__MAIN_TEXT__

Page 1

Bureau de dépot Ostende X - P 918486 - Périodique trimestriel - Editeur responsable.: Filip Cossement - Bld. des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies

ANNEE 2 - AVR - MAI - JUI 2016

magazine 05

JO U RNAL F OR THE FACI LI T Y M AN AGER

Qui sera le Facility Manager de l’Année ?

LES SIX FINALISTES


Your Partner of Excellence Nespresso is known for creating precious gourmet moments at home. But coffee lovers want to live the same experience out of home. That is why Nespresso Business Solutions creates matchless coffee experiences for your customers, clients and employees through a tailor made solution to suit your business.

Unsurpassed quality and coffee expertise

Nespresso Business Solutions

The high-performance machine Aguila 220

Nespresso employs passionate and skilled coffee experts who invest extreme care and attention to select, roast, grind and blend coffee beans to create a selection of exceptional blends and pure Grand Cru coffees to suit every taste preference.

The Nespresso professional machines are specifically designed for intensive, high volume usage and are adaptable to all space and venue configurations for quick and simple preparation of the highest quality coffees and exceptional coffee recipes. Furthermore, Nespresso provides reliable and customized after sales service for machine maintenance and supplies.

Aguila 220 combines exceptional functionality with sleek and durable design. It is the first machine that allows you to choose easily among 15 hot and cold recipes that respect the barista tradition, enhanced by state of the art technology with unmatched in-cup quality.

Discover more about our professional solutions:

www.nespresso.com/pro


CONTENU

14

Loïc Bologne - Nagelmackers

20

Giovanni Novello - GSK

Steven Clemminck - Vlerick Business School

Ronny Smismans - Barco

16

22

Jan Geeraerts - Carrefour

Guy Vanhoorde - Stad Gent

18

24

Qui sera le Facility Manager de l’Année 2016 ? Découvrez les six finalistes

13

«

Le Facility Management doit évoluer vers un paysage applicatif au sein duquel le FMIS n’est qu’un maillon de la chaîne.

Sécurité Tirez le maximum de votre système de vidéosurveillance

30

Table ronde IFMA Belgium « Les normes n’imposent aucun engagement, ce sont des meilleures pratiques »

6 33

«

Koen Mees, managing director Freestone

39

27

News Projet Confort et hygiène pour les spectateurs

Enquête: 36 Que pensez-vous de FM-Magazine ?

46 Tendances Office Lab fait ressentir la fonctionnalité d’un aménagement intérieur

44 54

Column Young IFMA Nouveaux membres

3


4

PREFACE

Chers membres, Chers/Chères collègues Facility Managers, L’IFMA a pris un excellent départ en 2016. Début mars, nous avons organisé – à la demande expresse de nos membres – le tool event FMIS pour la seconde fois. Cette année, l’accent était mis sur la Facility Intelligence, ou comment le Facility Manager peut-il, par l’utilisation d’un outil FMIS, appliquer de manière intelligente les données contenues dans le système pour étayer des décisions dans des dossiers facilitaires. Cet événement fut à nouveau un grand succès. Et vous avez aussi apprécié la troisième édition de la Journée du FM. Des spécialistes renommés se sont une nouvelle fois portés garants de l’organisation de workshops sur les thèmes facilitaires actuels. Maintenant que nous sommes entrés de plein pied dans 2016, il me semble bon de passer en revue avec vous le calendrier des activités de l’IFMA de ces prochains mois et de noter déjà les grands rendez-vous dans votre agenda.

Colophon Periodicité: Trimestrielle Rédactrice en chef: Tilly Baekelandt tilly.baekelandt@fcomedia.be T + 32 (0)56 33 42 72 Redaction: Philip Declercq, Valérie Couplez, Publicité - conseil: Karl Bossuyt T +32 (0)475 386 204 karl.bossuyt@fcomedia.be Editeur responsable: Filip Cossement Boulevard des Canadiens 118 B-7711 Dottignies Conception graphique: marieke.veys@fcomedia.be Nederlandse versie op aanvraag

Aucune partie de cet ouvrage ne peut être reproduite et/ou publiée par impression, photocopie, microfilm ou de quelque manière que ce soit, sans accord écrit préalable de l’éditeur. Les articles signés n’engagent que la responsabilité de leur auteur. Le contenu des publicités n’engage que la responsabilité des annonceurs. L’éditeur se réserve le droit de refuser d’insérer les publicités proposées.

Membre de l’union des editeurs de la presse periodique.

En avril, un congrès sur le catering fera le point sur les évolutions et les tendances dans le domaine alimentaire. Ensuite, il y aura le 10 mai ce moment tant attendu des Facility Awards et l’élection du Facility Manager de l’année. Parallèlement à cela, de nombreuses formations sont programmées et Young IFMA a également prévu des activités intéressantes. N’oubliez pas de vous inscrire à temps à ces événements via notre site web ! Depuis que IFMA Belgium a franchi le pas stratégique d’avoir son propre magazine indépendant, il était normal de connaître votre indice de satisfaction. Les résultats de l’enquête réalisée auprès des lecteurs confirment notre enthousiasme. Vous trouverez un aperçu des réponses dans cette édition. Merci pour votre contribution ! Nous continuons à mettre tout en oeuvre, tous les jours, pour continuer à vous offrir des contenus thématiques forts pouvant enrichir vos responsabilités quotidiennes. Nous espérons que cette nouvelle édition de FM-Magazine réponde à cette attente.

Bonne lecture ! Jean Morren Président IFMA

Contact us: Directeur Mieke Loncke T. 02 424 12 80 M. 0485 69 77 93 mieke.loncke@ifma.be Office Manager Muriel Walter T. 02 424 12 80 M. 0468 13 81 25 secretary@ifma.be

Pegasuslaan 5 1831 Diegem www.ifma.be


Souhaitez-vous retravailler vos bureaux pour les rendre plus attrayants. Alors, laissez-vous surprendre et inspirer par notre « Lounge ». Vous y retrouvez notre interprétation d’une configuration de réunion, un coin de salon informel, un coin café et un bureau de direction. Des meubles aux lignes épurés, des matériaux riches, des accents design et des accessoires domestiques en font partie sans pour autant perdre la fonctionnalité.

The Lounge by Kinnarps sa - Heide 15 - 1780 Wemmel - 02 456 0 456 - info@kinnarps.be - www.kinnarps.be


6

NEWS

Agenda

Master Class Strategic Facility Management

Workshop Plan Carrière 13 avril 2016

I

L’avenir du catering 14 avril 2016, Experience Center Miele, Mollem Formation de jour: Change Management 20 avril 2016, Diegem Smart Building Congres 21 avril 2016, Ghelamco Arena Gent

Organisé par FEE

MeeTogether 28 avril 2016, Odisee Technologiecampus, Gent FM Congres in de zorg 28 avril 2016, ALM Berchem

Organisé par Ki’Com

Formation de jour: Tableau de bord pour un FM durable 04 mai 2016, Diegem

FMA lance cet automne (3 octobre 2016), en collaboration avec l’Antwerp Management School (AMS), la Master Class Strategic Facility Management. Cette formation s’adresse principalement aux personnes du top ou du middle management responsables du FM au sein de leur organisation. Le programme reprend les modules suivants : asset management, finance, contract management, people and organisation management et building and operations management. Informations pratiques : 16 séances (langue véhiculaire : anglais) qui auront lieu toutes les deux semaines, le lundi. Lieu : en alternance en Bruxelles (chez IFMA) et en Anvers (chez AMS), personne de contact: Christel Van Gucht (Program Manager), fee: 7.500 euro/5.500 euro pour les membres IFMA. Informations complémentaires : www.antwerpmanagementschool.be/en/our-programs/executive-programs/ master-class-in-facility-management

« Le FM stratégique est une nécessité pour tout Facility Manager. Par cette formation, il devient un ‘FM Leader’ qui peut faire face à l’avenir tel un défi permanent’ » - Chris Claessens, ancien director general services PwC Belgium

« Le FM jouera toujours un rôle crucial dans chaque organisation, aujourd’hui et demain » - Kris Cloots, CEO & country manager ISS BeLux

Facility Awards - Facility Manager of the Year 10 mai 2016, Proximus Lounge - Evere Formation de jour: Tableau de bord pour un FM durable (en français) 18 mai 2016, Diegem Young IFMA Café Leuven 19 mai 2016, Leuven Apres-midi debat: “Mobilité et immobilier: on est dans un engrenage?” 24 mai 2016, Salon Realty, T&T Demi jour de formation: Mesure de la qualité du nettoyage 22 juin 2016, Diegem

= IFMA-events

« Cette master class se focalise sur les aspects stratégiques, financiers et économiques du Facility Management. Elle est unique en Belgique et représente clairement une belle promotion pour le monde FM. » – Mieke Loncke, director IFMA

« Lors de cette master class, nous allons élargir et approfondir vos connaissances et votre expertise. Nous reviendrons sur les compétences utiles pour diriger à un niveau stratégique, en mettant l’accent sur la prise de décisions financières. Cela amènera le FM à un niveau supérieur et contribuera à sa professionnalisation. » - Peter Vanneck, academic director, Antwerp Management School


NEWS

DEF Belgium reçoit le certificat de qualité FiSQ

Fin de l’année dernière, dix entreprises dont DEF Belgium ont reçu le certificat de qualité FiSQ pour les installateurs de systèmes de sécurité incendie. Le certificat porte le numéro 2015-01 ce qui signifie que DEF Belgium est la première sur la liste des entreprises à détenir un tel certificat. Il a été remis à Tom Stichelbaut (directeur commercial). www.def-online.be

Des ‘coins à jus’ interactifs

Gingerwald place des coins à jus interactifs sur les lieux de travail afin d’offrir un rafraîchissement ‘sain’, sympathique, facile et accessible aux travailleurs. Ces jus de fruits et de légumes artisanaux, pressés à froid, sans additifs ni pasteurisation, sont proposés dans des petites bouteilles (100 ml). L’iPad placé dans le juice-corner crée une communauté via une plateforme. Les collaborateurs peuvent recevoir de l’information sur les ingrédients sains et leurs avantages, offrir un jus à leurs collègues, recevoir le conseil santé de la semaine, consulter leur tableau de bord indiquant la quantité de légumes et de fruits consommés pendant une certaine période, etc. www.gingerwald.be

Facility Solutions acquiert RMS ManpowerGroup Solutions

Facility Solutions, filiale du prestataire de services facilitaires Facilicom Services Group, poursuit sa croissance avec l’acquisition de la division Réception et Mailroom Services de ManpowerGroup Solutions. Pour Facilicom, les collaborateurs de cette division sont un maillon important dans l’équipe facility de chaque entreprise. Grâce à cette acquisition, les concepts FM peuvent être traités de manière plus intégrée. Par le biais de ce rachat, le chiffre d’affaires de Facility Solutions va dépasser les 20 millions euro/an, et 130 collaborateurs rejoignent l’entreprise. www.facilicom.be

Appel pour le recyclage de déchets électroniques

De g. à dr. Luk Daniëls (responsable du service marketing chez Natuurpunt), Mark Adriaenssens (administrateur Out Of Use), Erwin Schoeters (general manager Retail & Private Banking chez KBC)

Out Of Use d’Aarschot unit ses forces avec Natuurpunt pour encourager les entreprises à recycler leurs vieux gsm, pc et laptops. Début novembre, une grande action de collecte a été lancée avec le soutien d’Umicore. Pour les entreprises qui ramènent leurs déchets électroniques, Natuurpunt achète une parcelle de terrain pour y planter des arbres. Pour quatre gsm non fonctionnels collectés, Umicore soutient Natuurpunt en achetant un arbre et le mètre carré correspondant. Et pour chaque gsm, laptop ou ordinateur fonctionnel, Out Of Use soutient Natuurpunt avec un mètre carré de forêt. Chaque entreprise participante reçoit un certificat. www.outofuse.com

7


8

NEWS

MCS accélère son expansion internationale

L’entreprise informatique MCS a obtenu un financement de croissance de 6 millions euro afin d’accélérer son expansion internationale. Fondée en 1989 et établie à Anvers, MCS est l’une des entreprises logicielles qui connaît la plus forte croissance dans le bien immobilier, la gestion des postes de travail (IWMS) et le Facility Management (CAFM). Depuis le management buy-in de Koen Matthijs et de Steven Lambert en 2012, les revenus de l’entreprise ont augmenté de 30% par an. Avec cette nouvelle campagne de financement de 6 millions euro, l’entreprise va pouvoir accélérer son expansion internationale et ses ambitions en tant que fournisseur mondial de solutions globales IWMS. www.mcssolutions.com

JAVA Foodservice cédé au Sligro Food Group

La famille Claes a beau avoir cédé sa business unit Foodservice au groupe néerlandais Sligro Food Group, elle continue à torréfier avec passion à Rotselaar. Avec Kathleen Claes, la nouvelle CEO de The JAVA Coffee Company, voilà la 4e génération qui s’installe aux commandes.

Open office : ‘Avantageux si correctement aménagé’

Les bureaux ouverts sont tendances dans le tissu économique belge. Un espace de bureau ouvert peut renforcer l’esprit d’équipe et augmenter la créativité et la productivité. Pourtant, il est aussi critiqué, les principales plaintes étant un manque d’intimité et une pollution sonore. Pour Samira Ben Abdallah (National Sales Manager Belux Office Depot) les bureaux ouverts offrent pas mal d’avantages aux entreprises, à condition d’être correctement aménagés : « Il suffit de prévoir quelques aménagements simples comme un filtre privacy sur l’ordinateur ou des petits panneaux d’isolation phonique. Toute entreprise peut tirer profit de l’implémentation de bureaux ouverts. » www.officedepot.be

reprise par le groupe Sligro Food Group. La deuxième business unit, The JAVA Coffee Company, reste la propriété de la famille Claes. www.java.be www.tjcc.be

En Belgique, JAVA est surtout connu pour son café. Mais, en fait, le groupe est composé de deux business units. Sous la houlette de Wim Claes, Foodservice s’est placée parmi les trois premiers intervenants dans le secteur des services alimentaires en Belgique. Or, cette entité vient d’être

Scan & CTRL s’appelle dorénavant Measuremen

Scan & CTRL a un nouveau nom : Measuremen. Depuis 2004, Scan & CTRL cartographie l’usage réel des immeubles de bureaux par la collecte de données sur l’occupation des postes de travail. Avec ce nouveau nom, l’entreprise accentue la poursuite de son extension internationale, ses prestations de services élargies et centralise ses talents en numérisation. Photo: Milan Hofmans

www.wemeasure.com


NEWS

La Ville de Gand au cœur du Global Lead City Network on Sustainable Public Procurement

La Ville de Gand s’associe à Séoul, au Cap, à Helsinki, à Rotterdam et à l’organisation ICLEI pour fonder le réseau international Global Lead City Network on Sustainable Procurement. Les villes participantes se positionnent comme des ambassadeurs pour les achats durables, l’ambition étant de développer une société socialement responsable avec de faibles émissions de carbone et une utilisation efficiente des matières premières. Avant le lancement officiel – lors de la conférence COP21 à Paris – les villes Auckland, Denver, Oslo, Quezon et Varsovie ont déjà rejoint le réseau, ce qui porte à dix le nombre de villes participantes. www.stad.gent

Journée de promotion de l’Eclairage durable

Le 12 mai prochain aura lieu la journée promotionnelle de l’Eclairage durable sous le thème ‘connecté par la lumière’ à Lamot (Malines). Des experts issus d’universités, de gouvernements et de centres de connaissances viendront vous en dire plus sur l’état de la recherche de nouvelles solutions d’éclairage lors de sessions parallèles. La détermination de

Realty 2016

Realty 2016 aura lieu cette année du 24 au 26 mai à Tour & Taxis. Ce salon professionnel de l’immobilier basé à Bruxelles propose une offre vaste : du développement et de la gestion de projets à l’architecture et à la planification vers des régions économiques, des villes, des communes, des intercommunales, l’investissement, le financement, la consultance, la construction, la gestion facilitaire et des bâtiments. Les groupements d’intérêt comme l’UPSI-BVS et BLSC seront également présents. L’offre est multisectorielle : résidentiel, bureaux, centres commerciaux, immobiliers industriel et logistique, immobilier pour les soins de santé, le sport et les loisirs. Le 24 mai, IFMA organise un après-midi de débat sur la mobilité. www.realty-brussels.com

l’efficience énergétique selon la norme EN 15193, l’impact de la durée de vie ou de consommation des LED du concept d’éclairage, la plus-value des réseaux DC et la nouvelle métrique de rendu des couleurs des lampes seront passés en revue. D’autres thèmes seront traités comme la pollution lumineuse potentielle des panneaux d’affichage, le rôle des contrastes et la perception de la lumière par rapport à l’architecture et l’accessibilité des bâtiments, la focalisation sur l’économie circulaire, les nouveaux systèmes de financement par leasing et les directives pour un éclairage adéquat dans les écoles. Un mini-salon sera également proposé.

Le premier bar à réveil au monde pour se réveiller de manière optimale

www.energik.be www.lichttechnologie.be

Le bar à sieste à Bruxelles (Voir FM-Magazine 3, p. 21) a un petit frère : le bar à réveil . Après un peu plus d’un an d’ouverture et une demande des clients, PAUZ accueillera également dans son centre les lève-tôt. C’est l’endroit rêvé pour commencer ses journées. En réponse au mode de vie actuelle, le réveil musculaire et intellectuel convient parfaitement aux personnes actives et soucieuses de leur bien-être. Au menu du bar à réveil : des massages revigorants, des programmes adaptés au réveil musculaire et de la luminothérapie, le tout effectué par des équipements de haute technologie offrant ainsi une réelle opportunité d’apréhender différemment tantôt (tant tôt!). Il est également possible de louer ou d’acheter les fauteuils massant afin de proposer les bienfaits du bar à réveil en entreprise. www.pauz.be

9


10

NEWS

La taille de l’entreprise influence le comportement des employés de bureau face au personnel de nettoyage

Il est de plus en plus commun en Europe de faire travailler les agents de nettoyage en journée. Suite à cela, la grande majorité des employés de bureau estime davantage le travail des agents de nettoyage. D’après une enquête de l’expert en hygiène Tork, une filiale du fabricant de papier SCA, la taille de l’entreprise joue un rôle important dans le comportement des employés de bureau face au personnel de nettoyage. Au plus l’entreprise est importante, au plus le contact avec l’agent de nettoyage est impersonnel. www.tork.be www.sca.com

Smart Buildings – Smart Homes congres le 21 avril

Pour la deuxième fois, la Fédération de l’Électricité et de l’Électronique (FEE) organisera le jeudi 21 avril le congrès international « Smart Buildings – Smart

Homes » à l’occasion duquel les évolutions et innovations technologiques les plus récentes s’appliquant à la conception, à la réalisation et à l’exploitation des immeubles seront expliquées. Le congrès s’étendra également sur les applications relatives aux Smart Homes (maisons intelligentes) qui font désormais la part belle aux commandes à distance et à l’utilisation de l’Internet des objets. Le congrès aura lieu dans le nouvel auditorium de la Ghelamco Arena (Gand), et pour la circonstance, les techniques utilisées dans ce stade seront également explicitées. Programme, intervenants, infos pratiques : www.feesmartbuilding.be

Elis innove avec EcopapeR

Grâce à son système de réserve innovant, l’essuie-mains papier EcopapeR permet une utilisation optimisée du rouleau ainsi qu’un passage au nouveau rouleau sans intervention. Les rouleaux sont ainsi utilisés à 100%, pour un meilleur respect de l’environnement, une maîtrise de la consommation et une continuité assurée dans les sanitaires. www.elis.com

Un environnement de travail inapproprié pour le cerveau humain

Une étude chez Steelcase montre qu’un environnement de travail bien pensé peut diminuer la distraction et aider à mieux réguler le fonctionnement du cerveau. Les travailleurs du savoir sont déviés en permanence de leurs activités. Ceci est dû en grande partie au manque de compréhension du fonctionnement du cerveau humain. Telles sont les principales conclusions émanant de la dernière étude mondiale du spécialiste de l’environnement de travail Steelcase, qui reprend une méta-analyse des neurosciences et de la recherche cognitive, complétée par une propre étude sur le comportement des travailleurs du savoir et la manière dont le ‘travail’ change. www.steelcase.com

Vivez l’excellence du service à SEE 2016

La première édition de SEE a lieu cette année (TivoliVredenburg, 1er juin). Cette ‘Service Excellence Experience’ s’adresse à toutes les organisations prestataires de services en Belgique et aux Pays-Bas. Les visiteurs pourront découvrir des leaders visionnaires internationaux, comme le professeur Paul Iske et l’architecte Thomas Rau qui, sur base de leurs connaissances du terrain, partageront leur vision sur l’avenir de l’excellence du service. SEE 2016 est organisé avec le soutien de TOPdesk. www.see2016.be


NEWS

Tapis de propreté durable sous forme de dalle : emco Conform

Avec sa nouvelle dalle de propreté Conform, emco répond à la demande en matière de tapis de propreté durable, pratique et de grande qualité, limitant de plus les chutes de coupe. Les dalles sont en fils recyclés, de par leur forme faciles à installer et à échanger en cas d’usure ou de dommage imprévu. Le tapis de propreté emco Conform est confectionné à partir de fils ECONYL (100 % Polyamide). Les fils ECONYL garantissent une grande rétention des particules fines de saletés et de l’humidité. Les dalles Conform conviennent parfaitement pour divers types de bâtiments administratifs, établissements de soins, complexes résidentiels et hôtels. Les dimensions courantes de 50 x 50 cm permettent d’adapter le tapis de propreté aux formes spéciales des entrées. La dalle emco Conform est disponible en diverses couleurs et peut être combinée avec un cadre de montage. www.emco-bau.com

Journée des Achats et de la Logistique

50% plus d’erreurs suite au multi-tasking

Il ressort d’une étude réalisée par le spécialiste de l’environnement de travail Steelcase, en collaboration avec des neuroscientifiques connus, que les personnes font souvent des mauvais choix dans leur manière de travailler. Ceci conduit à une productivité inférieure et à des prestations moins bonnes. Sur base de ces observations, Steelcase a répertorié six pièges fréquents ou idées fausses sur le fonctionnement du cerveau humain : je peux mieux me concentrer quand je suis assis ; dessiner est uniquement pour les personnes créatives ; je suis plus productif lorsque je fais plusieurs tâches en même temps ; mon cerveau veille à me distraire rapidement ; quand je travaille plus longtemps j’en fais plus ; je dors quatre heures par nuit et cela me suffit. www.steelcase.be

La Journée des Achats et de la Logistique (12 mai 2016, Antwerp Expo) est un événement de réseautage qui comprend un programme intéressant de cinq sessions parallèles sur le thème de l’avenir des achats et la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Vous aurez la possibilité de discuter avec plus de 300 collègues des achats et supply chain managers, d’écouter des conférenciers de renommée nationale et internationale et de découvrir les dernières tendances et les meilleures pratiques d’entreprises progressistes. (Les membres IFMA payez pas 699 mais 499 euro via le code promotionnel : IFMADVIL16. 10% de réduction à partir de l’inscription d’une seconde personne de la même entreprise, 20% de réduction à partir de la

5ème personne de la même entreprise, 40% de réduction possible avec le portefeuille KMO.) www.bevib.be/Kalender/Evenementen/ DagVanInkoopenLogistiek.aspx

ACS-AFPRO Filters lance 4 filtres à air répondant au label A+

ACS-AFPRO Filters lance quatre filtres permettant d’économiser l’énergie ; ceuxci font partie de la série innovante Cost Saver en vente depuis le 1er janvier 2016. Le nouveau filtre à poche HQ80A10-6-A+ et les nouveaux filtres compacts PT98-XL, CS85-A-XL, et CS98-A-XL répondent aux strictes exigences qu’Eurovent attache au label énergétique A+. Pour pouvoir calculer l’économie d’énergie effective, ACS-AFPRO Filters a conçu l’AFPRO Filter Simulator, une appli qui

permet de visualiser l’avantage lié à la pose d’un filtre permettant d’économiser l’énergie pour l’utilisateur final. www.afprofilters.com

11


12

NEWS

Les produits Niko sont désormais pris en charge par BIM

Les architectes, les entreprises de construction, les installateurs et autres hommes de métier trouvent tous les produits Niko dans une bibliothèque BIM pour Revit autodesk. La bibliothèque BIM est à disposition en ligne. Les familles de produits Revit comportent toute l’information nécessaire pour intégrer les produits Niko dans la conception d’un bâtiment. Chaque produit fait l’objet d’un schéma 3D qui est accompagné de toutes les informations pour le modèle BIM, comme les dimensions, la puissance, la tension… . On trouve les fichiers BIM de tous les produits Niko (à l’exception des modules rails DIN) sur: www.niko.eu/BIM www.sca.com

Design Bringme Box remporte deux prix

Un an après avoir lancé Bringme Box sur le marché, l’entreprise technologique de Leuven vient de décrocher deux prix design importants en Belgique et à l’étranger. Après avoir gagné le Prix Henry van de Velde Label, l’entreprise peut désormais aussi exhiber son iF Design Award. Ce fut une année importante pour Bringme. Après quatre années de recherche et de développement, l’entreprise technologique de Leuven a lancé début 2015 son activité commerciale en Belgique et aux Pays-Bas. Une seule année a suffi à convaincre de nombreux clients. Le compte en affiche actuellement plus de

100. Elle a par ailleurs reçu de nombreux louanges pour le design de ses boîtes intelligentes réalisées très simplement pour recevoir et envoyer des colis. www.bringme.com

En choisissant BOMA, COMAC rassure ses clients dans le Benelux

Le fabricant italien de machines de nettoyage Comac (abréviation de « Construzione Macchine ») a conçu sa première machine de nettoyage en 1974. Grâce à des solutions techniques, des matériaux et des procédés élaborés, l’entreprise est aujourd’hui reconnu comme un fabricant de machines de nettoyage fiables, avec une grande efficacité et une grande disponibilité dans différents secteurs. Pour accroître encore la distribution de ses équipements, COMAC a, depuis le début de cette année, désigné comme concessionnaire privilégié BOMAC, la division « machines de nettoyage » du distributeur BOMA SA. BOMAC va prendre à son compte la distribution des machines italiennes Comac dans les différents pays du Benelux et dans le Nord de la France. www.boma.eu www.bomac.nu

EasyPost en pleine expansion

EasyPost a ouvert, après le centre de production à Loppem, un nouveau centre de production à Zellik, près de Bruxelles. L’agrandissement est indispensable grâce à la croissance de la clientèle à Bruxelles et en Wallonie. De cette manière EasyPost veut garantir un service efficace pour les nouveaux clients ainsi que pour les clients existants. EasyPost s’occupe du courrier sortant de nombreuses entreprises et traite environ 50.000 lettres par jour. L’année passé EasyPost a grandi avec plus de 45%. Actuellement l’entreprise compte plus de 400 clients dans son portefeuille, principalement actif dans le secteur médical, le secteur des banques et assurances ou dans le secteur industriel. Ensembles ils ont déjà pu épargner plus 1,2 millions d’euro. www.easypost.org


FACILITY AWARDS 2016

Loïc Bologne Nagelmackers

Steven Clemminck Vlerick Business School

Jan Geeraerts Carrefour Belgium

Giovanni Novello GSK

Ronny Smismans Barco

Guy Vanhoorde Stad Gent

13

Qui sera le Facility Manager de l’Année 2016 ? Découvrez les six finalistes

C

’est le 10 mai prochain au Proximus Lounge à Bruxelles que l’on saura qui succèdera à Henk Vincent (Directeur Services Facilitaires et Masterplan AZ Alma) en tant que Facility Manager de l’Année 2016. L’ancienne Miss Belgique Tatiana Silva et le présentateur télé Kobe Ilsen présenteront l’événement.

Wie wordtWie Facility wordt Manager Facility van Manager het jaar? van het jaar?

Wie wordt Facility Ma

Tous les deux ans, l’IFMA élit le Facility Manager qui a fait progresser la notoriété et la reconnaissance du métier de Facility Manager par sa manière de penser, sa vision, son engagement et ses efforts, et qui fournit une contribution significative à la poursuite de la professionnalisation du secteur. Six finalistes ont été sélectionnés par un jury professionnel sur base des nominations du public. Le grand gagnant sera désigné par le jury et le public. Le vote du jury compte pour 70% des voix. Le vote du public en ligne

Nous vous proposons de découvrir les six finalistes dans ce numéro de FM-Magazine ainsi que sur le site http://www. ifma.be/fr/facility-awards-2016-facilitymanager-of-the-year/. Comme vous le verrez, tous ces Facility Managers sont passionnés par leur métier. Le public peut participer à l’élection en votant en ligne via le site web cité plus haut. Ce vote du public compte pour 15% des voix à l’élection du Facility Manager of the Year. Lors

de la soirée des Facility Awards, le public présent aura l’opportunité de voter à hauteur de 15% des voix. Tout le monde pourra voter une fois. Le 10 mai 2016, le titre de Facility Manager de l’Année sera décerné lors de la cérémonie des Facility Awards 2016 Loïc Bologne Loïc Steven Steven Clemminck Jan Ge LoïcBologne Bologne StevenClemminck Clemminck au Proximus Lounge de Bruxelles. Venez Nagelmackers Nagelmackers Business Vlerick School Business SchoolCarrefou Nagelmackers Vlerick Vlerick Business Loïc Bologne Steven C Wie wordt Facility Manager van het jaar? wordt Facility van het jaar? Wie wordt Facility Manager van het jaar? nombreux etWie confirmez déjàManager votre préSchool Nagelmackers Vlerick Bus sence via le site http://www.ifma.be/fr/ events/faciity-awards/ ! Best FM Thesis

Lors de la cérémonie de remise des Facility Awards, deux étudiants seront mis à l’honneur pour la qualité et l’originalité de leurs travaux de fin d’études de leur Giovanni Novello Giovanni Novello Ronny Smismans Ronny Smismans Guy Va GSK GSK Barco Barco Stad formation de postgraduat en Facility MaLoïc Bologne Steven Clemminck Giovanni Jan Geeraerts Novello Ronny S Loïc Bologne Steven Clemminck Steven Clemminck Jan Jan Geeraerts Geeraerts Giovanni Novello Loïc Bologne Jan Geeraerts nagement : un lauréat pour la formation Nagelmackers Vlerick Business School Carrefour Carrefour Carrefour GSK GSK B Nagelmackers Vlerick Business School Carrefour Belgium Nagelmackers Vlerick Business School Belgium Belgium chez Odisee et un lauréat pour la formation à la Haute Ecole de la Province de Liège. Allez sur ce site pour obtenir plus d’information, pour vous inscrire à la remise des prix ou pour voter: Giovanni Novello

Novello Ronny Smismans Ronny Smismans Ronny Smismans Guy RonnyVanhoorde Smismans GiovanniGiovanni Novello Barco Gent Barco Barco Stad

GSK GSK Barco www.ifma.be/fr/facility-awards-2016-facility-manager-of-the-year/ GSK

Guy Vanhoorde Guy Vanhoorde Guy Vanhoorde Stad Gent Stad GentStad Gent


14

FACILITY AWARDS 2016

01

Loïc Bologne (Bank Nagelmackers) : « Les personnes et les bâtiments me fascinent ! »

A

vec son solide bagage en change & project management, Loïc Bologne s’est vu offrir l’opportunité, début 2014, de diriger le département FM de la Banque Nagelmackers. « Après un Rebranding, réussi, aujourd’hui, la fin du roll out du Look & Feel, le Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), et l’introduction du NWOW sont nos priorités », lance le Facility Manager..

nouveau logo, nouvelles couleurs, nouveaux documents… . Tout cela en gardant le logo et le nom secret jusqu’au dernier moment. Le vendredi après-midi, les succursales ont fermé leurs portes « Delta Lloyd » et le lundi matin, Nagelmackers avait fait son apparition. Un challenge, mené à bien grâce à un travail intense et interdépartemental. Une belle occasion de faire passer le Facility Management au niveau de département stratégique pour la banque.», raconte Loïc Bologne. Roll out, look & feel’

Diplômé de la Haute Ecole de la Province de Liège en 2008, Loïc Bologne a directement commencé sa carrière chez Vinci Facilities. Il y était responsable de deux grands clients : Alstom et AB Inbev. Le liégeois de pure souche était responsable des hard et soft services ainsi que des projets techniques, notamment la création d’un restaurant d’entreprise à Jupille. En 2012, Loïc Bologne a mis cette expérience à profit lors du développement de sa carrière en tant que Project Manager

chez Delta Lloyd Bank. Deux ans plus tard, il fût promut Facility Manager. Suite au rachat de la banque par Anbang Insurance Group, la banque changea de nom en octobre 2015 : Delta Lloyd Bank est devenue Nagelmackers. Nagelmackers possède 112 points de vente en Belgique : 56 agences salariées et 56 indépendants qui, véhiculent l’image de la banque « Personal & Private Banking ». «Le grand avantage de Nagelmackers est sa petite taille. Chacun a la possibilité de faire valoir ses idées grâce à une hiérarchie assez plate, et se sent impliqué dans la réussite de la société », explique Loïc Bologne. L’équipe FM dirigée par Loïc se compose de 13 collaborateurs. Les champs de responsabilités sont nombreux : Safety, Security, Real Estate, Gestion Technique, Soft Services, Project management… . Rebranding

02

« Le 5 octobre 2015, le nouveau nom devait être visible partout par le public. Tous les points de vente devaient être conformes :

Lancé en 2013, le nouveau Look & Feel a comme ambition, d’ici la fin 2017 de rénover l’entièreté du réseau de point de vente. A cette époque, une étude fut réalisée sur l’aménagement des agences. Certains espaces, comme les guichets et la salle des coffres, ne furent plus repris dans le core business. Chaque année, une liste des agences à rénover en priorité est établie en étroite concertation avec la direction commerciale. La démarche s’inscrit pleinement dans cette stratégie d’entreprise. En 2016, 21 projets de rénovation sont en cours de réalisation. Lean et durable

« Dans notre approche, le ‘lean management’ est primordial : toute l’équipe FM est au centre du processus. Un sentiment de groupe est créé dans lequel tout le monde a sa place », poursuit Bologne. « Nous travaillons aussi avec des Objectif Key Results (OKR) trimestriels, ceux-ci nous permettent en permanence de nous focaliser sur les priorités de l’organisation et d’adapter nos actions en fonction de cela. »


FACILITY AWARDS 2016

« Dans notre approche, le ‘lean management’ est primordial : toute l’équipe FM est au centre du processus. Un sentiment de groupe est créé dans lequel tout le monde a sa place. » « En tant que Facility Manager, les personnes et les bâtiments me fascinent. Voilà pourquoi nous intégrons le concept de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) dans nos projets ; notamment via la revalorisation du mobilier, parfaitement

utilisable mais qui ne cadre plus avec le nouveau Look, est transféré à des écoles, des asbl, etc. Nous avons naturellement opté pour des matériaux chauds comme le bois. La Banque Nagelmackers s’engage de la manière la plus respectueuse qui soit envers l’environnement et les personnes. » NWOW

« Nous allons introduire le NWOW au siège social. Actuellement, nous étudions un Proof Of Concept au niveau du sixième étage. Dans ce projet pilote, quatre directions travailleront ensemble. L’objectif est d’y créer une ambiance de travail conviviale, avec un bon confort acoustique. Un concept où selon les besoins, il est pos-

03

sible de travailler, de téléphoner ou de converser avec un collègue sans être dérangé », conclut Bologne. (Par Philip Declercq - Photos: Bank Nagelmackers)

www.nagelmackers.be

01. Loïc Bologne (Facility Manager Banque Nagelmackers) : « La Banque Nagelmackers s’engage de la manière la plus respectueuse qui soit envers l’environnement et les personnes. » 02. Le rebranding de la banque a été pensé jusque dans les moindres détails. 03. La nouvelle succursale à Tournai accueille le nouveau concept dans cet intérieur de garage. 04. Chaque succursale rénovée possède notamment une ‘Salle Nagelmackers’ pour recevoir les clients.

04

03

15


16

FACILITY AWARDS 2016

01

Steven Clemminck (Vlerick Business School) : « Malgré la complexité, nous visons la simplicité »

N

ous avons rencontré Steven Clemminck (Operations Manager Vlerick Business School) sur le campus bruxellois de la Vlerick Business School établi au Manhattan Center, au cœur de Bruxelles. Ces dix dernières années, Steven Clemminck a marqué de son empreinte la modernisation state of the art de trois campus (Leuven, Bruxelles, Sint-Petersburg) ainsi que le rebranding de l’école qui a été récompensé par plusieurs prix.

La célèbre école internationale Vlerick Business School, fondée en 1953 par le professeur André Vlerick, organise des formations de haut niveau. Les campus se trouvent à Bruxelles (4.800 m², location), Gand (12.000 m², bail), Leuven (4.300 m², location à long terme) et Sint-Petersburg (400 m², location). Steven Clemminck a suivi des études en prestation de services facilitaires à Sint-Niklaas et est passionné par l’informatique. Il a démarré sa carrière chez Hudson (jadis De Witte & Morel) comme responsable IT, où il a acquis énormément d’expérience dans le domaine des facilities. En novembre 2005, il est entré chez Vlerick en tant qu’Operations Manager. La division Operations emploie 50 etp et est responsable des projets de construction, des facilities, des TIC et des systèmes de données, de la prévention et de la sécurité. Des campus state of the art

Le campus de Gand a déménagé en 2003 vers les bâtiments rénovés du Grand Séminaire au centre-ville. Le campus à

Sint-Petersburg a ouvert en 2006 et le site de Louvain a réouvert ses portes en 2007 dans des bâtiments rénovés situés au centre historique de la ville. L’ouverture du campus de Bruxelles date de 2013 et le nouveau campus à Sint-Petersburg, de 2014. Le campus bruxellois abrite sur 4.800 m² des locaux spécifiquement aménagés pour encourager l’interaction et la collaboration : des auditoires de qualité pour les leçons, les business games, les séminaires et les événements de réseautage, des postes de travail ultramodernes, un bar, un restaurant, des espaces de travail collectifs ouverts et fermés, des connexions internet sans fil, une accessibilité 24/7 et un parking souterrain avec accès direct par ascenseur. Steven Clemminck : « Malgré le budget limité – nous sommes une école privée – nous ne voulons pas donner cette impression d’école ou de bureau. On est donc créatif avec notamment les plafonds, l’éclairage et le revêtement du sol pour ne pas tomber dans les stéréotypes. Pour chaque projet, j’agis comme un

maître d’œuvre et je m’assois à la table de l’équipe de construction. De cette manière, on peut mieux tenir compte du cadre formel mais aussi des exigences fonctionnelles et techniques, des différents objectifs des espaces, des flux (livraisons, traitement des déchets, mouvements des étudiants, …), de la maintenance et surtout de l’image et de l’ambiance que nous voulons transmettre. » Rebranding

Le rebranding a résulté en une nouvelle appellation de l’établissement (Vlerick Business School, jadis Vlerick Leuven Gent Management School), un nouveau style et quatre valeurs-clés : internationalité, pragmatisme, ouverture et vitalité. Tous ces éléments se retrouvent dans les moindres détails, du bâtiment au catering, les chaises, les imprimantes, les téléphones, les économiseurs d’écran, les aménagements végétaux, etc. Depuis ce projet, le Facility Management a été porté à un niveau supérieur au sein de l’école, poursuit Steven Clemminck : « Les Facility Managers sont souvent plus fonctionnels et opérationnels. Lors de la construction du campus bruxellois, nous avons intégré pour la première fois des marketeurs dans l’équipe de construction pour l’élaboration de la nouvelle image. Cela nous a permis de travailler le style dans le bâtiment, en utilisant par exemple des structures portantes en forme de V qui soutiennent l’escalier et l’étage supplémentaire de forme circulaire. Les couleurs sont déclinées dans le mobilier, les chaises, les imprimantes, les téléphones, les économiseurs d’écran, les aménagements végétaux, …. Nous avons aussi intégré nos valeurs dans l’in-


FACILITY AWARDS 2016

01. Steven Clemminck (Operations Manager Vlerick Business School) : « Osez vous remettre en question et portez un regard neuf sur votre bâtiment et les services : soyez un client de votre organisation. » 02. Campus Gand 03. Campus Louvain 04. Le campus bruxellois abrite sur 4.800 m² des locaux spécifiquement aménagés pour encourager l’interaction et la collaboration : des auditoires de qualité pour les leçons, les business games, les séminaires et les événements de réseautage, des postes de travail ultramodernes, un bar, un restaurant, des espaces de travail collectifs ouverts et fermés, des connexions internet sans fil, une accessibilité 24/7 et un parking souterrain avec accès direct par ascenseur.

rue lorsque j’ai été invité par l’EFMD, une des plus importantes organisations qui accorde des accréditations aux business schools, pour venir parler de la construction et de la maintenance de campus et animer un atelier. » Deux prix ont été décernés à l’école pour son rebranding : le Transform Awards à Londres (or dans la catégorie ‘Best Rebrand From Western Europe’ et bronze dans la catégorie ‘Best corporate rebrand to reflect changed mission/values/positioning). “Simple can be harder than complex”

frastructure, on retrouve ainsi la valeur ‘internationalité’ dans l’appellation des salles de pause qui portent toutes des noms de capitales, celle de ‘l’ouverture’ via des espaces ouverts de grande hauteur et lumineux, ou le ‘pragmatisme’ en rendant presque toutes les fonctionnalités possibles et en utilisant des panneaux et du mobilier flexibles. La valeur ‘vitalité’ se ressent dans les couleurs, le placement de jeux de café et les éléments d’accise qui permettent de se déplacer comme des toupies et qui stimulent l’accise. Cette approche progressiste dans le secteur de l’enseignement m’est clairement appa-

Pour Steven Clemminck, la seule manière de réagir adéquatement face aux nombreux défis en ces temps de changement rapide consiste à veiller à ce que les solutions soient simples et flexibles. Il s’en réfère à une citation de Steve Jobs : ‘Simple can be harder than complex’ : « Il faut parfois chercher longtemps des solutions simples mais il faut aussi avoir la chance de tomber sur un bon produit qui facilite cette simplification. Dans la dernière salle de lecture construite à Bruxelles, il n’y a par exemple plus de tableau ni d’écran de projection car c’est tout le mur qui fait office de tableau blanc et d’écran de projection grâce à la pose d’un film magnétique

sur lequel une couche de peinture de tableau blanc a été appliquée. En prévoyant cette flexibilité et cette simplicité dans le processus de construction/transformation, vous pouvez par la suite économiser pas mal d’argent et être plus rapidement réactif. » ‘Apprenez votre métier sur le bout des doigts’

Un bon manager connaît son métier sur le bout des doigts et veille à ce que son équipe sache en quoi consiste exactement l’activité de l’organisation, continue Steven Clemminck : « Si vous êtes à la fois responsable des IT, des Facilities, des données, de la prévention et de la sécurité, l’alternance est alors un must et il est essentiel de pouvoir compter sur une équipe fantastique. Mon équipe doit bien comprendre la manière dont nous fonctionnons. Je les encourage par exemple à suivre des formations ou à coordonner un programme. C’est un conseil que je pourrais aussi donner aux autres Facility Managers : mettez-vous au défi et portez un regard neuf sur votre organisation. Osez vous remettre en question et soyez un client de votre organisation. » (Par Tilly Baekelandt)

www.vlerick.com

02

03

04

17


18

FACILITY AWARDS 2016

01

Jan Geeraerts (Carrefour): « Osez vous remettre en question »

J

an Geeraerts (Responsable Hypermarchés Carrefour Belgique) travaille depuis presque dix ans chez Carrefour Belgium où il a commencé comme coordinateur technique avant de devenir, il y a cinq ans, responsable technique du format Hypermarchés. Entre 2010 et 2014, il s’est chargé, avec son équipe de 11 etp, du déploiement du plan de rénovation de 45 magasins. La rénovation de l’hypermarché Carrefour à Mons annonce la seconde vague de transformations. Une diminution importante de l’empreinte carbone par l’implémentation de nouvelles technologies dans les bâtiments anciens est ici centrale.

Carrefour Belgique fait partie du Groupe Carrefour qui emploie 380.000 collaborateurs. Actif dans 35 pays avec plus de 11.900 magasins, le groupe a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 86,4 milliards euro. La branche belge totalise 752 magasins (dont 45 hypermarchés) et un effectif de 11.500 salariés. Titulaire d’un diplôme de bachelier en électricité/électronique, Jan Geeraerts a commencé sa carrière dans le monde des bureaux d’études où il s’est concentré sur les aspects techniques et l’approvisionnement énergétique des bâtiments. Il y a environ dix ans, il s’est tourné vers le secteur facilitaire, un domaine qui le fascine. En tant que responsable technique du format Hypermarché Carrefour, il gère aujourd’hui une surface bâtie d’environ 460.000 m². Une vague de transformations

La plupart des bâtiments abritant l’enseigne Carrefour datent des années soixante et doivent être rénovés. En 2010, Carrefour a fermé plusieurs sites suite à une restructuration et investi, entre 2010 et 2014, plus de 150 millions euro dans la rénovation d’hypermarchés Carrefour

(45 magasins). Jan Geeraerts : « Le développement d’une vision à long terme était la seule solution que nous puissions proposer face à cette problématique de bâtiments obsolètes. Une vision à court terme n’existe plus. La surface bâtie en Belgique sature peu à peu et l’art consiste à garder les bâtiments existants et souvent anciens, avec leurs limites, dans un état correct et commercialement accrocheur. Avec le service, nous avons réussi à déployer une vision à long terme jusqu’en 2020. Nous n’avons pas essayé de réinventer l’eau chaude mais nous nous sommes basés sur le précepte ‘mesurer, c’est savoir’. Je suis convaincu que c’est le meilleur et le plus clair des baromètres. Nous devons vivre avec notre temps sinon nous raterons le train. Il y a eu pendant longtemps la culture que cela ne pouvait rien coûter. Cela a changé. Nous rénovons depuis 2010. Le grand avantage des hypermarchés Carrefour est qu’ils ont tout ce qu’il faut et qu’ils jouent sur l’expérience. Même avec l’e-commerce, les clients continuent de venir au magasin. » Le fait que le Facility Manager doive charmer plusieurs clients est, d’après Jan Geeraerts, tant un atout qu’une difficulté : « D’une part, il y a notre

client interne, le directeur de magasin et ses services. D’autre part, il y a les clients de tous les jours que nous serons heureux de revoir plus tard. Nous devons donc planifier les chantiers pour minimiser les perturbations, sinon on court le risque de ne plus les revoir après les travaux. Nous ne fermons pas les magasins mais nous travaillons par zones. Pour libérer une zone, nous réduisons la gamme. » Parmi les exemples de transformations, citons le bâtiment Hypermarché Carrefour à Genk et la nouvelle génération d’hypermarchés Carrefour comme celui de Mons. L’expérience de magasin y est centrale et notamment basée sur un parcours particulier selon le principe du ‘shop dans le shop’, des applications numériques, un service personnalisé et une attention pour l’environnement. La rénovation du magasin à Mons lance la seconde vague de modernisations qui touchera plusieurs hypermarchés Carrefour (notamment à Zemst et Coxyde) en 2016. A côté de cela, plusieurs Markets seront transformés et quelques dizaines de magasins Express seront ouverts.


FACILITY AWARDS 2016

Implémentation de nouvelles techniques

En tant que partenaire de COP21, le groupe s’implique dans un commerce plus responsable et plus durable via diverses initiatives. La politique RSE est fondée sur trois piliers : le combat contre toutes les formes de gaspillage, la protection de la biodiversité et un soutien à nos partenaires. L’hypermarché Carrefour à Coxyde en est un exemple. Jan Geeraerts : « Nous implémentons de nouvelles techniques comme une installation CO2 complètement intégrée où l’installation de réfrigération commerciale et y directement raccordée. Grâce aux pompes à chaleur, nous n’avons plus besoin de raccordement au gaz pour le bâtiment. La gestion de l’énergie et de l’eau sera surveillée en permanence. Nous installons aussi un éclairage LED et nous récupérons l’eau du ciel pour les sanitaires. L’objectif est de décrocher le certificat BREEAM Very good, voire Excellent. »

‘Une expérience pratique à la base’

Jan Geeraerts conseille aux jeunes FM professionals d’acquérir de l’expérience pratique : « Pour moi, c’est la base. En participant et en fonctionnant au sein des différents services d’un processus Facility, vous obtenez une image globale et vous pouvez piloter des équipes mais aussi vous-même. Osez vous remettre en question : comment pouvons-nous faire autrement ? N’ayez pas peur de demander d’autres conseils et de vous entourer de partenaires fiables. Nous ne pouvons pas être des spécialistes dans tout. Le marché évolue très vite et vous devez être capable de trouver des solutions novatrices en permanence. Il y a de plus en plus de règles suite à l’introduction d’outils de gestion et d’un cadre clairement défini. Le métier a fortement évolué par cette diversité des tâches. Un bon FM doit disposer d’un plan directeur clair et le suivre. Tout le monde peut alors voir la voie que vous voulez emprunter, et les clients savent à

02

quoi s’attendre et connaissent l’objectif final. Le FM doit pouvoir être flexible lors d’événements et de changements pouvant se produire, mais le plan directeur doit être suivi. La patience et l’analyse sont ici d’une importance capitale. (Par Tilly Baekelandt)

www.carrefour.eu

01. Jan Geeraerts (Verantwoordelijke Activa Hypermarkten Carrefour België): « Nous devons bien planifier les chantiers pour minimiser les perturbations, sinon on court le risque de ne plus revoir les clients après les travaux. Nous ne fermons pas les magasins mais nous travaillons par zones. Pour libérer une zone, on réduit la gamme. » 02. La transformation du magasin de Mons (ou l’expérience magasin y est centrale) annonce la seconde vague de rénovations de plusieurs Hypermarchés Carrefour (notamment à Zemst et Coxyde) en 2016. (Photos: Carrefour Belgium NV)

19


20

FACILITY AWARDS 2016

01

Giovanni Novello (GSK) : Les facilities inscrits dans son ADN…

«U

n Facility Manager doit avant tout avoir une passion pour les services », lance Giovanni Novello, Head of Facilities Services chez GSK et manager ‘services oriented’ pur-sang. « GSK Belgique est souvent un chef de file et un cas d’étude lors de projets pilotes en Facility Management pour GSK au niveau mondial ».

Avant son arrivée au département facilities de GSK Vaccines en Belgique – le quartier général mondial des activités vaccins du groupe GSK –, Giovanni Novello, ingénieur de formation, a débuté team manager auprès d’une entreprise de nettoyage. Plus tard il était projects manager puis business engineer pour un organisme de contrôle agréé. Sa mission à la Commission Européenne en tant que head of unit assistant du service safety & infrastructure a complété son expérience en people management. Son passage à la RTBF, où il fut le premier Facility Manager, était déjà orienté vers les soft et hard services. « Lorsqu’on m’a appelé pour la fonction de Senior Facilities Manager chez GSK il y a dix ans, j’ai réalisé qu’il s’agissait d’une opportunité unique. GSK était en pleine expansion. Toute l’attention allait au core business, à la fabrication de vaccins pour lesquels des unités de production supplémentaires furent construites. Les services étaient dispersés ici et là. Le catering était sous l’égide des RH, le nettoyage dépendait des services techniques… . Suite à la courbe de croissance, il fallait inscrire

le FM dans la stratégie de croissance de l’entreprise. Il fallait développer des nouveaux services et des processus structurés. Grâce à la valeur ajoutée du FM, un effet de levier a été ressenti sur les services, les contrats, etc. Un esprit orienté service et une capacité d’écoute des besoins de ses clients internes sont essentiels », explique Giovanni Novello.

valeur ajoutée utile. » La gestion des trois sites de GSK du pays, comprenant plus de dix mille personnes, a été centralisée de manière transversale. «Tout Facility Manager est épaulé par une équipe», poursuit Giovanni Novello. « Au sein de Facilities Services, nous avons des service managers qui gèrent respectivement les hard services, les soft services, le waste management et l’outside areas & mobility. Nos building managers font de l’area management et sont le point de contact des clients internes. Cette structure – qui compte une vingtaine de collaborateurs GSK – pilote environ 500 partenaires spécialisés. » Giovanni Novello ne parle pas de sous-traitants mais de partenaires contractants : « Ils assurent la continuité des services et la veille technologique, et offrent toute la flexibilité utile. Notre collaboration est basée sur un ‘service-level agreement’ qui indique le niveau de service requis mesuré par des indicateurs clés de performance. »

‘Belgium Site Management’

Il y a deux ans, Giovanni Novello a endossé la fonction de Head of Facilities Services chez GSK. Sous son impulsion, tous les services facilitaires ont été regroupés sous un toit au sein du département ‘Belgium Site Management’ qui intègre également security, real estate, SAP et transversal technical services. La mission du projet est claire : « Dans un environnement sécurisé, au sein duquel les collaborateurs peuvent s’épanouir, fournir des services dont le niveau de qualité et les délais de livraison répondent aux besoins des clients, selon une gestion des coûts responsable. Le leitmotiv est l’amélioration continue des services, en créant une

Call Center FM on Line

Lorsque Giovanni Novello est entré chez GSK, sa tâche consistait principalement à développer des Soft Services. Parmi les projets notables, citons la création d’Atrium services concept avec ses restaurants, shops et coffee corners. Il y a aussi l’intégration d’un centre de fitness sur le site de Wavre, où plus de 20% des collaborateurs y font du sport. La mise à disposition de cet espace est optimalisée suivant la stratégie d’entreprise, notamment pour des activités de team building. Dans le même esprit d’optimalisation: le Call Center FM on line, qui gère annuellement 50.000 appels. Avant ce service desk


FACILITY AWARDS 2016

La gestion des trois sites de GSK du pays, comprenant plus de dix mille personnes, a été centralisée de manière transversale. canalisait et aiguillait toutes les questions liées aux facilities. Cette plateforme a été optimalisée afin de permettre aux collaborateurs de signaler toutes situations EHS. Une troisième fonctionnalité ‘the voice of customer’ a par ailleurs été ajoutée. Les appels sont mis à profit pour poser de brèves questions sur la satisfaction de certains facilities, par exemple le nettoyage, le shop… et éviter ainsi des enquêtes fastidieuses. Les zones blanches

vices régis par différents contractants ont été repris par un seul nouveau partenaire ‘multiservice’. L’équipe Facilities est fière de la réussite de ce projet qui a nécessité une mobilisation importante des équipes GSK et partenaire, afin d’assurer une transition transparente pour les utilisateurs. (Par Philip Declercq - Photo’s: GSK)

www.gsk.com

EFM

GSK a lancé le projet ‘Enterprise Facility Management’ au niveau mondial afin d’optimaliser ses services facilitaires. Des contrats-cadres ont été conclus avec deux fournisseurs privilégiés. La préparation de toutes les facettes de ce nouveau modèle de gestion a été lancée un an avant le ‘Go Live’ au sein de GSK Vaccines en Belgique, fin 2014, via des groupes de travail multidisciplinaires. Une dizaine de soft ser-

01. « Le Facility Manager doit avoir un esprit orienté service et une capacité d’écoute des besoins de ses clients internes », explique Giovanni Novello. 02. Le siège de GSK Vaccines à Wavre. 03. Deux des huit restaurants d’entreprise 04. Le centre de fitness est optimalisé notamment pour l’école du dos et le team building. 05. Plus de 500 personnes utilisent chaque jour le Service Navette. 06.Ce nouveau système de nettoyage à sec, entièrement automatisé, fait partie des soft services

© PDC

Chez GSK, les hard services sont gérés en responsabilité partagée. Les zones de pro-

duction ne relèvent pas de la compétence du FM mais du Global Manufacturing Process (GMP). La maintenance des ‘zones blanches’ – soumise à une réglementation stricte – est réalisée par du personnel interne spécialisé. Le FM est responsable des travaux de maintenance de plus de 50 bâtiments administratifs et zones administratives de bâtiments mixtes. Parmi la multitude de tâches des hard services, il y a notamment le nettoyage de 300.000 m² de surface au sol.

02

04

03

05

06

21


22

FACILITY AWARDS 2016

01

Ronny Smismans (Barco) : « Suivez votre instinct, pas les tendances »

a reçu le feu vert du Conseil d’Administration en 2011. » Offrir une plus-value

L

e One Campus futuriste de Barco, qui centralise les activités sur un seul campus, vaut bien son appellation de point de repère à Courtrai. Pour le géant technologique, il s’agit là du plus grand projet facilitaire de son histoire. Ronny Smismans (director Facilities & EHS) : « Le nouvel immeuble de bureaux The Circle anticipe les besoins futurs. Il crée un sentiment d’unité et stimule la collaboration. Nous voulons offrir une plus-value à nos collaborateurs, aux clients et aux visiteurs. »

Avec ses nonante sites dispersés sur tous les continents, Barco est un acteur mondial dans le secteur de la visualisation. L’entreprise possède trois divisions (divertissement, santé, industrie et gouvernement) et emploie 3.500 collaborateurs dont 1.250 en Belgique. Ronny Smismans, ingénieur industriel en électromécanique de formation, a démarré sa carrière chez FDS (panneaux intérieurs mobiles, pare-soleil, division planning et calcul). En 1995, il est entré chez Barco en tant que directeur Facilities & EHS. L’équipe FM compte 25 collaborateurs, dont 14 en Belgique. Ronny Smismans fut responsable de la construction de 10.000 m² d’espaces de bureaux et de bâtiments de production pour BarcoNet et le démarrage de la gestion facilitaire de cette entreprise. Il s’est ensuite tourné vers le Facility Management de Barco au niveau mondial, avec comme objectif le déploiement d’une stratégie faîtière. Le nouveau One Campus est son plus grand

projet, et le plus grand dans l’histoire de Barco. Centralisation

Jusqu’il y a peu, Barco Belgique était réparti sur deux sites : Kuurne (environ 550 collaborateurs) et Courtrai (environ 700 collaborateurs). Ronny Smismans : « Les deux sites se trouvent à peine à 10 km l’un de l’autre mais cela fait un monde de différence en perte de temps. De plus, le site de production de Kuurne ne répondait plus aux besoins actuels. D’après le facility scan que nous avons réalisé, tant les installations techniques que les structures architecturales étaient obsolètes. Nous étions alors fin 2010. Il fallait soit lancer une rénovation complète ou réunir les deux sites sur un campus unique. Nous avons comparé les coûts opérationnels par rapport aux coûts d’investissement et la construction d’un nouveau bâtiment à Courtrai s’est avéré être la solution la plus avantageuse à long terme. Le projet, dont l’investissement s’élève à 50 millions euro,

Le nouvel immeuble de bureaux a un niveau E de E50 et a été réalisé selon la formule de l’équipe de construction. JaspersEyers est ressorti de la sélection d’architectes, le choix du bureau d’études s’est porté pour VK Engineering et Cordeel est l’entrepreneur général. Ronny Smismans : « A l’ancien siège principal, nous recevions de nombreuses plaintes des collaborateurs concernant la lumière, l’air intérieur et l’acoustique. L’atrium et la toiture en verre de One Campus créent une ouverture de bas en haut. Nous voulons que les personnes se voient dans le nouveau bâtiment. La communication est un pilier important de l’entreprise. Nous voulons aussi attirer des profils étrangers mais faire venir ces personnes jusqu’à Courtrai n’est pas simple, sauf si vous pouvez offrir une plus-value, en devenant par exemple un point de repère et en proposant d’autres choses aux collaborateurs qui n’ont pas un rapport avec le travail. Je pense ici au site Collect & Go, Bringme (un point de dépôt pour les achats internet) et des thèmes propres à l’entreprise comme ‘be energized’, bouger et manger sain. Les travaux ont été lancés le 4 décembre 2013 et sont aujourd’hui quasiment terminés. Le déménagement est organisé en cinq phases et devrait normalement être finalisé en mai. Lors de la première phase, début février, 350 collaborateurs ont déménagé en deux semaines. L’ancien bâtiment à Kuurne a été vendu il y a un an et demi au développeur de projets Futurn qui va transformer le site en un parc d’entreprises. A Courtrai, l’ancien siège princi-


FACILITY AWARDS 2016

pal a été vendu à Esterline (un carve out de la division Defense & Aerospace). Processus de changement

Ce projet est aussi un défi en termes de gestion du changement. Parallèlement, un nouveau système ERP (SAP) a été implémenté. Ronny Smismans: « Nous n’avons pas fait de déménagement un sur un. Nous avons travaillé pendant un an et demi sur un projet du changement pour introduire de nouvelles formes de travail. Les personnes doivent bouger dans tout le bâtiment. Le restaurant peut par exemple aussi être utilisé pour des réunions informelles. En matière de salles de réunions, nous disposons maintenant de la bonne capacité. Avant, nous avions trop de salles qui ne répondaient pas aux souhaits. Par ailleurs, les statistiques ont montré que 80% des collaborateurs sont présents chaque jour. On s’est demandé s’il fallait une chaise pour chaque collaborateur. Des home-zones ont été créées avec huit postes de travail pour 10 personnes. Il y a aussi des bureaux pour le

02

travail de concentration et des zones de conversation informelles. Nous n’avons résolument pas opté pour des grands bureaux paysagers. Un maximum de 25 à 30 personnes peuvent travailler ensemble, ce qui favorise le sentiment d’intimité et de collégialité. » « Allez voir chez les autres mais ne les copiez pas »

Ronny Smismans perçoit de nombreux défis après ce projet : « En tant qu’équipe FM, nous allons devoir apprendre à connaître ce bâtiment. Il est important de conserver son rayonnement de manière rentable. De plus, nous allons continuer à professionnaliser le FM au sein de Barco. Le FM est encore et toujours un fournisseur de services dans l’entreprise. Nous resterons toujours un coût mais nous visons l’efficience. Il est essentiel de poser des limites : jusqu’à quel coût peut-on donner un service optimal aux clients ? Je conseille aux jeunes Facility Managers de rechercher une entreprise où le FM peut représenter une aide à son déploiement. On parle

encore très souvent de ‘service technique’ dans de nombreuses entreprises. Osez donc suivre votre instinct au lieu des tendances. Je pense notamment à l’outsourcing. Dans tous les cas, il faut se poser la question de savoir si ce peut être d’application dans son entreprise. Allez voir chez les autres mais ne les copiez pas. Lors du démarrage du projet de construction du nouveau bâtiment, nous avons visité 7 à 8 entreprises. Le réseautage est ici crucial. » (Par Tilly Baekelandt)

www.barco.com

01. Ronny Smismans (director Facilities & EHS): « Nous voulons aussi attirer des profils étrangers mais faire venir ces personnes jusqu’à Courtrai n’est pas simple, sauf si vous pouvez offrir une plus-value, en devenant par exemple un point de repère et en proposant d’autres choses aux collaborateurs qui n’ont pas un rapport avec le travail. » 02. Le bâtiment principal The Circle (25m de haut, 75m de diamètre) est principalement constitué d’acier, de verre et d’aluminium.

23


24

FACILITY AWARDS 2016

01

Guy Vanhoorde (Ville de Gand): « Croyez en vous et continuez d’aller de l’avant »

G

uy Vanhoorde travaille depuis 2000 à la Ville de Gand et il est responsable du Departement Facility Management depuis 2005. La tâche qu’il a assumée à cette période-là fut immense, puisqu’il a géré une grande réorganisation qui a duré environ dix ans. Anno 2016, le défi consiste à optimaliser l’organisation facilitaire par la création d’un seul département pour la Ville et le CPAS, qui sont toujours séparés au niveau organisationnel.

Après une carrière dans le secteur de la Défense, où il concevait en tant qu’officier-ingénieur des casernes et des bâtiments avant de devenir directeur adjoint pour la gestion des projets de construction et la maintenance, Guy Vanhoorde est entré à la Ville de Gand. Il y a occupé successivement les postes d’ingénieur de la sécurité publique, de conseiller technique comme soutien au directeur du Service Bâtiments, de coordinateur de qualité et plus tard de responsable du Departement Facility Management. Depuis 2015, il est responsable du Departement Facility Management de la Ville de Gand et du CPAS. Il totalise plus de 25 ans d’expérience en FM.

« En 2005, un nouveau monde s’est ouvert à moi lorsque j’ai été nommé responsable du département FM. Cela m’a séduit et fasciné, et l’expérience qui j’avais accumulée dans le domaine des projets de construction est venue bien à point. J’essaie de faire rayonner ma passion pour le FM auprès des collaborateurs et des collègues-clients : croyez en vous et continuez

d’aller de l’avant. Le FM peut offrir une énorme plus-value à condition d’évoluer d’une culture d’expert vers une culture de réseau. L’IFMA propose dans ce cadre un réseau intéressant : elle rassemble des personnes pour évoluer vers des solutions. En d’autres termes, elle offre une plus-value par la collaboration. Le Facility Manager vient à occuper une fonction centrale. L’expertise et les ressources sont regroupées autour de lui. » La réorganisation du Departement Facility Management

A l’instar de la Ville de Gand et du CPAS, le Departement Facility Management est une grande organisation qui englobe sept services : la gestion de l’immobilier, les projets de construction, la maintenance des bâtiments, service & logistique, la gestion des achats, le support interne et le FM-CPAS. Guy Vanhoorde gère une équipe de 633 etp (560 pour la ville et 73 pour le CPAS) : « Le pilotage de l’organisation facilitaire se situe à un niveau stratégique. Le Facility Manager n’est pas un gestionnaire

de dossier ni un chef de projet. Le FM a un rôle double : nous soutenons, d’une part, notamment la politique des échevins de l’Enseignement par la construction d’écoles, et nous disposons, d’autre part, d’une propre politique facilitaire. Avec les cycles de stratégie et de gestion (BBC) au sein des communes et les notes sur la stratégie FM, qui se développent à partir des BBC, nous avons réussi à franchir une étape importante. Notre principal défi est d’encore mieux nous organiser pour livrer ce qui est demandé dans le cadre de la politique. » La structure organisationnelle du Departement Facility Management est basée sur une prestation de services intégrée orientée client. Depuis la réorganisation initiale du Departement FM, Guy Vanhoorde travaille sur divers projets facilitaires novateurs comme l’implémentation de service levels pour les bons de travail pour la maintenance des bâtiments (24.000 bons par an), l’intégration de contrôles VSR, la préservation des contrats de nettoyage, l’implémentation d’une gestion de flotte centrale pour la Ville – et lors de l’extension du CPAS -, l’optimalisation des processus logistiques internes au sein du FM et de l’organisation (y compris le lancement d’un centre de distribution urbain pour Gand), l’achat de l’ancien bâtiment Electrabel, l’achat et le réaménagement du site Sud et le déménagement selon les principes de la nouvelle façon de travailler, du Département Finances notamment vers le bâtiment E, l’optimalisation du portefeuille immobilier selon une approche transversale par sous-zones et l’optimalisation de l’efficacité énergétique dans les bâtiments et la flotte.


FACILITY AWARDS 2016

Pression financière

En ces temps de restrictions budgétaires, on se tourne aussi vers le FM pour optimaliser les prestations de services et réaliser des gains d’efficacité au sein de budgets facilitaires rabotés. « Sans surprise, nous avons pu constater que l’impact chez les utilisateurs finaux était tangible et générait parfois de l’incompréhension. Le plus grand défi a consisté à garder à l’esprit les engagements facilitaires contractés en réagissant avec souplesse aux situations évolutives et en plaçant les nombreux défis dans une perspective correcte. Ce n’est pas toujours facile dans des périodes de restriction. Cependant, je pense qu’un espace budgétaire restrictif peut aussi avoir des conséquences positives. La rareté génère de la créativité. L’abondance nous rend parfois aveugle face à des choses qui, à y regarder de plus près, ne sont pas correctes. Prenons l’exemple de notre parc automobile, pour lequel nous avons implémenté une gestion centrale et durable pour la Ville et le CPAS. (La Ville de Gand a remporté plusieurs fois les GreenFleet Awards, ndr). Nous voulons une ville durable, une ville modèle, et nous persuadons notre propre personnel mais aussi les collègues-clients.

02

Le FM doit mener la réflexion au niveau stratégique et rechercher des solutions avec toutes les parties. On se frotte parfois à certaines limites, dans le sens où nous voulons proposer des solutions intégrées mais nous n’avons pas l’expertise en interne, alors que le marché recherche souvent des solutions. Dans ce domaine, nous devons aller plus loin et collaborer avec le marché. » Un seul département pour la Ville et le CPAS

L’objectif est que la Ville et le CPAS de Gand puissent collaborer plus étroitement d’ici 2019. A cet effet, Guy Vanhoorde a élaboré un tout nouveau modèle facilitaire organisationnel. Le grand défi auquel il fait face actuellement est l’optimalisation de l’organisation facilitaire par la création d’un seul département pour la Ville et le CPAS, pour l’instant encore séparés au niveau organisationnel. « Les points de départ stratégiques de cette optimalisation sont la performance (opérationnelle), l’orientation client et la flexibilité. La performance opérationnelle est surtout une évolution à suivre qui motive le FM aujourd’hui. Par la poursuite de la professionnalisation du FM, une plus

03

grande attention est accordée à l’excellence opérationnelle. Les entreprises facilitaires sont de plus en plus capables de cartographier leur output de manière standardisée et objective et – lors d’une extension – de réaliser un benchmark. Ce qui n’est pas sans importance pour les donneurs d’ordre, qui peuvent analyser les résultats attendus de la même manière et évaluer la prestation de services des fournisseurs. Un cadre d’évaluation de l’output des prestataires de services et des fournisseurs permet de mieux se focaliser sur les résultats attendus et de les aligner sur leur politique et les collègues-clients. » (Par Tilly Baekelandt)

www.stad.gent

01. Guy Vanhoorde (Responsable du Departement Facility Management - Stad&OCMW Gent): « Une économie énergétique de 15% signifie pour la Ville de Gand un gain financier d’environ 6.000.000 euro (TVA excl.) à la fin de la législature actuelle, sur base des données de consommation de 2014 et des prix de l’énergie de 2015. » 02. Atelier Maintenance Bâtiments – Departement Facility Management 03. La Ville de Gand a remporté plusieurs fois les GreenFleet Awards.

25


L’eau est le maillon essentiel

Ne la laissez pas être la plus faible Les installations sont faites de composants soigneusement sélectionnés. Plusieurs portent des labels énergétiques prometteurs et les rendements associés. En ignorant la qualité de l’eau d’installation, ces économies d’énergie sont loin d’être réaliste. Met aandacht voor het installatiewater zal deattention verwachting van een energielabel Sans prêter à l’eau d’installation, le rendement worden waargemaakt. énergétique se détériore rapidement Vous vous demandez comment attention à l’eau de l’installation et rendement maximal sont liés? Appelez-nous au numéro 0800 78 888 Mail pour info@spirotech.be Ou visitez www.spirotech.be

ma ximising per formance


SÉCURITÉ

Tirez le maximum de votre système de vidéosurveillance

D

ans le monde de la vidéosurveillance, la technique avance vite et à grands pas. Les résolutions sont plus élevées, les caméras plus intelligentes et les performances dans des conditions d’éclairage difficiles ne cessent de progresser. Déterminer le système qui convient le mieux à une situation donnée devient compliqué. Que doit faire l’utilisateur pour obtenir un système qui réponde à ses souhaits, sans investir inutilement dans des fonctionnalités superflues ?

La première étape consiste à déterminer l’objectif d’un système de vidéosurveillance et à sélectionner les bons produits. Lorsqu’on demande conseil à diverses parties, les résultats peuvent fortement varier. Voilà pourquoi la norme européenne EN-IEC 62676-4 (jadis EN-501327) a vu le jour. Cette norme fournit des directives claires sur la conception, la composition et l’évaluation d’une installation de vidéosurveillance. Quatre niveaux de qualité – qui ont tous un rapport avec l’objectif de la caméra - y sont répertoriés : - Detect - Observe - Recognize - Identify

(25 pixels par mètre) (63 pixels par mètre) (125 pixels par mètre) (250 pixels par mètre)

Ces niveaux de qualité sont appliqués dans la pratique aux installations de vidéosurveillance : Detect, Observe, Recognize en Identify, aussi appelé ‘DORI coverage’. DORI représente une aide, de la conception à la réception de l’installation. La phase de conception comprend des règles établies pour la projection de la caméra. Lors de la sélection des produits, des directives aident à déterminer la combinaison optimale caméra/lentille. A la réception, les caméras peuvent être contrôlées afin de savoir si elles répondent aux exigences dans la pratique.

Diverses cibles de test sont disponibles à cet effet. DORI dans la pratique

Imaginons un projet d’exemple, où un système de caméra doit être développé pour un grand centre de distribution. Il faut prévoir des caméras pour la surveillance périmétrique, des caméras pour surveiller le chargement et le déchargement des marchandises et des caméras pour les entrées réservées au personnel.

- Périmètre : Detect (25 pixels par mètre) couverture 100% avec des caméras fixes et Recognize (125 pixels par mètre) avec des caméras PTZ. - Charger et décharger : Recognize (125 pixels par mètre) couverture 100% avec des caméras fixes. - Entrées personnel : Identify (250 pixels par mètre), identification de chaque personne entrante.

Détermination de l’objectif

Le placement de caméras en divers endroits du centre de distribution sert à couvrir plusieurs objectifs. Pour la surveillance périmétrique, il est important de pouvoir détecter toute personne entrant dans la propriété. Après la détection, il faut pouvoir identifier cette personne sur l’image. A la zone de chargement et de déchargement, il faut pouvoir disposer d’un bon aperçu des manutentions, les personnes et les produits devant être reconnaissables. Pour ce qui est des entrées réservées au personnel, toute personne qui pénètre dans le bâtiment doit être identifiée. Il est possible de contrôler que la personne qui entre avec un badge d’accès autorisé est bien le propriétaire dudit badge. En termes DORI, cela se traduit par les exigences suivantes :

02

01

03

01. Bosch MIC 7000 HD starlight, caméra PTZ HD anti-vandale, sensible à la lumière avec 30x zoom, éclairage combinaison IR/lumière blanche en option. 02. Bosch DINION startlight 8000 MP, idéal comme caméra de détection périmétrique. Sensibilité extrême à la lumière, résolution 5MP et analyse intelligente de la vidéo particulièrement puissante. 03. Bosch DINION ultra 8000 MP, 12 mégapixels avec 4K ultraHD en option. Résolution très élevée pour les détails de la scène entière.

27


28

SÉCURITÉ

Sélection du produit

Lorsque l’objectif de chaque position de caméra est défini, il convient alors de sélectionner les bons produits. Dans certains cas, la fiche technique d’une caméra peut constituer une aide précieuse, lorsqu’il est fait référence à la norme EN-IEC 62676-4, et que les distances sont spécifiées pour la classification DORI. Bosch reprend de facto la classification DORI dans toutes les fiches techniques de ses caméras de surveillance.

05

Périmètre

Pour la surveillance du périmètre, une caméra extrêmement sensible à la lumière est conseillée afin de pouvoir détecter les intrus sous n’importe quelle condition d’éclairage. Comme il s’agit de longues distances, mieux vaut opter pour une caméra à résolution élevée. Pour des distances plus importantes, une détection à 25 pixels par mètre est possible, ce qui nécessite moins de caméras. Pour la détection automatique d’intrus, l’analyse intelligente de la vidéo constitue une bonne solution. Pour la reconnaissance de personnes sur la propriété, les caméras fixes peuvent être prises en charge par une caméra PTZ (pilotable). Comme il s’agit souvent d’un environnement plus sombre, il est conseillé de choisir une caméra PTZ ayant une sensibilité élevée à la lumière, avec la possibilité d’ajouter un éclairage de combinaison IR/lumière blanche. Il est possible de diriger automatiquement la caméra PTZ vers l’endroit où l’intrus a été détecté et d’activer l’éclairage. Charger et décharger

Lors du chargement et du déchargement de marchandises, une densité de pixel est utile vu la surface relativement importante, laquelle nécessite une couverture continue. Les caméras PTZ ne sont pas une option. Il est préférable d’utiliser une caméra fixe à haute résolution, comme l’UltraHD voire une 12 mégapixels. Entrées pour le personnel

Les entrées pour le personnel se trouvent dans un environnement relativement contrôlé, il ne faut donc pas couvrir une grande surface. Dès lors, une caméra à résolution Full HD suffit amplement. Ce-

04

06

pendant, un effet de contre-jour peut se produire. La caméra doit donc disposer d’une bonne portée dynamique pour générer des images utilisables.

04. Identify (250 pixels par mètre), identification de chaque personne entrante. 05. FLEXIDOME IP dynamic 7000 HD. Caméra Full HD avec portée dynamique très élevée pour des images optimales à contre-jour. 06. Pixel Counter

Système d’évaluation

Après l’installation du système de vidéosurveillance, il faut contrôler sa fonctionnalité dans la pratique, telle qu’elle a été pensée lors de la conception. La norme EN-IEC 62676-4 propose à cet effet diverses cartes de test pour évaluer le système de manière objective. Il est aussi possible de vérifier que les caméras répondent au bon critère DORI et d’utiliser une évaluation orientée vers la pratique avec des visages de test. Toutes les caméras citées sont équipées d’un compteur de pixels, ce qui permet de vérifier que le nombre exigé de pixels par mètre correspond effectivement à la réalité. Conclusion

Outre la classification DORI, il est important de tenir compte de la chaîne totale, de la scène à l’écran. La caméra, l’objectif, le réseau, l’enregistreur, le logiciel, la station de travail et le moniteur sur lequel les images sont affichées sont autant d’éléments qui ont une influence sur les performances du système de caméra global. L’ensemble doit être correctement coordonné.

La norme européenne EN-IEC 62676-4 (jadis EN-501327) fournit des directives claires sur la conception, la composition et l’évaluation d’une installation de vidéosurveillance. Il existe actuellement des lignes directrices pour la conception, la composition et l’évaluation d’une installation de vidéosurveillance. Si auparavant divers critères étaient utilisés, la norme EN-IEC 62676-4 offre aujourd’hui de la clarté sur les exigences de qualité posées à un système de caméra. L’utilisateur final sait alors qu’il dispose d’une installation qui répond à ses souhaits, et qu’il n’a pas payé trop cher un système surdimensionné. (Par Boudewijn Hak, Business Developer Bosch Security Systems Benelux)

www.boschsecurity.be www.boschsecurity.nl


Découvrez le logiciel de gestion le plus facile à utiliser Vos Services Généraux parfaitement soutenus

Vous voulez le meilleur pour soutenir vos clients, gérer la maintenance des bâtiments et organiser l’entretien des machines aussi efficacement que possible ? Ce qu’il vous faut, c’est une solution ITSM ! Mais pas n’importe laquelle. Il faut que celle-ci intègre l’infrastructure de votre organisation en souplesse. Nous le savons, et c’est pour cette raison que TOPdesk est non seulement d’une grande flexibilité, avec ses to-do-listes ajustables, ses planificateurs dynamiques et ses nombreuses possibilités

de reporting, mais en plus, il simplifie largement la collaboration entre les différents départements, puisqu’il intègre parfaitement les processus IT, SG et RH. Les données sont gérées de façon centralisée, mais chaque département travaille dans son propre environnement. En savoir plus ? www.topdesk.be/facility

Service Management Simplified


30

DATA MANAGEMENT

Le Facility Management est à un tournant

E

n 2015, la Ville de Gand a rédigé une mission pour le développement d’une vision d’avenir de ses systèmes d’information facilitaires. La ville d’Artevelde n’en est pas à son premier coup d’essai. Il y a dix ans, elle a réalisé un exercice stratégique sous le nom de projet ‘Formule 5’. Freestone a participé à ces deux missions et est donc bien placé pour parler de la manière dont évolue le paysage facilitaire. Pour Koen Mees, managing director, le ‘data management’ est le mot-clé du futur : les Facility Management Information Systems (FMIS) ne vont pas disparaître mais ils seront un élément du paysage applicatif plus large.

Définition du projet de la Ville de Gand

Le bureau de consultance et d’expertise indépendant Freestone possède une vue globale du large spectre du Facility Management et une grande expérience avec les autorités publiques locales. Koen Mees, managing director : « Il y a dix ans, Gand a pris une position visionnaire en établissant des choix stratégiques, notamment l’intégration d’un Facility Management Information System (FMIS). La ville souhaite à nouveau être un chef de file et veut réécrire sa vision selon la réalité d’aujourd’hui. Il est vrai que le portefeuille des clients de services facilitaires est beaucoup plus diversifié. D’autres clients signifie d’autres besoins. A côté de cela, la Ville s’est demandée quels choix poser en matière de technologies novatrices pour aujourd’hui et demain. Pour nous, le défi a consisté à développer un concept qui crée un cadre au sein duquel on peut travailler, sans que cela ne soit trop descriptif. Il faut en effet laisser de la place à la créativité et aux nouvelles technologies. Nous n’avons pas rédigé de cahier des charges pour la Ville de Gand mais nous avons travaillé ensemble à la définition du projet. »

Les nez dans la même direction

Cet exercice de réflexion stratégique a permis, en trente jours, de faire tourner les nez dans la même direction. « Je n’aime pas les textes visionnaires longs et flous », avoue Mees. « Si vous arrivez à rassembler les bons esprits créatifs, vous disposez alors d’un instrument pour dégager une voie vers une solution concrète. Lors d’une étude du marché néerlandais réalisée en 2014 sur les tendances et les développements facilitaires, cinq points prioritaires sont ressortis qui doivent porter très haut le Facility Manager de demain : l’amélioration de la gestion des coûts, la mise en place d’une organisation de régie entre le

client et l’exécutant, la gestion des clients, la mise en œuvre de technologies et la qualité de la prestation de services. Nous avons repris ces éléments pour développer une vision proactive et élaborer un plan d’approche détaillé. » Elaboration d’un datawarehouse

Un premier grand développement que Mees souhaite mettre en place est l’évolution d’une réflexion purement opérationnelle vers une réflexion plus stratégique. « Ces dernières années, nous nous sommes tous trop focalisés sur la question ‘comment’. Le Facility Manager devait décider comment appréhender certaines

« Ces dernières années, nous nous sommes tous trop focalisés sur la question ‘comment’. » - Koen Mees (managing director Freestone)


DATA MANAGEMENT

choses. Vous vous limitez alors à une action réactive. Aujourd’hui, nous devons accorder de l’attention à la question ‘quoi’ : que voulons-nous atteindre précisément ? L’élément crucial ici est la connaissance du client, quelles sont ses questions et ses besoins afin d’y répondre concrètement. L’étape suivante vers la professionnalisation du Facility Management va permettre d’agir de manière plus proactive. » Dans cette approche, l’information sera centrale et doit pouvoir se déplacer dans deux directions : des services vers le client mais aussi vers le manager. « Pour le Facility Manager de la Ville de Gand, la fusion avec le CPAS amène de nombreux clients. Les questions qui vont en découler seront d’un tout autre ordre et d’une vitesse totalement différente. L’information permettant de réagir de manière appropriée est disponible quelque part dans la chaîne. Il revient de la rassembler dans un datawarehouse, une base de données unique où toutes les sources de données sont reliées entre elles sans qu’elles ne soient effectivement hébergées dans un seul système. Les autorités compétentes disposeront alors de bonnes données en temps réel, alors qu’elles étaient jadis transmises au compte-gouttes », poursuit Mees. « Et comme le datawarehouse sera à la fois couplé au système CRM et à l’ERP, les clients seront suivis du début à la fin. » Evolution vers le paysage applicatif

Divers outils doivent être dédiés à cette information afin de poser des choix opérationnels mais aussi stratégiques. Dans la plupart des FMIS, la dimension informationnelle est trop peu exploitée et la plus-value repose principalement sur la rationalisation opérationnelle. Mais ces systèmes ont néanmoins conservé leur valeur, estime Mees. « Je ne tiens certainement pas une plaidoirie pour la disparition du FMIS. Au contraire. La Ville de Gand va continuer à utiliser son système. Mais cela ne peut plus être l’unique instrument du Facility Manager. Nous devons évoluer vers un paysage applicatif au sein duquel le FMIS est un élément. Au lieu d’attendre que les systèmes traditionnels aient trouvé comment réaliser un mouvement de rattrapage, nous devons assimiler

les outils et les instruments qui sont déjà plus loin - notamment dans le rapportage ou la communication – dans une interface numérique faîtière. La numérisation de la relation clients doit se poursuivre car cela permettra au personnel de disposer de plus de temps pour appréhender les affaires non standardisées, là où une plus grande expertise s’avère utile. Embrassez donc l’innovation pour réunir rapidement et efficacement une meilleure appréciation et une réflexion plus stratégique. »

« Le Facility management doit évoluer vers un paysage applicatif où le FMIS est un maillon de la chaîne. »

Remettre en question la manière traditionnelle de travailler

Maintenant que l’exercice de réflexion stratégique a eu lieu, la Ville de Gand commence à déployer le projet. Le plan d’approche de Freestone comprend trois phases. « En première instance, cette vision doit être mieux définie quant à son contenu. Ensuite, il faut une équipe de projet qui dispose de temps et de ressources pour l’élaboration. Enfin, la structure du projet doit suivre : qu’avons-nous aujourd’hui et où voulons-nous aller précisément ? D’ici 2017, les premiers murs du datawarehouse devraient se dessiner. Ce qui importe, c’est que le service facilitaire se détache du FMIS et évolue vers un modèle flexible ouvert en permanence à de nouvelles applications. Cela signifie, par définition, qu’il n’y aura jamais vraiment de fin à cette transition. Data is the next big thing. La Ville de Gand peut être un exemple inspirant pour d’autres entreprises et organisations. » Mais la Ville de Gand n’est pas seule à faire face à un grand changement. Meest en a sur l’impact global qu’auront les innovations technologiques sur le Facility Manager de demain. « Nous sommes actuellement à un tournant. Avant, le processus, les données et les experts fonctionnaient comme trois composants autonomes. Demain, ils seront présentés dans une solution intégrée. Nous devons oser réfléchir à ce que doit ressembler précisément cette solution et remettre en question notre manière traditionnelle de travailler », conclut Mees. (Par Valérie Couplez, Photos: Freestone) www.digitalbelgium.be

Avec la fusion du CPAS, le portefeuille de clients des services traditionnels de la ville s’est énormément diversifié.

La numérisation de la relation clients va permettre de disposer de plus de temps pour appréhender les questions non standardisées.

Freestone n’a pas rédigé de cahier des charges pour la Ville de Gand mais a travaillé à la définition du projet.

31


CWS Paradise en acier inoxydable

Paradise Dry Slim Distributeur automatique d‘essuiemains pour rouleaux de coton

Paradise Paper Slim Distributeur de serviettes

Paradise Foam Slim Distributeur de savon sous forme de mousse ou de crème

Paradise Superroll Distributeur automatique de papier hygiénique avec rouleau jumbo ou manège pivotant pour 4 rouleaux

Paradise DUO Distributeur de papier toilette pour 2 rouleaux

Poubelle Elégant couvercle à charnière, disponible en option.

Pour un aperçu complet de la gamme de produits inox, consultez la page www.cws-boco.be

E.R.: Gino Verbelen - 03-2015. Red Spot.

Conditions dures comme fer, prix de velours

CWS-boco BeLux S.A. | Berchemstadionstraat 78 | B-2600 Berchem Tél. +32 (0)3 328 11 00 | Fax +32 (0)3 326 37 28 | www.cws-boco.be | cstbe@cws-boco.com CWS-boco Luxembourg S.A. | Zone Industrielle Rolach - Hall 6 | L-5280 Sandweiler Tél. +352 51 88 11 | Fax +352 51 88 58 | www.cws-boco.lu | info@cws-boco.com

ADV-168*125-RVS-V3.indd 2

6/03/15 13:25

JET TOWEL

L’original depuis plus de 20 ans

Les sèche-mains du 21ème siècle Donnez à vos salles d’eau un caractère naturellement plus confortable, plus hygiénique et plus durable – avec le Jet Towel de Mitsubishi Electric : • fonctionnement entièrement silencieux • sèche les mains efficacement, en quelques secondes • boîtier facile à nettoyer et à entretenir • réduit les coûts d’exploitation des salles d’eau

Le Jet Towel existe dans les séries Slim, Smart et Mini, dans différentes couleurs

Plus d’informations sur www.jet-towel.com

AZ_Jet_Towel_BE_168x125.indd 1

10.03.16 10:46


PROJET

Confort et hygiène pour les spectateurs

D

ans le projet de développement de la ville d’Utrecht, dont l’objectif est d’uniformiser le nouveau quartier de la gare et la vieille ville, le TivoliVredenburg est le premier point de mire finalisé. Avec cinq salles, imaginées par quatre architectes, ce temple de la musique est unique au monde. En matière de confort sanitaire, le choix s’est porté sur un sèche-mains durable de Mitsubishi Electric Living Environment Systems (LES).

Le Muziekcentrum TivoliVredenburg fait partie des plans d’Utrecht pour donner un nouvel élan au quartier de la gare. En tant que ‘ville musicale dans la ville’, ce complexe offre un podium pour tous les genres musicaux : classique, pop, dance, jazz, …. D’une superficie de 30.000 m², le bâtiment compte 10 étages. La commune d’Utrecht a demandé au studio d’architecture Hertzberger – Herman Hertzberger est le père spirituel du Muziekcentrum Vredenburg - de réaliser une étude pour le nouveau TivoliVredenburg. La Grande Salle a été épargnée lors de la démolition et rénovée. Sous sa supervision, Jo Coenen a conçu la salle Ronda et Thijs Asselbergs, la salle Cloud Nine. Le bureau d’architectes NL Architects s’est chargé de la salle Pandora. La finition de chaque salle est appropriée à un genre musical. A la Ronda (pop), c’est la couleur métal qui domine. La Grande Salle dégage un rayonnement chaleureux grâce au bois. La salle

Cloud Nine combine une finition bois avec des éléments modernes, tandis qu’à la Pandora, des lignes épurées, pourpre et lilas, dominent. « Autant le bâtiment est grand, autant l’atmosphère doit être intimiste et particulière lors d’un concert. Nous avons résolument choisi plusieurs salles, relativement plus petites, qui ont chacune leur propre identité », explique Erik Mans (manager production et facilities TivoliVredenburg).

toilettes ? Et où placer les sèche-mains, stratégiquement parlant ? », poursuit Mans. « Dans les zones sanitaires du bâtiment existant, on a travaillé avec des serviettes en papier et des sèche-mains obsolètes. Ces derniers étaient d’ailleurs peu utilisés car il fallait patienter 30 secondes avant d’avoir de l’air chaud. L’utilisation de papier générait une montagne de déchets et était peu respectueuse de l’environnement. Avec le nouveau concept, nous voulions plus de confort et permettre aux visiteurs de se sécher rapidement les mains après leur passage aux toilettes. » Un temps de séchage court, un volume sonore minimal

A l’issue d’une étude de marché réalisée auprès de trois marques – dont Mitsubishi Electric – c’est le concept de l’entreprise hollandaise Cleanfresh qui a convaincu. Le choix du type de sèche-mains a eu lieu en fonction des caractéristiques, de

Un puzzle sanitaire

Au rez-de-chaussée et aux étages, des zones de toilettes sont prévues pour le public. Certains niveaux accueillent des bureaux et des toilettes pour les coulisses. Un travail de réflexion a eu lieu au préalable pour déterminer la localisation et l’aménagement des zones de toilettes, en vue d’une occupation maximale de l’espace disponible. Combien de toilettes (H/F/MP) faut-il prévoir dans une zone de

Erik Mans (manager production et facilities TivoliVredenburg) et Stijn Somers (sales engineer LES chez Mitsubishi Electric Europe B.V. Belgium)

33


34

PROJET

la forme, de la mise en œuvre technique, du prix, … . « Le volume sonore, qui doit être minimal, fut un facteur décisif lors de la sélection. Le niveau sonore du Jet Towel Slim est de 56 dBA. Sur ce point-là, les différences entre les autres appareils étaient infimes. La robustesse est un autre point important. Une attention spéciale a été accordée à la solidité du panneau avant devant supporter les impacts physiques. Les événements pop attirent, il est vrai, un autre public que celui d’un concert classique. Le temps de séchage des mains doit par ailleurs être le plus court possible. Pour le modèle choisi, il est limité à une dizaine de secondes. En guise de test, un appareil d’essai Jet Towel type Slim de Mitsubishi Electric LES a été installé dans une zone de toilettes pendant 6 mois, et

estimé quality proof », souligne Erik Mans. « Une quarantaine de ces appareils ont été installés par les collaborateurs de notre équipe facilitaire. » Des espaces où on vit et on travaille

par un organisme de normalisation international agréé », explique Stijn Somers (sales engineer LES chez Mitsubishi Electric Europe B.V. Belgium, établi à Loppem près de Brugge, et bureau de vente pour la Belgique).

« Le temps de séchage des mains doit être le plus court possible. Pour le modèle choisi, il est limité à une dizaine de secondes. » - Erik Mans, manager production et facilities TivoliVredenburg.

Ce modèle de sèche-mains fait partie de l’assortiment de Mitsubishi Electric LES, le dénominateur qui regroupe la plupart des produits de bien-être personnel et des espaces où vivent et travaillent les personnes du fabricant. « Pensez à la technique de climatisation, à la technologie de la pompe à chaleur pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, et aux systèmes de ventilation. En ce qui concerne le segment des sèchemains, nous travaillons avec plusieurs entreprises spécialisées, comme l’entreprise Cleanfresh. Mitsubishi Electric a lancé son premier modèle de sèche-mains sur le marché en 1993, lequel a rapidement été suivi par une dizaine de versions améliorées. En tant qu’entreprise technologique, l’attention va à l’amélioration de solutions existantes plutôt que le lancement de concepts novateurs. La diminution du niveau sonore et de la consommation d’énergie sont notamment des éléments prioritaires. Le sèche-mains Jet Towel est certifié pour un usage public et sûr (NSF)

Le temps de séchage court et le volume sonore minimal ont été des facteurs décisifs lors de la sélection. Le niveau sonore du Jet Towel Slim est de 56 dBA.

Avec cinq salles, imaginées par quatre architectes, ce temple de musique est unique au monde. Cette ‘ville musicale dans la ville’ offre un podium pour tous les genres musicaux : classique, pop, dance, jazz, … (Photo: Juri Hiensch)

Hygiénique et économique

Au TivoliVredenburg, une quarantaine de sèche-mains type ‘hands in’ ont été installés. « Pour une hygiène optimale, tous les composants qui sont en contact avec l’eau sont revêtus d’un coating pour empêcher le développement de moisissures et de bactéries. Dans la partie inférieure, les appareils ont 2 bords droits qui font office de bac collecteur. Au niveau de la puissance électrique (enregistrée), cette solution affiche un meilleur score que le sèche-mains classique. De plus, l’appareil se nettoie facilement », continue Stijn Somers. « Dernièrement, nous avons lancé des sèche-mains de type ‘hands under’ sur le marché, comme le Jet Towel Smart, un appareil robuste au confort et design particuliers, qui peut être personnalisé (avec un logo, par exemple). Le Jet Mini est aussi disponible dans une version compacte, hands in, ‘Slim’. » (Par Philip Declercq) www.mitsubishi-electric.be


Solution pour la gestion efficace de votre parc immobilier Passez d’une gestion réactive à un management proactif avec O-Prognose! O-Prognose vous offre une solution totale pour une gestion optimale de vos biens. De l’inspection et planification de l’entretien jusqu’au gestion des notifications. O-Prognose vous permet de faire rapidement un planning de maintenance technique architectonique. Découvrez le confort d’O-Prognose pour la gestion de votre parc immobilier, avec inventaire, détermination de l’état des lieux et planning pluriannuel. • Application mobile pour inspection.

Plandatis

Logiciel pour la gestion des infrastructures immobilières, techniques et routières

• Group d’utilisateurs de 3000 gestionnaires immobiliers • Augmentation d’efficacité

www.plandatis.be | info@plandatis.com contact direct +32/473 94 10 01

Inspection de l’état NEN 2767 - Sécurité NEN 3140 - Inspection d’incendie NEN 6059 - Interface BIM

Puro s’engage à protéger les forêts tropicales. Nous collaborons avec l’organisation de conservation de la nature World Land Trust et pour chaque tasse de café vendue, nous donnons une contribution financière pour acheter et protéger durablement des parties menacées de la forêt tropicale en Amérique du Sud.

www.purocoffee.com - 0800/44 0 88


36

ENQUÊTE

Enquête: que pensez-vous de FM-Magazine ?

F

M-Magazine existe depuis 1 an. Une année durant laquelle l’IFMA et la rédaction ont essayé de vous informer, vous les Facility Managers, sur les tenants et les aboutissants au sein du secteur, sur les dernières tendances et les développements technologiques, des événements intéressants, … Dans quelle mesure avons-nous réussi ce challenge ? Une enquête a permis d’en savoir un peu plus sur ce que vous pensez du magazine et sur ce que nous pouvons améliorer dans les prochaines éditions.

Structure de l’enquête

L’IFMA a réalisé une enquête en décembre dernier afin de connaître la perception du lecteur par rapport à FM-Magazine. Le magazine a été passé en revue via une dizaine de questions portant sur le contenu, son look & feel et ce qu’il lui manque. Cette enquête a été réalisée des deux côtés de la frontière linguistique, mais les réponses ont été plus nombreuses du côté néerlandophone. Voici un condensé des résultats les plus significatifs. Informatif et bien ficelé

L’apparence de FM-Magazine plaît. 92% des participants l’approuve totalement. Mais il y a le proverbe qui dit ‘never judge a book by its cover’. Qu’en est-il du contenu ? La majorité des répondants affirme que les articles sont informatifs. Seuls 5% des participants se montrent moins emballés, tout en nuançant que cela dépend de l’intérêt personnel. La variété des thèmes semble également plaire : 70% est d’accord, 20% est entièrement d’accord. La plupart d’entre eux (92%) recommanderaient FM-Magazine à leurs collègues. A noter une demande pour des articles plus techniques, où l’accent est mis sur la re-

cherche scientifique ou appliquée, ou sur une description plus concrète de la fonction au quotidien.

au bureau. Une faible majorité ne le partage pas tandis que dans certains bureaux, plus de quatre collègues le consultent. Préparation à la numérisation

Les rubriques les plus appréciées sont les reportages thématiques, les nouvelles brèves et FM@work. Des reportages thématiques appréciés

Le magazine n’est pas toujours lu de A à Z, seuls 12% des répondants le font. La plupart des lecteurs feuillète le magazine et s’arrête sur certains articles (47%), d’autres déterminent leur choix de lecture à l’aide du sommaire (20%) ou de l’introduction (15%). Les rubriques les plus appréciées sont les reportages thématiques, les nouvelles brèves et FM@work. Les reportages de produits ont aussi la cote, certainement lorsqu’il s’agit d’innovations. En moyenne, une petite demi-heure est consacrée à la lecture d’un numéro. Difficile d’évaluer dans quelle mesure le magazine circule

IFMA a pris le temps d’étudier le type de contenu que les lecteurs souhaitent retrouver dans les prochaines éditions. L’IT se trouve tout en haut de la liste des souhaits. Les lecteurs veulent en savoir plus sur l’impact qu’aura la numérisation du monde (de l’entreprise) sur leur travail, qu’il s’agisse du traitement des big data ou des possibilités offertes par les systèmes FMIS. Et puis il y a aussi une demande pour une newsletter électronique. (Par Valérie Couplez)

Appel Et vous, que pensez-vous de FMMagazine ? Qu’est-ce qui peut être amélioré ? Vous avez des suggestions sur des sujets intéressants pour les prochains numéros ? Faites-le nous savoir via: mieke.loncke@ifma.be


Notre objectif est de vous permettre de tout voir, partout

Une application optimisée d’images haute résolution L’identification d’objets éloignés et la couverture d’une large zone représentent un vrai défi. Voici pourquoi notre DINION IP ultra 8000 MP permet de réaliser des captures avec une résolution de 12 mégapixels à raison de 20 images par secondes et des images 4K ultra HD à raison de 30 images par seconde pour fournir des détails surprenants lors des zooms. Avec cette cadence d’images incroyablement élevée, vous pouvez capturer des objets en mouvement rapide à haute résolution. La caméra offre une vue d’ensemble grand angle et de plusieurs points focaux sur un seul écran. Vous pouvez ainsi vous concentrer sur les détails sans perdre de vue la totalité de l’image. Plus d’informations sur www.boschsecurity.com/hdsecurity et www.boschsecurity.be


“ Marre d’être

Fini de se plaindre

à court de papier ? ”

Le 1 er essuie-mains avec une véritable réserve les

les

Zéro rupture + de souplesse dans votre emploi du temps m 03

m 03 m 03

* Au-delà de 80% du rouleau principal consommé.

Schoonmaakadvies Aanbesteden

Nous vous offrons une vision claire de votre contrat de nettoyage. & Contractsupport www.atir.nl

Respect de l’environnement 30 m 30 m

Autonomie optimisée

Maîtrise de la consommation

m 03

Vous connaissez ce sentiment : l’entreprise de nettoyage fait-elle bien ce qui a été convenu, ne payons-nous pas trop cher, le programme de nettoyage est-il optimal et le contrat est-il conforme au marché et actuel ? Vous avez besoin d’une vision globale de la qualité et de la quantité. Alors il est temps de nous rencontrer. www.atir.be

Zéro gachis

Info: Elis Hades • Radiatorenstraat 25 • 1800 Vilvoorde +32(0)2/416.89.30 • washroom.services@elis.com • www.elis.com


TABLE RONDE

« Les normes n’imposent aucun engagement, ce sont des meilleures pratiques » Table ronde de l’IFMA Belgium

L

e Facility Management, discipline relativement jeune, est en plein développement. La définition, les activités et les tâches du Facility Manager ne sont pas toujours claires. Les normes officielles considèrent définitivement le FM comme une activité professionnelle. Dans quelle mesure les entreprises et les organisations connaissent-elles les normes et en font-elles bon usage ? Les personnalités présentes à la table ronde organisée par IFMA Belgium, PROCOS Group et le NBN (Bureau de Normalisation en Belgique) perçoivent aujourd’hui la forêt à travers les arbres. Etaient présents à cette table ronde, outre les partenaires organisateurs, des représentants actifs dans la prestation de services facilitaires, diverses autorités publiques, le secteur des soins de santé, le monde de l’enseignement et les services généraux. Jos Duchamps (managing director PROCOS Group) a fait une esquisse du contexte global de la normalisation : « Ces dix dernières années, toute une série de normes pour le Facility Management a été publiée. Depuis 2006, le NBN a publié une série de 7 normes européennes sur le Facility Management. La série EN 15221 fut la première à normaliser les ‘services’. Dans le courant de l’année 2016, l’International Organisation for Standardization (ISO) publiera deux nouvelles normes pour le Facility Management (ISO 184801 et -2) - Guidance on strategic sourcing and the development of agreements. Le Comité technique qui a rédigé ces normes

– des experts du secteur du Facility Management – travaille à une troisième norme qui sera publiée en 2017. En janvier 2014, il y a eu la publication de la norme ISO 55000 (-1 et -2) ‘Asset Management’ qui se rapproche le plus du Facility Management. Outre les normes officielles, des organisations professionnelles du secteur immobilier définissent des normes sur les aspects du FM. En fin de compte, c’est la communauté FM qui ‘rédige’ les normes qui seront soutenues par la communauté. » Une norme n’est pas l’autre

« Le développement d’une norme dure 2 et 3 ans », poursuit Johan Haelterman du Bureau de la Normalisation en Belgique : « On travaille tant aux niveaux belge, européen qu’international. Au niveau national, on peut suivre les travaux et les commenter. Si on veut vraiment avoir un impact sur la procédure d’élaboration

De g. à dr. Tom Ryckaert (Facilicom), Wouter Ommeslag (Haute-Ecole Odisee), Raf Boterdaele (AXA), Bart Mariman (ISS), Werner Schuermans (Compass Group), Mieke Loncke (IFMA Belgium), Frank Geets (Facilitair Bedrijf gouvernement flamand), Ine Schaeps (PROCOS Group), Guy Storms (Telenet), Alexia Thüer (NBN), Jos Duchamps (PROCOS Group), Guy Van der Veken (Heist-op-den-Berg) et Johan Haelterman (NBN).

d’une norme, alors il faut être actif au niveau européen ou international. » D’après les échanges en table ronde, il ressort que la plupart des participants sont relativement bien au courant de la norme sur la mesure des surfaces reprise dans la série EN 15221 qui se situe actuellement au niveau européen. On semble par contre être moins familier avec les autres normes. D’après Frank Geets de Facilitair Bedrijf du gouvernement flamand – qui gère environ 6.000 bâtiments – une mesure comparative comme la norme de surface s’impose. Le gouvernement flamand pose principalement des choix d’un point de vue pragmatique. Pour Guy Van der Veken de la commune de Heist-op-den-Berg, il convient d’imposer 1 ‘niveau de norme’ aux pouvoirs locaux. Werner Schuermans de Compass Group, actif dans le catering :

« La normalisation est une bonne chose mais elle ne peut pas évincer la créativité. En tant que prestataire de services facilitaires, nous devons réfléchir avec nos clients en termes de bénéfices. » - Tom Ryckaert, Facilicom

39


40

TABLE RONDE

«Si une entreprise, une organisation ou une administration publique fait référence à une norme dans un contrat, alors il s’agit d’une obligation contractuelle », souligne Johan Haelterman (NBN).

« Généralement, c’est la partie demanderesse, le client donc, qui dicte sa norme selon une perspective de benchmarking. C’est du moins ce que remarque notre organisation qui s’inscrit souvent dans des procédures d’appel d’offres. » Telenet impose des exigences à ses fournisseurs mais ne fait pas explicitement référence à des normes. « Couler de la valeur ajoutée dans une norme doit se faire avec une certaine prudence », continue Guy Storms de Telenet. D’après Raf Boterdaele, AXA choisit des prestataires de services de qualité mais l’organisation ne fixe pas de normes dans ses cahiers des charges. Une hiérarchie entre les normes ?

Dans un contexte international, les normes sont fondamentales. Il ne s’agit

donc pas d’une hiérarchie à proprement parler. Il y a par contre des accords de collaboration entre ISO et CEN. « Si l’Europe accepte la norme ISO 41 000, cela reste une norme ISO mais elle est alors ‘couplée’ au niveau européen : EN-ISO », poursuit Ine Schaeps de PROCOS Group. D’après Mieke Loncke (directeur IFMA Belgium), la plupart des membres IFMA sont convaincus de l’utilité et de la valeur des normes. « Ils ont souvent besoin d’exemples pratiques concrets et chiffrés pour percevoir les bénéfices. » Johan Haelterman du Bureau de la Normalisation en Belgique, est membre du CEN et de l’ISO : « ISO et EN peuvent parfaitement coexister. Les normes n’imposent aucun engagement, ce sont des meilleures pratiques. Mais si une entreprise, une organisation ou une administration publique fait référence à une norme dans un contrat, alors il s’agit d’une obligation contractuelle. » Maintenir la flexibilité

Qui est-ce qui favorise l’imposition de normes : l’offre ou la demande ? Pour Wouter Ommeslag de la Haute-Ecole Odisee, le côté de la demande est particulièrement décisif : « Les normes offrent une valeur ajoutée dans le sens où elles fournissent une certaine sécurité sur la maturité des prestataires de services. » Pour Bart Mariman d’ISS, la flexibilité doit perdurer : « La certification par rapport à une norme ne peut pas être une contrainte mais il est vrai qu’elle offre l’avantage de pouvoir sé-

De g. à dr. Johan Haelterman (NBN), Werner Schuermans (Compass Group), Raf Boterdaele (AXA), Guy Storms (Telenet) et Bart Mariman (ISS).

parer le bon grain de l’ivraie du côté de l’offre. » Werner Schuermans de Compass Group : « Les acteurs de marché doivent pouvoir continuer à se distinguer ». Tom Ryckaert de Facilicom : « La normalisation est une bonne chose mais elle ne peut pas évincer la créativité. En tant que prestataire de services facilitaires, nous devons réfléchir avec nos clients en termes de bénéfices. » Une meilleure communication entre les fournisseurs et les demandeurs

D’après Johan Haelterman, la communication entre les fournisseurs et les demandeurs doit être perçue à partir de la perception du marché : « ISO 9001 ne définit pas ce qu’est la qualité à notre place. Les normes doivent d’abord rester utilisables. Elles fournissent des indications pour l’implémentation. » D’après Alexia Thüer du Bureau de la Normalisation en Belgique, l’utilisation de normes internationales génère un langage commun au sein de la discipline FM. « Par-delà les frontières, les définitions établissent sans ambiguïté les composants du Facility Management. Les normes forment une base pour l’élaboration et l’implémentation du FM. » Mieke Loncke complète : « L’IFMA et le NBN peuvent travailler ensemble à l’élaboration d’un manuel d’utilisation, facile à utiliser par les Facility Managers, dans le cadre de EN15221. » (Par Philip Declercq)

Mieke Loncke (IFMA Belgium) lors du débat avec Ine Schaeps et Jos Duchamps de PROCOS Group.


PERFECT DAY LIGHT Les luminaires LUCTRA® prodiguent un éclairage biologique dans l‘environnement de travail. Ils stimulent les phases de productivité et veillent au bien-être de l‘utilisateur. Une nouveauté dans la gamme: le LUCTRA® FLEX Son atout: une batterie intégrée offrant ainsi une parfaite mobilité. Plus d‘info sur www.luctra-be.com


Un abri Bozarc est une solution élégante parfaitement adaptée en réponse à de multiples usages, par exemple : • Abri pour vélos • Carport • Auvent pour une allée d’entrée • Abri de stockage • Espace pour fumeurs • Grands projets Eté comme hiver, la pluie en Belgique fait partie du paysage. Sous la pluie d’automne, les vélos rangés dehors se détériorent plus rapidement. Et les averses de grêle mettent les carrosseries de voiture à rude épreuve. La météo, en Belgique, visiblement… c’est toujours imprévisible! Alors n’attendez pas que l’hiver soit venu. Avec un abri BOzARC, vous évitez la corvée du dégivrage ou déneigement de votre parebrise et vitres de votre voiture. BOzARC – le spécialiste des abris en aluminium – est à votre service pour vous conseiller. BOzARC est une entreprise familiale active depuis déjà une quinzaine d’années en Belgique, spécialisée dans la fabrication et la pose d’abris en aluminium. L’entreprise a été fondée par Patrick Verlinden en 2000, appuyé entre temps par ses fils Christophe et Philippe. “ Nous prenons en charge la fabrication, la distribution et la pose d’abris en aluminium, par exemple, des carports, abris pour bicyclettes, auvents et abris de terrasse, espaces couverts à l’extérieur pour

les fumeurs,… La base de ces abris est une élégante structure fabriquée en aluminium, servant de support à une robuste feuille de polycarbonate, un matériau transparent et incassable.” Sur mesure Protégés par un brevet, les abris BOzARC peuvent être montés isolément ou contre la façade d’un bâtiment construit sur un terrain d’entreprise. “Chaque réalisation est un cas spécifique, pour cette raison nous faisons presque toujours un travail sur mesure, alors même que nos clients peuvent choisir parmi diverses dimensions standards. Avec notre système breveté de fixation à rotule, l’un des côtés de la construction peut être décalé vers le bas, lorsque c’est nécessaire. Pour la couverture, le client peut opter pour le polycarbonate transparent dès lors qu’il souhaite un abri “lumière du jour”. Et pour les cas où il est préférable d’aménager un espace ombragé, par exemple, un abri pour vélos, il peut opter pour la variante blanc opalin.” Qualité “made in Belgium” Les initiateurs de cette entreprise familiale belge participent de très près aux activités opérationnelles. Les solutions apportées en réponse aux souhaits des clients témoignent de cette volonté de professionnalisme.

Tout reste intact ! Les abris intègrent des techniques de fixation autonomes. Il n’est pas nécessaire de creuser des tranchées pour les fondations : votre terrain reste intact et vous obtenez un superbe abri. Plus-value et sécurité : label CE certifié par Vinçotte Les abris BOzARC ont obtenu le label CE délivré par Vinçotte International NV. Ce label atteste la robustesse, la solidité et la sécurité de nos abris. Qu’il s’agisse de faire construire un espace extérieur couvert pour les fumeurs, un parc de stationnement couvert, un abri pour vélos, etc., vous pouvez compter sur la qualité du résultat. C’est-à-dire une très pratique et agréable protection contre les intempéries. Et vous évitez de devoir construire des coûteux garages, ou bien les garages existants peuvent être réaffectés à un autre usage. D’ailleurs, il est nettement plus facile de se garer sous un carport… D’autre part, on a tendance à perdre de vue l’importance des abris pour vélos. Pourtant, avec les embarras de circulation, les interminables files de voitures sur les routes, de plus en plus de gens se décident à faire le trajet à vélo. C’est un moyen de transport efficace, pour autant que le matériel soit en bon état.


Pour cela, il est préférable de ranger les vélos à l’abri de la pluie et des intempéries. Un vélo protégé de la pluie reste fonctionnel beaucoup plus longtemps et nécessite moins d’entretien. La mise à disposition d’un abri pour vélos BOzARC permet de motiver les résidents d’un immeuble à appartements ou les salariés d’une entreprise à se déplacer à vélo.

Quel que soit ce que vous souhaitez protéger contre les intempéries… Le team de BOzARC peut vous proposer une solution économique et de qualité. Venez visiter sans engagement notre salle d’exposition, à l’adresse Boomsesteenweg 41 bus 2 B-2630 Aartselaar.

Si vous souhaitez recevoir des informations sur place, nos conseillers techniques font le déplacement. T. +32 (0) 3 455 90 67 • mail : info@bozarc.be Visitez notre site web, vous aurez tout de suite une idée de ce que nous pouvons faire pour vous.


44

YOUNG IFMA

“This is it” Aujourd’hui, c’est à mon tour de rédiger un billet pour FM-Magazine. Je suis heureux que la ‘jeune garde’ ait cette chance de pouvoir s’exprimer. Je vous emmène donc dans mon monde du facilitaire. Tout le monde se souvient certainement de cette période scolaire où les études secondaires touchent à leur fin et où on vous dirige gentiment vers une orientation parce que les professeurs sont persuadés que c’est la plus adaptée pour vous. Je n’étais pas vraiment heureux avec les options que je devais choisir. Lors de mes recherches de formation, j’avais en tête que celle-ci devait être un ticket pour un emploi varié avec des responsabilités, des contacts humains et une certaine latitude pour l’organisation. Mais je perdais espoir de trouver cette orientation idéale et j’en parlai à quelques amis. C’est alors le mot Facility Management m’est apparu. Au début, je vous avoue que je ne savais pas trop bien en quoi cela consistait mais au plus je m’y intéressais, au plus je me voyais dans ce rôle et au plus je me disais …. this is it. Une fois mon ticket en poche, l’étape suivante consistait à trouver un travail. Je suis tombé par hasard sur une offre d’emploi intérimaire à l’AG Stadsontwikkelingsbedrijf Leuven (AGSL), une filiale de la ville de Leuven. Au début, j’avais des doutes sur un emploi à durée de vie limitée mais je me suis lancé. Ce qui a commencé comme une fonction intérimaire pour la gestion d’un seul bâtiment est aujourd’hui, quatre ans plus tard, un poste fixe et la gestion de plusieurs bâtiments. Je suis Coordinateur Facility et avec mon équipe constituée d’une dizaine de personnes et de partenaires externes, nous nous chargeons de la gestion de plusieurs bâtiments au sein du groupe Leuven, ce qui représente un millier d’utilisateurs finaux. Dans ces bâtiments, une vaste gamme de services facilitaires sont proposés. Ensemble, nous visons l’objectif d’offrir une prestation de services de qualité, orientée client, compétitive et professionnelle pour nos clients internes. Comme j’estime qu’il est important à mon âge de poursuivre mon déploiement et que je crois fermement dans l’apprentissage auprès de collègues facilitaires, j’ai rapidement rejoint Young IFMA. Pour les jeunes, c’est le forum idéal pour réseauter et partager des connaissances dans une ambiance décontractée. Tant la génération junior que senior participe à nos événements et cela crée une interaction passionnante entre ‘l’expérience mature’ et la ‘jeunesse verte’. Je trouve cela à ce point important que j’ai rejoint en 2015 le conseil d’administration de Young IFMA pour apporter ma pierre à l’édifice. Depuis 2016, j’assume la fonction de président. J’espère avoir le plaisir de vous rencontrer à l’un de nos prochains événements YIP pour partager avec vous mon enthousiasme. A bientôt ! Stijn Van den Acker Coordinateur gestion facilitaire – AG Stadsontwikkeling Leuven Président Young IFMA


Rénovation d’un sol en milieu occupé ? La solution : Sigan - la gamme de colle sèches d’UZIN.

Pour l’optimisation poubelles de tri, de votre organisation, collecteurs votre logistique, & cendriers vos réserves alimentaires ou blei e ntri de vos déchets. tr i e r | m i e u x r e cycl e r

STORAGE

LOGISTICS

FOOD

WASTE

FACILITY

UZIN. MASTER OF THE FLOOR. PLASTI-BAC, Vijverhoek 51, 8520 Kuurne T: 056 36 31 20 - Fax: 056 35 88 47

Contactez-nous pour plus d’infos : info@unipro.be | 09/222.58.48

info@plastibac.eu Follow us on Facebook

Advertentie FM Magazine 03.2016 FR DEF.indd 1

Partenaire solide de votre organisation

3/1/2016 8:49:38 AM 16.021 Pub FM Magazine 16 Plastibac Kuurne.indd 1

8/03/2016 14:44:50


46

TENDENCES

Office Lab fait ressentir la fonctionnalité d’un aménagement intérieur

E

n tant que centre d’étude et d’information sur l’aménagement de bureaux, Office Lab inspire les organisations dans le développement de postes de travail. A travers ce projet, Projectatelier de Kasterlee, spécialisé dans les multiples facettes de l’aménagement de bureau, veut faire (re)vivre les postes de travail. Plusieurs scènes d’intérieur, présentées en zones et boxes thématiques, démontrent comment on peut influencer le ressenti et la perception d’un espace de travail. La visite d’entreprise organisée le 4 février par l’IFMA a été très appréciée par les participants.

La ‘Hoorbox’ rassemble des échantillons de matériaux permettant d’améliorer l’acoustique d’une pièce : des plaques perforées, des dalles de plafond en mousse recyclée et même du feutre de bouteilles PET. « D’autres solutions existent mais nous remarquons que la mousse de mélamine, entièrement recyclable, livre de très bons résultats acoustiques dans un environnement de bureau, parfois en la combinant avec (l’aspect le plus esthétique) du feutre de bouteilles PET. L’étape suivante du parcours est la ‘Pure zone’ qui expose des formes pures d’aménagement

de bureau. Nous n’avons pas opté pour le blanc car le noir peut être très beau. Nous avons aussi pensé à l’ergonomie avec des tables de travail dont la hauteur se règle de manière manuelle ou électrique. Office Lab veut faire ressentir la fonctionnalité d’un aménagement intérieur, comment mettre les personnes au travail et leur faire oublier qu’elles travaillent… », poursuit Chris Huybrechts d’Office Lab. L’expérience de la lumière et des matériaux

La ‘Lichtbox’ révèle l’effet que peut avoir

« Office Lab veut faire ressentir la fonctionnalité d’un aménagement intérieur, comment mettre les personnes au travail et leur faire oublier qu’elles travaillent. » Chris Huybrechts, Office Lab

la température de couleur d’une lumière dans un espace. Les lampes classiques et LED dirigées sur deux poupées habillées à l’identique génèrent une expérience de lumière totalement différente : de la chaleur, ou des couleurs pâles. La zone Classic démontre que l’aménagement de bureau classique peut surprendre, à condition de poser les bons accents. Pensez à une table de réunion en noyer massif américain combinée à un tapis en cuir aux bonnes propriétés acoustiques. La ‘Materialenbox’ permet aux visiteurs de sentir des matériaux. Si, jusqu’il y a 5 ans, les comptoirs de réception étaient en béton massif, le marché propose aujourd’hui des solutions en MdF dans lesquelles une fine couche de béton est travaillée. La mousse de renne norvégienne, un matériau naturel injecté à du plastique vert et qui s’autonourrit, peut donner un très bel effet vert à une table de travail. Architecture olfactive

Dans la Fresh zone, l’expérience tourne autour de couleurs et de fragrances dans l’environnement de bureau. Des parfums


TENDENCES

peuvent être diffusés via des petits appareils ou le système de conditionnement d’air. L’architecture olfactive suscite de plus en plus d’intérêt. Les halls d’entrée sont souvent équipés de diffuseurs de parfums – une carte de visite lorsqu’on entre dans un bâtiment ou qu’on le quitte - mais les bureaux paysagers s’y prêtent moins. La ‘Geurbox’ dégage une atmosphère Art Deco. Des fioles renfermant des senteurs et des parfums, parfois de 100 ans d’âge, montrent que la puissance d’un produit naturel est éternelle. Des hubs aux multiples couleurs et parfums – gar-

nis de sièges à dossiers haut ou bas, avec ou sans toit… - utilisés comme lieu de travail et de détente ou comme coin café, ne manquent pas à Office Lab. Et aujourd’hui, chaque entreprise possède une zone éco. Le recyclage se retrouve dans un revêtement de sol découpé dans des jeans, des palettes en bois transformées en un bureau paysager, etc. Il est même possible de fabriquer une chaise de bureau contenant 97% de matériaux végétaux. L’upcycling – ou le relooking de vieux objets par un artiste graffiti - est une autre option.

Le client en figuration dans une maquette virtuelle

« A la fin du parcours, le client potentiel reçoit une présentation virtuelle, une sorte de maquette de ce à quoi son environnement de bureau pourrait ressembler, dans laquelle il y figure », conclut Chris Huybrechts. Projectatelier et Office Lab travaillent ensemble avec des fournisseurs belges. Chaque année, Office Lab réalise un changement de style complet. (Par Philip Declercq)

www.projectatelier.be

47


“Les réunions propre avec LDL Care”

Quoi? Grâce à LDL Care vous pouvez offrir à vos résidents ou clients une utilisation de machines à laver et des séchoirs avec monnayeurs et ce, sans frais d’investissement de votre part. La recette des machines à laver et des séchoirs sera partagée proportionnellement entre LDL Care et votre entité. En pratique LDL Care prend en charge : la livraison, le raccordement sanitaire et électrique sur votre installation existante, l’entretien et des dépannages.

LDL CARE – Europalaan 60/64 – 9800 Deinze – 09 282 22 07 – www.ldlcare.eu – sales@ldlnv.be

F-LDLcare-pub.indd 1

8/12/15 12:00

Facility Solutions

Nos activités : - facility management & coordination - projectmanagement - maincontracting - facility Quick Scan - procurement FM - building maintenance - reception services - integrated facility management

Noorderplaats 7/1- 2000 Anvers 03/224 38 21 info@facilicomfs.be www.facilicomfs.be IFMA 2015 FR.indd 1

Les bonnes personnes au bon endroit 22/02/16 11:41


REPORTAGE PHOTOS

Jos Duchamps, Procos Group

Événement de fin d’année IFMA Le rapport des tendances FM Belgique identifie les tendances et développements facilitaires les plus importantes et donne pour la première fois un aperçu de l’étendue du marché facilitaire en Belgique. Ce rapport unique, le résultat d’une collaboration entre IFMA Belgium et Procos Group, a été présenté officiellement le 10 décembre 2015 lors de l’événement de fin d’année IFMA au Nemo 33. Si vous n’avez pas encore lu le Rapport des tendances, assurez-vous de jeter un coup d’œil sur le site web ! www.ifma.be

Ine Schaeps, Procos Group

Jean Morren, président IFMA Belgium

Photos: Bernard De Keyzer

49


50

NOUVEAUX MEMBRES

CMI Defence « Une plus grande reconnaissance de la discipline au sein de l’entreprise »

Dominique Vanderzeypen (Office & Site Manager CMI Defence (Groupe CMI-Cockerill Maintenance & Engineering) : « Devenir membre de l’IFMA est une étape logique de ma participation au sein du Forum Francophone. Se référer à l’IFMA et faire usage du réseau constituent une plus-value. Je ne suis pas actif depuis très longtemps dans le FM, je veux me déployer au sein de la discipline et lui donner une reconnaissance supplémentaire dans mon entreprise. »

Freestone GROUP « Des séances d’information de qualité et novatrices »

Jolien De Veirman (Consultant, expertise en Software Application Design chez Freestone GROUP) : « Je veux me tenir au courant des derniers développements au sein du FM et participer au réseautage. J’attends de l’IFMA des séances d’information de qualité et novatrices, où on diffuse des connaissances et on partage des opinions. »

Ernst & Young « L’échange d’expériences avec des spécialistes »

Doris Vispoel (Facilities officer|Facilities Department Ernst & Young Special Business Services) : « Je travaille depuis septembre 2015 chez EY en tant que Facility Manager où je participe à la construction d’un monde du travail meilleur par la réalisation d’une prestation de services exceptionnelle. La principale raison qui m’a poussée à devenir membre de l’IFMA est que l’on accorde de l’attention à des thèmes actuels du facility. La force d’un réseau comme l’IFMA est l’échange d’expériences avec des spécialistes. Le monde facilitaire est en mouvement constant et je suis curieuse de découvrir les dernières tendances dans le domaine de l’hospitality management, pour lequel je recherche des meilleures pratiques. »

Cofely Services « Un centre d’expertise auquel je peux faire appel »

Michel Swaeles (Area Manager Cofely Services S.A./N.V. (GDF SUEZ) est devenu membre de l’IFMA pour développer ses contacts avec le monde FM et échanger des expériences : « J’attends de l’IFMA qu’elle soit un centre d’expertise auquel je peux faire appel et qu’elle me tienne au courant des évolutions du secteur et pour lesquelles je peux établir des contacts. Il est très important pour moi que ce ne soit pas une plateforme commerciale. »

ERGO Partners nv/sa « Promouvoir et renforcer la profession »

Gert Vandeput (Manager Infrastructure, Procurement & Facilities bij ERGO Partners nv/sa) : « Notre métier – contrairement aux pays voisins – est souvent sous-évalué. Je veux apporter ma contribution au rassemblement des Facility Managers et à la création d’une plateforme pour promouvoir et renforcer la profession. Via la association professionnelle, j’espère pouvoir discuter ouvertement de ‘trucs et astuces’ avec des collègues. J’attends aussi un échange de meilleures pratiques issues de notre pratique quotidienne. »

Vous aussi, vous êtes un mordu du FM et tout ce qui touche au FM vous fascine ?

Inscrivez-vous alors à la fédération professionnelle du FM en Belgique, le centre de connaissances des personnes actives dans le monde facilitaire. Plus d’information : secretary@ifma.be ou http ://www.ifma.be/fr/cotisation/


“ Une attention pour chacun de nos hôtes. ” Kris Sablon, chef-coq au restaurant Central Park Proximus, à Bruxelles

“ Je sers une petite attention à chacun des hôtes de notre restaurant : une façon de souhaiter la bienvenue ! “ raconte Kris. “ Oui, je suis un chef qui se montre en salle. Je mets les gens à l’aise, leur explique l’un ou l’autre plat et apprécie leurs observations. Ainsi ma cuisine est encore meilleure. ” Ce sens du client reflète le caractère d’ISS – un demi-million de personnes dévouées, qui proposent à vos collaborateurs des services taillés sur mesure avec la force de l’Human Touch. Tout cela pour mieux développer vos affaires. FACILIT Y MANAGEMENT

|

CLEANING

|

SUPPORT

|

PROPERTY

|

C AT E R I N G

|

SECURITY

|

issworld.com/catering


Qui vient à votre secours pour collecter votre vieux matériel électrique médical et de laboratoire ? Recyclez durablement : demandez-le à un Recycleur agréé Recupel. En tant que facility manager, vous veillez sur le matériel de votre organisation ou entreprise. Mais que se passe-til lorsqu’un appareil n’est plus utilisé et que vous souhaitez vous en débarrasser ? La sécurité et la gestion des risques restent bien sûr de mise. L’homme et la nature méritent en effet une protection optimale. Collaborez dès lors avec un Recycleur agréé Recupel. C’est votre meilleure garantie d’une mise au rebut correcte et durable de votre matériel électrique usagé : appareils de laboratoire, moniteurs, appareils d’essai, scanners,...

Demandez une proposition sans engagement sur recupel.be/recupel-recycleur

Profile for FM-Magazine

FM-Magazine 05 - FR  

Journal for the Facility Manager

FM-Magazine 05 - FR  

Journal for the Facility Manager

Advertisement