). Le Venezuela a été déclassé en raison de son hyperinflation.

Shanghai (Chine) Lyon (France) Bruxelles-Europe (Belgique)

Singapour (Singapour) N°13

N°12

Toronto (Canada) Madrid (Espagne) N°11

N°10

N°9 Pékin (Chine)

N°8 Bogota (Colombie)

N°7 Hong Kong (Chine)

N°6 Lima (Pérou)

N°5 São Paulo (Brésil)

N°4 CAVILAM Vichy (France)

N°3 Rio de Janeiro (Brésil)

N°2 New York (États-Unis)

32 %

Pays-Bas 33

89% DE RÉPONSES

CHIFFRE D’AFFAIRES***

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

N°1 Paris (France)

Les Alliances Françaises par région

* Cours de français grand public, aux entreprises ou institutions (hors assistance pédagogique).

N°15 Séoul (Corée du Sud) 5 053

6 303

N°10 Hong Kong (Chine)

N°9 (Argentine) 6 546

7 226

N°6 Pékin (Chine)

Toronto

7 938

8 317

8 760

9 245

10 335

Paris N°5 (France)

N°3 Tananarive (Madagascar) Bogota N°4 (Colombie)

N°2 Lima (Pérou)

La Havane N°1 (Cuba)

86% DE RÉPONSES

NOMBRE D’APPRENANTS DE FRANÇAIS*

Top 15 des Alliances


74  • ANNEXES Chine Haïti Maroc Albanie Emirats Arabes Unis Malaisie Panamá Lesotho Sao Toméet-Principe Singapour Turquie France

États-Unis Pérou Espagne Colombie Pays-Bas Mexique Canada Madagascar Inde Argentine Australie Portugal

60 59 59 56 53 53 48 47 34 31

67

Thaïlande

France 68

Bahreïn

Chine

Brésil

62 %

63 %

67 %

67 %

67 %

68 %

69 %

71 %

74 %

75 %

76 %

80 %

88 %

89 %

… ET EN TAUX D’ÉQUIPEMENT DES SALLES 100 % Egypte

* Nombre de salles de classes totales : Brésil 502 ; Chine 195 ; France 181 ; États-Unis 277 ; Pérou 188 ; Espagne 123 ; Colombie 195 ; Pays-Bas 122 ; Mexique 319 ; Canada 117 ; Madagascar 147 ; Inde 133 ; Argentine 281 ; Australie 103 ; Portugal 53.

113

156

EN NOMBRE DE SALLES ÉQUIPÉES… 304

77% DE RÉPONSES

TOP 15 DES PAYS EN ÉQUIPEMENT EN TABLEAU NUMÉRIQUE INTERACTIF EN 2015

L’enseignement numérique

des cours 100% en ligne

55 %

Amérique du Nord

15 %

Antilles et Caraïbes

10 %

Amérique latine

25 %

8% Océanie

9% Afrique et océan Indien

Europe

22 %

Fondation

22 %

23 %

des cours les deux mixtes

DES ALLIANCES PROPOSENT DES COURS EN LIGNE. PARMI ELLES :

15 %

87% DE RÉPONSES

* Apprenants en cours de français grand public et cours aux entreprises ou institutions.

14% DE RÉPONSES

APPRENANTS SUIVENT DES COURS EN LIGNE, SOIT 10% DES APPRENANTS DE FRANÇAIS*

49 000

4 930 SALLES DE CLASSE DANS LE MONDE 1 tiers ÉQUIPÉES EN TNI

Asie

11 %

DÉTAIL PAR RÉGION

85% DE RÉPONSES

ALLIANCES DONNENT DES COURS EN LIGNE

121

RAPPORT DATA 2015 : LE JOURNAL

SYNTHÈSE DE LA RÉPARTITION PAR ZONE GÉOGRAPHIQUE DES PAYS

Répartition des Alliances dans le monde Continent Pays Nombre d’AF Nombre d’AF enseignantes Nombre DG

Europe 32 236 198 9

Afrique et Océan Indien 34 109 105 9

Asie 26 72 72 6

Amérique Latine Amérique du Nord Antilles et Caraïbes 20 176 176 11

2 86 70 2

12 20 19 4

Océanie 6 41 38 4

TOTAL 132 740 678 45

ANNEXES • 75


NOMBRE D’APPRENANTS PAR PAYS

Cours de Français

Cours autres que Français

Assistance Péda­ gogique

TOTAL

(hors assistance pédagogique)

TOTAL APPRENANTS

EUROPE 32 PAYS

81 604

6 474

11 077

88 078

99 155

Albanie

1 559

15

29

1 574

1 603

Andorre

102

-

-

102

102

Belgique

3 609

-

-

3 609

3 609

Bulgarie

948

31

-

979

979

Chypre

160

-

-

160

160

Croatie

2 171

-

30

2 171

2 201

26

-

-

26

26

Espagne

10 548

555

3 095

11 103

14 198

Estonie

-

-

-

-

-

France

23 196

3 638

125

26 834

26 959

Hongrie

362

-

45

362

407

Irlande

3 879

-

-

3 879

3 879

Islande

148

14

-

162

162

3 191

1 015

4 864

4 206

9 070

Kosovo

432

49

-

481

481

Macédoine

221

16

120

237

357

Malte

416

-

-

416

416

Moldavie

2 841

143

-

2 984

2 984

Monaco

174

-

-

174

174

Norvège

-

-

-

-

-

Pays-Bas

5 300

12

4

5 312

5 316

Pologne

2 824

608

980

3 432

4 412

Portugal

3 944

164

-

4 108

4 108

République tchèque

1 748

-

77

1 748

1 825

Danemark

Italie

76  • ANNEXES

Cours de Français

Cours autres que Français

Roumanie

1 705

Royaume-Uni

4 318

Russie Saint-Marin Slovaquie

Assistance Péda­ gogique

(hors assistance pédagogique)

TOTAL

TOTAL APPRENANTS

9

-

1 714

1 714

-

1 260

4 318

5 578

4 023

100

308

4 123

4 431

1

-

30

1

31

330

17

-

347

347

Suède

-

-

-

-

-

Suisse

360

8

3

368

371

Ukraine

3 068

80

107

3 148

3 255

6 760

5 693

77 402

83 095

AFRIQUE ET OCÉAN INDIEN 34 PAYS

70 642

Afrique du Sud

2 865

273

-

3 138

3 138

Angola

1 790

1 057

-

2 847

2 847

387

62

40

449

489

Burundi

42

137

1 271

179

1 450

Cameroun

837

247

-

1 084

1 084

Botswana

Cap-Vert

230

15

61

245

306

Comores

3 154

106

350

3 260

3 610

-

-

-

-

-

Djibouti

333

117

-

450

450

Égypte

622

-

-

622

622

Érythrée

2 730

70

-

2 800

2 800

Éthiopie

2 134

73

10

2 207

2 217

Gambie

678

20

-

698

698

Ghana

3 671

955

220

4 626

4 846

Kenya

3 281

-

-

3 281

3 281

Côte d’Ivoire

Lesotho Madagascar Mali Maroc Maurice Mauritanie

340

-

3 000

340

3 340

27 984

2 525

119

30 509

30 628

12

49

-

61

61

1 082

-

-

1 082

1 082

825

31

-

856

856

2 837

160

-

2 997

2 997

ANNEXES • 77


Cours de Français

Cours autres que Français

Assistance Péda­ gogique

(hors assistance pédagogique)

TOTAL

TOTAL APPRENANTS

276

30

5

306

311

Nigeria

5 688

115

103

5 803

5 906

Ouganda

1 002

27

-

1 029

1 029

Mongolie

Niger

République centrafricaine

1 334

356

100

1 690

1 790

Cours de Français

Cours autres que Français

Malaisie

1 849

Maldives

498

Népal

-

1 864

1 864

65

15

563

578

296

-

-

296

296

1 136

16

250

1 152

1 402

-

-

467

467

-

6 140

6 140

Philippines

5 808

-

9

5 808

5 817

Singapour

3 628

-

-

3 628

3 628

Sri Lanka

2 408

-

50

2 408

2 458

Taïwan

2 048

64

-

2 112

2 112

145

7

-

152

152

2 810

120

-

2 930

2 930

430

-

1

430

431

731

731

Sao Toméet-Principe

185

-

-

185

185

1 373

59

-

1 432

1 432

Seychelles

953

-

-

953

953

Soudan

126

-

-

126

126

Territoires palestiniens

Swaziland

256

5

-

261

261

Thaïlande

Tanzanie

914

62

196

976

1 172

581

86

218

667

885

1 491

21

-

1 512

1 512

26 PAYS

15

98

-

ASIE

TOTAL APPRENANTS

467

102

Zimbabwe

TOTAL

6 042

629

Zambie

(hors assistance pédagogique)

Pakistan

Ouzbékistan

République démocratique du Congo

Sénégal

Assistance Péda­ gogique

Turquie

AMÉRIQUE LATINE 20 PAYS

143 259

2 738

43 559

145 997

189 556

Argentine

15 821

656

21 280

16 477

37 757

103 798

2 335

2 649

106 133

108 782

Bolivie

2 224

21

-

2 245

2 245

1 749

38

-

1 787

1 787

Brésil

29 896

621

274

30 517

30 791

Arménie

469

-

-

469

469

Chili

1 537

104

75

1 641

1 716

Bahreïn

670

-

2 000

670

2 670

Colombie

23 505

216

-

23 721

23 721

4 050

756

-

4 806

4 806

Costa Rica

1 179

-

361

1 179

1 540

Arabie Saoudite

Bangladesh Brunei

90

-

-

90

90

Équateur

8 104

123

1 050

8 227

9 277

Chine

28 256

388

100

28 644

28 744

Guatemala

2 448

1

-

2 449

2 449

Corée du Sud

7 436

99

80

7 535

7 615

Guyana

28

-

-

28

28

Guyane

330

8

-

338

338

Honduras

1 336

81

-

1 417

1 417

Mexique

22 697

331

273

23 028

23 301

Nicaragua

1 591

90

-

1 681

1 681

Panamá

1 205

25

-

1 230

1 230

Paraguay

811

-

-

811

811

Émirats Arabes Unis

2 932

94

144

3 026

3 170

Inde

25 530

412

-

25 942

25 942

Indonésie

1 165

44

-

1 209

1 209

Japon

1 739

104

-

1 843

1 843

Kazakhstan

1 803

6

-

1 809

1 809

Kirghizistan

344

9

-

353

353

78  • ANNEXES

ANNEXES • 79


Cours de Français

Cours autres que Français

Assistance Péda­ gogique

(hors assistance pédagogique)

TOTAL

TOTAL APPRENANTS

Pérou

15 571

309

19 747

15 880

35 627

OCÉANIE

Salvador

1 313

16

-

1 329

1 329

Surinam

50

-

-

50

50

Uruguay

920

85

100

1 005

1 105

Cooks (Îles)

12 693

51

399

12 744

13 143

Fidji

Venezuela

2 PAYS

36 954

1 140

1 703

38 094

39 797

Canada

12 799

77

30

12 876

12 906

États-Unis

24 155

1 063

1 673

25 218

26 891

ANTILLES ET CARAÏBES Saint-Christophe-et-Niévès Barbade Haïti

21 178

592

1 702

21 770

23 472

54

-

-

54

54

82

-

-

82

82

3 615

194

802

3 809

4 611

590

5

-

595

595

Bermudes

-

-

-

-

-

Jamaïque

266

3

-

269

269

Saint-Vincentet-les-Grenadines

219

-

-

219

219

Trinitéet-Tobago

490

43

-

533

533

Dominique

136

-

-

136

136

Grenade

222

-

-

222

222

République dominicaine

3 946

79

900

4 025

4 925

Cuba

11 558

268

-

11 826

11 826

Sainte-Lucie

80  • ANNEXES

Cours autres que Français

Assistance Péda­ gogique

(hors assistance pédagogique)

TOTAL

TOTAL APPRENANTS

6 PAYS

15 682

496

626

16 178

16 804

Australie

11 795

181

40

11 976

12 016

13

-

-

13

13

317

67

510

384

894

2 896

137

54

3 033

3 087

Tonga

34

3

-

37

37

Vanuatu

627

108

22

735

757

TOTAL 132 PAYS

473 652

20 535

67 009

493 652

560 661

NouvelleZélande

AMÉRIQUE DU NORD

12 PAYS

Cours de Français

ANNEXES • 81


COMPOSITION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION Au 31 décembre 2015

• MEMBRES DU BUREAU

• AUTRES MEMBRES

Président Jérôme CLÉMENT

Máximo BOMCHIL Président de l’Alliance Française de Buenos Aires

Vice-présidente Hélène CARRÈRE D’ENCAUSSE Secrétaire perpétuel de l’Académie française

André COINTREAU Président-directeur général du Cordon Bleu

Vice-président Michel LUCAS Ancien président du directoire du CIC – Crédit Mutuel Trésorier Jean-Luc SCHILLING Directeur général de société Secrétaire Josseline de CLAUSADE Conseiller du président - Groupe Casino

Alain-Pierre DEGENNE Président de l’Alliance Française Bordeaux Aquitaine Catherine FERRANT Directrice générale de la Fondation TOTAL, représentant le Groupe TOTAL Michaëlle JEAN Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie Guilhène MARATIER-DECLÉTY Présidente de l’Alliance Française Paris Île-de-France Jean-Claude MEYER Vice-président de Rothschild Europe Pierre MOUSSA Ancien président-directeur général du Groupe Paribas Zaki NUSSEIBEH Président de l’Alliance Française d’Abou Dabi Le ministre des Affaires étrangères et du Développement international Le ministre de l’Intérieur Commissaire aux comptes titulaire SEREC AUDIT Dominique GAYNO

82  • ANNEXES

ANNEXES • 83


L’ÉQUIPE DE LA FONDATION Au 31 décembre 2015

• PRÉSIDENT

• PRÉSIDENCE Jérome CLÉMENT Assistante Martine FLAGEUL

• SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Bertrand COMMELIN Assistante Agnieszka BELLINI

COMPOSITION DU COMITÉ DE PARRAINAGE

Sylvia ALEX Partenariats Clémentine BRAUD-MÉCHIN Marketing & Développement Gérald CANDELLE Recrutement réseau & Développement RH Zahid CASSAM-CHENAI Administrations – Finances Florence CASTEL-LESCURE Communication Marie GRANGEON-MAZAT Déléguée Afrique, Amérique latine et Caraïbes & Relations institutionnelles Laurence LALATONNE Action Culturelle

Michel BARNIER Ancien ministre, ancien commissaire européen

• MEMBRES Jacques ATTALI Membre du Conseil d’État Robert BADINTER Ancien ministre François BONNEMAIN Ancien président de TV5MONDE Hélène CARRÈRE D’ENCAUSSE Secrétaire perpétuel de l’Académie française, historienne Patrick de CAROLIS Journaliste, producteur, ancien président de France Télévisions Alain DECAUX De l’Académie française, ancien ministre de la Francophonie, historien

Sabrina LYAZID Accueil et secrétariat

Abdou DIOUF Ancien Président du Sénégal, ancien secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie

Isabelle MORIEUX Déléguée Amérique du Nord et Océanie & Formation

Érik ORSENNA De l’Académie française, écrivain

Anne-Garance PRIMEL Déléguée Asie et Europe

Catherine TASCA Ancien ministre

Lucas PRUET Pédagogie et innovation numérique 84  • ANNEXES

ANNEXES • 85


Conception graphique © Stéphanie Pré www.stephaniepre.com

86  •


UNE PUBLICATION RÉALISÉE PAR

RECONNUE D’UTILITÉ PUBLIQUE

Fondation Alliance Française 101 Boulevard Raspail 75 006 Paris 01 53 63 08 03 info@fondation-alliancefr.org www.fondation-alliancefr.org

Rapport d'Activités 2015 | Fondation Alliance Française  
Rapport d'Activités 2015 | Fondation Alliance Française  
Advertisement