Page 1

France football p. 1


France football p. 2


Marseille—Comme chaque année, avait lieu le tournoi vétéran de foot à 7 à Pujaut (Vaucluse). Pour la première année, Fondacle Team de Marseille s’y est présentée et avec de réelles ambitions. Mais derrière une sérénité de façade, les blessures, les rivalités internes et autres problèmes allaient révéler au monde entier une image ternie d’une équipe... en fin de parcours ? Eléments de réponse... Réunion au sommet après la 1ère défaite.

France football p. 3


Après une longue absence de plusieurs années, la majorité des joueurs emblématiques de Fondacle team étaient présents sur la pelouse humide de Pujaut. Sous un ciel menaçant, peut-être déjà de mauvaise augure, seuls Christophe D. et David No ne tenaient pas leur place (l’un devant passer sa journée avec le Préfet pour une série d’inaugurations et d’apéritifs, l’autre présent mais indisponible à cause d’une grave blessure au pied). Pour rappel cette équipe a marqué les esprits à Marseille remportant le championnat FSGT 1995-96, s’inclinant seulement en finale de la coupe la même année et finissant 10ème au championnat national. Les préparatifs de ce tournoi ont commencé par une mise au vert à Montfavet, banlieue chic d’Avignon, où femmes et enfants seuls étaient autorisés ainsi que Didier A. et moi-même appelés à couvrir l’évènement de l’intérieur. Les retrouvailles furent conviviales, mais déjà la bière et le pastis coulant à flot rappelaient que l’équipe était sur la corde raide quant à sa préparation physique. La soirée aurait dû se terminait par un couvre-feu pas trop tardif, mais premier coup de tonnerre, le président Toky et un joueur de son entourage proche (dont la décence m’interdit de donner le nom) décidaient de jouer au tarot jusqu’à 2 heures du matin… Le lendemain matin, jour J, toute l’équipe se réunissait, fière d’arborer pour une France football p. 4

nouvelle fois (la dernière ?) le mythique maillot, celui-là même ayant inspiré le désormais célèbre maillot du Barça. Pour leur première participation, les ambitions avaient clairement été affichées par les joueurs et le staff sur Twitter. Citations : « Excusez mon indélicatesse, mais vous allez tous vous levez les doigts du cul. Si on se déplace s'est pour gagner. » (Gaël S.) « Moi je serai là. Dernier rempart quoi. A priori je prendrai pas de but mais on sait jamais. » (Tristan M.) « A 17 heures, on sera en train de lever la coupe ! » (David E.)

Enfin quelques longueurs de terrain pour s’échauffer, quelques « frappes » pour sentir le ballon et la compétition pouvait enfin démarrer. 1er match : face à une très modeste équipe locale de Pujaut, Fondacle débutait bien le match et le tournoi. En place, l’équipe faisait tourner le ballon, mais rien de bien sérieux comme action à se mettre sous la dent. On sentait que Fondacle pouvait faire la différence en accélérant un tout petit peu. Jusqu’au drame… Manu tente d’intercepter de la tête une passe lobée. Cela se joue à peu de chose (à 50 cm près il touchait le ballon). L’attaquant très surpris de ce cadeau se saisissait de l’occasion et envoyait un boulet de canon


(en mousse) vers Tristan qui ne s’attendait pas à un tir si lent. Le gardien fondaclais levait les mains, se protègeant le visage et laissait passer le ballon dans les filets. 0-1. A ce moment du match et vu les circonstances, on sentait que l’équipe ne reviendrait plus. Quelques vaines tentatives puis le coup de sifflet final. Fidèle à son habitude Fondacle commencait un tournoi par une défaite. En conférence de presse, le gardien de Fondacle répondra à la question : « Pourquoi ne pas avoir boxé le ballon sur le but ?» « Et bien il venait trop lentement… »

2ème match : contre les « noirs », Fondacle réalise son match le plus abouti. Ouvrant le score sur un but exceptionnel de Gaël S, l’équipe croit avoir fait le plus dur. C’était sans compter sur l’esprit de rébellion des adversaires qui égalisaient une minute plus tard. Malgré un deuxième but magnifique signé Toky de la tête, Fondacle s’incline à l’ultime minute d’un match qui pourra laisser quelques regrets. Score final : 2-3. France football p. 5

3ème match : 0 point et un goal- average de -2 en deux matchs, c’était le match de la dernière chance. Malheureusement les adversaires allaient s’appuyer sur un attaquant en pleine réussite qui marquait à chaque frappe infligeant un cruel 5-1 à une équipe de Fondacle qui n’était plus que l’ombre d’elle-même. Sur la touche les premières critiques entre joueurs commençaient à fuser. Surtout après la magnifique passe en retrait d’Alexis pour…l’attaquant adverse ! 4ème match : devant un constat terrible (3 matchs, 3 défaites), les joueurs décidaient à l’unanimité, avant d’entamer le dernier match de poule, de tout donner et de jouer avec toutes leurs tripes le 0-0 afin d’éviter une humiliante quatrième défaite. Objectif atteint après une partie mortellement ennuyeuse où la seule action fut le tacle assassin de Manu M. sur le visage du gardien adverse. Après plusieurs visionnages vidéo, on se rendait compte de la violence du geste de celui qui fut autrefois surnommé le « tacleur fou » et qui donna naissance à la règle de foot à 7 interdisant les tacles. C’est ainsi que Fondacle, une ancienne équipe de légende se qualifiait pour disputer dans l’après-midi la cuillère de bois aux redoutables Kaotics. Mais, alors que les esprits se calmaient (la bière et les chips aidant), une bombe éclata lorsque le clan des arméniens fut suspecté d’avoir lâché (vendu ?) le 1er match contre Pujaut (autre club de Manu M.).


face de notre confrère et néanmoins ami. Celui-ci fut alors projeté au sol avec une extrême violence. C’est dans cette ambiance délétère et devant femmes, enfants et parents (la famille du préretraité toulousain avait fait le déplacement) que débuta le match pour la 9ème place. Après l’affaire Zahia, le fiasco de Knysna et l’affaire des quotas, encore une affaire qui éclatait au grand jour dans le monde des joueurs professionnels français. (NDLR : M.Duchaussoy a probablement perdu toute chance de réélection suite à ce nouvel incident. Lire par ailleurs page 18). Immédiatement, un reporter spécial de L’équipe fut envoyé sur place pour en savoir un peu plus sur cette info explosive. Didier A. tenta quelques interviews avec le principal intéressé, en vain. Et lorsqu’il sortit son appareil photo pour saisir quelques clichés, mal lui en prit,

5ème match : un match de gala. Les Kaotics qui auraient tout aussi bien pu s’appeler les Alcoolics, étaient incapables de bouger, sur le terrain, ni de garder le ballon plus de deux passes d’affilée. Ce fut l’occasion pour certains joueurs de Fondacle de se remettre en confiance en marquant quelques buts (Julien F. de Lyon, David Na de Marseille). Le score sans appel, 6-0 permit de finir sur une note plus positive. A l’heure des comptes et avant une prochaine réunion au sommet de la direction à Bandol, quelle leçon retenir pour la suite ? Sans doute la solution viendra du retour ou non des cadres de l’équipe absents cette année. Pour assainir les relations entre joueurs et redonner de la rigueur et du rythme à cette équipe… -David No.

puisque Manu M. agacé par toute cette agitation autour de lui, décocha une frappe, sans doute la plus pure de toute sa carrière (enfin, non cadrée je vous rassure !!!) mais qui se dirigea en pleine France football p. 6

Question de la semaine : « Croyez-vous à la renaissance de Fondacle en 2012 ? » Donnez votre avis sur www.francefotball.fr


POSTER « ZAZE ou l’homme affûté» numéro 6. Milieu défensif de Fondacle.

France football p. 7


Notes (sur 10) Les notes suivantes, certes subjectives, tiennent compte de la qualité de jeu, du sens du placement, de la technique et de la détermination du joueur. Tristan M : (6,5) le dernier rempart (dixit lui-même)…en « ruine » lors du premier match. Fit tout pour se rattraper par la suite, mais ne fut pas très aidé par sa défense qui le laissa souvent jouer des uns contre uns. Quelques sorties hasardeuses au pied et sur les corners. Alexis T : (8) une belle détermination, sans doute le joueur le plus en forme de l’équipe, le meilleur même jusqu’à cette passe fatidique en retrait lors du troisième match. Il est fort peu probable que le président lui laisse une nouvelle chance par la suite. Manu M : (6,5) des dribbles sur lui-même, une agression caractérisée sur un gardien, une frappe sur un journaliste, tentative de corruption…risque une suspension à vie de l’équipe (fera-t-il appel ?) David Na : (7) sans doute n’avait-il pas vu un ballon de près depuis longtemps. Mais sa bonne volonté fut récompensée par un but lors du dernier match. Plein d’opportunisme ! Antra R : (Non évalué) une passe magnifique dans l’espace pour…un adversaire tout seul au milieu du terrain et puis plus rien. Fidèle à lui-même. Rassurant dans les buts, en remplacement de Tristan lors du dernier match. France football p. 8

David E : (7) un peu plus lourd sur le terrain qu’à l’accoutumée, des hésitations. Le mythique milieu défensif de Fondacle ne sut retrouver tout l’éclat de son jeu que lorsqu’il fut soutenu par toute la délégation Ezazian venu en nombre au stade. Une belle fin de carrière ? Toky R : (8) ne ménagea pas ses efforts pour faire la différence et distribuer de bons ballons aux attaquants. Mais ne pesa pas lourd face à la puissance des 90kgs de moyenne des joueurs adverses. Un but magnifique de la tête nous rappela son aura d’antan. Stéphane D : (7) nous fit vibrer grâce à ses légendaires crochets vers l’intérieur mais n’osa pas conclure avec ses belles frappes enroulées. Dommage ! Une belle passe en retrait dans la surface que ses équipiers ne surent pas exploiter. Gaël S : (8,5) la bonne surprise ! Disparu de la circulation depuis quelques années. Il sut amener du danger par ses appels. Son sens du but lui permit de maintenir en vie l’équipe à plusieurs reprises. Seul le manque de puissance et d’accélération firent défaut. A le niveau pour jouer en vétérans. Lionel T : (6,5) a accompli un exploit fabuleux. Parcourir la distance d’un marathon en 4 fois 15 min, soit 1 heure. Manqua de conviction dans ses passes malgré une envie nouvelle de lâcher le ballon (et oui, vous avez bien lu !!!)


Julien F : (8) de retour de graves blessures. Pas le temps de réactiver le coup du flipper. S’est beaucoup dépensé pour faire le pressing sans être récompensé pour autant. Un doublé dans le dernier match de bon augure pour la suite de sa carrière. A noter sa prestation exceptionnelle : jouer avec une paire de chaussures en 46

au lieu du 42 habituel, pour améliorer la couverture du terrain. Une prouesse saluée surtout par les équipementiers Nike et Puma qui ont décidé de se réunir dans les meilleurs délais pour rediscuter des pointures standards disponibles sur le marché.

Le légendaire numéro 2 fera-t-il son retour l’an prochain ? Affaire à suivre…

France football p. 9

Le Fiasco de Pujaut  

Le Fiasco de Pujaut

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you