Page 36

32 \\\\ La collection 2[w] La collection 2[w] de l’éditeur suisse B.ü.L.b . Comix va encore plus loin dans la « petitesse » affirmée de ses formats, et confirme comme l’Association ce choix de prôner une alternative aux formats standards de la bande-dessinée. La collection 2[w], dédiée aux formes courtes de récits et à l’expérimentation, possède pour le coup un format minuscule. Les dessins sont contenus dans des livrets de 3,5 x 4,5 cm, pliés en accordéon de onze volets, soit un total de vingt-deux pages. Ces petits livres sont rassemblés et vendus par sets de cinq dans des boites conçues à la main et distinguées par une lettre de l’alphabet. Ce support est contraignant, et relève à la fois d’un défi technique et d’un véritable questionnement sur les formes et supports de la bande-dessinée. Celuici amène presque inévitablement les auteurs à utiliser chaque « page » comme une case. Une forme déjà utilisée dans les « Patte de mouche » de l’Association, pourtant moins contraignante par son format. Quelques-uns voient dans ce petit gabarit un appel au dessin minimaliste, à la simplification du trait, comptant ainsi sur la lisibilité de la case. On peut citer dans cet esprit les personnages « fil de fer » dans Dots de Petit-Roulet. Mais ce n’est pas le cas de tous les auteurs. Si certains choisissent de décomposer l’histoire en cases, d’autres optent pour des effets plus graphiques. En effet, l’apparence de l’accordéon en amène plusieurs à jouer sur des dessins ininterrompus, sur des frises ne faisant aucun cas de la case. C’est le cas du livret Paysage de mes rêves par Alexandre Joly (set W), ou de Doodle par Wazem (set K). Le Bus écorché de Helge Reumann, paru dans le set A, joue quant à lui avec les deux procédés. Le bus qui y est dessiné remplit la totalité de la longueur de la frise, mais chaque volet correspond à une place du bus, sur laquelle est assis un personnage.

\\\ Des systèmes de contrainte et de narration Les histoires courtes trouvent leur compte dans les systèmes de contraintes évoqués ci-dessus. Nombre d’auteurs publiés dans ces deux collections font un usage immodéré de la contrainte. Cette volonté de manier la contrainte s’est concrétisée lors de la création en 1992 de l’OuBaPo, l’Ouvroir de Bande-Dessinée Potentielle. Certaines contraintes

Lire les formes brèves  

Document écrit de DNAP Design Graphique et Multimédia

Advertisement