Page 1


« J’ai obtenu d’excellentes protections à très bon prix. » – Kitty Huang Cliente satisfaite depuis 2009

Des soumissions qui font jaser. Chez TD Assurance Meloche Monnex, nous connaissons l’importance d’économiser autant que possible. En tant que membre de la Fédération des médecins résidents du Québec, vous pourriez profiter de tarifs de groupe avantageux sur vos assurances habitation et auto et d’autres privilèges exclusifs, grâce à notre partenariat avec votre fédération. Vous bénéficierez également d’une excellente protection et d’un service exceptionnel. Nous sommes convaincus que nous pouvons rendre l’assurance d’une simplicité sans égale afin que vous puissiez choisir votre protection en toute confiance.

Demandez une soumission en ligne au

www.melochemonnex.com/fmrq ou téléphonez au 1-866-269-1371 Lundi au vendredi, de 8 h à 20 h Samedi, de 9 h à 16 h

Programme d’assurance recommandé par

Le programme d’assurances habitation et auto de TD Assurance Meloche Monnex est souscrit par SÉCURITÉ NATIONALE COMPAGNIE D’ASSURANCE. Le programme est distribué par Meloche Monnex assurance et services financiers inc. au Québec et par Meloche Monnex services financiers inc. dans le reste du Canada. En raison des lois provinciales, notre programme d’assurance auto n’est pas offert en Colombie-Britannique, au Manitoba et en Saskatchewan. *Aucun achat requis. Concours organisé conjointement avec Primmum compagnie d’assurance. Peuvent y participer les membres ou employés et autres personnes admissibles appartenant aux groupes employeurs ou de professionnels et diplômés qui ont conclu un protocole d’entente avec les organisateurs et qui, par conséquent, bénéficient d’un tarif de groupe. Le concours se termine le 31 janvier 2013. 1 prix à gagner. Le gagnant a le choix de son prix entre un Lexus RX 450h comprenant l’équipement standard de base incluant les frais de transport et de préparation d’une valeur totale de 60 000 $ ou 60 000 $ canadiens. Le gagnant sera responsable de payer les taxes de vente applicables au véhicule. Réponse à une question d’habileté mathématique requise. Les chances de gagner dépendent du nombre d’inscriptions admissibles reçues. Règlement complet du concours disponible au www.melochemonnex.com/concours. MD/ Le logo TD et les autres marques de commerce sont la propriété de La Banque Toronto-Dominion ou d’une filiale en propriété exclusive au Canada et(ou) dans d’autres pays.


TABLE DES MATIÈRES / TABLE OF CONTENTS

LE MOT DU PRÉSIDENT / PRESIDENT’S MESSAGE

4-5

Les PREM 1 — Entrevue avec le Dr Patrick Larochelle, président du CADEM 2 — Médecine familiale

3

4 5

6 6 10 10

• Entrevue avec Dre Quesnel, Chef du DRMG de la Montérégie et présidente de la Table des chefs de DRMG • Obtenir un PREM en 10 étapes • Obtenir un PEMU • Opter pour le dépannage • Faire une formation complémentaire

14 15 15 16 17 17 19 19 24

— Autres spécialités

• Pratiquer dans un établissement • Pratiquer en cabinet privé • Les formations complémentaires (fellowships)

— La foire aux questions — Formulaires et Liste des DMRG

24-26

PREM’S 1 — Interview with Dr Patrick Larochelle, CADEM chairperson 2 — Family Medicine

3

4 5

27 27 31 31

• Interview with Dr Quesnel, Head of the Montérégie DRMG and Chair of the Panel of DRMG Heads • Obtaining a PREM in 10 steps • Obtaining a PEMU • Opting for a locum • Doing a fellowship

33 35 35 36 37 37 39 39 42

— Other Specialties

• Practising in an establishment • Practising in a private office • Extension of training

— La foire aux questions — Forms and List of DMRGs

24-26 Rédactrice en chef : Johanne Carrier

Personnel permanent Jean Gouin, directeur général Patrick Labelle, directeur administratif Jocelyne Carrier, coordonnatrice aux affaires pédagogiques Geneviève Coiteux, coordonnatrice – médecine familiale Marilyn Gagnon-Huot, coordonnatrice Marie-Anik Laplante, coordonnatrice aux affaires syndicales Marie Montpetit, coordonnatrice aux effectifs médicaux Anna Beaudry, technicienne à l'administration Élise St-Pierre, technicienne à l'administration Vicki Portelance, technicienne à l'administration Edyta Zaniewska, commis à l'administration Laurence Auchère, adjointe à la direction générale Geneviève Morrissette, adjointe aux affaires pédagogiques

Convention de la poste/Publication : 1484699 Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à :

Conception graphique, infographie et publicité : Diane Goulet Graphisme enr.

ISBN / ISSN :

Fédération des médecins résidents du Québec 630, rue Sherbrooke Ouest, bureau 510 Montréal (Québec) H3A 1E4 Téléphone : 514 282-0256 ou 1 800 465-0215 Télécopieur : 514 282-0471 Site Internet : www.fmrq.qc.ca Courriel : fmrq@fmrq.qc.ca

Conseiller juridique : Jacques Castonguay Conseillère : Johanne Carrier

Abonnement annuel : 20 $

3  AUTOMNE 2012

Conseil de direction 2011-2012 Charles Dussault, président Grégoire Bernèche, secrétaire Rémi Kouz, trésorier


MESSAGE DU PRÉSIDENT

Les PREM… où en sommes-nous?

L

« Nous sommes en droit de nous demander ce qui arrivera, si les postes qui nous permettront de nous réaliser comme professionnels ne sont pas au rendez-vous ».

AUTOMNE 2012

4 

es PREM constituent sans contredit une priorité pour la Fédération. Alors que l’on parle régulièrement de pénurie de médecins dans plusieurs disciplines, on constate sur le terrain que d’autres spécialités commencent à atteindre un niveau de saturation. Parallèlement, la population se plaint de ne pas avoir accès aux soins en temps opportun, ce dont témoignent certaines listes d’attente. Capacité de payer de l’État? Changements dans les modes de traitement choisis? Quelle que soit la raison, le constat est inquiétant. Et nous sommes en droit de nous demander ce qui arrivera à ceux d’entre nous qui sommes présentement en formation postdoctorale, si les postes qui nous permettront de nous réaliser comme professionnels ne sont pas au rendez-vous? Depuis la mise en application des PREM au Québec, la Fédération des médecins résidents du Québec multiplie les représentations auprès des instances concernées pour s’assurer que les médecins formés au Québec aient leur place au sein du réseau de santé québécois, en fonction de leurs compétences et de leurs attentes personnelles et professionnelles. Nos interventions ont pris diverses formes, en fonction des décisions ministérielles et gouvernementales, parallèlement à notre participation aux divers comités responsables de la planification et de la répartition des effectifs médicaux au Québec. Nous avons bravé la tempête de la rémunération différenciée à la baisse en 1995, nous nous sommes opposés aux mesures mises en place par les projets de loi 114 visant la prestation continue des services d’urgence et 142 concernant les activités médicales, la répartition et l’engagement des médecins en 2002. En 2010, nous avons clairement fait valoir notre position sur le manque d’opportunités de recrutement en spécialité au ministre Bolduc et à la population dans le cadre de la Journée Carrière Québec. Et nous continuons d’être actifs sur toutes les tribunes pour faire valoir le point de vue de la relève médicale. Notre objectif demeure le même : nous assurer que tous les médecins formés au Québec obtiennent un poste à leur mesure et avec les moyens nécessaires pour pratiquer leur spécialité. Dans le Bulletin que nous vous proposons cet automne, nous revenons sur les principales démarches à entreprendre pour obtenir un poste en médecine au Québec, tant en médecine familiale que dans les autres spécialités. De plus, nous donnons la parole à des intervenants du réseau de même qu’à vos représentants au sein des instances de la Fédération sur l’épineuse question des effectifs médicaux. Nous vous présentons leur position, leur vision, et les actions qu’ils entendent mettre en place au cours des prochains mois. La planification et la répartition des effectifs médicaux est un processus complexe et multifactoriel. Les besoins fluctuent et, quelle que soit l’approche utilisée, même le meilleur plan aura toujours besoin d’être ajusté constamment. C’est pour cette raison que la FMRQ demande sans cesse le plus de flexibilité possible au moment de l’établissement de principes et mesures liées aux effectifs médicaux. C’est ce que nous avons exprimé au sous-ministre adjoint à la Direction générale des services de santé et médecine universitaire du ministère, le Dr Jean Rodrigue, dans le cadre d’une réunion du conseil d’administration de la FMRQ en mai dernier. C’est notre vision, et c’est le mandat que nous nous sommes donné pour vous.

Charles Dussault, M.D.


PRESIDENT’S MESSAGE

PREMs . . . how things stand today

R

Charles Dussault, MD

“We are entitled to wonder what will happen, if the positions that will enable us to fulfil ourselves as professionals are not there for us.”

5  AUTOMNE 2012

egional physician resource plans (PREMs) are without doubt a priority for the Federation. While we regularly hear of a shortage of doctors in several disciplines, in the field we are observing that other specialties are beginning to reach saturation point. At the same time, the public complain of not having timely access to care, as may be seen from certain waiting lists. Government’s ability to pay? Changes in selected treatment methods? Whatever the reason, the observation is a matter for concern. And we are entitled to wonder what will happen to those of us who are currently in postgraduate education if the positions that will enable us to fulfil ourselves as professionals are not there for us. Since PREMs were first applied in Quebec, the Fédération des médecins résidents du Québec has done a great deal of lobbying of the authorities concerned to ensure that physicians trained in Quebec have their place within the Quebec health care system, in line with their skills and their personal and professional expectations. We have taken steps of various kinds, depending on ministerial and government decisions, while participating in the different committees responsible for physician resource planning and distribution in Quebec. We braved the storm surrounding differential pay in 1995, and we opposed the measures put in place by Bill 114 concerning continuous delivery of emergency services and Bill 142 concerning physicians’ medical activities, distribution and commitment in 2002. In 2010, we put forward our position clearly on the lack of recruitment opportunities in specialties to Minister Bolduc and to the public within the context of Quebec Career Day. And we continue to be active on all media platforms to put forward the viewpoint of the upcoming generation of doctors. Our objective remains the same: to ensure that all physicians trained in Quebec obtain a position in line with their skills and aspirations and with the means necessary to practise their specialty. In this fall’s Bulletin, we present once again the main steps to be taken in order to obtain a medical position in Quebec, both in family medicine and in the other specialties. We also hear from network stakeholders and your representatives within the Federation’s decision-making bodies on the thorny issue of physician resources, presenting their position and vision, and the action they intend to take over the coming months. Physician resource planning and distribution is a complex process involving numerous factors. Needs fluctuate and, regardless of the approach used, even the best plan will always need to be constantly adjusted. That is why the FMRQ always seeks the greatest possible flexibility when physician resource principles and measures are established. That is what we told the Assistant Deputy Minister of the Health Ministry’s Health Services and University Medicine Branch, Dr Jean Rodrigue, at a meeting of the FMRQ’s Board of Directors in May 2012. That is our vision, and is the mandate we have set ourselves on your behalf.


LES PREM

1 > > > Entrevue avec le Dr Patrick Larochelle, président du CADEM « Je veux m’assurer qu’à la fin de leur formation, tous les médecins formés au Québec aient accès à un poste adapté à leurs compétences et répondant à leurs attentes professionnelles. »

 AUTOMNE 2012

6

R4 en radiologie diagnostique au sein de la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke, le Dr Patrick Larochelle était impliqué depuis quelques mois déjà au sein du Comité ad hoc sur les effectifs médicaux de la FMRQ, à titre de représentant de l’AMReS. En juillet dernier, il décidait de faire le saut et de se présenter au poste de président du CADEM. Bien que sa nomination ne date que de quelques semaines, il est déjà bien en selle et a accepté de nous livrer le fruit de ses réflexions, et de celles de ses collègues du comité, en ce qui a trait au plan d’action qu’ils entendent mettre en place pour assurer un poste à tous les médecins formés au Québec.

La priorité du CADEM : assurer un poste à tous les médecins résidents du Québec Patrick Larochelle a un seul objectif en tête : « Je veux m’assurer qu’à la fin de leur formation, tous les médecins formés au Québec aient accès à un poste adapté à leurs compétences et répondant à leurs attentes professionnelles », a-t-il soutenu. Bien que les PREM ne fassent pas l’unanimité chez les médecins résidents et que le système actuel demeure imparfait, nous avons la ferme intention d’en tirer le meilleur profit possible ».

Une plus grande souplesse dans l’attribution des postes et le plan quinquennal Parmi les objectifs du comité, le Dr Larochelle soulève d’abord l’importance d’obtenir plus de souplesse de la part du ministère de la Santé et des Services sociaux dans la gestion des PREM, notamment lors de la révision du plan quinquennal qui aura lieu en 2013. Il doit y avoir adéquation entre le nombre de médecins résidents en formation, le nombre de postes offerts aux médecins résidents, de même que les besoins et les départs prévus des médecins en exercice. Le président du CADEM veut favoriser l’ajustement à la hausse du nombre de postes dans les secteurs qui présentent des pénuries importantes afin, notamment, d’éviter le recours fréquent au processus discrétionnaire de dérogation.


LES PREM

Utiliser les résultats du sondage Le docteur Larochelle souhaite également utiliser les données recueillies l’an dernier dans le cadre d’un sondage réalisé par la Fédération. « Les PREM sont un facteur majeur de stress pour les médecins résidents, a-t-il insisté, un stress qui s’intensifie en fin de résidence, au moment où nous sommes préoccupés par la préparation de nos examens de certification, avec en prime tout ce qui entoure l’installation en pratique. Il faut s’assurer que les médecins résidents soient bien informés sur les postes disponibles, et ainsi favoriser une transition harmonieuse vers la pratique autonome. »

« Les PREM sont un facteur majeur de stress pour les médecins résidents ».

Des fiches descriptives pour tous les postes Le CADEM entend également travailler avec les établissements et le MSSS, afin que ceux-ci fournissent de meilleurs outils aux médecins résidents pour faciliter leur recherche de poste. « A l’heure de l’Internet, il est étonnant que l’on ne puisse accéder à des fiches descriptives des postes disponibles dans les établissements du Québec, nous a-t-il confié. Si nous voulons que les médecins s’installent partout au Québec, il faut leur donner la possibilité de connaître les paramètres qui régiront leur pratique ». Le Dr Larochelle est d’avis que certains postes demeurent non comblés tout simplement parce que les médecins résidents ne sont pas suffisamment informés du type de pratique et des avantages qui y sont reliés. Il dit déplorer par ailleurs les postes virtuels, des postes qui existent sur papier mais qui ne sont pas accessibles parce que les plateaux techniques et le personnel ne sont pas disponibles pour accommoder plus de médecins.

« Si nous voulons que les médecins s’installent partout au Québec, il faut leur donner la possibilité

Les médecins étrangers : une valeur ajoutée, mais pas au détriment des médecins formés ici

de connaître les

Le Dr Larochelle souligne par ailleurs la problématique délicate qui entoure l’accueil de médecins étrangers au Québec, dans un contexte de surplus d’effectifs dans certaines spécialités. Son comité compte surveiller l’impact des différents programmes mis en place pour favoriser ce recrutement, comme l’Arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) qui existe entre la France et le Québec. Le président du CADEM insiste sur le fait que la Fédération ne souhaite pas empêcher le recrutement de médecins à l’étranger, lesquels sont une valeur ajoutée pour le Québec. Il faut néanmoins s’assurer de préserver l’accès à un PREM pour les médecins résidents formés ici. Bien que, pour l’instant, le nombre de médecins étrangers recrutés ne soit pas alarmant, le CADEM compte garder l’œil ouvert. Le Dr Larochelle souligne par ailleurs que les médecins et intervenants chargés du recrutement ignorent trop souvent que les facultés de médecine du Québec peuvent leur offrir une relève qualifiée dans des délais raisonnables. Il souhaite informer les établissements, afin qu’ils orientent leurs recherches au Québec.

régiront leur

Il est erroné de croire que les médecins résidents veulent tous travailler dans les grands centres. « En fait, de poursuivre le Dr Larochelle, plusieurs facteurs militent en faveur de la pratique de la médecine en région et bon nombre de médecins résidents s’y destinent ». Le président du CADEM est d’avis que les milieux de formation doivent s’assurer de préparer les praticiens à une pratique en région. Présentement, les milieux universitaires sont trop alignés sur la 4e ligne, selon lui.

pratique. »

7  AUTOMNE 2012

La pratique en région : attirer plutôt que forcer la main

paramètres qui


LES PREM

« De plus enExergue plus de médecins résidents s’inquiètent à savoir s’ils pourront exercer leur métier au Québec. Il n’y a pas d’enjeu plus important pour nous à la Fédération ».

Il compte par ailleurs réaliser un sondage auprès des médecins résidents pour connaître les facteurs qui les influenceraient ou les ont influencé à choisir une pratique en région, et ceux qui les inciteraient à quitter le Québec. Il croit que la Fédération doit travailler avec les universités et le gouvernement afin d’ajuster les paramètres, de manière à donner le goût aux médecins résidents d’aller en région. « À partir du moment où les effectifs médicaux se répartissent spontanément de façon égalitaire en région, la porte est ouverte pour un plan plus flexible pour tous. »

Des outils pour les membres Cette année, le Dr Larochelle veut mettre l’accent sur les actions sur le terrain. Le sondage effectué au printemps a démontré une méconnaissance du système d’attribution des PREM et des modalités d’obtention des PEM et PREM au sein des milieux de formation. « Ce que les médecins résidents veulent, c’est une information centrée sur leur spécialité pour obtenir des réponses à leurs questions spécifiques, indique-t-il. Des séances d’information générales seront d’abord mises sur pied pour les informer en début de résidence. En collaboration avec les résidents coordonnateurs et les résidents impliqués auprès des associations professionnelles, des rencontres spécifiques seront offertes aux programmes intéressés. La médecine familiale est évidemment incluse dans cette démarche, et le Colloque sur les PREM en médecine familiale sera reconduit au printemps 2013.

QUELQUES

AUTOMNE 2012

8  Exergue

ÉLÉMENTS DU PLAN D’ACTION EN BREF …

Des fiches techniques décrivant les profils de pratique pour tous les établissements

• •

Un guichet unique sur Internet

Des séances d’information additionnelles lors d’activités fédératives, tant en médecine familiale que dans les autres spécialités

• •

La Journée Carrière Québec de l’automne

Des interventions locales par les membres du comité et la coordonnatrice aux effectifs médicaux

L’appui des établissements et du MSSS pour favoriser le recrutement au Québec

Le Colloque sur les PREM pour les R1 en médecine familiale au printemps

Le Dr Larochelle rappelle qu’une grande partie du service aux membres consiste présentement en la gestion des demandes individuelles par Mme Marie Montpetit, la coordonnatrice aux effectifs médicaux de la Fédération. Patrick Larochelle souhaite maintenir ce service pour les membres, mais il veut aussi tendre vers des mesures qui seront plus permanentes. « Si nous devons répondre à autant de demandes individuelles, a-t-il souligné, c’est un signe que le plan quinquennal n’est pas encore à point. » « L’objectif ultime des médecins résidents, une fois passées les longues années d’étude et les examens de certification, mentionne le président du CADEM en terminant, c’est d’exercer la médecine dans un milieu satisfaisant et stimulant, un milieu qui nous permet d’exercer la médecine pour laquelle nous avons été formés. De plus en plus de médecins résidents s’inquiètent à savoir s’ils pourront exercer leur métier au Québec. Il n’y a pas d’enjeu plus important pour nous à la Fédération ».


LES LES PREM PREM

Vos représentants associatifs au CADEM

Dr Farook Khan ARM – farooq.khan @mail.mcgill.ca

Dr Robert Gizicki AMRM – robert.gizicki @umontreal.ca

« Comme médecin résident « Alors que l’accessibilité formé au Québec, j’ai une responsabilité envers la population pour m’assurer que, comme professionnels, nous répondons à ses besoins en matière de santé. J’ai aussi une responsabilité envers mes collègues, afin qu’ils puissent obtenir un poste qui correspond le mieux à leurs attentes. Le CADEM est le meilleur endroit pour agir sur ces deux fronts, parce que nous avons les données pour appuyer notre cause, des contacts réguliers avec des acteurs clés du ministère de la Santé et des Services sociaux, des associations professionnelles comme la FMSQ et la FMOQ, et l’ensemble des médecins résidents. Et notre plan d’action nous permettra d’agir au moment opportun pour apporter les changements nécessaires à un système qui nous a parfois fait faux bond dans les dernières années ».

aux soins continue d’être déficiente, malgré l’augmentation importante des admissions en médecine il y a une dizaine d’années, les médecins en fin de formation peinent souvent à trouver un poste à la mesure de leurs attentes, que ce soit par manque de ressources humaines, matérielles ou financières. Les médecins formés ici veulent exercer leur profession ici. Le comité ad hoc sur les effectifs médicaux de la FMRQ est selon moi un véhicule de choix pour nous représenter auprès des différentes instances décisionnelles à cet égard ».

Dr Charles Faubert

Dr Mazen Choulakian

AMReQ – charles.faubert. AMReS – mazen.choulakia 1@ulaval.ca @usherbrooke.ca « La question des PREM est une des principales préoccupations des résidents finissants et une de leurs plus grandes sources de stress. Je crois que la FMRQ a une occasion unique de proposer des solutions aux différents acteurs de cet enjeu important et complexe, afin de faire entendre la voix de ses membres ».

« À la fin de ces

nombreuses années d’étude et de travail assidu et soutenu, nous avons le DROIT de revendiquer une pratique digne de nos attentes les plus exigeantes. C’est dans cette optique que nous comptons travailler au CADEM cette année ».

LA FMRQ TRA VAILLE À OBTENIR... TRAV • • •

Plus de postes aux PREM par spécialité

Des postes à la mesure des attentes et des compétences des médecins en formation

Une plus grande transparence concernant les postes disponibles

Plus d’information concernant les postes disponibles

Une plus grande flexibilité dans la gestion des PREM

La réallocation des PREM virtuels Une ouverture aux PREM en équivalents temps complet (ETC)/partage de postes


LES PREM

2 > > > Médecine familiale

L

es plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) ont pour objectif de contrôler la répartition géographique des médecins, de réduire les écarts entre l’effectif médical en place et les besoins de l’ensemble des régions du Québec ; bref, ils visent une répartition équitable des médecins de famille sur le territoire québécois. Les PREM sont élaborés régionalement, notamment en fonction du nombre de médecins de famille en pratique, de départs anticipés (attrition), des besoins et du nombre prévu de nouveaux médecins. Les PREM en médecine familiale sont réévalués chaque année. Ils couvrent la période s’échelonnant du 1er décembre au 30 novembre.

Entrevue avec Dre Quesnel, Chef du DRMG de l’Agence de santé et de services sociaux de la Montérégie et coordonnatrice de la Table des chefs de DRMG Les PREM en MF : plus de polyvalence et plus de choix

« La majorité des DRMG favorisent les AMP mixtes, une formule qui allie polyvalence et choix. »

AUTOMNE 2012

10 

« Cette année, la majorité des départements régionaux de médecine générale (DRMG) favorisent les AMP mixtes, une formule qui allie polyvalence et choix pour les finissants et qui est de plus en plus appréciée, tant par les jeunes médecins que par les régions ». C’est en ces termes que Dre Louise Quesnel, chef du DRMG de la Montérégie et coordonnatrice de la Table des chefs de DRMG, a initié l’entrevue qu’elle nous a accordée il y a quelques semaines. Dre Quesnel est consciente du fait que chaque DRMG a ses particularités et son mode de fonctionnement. Elle comprend aussi que cela puisse compliquer quelque peu la recherche de postes pour les résidents en médecine familiale qui doivent se plier aux PREM disponibles.

Par où commencer ? La recherche d’un poste exige beaucoup de temps et c’est souvent de temps dont les médecins résidents manquent le plus. Mais il existe plusieurs moyens d’aborder le problème et Dre Quesnel offre quelques pistes de solution. « Pour ceux qui en sont à leurs débuts dans la recherche d’un poste, indique-t-elle, ils pourront choisir d’abord de visiter le site Internet du DRMG de la ou des régions qui les intéressent (voir pages 25 et 26). Par ailleurs, les résidents peuvent aussi communiquer directement avec le chef du DRMG ou un membre de son équipe, quel que soit le DRMG concerné.

CE • • • • •

QUE LES

DRMG VEULENT SA VOIR SAVOIR

Vos intérêts professionnels Votre futur lieu d’installation Les activités cliniques/professionnelles que vous comptez effectuer Vos choix d’AMP L’état de vos démarches auprès d’un établissement ou d’un cabinet privé


LES PREM

Mettre l’accent sur la polyvalence « En fait, les médecins résidents à la recherche d’un PREM ont intérêt à parler au plus grand nombre d’intervenants possible ». Elle soutient toutefois que le fait de s’entendre avec un centre hospitalier n’est pas le seul critère pour que le DRMG accorde un PREM à un candidat. Le DRMG devra aussi tenir compte des besoins et recommandations de chacun des territoires de sa région. « Un point important à rappeler, soutient-elle, de plus en plus de DRMG privilégient une pratique polyvalente ». Elle souligne que la prise en charge est un enjeu très important en médecine familiale. Toutefois, les DRMG sont conscients que les jeunes médecins attendent souvent plusieurs années avant d’accueillir une telle clientèle, surtout les jeunes femmes qui souhaitent avoir des enfants et qui hésitent davantage à amorcer une prise en charge qu’elles devront laisser ou confier à un collègue temporairement. « C’est pour cette raison que nous privilégions la polyvalence dès le début de la pratique, de dire Dre Quesnel, soit pour permettre aux finissants de mettre les pieds tout de suite dans la pratique complète d’un médecin de famille et de développer une pratique à leur image, en fonction des besoins bien sûr ».

« De plus en plus de DRMG privilégient une pratique polyvalente ».

Y a-t-il des PREM disponibles à Montréal ? La docteure Quesnel souligne que, si le Québec compte quelque 200 finissants cette année, on en retrouvera souvent une grande majorité qui souhaite travailler à Montréal et dans de plus grands centres urbains. Mais ces derniers ne sont pas les seuls à offrir des défis intéressants. Entre autres, les régions plus périphériques présentent des besoins importants, sont souvent attrayants professionnellement à plusieurs égards et ne sont pas si loin des grands centres. Il ne faut pas oublier que les PREM exigent du médecin qu’il fasse 55 % de sa pratique dans la région où il détient son PREM, mais cela ne l’empêche pas compléter son horaire dans une autre région s’il respecte cette règle.

LES AMP PAR

ORDRE DE PRIORITÉ

12 h par semaine ou l’équivalent1

1

16 quarts de garde par trimestre OU 4 lits/jour, 44 semaines/an pour des patients admis OU 15 lits durant 1 semaine aux 5 semaines (au sein d’un groupe) OU omnipraticien consultant ou agissant en qualité de spécialiste OU 45 patients en CHSLD suivis sur une base hebdomadaire OU 10 visites à domicile/semaine sur une base de 44 semaines par an.

11  AUTOMNE 2012

– En premier lieu, de façon prioritaire 1. L’urgence en CHSGS ou dans un CLSC du réseau de garde – En second lieu 2. L’hospitalisation en courte durée 3. Les services médicaux avec garde en disponibilité en CHSLD, centre de réadaptation ou en maintien à domicile 4. L’obstétrique 5. La prise en charge des patients vulnérables en 1re ligne jumelée à l’une des catégories 1 à 4 – En troisième lieu, si les effectifs dans les secteurs 1 à 4 sont comblés : 6. La prise en charge et le suivi des clientèles vulnérables en 1re ligne (AMP mixtes) 7. Toute autre activité prioritaire déterminée par le DRMG et autorisée par le Ministre après consultation auprès de la FMOQ


LES PREM

Les GMF, ça fonctionne comment ?

« Différentes formules ont été développées pour favoriser l’intégration des jeunes médecins aux GMF. »

Les Groupes de médecine familiale (GMF) sont aussi une option intéressante pour un nouveau médecin de famille. Ces groupes qui comptent, entre autres, des infirmières cliniciennes et parfois même des infirmières praticiennes spécialisées, assurent une pratique favorisant la collaboration interprofessionnelle. Certains craignent de devoir débourser de grosses sommes d’argent pour pouvoir s’associer à un GMF ou à une clinique médicale. Dre Quesnel souligne que différentes formules ont été développées pour favoriser l’intégration des jeunes médecins aux GMF. Des accommodements peuvent être convenus pour les médecins qui font moins d’heures ou qui travaillent à temps partiel, par exemple. Par ailleurs, le GMF permet le partage des frais liés aux services de secrétariat, de facturation, d’assurance, de téléphone. De plus, la rémunération hors-établissement tient compte de ces éléments. Le ministère a le devoir de distribuer les effectifs médicaux à travers la province. Les jeunes médecins ont un choix à faire et l’installation dans un premier lieu de pratique ne signifie pas un engagement qui soit irréversible. Il faut savoir qu’un grand pourcentage de jeunes médecins décident de demeurer dans la première région choisie et ce, pendant plusieurs années. La pratique peut plaire au candidat beaucoup plus qu’il ne l’aurait pensé. Par ailleurs, si le premier choix n’a pas été heureux, le médecin peut solliciter un poste de mobilité interrégionale, s’il souhaite déplacer sa pratique.

POUR TOUS VOS BESOINS D’ASSURANCES

Grâce au

SERVICE PRÉFÉRENCE

SOGEMEC ASSURANCES ÉVOLUE AVEC VOUS

AUTOMNE 2012

12 

Sogemec Assurances, toutes vos ******** PUB SOGEMEC ******** assurances sont pensées en fonction Avec le SERVICE PRÉFÉRENCE de

de votre style de vie et de vos besoins.

(IDEM ÉTÉ 2012)

POUR EN SAVOIR PLUS : 1 800 361-5303 / 514 350-5070 / 418 990-3946 Par courriel ou Internet : information@sogemec.qc.ca / www.sogemec.qc.ca

SOGEMEC ASSURANCES partenaire de la


LES PREM

Encore une fois, la coordonnatrice de la Table des chefs de DRMG rappelle que le fait d’avoir une pratique diversifiée en début de carrière est non seulement accepté, mais c’est même encouragé et soutenu par les DRMG. Et l’expertise acquise pourra être exportée n’importe où au Québec.

Les AMP, un frein à une carrière satisfaisante en MF ? Sur la question des AMP, Dre Quesnel est catégorique. Les AMP ne sont pas une punition, ni une finalité. Les AMP sont des activités jugées prioritaires dans un territoire et font partie des activités pour lesquelles un médecin est formé. Une fois les AMP réalisées, le jeune médecin peut faire la pratique qui lui plaît sur le territoire du DRMG. Interrogée sur l’impact du Colloque sur les PREM en médecine familiale mis sur pied pour la première fois cette année par la FMRQ, Dre Quesnel souligne que son DRMG a été très sollicité dans les semaines qui ont suivi l’activité à laquelle des membres de l’Agence de la Santé de la Montérégie ont participé, par des médecins résidents à la recherche tant d’information additionnelle que d’un poste. Elle et son équipe soulignent qu’il y a beaucoup d’inconnu pour les finissants lorsqu’ils recherchent un PREM et ce genre de rencontre permet de faire tomber plusieurs mythes.

« Les AMP ne sont pas une punition : une fois les AMP réalisées, le jeune médecin peut faire la pratique qui lui plaît sur le territoire du DRMG ».

Par exemple : Si j’applique pour un poste dans plus d’un CSSS, dois-je en informer l’autre DSP ? Voilà une question qui revient souvent, selon Dre Quesnel. Plusieurs ressentent un malaise à cet égard, mais elle souhaite rassurer les finissants. « Le fait de faire plus d’une demande est tout à fait normal, souligne-t-elle. De toute façon, le DRMG rend disponibles aux autres établissements l’information concernant les demandes de postes dans les établissements concernés ».

Commencez vos démarches dès la 1re année de résidence Elle insiste par ailleurs sur l’importance pour les résidents en médecine familiale de rencontrer les équipes avec lesquelles ils pourraient travailler dans les milieux qu’ils convoitent. Ils en ont l’occasion à la Journée Carrière Québec chaque année, mais ils doivent aussi rencontrer les représentants locaux, les établissements, les GMF. « Le fait de savoir qu’on a des affinités avec les futurs collègues, ça fait des mariages plus heureux..., confie-t-elle ».

Elle ne peut bien sûr s’empêcher de souligner en toute fin d’entretien les nombreux avantages qu’offre la médecine familiale dans sa région. Comme chef du DRMG de la Montérégie, peut-on la blâmer ?

polyvalence! N’ayez pas peur de vous impliquer pour explorer le rôle complet du médecin

13 

de famille et vous ouvrir à de nouveaux horizons ».

AUTOMNE 2012

Lorsqu’on lui demande quel conseil elle donnerait aux médecins résidents à la recherche d’un poste, elle n’hésite pas une seconde : « Aspirez à la polyvalence! , nous dit-elle, touchez à tout, n’ayez pas peur de vous impliquer pour explorer le rôle complet du médecin de famille et vous ouvrir à de nouveaux horizons. Et surtout, n’hésitez pas à appeler dans les DRMG pour obtenir plus d’information ». En médecine, on évolue constamment et, même si on a toujours la même responsabilité face à nos patients qu’un médecin qui a plus d’expérience, on peut développer sa pratique de façon progressive, de conclure la Coordonnatrice de la Table des chefs de DRMG ».

« Aspirez à la


LES PREM

Les 10 étapes pour obtenir un PREM Pour pratiquer en médecine familiale au Québec, deux démarches sont nécessaires : 1 – Obtenir un poste conformément au PREM de la région où vous souhaitez effectuer la majorité de votre pratique 2 – Obtenir une nomination auprès d’un établissement, si vous souhaitez travailler en établissement

AUTOMNE 2012

14 

Nous vous suggérons de faire des demandes d’avis de conformité dans plus d’une région pour vous assurer d’obtenir un poste qui répond à vos attentes. Certains DRMG exigent des lettres de référence. Elles ne sont pas obligatoires mais elles peuvent sans aucun doute témoigner en votre faveur, si le DRMG doit procéder à une sélection des candidats.

AUPRÈS DU DRMG 1 Identifiez le type de pratique que vous souhaitez effectuer (urgence, milieu hospitalier, CLSC, cabinet, etc.). 2 Identifiez la ou les régions dans lesquelles vous souhaitez établir votre pratique. 3 Consultez le site du ministère pour connaître le nombre de postes autorisés par région (www.msss.gouv.qc.ca/prem). 4 Consultez les sites des DRMG ou contactez-les pour obtenir la liste des établissements et connaître leurs besoins régionaux et leurs processus respectifs pour faire une demande, ainsi que leurs critères de sélection des candidats. 5 Consultez les sites des DRMG pour connaître les activités médicales particulières (AMP) qui doivent être comblées (12 h par semaine jusqu’à 15 ans de pratique). 6 Soumettez votre formulaire de demande d’avis de conformité auprès d’un DRMG entre le 15 octobre et le 15 novembre de l’année précédant l’entrée en pratique (ex : à l’automne 2012 pour l’été 2013). Le formulaire est disponible au www. msss.gouv.qc.ca et peut être soumis par la poste, par courrier électronique ou par télécopieur. N’oubliez pas d’y joindre les documents requis (lettres de référence, lettre de motivation), selon les régions (voir liste des DMRG en pages 25-26). 7 Octroi des postes par le DRMG • Si le nombre de candidatures est inférieur au nombre de postes disponibles, les demandes/candidatures sont toutes acceptées ; • Si le nombre de candidatures excède le nombre de postes disponibles au PREM, toutes les candidatures sont soumises à une évaluation ; • S’il reste des postes disponibles au terme de la période d’application, les postes restants sont accordés selon la règle du « premier arrivé, premier servi ». 8 Décision écrite des DRMG dans les 60 jours de la date butoir de réception des candidatures ou dans les 90 jours, s’ils doivent procéder à une sélection (janvierfévrier). Généralement, une bonne proportion des réponses sont données dès le 1er décembre. 9 Si vous recevez une réponse positive, vous devez confirmer par écrit votre acceptation ainsi que la date de votre installation, dans les 30 jours suivant la date d’émission de l’avis. Pour être éligible à soumettre une demande, vous devrez débuter votre pratique dans les 12 mois de calendrier suivant la réception de l’avis de conformité et y effectuer 55 % de votre pratique (en termes de facturation). 10 Pour vous désister d’un poste, vous devez remplir le formulaire prévu à cet effet que vous retrouverez sur le site du MSSS.

AUPRÈS DE L’ÉT ABLISSEMENT ÉTABLISSEMENT Parallèlement, vous devrez solliciter un avis de nomination en établissement. Pour ce faire… – Envoyez votre formulaire de demande de nomination au directeur général de l’établissement (cf. formulaire standard en page 24). – Vous recevrez une lettre du directeur général confirmant l’état du PEM de l’établissement – Votre demande sera étudiée par le comité exécutif du CMDP – Le comité d’examen des titres prendra connaissance de votre dossier et fera rapport au comité exécutif – Le comité exécutif recommandera ou non votre candidature au conseil d’administration de l’établissement – Le conseil d’administration acceptera (ou non) votre demande, sous réserve de l’approbation du DRMG – Le DRMG vous communiquera la réponse directement.


LES PREM

Obtenir un PEMU

Formulaire de

Dans certaines régions, des postes sont réservés pour des candidats qui combleront des besoins académiques.

demande d’Avis de

• • • •

Tout candidat sélectionné sur un poste académique doit faire les démarches nécessaires pour obtenir un avis de conformité au PREM de la région concernée;

conformité en MF : http://www.ramq.

Les candidats aux PEMU doivent avoir été sélectionnés par le directeur ou la directrice du département de médecine familiale de la faculté de médecine concernée;

gouv.qc.ca/site

Le directeur du département confirme son choix de candidat à la Table PREM/ RUIS concernée, laquelle en informe le ministère de la Santé et des Services sociaux et le DRMG responsable de délivrer l’avis de conformité au candidat sélectionné;

professionnels/

La nature « académique » du PEMU ne dégage en rien le candidat de ses responsabilités cliniques, ni de ses obligations quant aux AMP.

collectiondocuments/ formulaires/ formulaireavis_prem

Opter pour le dépannage Les médecins résidents qui souhaitent faire du dépannage après la fin de leur résidence n’ont pas à participer au processus de mise en candidature qui se tient du 15 octobre au 15 novembre. Une fois la résidence complétée, ils peuvent s’inscrire au mécanisme de dépannage via le Centre national Médecins-Québec. Les formulaires sont disponibles sur https://cnmq.msss.gouv.qc.ca. Une liste d’établissements ayant recours au mécanisme de dépannage du MSSS ainsi que leurs besoins par activité vous sera remise. Il n’y a pas de quota maximal quant au nombre de nouveaux facturants pouvant s’inscrire au mécanisme de dépannage. Si le médecin a une pratique exclusive dans le cadre du mécanisme de dépannage (95 % de sa pratique), il peut obtenir une dérogation tenant lieu d’avis de conformité (l’équivalent d’un PREM dépannage). À noter que le dépannage ne s’applique que dans les centres hospitaliers de soins généraux et spécialisés ainsi que dans les CLSC. Après un an de pratique exclusive (95 % et plus de la pratique) de dépannage, un médecin de famille n’est plus considéré comme un nouveau facturant et il peut obtenir un poste dans n’importe quelle région du Québec en fonction des postes de mobilité interrégionale disponibles.

IMPOR TANT IMPORT

Si vous pratiquez sans PREM…

votre rémunération sera réduite de 30 % pour tout acte médical effectué en cabinet privé;

vous ne pourrez faire de demande d’avis de conformité dans cette région avant 5 ans;

autrement, vous devrez obtenir un avis de conformité dans une autre région et y travailler pendant 3 ans, avant de pouvoir demander un poste dans la région initiale.

résidents qui souhaitent faire du dépannage après la fin de leur résidence n’ont pas à participer au processus de mise en candidature qui se tient du 15 octobre au 15 novembre.

15  AUTOMNE 2012

TRÈS

Les médecins


LES PREM

Formation complémentaire en médecine d’urgence (3e année) Pour obtenir un poste de résidence (R3 en médecine familiale) au Québec dans le but de réaliser une formation complémentaire en médecine d’urgence, vous devez en faire la demande par le biais d’un formulaire unique disponible sur les sites des facultés de médecine (voir exemple en page 24). Les résidents en médecine familiale qui souhaitent poursuivre une 3e année de formation en médecine d’urgence doivent aussi soumettre une demande sur la plateforme du Service de jumelage canadien CaRMS (Canadian Resident Matching Service). Aussi, compte tenu du fait que les réponses du CaRMS ne sont transmises aux finissants qu’à la fin décembre, soit après la période de mise en candidature aux PREM, nous vous encourageons à faire une demande de PREM au cas où vous n’obtiendriez pas votre poste, quitte à vous désister par la suite.

Formations complémentaires en MF Pour réaliser une formation complémentaire dans des spécialités comme la psychiatrie, la gériatrie, l’obstétrique, etc., vous devez en faire la demande à la faculté concernée par le biais d’un formulaire unique disponible sur les sites des facultés de médecine (voir exemple en page 24).

Programme de clinicien-érudit (CMFC) Des postes de clinicien-érudit sont réservés au niveau provincial pour les médecins de famille, tout comme c’est le cas pour les cliniciens-chercheurs au Collège royal. Afin de faire une demande, vous devez compléter le formulaire de demande de formation complémentaire, le signer et obtenir la signature du directeur de programme concerné. Votre document doit être transmis à la faculté par courriel. Un original doit aussi être transmis au bureau du vice-doyen, afin qu’il présente la demande à la Conférence des vice-doyens (CVDFM). Le candidat et le directeur de programme sont informés par courriel une fois la demande approuvée par la CVDFM. Le processus est identique à celui mis en place pour toute autre formation complémentaire.

PRIMES – FORF AITS – MAJORA TIONS ORFAITS AJORATIONS La pratique de la MF en région

AUTOMNE 2012

16 

La pratique en région intermédiaire et éloignée comporte des avantages financiers comme des primes d’installation et de maintien octroyées par les agences, des primes pour la garde en disponibilité et le ressourcement. Les régions isolées offrent également des primes d’éloignement ou d’isolement, des frais de sortie et le remboursement des frais de déménagement. La rémunération est aussi majorée pour les services dispensés en cabinet et en établissement. Pour plus d’information, consultez le site du ministère de la Santé et des Services sociaux au : www.msss. gouv.qc.ca

LES • • •

DA TES CHARNIÈRES AU DATES

CARMS / R3 MF

Août : ouverture de la plateforme d’inscription Octobre : révision des dossiers Novembre : période d’entrevues Pour plus d’information sur les dates précises et les modalités d’inscription, consultez le site du Service de jumelage canadien CaRMS au http://www. carms.ca/fre/r3_about_intro_f.shtml


LES PREM

3 > > > Autres spécialités

L

es plans régionaux d’effectifs médicaux (PREM) dans les spécialités autres que la médecine familiale ont été institués dans le même esprit d’équité d’accès des services médicaux, soit pour assurer à la population de chaque région une part équitable de services et pour privilégier l’installation des médecins requis pour offrir ces services dans la région où vivent les bénéficiaires. Les PREM sont notamment évalués en fonction du nombre de médecins spécialistes qui débuteront leur pratique durant l’année, des départs à la retraite des médecins en pratique et des besoins régionaux. Le plan quinquennal mis en place en 2011 par le MSSS vise ainsi trois objectifs :

Atteindre progressivement l’autonomie régionale dans les spécialités de base et régionales ;

Faire de même par territoire de RUIS (Réseau universitaire intégré de santé) pour les spécialités tertiaires et pour les besoins universitaires ;

S’assurer de maintenir les effectifs et les corridors inter-RUIS requis pour un accès à tous en ce qui a trait aux services quaternaires.

Pour connaître les postes disponibles, consultez le www.msss.gouv.qc.ca/PREM

Pratiquer dans un établissement Pour chaque établissement au Québec, le MSSS autorise un nombre de postes dans chaque spécialité. Ces postes constituent le plan d’effectifs médicaux (PEM) de l’établissement qui détermine le nombre de médecins spécialistes pouvant y effectuer leur pratique principale. Posséder une place au PEM d’un établissement est donc un prérequis pour y dispenser des soins. Pour obtenir un poste dans un établissement, un médecin doit effectuer une demande de privilèges. Il devient comptabilisé au PEM de celui-ci lorsque l’agence de la Santé et des Services sociaux concernée émet un avis de conformité qui l’autorise à y pratiquer en toute conformité au PEM approuvé par le gouvernement. Un médecin peut obtenir des privilèges dans plus d’un établissement, mais il ne sera comptabilisé qu’au PEM de l’établissement où il effectue la majorité de sa pratique. Il est à noter que les médecins formés au Québec ont priorité pour l’obtention des postes.

au PEM d’un établissement est un prérequis pour y dispenser des soins.

17  AUTOMNE 2012

Si vous comptez débuter votre pratique durant la période visée par le plan quinquennal, vous pouvez déjà solliciter un poste, même si vous n’entrerez en pratique qu’en 2014 ou 2015. Les établissements peuvent d’ores et déjà accorder ces postes, mais vous ne pourrez y débuter votre pratique qu’à l’année pour laquelle le ministère les a accordé. Toutefois, dans les régions intermédiaires et éloignées, le MSSS peut autoriser une pratique débutant plus tôt que l’année d’octroi du PEM.

Posséder une place


LES PREM

Obtenir un PEM Pour obtenir un poste au sein d’un établissement, vous devez :

Prendre contact avec le chef du département ou le directeur des services professionnels (DSP) ;

Envoyer le formulaire de demande de nomination à l’établissement concerné (disponible au bureau du DSP ou sur le site de la RAMQ) ;

La demande sera ensuite évaluée par le Comité d’examen des titres, qui recommande ou non votre candidature au Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP), lequel fait de même auprès du conseil d’administration de l’établissement ;

Le CA accepte (ou refuse) la demande sous réserve d’acceptation par l’Agence de la santé et des services sociaux (en fonction du PEM de l’établissement) ;

Si l’Agence accepte, elle émet et vous transmet un avis de conformité au PEM.

N.B. Dans les milieux universitaires, les candidats devront solliciter une recommandation de la part du vice-doyen aux études médicales postdoctorales, en plus d’autres exigences. Pour plus d’information, veuillez vous adresser au bureau de votre vice-doyen.

Entre 2011 et 2015, on prévoit que près de 1 500 postes deviendront disponibles suite à des départs.

Le jumelage permet à un finissant de se joindre à une équipe de médecins spécialistes en prévision du départ d’un autre membre de l’équipe. Le médecin qui prévoit quitter doit s’engager par écrit à démissionner de son poste au plus tard un an après l’arrivée de son successeur par jumelage. Même si un établissement ne possède pas de PEM, n’hésitez pas à communiquer avec le chef du département ou le DSP pour connaître leurs besoins. Il se peut que vous puissiez accéder à un poste par le biais d’un jumelage. Entre 2011 et 2015, on prévoit que près de 1 500 postes deviendront disponibles suite à des départs.

Obtenir une dérogation Lorsque les besoins d’un établissement le justifient, un établissement peut demander un dépassement provisoire de son plan d’effectifs médicaux (PEM) par voie de dérogation. La dérogation au PEM est une mesure exceptionnelle et les demandes à cet effet doivent répondre à des critères stricts : raisons humanitaires (ex : situation familiale); expertise particulière du candidat; volume d’activité; listes d’attente; développement (ajout d’équipements); stabilisation des équipes (âge des médecins en exercice); mise en place d’une entente de services.

18  AUTOMNE 2012

Obtenir un poste par jumelage

Certains des PEM affichés sont inscrits comme poste en réseau facultatif ou poste en réseau obligatoire. Certaines ententes sont liées à ces postes. Pour toute information additionnelle, communiquez avec la FMRQ. Veuillez noter que, pour les candidats, la démarche d’obtention d’un PEM demeure la même.

La dérogation confirme un poste permanent au candidat.

Obtenir une ORA Les ORA sont des opportunités de recrutement additionnelles dont disposent certains établissements. Une ORA n’a pas pour effet de modifier le plan d’effectifs de l’établissement hospitalier. C’est en fait une autorisation de dépassement temporaire. Avant d’émettre un avis de conformité, l’agence concernée doit en informer le MSSS. Ce poste est un poste permanent. Pour solliciter une ORA, le candidat doit faire les mêmes démarches que pour l’obtention d’un PEM.


LES PREM

Effectuer du remplacement Le remplacement temporaire vise à permettre à un médecin d’assumer les tâches cliniques et administratives d’un autre médecin détenteur d’un PEM, qui doit s’absenter de son poste (maladie, congé sabbatique, maternité, etc.). Un remplacement temporaire n’est valide que pour la durée de l’absence du médecin détenteur du PEM et le médecin « remplaçant » perd ses privilèges au terme du remplacement. Il est aussi possible d’obtenir une autorisation d’exercer dans un établissement sans poste au PEM en cas d’urgence. Cette mesure n’est toutefois valide que pour un maximum de trois mois et ne peut être renouvelée.

Les PRO et les PRF Certaines ententes permettant l’ajout de postes sont liées à un poste en réseau facultatif ou un poste en réseau obligatoire. Ces postes ne peuvent reposer sur un seul individu et doivent démontrer un engagement de l’équipe médicale et de l’administration des établissements à remplir les engagements qui y sont liés. C’est l’établissement qui a la responsabilité de répondre aux besoins. Certains postes affichés sur le site du ministère sont indiqués sous PRO ou PRF.

Formulaire d’inscription au remplacement : http:/wpp01.msss. gouv.qc.ca/appl/ H38/Fichiers/ H38_Depannage_ 20110119144544.pdf

Postes hors-PREM Il existe certaines situations où un médecin peut être embauché hors PREM. À titre d’exemple, ceux qui ont une pratique exclusive et à temps plein en soins palliatifs ou en assistance opératoire, ceux qui œuvrent dans le programme conjoint de transplantation Université de Montréal – Université McGill, les chercheurs-boursiers qui adhèrent au Protocole d’accord concernant la mise en place de modalités de rémunération particulière pour les chercheurs-boursiers. Pour plus de détails, veuillez consulter les Règles de gestion des plans d’effectifs médicaux en spécialité sur le site du ministère au www.msss.gouv.qc.ca.

Pratiquer en cabinet privé Les cabinets privés dans les spécialités autres que la médecine familiale ne sont pas encadrés par les PEM. Les médecins qui souhaitent faire une pratique exclusive en cabinet n’ont pas de démarches à faire au PEM.

Formations complémentaires Toute formation complémentaire de six mois ou moins ne nécessite que l’approbation du vice-doyen aux études médicales postdoctorales.

Vous devez faire une demande à la faculté concernée par le biais d’un formulaire unique (voir exemple en page 24) disponible sur les sites des facultés de médecine (voir liens en page 22). À noter que la demande doit rencontrer les exigences du milieu de pratique convoité.

UN

CONSEIL...

ATTENTION

AUX PROMESSES

Ne vous fiez pas à des promesses de la part de vos patrons ou chefs de service. Même si celles-ci sont faites de bonne foi, s’il n’y a pas de PEM disponible, vous ne pourrez avoir de poste.

19  AUTOMNE 2012

Pour toute formation complémentaire d’un an ou plus rémunérée par la RAMQ, en vue d’un poste dans un milieu universitaire ou non universitaire, certaines exigences s’imposent.


LES PREM

Vous devez également, dans le cas de recrutements universitaires, soumettre une lettre d’engagement d’un directeur de services professionnels, tel qu’exigé par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Si aucune position n’est disponible, le DSP devra s’assurer de faire valoir ses besoins auprès des autorités concernées pour pouvoir vous recruter. Si aucun établissement n’appuie votre candidature, vous devrez soumettre une lettre détaillant les raisons qui justifient, selon vous, votre formation complémentaire, en lien avec les besoins de la population. La lettre est adressée au vice-doyen aux études médicales postdoctorales de la faculté où vous souhaitez faire cette formation. Si la demande est approuvée par la faculté, elle est ensuite soumise pour approbation à la Conférence des vice-doyens aux études médicales postdoctorales, ainsi qu’au ministère de la Santé et des Services sociaux Veuillez noter que le MSSS ne finance pas les formations complémentaires à l’extérieur du Québec. Par ailleurs, pour vous assurer d’avoir un poste au retour, vous devez obtenir un poste au PEM d’un établissement avant votre départ.

Programme de clinicien-chercheur (CRMCC) Les demandes pour un programme de clinicien-chercheur du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada ne requièrent pas la signature du DSP ou la confirmation d’un poste à un PEM. Par ailleurs, elles sont soumises à un processus spécifique pour lequel les règles varient légèrement d’une faculté à l’autre. Ce programme offre une formation intégrée, structurée et rigoureuse en recherche pendant la résidence, en vue d’une carrière de clinicien-chercheur. Pour y accéder, trois cheminements sont possibles : 1. Une formation en recherche continue de 24 mois débutant à la dernière année du programme de spécialité (R5 pour un programme de 5 ans ou R6 pour un programme de 6 ans) et se poursuivant pendant un an après la fin du programme de spécialité;

AUTOMNE 2012

20 

2. Une formation en recherche discontinue de 27 mois pouvant débuter dès la première année de résidence, pour les résidents déjà détenteurs d’une maîtrise ou d’un doctorat; 3. Une formation en recherche fractionnée de 24 mois comprenant des blocs de 3 mois ou plus débutant à la 2e ou 3e année de résidence, et un bloc continu d’une année après la fin du programme de spécialité. Les domaines de recherche ne portent pas seulement sur les aspects traditionnels de la recherche biomédicale clinique et en laboratoire mais englobent aussi des disciplines comme l’économie, la gestion, les sciences sociales, les sciences du comportement et de l’information, dans la mesure où elles s’appliquent à la santé et la maladie. Les médecins résidents qui complètent ce programme avec succès reçoivent un Diplôme d’études spécialisées de l’Université et un Certificat du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Les candidats doivent s’inscrire à un programme de maîtrise (M.Sc.) ou de doctorat (Ph.D.) à moins qu’ils n’aient déjà obtenu de tels diplômes dans le passé.


LES PREM

Les médecins résidents sont rémunérés normalement pendant le programme de spécialité et pendant l’année de formation complémentaire.

Étapes à suivre • Remplir le formulaire d’admission au programme de cliniciens-chercheurs; • Expédier le formulaire et les documents exigés au vice-décanat aux études médicales postdoctorales avant la date limite (15 janvier pour l’année académique débutant le 1e juillet qui suit);

• •

Les documents seront envoyés au programme concerné; Le comité d’admission du programme étudiera la candidature, déterminera s’il accorde une entrevue, formulera sa recommandation à la Faculté qui informera le candidat de la décision.

Les documents exigés comprennent une lettre de motivation, un formulaire de demande d’admission au programme de formation des cliniciens-chercheurs, une lettre du directeur du programme de spécialité, une lettre du professeur qui s’engage à diriger le candidat, une copie du CV commun canadien du candidat à jour, et un relevé de notes officiel des cours suivis en milieu universitaire, excluant le MD. IMPORTANT Les modalités inscrites ici reprennent à ce qui est affiché sur le site de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Celles-ci correspondent en grande partie à ce qui est exigé de toutes les facultés de médecine québécoises. Nous vous invitons toutefois à consulter le site Internet ou le bureau du vice-décanat aux études médicales postdoctorales de la Faculté concernée pour vous assurer de suivre les étapes propres à chacune d’elles.

Boursiers du Fonds de recherche en Santé du Québec (FRSQ)

PRIMES ET

FORF AITS POUR LA PRA TIQUE DES MÉDECINS SPÉCIALISTES EN RÉGION FORFAITS PRATIQUE

La pratique en région intermédiaire et éloignée comporte des avantages financiers comme des primes de rétention et de revalorisation, des primes d’installation et de maintien octroyées par les agences, des primes pour la garde en disponibilité et le ressourcement. Les régions isolées offrent également des primes d’éloignement ou d’isolement, des frais de sortie et le remboursement des frais de déménagement. Pour plus d’information, consultez le site du ministère de la Santé et des Services sociaux au : www.msss.gouv.qc.ca

21  AUTOMNE 2012

Les postes de chercheurs-boursiers s’adressent aux médecins spécialistes qui adhèrent au Protocole d’accord concernant la mise en place de modalités de rémunération particulière pour les chercheurs-boursiers. Tout médecin qui désire poursuivre une formation complémentaire est toujours assujetti à la règle de gestion no 6 (voir Règles de gestion au www.msss.gouv.qc.ca) qui stipule, notamment, que le médecin doit détenir un avis de conformité de l’agence concernée avant le début de cette formation. À partir du moment où un médecin se retire du Protocole, il doit se soumettre aux règles de gestion et se prévaloir d’un poste disponible dans sa spécialité. Si le PEM est complet, il sera considéré en surplus du PEM jusqu’au prochain départ.


LES PREM

Pour accéder aux instructions et au formulaire de demande de formation complémentaire, vous pouvez consultez les sites suivants : UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL www.med.umontreal.ca/etudes/programme_formation/ postdoctorales/guide/formation_complementaire.html UNIVERSITÉ MCGILL www.medicine.mcgill.ca/postgrad/french/ residentinfo_formationcomp.htm (français) http://www.medicine.mcgill.ca/postgrad/ residentinfo_formationcomp.htm (anglais) UNIVERSITÉ LAVAL www.fmed.ulaval.ca/site_fac/formation/post-md/ formulaires-administratifs/ sous Vice-décanat aux études médicales postdoctorales/ Formulaire de demande de prolongation de formation UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Communiquez avec Mme Alina Mihaila au secrétariat du vice-décanat au 819 564-5206. Veuillez noter que la date limite pour soumettre votre demande est le 1er février pour l’année académique débutant le 1er juillet qui suit.


LES PREM

4 > > > La foire aux questions Est-il vrai que le gouvernement a aboli les dérogations?

Pour faire un fellowship à l’étranger, vous devez d’abord vous assurer d’avoir un PREM pour pouvoir pratiquer dans cet établissement à votre retour. Sinon, rien n’est certain.

Combien de temps à l’avance dois-je amorcer mes démarches pour obtenir un poste en médecine familiale?

Je suis R3, est-il trop tôt pour commencer mes démarches pour un PREM?

C’est faux, mais les dérogations demeurent une mesure exceptionnelle.

En médecine familiale, les démarches pour l’obtention d’un poste se font dès la première année de formation. D’ailleurs, la FMRQ a mis sur pied un Colloque sur les PREM en MF en 2012, afin d’obtenir de l’information sur les démarches à entreprendre et permettre aux R1 de rencontrer les représentants des DRMG. Cette activité vise à mieux outiller les résidents en médecine familiale avant la Journée Carrière Québec tenue en octobre et la période de soumission des candidatures aux PREM, laquelle se tient du 15 octobre au 15 novembre, chaque année.

Combien de temps à l’avance dois-je amorcer mes démarches pour obtenir un poste dans les spécialités autres que la médecine familiale?

Il n’y a pas de délai minimal pour débuter les démarches pour l’obtention d’un PEM/PREM. On conseille habituellement de commencer de un à deux ans avant la fin de la formation postdoctorale, surtout en milieu universitaire, et même plus pour ceux qui veulent faire un fellowship à l’étranger.

Où puis-je obtenir l’information sur les postes disponibles en médecine familiale? dans les autres spécialités?

Cette information est disponible sur le site du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec au www.msss.gouv.qc.ca/PREM

Non. D’ailleurs, il est recommandé d’obtenir un PREM avant de débuter un fellowship, afin de s’assurer d’avoir un poste au retour.

Je voudrais faire un fellowship mais je ne sais pas par où commencer?

Pour faire un fellowship rémunéré au Québec, vous devez remplir le formulaire émis par les vice-décanats à cet effet.

Est-ce que je peux partager un PEM/PREM avec un autre médecin?

Malheureusement, non. Présentement, un PEM représente un poste pour un médecin dans l’établissement, et ce, peu importe le temps que celui-ci consacre aux activités cliniques.

À quel moment mon PEM/PREM est-il officiel?

Votre poste est officiel lorsque vous recevez l’avis de conformité de l’Agence de la santé et des services sociaux. Même si vous avez reçu une lettre du DSP, de l’établissement ou de la Faculté, votre poste ne sera confirmé que par l’avis de conformité.

Combien de temps doit-on attendre pour obtenir un PEM en spécialité?

Les délais d’obtention d’un avis de conformité au PEM d’un établissement peuvent varier de 2 mois en région à 2 ans en milieu universitaire.

Qu’est-ce qu’un PREM virtuel?

Un PREM virtuel est un poste affiché sur le site du MSSS mais pour lequel l’établissement ne recrute pas concrètement (manque d’équipements, besoins insuffisants pour justifier l’ajout d’un médecin à temps plein, etc.). Si vous êtes informés d’une telle situation, communiquez avec la FMRQ ou les représentants de votre association, afin que nous puissions demander la réallocation de ces postes vers d’autres établissements.

23  AUTOMNE 2012

Est-ce que le fait de faire un fellowship me garantira un poste en milieu universitaire?

Non. Communiquez avec la coordonnatrice aux effectifs médicaux de la FMRQ, Mme Marie Montpetit, au 514 282-0256 ou au 1 800 465-0215, ou encore par courriel à mcmontpetit@fmrq. qc.ca


LES PREM

5 > > > Les formulaires 1

2

3

AUTOMNE 2012

24 


LES PREM

>>>

Liste des Chefs de Départements régionaux de médecine générale et coordonnées par agence

Docteure Diane Comeau Chef du DRMG ASSS DU BAS-SAINT-LAURENT 288, rue Pierre-Saindon, 1er étage Rimouski (Québec) G5L 9A8 Téléphone : 418-724-5231, poste 6040 Télécopieur : 418-723-3103 ginette.bergeron.asss01@ssss.gouv.qc.ca Docteur Roberto Boudreault Chef du DRMG ASSS DU SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN 930, rue Jacques-Cartier Est Chicoutimi (Québec) G7H 7K9 Téléphone : 418-545-4980, poste 345 Télécopieur : 418-545-4718 roberto.boudreault.asss@ssss.gouv.qc.ca Docteur Jacques Bouchard Chef du DRMG ASSS DE LA CAPITALE NATIONALE 555, boulevard Wilfrid-Hamel Est Québec (Québec) G1M 3X7 Téléphone : 418-525-1500, poste 221 Télécopieur : 418-529-1733 jacques.bouchard@videotron.ca cc : Francoise.Juster@ssss.gouv.qc.ca

Docteur Mark Roper Chef du DRMG ASSS DE MONTRÉAL 3725, rue Saint-Denis – bureau 436 Montréal (Québec) H2X 3L9 Téléphone : 514-286-6500, poste 6943 Télécopieur : 514-286-5790 mark_roper@ssss.gouv.qc.ca cc : sylvie_bourrelle@ssss.gouv.qc.ca Docteur Marcel Reny Chef du DRMG ASSS DE L’OUTAOUAIS 104, rue Lois Hull (Québec) J8Y 3R7 Téléphone : 819-776-7660, poste 7492 Télécopieur : 819-771-8632 marcel_reny@ssss.gouv.qc.ca Docteur Jean-Yves Boutet Chef du DRMG ASSS DE L’ABITIBITÉMISCAMINGUE 1, 9e Rue Rouyn-Noranda (Québec) J9X 2A9 Téléphone : 819-764-3264, poste 49406 Télécopieur : 819-764-5705 jyboutet@mac.com

25  AUTOMNE 2012

Docteur Benoit Gervais Chef du DRMG ASSS DE LA MAURICIE ET DU CENTRE-DU-QUÉBEC 550, rue Bonaventure Trois-Rivières (Québec) G9A 2B5 Téléphone : 819-693-3635 Télécopieur : 819-373-1627 benoit_gervais@gmf.gouv.qc.ca

Docteure Raymonde Vaillancourt Chef du DRMG ASSS DE L’ESTRIE Complexe Saint-Vincent-de-Paul 300, rue King Est, porte 3 – 4e étage Sherbrooke (Québec) J1G 1B1 Téléphone : 819-829-3400, poste 42563 Télécopieur : 819-569-8894 rvaillancourt.agence05@ssss.gouv.qc.ca


LES PREM

Docteur Roger Dubé Chef du DRMG ASSS DE LA CÔTE-NORD 691, rue Jalbert Baie-Comeau (Québec) G5C 2A1 Téléphone : 418-589-9845, poste 2661 Télécopieur : 418-598-8574 roger_dube@ssss.gouv.qc.ca

Docteure Louise Quesnel Chef du DRMG ASSS DE LA MONTÉRÉGIE 1255, rue Beauregard Longueuil (Québec) J4K 2M3 Téléphone : 450-928-6777, poste 4177 Télécopieur : 450-679-6443 l.quesnel@rrsss16.gouv.qc.ca

Docteur Robert Benguerel Chef de DRMG ASSS DE LA GASPÉSIE– ÎLES-DE-LA-MADELEINE 451, MGR Ross Est, case postale 3300 Chandler (Québec) G0C 1K0 Téléphone : 418-689-2261 Télécopieur : 418-689-6853

Docteur François Prévost Chef du DRMG ASSS DU NUNAVIK Case postale 900 Kuujjuaq (Québec) J0M 1C0 Téléphone : 819-964-2222, poste 270 Télécopieur : 819-964-2338 francoisprevost@mac.com

Docteur Normand Drolet Chef de DRMG ASSS DE CHAUDIÈREAPPALACHES 363, route Cameron Sainte-Marie (Québec) G6E 3E2 Téléphone : 418-386-3535 Télécopieur : 418-386-3547 ndrolet@cgocable.ca

Docteure Carole LaForest Chef du DRMG ASSS DE LA BAIE-JAMES Région Terres-Cries-de-la-Baie James Case postale 250 Chisasibi (Québec) J0M 1E0 Téléphone : 819-855-9001, poste 4007 Télécopieur : 819-855-2098 carole.laforest@ssss.gouv.qc.ca (participe occasionnellement aux réunions des chefs, pour le Nord-du-Québec)

Docteur Martin Archambault (changera en septembre 2012) Chef de DRMG ASSS DE LAVAL 800, boulevard Chomedey, TOUR A Laval (Québec) H7V 3Y4 Téléphone : 450-978-2121, poste 2061 Télécopieur : 450-978-2100 chantal_paquette@ssss.gouv.qc.ca

AUTOMNE 2012

26 

Docteur Alain Boudrias Chef du DRMG ASSS DE LANAUDIÈRE 245 Curé Majeau Joliette (Québec) J6E 8S8 Téléphone : 450-759-1157, poste 4295 Télécopieur : 450-753-5633 alain.boudrias@ssss.gouv.qc.ca Docteur Bertrand Bissonnette Chef du DRMG ASSS DES LAURENTIDES 1000, rue Labelle, bureau 210 Saint-Jérôme (Québec) J7Z 5N6 Téléphone : 450-432-8729 poste 8729 Télécopieur : 450-432-8712 bertrand.bissonnette@ssss.gouv.qc.ca

Docteur Jean Lemoyne Directeur des Affaires médicales, sociales et des Services professionnels CRSSS DE LA BAIE-JAMES (Nord-du-Québec) 312, 3e rue Chibougamau (Québec) G8P 1N5 Téléphone : 418-748-3575, poste 2480 Télécopieur : 418-748-6391


PREM’s

1 > > > Interview with Dr Patrick Larochelle, CADEM chairperson

A

n R4 in diagnostic radiology at the University of Sherbrooke Faculty of Medicine, Dr Patrick Larochelle had already been involved for several months on the FMRQ’s Ad-hoc committee on physician resources (CADEM), as the AMReS representative. In July 2012, he decided to take the leap and stand for the position of CADEM chairperson. Although he was appointed only a few weeks ago, he is already firmly in the saddle and agreed to share his thoughts with us, and those of his committee colleagues, concerning the action plan they intend to implement to guarantee a position for all doctors trained in Quebec.

CADEM’s priority: to guarantee a position for all Quebec medical residents Patrick Larochelle has a single goal: “I want to ensure that, once they have completed their residency, all physicians trained in Quebec have access to a position in line with their skills and professional expectations.” While he said medical residents’ opinions concerning PREMs are divided and the current system is imperfect he insisted that, at th FMRQ, “we firmly intend to make the best use of them possible.”

Greater flexibility in assigning positions and the five-year plan

Using survey results Dr Larochelle also wants to use the data gathered last year through the survey conducted by the Federation. “PREMs are a major stress factor for medical residents,” he emphasized, “and this stress intensifies later on in residency, when we are concerned with preparing for our certification exams, with the added complication of everything involved in setting up in practice. We have to ensure that medical residents are clearly informed of the positions available, thus fostering a harmonious transition toward independent practice.”

that, once they have completed their residency, all physicians trained in Quebec have access to a position in line with their skills and professional expectations.”

27  AUTOMNE 2012

Among the committee’s objectives, Dr Larochelle first mentioned the importance of obtaining greater flexibility from the Ministry of Health and Social Services in PREM management, particularly when the five-year plan is updated in 2013. There has to be a match between the number of medical residents in training, the number of positions offered to medical residents, as well as needs and anticipated departures of physicians currently in practice. The CADEM chairperson wants to promote an increase in the number of positions in sectors posting major shortages, notably in order to avoid frequent recourse to the discretionary waiver process.

“I want to ensure


PREM’s

Profiles for all positions “PREMs are a major stress factor for medical residents.”

“If we want doctors to set up practice throughout Quebec, they have to be given the opportunity to become familiar with the parameters that will govern their practice.”

CADEM also intends to work with establishments and the MSSS to ensure that they provide medical residents with better tools to facilitate the search for a position. “In the Internet age, it is astonishing that there is no access to profiles of the positions available in Quebec establishments,” Dr Larochelle told us. “If we want doctors to set up practice throughout Quebec, they have to be given the opportunity to become familiar with the parameters that will govern their practice.” He believes some positions remain unfilled quite simply because medical residents are not sufficiently well informed about the type of practice and the benefits associated with it. He also said he laments the existence of virtual positions—positions which exist on paper but are not accessible because the technical platforms and personnel are not available to accommodate more doctors.

Foreign doctors: value added, but not to the detriment of Quebec-trained physicians Dr Larochelle also pointed to the delicate issue of the integration of foreign doctors in Quebec, in a context of surplus resources in certain specialties. His committee intends to monitor the impact of the different programs set up to encourage such recruitment, such as the mutual recognition arrangement between Quebec and France. The CADEM chairperson stressed that the Federation does not wish to prevent the recruitment of doctors abroad, since they represent added value for Quebec. Nevertheless, it must be ensured that doctors trained here have access to a PREM. While for the moment the number of foreign doctors recruited is not alarming, CADEM intends to keep its eyes open. Dr Larochelle also stressed that doctors and other stakeholders responsible for recruitment are all too often unaware that Quebec medical schools can provide them with qualified young physicians within a reasonable timeframe. He wants to inform establishments of this so they conduct their search in Quebec.

Practice in the regions: attracting doctors rather than forcing their hand “Stakeholders

 AUTOMNE 2012

28

responsible for recruitment are too often unaware that medical schools can provide them with

It is a mistake to believe that all medical residents want to work in major centres. “Actually,” Dr Larochelle continued, “many factors militate in favour of practising medicine in the regions, and a good number of medical residents are headed there.” The CADEM chairperson believes training sites must make sure they prepare practitioners for practising in the regions. Currently, in his view, university sites are focussed too narrowly on quaternary care. In fact, he intends to conduct a survey of medical residents to find out the factors that would influence or have influenced them to choose a practice in the regions, and the factors that would prompt them to leave Quebec. He believes the Federation has to work with universities and the government to adjust the parameters so medical residents feel like going to the regions. “As soon as physician resources spontaneously self-distribute in the regions, the door is open to a plan that is more flexible for everyone.”

qualified young physicians within a reasonable timeframe.”

WHA T HAT • • • • •

THE

DRMGS

WANT TO KNOW

Your professional interests Where you intend to set up practice in future The clinical/professional activities you intend to perform Your choice of specific medical activities (AMPs) The status of your approach to an establishment or private office


PREM’s

Tools for members This year, Dr Larochelle wants to place the emphasis on action in the field. The survey conducted in the spring showed a lack of understanding of the system for assigning PREMs and the detailed procedures for obtaining PEMs and PREMs in training sites. “What medical residents want is information focussing on their specialty so they can have answers to their specific questions,” he went on. General information sessions will first be set up to provide them with information as they start their residency. In conjunction with chief residents and residents involved in the professional associations, specific meetings will be offered to those programs interested. Family medicine is obviously included in this process, and the Symposium on PREMs in Family Medicine will be repeated in spring 2013.

Overview of some elements in the action plan • • • • • • •

Position profiles for all establishments One-stop Web site Support from establishments and the MSSS to foster recruitment in Quebec Additional information sessions at Federation-wide activities, in both family medicine and other specialties Quebec Career Day in the fall Symposium on PREMs for R1s in family medicine in the spring Local action by committee members and the physician resource co-ordinator

“A growing number of medical residents are concerned as to whether they will be able to practise their profession in

Dr Larochelle pointed out that a large part of service to members currently involves the management of individual requests by Marie Montpetit, the Federation’s physician resources co-ordinator. Patrick Larochelle wants to maintain the service for members, but also wants to concentrate on more permanent measures. “If we have to respond to so many individual requests,” he said, “it’s a sign that the fiveyear plan hasn’t yet been perfected.”

Quebec. For us at

“Medical residents’ ultimate goal, once the long years of study and the certification exams are over,” the CADEM chairperson concluded, “is to practise medicine in a satisfying, stimulating environment where we can practise the medicine we were trained for. A growing number of medical residents are concerned as to whether they will be able to practise their profession in Quebec. For us at the Federation, no issue is more important than that.”

that.”

SPECIFIC MEDICAL

ACTIVITIES

the Federation, no issue is more important than

(AMPS) IN ORDER OF PRIORITY

Second 2. Short-term hospitalization; 3. Medical services with call duty availability in a long-term residential facility (CHSLD), rehabilitation centre or home care; 4. Obstetrics; 5. Primary care management of vulnerable patients combined with one of Categories 1 to 4; Third, if staff needs in Categories 1 to 4 are met: 6. Primary care management and follow-up of vulnerable clientele (mixed AMPs); 7. Any other priority activity determined by the DRMG and authorized by the Minister after consultation of the FMOQ. 1

16 call shifts per quarter OR 4 beds per day, 44 weeks per year for admitted patients OR 15 beds for 1 week every 5 weeks (within a group) OR family doctor acting as consultant or specialist OR 45 patients in long-term residential facilities (CHSLDs) followed on a weekly basis OR 10 home visits per week on the basis of 44 weeks per year.

29  AUTOMNE 2012

(12 hours per week or equivalent ) First, on a priority basis 1. Emergency in a general and specialized care hospital (CHSGS) or a CLSC on the call network; 1


PREM’s

Your Association representatives on CADEM

Dr Farook Khan

Dr Robert Gizicki

Dr Charles Faubert

Dr Mazen Choulakian

ARM – farooq.khan @mail.mcgill.ca

AMRM – robert.gizicki @umontreal.ca

AMReQ – charles.faubert. 1@ulaval.ca

AMReS – mazen.choulakia @usherbrooke.ca

“As a resident trained in Quebec, I feel it is my responsibility to the public to make sure we, as professionals, can best respond to their health needs, and it also is my responsibility to my fellow residents to make sure they can obtain the position that best corresponds to their career needs. CADEM is the best place to act on both of these fronts simultaneously because of the following: we have the data to support our cause, we have regular contacts with key players in the Ministry of Health and Social Services, professional associations such as the FMSQ and FMOQ, and the resident body as a whole and, finally, we have a plan of action to exert pressure on the right people at the right time to effect significant and high impact changes to a system that has been falling short over the last few years”.

“With access to care still deficient, despite the marked rise in medical school enrolment 10 or so years ago, doctors reaching the end of their training often have trouble finding a position in line with their expectations, whether from lack of human, physical or financial resources. Doctors trained here want to practise their profession here. The FMRQ’s Ad-hoc committee on physician resources (CADEM) is to my mind an ideal vehicle for representing us vis-à-vis the different decision-making authorities in that regard”.

“The PREM question is one of the main concerns of terminating residents, and one of their greatest sources of stress. I believe the FMRQ has a unique opportunity to put forward solutions to the different stakeholders involved in this important, complex issue, so that its members’ voices are heard”.

“After all these years of study and hard, sustained work, we are ENTITLED to demand a practice worthy of our highest expectations. It is in that perspective that we intend to work at CADEM this year”.

THE FMRQ IS WORKING

TO OBT AIN: OBTAIN

• • •

More positions in PREMs per specialty

Positions in line with the expectations and competencies of physicians-in-training

Greater transparency concerning available positions

• •

More information concerning available positions

Reallocation of virtual PREMs Openness to PREMs on the basis of full-time equivalents (FTEs)/shared positions

Greater flexibility in management of PREMs


PREM’s

2 > > > Family Medicine

T

he purpose of regional physician resource plans (PREMs) is to control the geographical distribution of doctors, and to reduce the gaps between the physician resources in place and the needs of all Quebec regions; in short, they seek the equitable distribution of family physicians throughout Quebec. PREMs are drawn up regionally, notably on the basis of the number of family physicians in practice, anticipated departures (attrition), needs and the anticipated number of new doctors. PREMs in family medicine are re-evaluated each year. They cover the period from December 1 to November 30.

Interview with Dr Louise Quesnel PREMs in family medicine: more multiskilling and more choice “This year, most regional departments of general medicine (DRMGs) are giving preference to mixed AMPs (specific medical activities), a formula which combines multiskilling and choice for terminating residents, and one which is increasingly appreciated, both by young physicians and by the regions.” It was with these words that Dr Louise Quesnel, Head of the Montérégie DRMG and Co-ordinator of the Panel of DRMG Heads (Table des chefs de DRMG), began the interview she gave us a few weeks ago. Dr Quesnel is aware that each DRMG has its own special features and way of operating. She also understands this can make it somewhat harder for family medicine residents seeking positions, as they have to fall in with the PREMs available.

Where to begin? Seeking a position takes a lot of time, and often it is time that medical residents are shortest of. But there are several ways of addressing the problem, and Dr Quesnel offered a few possible solutions. “For those who are just starting to look for a position,” she said, “they can choose first of all to visit the Web site of the DRMG of the region or regions that interest them (see list on pages 25 and 26). Also, residents can get in touch directly with the head of the DRMG or a member of his team, whichever DRMG is concerned.”

Emphasizing multiskilling

She emphasized that patient management is a very important issue in family medicine. But the DRMGs realize that young doctors often wait several years before taking on such a clientele, especially young women hoping to have children, who are more hesitant to initiate patient management when they will have to leave those patients or entrust them temporarily to a colleague. “That is why we promote multiskilling from the start of practice,” said Dr Quesnel, “in particular to enable newly practising physicians to experience right away a family doctor’s full practice and develop a practice in line with their expectations, and of course in line with needs.”

Head of the Regional Department of General Medicine (DRMG) of the Montérégie Health and Social Services Agency and Co-ordinator of the Panel of DRMG Heads (Table des chefs de DRMG)

“Most DRMGs are giving preference to mixed AMPs, a formula which combines multiskilling and choice.”

31  AUTOMNE 2012

“In fact, medical residents seeking a PREM would do well to talk to as many stakeholders as possible.” She added, though, that agreeing with a hospital is not the DRMG’s only criterion for granting a candidate a PREM. The DRMG will also have to take into account the needs and recommendations of each geographical area within its region. “One important point to bear in mind,” she stated, “is that more and more DRMGs are leaning toward a practice involving multiskilling.”

Dr Louise Quesnel


PREM’s

Are there any PREMs available in Montreal? Dr Quesnel stressed that, while some 200 family medicine residents are completing their residency in Quebec this year, the great majority of them often wish to work in Montreal and other larger urban centres. But cities are not the only locations that offer worthwhile challenges. Among other things, the more outlying regions have significant needs, are often professionally attractive in several respects, and are not far from the major centres. Nor should it be forgotten that PREMs require doctors to perform 55% of their practice in the region from which they hold their PREM, but this does not prevent them from making up the remainder of their schedule in another region provided they comply with this rule.

“Different formulas have been developed to foster the integration of young doctors into FMGs.”

How do family medicine groups work? Family medicine groups (FMGs) are also an attractive option for a new family doctor. These groups, which include, among other things, clinical nurses and sometimes specialized nurse practitioners, ensure a practice conducive to interprofessional collaboration. Some people are wary of having to spend large sums of money to be able to be associated with an FMG or a medical clinic. Dr Quesnel stressed that different formulas have been developed to foster the integration of young doctors into FMGs. Accommodations may be agreed upon for doctors performing fewer hours or working part-time, for instance. Also, FMGs make it possible to share the costs associated with secretarial, billing, insurance and telephone services. And pay outside establishments reflects these elements. It is the Ministry’s duty to distribute physician resources across Quebec. Young doctors have a choice to make, and setting up in a first practice location does not represent an irreversible commitment. In fact, a large percentage of young physicians decide to remain in the first region they choose, for several years. They may like practising there much more than they would have expected. If the first choice was not a happy one, though, the doctor can seek an interregional mobility position, if he wishes to move his practice.

“AMPs are not a punishment. Once

 AUTOMNE 2012

32

the AMPs are carried out, the young doctor can have the practice he likes within the DRMG’s territory.”

Once again, the Co-ordinator of the Panel of DRMG Heads pointed out that having a diversified practice early on in one’s career is not only accepted, it is even encouraged and supported by the DRMGs. And the expertise acquired can be exported anywhere in Quebec.

AMPs, an impediment to a satisfying career in family medicine? On the issue of specific medical activities (AMPs), Dr Quesnel was categorical: AMPs are not a punishment, nor do they permanently define a career. They are activities deemed a priority in a geographical area, and are part of the activities for which a doctor is trained. Once the AMPs are carried out, the young doctor can have the practice he likes within the DRMG’s territory. When asked about the impact of the Symposium on PREMs in Family Medicine staged for the first time this year by the FMRQ, Dr Quesnel emphasized that her DRMG fielded a lot of calls in the weeks following the activity, in which members of the Montérégie health agency had taken part, from medical residents seeking both additional information and positions. She and her team stressed that there are many unknowns for terminating residents looking for a PREM, and this type of meeting helps explode many myths.


PREM’s

IF

YOU PRACTISE WITHOUT A

PREM :

Your pay will be cut by 30% for any medical act performed in a private office;

You will have to wait five years before being allowed to apply for a compliance notice in that region;

Otherwise, you will have to obtain a compliance notice in another region and work there for three years, before being allowed to apply for a position in the initial region.

For instance: If I apply for a position in more than one health and social services centre (CSSS), do I have to tell the other DSP? That question is asked again and again, according to Dr Quesnel. Many feel awkward about this, but she seeks to reassure terminating residents. “It’s completely normal to make more than one application,” she said. “In any case, the DRMG makes available to other establishments the information concerning applications for positions in the establishments concerned.”

Start the procedure from your first year of residency Dr Quesnel also stressed how important it is for family medicine residents to meet with the teams with which they could be working in the sites that interest them. They have the opportunity to do so at Quebec Career Day each year, but they must also meet with local representatives, establishments and FMGs. “Knowing you have an affinity with your future colleagues makes for happier relationships,” she added. When asked what advice she would give to medical residents seeking a position, she did not hesitate for one moment: “Aim for multiskilling! Do a bit of everything,” she said, “don’t be afraid of getting involved to explore the full range of the family physician’s role and open up new horizons for yourself.” And above all, she added, “feel free to call the DRMGs for more information.” In medicine, things are constantly evolving, and “even though we still have the same responsibility toward our patients as a doctor with more experience,” the Co-ordinator of the Panel of DRMG Heads concluded, “we can still develop our practice progressively.” Not surprisingly, as the interview came to an end, she could not refrain from stressing the many advantages offered by family medicine in her region. Can we blame her? She is after all the head of the Montérégie DRMG.

OBT AINING BTAINING

A

PREM IN 10 STEPS

Obtain a position in line with the PREM of the region where you wish to perform most of your practice;

Obtain an appointment from an establishment, if you wish to work in an establishment.

We suggest you apply for compliance notices in more than one region so as to ensure you obtain a position that meets your expectations. A number of DRMGs require letters of reference. While not always mandatory, these can certainly help you if the DRMG has to conduct candidate selection.

multiskilling! Don’t be afraid of getting involved to explore the full range of the family physician’s role and open up new horizons for yourself.”

33  AUTOMNE 2012

There are two stages involved in being able to practise family medicine in Quebec:

“Aim for


PREM’s

STEPS Vis-à-vis the DRMG Identify the type of practice you wish to perform (emergency, hospital, CLSC, office, etc.). 2 Identify the region(s) in which you would like to set up your practice. 3 Consult the Ministry site to find out the number of positions authorized per region (www.msss.gouv.qc.ca/prem). 4 Consult the DRMGs’ sites or get in touch with them for a list of establishments and to find out their regional needs and their respective application processes, as well as their candidate selection criteria. 5 Consult the DRMGs’ sites to find out about the specific medical activities (AMPs) that have to be provided (12 hrs a week until 15 years of practice). 6 Submit your compliance notice application form to a DRMG between October 15 and November 15 of the year prior to the start of your practice (e.g., in fall 2012 for summer 2013). The form is available at http://www.msss. gouv.qc.ca, and may be submitted by mail, email or fax. Don’t forget to attach the required documents (letters of reference, letter of motivation), depending on the region (see List of DMRGs on pages 25 and 26). 7 Attribution of positions by the DRMG – If the number of applications is lower than the number of positions avail able, all the applications/candidates are accepted; – If the number of applications exceeds the number of positions available in the PREM, all applications are submitted to an evaluation; – If there are still positions available at the end of the application period, the remaining positions are attributed on a first come, first served basis. 8 Written decision from DRMGs within 60 days of the deadline for receiving applications, or within 90 days if they have to conduct a selection process (January-February). Generally speaking, a good proportion of responses are given as early as December 1. 9 If you receive a positive response, you must confirm your acceptance in writing, along with the date of your establishment, within 30 days following the notice issuance date. To be eligible to submit an application, you will have to begin your practice within 12 calendar months following receipt of the compliance notice and carry out 55% of your practice there (in billing terms). 10 To withdraw from a position, you must complete the appropriate form, which you will find on the MSSS site. 1

AUTOMNE 2012

34 

Vis-à-vis the establishment At the same time, you will have to seek a notice of appointment in an establishment. To do so: • Send your appointment application form to the director general of the establishment (cf. standard form on page 24). • You will receive a letter from the director general confirming the status of the establishment’s PEM. • Your application will be reviewed by the executive committee of the CPDP. • The credentials review committee will study your file and report to the executive committee. • The executive committee will make a positive or negative recommendation to the establishment’s board of directors concerning your application. • The board of directors will accept (or deny) your application, subject to approval from the DRMG. • The DRMG will send you its response directly.


PREM’s

Obtaining a PEMU Certain regions where positions are reserved for candidates in order to meet academic needs have PEMUs (university physician resource plans) associated with them.

Any candidate selected for an academic position must take the necessary steps to obtain a notice of compliance with the PREM of the region concerned;

Candidates for PEMUs must have been selected by the director of the family medicine department of the medical faculty concerned;

The director of the department confirms his choice of candidate to the PREM/RUIS panel concerned, which informs the Ministry of Health and Social Services and the DRMG responsible for issuing the compliance notice to the selected candidate;

The “academic” nature of the PEMU in no way relieves the candidate of his clinical responsibilities, or his obligations with respect to AMPs.

Opting for a locum Medical residents wishing to perform locums after they complete their residency do not have to take part in the application process which runs from October 15 to November 15. Once their residency is completed, they can register with the locum mechanism through the provincial Centre national Médecins-Québec. The forms are available at https://cnmq.msss.gouv.qc.ca. A list of establishments using the MSSS locum mechanism as well as their needs by activity will be forwarded to you.

“Medical residents wishing to perform locums after they

There is no maximum quota for the number of new billers who can register for the locum mechanism. If the doctor has an exclusive practice under the locum mechanism (95% of his practice), he can obtain a waiver in lieu of a compliance notice (equivalent to a locum PREM).

complete their

Note that locums apply only in general and specialized care hospitals and CLSCs. After one year of exclusive practice (95% or more of practice) on locums, a family doctor is no longer considered to be a new biller and may obtain a position in any Quebec region in line with available interregional mobility positions.

the application

Extension of training (3 year) in emergency medicine

November 15.”

rd

Also, in view of the fact that CaRMS responses are not sent to terminating residents until late December – after the PREM application period – we encourage you to make a PREM application in case you do not obtain your position. You can always withdraw subsequently.

have to take part in process which runs from October 15 to

35  AUTOMNE 2012

To obtain a residency position (R3 in family medicine) in Quebec with a view to performing further training in emergency medicine, you must apply using a special form available on the medical faculty sites (see example on page 24). Family medicine residents wishing to pursue a third year of training in emergency medicine must also submit an application on the Canadian Resident Matching Service (CaRMS) platform.

residency do not


PREM’s

CARMS KEY

DA TES DATES

/ 3rd

YEAR

FM

August: Opening of registration platform October: File review November: Interview period For further information on exact dates and the terms and conditions for registration, consult the Canadian Resident Matching Service (CaRMS) site at http:// www. carms.ca/eng/r3_about_intro_e.shtml.

Extension of training in family medicine To carry out additional training in such specialties as psychiatry, geriatrics, obstetrics, etc., you must apply to the faculty concerned by means of a special form available on the medical faculty sites (see example on page 24).

Clinical Scholar Program (CFPC) Clinical scholar positions are reserved on a province-wide basis for family physicians, as is the case for clinician investigators at the Royal College. In order to apply, you must complete the extension of training application form, sign it and obtain the signature of the program director concerned. Your document must be emailed to the faculty. An original must also be forwarded to the Office of the Associate Dean, so it can be submitted to the Conference of Associate Deans (CVDFM). The candidate and the program director are notified by email once the application is approved by the CVDFM. The process is identical to that for any other extension of training.

PREMIUMS, PACKAGES AND HIGHER PAY Practising family medicine in the regions

AUTOMNE 2012

36 ď ´

Practising in an intermediate or remote region brings with it financial benefits, such as establishment and maintenance premiums granted by the agencies, and premiums for availability for call duty and professional development. Isolated regions also offer isolation premiums, reimbursement of home leave expenses and reimbursement of moving costs. Pay is also increased for services delivered in an office and in an establishment. For further information, consult the Ministry of Health and Social Services site at http://www.msss.gouv.qc.ca.


PREM’s

3 > > > Other Specialties

R

egional physician resource plans (PREMs) in specialties other than family medicine were introduced in the same spirit of equal access to medical services, to ensure that the population of each region receives a fair share of services and to promote the establishment of the physicians required to deliver those services in the regions where beneficiaries live. PREMs are evaluated on the basis particularly of the number of specialist physicians who will be starting their practice during the year, retirements of practising doctors and regional needs. The five-year plan established in 2011 by the MSSS thus has three goals:

• •

To achieve regional autonomy progressively in basic and regional specialties;

To ensure that the staff levels and inter-RUIS corridors required are maintained for access for all with respect to quaternary services.

To do likewise by Integrated University Health Network (RUIS) territory for tertiary specialties and for university needs;

To find out about available positions, consult http://www.msss.gouv.qc.ca/prem.

Practising in an establishment For each establishment in Quebec, the MSSS authorizes a number of positions in each specialty. These positions constitute the physician resource plan (PEM) for the establishment, which determines the number of specialist physicians who can carry out their main practice there. Having a place in an establishment’s PEM is therefore a prerequisite for delivering care there. To obtain a position in an establishment, a physician has to apply for privileges. He is counted in the establishment’s PEM when the Health and Social Services Agency concerned issues a compliance notice authorizing him to practise there in full compliance with the PEM approved by the government. A doctor may obtain privileges in more than one establishment, but he will be counted only in the PEM of the establishment where he performs most of his practice. Note that doctors trained in Quebec have priority for obtaining positions.

HELPFUL

TIP: BEW ARE OF PROMISES BEWARE

Do not count on promises made by your staff physicians or department heads. Even if these are given in good faith, if there is no PEM available, you will not be able to have a position.

an establishment’s PEM is therefore a prerequisite for delivering care there.

37  AUTOMNE 2012

If you are planning to start your practice during the period covered by the fiveyear plan, you may already seek a position, even if you will be entering practice only in 2014 or 2015. Establishments can grant these positions right away, but you will be able to begin your practice there only in the year in which the Ministry has awarded them. Nevertheless, in intermediate and remote regions, the MSSS can authorize a practice starting earlier than the year granted in the PEM.

Having a place in


PREM’s

Obtaining a PEM

Between 2011 and 2015, it is expected that some 1,500 positions will become available following departures.

To obtain a position in an establishment, you must: • Get in touch with the head of department or director of professional services (DSP); • Send the establishment concerned the appointment application form (available at the office of the DSP or on the RAMQ site); • The application will then be evaluated by the Credentials Review Committee, which makes a positive or negative recommendation concerning your application to the Council of Physicians, Dentists and Pharmacists (CPDP), which follows the same procedure with respect to the establishment’s board of directors; • The board accepts (or denies) the application, subject to acceptance by the Health and Social Services Agency (in line with the establishment’s PEM);

If the Agency accepts, it issues and forwards to you a notice of compliance with the PEM.

N.B. In university settings, candidates must seek a recommendation from the Associate Dean for Postgraduate Medical Education, in addition to other requirements. For further information, please contact the Office of your Associate Dean.

Obtaining a position through twinning Twinning enables a terminating resident to join a team of specialist physicians in anticipation of the departure of another member of the team. The doctor who is planning to leave has to undertake in writing to resign from his position no later than one year after the arrival of his successor through twinning. Even if an establishment does not have a PEM, feel free to get in touch with the department head or the DSP to find out their needs. You may be able to access a position through twinning. Between 2011 and 2015, it is expected that some 1,500 positions will become available following departures.

Obtaining a waiver Waiver confirms permanent position

 AUTOMNE 2012

38

for candidate

When an establishment’s needs warrant, it may ask for its physician resource plan (PEM) to be exceeded via waiver. A PEM waiver is an exceptional measure, and requests to that effect have to meet strict criteria: humanitarian reasons (e.g., family situation); candidate’s specific expertise; volume of activity; waiting lists; development (addition of equipment); stabilization of teams (age of practising physicians); or establishment of a service agreement. Some of the PEMs posted are specified as positions in an optional network or positions in a mandatory network. Certain agreements are associated with these positions. For any further information, contact the FMRQ. Please note that, for candidates, the procedure for obtaining a PEM remains the same.

Obtaining an additional recruitment opportunity Certain establishments have additional recruitment opportunities, known by their French acronym, ORA. An ORA does not have the effect of altering the hospital’s resource plan. It is in fact an authorization to exceed the plan temporarily. Before issuing a compliance notice, the Agency concerned must notify the MSSS. This is a permanent position. To solicit an ORA, the candidate must follow the same procedure as for obtaining a PEM.


PREM’s

Performing a temporary replacement The purpose of a temporary replacement is to enable a doctor to take on the clinical and administrative duties of another physician who holds a PEM, who has to take time away from his or her position (illness, sabbatical leave, maternity, etc.). A temporary replacement is valid only for the duration of the absence of the doctor holding the PEM, and the replacing doctor loses his privileges when the replacement terminates. It is also possible to obtain authorization to practise in an establishment without a position in the PEM in an emergency. But this measure is valid only for a maximum of three months and cannot be renewed.

Optional network (PRO) and mandatory network (PRF) positions Some agreements allowing for the addition of positions are associated with an optional network (RF) position or a mandatory network (RFO) position. These positions cannot be based on a single individual, and have to demonstrate a commitment from the medical team and establishments’ administration to fulfil the associated undertakings. It is the establishment which has the responsibility for meeting needs. A number of positions posted on the Ministry site are marked PRF or PRO.

Registration form for temporary replacement, at: http://wpp01.msss. gouv. qc.ca/appl/ H38/Fichiers/ H38_Depannage_ 20110119144544.pdf

Positions outside PREMs There are certain situations where a doctor can be hired outside the PREM. For instance, those with an exclusive, full-time practice in palliative care or intra-operative assistance, those working in the University of Montreal–McGill University joint transplant program, and research fellows who have signed on to the Memorandum of agreement concerning the establishment of special pay terms and conditions for research scientists (Protocole d’accord concernant la mise en place de modalités de rémunération particulière pour les chercheurs-boursiers). For further details, please consult the management rules for physician resource plans in specialties on the Ministry site at http://www.msss.gouv.qc.ca.

Practising in a private office Private offices in specialties other than family medicine are not governed by PEMs. Doctors wishing to practise exclusively in an office have no steps to take with respect to the PEM.

Extension of training

For any extension of training of one year or more paid by the RAMQ, with a view to a position in a university or non-university setting, there are certain requirements. You must apply to the faculty concerned using a special form available on the medical faculties’ sites (see example on page 24 and link below). Note that the application must meet the requirements of the sought-after practice setting.

AUTOMNE 2012

Any extension of training for six months or less requires only the approval of the Associate Dean for Postgraduate Medical Education.

39 


PREM’s

You must also, in the case of university recruitment, submit a letter of undertaking from a director of professional services, as required by the Ministry of Health and Social Services. If no position is available, the DSP will have to ensure that he convinces the authorities concerned of his needs in order to be able to recruit you. If no establishment supports your application, you will have to submit a letter presenting the reasons which, in your view, warrant your extension of training, in connection with the population’s needs. The letter must be addressed to the Associate Dean for Postgraduate Medical Education of the faculty where you wish to carry out this training. If the application is approved by the faculty, it is then submitted for approval to the Conference of Associate Deans for Postgraduate Medical Education, and to the Ministry of Health and Social Services. Please note that the MSSS does not fund extensions of training outside Quebec. So, to ensure that you have a position when you return, you must obtain a position in an establishment’s PEM before you leave.

Clinician Investigator Program (RCPSC) Applications for a Royal College of Physicians and Surgeons of Canada (RCPSC) clinician investigator program do not require the DSP’s signature or confirmation of a position in a PEM. But they are subject to a specific process, the rules for which vary slightly from one faculty to another. This program offers integrated, structured, rigorous research training during residency, with a view to a career as a clinician investigator. There are three possible streams or pathways: 1. Continuous training pathway, involving 24 months of continuous research starting in the final year of the specialty program (R5 for a 5-year program, R6 for a six-year program) and running for one year after the end of the specialty program; 2. Discontinuous training pathway, involving research distributed over a 27month period that can begin from the first year of residency, for residents who already have an MSc or PhD;

AUTOMNE 2012

40 

3. Fractionated training pathway, involving 24 months of training in blocks of 3 months or more starting in the second or third year of residency, and one continuous 1-year block after the end of the specialty program. Research fields do not concern only the traditional aspects clinical and laboratorybased biomedical research, but also cover such disciplines as the economy, management, social science and behavioural and information science as they apply to health and disease. Medical residents successfully completing this program receive a Diploma of Specialized Studies (Diplôme d’études spécialisées) from the university and a Certificate from the RCPSC. Candidates have to register in an MSc or PhD program, unless they have already obtained such a degree in the past. Medical residents are paid normally during the specialty program and during the year of extended training.


PREM’s

Procedure • Complete the admission form for the clinical investigator program; • Forward the form and the required documents to the Office of the Associate Dean for Postgraduate Medical Education by the deadline (January 15 for the academic year beginning the following July 1);

• •

The documents will be sent on to the program concerned; The program admission committee will review the application, determine whether it grants an interview, and make its recommendation to the faculty, which notifies the candidate of the decision.

Required documents include a letter of motivation, an application form for admission to the Clinician Investigator Program, a letter from the specialty program director, a letter from the professor who undertakes to direct the candidate, a copy of the candidate’s up-to-date Canadian Common CV (CCV), and an official transcript of university courses taken, excluding the MD. IMPORTANT The terms and conditions presented here correspond to what is posted on the University of Montreal medical faculty site. They largely represent what is required by all Quebec medical faculties. We do, however, invite you to consult the Web site or the Office of the Associate Dean for Postgraduate Medical Education of the faculty concerned to ensure that you follow the steps specific to each faculty.

Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ) bursary recipients

PREMIUMS

AND PACKAGES FOR SPECIALIST PHYSICIANS PRACTISING IN THE REGIONS

Practising in an intermediate or remote region brings with it financial benefits, such as retention and enhancement premiums, establishment and maintenance premiums granted by the agencies, and premiums for availability for call duty and professional development. Isolated regions also offer isolation premiums, reimbursement of home leave expenses and reimbursement of moving costs. For further information, consult the Ministry of Health and Social Services site at http:// www.msss.gouv.qc.ca

41  AUTOMNE 2012

Research scientist positions are intended for specialist physicians signing onto the Memorandum of agreement concerning the establishment of special pay terms and conditions for research scientists (Protocole d’accord concernant la mise en place de modalités de rémunération particulière pour les chercheurs-boursiers). Any doctor wishing to perform a fellowship is still subject to management rule #6 (see Management rules at http://www.msss.gouv.qc.ca), which states, in particular, that the doctor must hold a compliance notice from the Agency concerned before such training begins. As soon as a doctor withdraws from the Memorandum of agreement, he must submit to the management rules and take a position available in his specialty. If the PEM is full, he will be considered surplus to the PEM until the next departure.


PREM’s

To access the instructions and application form for extension of training, you may consult the following sites: UNIVERSITY OF MONTREAL http://www.med.umontreal.ca/etudes/programme_formation/postdoctorales/ guide/formation_complementaire.html MCGILL UNIVERSITY http://www.medicine.mcgill.ca/postgrad/residentinfo_formationcomp.htm (English) http://www.medicine.mcgill.ca/postgrad/french/ residentinfo_formationcomp.htm (French) LAVAL UNIVERSITY http://www.fmed.ulaval.ca/site_fac/formation/post-md/formulairesadministratifs/ under Vice-décanat aux études médicales postdoctorales/Formulaire de demande de prolongation de formation (Associate Dean for Postgraduate Medical Education/Application to extend training form) UNIVERSITY OF SHERBROOKE Contact Alina Mihaila in the Office of the Associate Dean at 819-564-5206. Please note that the deadline for submitting your application is February 1 for the academic year starting the following July 1.

4 > > > Frequently asked questions Is it true that the government has abolished waivers? No, it is false. But waivers remain an exceptional measure.

How far in advance do I have to start taking steps to obtain a position in family medicine?

AUTOMNE 2012

42 

In family medicine, the process of obtaining a position begins in the first year of training. Indeed, the FMRQ established a Symposium on PREMs in Family Medicine in 2012, in order to provide information on the process and to enable R1s to meet with DRMG representatives. The goal of this activity was to equip family medicine residents more effectively before the Quebec Career Day held in October, and the PREM application period, which runs from October 15 to November 15 each year.

How far in advance do I have to start taking steps to obtain a position in specialties other than family medicine?

There is no minimum timeframe for starting to take steps to obtain a PEM/PREM. It is usually recommended to start one to two years before the end of postgraduate education, particularly in a university setting, and even longer for those wishing to do an extension of training outside Quebec.

Where can I get information on positions available in family medicine? Other specialties?

This information is available on the Quebec Ministry of Health and Social Services (MSSS) site at http://www.msss.gouv.qc.ca/prem.


PREM’s

Will doing a fellowship guarantee me a position in a university setting?

No. In fact, it is recommended that you obtain a PREM before starting a fellowship, in order to ensure you have a position when you return.

I would like to do a fellowship, but don’t know where to start.

To do a paid fellowship in Quebec, you must complete the appropriate form issued by the associate deans. To do a fellowship outside Quebec, you must first ensure that you have a PREM so you can practise in that establishment on your return. Otherwise, there’s no guarantee.

I’m an R3. Is it too early to start taking steps to obtain a PREM?

No. Get in touch with the FMRQ’s physician resource co-ordinator, Marie Montpetit, by calling 514-282-0256 or 1-800-465-0215, or emailing mcmontpetit @fmrq.qc.ca.

Can I share a PEM/PREM with another doctor?

Unfortunately, no. Currently, a PEM represents a position for one doctor in the establishment, regardless of the time he devotes to clinical activities.

When does my PEM/PREM become official?

Your position is official when you receive the compliance notice from the Health and Social Services Agency. Even if you have received a letter from the DSP, the establishment or the faculty, your position will be confirmed only by the compliance notice.

How much time do you have to wait to obtain a PEM in a specialty?

The timeframe for obtaining a notice of compliance with an establishment’s PEM can vary from 2 months in the regions to 2 years in a university setting.

What is a virtual PREM?

A virtual PREM is a position posted on the MSSS site, but for which the establishment is not tangibly recruiting (lack of equipment, insufficient need to justify adding a full-time physician, etc.). If you learn about such a situation, get in touch with the FMRQ or your Association representatives so we can ask for these positions to be reassigned to other establishments.

LOOKING

FOR A

PREM?

Want more information on management rules? Consult the Ministry site at http://www.msss.gouv.qc.ca/prem.

OTHER SPECIALTIES http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/organisation/medecine/prem/index.php?postes_ disponibles_prem_specialiste If you are looking for information on locums, moonlighting, fellowships, waivers, twinning or PREMs, get in touch with the person responsible for physician resources in your Association, or consult the FMRQ physician resource co-ordinator, Marie Montpetit, by calling 514-282-0256 or 1-800-465-0215, or emailing mcmontpetit@fmrq.qc.ca.

AUTOMNE 2012

FAMILY MEDICINE http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/organisation/medecine/prem/index.php?postes_ disponibles_omnipratique

43 


SERVICES

1 800 361-5303

C OMBIEN D’ASSURANCE VIE AI-JE BESOIN?

par Catherine Felber, planificateur financier

C

es mêmes questions reviennent toujours : De quel montant ai-je réellement besoin? À quel plan devraisje souscrire? Pour y répondre, vous devrez rencontrer un conseiller en sécurité financière. Ensemble, vous évaluerez vos besoins et déterminerez le type de produit qui vous convient. Un produit temporaire en assurance vie est utile pour un besoin à court terme ou une durée limitée

couvrir les dettes pour la durée d’un emprunt (hypothèque, prêt auto, marge de crédit);

protéger son conjoint et/ou la famille pendant la période de dépendance financière.

Je vous dirai que l’assurance temporaire est très prisée et je vous le recommande fortement. En pratique, lorsqu’on est jeune, les besoins d’assurance sont plus importants : assurez un montant d’hypothèque de 250,000$ est courant. Un jeune père de famille veillera également à l’avenir de sa conjointe et de sa petite famille. Les besoins différents peuvent s’additionner aisément et l’assurance de l’employeur peut s’avérer insuffisante. L’achat d’un produit permanent devrait être considéré pour un besoin à long terme • couvrir les derniers frais relatifs au décès;

• • • •

financer un don de charité; prévoir un capital pour un enfant handicapé; couvrir les impôts au décès de la succession; créer un fonds de retraite fiscalement avantageux.

Un produit permanent doit être envisagé lorsque nous avons l’argent disponible pour y adhérer. Il est plus important de couvrir tous ses besoins en assurance vie temporaire que de couvrir seulement qu’une infime partie par une assurance permanente.

Évaluer vos besoins en assurance vie se fait en deux temps D’abord, l’élaboration de votre bilan successoral. Quels sont vos actifs? Quelles sont vos dettes? Ce bilan déterminera les liquidités disponibles, ou leur pénurie, au moment du décès. Une pénurie pourrait être compensée par une assurance vie. Créer un capital pour régler vos dettes au moyen de l’assurance vie s’avère peu dispendieux. Ensuite, il faut prévoir un montant suffisant pour préserver le niveau de vie de votre conjoint et/ou de votre famille, advenant votre décès. Il s’agit d’évaluer le montant de capital requis pour assurer un niveau de vie adéquat au maintien des obligations familiales. Quel pourcentage de votre revenu annuel actuel ces montants peuvent-ils représenter? Votre conseiller pourra vous aider à réfléchir à toutes ces questions : vous pourrez alors obtenir une analyse précise de vos besoins en assurance vie. Les besoins en assurance vie évoluent avec le temps et devraient être révisés sur une base régulière, soit aux cinq ans, ou dès qu’un événement a un impact sur votre situation financière mais surtout lors de

• • • •

l’achat d’une première résidence; le début d’une union de fait ou un mariage; la naissance d’un enfant; l’incorporation.

Enfin, il ne faut pas oublier que plus on est jeune, plus l’achat d’une assurance vie est avantageuse. Communiquez sans tarder avec un conseiller chez Sogemec Assurances. Nous nous chargerons de magasiner pour vous une assurance souvent moins dispendieuse que celle offerte par votre institution financière. Sachez que la Fédération des médecins résidents du Québec a mandaté Sogemec Assurances pour offrir à ses membres les produits d’assurance dont ils ont besoin.

www. sogemec.qc.ca

Région de Montréal : 514 350-5070 • Région de Québec : 418 990-3946 ou 1 800 361-5303


SERVICES

LE POUVOIR DE L’ACHAT PÉRIODIQUE

S

i vous deviez choisir, dans le graphique, le fonds vous apparaissant le plus rentable pour un achat périodique de 100 $ par mois, lequel prendriez-vous? À cette question, la grande majorité des gens répondent le fonds B. Lorsque nous les informons qu’il ne s’agit pas de la réponse la plus avantageuse, ceux-ci rabattent leur choix sur le fonds A… alors que le fonds le plus rentable est le C!

Achat périodique de 100 $ de fonds commun de placement

Surpris? Cela s’explique par le fait que la plupart des gens détestent voir leurs investissements perdre de la valeur. Ce faisant, ils choisissent des fonds dont la courbe s’apparente à celle du fonds B (ou au pire, à celle du A), mais une chose demeure : ils éviteront le fonds C, dont la valeur marchande est moins élevée durant certains mois de l’année que le montant investi initialement.

En effectuant un achat périodique sur 12 mois à des coûts variables, l’acheteur aura accumulé 88,81 parts dans le fonds A, 105,86 parts dans le fonds B et 137,58 parts dans le fonds C. En multipliant le nombre de parts par le prix final de nos trois fonds (qui est de 13 $), le grand gagnant s’avère être le fonds C, avec une valeur de 1788,54 $ pour un montant investi de 1200 $, soit 100 $ pendant 12 mois.

Cependant, l’achat périodique permet de considérer les fluctuations de marché sous une autre perspective. Plutôt que de les subir, cette stratégie vous offre l’occasion d’en profiter. Ceci s’explique du fait que, lorsqu’un investisseur effectue un investissement dans un fonds commun de placement, il achète un certain nombre de parts à un prix déterminé. Dans le graphique, l’investisseur achète 10 parts au mois de janvier au prix initial de 10 $, réparties dans les trois fonds, pour un total de 100 $. Par la suite, comme la valeur du fonds A grimpe à 11 $, il n’achète que 9,09 parts pour atteindre 100 $. Pour parvenir à ce même montant, 9,76 parts à 10,25 $ doivent être achetées dans le fonds B, et 11,11 parts à 9 $ dans le fonds C.

Vous connaissez désormais le pouvoir de l’achat périodique! Il faut apprendre à considérer les baisses de valeur comme des opportunités vous permettant d’acheter à rabais des parts du fonds que vous avez judicieusement choisi. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec un conseiller de notre équipe jeunes professionnels à :

jp@fprofessionnels.com ou au 1 888 377-7337.


PERSONNES-RESSOURCES

au recrutement médical Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine CSSS DE LA CÔTE-DE-GASPÉ DR ANTOINE GROULX, directeur des services professionnels agroulxdsp@me.com Tél. : 418 368-3301, poste 3151

CSSS DE LA HAUTE-GASPÉSIE

MARC PELLETIER, consultant à la direction des services professionnels mpelletiercdsp@me.com

ÉRIKA GAGNÉ, agente de recrutement médical erika.gagne.cssshg@ssss.gouv.qc.ca Tél. : 418 763-2261, poste 2524 Cell. : 418 967-0395

www.antidote-gim.qc.ca www.medecinabord.com

CSSS DES ÎLES

CSSS DU ROCHER-PERCÉ CÉLINE LAFRANCE, conseillère en communications celine.lafrance.archipel@ssss.gouv.qc.ca Tél. : 418 986-2121, poste 8094

DANIEL LAMBERT medlambda@yahoo.ca Tél. : 418 680-2857 JEAN ST-PIERRE, directeur des services hospitaliers et adjoint administratif à la direction des services professionnels jean.st-pierre.chchandler@ssss.gouv.qc.ca Tél. : 418 689-2261, poste 2148

CSSS DE LA BAIE-DES-CHALEURS DR FRANÇOIS DUMAS, directeur des services professionnels francois.dumas.csssbc@ssss.gouv.qc.ca Tél. : 418 759-3443, poste 2126

CHANTAL MOREAU, adjointe à la direction des services professionnels chantal.moreau.csssbc@ssss.gouv.qc.ca Tél. : 418 759-3443, poste 2231

Agence de la santé et des services sociaux de la Gaspésie– Îles-de-la-Madeleine

André Boudreau, coordonnateur 418 368-2349, poste 5262 andre.boudreau.asssgim@ssss.gouv.qc.ca www.agencesssgim.ca

www.facebook.com/RevueAntidote www.twitter.com/RevueAntidote www.youtube.com/RevueAntidote www.flickr.com/photos/RevueAntidote


POUR PRATIQUER LA MÉDECINE AUTREMENT

»

Dr Bernard Demers et sa famille

L’ANTIDOTE GASPÉSIE – ÎLES-DE-LA-MADELEINE

Tout nouveau ! Dès cet automne, le magazine L’Antidote publie autrement...

Rejoignez-nous sur

Facebook ! www.facebook.com/RevueAntidote

Photos : Jacques Gratton

antidote-gim.qc.ca

«

No 16 AUTOMNE 2012


Situé en Montérégie, secteur Saint-Bruno-de-Montarville, Mont-Saint-Hilaire, Beloeil, Saint-Hyacinthe, Acton Vale

affilié à

LA VRAIE PRA TIQUE... PRATIQUE...

milieu stimulant où l’on respire l’air pur

Le CSSS Richelieu-Yamaska

vous invite à joindre son équipe médicale dynamique au sein d'un milieu en pleine expansion avec de nombreux

projets mobilisateurs :

CSSS RICHELIEU/YAMASKA - Nouveau centre ambulatoire en pédiatrie, obstétrique et pédopsychiatrie - Agrandissement de l'hémodialyse - Nouveau bloc en endoscopie (en développement) - Centre de consultations spécialisées au CLSC de Beloeil - Plusieurs cliniques médicales dont 4 GMF Un milieu d'enseignement en médecine familiale (UMF) et en spécialité affilié à l'Université de Sherbrooke.

POSTES DISPONIBLES :

Postes en médecine familiale Longue durée, réadaptation, GMF, hospitalisation, soins à domicile et urgence Spécialités Anatomo-pathologie Chirurgie plastique Gastro-entérologie Gériatrie Hémato-oncologie Médecine d'urgence Médecine interne Néphrologie Neurologie Obstétrique-gynécologie Pédopsychiatrie Plastie Pneumologie Radiologie Urologie

Communiquez avec la DIRECTION DES AFFAIRES MÉDICALES normand.kingsley@rrsss16.gouv.qc.ca

450 771-3333, poste 3205

Suivez-nous sur Facebook CSSS Richelieu-Yamaska (médecins)

LE SOMMET À VOTRE PORTÉE www.lesommetavotreportee.qc.ca

Le CSSS de Kamouraska offre des services généraux et spécifiques, des soins de courte durée et de l’hébergement (soins de longue durée). Il dispose d’un budget de 36 millions et peut compter sur une équipe d’environ 650 personnes, oeuvrant dans 7 installations. Le CSSS de Kamouraska se veut un réseau de services intégrés auprès d’une population de plus de 22 000 personnes dans la MRC de Kamouraska. Cette belle région saura vous séduire par ses plus beaux couchers de soleil au pays. Vivez et profitez du rythme de la campagne dans un environnement qui vous permettra de vous épanouir à tous les niveaux, tant intellectuel, culturel, social, économique et éducatif (CEGEP, école publique et privée). Le tout à proximité de la capitale nationale. Une prime d’installation est offerte à votre arrivée.

NOS SER VICES SERVICES

• • • • •

Hôpital de 33 lits, situé à La Pocatière CLSC (3 points de service) CHSLD (3 centres) GMF Unité de médecine familiale (enseignement et stages)

NOS BESOINS

• • • • •

Médecine de famille Médecine interne Anesthésiologie Radiologie diagnostique Pharmacie

PERSONNES À CONT ACTER CONTACTER Denis Pelletier Pelletier,, M.D., chef du département de médecine générale – 418 856-7000, poste 7359 – drdenispelletier@videotron.ca Gaétan Lévesque, M.D., DSP – 418 856-7000, poste 7270 – gaetan.levesque.csssk@ssss.gouv .qc.ca gaetan.levesque.csssk@ssss.gouv.qc.ca


Roberval

VOUS SOUHAITEZ UNE QUALITÉ DE VIE ET DE PRATIQUE EXCEPTIONNELLE… LA SOLUTION EST SIMPLE, REJOIGNEZ NOTRE ÉQUIPE

POSTES PRÉSENTEMENT DISPONIBLES: RADIOLOGIE DIAGNOSTIQUE CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE MÉDECINE INTERNE MÉDECINE DE FAMILLE (CHAQUE ANNÉE) UROLOGIE

Situé sur les rives du Lac Saint-Jean, le CSSS Domaine-du -Roy permet une pratique diversifiée et stimulante en plus d’offrir une qualité de vie remarquable. Des valeurs comme l’engagement, la collaboration, le respect et la transparence vous ressemblent, c’est cheznous que vous devez vous installer. INTÉRESSÉ, INTRIGUÉ OU SCEPTIQUE? Une visite vous convaincra, communiquer avec: Manon Tremblay au: manon.tremblay.hdr@ssss.gouv.qc.ca 418-275-0110 #2780


MÉDECINE FA MILIA LE

 

UMF Trois

PREM  disponibles   AMP:  urgence   GMF   UMF   CHSLD/  gériatrie  

-Pistoles

 

CSSS DES BASQUES À LA HAUTEUR DE VOS PASSIONS! 418 . 851 . 3700 poste 641  

DEPUIS 5 ANS…

40 MÉDECINS ONT CHOISI LE CSSS PIERRE-DE SAUREL… POURQUOI PAS VOUS? Nous recherchons :

MÉDECINE FAMILIALE

OFFREZ-VOUS UNE

PRATIQUE VARIÉE Hématologue-oncologue ET LA POSSIBILITÉ Néphrologue DE VOUS INSTALLER Pédiatre EN GROUPE Pneumologue Radiologiste Médecins de famille : GMF (prime d’installation),

hospitalisation, urgence, approche personnes âgées, SAD, etc.

Venez NOUS rencontrer à la JOURNÉE CARRIÈRE QUÉBEC, le 5 octobre 2012 au Palais des congrès de Montréal

PRIX À GAGNER ! Pour nous contacter : Dr Gérald Désaulniers Directeur des affaires médicales et hospitalières Tél. : 450 746-6239 Courriel : recrutement_md_sorel@rrsss16.gouv.qc.ca www.imaginetonmonde.ca et sur Facebook

Dre Craciunescu et Dre Gilet


Médecin... de nuit Être médecin à DolbeauMistassini, c’est aussi la promesse de belles nuits riches d’émotions. SPÉCIALITÉS RECHERCHÉES:

médecine d’urgence, pédiatrie, psychiatrie, médecine interne et radiologie. 1 418 276-1234

www.csssmariachapdelaine.com

JOIGNEZ-VOUS À NOTRE ÉQUIPE DYNAMIQUE’!

MÉDECINE FAMILIALE POSTES DISPONIBLES • Centre d’hébergement et soins à domicile • Bureau en cabinet privé ou en CLSC • Pratique en GMF • Hospitalisation • Urgence

MÉDECINE SPÉCIALISÉE • Cardiologie : 2014 • Chirurgie plastique : 2012, 2013 et 2015 • Dermatologie : 2015 • Gynéco-obstétrique : 2013 • Gériatrie : 2012, 2013 et 2015 • Hémato-oncologie : 2015 • Médecine d’urgence : 2012, 2013 et 2014 • Médecine interne : 2012 et 2013 • Néphrologie : 2015 • Neurologie : 2014 • Radiologie diagnostic : 2014

ON PREND SOIN DE NOTRE MONDE Situé à 20 minutes au sud de Montréal, à Saint-Jean-sur-Richelieu, le Centre de santé et de services sociaux Haut-Richelieu – Rouville est l’endroit idéal pour établir votre pratique médicale et votre famille.

AGRANDISSEMENT MAJEUR

UN MONDE À DÉCOUVRIR…

Pour plus d’informations : Dr Sébastien Toussaint Directeur général adjoint aux affaires médicales et directeur des services professionnels

• Un des 10 plus importants CSSS au Québec ; • Un environnement qui favorise la réalisation professionnelle et personnelle ; • Un milieu de travail diversifi é, où la performance et l’innovation sont les éléments moteurs.

L’Hôpital du Haut-Richelieu augmentera sa superficie de 43 % pour accueillir une nouvelle urgence, le bloc opératoire, les soins intensifs et les laboratoires.

Tél. : 450 359-5000, poste 5232 Soir et fin de semaine : Cell. : 514 258-0444 sebastien.toussaint@rrsss16.gouv.qc.ca

FAITES VITE ! MOINS DE 50 % DES santemonteregie.qc.ca/ NOUVEAUX POSTES EN SPÉCIALITÉS haut-richelieu-rouville ENCORE DISPONIBLES


Soyons honnêtes: on veut votre tête ! Salaire majoré entre 105 % et 140 %; Forfaits d’accessibilité de 22 000 $ offerts au CSSS des Collines et au CSSS de Papineau;

Primes d’installation de 15 000 $ et primes de maintien de 10 000 $ au CSSS de la Vallée-de-la-Gatineau et au CSSS du Pontiac; Établissements modernes dotés d’équipements à la fine pointe de la technologie; Un milieu d’enseignement stimulant avec le nouveau campus clinique de la faculté de médecine de l’Université McGill;

Postes disponibles en médecine familiale dans tous les territoires. Certaines spécialités sont aussi en demande. Contactez-nous!


DU SPORT EN GRAND, POUR VOUS GARDER EN FORME!

LES CSSS DE L’OUTAOUAIS, PRÈS DES GRANDS CENTRES URBAINS CSSS DE GATINEAU

CSSS DES COLLINES

2H DE

3H DE

5 MIN

MONTRÉAL

20 MIN

CSSS DE PAPINEAU

CSSS DU PONTIAC

1H 30

3H DE

30 MIN

DE MONTRÉAL

D'OTTAWA

1H

MONTRÉAL

D'OTTAWA

1H 30

RÉMUNÉRATION À 130% AUX ÉTABLISSEMENTS SUIVANTS: CSSS DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU CSSS PONTIAC

D'OTTAWA

MONTRÉAL

DISPONIBLES AUX ÉTABLISSEMENTS SUIVANTS: CSSS DES COLLINES CSSS DE PAPINEAU

BOURSES RAMQ, PRIMES D'INSTALLATION ET DE MAINTIEN,

500 KM

PRÈS DE DE SENTIERS DE SKI DE FOND ET DE RAQUETTE, EN VILLE COMME EN FORÊT.

CSSS DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU

3H DE

200 KM

PLUS DE DE PISTES CYCLABLES EN PLEINE NATURE.

DE PISTES CYCLABLES URBAINES.

D'OTTAWA

MONTRÉAL

D'OTTAWA

180 KM

FORFAITS D’ACCESSIBILITÉ, POUR FACILITER VOTRE ARRIVÉE

CSSS DE LA VALLÉE-DELA-GATINEAU

QUÉBEC

Maniwaki

Rapides-des-Joachims

Ri viè

re d

CSSS DU PONTIAC es

MONT-TREMBLANT

O

uais u ta o

Chapeau

Otter Lake Fort-Coulonge

Bryson

0

12,5 10

25

50 Km 20

Outa o

Wakefield

Chelsea

is

Hull Aylmer

40 Ml

15

Val-des-Monts

Saint-André-Avellin

Buckingham

Cantley

ua

0

Low

Ste-Cécile de Masham

Shawville

Val-des-Bois

CSSS DE PAPINEAU

CSSS DES COLLINES Quyon

re des

• •

• Rivi è

Gracefield

Gatineau

323

••

640 Montebello

is o ua uta sO e de Rivièr

CSSS DE GATINEAU OTTAWA

ONTARIO

Venez faire un tour, on vous attend ! Pour profiter d’une visite exploratoire de la région,

Composez le 1 800 288-0376 ou écrivez à johanne.charette@ssss.gouv.qc.ca

MONTRÉAL

20

20


Vous êtes médecin omnipraticien ou rhumatologue Vous aspirez à une pratique valorisante et diversifiée Vous rêvez d’un milieu de vie sain favorisant la santé et le bien-être

BIENVENUE CHEZ NOUS, CHEZ VOUS

ans

1/2 --- LA MITIS - COULEURS

Pratiquer au CSSS de La Mitis, c’est bénéficier de tous les avantages liés à la pratique en région, tout en ayant accès à un milieu de vie stimulant avec une offre culturelle riche et diversifiée. C’estaussi un contexte de travail particulièrement humanisant et gratifiant.

(NOUVELLE PUB)

CROQUEZ L’OCCASION, NOUS RECRUTONS

Pour nous visiter, contactez la direction des services professionnels au 418.775.7261

CLINIQUES RÉSEAUX MONTRÉAL et MONTÉRÉGIE

Pratique SANS rendez-vous ou pratique SUR rendez-vous La combinaison des deux, en clinique réseau, vous permet de bâtir une pratique solide et diversifiée. Nos cliniques ont toutes un débit stable et sont établies depuis plusieurs années. À proximité des hôpitaux universitaires, nos cliniques vous permettent d‘assister aux programmes d‘enseignement médicale continu sans diminution de temps de travail, et à votre guise. Les médecins spécialistes œuvrant dans nos cliniques vous permettent de suivre vos cas conjointement si vous le désirez. Service de radiologie numérisé sur place, ainsi qu‘un service de physiothérapie sont parmi les compléments à votre pratique. Les bénéfices de cliniques réseaux (meilleure majoration le soir et fins de semaine) en sus du forfait de 242 $ (le week-end) ou 121 $ (pour les soirs) compense vos frais de bureau considérablement. L’assistance infirmière pour la gestion de votre pratique prise en charge sont parmi les bénéfices de « clinique réseau ». Les A.M.P. sont disponibles.

Situés à Montréal – Plateau Mont Royal (relié au CSSS Jeanne Mance et aux Hôpitaux Notre-Dame et Saint-Luc) ... et à Greenfield Park et Brossard (reliés au CSSS Champlain et l‘Hôpital Charles Lemoyne)

Veuillez communiquer avec :

Gabrielle Parr au

450 672-7658 gabrielle.parr@sympatico.ca


Le Centre de santé et de services sociaux du Sud de Lanaudière est à la recherche de médecins dans les spécialités suivantes : anatomo-pathologie, chirurgie plastique, gériatrie, médecine familiale, neurologie, psychiatrie, pneumologie. Le CSSS du Sud de Lanaudière vous permettra d'évoluer au sein d'une équipe jeune et dynamique dans un environnement humain, chaleureux et accessible où les généralistes et spécialistes travaillent ensemble afin de combler les besoins de la population.  Vous disposerez d'installations modernes, dont un plateau diagnostique et technique à la fine pointe de la technologie;  Vous aurez la chance de vous réaliser professionnellement dans un environnement stimulant et enrichissant;  Les équipes médicales sont dynamiques et accueillantes;  Vous posséderez un emploi de qualité;  De la formation continue est offerte;  Le CMDP est impliqué et présent pour ses membres.

1/2 --- CSSS SUD DE LANAUDIÈRE - N et B

Le CSSS du Sud de Lanaudière est situé à moins de 30 minutes du centre ville de Montréal, au cœur d’une région offrant aussi bien les avantages d’un milieu urbain que ceux de la campagne. Nous vous attendons le 5 octobre prochain à la journée carrière Québec FMRQ qui se tiendra au Palais des Congrès de Montréal afin de faire connaissance. Dr Michel Cimon Directeur des services professionnels et affaires médicales CSSS du Sud de Lanaudière 911, Montée des Pionniers Terrebonne (Québec) J6V 2H2 (450) 654-7525 poste 23178 michel.cimon@cssssl.ca

      

                 

   

      

  

   



         

 

 


LE DÉPARTEMENT DE MÉDECINE D’URGENCE : UN MILIEU ATTRACTIF!

AFFILIÉ À

LA MISSION LA SANTÉ DES PERSONNES ATTEINTES DE MALADIES CARDIOPULMONAIRES ET DE MALADIES RELIÉES À L’OBÉSITÉ.

UN CENTRE HOSPITALIER UNIQUE

LES PERSPECTIVES D’AVENIR

Situé au cœur de la Capitale-Nationale, l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) est un lieu de haut savoir, de référence et de recherche de l’excellence, dont le bassin de desserte de la clientèle s’élève à plus de 2 000 000 d’habitants, soit environ 30 % de la population du Québec. Affilié à l’Université Laval, l’Institut offre à la population des soins et des services spécialisés et ultraspécialisés en cardiologie, en pneumologie et en chirurgie de l’obésité. L’Urgence reçoit une clientèle atteinte de pathologies complexes en cardiologie et en pneumologie mais aussi une clientèle adulte atteinte de problèmes médicaux variés. Son rayonnement particulier provient du fait qu’il est : • un établissement qui compte sur la collaboration et le dévouement de près de 3 000 employés, médecins, professionnels, chercheurs, gestionnaires et bénévoles; • le seul hôpital au Canada à offrir, sous un même toit, des soins et des services spécialisés et ultraspécialisés en cardiologie, en pneumologie et en chirurgie de l’obésité; • un centre hospitalier comportant une médecine spécialisée adaptée à sa mission et très efficace qui favorise une approche de santé globale et continue; • un milieu de stage dynamique et propice en enseignement pour de nombreuses disciplines reliées au domaine de la santé; • un institut qui possède un centre de recherche reconnu à l’échelle internationale.

• Service de l’urgence classé premier au Québec depuis 2007; • Projet d’agrandissement de l’Urgence annoncé par le ministre de la Santé et des Services sociaux, M.Yves Bolduc, le 22 mars 2012; • Ajout de six civières, passant de 14 civières au permis à 20; • Programme intégré d’optimisation des processus « LEAN » en cours; • Processus actif de recrutement médical à l’Urgence en 2012 et 2013.

IUCPQ.qc.ca

QUELQUES STATISTIQUES ANNUELLES • 25 800 visites à l’Urgence • 11 700 usagers sur civières • 14 600 personnes hospitalisées • 90 300 visites réalisées en mode ambulatoire pour 32 400 usagers

L’ÉQUIPE DE L’URGENCE SE COMPOSE DE : • 15 médecins • 75 infirmières • 16 préposés aux bénéficiaires • Consultants et équipes de résidents en médecine interne, en cardiologie, en pneumologie, en gériatrie et dans plusieurs domaines chirurgicaux • Personnel administratif et professionnels multidisciplinaires.

POUR INFORMATION Mme Micheline Chamard Adjointe au directeur des services professionnels 418 656-8711, poste 3850 micheline.chamard@ssss.gouv.qc.ca

JE SOUHAITE ŒUVRER À L’INSTITUT POUR : • La qualité de vie dans la région de la Capitale-Nationale; • L’implication de l’équipe médicale dans la prise de décision organisationnelle (cogestion); • L’innovation technologique; • Le dynamisme des équipes; • La fierté d’appartenance à l’Institut; • Un établissement à dimension humaine.


Rigaud

Île de Montréal

Hudson

Vaudreuil-Dorion

Île-Perrot

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Sommets est à la recherche de : médecins pour combler ses effectifs dans les domaines suivants : • Psychiatrie • Soutien à domicile • Soins longue-durée • Santé mentale 1ère ligne N’hésitez pas à venir nous rencontrer à la Journée Carrière le 5 octobre 2012.

Vaudreuil-Soulanges

Stéphane Poulin, m.d. Directeur des services professionnels • 819 324-4018 À 20 minutes de Montréal

Une région en plein développement Hôpital du CSSS de Vaudreuil-Soulanges Ouverture 2018

POSTE DISPONIBLE Une carrière... un avenir... Postes disponibles pour : - les soins de longue durée; - les soins à domicile; - la prise en charge; - Possibilité de faire des activités en milieu hospitalier dans un CSSS voisin. * Prime d'éloignement pour établissements situés à 30 minutes de Montréal

Nous recherchons un MÉDECIN OMNIPRATICIEN en quête de défis uniques en leur genre pour un poste à temps partiel (possibilité de 12 heures d’AMP par semaine). Il assurera une intervention spécialisée auprès des personnes adultes présentant des problèmes d’abus ou de dépendance à l’alcool, aux drogues ou au jeu. Il aura une implication spécifique dans les programmes de traitement de substitution et dans le cadre de la clinique médicale régionale en dépendance au Centre. De plus, il aura la possibilité de faire de l’enseignement et de dispenser de la formation destinée aux différents partenaires. Une formation adaptée et sur mesure lui sera offerte par l’équipe médicale composée de quatre médecins, d’infirmières et de travailleurs sociaux.

Photos : Sophie Rouette®

POUR INFORMATION :

Pour information ou visite des différentes installations, communiquer avec : Dr Gaétan Drolet Directeur des services professionnels 450 455-6171 poste 105

DRE LISE ARCHIBALD COORDONNATRICE DES SERVICES MÉDICAUX 418-663-5008 poste 4968 Reconnu comme un milieu d’enseignement stimulant, le Centre de réadaptation en dépendance de Québec est un établissement du réseau de la santé et des services sociaux agissant comme expert régional du traitement de la dépendance dans la Capitale-Nationale. Exclusivement spécialisé dans les services d’adaptation, de réadaptation, d’intégration et de réinsertion sociale, il offre des services aux personnes, jeunes et adultes, aux prises avec un problème d’abus et de dépendance à l’alcool, aux drogues et aux jeux de hasard et d’argent. Des services professionnels pour l’entourage de ces personnes y sont également disponibles.

www.crdq.org


GMF DES SEIGNEURS

TERREBONNE recherche

OMNIPRA TICIEN(NE)S OMNIPRATICIEN(NE)S

– Avec ou sans rendez-vous – Équipe de 10 omnipraticiens – 3 infirmières / Spécialistes sur place – Dossier patient entièrement informatisé – Service de radiologie et de facturation – Soutien administratif complet

1/2 --- CSSS ARTHABAS-ÉRABLES

Pour information, contacter :

Dr DANIEL LÉVEILLÉ 450.471.1148

martine.cote_gmf14@ssss.gouv .qc.ca martine.cote_gmf14@ssss.gouv.qc.ca

- NOIR ET BLANC

Prochain numéro : Hiver 2013


Vous êtes omnipraticiens(nes)? Nous avons plus qu’un poste pour vous. Chez-nous, c'est... – – –

à moins de 10 minutes de la montagne, 5 minutes du Lac Memphrémagog et à deux pas du pittoresque centre-ville de Magog

C'est aussi... un milieu où nous prenons en main l’intégration de votre famille (recherche de travail pour conjoint(e), garderie, école, etc.).

Nos besoins sont : EN CENTRE HOSPITALIER – l’urgence – l’unité de gériatrie active (UCDG-URFI-UTRF) – l’unité de soins de courte durée EN HÉBERGEMENT DE LONGUE DURÉE EN CLSC – Programme Enfance, Famille, Jeunesse (clinique des jeunes et TDAH) – Services médicaux de 1re ligne et points de service en milieu rural EN GMF – Suivi de clientèle


MC

Commencez dès maintenant et voyez vos économies s’accumuler. Pensez-vous d’abord à vous ? De plus en plus de Canadiens utilisent un régime de cotisations préautorisées de RBC® pour économiser de façon régulière pour l’avenir. Rien de plus simple que de commencer à épargner. ■ ■ ■

Choisissez le montant et la fréquence de vos cotisations. Vous pouvez commencer par des cotisations d’à peine 25 $ par mois (moins de 1 $ par jour). Programmez vos cotisations préautorisées et voyez vos économies s’accumuler.

Renseignez-vous dès aujourd’hui au sujet de notre régime de cotisations préautorisées.

Rendez-vous à une succursale, composez le 1-800-668-3663 ou allez à rbc.com/croissancedevotreargent

® / MC Marque(s) de commerce de la Banque Royale du Canada. RBC et Banque Royale sont des marques déposées de la Banque Royale du Canada.

40429 (01/2011)


m r o f Nos

s 2012 n o i at

Que vous soyez étudiant, finissant, résident, stagiaire ou en début de pratique, nous avons des outils et des services conçus spécialement pour vous, afin de vous planifier un brillant avenir financier !

Mes projets de vie

Incorporer ma pratique

25 septembre – Québec 26 septembre – Montréal 3 octobre – Sherbrooke

17 octobre – Montréal 24 octobre – Québec

Ma maison, mon conjoint et mes finances

Avantages, inconvénients et optimisation fiscale

Thé glacé : Pour faire durer l’été !

Thé aromatisé : Pour démasquer les arômes de l’automne !

Mon équilibre travail-famille

Bâtir mon avenir financier

Facturation médicale et régimes parentaux pour les médecins

Placements, assurances et stratégies 7 novembre – Sherbrooke 14 novembre – Montréal

9 octobre – Montréal 10 octobre – Québec

Thé latté : Pour apprivoiser les plaisirs de l’hiver !

Thé chai : Pour savourer l’été indien !

La pause thé

Inscrivez-vous dès maintenant au

fprofessionnels.com

Passionné par le thé, DAVIDsTEA offre des thés de première qualité provenant des quatre coins de la planète et crée des mélanges exclusifs et originaux, tout en accordant une importance aux pratiques écoresponsables. Bonne dégustation !

ou contactez-nous

1 888 377-7337

GROUPE CONSEIL

En collaboration avec FACTURATION INFORMATIQUE DIANE LEGAULT

FIDL


docb1e50b35-3048-71d4-eb81bcb34ed253ee  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you