Page 1

la

coopérative Hiver 2011 n° 8

Février 2010

Votre coopérative d'Hlm, à vos côtés

Ça vous regarde

Passer l’hiver au chaud sans se ruiner

A l'approche de l'hiver, le chauffage à la maison va bon train, au détriment de notre portefeuille… et de l’environnement : il compte pour 18 % des émissions de CO² et 75 % de nos dépenses énergétiques. Et avec l'augmentation des prix de l'électricité, du gaz et du fioul domestique, notre facture énergétique s’alourdit d’année en année. Pourtant, des gestes simples peuvent nous permettre de nous réchauffer sans dépenser une fortune.

Isoler, c'est économiser

Un logement bien isolé, c'est une consommation de chauffage divisée par 3 ou 4. Ainsi, au-delà du double vitrage (10 % d'économie en moyenne), l'installation d'une bande de joint isolant adhésif sur nos portes et fenêtres évitera les déperditions thermiques, de même que le fait de tirer les rideaux et fermer les volets le soir. N'oubliez pas de fermer les portes pour séparer les pièces chauffées des autres. Enfin, une astuce facile et peu chère : posé derrière le radiateur, le film isolant optimisera vos radiateurs, en renvoyant la chaleur dans votre pièce.

n° 1 14, rue Lord Byron • 75384 Paris cedex 08

Le saviez-vous ? La « bonne année », une vieille tradition

En Rome antique, Tatius, roi des Sabins fut le premier à recevoir en hommage, le jour du premier de l'an, des branches de verveine, bois sacré de Strénia, déesse romaine de la force. C'est elle qui aurait donné son nom au mot « étrennes », issu du latin "strenae". D'abord destinée aux personnes de valeur et de mérite, la coutume se répand peu à peu. Les rameaux de verveine sont alors remplacés par des figues, des dattes, du miel, puis par des médailles d'or et d'argent. … une façon de se souhaiter du bonheur, de la prospérité et de se donner des témoignages mutuels d'amitié, pour toute l'année. Si depuis la fin du XIXe siècle, la coutume d'offrir des cadeaux le 1er janvier a disparu au profit de Noël, la tradition du souhait d'une « bonne année » perdure !

Consommer mieux

Les économies de chauffage sont aussi une question de bonnes habitudes à prendre au quotidien.

Tout d’abord, inutile de surchauffer vos pièces ! 19 ou 20° C pour les pièces principales et 18° C pour la chambre la nuit, suffisent ! 1° C de moins, c'est peut être un pull en plus, mais une facture allégée de 7 %.

Pour optimiser la chaleur dégagée par vos radiateurs, dépoussiérez les régulièrement et ne les couvrez jamais. De même, ne placez pas trop près vos meubles des radiateurs (ils capteraient inutilement la chaleur).

Lorsque vous aérez votre logement, pensez à baisser le chauffage et, si vous vous absentez plusieurs jours, basculez le en « hors gel ».

Enfin, à l'approche de l'hiver, afin de garantir leur sécurité et efficacité, n'oubliez pas de faire vérifier vos appareils de chauffage (entretien de la chaudière, ramonage de la cheminée, purge des radiateurs). Un entretien régulier, c'est 8 % à 12 % d'énergie économisée !

Les gestes coop Préférez les sapins naturels ! Plus de 6 millions de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 1 million sont artificiels !

Bien plus écologiques que les sapins en PVC et aluminium fabriqués en Asie, qui génèrent d'importants coûts en énergie et émissions de gaz à effet de serre, les sapins naturels sont issus à 80 % de plantations maitrisées françaises. Durant leur croissance, ils absorbent le CO² dans l’atmosphère, améliorent la stabilité des sols, et favorisent la reproduction des petits animaux. Biodégradables, ils pourront être transformés en copeaux de bois ou compostés une fois les fêtes terminées.

Entre les épicéas (à l’odeur particulièrement agréable) et les nordmann (qui ne perdent pas leurs aiguilles), vous n’avez plus qu’à faire votre choix !


Zoom sur

Pratique

Les coopératives d'habitations du Québec !

Neige, qui doit déblayer ? En cas d'immeuble collectif, le déneigement incombe au bailleur, au même titre que le nettoyage des parties communes. Pour l'habitat individuel, l'occupant est tenu de déblayer son trottoir. En effet, en cas de chute devant chez vous, sur le trottoir enneigé, votre responsabilité peut être engagée. Dans ce cas, déclarez le préjudice à votre assureur, qui fera jouer votre assurance de responsabilité civile (incluse dans votre contrat d’assurance habitation) pour l'indemnisation des dommages matériels ou corporels éventuellement causés.

Selon les municipalités, les commerçants sont plus ou moins fortement contraints de déneiger. Ainsi, la mairie de Paris rappelle que les occupants de boutiques ayant immédiatement accès sur la voie publique, ont l'obligation de dégager le trottoir sur toute la longueur de la façade et jusqu’au caniveau. Enfin, les services municipaux sont bien sûr mis à contribution pour le déneigement des chaussées, passages piétons, axes prioritaires. Pour plus de précisions, renseignezvous auprès de votre mairie.

En bref Ressources et situation des occupants

Locataires, vous recevrez prochainement l'enquête « Ressources et situation des occupants ». N'oubliez pas de la renvoyer au plus vite à votre bailleur, accompagnée de votre avis d'imposition. Répondre hors délai ou de façon incomplète, c’est risquer de se voir appliquer le surloyer maximal !

Augmentation du Smic

Depuis le 1er décembre, le Smic est fixé à 9,19 € brut de l'heure, soit 1 393,82 € brut par mois, une augmentation de 2,1 %, calquée sur l'inflation.

Clauses abusives

La commission des clauses abusives a identifié 24 nouvelles clauses illicites dans les contrats de syndic, dont une partie des clauses concernant la facturation des prestations exceptionnelles et la facturation du compte séparé. Pour plus d'informations, www.clauses-abusives.fr

De l'autre côté de l'Atlantique, il existe près de 1 200 coopératives d'habitation où vivent quelque 25 000 ménages. Une coopérative d'habitation au Québec est un immeuble ordinaire (ou un ensemble d'immeubles), petit ou grand, neuf ou âgé - mais toujours rénové -, où habitent des personnes qui sont à la fois locataires de leur logement et collectivement propriétaires de l'immeuble. Le montant des parts sociales exigées du membre lorsqu'il rejoint la coopérative n'excéde généralement pas 700 €. Les résidents de l'immeuble (propriétaires collectifs) assument ensemble la gestion complète et autonome de leur édifice et de la coopérative ellemême. Cela se traduit par une participation démocratique aux assemblées, et une contribution active aux différents comités nécessaires à la bonne marche de la coopérative. Tout le monde participe à la gestion et à l'entretien de l'immeuble. Il en résulte des coûts d'opération moindres pour la coopérative. Celle-ci peut donc normalement offrir des loyers moins chers que ceux du marché. L’implication de chacun est explicitement reconnue par plusieurs coopératives. Dans le contrat, il est prévu qu'en contrepartie de leur participation au sein de l'entreprise coopérative, les membres puissent bénéficier d'une réduction du loyer inscrit au bail. C'est ce qu'on appelle communément le « rabais de membre ». Pour découvrir les coopératives d'habitations du Québec : www.cooperativehabitation.coop

Ma coopérative La marque métier des coopératives d’Hlm Au cours de la dernière décennie, les coopératives d’Hlm ont su faire reconnaître que l’accession sociale sécurisée à la propriété pouvait être non seulement une réalité, mais une pleine réussite. La contrepartie de ce succès est une concurrence accrue, et l'apparition d'acteurs non Hlm, qui n'hésitent pas à développer un discours autour de l’accession « abordable », « maîtrisée » ou « accompagnée », cherchant ainsi à se positionner sur ce qui est la vocation première des coopératives d’Hlm. Or, ces dernières revendiquent une accession à la propriété avec un ciblage social sans ambigüité, une occupation à titre de résidence principale, un accompagnement dans la durée par la sécurisation Hlm et une implication dans la réussite du projet de ses coopérateurs. Rien de comparable avec l'accession telle qu'elle est proposée par ces nouveaux acteurs non Hlm !

Ainsi, pour valoriser la spécificité de leur offre d'accession sociale, les coopératives d’Hlm ont souhaité afficher clairement et avec force leur différence et professionnalisme. A cet effet, depuis novembre dernier, elles ont adopté un label métier, leur permettant de communiquer à la fois auprès des collectivités locales et de leurs clients. D'une grande idée, nous avons fait un métier Le slogan assume le fait que l'accession soit une grande idée qui justifie à elle seule la raison d’être des coopératives d’Hlm. C'est aussi un métier qui s’est construit au fur et à mesure, et sur lequel les coopératives d’Hlm sont les leaders légitimes. Ce slogan est d’autant plus crédible qu’il prend racine dans la longue histoire des coopératives d’Hlm, acteurs de l'habitat depuis plus de 100 ans. Le logo symbolise l'ascension et la transformation sociale liée à l'acquisition du statut de propriétaire. Et l'appellation « Les coop Hlm » nomme avec clarté et modernité la famille des coopératives. Parmi les 166 coopératives d’Hlm en France, trouvez celle qui vous accompagnera dans la réalisation de votre projet sur www.habitat.coop Imprimé sur papier 100% recyclé

La solution coopérative - numéro 8 Hiver 2011  
La solution coopérative - numéro 8 Hiver 2011  

La solution coopérative pour se loger !