__MAIN_TEXT__

Page 1

AGC Glass Building ©Marie-Françoise Plissart / Afgiftekantoor Oostende X - P 918486- Driemaandelijks tijdschrift - V.U. : Filip Cossement - Bld. des Canadiens 118 - B-7711 Dottignies

OKT-NOV-DEC 2015

magazine 04

JO U RNAL F OR THE FACI LI T Y M AN AGER

« Il ne faut pas sousestimer le rôle du Facility Manager dans le processus de construction »

Christian Bertrand - AGC Glass Europe


v

Allstar Developed by Vitra in Switzerland, Design: Konstantin Grcic Go to www.vitra.com/dealer to find Vitra retail partners in your area.

www.vitra.com/allstar


CONTENU

12 Le groupe de travail de l’IFMA guide l’équipe de construction à travers le cycle de vie du bâtiment

Dès la conception d’un nouveau bâtiment, le Facility Manager doit pouvoir mettre son cachet sur le Programme des Exigences. Christian Bertrand Head of the Facility Management dept. AGC Glass Europe

22

40

18 Le Ministre Alexander De Croo « La révolution numérique est une chance qui devient une menace si les entreprises ne la saisissent pas »

Lois et normes Garantir une détection incendie fiable. Les normes NBN/DTD S 21-100-1 et NBN/DTD S 21-100-2

6 News Architecture 37 Rapport FM&Architecture Questions de fin d’année 50 2015-2016 : rétrospective et prospective

46 Wanted : talent Des solutions novatrices pour engager les bons talents

Tendances 54 IFMA présente le premier rapport sur les tendances FM en Belgique 48

Column Young IFMA

3


4

PREFACE

Chers membres, Chers collègues Facility Managers, L’automne est habituellement pour la plupart d’entre nous le début de la période budgétaire. Cet exercice représente d’année en année un sérieux défi pour les Facility Managers puisque les coûts sont déjà comprimés depuis de nombreuses années et que la prestation de services a été revue et parfois même réduite. Ce n’est certainement pas un exercice unique mais un point d’attention permanent auquel la plupart des Facility Managers sont confrontés. Ce mois-ci, IFMA Belgian Chapter présentera pour la première fois de son histoire les résultats d’une enquête unique qui esquisse une meilleure image du marché facilitaire en Belgique. Ce rapport économique sur le FM donne une compréhension claire des chiffres, des tendances et des développements du marché FM en Belgique. Inspiré par le FMN, la fédération professionnelle des Facility Managers aux Pays-Bas, nous voulons que ce travail se développe dans les prochaines années en une référence de notre discipline.

Colophon Periodicité: Trimestrielle Rédactrice en chef: Tilly Baekelandt tilly.baekelandt@fcomedia.be T + 32 (0)56 33 42 72 Redaction: Philip Declercq, Rudy Gunst, Andrea Sanchez, Valérie Couplez, Bart Vancauwenberghe Publicité - conseil: Karl Bossuyt T +32 (0)475 386 204 karl.bossuyt@fcomedia.be Editeur responsable: Filip Cossement Boulevard des Canadiens 118 B-7711 Dottignies Conception graphique: marieke.veys@fcomedia.be Nederlandse versie op aanvraag Aucune partie de cet ouvrage ne peut être reproduite et/ou publiée par impression, photocopie, microfilm ou de quelque manière que ce soit, sans accord écrit préalable de l’éditeur. Les articles signés n’engagent que la responsabilité de leur auteur. Le contenu des publicités n’engage que la responsabilité des annonceurs. L’éditeur se réserve le droit de refuser d’insérer les publicités proposées.

Membre de l’union des editeurs de la presse periodique.

Les années à venir ne seront assurément pas moins passionnantes dans le domaine du Facility Management. Les défis sont énormes : la nouvelle façon de prester en est un exemple. Ce nouveau concept est non seulement un exercice de mobilier novateur et créatif mais aussi et avant tout la fusion des feuilles de route des RH, TIC et Facility. Ces trois départements sont face à des défis majeurs liés à la nouvelle forme de prester et de collaborer. Comment le Facility Manager va-t-il devoir déterminer sa stratégie immobilière si tout le monde travaille n’importe où et à tout moment de la journée ? Pensez-y déjà, l’IFMA y reviendra avec des workshops adaptés pour mieux appréhender cette matière. Pour terminer, avec ce numéro de décembre, je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année et une année 2016 brillante. Au plaisir de vous rencontrer à l’un des événements de l’IFMA !

Bonne lecture ! Jean Morren Président IFMA

Contact us : Directeur Mieke Loncke T. 02 424 12 80 M. 0485 69 77 93 mieke.loncke@ifma.be Office Manager Muriel Walter T. 02 424 12 80 M. 0468 13 81 25 secretary@ifma.be

Pegasuslaan 5 1831 Diegem www.ifma.be


Découvrez le logiciel de gestion le plus facile à utiliser Vos Services Généraux parfaitement soutenus

Vous voulez le meilleur pour soutenir vos clients, gérer la maintenance des bâtiments et organiser l’entretien des machines aussi efficacement que possible ? Ce qu’il vous faut, c’est une solution ITSM ! Mais pas n’importe laquelle. Il faut que celle-ci intègre l’infrastructure de votre organisation en souplesse. Nous le savons, et c’est pour cette raison que TOPdesk est non seulement d’une grande flexibilité, avec ses to-do-listes ajustables, ses planificateurs dynamiques et ses nombreuses possibilités

de reporting, mais en plus, il simplifie largement la collaboration entre les différents départements, puisqu’il intègre parfaitement les processus IT, SG et RH. Les données sont gérées de façon centralisée, mais chaque département travaille dans son propre environnement. En savoir plus ? www.topdesk.be/facility

Service Management Simplified


6

NEWS

Nouvelle version 15.0 myMCS

Depuis plus de 25 ans, MCS offre des conseils et solutions logicielles intégrées dans les domaines de la gestion immobilière, de l’organisation du travail et des services facilitaires. La nouvelle version 15.0 de son logiciel comprend de nouvelles applications et des fonctionnalités accrues dans les domaines de la gestion immobilière, des contrats, de l’espace, de l’énergie, des services d’assistance partagés et de l’espace de travail.

www.MCSsolutions.com

Agenda

Claudia Struyf

Prestation de services uniforme de haut niveau dans la région EMEA

EMC est leader mondial en ‘Information Technology as a Service’ (ITaaS). Rien que dans la région EMEA, l’entreprise est présente dans cinquante pays. Dans ces pays, EMC vise une prestation de services facilitaires de haut niveau. Non seulement tous les services sont sous-traités mais aussi le

pilotage local. Dix contractants principaux, des concurrents en fait, travaillent maintenant ensemble dans 28 pays comme une seule équipe pour environ 12.000 collaborateurs répartis sur 125 sites. Facilicom donne le bon exemple dans cinq pays. Depuis 2006, Claudia Struyf est détachée chez EMC Belgique en tant que Facility Coordinator. Aujourd’hui, elle est responsable de la prestation de services uniforme pour les sites aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et en Autriche. EMEA Real Estate & Facilities d’EMC a été récompensé le 2 juin dernier pour sa transformation en une ‘One Team’. Lors du congrès annuel de l’European Facility Management Network à Glasgow, Bruce Barclay a reçu l’Euro FM Partners Accross Borders Award. www.facilicom.be

Formation de jour : Le FM durable (en français) 20 janvier 2016, Diegem Visite de l’entreprise Office lab 04 février 2016, Kasterlee Mythes des sanitaires démystifiés 18 février 2016, Palais 12 Formation de jour : Change Management 24 février 2016, Diegem Evénement FAFQ : Frequently Asked Facility Questions 25 février 2016, Odisee Hogeschool - Gand FMIS toolevent 03 mars 2016, Het Rekreatief - Wilrijk Formation de jour : Le projectmanagement ciblé (franstalig) 09 mars 2016, Diegem Journee du Facility Management 17 mars 2016, ALM - Berchem UTILITY 2 BUILD 23-24 mars 2016, Courtrai Xpo

www.utility2build.be

Hamster Cleaning développe une application novatrice pour l’inspection des conduits d’air

L’entreprise de nettoyage de conduits d’air Hamster Cleaning travaille sur le développement d’une application d’inspection novatrice. L’entreprise contrôle dans quelle mesure les conduits d’air sont entretenus dans le secteur public et médical. « Le résultat est décevant », déclare l’administrateur Seppe Thys. « Après un an et demi de recherches, il apparaît dans 94, 2% des cas que la face interne des conduits d’air n’a jamais été inspectée, comprenez entretenue. Ce qui est particulièrement néfaste pour l’hygiène, la sécurité incendie, la qualité de l’air, la consommation d’énergie et le fonctionnement du système de ventilation. Dans ce contexte, nous avons développé le Smart Inspection Rapport. Nous couplons des photos de conduits d’air à notre base de données scientifique. Chaque demandeur peut voir d’un coup d’œil l’état de ses conduits d’air. » L’entreprise a ouvert un site à Aartselaar, fin novembre.

Belleville Chair, Armchair et Tables

Belleville est le quartier parisien dynamique où se trouve le studio des designers Ronan et Erwan Bouroullec. Le mobilier de bistrot français classique et l’ambiance vivante de leur quartier ont été la source d’inspiration pour la Belleville Chair, la Belleville Armchair et les Belleville tables, un siège en plastique faisant preuve d’un grand raffinement technique et des tables pour aménager des bistrots animés.

www.vitra.com

© Vitra

= IFMA-events

www.hamstercleaning.com


NEWS

Étude : l’hygiène des mains dans les hôpitaux

En adoptant une approche proactive, les employés des hôpitaux peuvent améliorer l’hygiène des mains de 40 %. C’est ce qui ressort de l’étude de l’hôpital universitaire Erasmus MC de Rotterdam, menée avec le soutien de SCA. 16 hôpitaux ont été suivis de près durant un an et demi dans le cadre de cette étude. L’approche proactive a notamment consisté à offrir une formation pratique et à utiliser des nouveaux modèles de distributeurs avec capteurs de Tork. Dans les hôpitaux ayant adopté cette approche, une baisse significative des infections hospitalières a été constatée. Les distributeurs Tork qui ont été utilisés dans le cadre de cette étude font partie d’une gamme de produits lancée en mars 2015 et dédiée à l’hygiène des mains dans le secteur des soins de santé. L’offre comprend notamment des solutions pour laver et sécher mais aussi pour désinfecter et hydrater les mains.

Leesman désormais aussi actif au Belux

Votre environnement de travail vous permet-il d’être productif ? Voilà une question simple qui se répond par un oui ou un non. Combien de vos collaborateurs vont-ils répondre positivement, 50% ? Et s’il n’y en a que 15% ? L’indice Leesman donne une réponse à cette question et explique la relation entre l’environnement de travail et la productivité, le bien-être et la fierté de vos collaborateurs. Via cette méthodique, un diagnostic de votre environnement de travail est posé et les aspects d’amélioration sont identifiés. L’indice Leesman est le plus grand benchmark au monde avec plus de 120.000

La surveillance du climat via un système d’abonnement

www.tork.be www.sca.com

répondants répartis sur 1.000 bâtiments. Par la nomination de Gideon van der Burg en tant que responsable pour le Benelux, Leesman est désormais aussi actif au Belux. L’environnement de travail me permet de travailler de façon productive :

pas d’accord

moyenne

neutre d’accord

www.leesmanindex.com

Offre d’essai Energiebox et suivi de l’énergie

Avec le développement de l’Energiebox, Energcon offre aux entreprises, aux Energy et aux Facility Managers l’opportunité de faire un pas de plus vers une consommation plus efficiente pour ainsi diminuer leur impact environnemental et les coûts. L’entreprise propose aux membres IFMA la possibilité de tester gratuitement pendant un mois l’Energiebox et le suivi de l’énergie. Ceci inclut :

Dans de nombreux bâtiments, un problème se pose avec le climat intérieur. METIZ, le nouveau service créé par les ingénieurs Tim Van Dyck et Geert Bellens, se charge, via un suivi sans fil, de l’enregistrement du climat intérieur, de l’alarme, du rapportage et de l’optimalisation. La surveillance est basée sur un système d’abonnement afin que la mesure soit toujours correcte. Les calibrages et les remplacements sont à charge de METIZ. L’alarme 24/7 assure un climat intérieur garanti. Un rapport mensuel (Hittestress, Ashrae ranges, Heat index, variations saisonnières, normes CO2, ...) fournit une interprétation correcte des données mesurées. Ce système permet de se décharger de tous les soucis et fournit uniquement de l’information utile, sans devoir investir ou entretenir un système de surveillance. www.bestbuildingconcept.be

• le placement (4 semaines) de l’Energiebox pour la mesure d’énergie (électricité) • l’accès au logiciel de surveillance de l’énergie • une formation (2h/max. 4 personnes) concernant l’utilisation et l’interprétation du suivi de l’énergie • Un rapport détaillé après 4 semaines avec les conclusions et les points d’intérêt • Un plan par étapes pour le suivi permanent de l’énergie sur base d’un bilan énergétique. www.energcon.com

7


8

NEWS

Zendesk

La STIB choisit KÖSE CLEANING et BOMA

La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles (STIB) a réalisé 364.6 millions de trajets en 2014. L’utilisation des transports publics bruxellois a fortement augmenté ces dernières années. La société a pris des mesures supplémentaires pour garantir la propreté dans les stations les plus fréquentées qui sont aujourd’hui nettoyées plus régulièrement. Le baromètre du voyageur, qui mesure la satisfaction globale des utilisateurs, a augmenté l’année dernière pour atteindre un score jamais atteint. La STIB vient d’adjuger le contrat de nettoyage des quais des stations de métro à KÖSE CLEANING. Pour nettoyer efficacement les 69 stations de métro, des autolaveuses sont prévues dans chaque station. Le choix s’est porté sur BOMA et son partenaire NILFISK. Le mois dernier, BOMA a livré environ 150 machines Nilfisk sur les divers sites, et plus d’une centaine de travailleurs de chez KÖSE CLEANING ont suivi une formation pour utiliser ces machines de nettoyage.

Zendesk est un logiciel basé sur le web permettant d’offrir un meilleur service clientèle, interne ou externe. Cet outil rapproche l’entreprise et le client grâce à une communication améliorée et plus claire. Thomas D’Hoe (Project manager PREMIUM PLUS) : « Grâce à ce logiciel, consultable à partir d’un seul site, nous pouvons centraliser et gérer toutes les conversations des clients. Via cette centralisation, nous pouvons mesurer la satisfaction des clients et réaliser des analyses sur mesure. La centralisation offre l’avantage de pouvoir aisément maîtriser les flux d’information afin qu’un flux correct de certaines demandes puisse être implémenté. Nous nous distinguons des autres applications FMIS par le fait qu’il ne s’agit pas d’une application FMIS. L’approche est complètement différente et nous nous focalisons sur le support que nous proposons aux clients. Non seulement par le biais d’un ‘système de billetterie’ mais aussi par la mise en place d’un help center. Ce help center est une véritable banque de connaissances dans laquelle les clients peuvent rapidement trouver de l’information ou des données sans l’aide des agents de support. » www.loveyourzendesk.be

www.kosecleaning.be www.boma.be

TOPdesk conforme à la norme ISAE 3000

Des longues procédures d’audit réalisées par BDO, il a été conclu que TOPdesk répondait aux exigences de la plus haute norme, ISAE 3000. Nous avons plus de 1000 clients qui utilisent la version SaaS de TOPdesk ; il est donc d’une importance capitale que nos prestations de services et la sécurité soient du plus haut niveau. « TOPdesk satisfaisait déjà à la norme ISAE 3402-02. Nous sommes donc particulièrement fiers d’être en plus un des premiers fournisseurs de services à satisfaire à la norme ISAE3000 ! », s’enthousiasme Jeroen Boks, Manager Customer Support. www.topdesk.be


NEWS

GO ! implémente un Facility Management Information System

Le projet d’enseignement GO ! fait partie des trois réseaux éducatifs reconnus par la Communauté flamande. 300.000 élèves et étudiants suivent quotidiennement des cours dans 800 écoles, dont les activités sont rassemblées dans autant de domaines scolaires qui hébergent 3.400 bâtiments. Pour gérer ce patrimoine, GO ! a décidé d’implémenter un Facility Management Information System. Ce système reprend un inventaire des bâtiments et des terrains ainsi que des données pertinentes. Cela permet aux utilisateurs de pouvoir consulter rapidement et efficacement des informations utiles : la surface et le plan du site du bâtiment, les contrats de location, les contrats d’entretien, les certifications, les consommations d’énergie, etc. Toutes ces données peuvent être intégrées dans des rapports et des tableaux de bord à des fins opérationnelles et stratégiques. www.g-o.be

Un projet novateur pour améliorer le comportement à la conduite et la sécurité routière

Road Safety Pioneers (RSP) est une collaboration unique entre l’Institut Belge de la Sécurité Routière (IBSR) et Fleet&DriverCare (F&DC), dont l’objectif est de réduire le nombre d’accidents en Belgique de manière drastique. L’approche consiste à mesurer le comportement à la conduite, à l’améliorer et à poursuivre systématiquement le résultat atteint. Par une approche positive via des challenges et des incentives, les conducteurs sont guidés de manière sympathique vers un comportement à la conduite plus durable. Cela se traduit aussi par des économies qui compensent largement les frais de participation. Les entreprises participantes comme Siemens, Electrabel, Allianz, ISS,… sont des références dans leurs secteurs, elles se rallient à l’objectif du projet et participent au Road Safety Advisory Board. Intéressé à entrer dans ce projet avec votre entreprise ? Contactez alors Fleet&DriverCare. www.fleetanddrivercare.com

Des réunions dynamiques

Faciliter la flexibilité, l’innovation et la multifonctionnalité avec succès dans une entreprise est un travail d’équipe. Une participation active et une bonne organisation sont les mots-clés. Wilkhahn a imaginé des tables dynamiques avec la possibilité de réglages flexibles pour une interaction entre les participants qui peuvent aménager leur propre disposition en un minimum de temps. Ingénieuses, faciles à utiliser et d’un design parfait, ces tables reflètent l’importance de la communication tout en encourageant l’activité physique et l’occupation optimale des espaces à un coût facilitaire minimal. www.wilkhahn.com

Fonctionnalités & études de cas appréciées lors du Congrès utilisateurs Ultimo

Les études de cas et les dernières fonctionnalités ont fait fureur lors du dernier Congrès utilisateurs Ultimo Belgique 2015 (7 octobre, Lamot Malines). Un important groupe d’utilisateurs, provenant de divers secteurs, est venu écouter comment ADB Airfield a professionnalisé la prestation de services IT sur trois fuseaux horaires à l’aide de la variante SaaS d’Ultimo IT Service Management, et comment la ville de Gand a optimalisé sa gestion du stock. A côté de cela, les participants se sont intéressés aux derniers développements, notamment les optimalisations du module ITSM, les optimalisations de l’app GO+ et la nouvelle intégration CAO.

Comme de coutume, la journée s’est terminée avec la remise de l’Ultimo Award. Jetair Belgique, AZ Sint Lucas Gent et Pralibel se sont démarqués par leurs applications. Mais c’est AZ Sint Lucas Gent qui a obtenu une majorité de votes et qui a donc remporté l’award. L’hôpital succède à Recticel Insulation. www.ultimo.com

9


10

NEWS

Pose d’une ligne de tram : d’une situation problématique à une opportunité

Chaque jour, plus de 10.000 collaborateurs, étudiants, patients et visiteurs se rendent au Brussels Health Campus. Comme les alternatives de transport sont insuffisantes, la plupart de ces personnes se déplacent en voiture. En 2014, la Région de Bruxelles-Capitale a décidé de prévoir une ligne de tram. Depuis le démarrage des travaux, au printemps dernier, le chantier est à l’origine de nombreux embarras. L’UZ Brussel a demandé une réunion d’urgence avec la Région et la STIB. Depuis, la collaboration est plus intensive à chaque phase du chantier afin de pouvoir s’organiser anticipativement. L’hôpital a présenté un plan d’action qui met l’accent sur l’évitement des heures de pointe et une politique en faveur du vélo avec un maximum d’incentives et une infrastructure adéquate. Des parkings à distance sont prévus afin que les collaborateurs puissent parcourir le ‘dernier miles’ en vélo, voire à pied. Tout ceci a permis de diminuer la part voiture de 10% en quelques mois. www.uzbrussel.be

Nouvelle série de reportages Z-Facility sur Canal Z et Kanaal Z

méét lance un nouveau service

méét lance the Storage and Furniture Inventory à la demande de ses clients. Ce service donne un meilleur aperçu des espaces de stockage, du mobilier et de l’utilisation réelle. Le Storage Inventory est divisé en plusieurs critères, et reprend notamment les armoires, les tiroirs et les espaces de stockage central. La superficie totale du stockage est liée au nombre de collaborateurs. Ces données sont utilisées pour calculer la surface moyenne par collaborateur et d’autres rapports utiles. Il en résulte une meilleure vision du stockage, et cela permet de voir si l’entreprise est bien organisée. Un point d’attention important a trait à la taille du mobilier, qui aide à déterminer s’il est adapté au poste de travail et si ce dernier est correctement aménagé. www.meet.nl

Depuis juin 2015, Canal Z et Kanaal Z proposent - sous le segment Z-Industry et en collaboration avec les partenaires de support IFMA et FM-Magazine - une nouvelle série de reportages Z-Facility. Les jeudis 10 et 17 décembre, deux nouveaux reportages seront diffusés. Les partenaires sont Vinci Facilities et Bringme. Vinci Facilities a une longue expérience dans l’Integrated FM et est actif depuis plus de 40 ans dans la gestion des installations techniques. Via la stratégie ‘Taking Care’, les clients sont aidés dans la gestion de leurs bâtiments et des utilisateurs ainsi que dans l’amélioration de leur empreinte écologique. Bringme propose une nouvelle manière d’envoyer et de réceptionner des colis. Via un réseau de box intelligents et une application, les collaborateurs ont la possibilité de réceptionner leurs colis privés sur le lieu de travail sans que cela ne crée une charge pour l’employeur. Chaque épisode est introduit par Mieke Loncke, directeur IFMA, et est disponible en ligne via :

www.kanaalz.be www.canalz.be


Revinylution! La nouvelle collection de sols vinyles Pergo n’est rien moins qu’une révolution. Une apparence et une sensation naturelle combinée à la durabilité de Pergo. La couche supérieure de protection TitanV™ protège efficacement la surface, ce qui offre une résistance améliorée contre les taches et l’encrassement, une protection contre les rayures et permet de nettoyer le sol plus facilement. La stabilité sans égale grâce au nouveau processus de fabrication et une nouvelle technologie d’assemblage facilitent et accélèrent la mise en œuvre plus qu’auparavant.

pro.pergo.be


12

ARCHITECTURE

01

Le groupe de travail de l’IFMA guide l’équipe de construction à travers le cycle de vie du bâtiment

A

l’instar de la fabrication de produits et de machines, il faut tenir compte, lors de la construction d’un bâtiment, de coûts pendant toute sa durée de vie. Sous l’égide d’IFMA Belgium, le groupe de travail FM&Architecture a vu le jour afin de répertorier les bonnes questions inhérentes aux coûts en matière de durée de vie d’un bâtiment. « L’introduction de procédures ‘design for manufacturability’, ‘design for maintainability’, et ‘ecodesign’ répondent à la demande des architectes et des Facility Managers » lance Guy Eeckhout (Facilities & Maintenance Manager Barco nv, vice-président du Groupe de travail).

« Tant du point de vue des Facility Managers que des architectes et des concepteurs, la nécessité est définie pour introduire ces principes de manière comparable. Un Facility Manager veut disposer d’un bâtiment pouvant être utilisé et entretenu de manière rentable. Un bâtiment dont - sous l’angle du design - les commodités sont trop peu prises en compte, est par la suite difficile à entretenir. L’architecte, de son côté, veut concevoir des bâtiments qui puissent être utilisés dans le cadre convenu par son donneur d’ordre », explique Guy Eeckhout. L’équipe de construction

Durant sa carrière, Guy Eeckhout a participé à plusieurs projets de construction d’envergure, et une équipe de construction fut mise sur pied pour certains d’entre eux. En tant que Facilities & Maintenance Manager, il est aujourd’hui impliqué dans la réalisation du nouveau Campus Barco établi dans le quartier du Haut-Courtrai. Dès le démarrage du projet, les critères de maintenance et d’exploitation ont été repris dans les objectifs. L’équipe de construction, composée du maître d’ouvrage Barco, de l’architecte, des bureaux d’études, des conseillers et de l’entrepreneur, discutent - à chaque étape de la

conception et de l’exécution - des conséquences sur la maintenance et l’exploitation. Cette équipe se charge aussi des mesures adaptatives visant à l’optimalisation. Juste les bonnes questions

Les membres du groupe de travail FM&Architecture se sont rencontrés tous les mois, de la fin de l’année dernière à juin 2015. En première instance, le groupe était composé d’un échantillon représentatif de toutes les parties prenantes impliquées dans le processus de construction, avec différents contextes (Facility Manager, architectes, bureaux d’études, …). Guy Eeckhout : « Ceci n’a pas donné le résultat escompté. L’intention initiale

n’a pas été suffisamment définie. Peu à peu, l’idée a mûri de laisser le groupe de travail se focaliser sur l’aspect ‘cycle de vie du bâtiment’. Pendant le cycle de vie d’un bâtiment – selon les phases de construction, d’utilisation, de déconstruction, ... - diverses parties interviennent. Il y a une variété de questions et de responsabilités inhérentes aux phases du cycle de vie d’un bâtiment. Il est important que la bonne partie pose la (les) bonne(s) question(s) au bon moment et au bon partenaire. Vous obtenez ainsi une sorte de vadémécum de questions pertinentes, pas des réponses. Un exemple : est-ce que la fonctionnalité, le rayonnement ou la neutralité énergétique d’un plan de bâtiment

« Pour le groupe de travail de l’IFMA, le point de départ n’est pas de concevoir des bâtiments selon un ‘coût opérationnel minimal’ mais selon un ‘coût opérationnel connu’, souligne le vice-président Guy Eeckhout.


ARCHITECTURE

priment ? Parce qu’en termes de Facility Management, il y a toujours un autre coût par rapport à ces points. Dès lors, les procédures ‘design for operability’ et ‘design for maintainability’ permettent d’arriver à des bons concepts. » ‘Un coût opérationnel connu’ comme base

Il a explicitement été opté de ne pas dresser de liste avec des tas de règles et de restrictions. Idem pour la liste des produits et des installations qui, lors de la réalisation d’un bâtiment, pourraient être utilisés, avec à chaque fois le ‘coût opérationnel’ correspondant. De telles listes ne seraient jamais complètes et limitent fortement la liberté conceptuelle de l’architecte et du donneur d’ordre. Le groupe de travail est parti du principe que l’objectif n’est pas de concevoir des bâtiments selon un ‘coût opérationnel minimal’ mais selon un ‘coût opérationnel connu’. En d’autres termes, si le donneur d’ordre et l’architecte discutent d’un projet, il est important qu’ils connaissent les implications de leurs choix sur les coûts facilitaires. Le donneur d’ordre peut lui-même évaluer dans quelle mesure son projet est réalisable à partir de la combinaison du concept architectural, des coûts de réalisation et des coûts facilitaires et de maintenance par la suite.

02

Le TCO, paramètre déterminant

« On se rapproche de la définition du Total Cost of Ownership (TCO) du bâtiment, et le TCO peut être utilisé comme paramètre déterminant. Un bâtiment n’est pas construit ‘une fois pour toutes’ mais il connait un cycle de vie, il faut parfois prendre des décisions qui peuvent avoir une influence sur le TCO. On a choisi d’utiliser ce cycle de vie comme base pour la poursuite de l’élaboration du dossier au sein du groupe de travail » commente encore Guy Eeckhout.

01. ‘The circle’, le nouveau siège de Barco à Courtrai. 02. L’entrée du nouveau siège. 03. Le restaurant d’entreprise au The circle 04. Pour le volet stabilité, les techniques d’acier et la visualisation du projet, un ‘BIM de forme compacte’ a été réalisé.

03

Facility Manager versus BIM Toute personne qui recherche un local dans notre pays s’informe en général sur le montant du loyer. Dans certains autres pays, la demande du coût d’utilisation mensuel est presque une évidence. Outre l’’information et les données, un logiciel, tel BIM, doit être un instrument de travail effectif pour le Facility Manager afin qu’il puisse optimaliser les coûts de fonctionnement d’un bâtiment en permanence. Le Facility Manager doit disposer d’une information qui lui permette de définir des programmes de maintenance. Les coûts de maintenance inhérents doivent être connus avant que le bâtiment ne sorte de terre. BIM (Building Information Modeling) doit permettre la réalisation de simulations utiles pour, en tant que maître d’ouvrage, poser les meilleurs choix en relation avec le coût de cycle de vie d’un bâtiment. BIM n’a de sens que s’il fait partie intégrante du post traitement, ce qui peut être comparé à la construction et à l’équipe de construction. Le Facility Manager doit disposer d’outils adaptés, qu’il s’agisse de BIM ou de FMIS, lui permettant, même en post-traitement, de faire les bons choix pour optimaliser le TCO d’un bâtiment.

13


14

ARCHITECTURE

04

« Ne soyez pas à l’avance le facteur restrictif, osez parfois dire oui aux créateurs… » Un instrument à 11 étapes

Le document du groupe de travail FM&Architecture est structuré autour du cycle de vie d’un bâtiment et des diverses parties prenantes impliquées, suivant la phase dans laquelle le bâtiment se trouve. Au total, 11 étapes sont définies. Le schéma ci-joint décrit le déroulement de la procédure avec l’interaction entre les diverses parties prenantes dans le groupe de travail. Dans certains cas, la participation est généralement déjà présente (boule bleue), parfois elle est souhaitée mais pas encore (ou insuffisamment) présente (boule verte). Dans les tableaux de détail, un par étape, toutes les questions, remarques et commentaires peuvent être notifiés dans une matrice qu’une partie prenante doit poser à l’autre. Ceci afin d’obtenir un flux d’information qui soit utile à chaque étape respective. Il est clair que le ‘deliverable’ est attendu à chaque étape afin que la procédure globale ne soit pas vécue de manière facultative. Un guide de facilitation

« Le rapport final du Groupe de travail IFMA est plutôt conçu comme un guide avec des recommandations que comme une conclusion, et est téléchargeable gratuitement pour tout le monde sur notre site (www.ifma.be/fr/rapports/). Ce qui

importe, c’est que tous les partenaires se parlent, dès la conception d’un projet. Donc pas uniquement le maître d’ouvrage et le Facility Manager mais aussi les entreprises de maintenance, les propres collaborateurs, les utilisateurs finaux… Il peut être approprié d’impliquer par exemple une entreprise HVAC à temps lors de la conception, pour prévoir les volets d’accès aux bons endroits dans le bâtiment, à des fins de travaux de maintenance ultérieurs. Dans ce cadre, le Facility Manager doit être un facilitateur plutôt qu’une personne qui dispose de toutes les connaissances. Il ou elle est en première instance la personne

qui doit surveiller les différents processus et faire en sorte que tout se déroule bien », souligne Guy Eeckhout, qui a encore un message à faire passer à ses collègues Facility Managers : « Osez pensez out-ofthe-box. Vous ne pouvez pas avoir le monopole de la sagesse. Soyez créatif dans vos méthodes de travail et osez opter pour des nouvelles technologies. Ne soyez pas à l’avance le facteur restrictif, osez parfois dire oui aux créateurs… » (Par Philip Declercq Photo’s : via Barco ©Jaspers-Eyers Architects)

www.ifma.be/fr/fm-et-larchitecture

Le groupe de travail FM&Architecture Le groupe de travail FM&Architecture vise à développer un outil de référence avec des directives pratiques afin de garantir l’intégration des spécifications FM dans un concept architectural. Tant les architectes, les Facility Managers que les autres parties impliquées dans la conception et la construction d’un bâtiment reconnaissent un manque de coordination entre les différentes disciplines. La complexité des techniques de construction, l’innovation et les conditions législatives ont modifié profondément le contenu du champ d’activité de chacun au cours de ces dernières années. Font actuellement partie du groupe de travail : Mieke Loncke (directeur IFMA), Alain Delahaut (HEPL) ; Guy Eeckhout (Barco), André Colin (Ageas) ; Philippe Vis (RES) ; Hans Janssen (8Office - interieur) ; Anton Boone (Threon) ; Inneke Van Hout (Intervest) ; Thomas Vandenbergh (Besix) ; Pieter Pauwels (Universiteit Gent) ; Geert Mertens (PMV) ; Geert Verhelst (Ingenium) ; Iwein Baeyens (UZ Brussel) ; Jan Moens (BB) ; Patrick Heyneman (Imtech). www.ifma.be/fr/rapports/


CWS Paradise en acier inoxydable

Paradise Dry Slim Distributeur automatique d‘essuiemains pour rouleaux de coton

Paradise Paper Slim Distributeur de serviettes

Paradise Foam Slim Distributeur de savon sous forme de mousse ou de crème

Paradise Superroll Distributeur automatique de papier hygiénique avec rouleau jumbo ou manège pivotant pour 4 rouleaux

Paradise DUO Distributeur de papier toilette pour 2 rouleaux

Poubelle Elégant couvercle à charnière, disponible en option.

Pour un aperçu complet de la gamme de produits inox, consultez la page www.cws-boco.be

E.R.: Gino Verbelen - 03-2015. Red Spot.

Conditions dures comme fer, prix de velours

CWS-boco BeLux S.A. | Berchemstadionstraat 78 | B-2600 Berchem Tél. +32 (0)3 328 11 00 | Fax +32 (0)3 326 37 28 | www.cws-boco.be | cstbe@cws-boco.com CWS-boco Luxembourg S.A. | Zone Industrielle Rolach - Hall 6 | L-5280 Sandweiler Tél. +352 51 88 11 | Fax +352 51 88 58 | www.cws-boco.lu | info@cws-boco.com

ADV-168*125-RVS-V3.indd 2

6/03/15 13:25

Maintenance technique de bâtiments Réparations et services dépannages Large expérience, connaissance spécifique Un partenaire, une approche unique, 24/7

Votre bâtiment, notre soucis ! www.vanhoutfacilities.be


Acoustique Confort

Find more mobility, privacy and comfort for a place ...

Mobilité

e lac p d a st ... n i F tru u yo

to work, to meet, to wait, to chat, to communicate, to relax, to focus, to examine, to be alone, to make conference-calls, ... Find new facility solutions for creating new spaces in healthcare, education, hospitality, public spaces ...

Venez visiter notre nouveau showroom (sur rendez-vous). Ambachtstraat 4 9700 Oudenaarde Tel. +32 (0)491 39.09.24 sales@becomfort.be www.becomfort.be

GESCO a la machine de nettoyage qu'il vous faut www.gesco.be Grâce à notre expérience et notre expertise de plusieurs années, il existe en ce moment dans notre gamme des appareils brillants et des solutions de nettoyage efficaces. Mais la technologie n'est pas statique et Gesco regarde également en avant. Nous continuons donc à innover dans nos machines principalement au niveau de l'utilisation, du milieu écologique et durable.

Industriezone Autostrade

T 059 56 44 44

Zandvoordestraat 500

F 059 56 44 45

8400 Oostende

E info@gesco.be

INDUSTRIAL CLEANING MACHINES Des machines et des services qui font la différence.


©Serge Brison

TENDANCES

Environnement de travail conçu sur base d’une nouvelle vision (ERA Contour)

Pas de NWOW sans développement de lieux de travail

D

évelopper un environnement de travail qui soutienne tant le confort des utilisateurs que la stratégie de l’organisation n’est pas une tâche facile. Avec l’aide du Center for People and Buildings, le centre de recherche spécialisé dans l’environnement de travail, IFMA a organisé une session de réflexion avec plusieurs experts actifs dans ce domaine.

Ont participé à cette session sur le développement des lieux de travail, modérée par Anton Maes de Brainmove : Anca Gosselink (Center for People and Buildings), Tülay Yuksel (Working Tomorrow, Bruxelles) Lies Maho (Project Manager SPF Sécurité Sociale) Anthony Huygen (Partner Cresa Belgium, Wemmel), Frédéric Kain (Real Estate Director Siemens nv), Gideon van der Burg (Managing Director Benelux Leesman), Jos Duchamps (Engineer en Managing Director Procos Group, Antwerpen), Guy Vanhoorde (Responsable du département Facility Management Ville&CPAS Gand) et Mieke Loncke (Directeur IFMA Belgium). Une rencontre composite d’experts qui, en partant de leur propre point de vue - études, entreprise, administration publique, consultance, … ont partagé leur vision du développement des lieux de travail. Les multiples facettes d’un nouvel environnement de travail

Sur base de questions thématiques, les participants, scindés en trois groupes, ont été amenés à cartographier la problématique des lieux de travail. A la question ‘A quelles caractéristiques satisfait l’environnement de travail idéal ?’, la culture/le

comportement de l’organisation, la diversité et le support s’avèrent être les trois facteurs les plus dominants. A la question ‘A quelle problématique êtes-vous aujourd’hui confronté dans votre environnement de travail ?’ La productivité, tant au niveau de l’entreprise que du collaborateur individuel, affiche un score élevé, tout comme la qualité de l’air et l’acoustique. La perte de son propre poste de travail est la troisième préoccupation. Troisième proposition : ‘Un nouvel environnement de travail fait face à de la résistance – pourquoi ?’ La première explication semble évidente : le changement est intimement lié à de la résistance. Un manque de communication claire, et le fait de rechercher un autre concept – pas de copie – que la ‘Nouvelle manière de prester’, ont aussi obtenu un score élevé. Des formations sur mesure en Belgique

Actuellement, le Center for People and Building (CfPB) propose aux Pays-Bas une formation interactive de six jours sur le thème ‘Améliorez la gestion de votre hébergement pour l’avenir’. Outre les journées consacrées aux cours, une visite d’un lieu pertinent est également prévue.

Le contenu de ce concept est à présent étudié dans notre pays. Anca Gosselink, chercheur au CfPB : « Le cours est principalement destiné aux HR Managers et aux Facility Managers. L’approche néerlandaise prévoit six jours de cours sur des sujets liés au lieu de travail : choix du modèle d’hébergement, communication et interaction, comment réaliser un bon mix d’espaces de lieux de travail, un meilleur climat intérieur, concentration et acoustique dans le nouvel environnement de travail, … Cette approche est peut-être moins adaptée au pays de PME qu’est la Belgique. Aussi, nous voulons voir avec l’IFMA quelle est la formule qui conviendrait le mieux au marché. Mieke Loncke (IFMA) : « Le CfPB , un des plus importants centres d’études européennes en Europe concernant l’environnement de travail, nous a demandé de réfléchir, ensemble, à une formation spécifique sur ce thème dans notre pays. Une formation dont le contenu peut différer. Les thèmes ‘Un meilleur climat intérieur’ et ‘concentration et acoustique’ peuvent éventuellement être traités dans un même module de cours. Un schéma de trois jours, couplé ou non à une visite d’un lieu, serait un bon point de départ. » (Par Philip Declercq)

17


18

INTERVIEW

« La révolution numérique est une chance qui devient une menace si les entreprises ne la saisissent pas » Le Ministre Alexander De Croo veut placer la Belgique dans le top numérique européen

L

e plan d’action Digital Belgium doit renforcer la position de la Belgique sur la carte numérique. Alexander De Croo (Open VLD), vice-premier ministre et ministre de la Coopération au développement, de l’Agenda numérique, des Télécom et de la Poste, a lancé la stratégie au printemps, avec le Premier Ministre Michel : « L’objectif est clair : le numérique est aujourd’hui un des principaux moteurs de croissance et de l’emploi, et je veux que ce potentiel soit le plus grand possible pour la Belgique. »

De quelle manière pensez-vous que la révolution numérique va changer le monde des affaires ?

Ministre De Croo : « La quatrième révolution industrielle est en cours et tout tourne autour de la connectivité. Pas un secteur n’échappe à cette révolution technologique. Tous vont devoir repenser leurs modèles d’affaires. Dans une certaine mesure, chaque entreprise va devenir une entreprise technologique. On voit aussi émerger des nouveaux acteurs dans des secteurs où on ne les attendait pas. Qui aurait pu imager il y a dix ans que Google deviendrait un concurrent de Mercedes et de BMW ? Une autre conséquence est que chaque entreprise devient une entreprise technologique. » Les entreprises sont-elles prêtes pour le numérique ou suffisamment au courant ? Quelles sont les initiatives qui sont mises en place pour les préparer ?

Ministre De Croo : « La révolution numérique est aujourd’hui une chance. Si les entreprises ne la saisissent pas, elle sera

demain une menace. La première étape de chaque processus de transformation est une sensibilisation. Dans les entreprises, petites et grandes, la prise de conscience que la révolution numérique offre de nouvelles chances, doit croître. J’ai dès lors lancé l’initiative Tournée Digitale avec plusieurs organisations d’employeurs et d’entrepreneurs ainsi que des partenaires technologiques. Lors de soirées d’information, nous essayons de mobiliser les entrepreneurs indépendants et les PME pour les motiver à franchir le pas vers l’économie numérique. La seconde étape consiste à investir. Cet été, nous avons porté la déduction d’investissement en actifs numériques à 13,5% pour les PME. Mais il faut aussi investir dans le capital humain. La plateforme digitalchampions. be doit ici jouer un rôle. Nous savons que d’ici cinq ans, neuf emplois sur dix exigeront des compétences numériques. Dans notre pays, on estime que seuls six collaborateurs sur dix disposent de connaissances numériques suffisantes pour l’avenir. Il faut donc combler ce fossé. Il s’agit, en première instance, d’une matière pour

mes collègues de l’enseignement dans les Communautés. Mais pour donner toutes les chances à l’économie numérique et à la quatrième révolution industrielle, nous posons aussi quelques accents à partir de Digital Belgium. » Pouvez-vous citer quelques actions concrètes ? Que peut offrir l’avenir et sur quel soutien les entreprises peuvent-elles compter ?

Ministre De Croo : « L’ambition du ‘plan start-up’ est de faciliter l’accès aux capitaux pour les jeunes entrepreneurs. Le tax shelter se résume au fait que les particuliers bénéficient d’une réduction d’impôt allant de 30% à 45% du revenu personnel lorsqu’ils fournissent du capital à risque aux jeunes entreprises. Une entreprise starter peut ainsi obtenir jusqu’à 250.000 euro, avec un plafond de 100.000 euro par an. Le crowdfunding est aussi fiscalement encouragé. A côté de cela, nous avons adopté l’année dernière une stratégie fédérale open data ambitieuse. L’ouverture aux données publiques est désormais la règle. Les entreprises doivent


Fini de se plaindre pouvoir être en mesure de développer des applications novatrices avec ces données. De plus, cela nous aide à évoluer vers une administration allégée, efficiente et moderne. Nous recevons des compliments de l’étranger pour cette approche. Digital Belgium se penche aussi sur l’infrastructure de réseau dans notre pays. Chaque année, le trafic mobile double, et le trafic internet double tous les deux à trois ans. Notre pays joue aujourd’hui un rôle de pionnier dans le déploiement de nouvelles technologies pour l’internet ultrarapide. Cela demande des investissements dans les réseaux, un cadre législatif stable, un gouvernement qui collabore au lieu de s’opposer. Voilà pourquoi nous avons élaboré, au niveau de l’infrastructure, une stratégie avec 17 mesures concrètes dans 4 domaines d’action thématiques qui va stimuler le déploiement de l’internet ultrarapide en Belgique, tant le fixe que le mobile. » Quelles opportunités de croissance numérique percevez-vous au sein du Facility Management ?

Ministre De Croo : « Je ne suis pas un spécialiste du FM mais je peux m’imaginer que les trois grandes transformations numériques – Mobile, Internet of Things et Big Data – auront certainement un impact. Ces dernières années, on remarque au sein du FM une tendance forte pour gérer les facilities de manière plus intelligente. Ici aussi, nous n’en sommes qu’au début. Nous allons de plus en plus évoluer vers les ‘bâtiments intelligents’. Le Big Data et les bâtiments intelligents sont plus que jamais des leviers pour une construction respectueuse du climat et de l’énergie et la gestion des bâtiments. » Quel rôle le BIM (Building Information Modeling) peut-il jouer ici ?

Ministre De Croo : « La poursuite du développement des modèles 3D numériques va signifier un sérieux pas en avant pour de nombreux secteurs, et certainement le secteur de la construction. Ce qui peut grandement améliorer l’expérience des stakeholders et donner une chance de renforcer l’activité industrielle dans le pays. » (Par Tilly Baekelandt) www.digitalbelgium.be

« D’ici cinq ans, neuf emplois sur dix exigeront des compétences numériques. »

Vous connaissez ce sentiment : l’entreprise de nettoyage fait-elle bien ce qui a été convenu, ne payons-nous pas trop cher, le programme de nettoyage est-il optimal et le contrat est-il conforme au marché et actuel ? Vous avez besoin d’une vision globale de la qualité et de la quantité. Alors il est temps de nous rencontrer. www.atir.be

Schoonmaakadvies Aanbesteden

Nous vous offrons une vision claire de votre contrat de nettoyage. & Contractsupport www.atir.nl


“Les réunions propre avec LDL Care”

Quoi? Grâce à LDL Care vous pouvez offrir à vos résidents ou clients une utilisation de machines à laver et des séchoirs avec monnayeurs et ce, sans frais d’investissement de votre part. La recette des machines à laver et des séchoirs sera partagée proportionnellement entre LDL Care et votre entité. En pratique LDL Care prend en charge : la livraison, le raccordement sanitaire et électrique sur votre installation existante, l’entretien et des dépannages.

LDL CARE – Europalaan 60/64 – 9800 Deinze – 09 282 22 07 – www.ldlcare.eu – sales@ldlnv.be

F-LDLcare-pub.indd 1

Appelez-nous pour des conseils sur mesure

013 35 01 00 www.sign-facade.be

8/12/15 12:00

LA RÉFÉRENCE POUR

LES ENSEIGNES LUMINEUSES ET LES REVÊTEMENTS DE FAÇADES Sign & Facade Lease : échelonnez vos investissements Sign & Facade Care : service d’entretien et de garantie


REPORTAGE

« Le FM est devenu une question de bricks, de bytes et de behaviour. »

Q

uelles sont les tendances facilitaires que le premier rapport de l’IFMA va mettre en lumière ? Nous sommes allés sonder les attentes de Bart Mariman et de Dirk Van den Steen, resp. Chief Commercial Officer, et Marketing & Communication manager chez ISS Facility Services.

L’impact du Facility Manager dans l’organisation continue de prendre de l’ampleur. Avec le nouveau concept New et Smart Ways Of Working, il y a plus d’interfaces avec les RH et la collaboration est plus intensive. Cela s’applique aussi à l’IT selon le support technologique pour la nouvelle manière de prester. « Le FM est devenu une question de bricks, de bytes et de behaviour, et la complexité ne fait que croître » lance Bart Mariman. « L’offre facilitaire gagne aussi en importance dans le recrutement. Les organisations veulent attirer les meilleurs collaborateurs et les garder. Les solutions de restauration classique et de nettoyage sont dépassées et l’hospitalité - ‘The power of the Human Touch’ en ce qui nous concerne – prend de l’importance. Nous devons former et coacher le collaborateur facilitaire pour qu’il s’intègre dans le fonctionnement de son entreprise, son client, et qu’il perçoive comment il peut fournir une contribution personnelle, le (s)mile supplémentaire », continue Bart Mariman. Un travail orienté résultat

Le FM peut aider à réduire les coûts d’exploitation en étant plus effectif et plus efficient : mieux vaut évaluer ce qu’il y a lieu de faire, et puis agir de manière optimale. « Avec la technologie des capteurs

et les outils d’analyse qui deviennent abordables, nous allons pouvoir travailler de manière plus ciblée, nous allons mieux gérer l’utilisation quotidienne des salles de réunion, des postes de travail et des sanitaires. Tout ceci profitera au prix de revient du service et à la perception de la qualité, et l’évolution vers le travail orienté résultat est renforcée », explique Bart Mariman. « Le FM évolue loin de l’exécution de programmes de travail stricts pour répondre avec souplesse et intelligence aux conditions changeantes. Pour cela, il faut être proche du client. A cet égard, ISS a lancé le programme mondial de transformation GREAT qui vise à accorder une attention appropriée à chaque client », souligne Van den Steen. A côté de cela, la tendance pour une prestation de services facilitaires intégrés continue de s’accélérer chez ISS. « Les grandes entreprises se focalisent sur leur cœur de métier et recherchent la solution de support facilitaire la plus efficiente. Par une externalisation intégrée, elles peuvent harmoniser la prestation de services et simplifier leur propre suivi et l’administration. » The Internet of Things & apps Sur le plan technologique, les attentes sont élevées concernant The Internet of Things, Smart Buildings et le Big Data.

« Tout le monde parle de The Internet of Things, le battage médiatique est presque à son apogée et les possibilités semblent infinies pour le FM. Nous devons à présent apprendre à travailler avec, même si les résultats ne suivront peut-être que dans quelques années. Néanmoins, la technologie va aider le FM à travailler en étant plus orienté résultat et de manière plus effective. Nous attendons beaucoup de la nouvelle génération des FMIS (Facility Management Information Systems) et des liens avec les réseaux de capteurs et les applications mobiles simples et rapidement adaptables, qui offrent un dialogue constant et une interaction avec l’utilisateur final. L’expérience des collaborateurs, des invités et des clients de nos clients : voilà de quoi il s’agira dans l’avenir », conclut Mariman. (Par Philip Declercq - Photos : ISS)

www.iss.be

« Nous devons former et coacher le collaborateur facilitaire pour qu’il perçoive comment il peut fournir une contribution personnelle, le (s) mile supplémentaire. »

21


22

FM@WORK

01


FM@WORK

« Il ne faut pas sous-estimer le rôle du Facility Manager dans le processus de construction » Christian Bertrand - Head of the Facility Management dept. AGC Glass Europe

C

ela fait deux ans que Christian Bertrand assume la fonction de Head of the Facility Management dept. au Head Quarter du verrier AGC GLASS EUROPE, établi à Louvain-la-Neuve. « L’entreprise a dû repenser entièrement sa vision des facilities pour le nouveau siège Européen qui se devait d’offrir des service facilitaires qualitatifs et professionnels. Il a donc fallu partir de zéro, tant pour les hard que les soft services », déclare Christian Bertrand.

Malgré le fait qu’AGC Glass Europe – anciennement Glaverbel – soit entre des mains japonaises, les décisions ayant un lien avec la division européenne sont prises en Europe. La ville de Louvain-laNeuve héberge depuis deux ans le nouveau siège où le concept NWOW a été introduit. Le bâtiment - une réalisation de « Philippe SAMYN & PARTNERS sprl. Architects and engineers – BEAI sa ». – abrite les collaborateurs qui étaient jusqu’à présent dispersés sur six sites. Deux divisions européennes – Building & Industrial Div. et Automotive Div. – y sont rassemblées ainsi que les services centraux. L’entreprise compte encore un centre R&D à Gosselies qui emploie 250 salariés. La société est aujourd’hui un leader européen en verre plat destiné à la construction, de l’automobile et du solaire. Une expertise acquise au fil de la fonction

Christian Bertrand, Head of the Facility Management dept. AGC Glass Europe - ou Facility Manager AGC plus communément – fut auparavant aussi bien actif dans l’industrie que dans le secteur des particuliers . « Le réflexe de toujours tout repenser et d’anticiper a toujours été là. Mes premières années professionnelles dans le bureau d’architecture GMT et ensuite mon passage chez DB Associates, un pionnier en Facility Management dans notre pays, m’ont permis d’acquérir les bases. A l’époque, nous étions la toute première entreprise à proposer le Facility Management – le modèle américain – sur les marchés belge et luxembourgeois. J’étais responsable des petites missions Space & Move Projects pour les clients. Des projets de plus grande ampleur ont suivi plus tard. C’est ainsi que je suis entré peu à peu dans le monde du Facility, que l’on n’ap-

pelait pas encore ‘Facility Management’. En mars 2001, j’ai commencé une mission chez GSK à Rixensart dans un tout autre monde, celui des vaccins. Ma première mission a consisté à gérer le déménagement des services de comptabilité et des achats vers le nouveau bâtiment à Wavre. Comme il y avait un certain retard dans le projet de construction, j’ai pu lancer et réaliser quelques projets d’un point de vue facilitaire. J’étais Facility Manager pour la première fois, au sein des services généraux de l’entreprise . Six ans plus tard, un nouveau défi s’est offert à moi chez BNP Paribas Fortis, avec des responsabilités facilitaires, en tant que Coordinator Building Site Manager pour la gestion technique des grands bâtiments de la banque en Wallonie et pour une partie de Bruxelles. »

sité pour le nouveau site qui intégrait le concept NWOW et qui devait bientôt accueillir plusieurs centaines de collaborateurs de culture différente et provenant de sites géographiques de plusieurs horizons. Avec la réalisation du nouveau Head Quarter européen à Louvain-la-Neuve, j’ai pu cartographier l’ensemble des prestations de services pour le bâtiment et les

« La ligne directe avec la direction RH européenne facilite grandement mon travail en tant que Facility Manager. »

Déployer une vision sur les Facilities

Christian Bertrand a commencé à travailler chez AGC il y a deux ans, d’abord comme consultant. « L’entreprise n’avait pas développé de véritable vision sur le Facility Management, mais elle commençait à prendre conscience de cette néces-

02

01. Christian Bertrand (Head of the Facility Management dept. AGC Glass Europe) : « C’est sans doute encore une utopie, mais j’espère qu’un ordre du Facility Manager sera créé un jour, à l’instar de ce qu’il se fait pour les médecins ou les avocats.» 02 & 05. Un peu plus de 500 personnes travaillent dans le nouveau bâtiment d’AGC à Louvain-la-Neuve.

23


FM@WORK

déployer. Il a fallu partir de zéro, tant pour les hard que les soft services. Il ne faut pas sous-estimer le rôle du Facility Manager dans le processus de construction. Ma proposition de séparer le Facility Management du fonctionnement des services généraux a été approuvée par la direction. Au 1er juin 2014, j’étais Facility Manager à part entière. Peu de temps avant le grand déménagement, tous les services facilitaires devaient être lancés. Seul un consultant externe a été engagé pour le déménagement. Tous les contrats relatifs aux hard et aux soft services devaient être implémentés, en étroite collaboration avec l’équipe des acheteurs. Un défi que j’ai pu relever grâce à mon expérience acquise en Facility Management lors de mes fonctions précédentes », explique Christian Bertrand. Une ligne directe

Un peu plus de 500 personnes travaillent dans le nouveau bâtiment d’AGC à Louvain-la-Neuve. Dans sa fonction de Facility Manager, en lien étroit avec la direction RH européenne, Christian Bertrand peut compter sur deux collaborateurs spécialisés dans les hard et les soft services. A partir de cette fonction de supervision, il garde une vue d’ensemble sur le Facility Management stratégique, tactique et opérationnel. Au niveau stratégique, par sa proximité avec la direction, il peut préciser sa vision et faire approuver rapi-

dement des décisions. Au niveau tactique, il est le responsable final pour tous les contrats conclus avec les fournisseurs de Facilities. Au niveau opérationnel, il est impliqué dans l’activité Facilities quotidienne au sein de l’entreprise. « La ligne directe avec la direction RH européenne facilite grandement mon travail en tant que Facility Manager », continue Christian Bertrand. Optimaliser les salles de réunion

L’utilisation de l’espace de bureau a lieu selon les principes ‘Flex-office’ et ‘clean desk’. Actuellement, le bâtiment compte 52 salles de réunion, des plus petites aux plus grandes. Un système de réservation strict est en vigueur. Cependant, suite au nombre élevé de visiteurs internes et externes à l’entreprise, cela ne semble pas suffire et des salles de réunion sont louées à proximité, dans des centres de séminaires, des hôtels, etc. L’utilisation de chaque local a été scrupuleusement étudiée, et de grandes différences en sont ressorties au niveau de l’intensité de l’utilisation. Tous les facteurs ont été étudiés, et en il ressort aujourd’hui un besoin pour des locaux pouvant accueillir huit personnes. Certaines salles de réunion seront donc optimalisées et le câblage existant sera intégré. De cette manière, un nombre plus important de personnes pourront utiliser des locaux plus petits. Ce projet d’optimalisation peut être réalisé à moindre coût.

« Dès la conception d’un nouveau bâtiment, le Facility Manager doit pouvoir mettre son cachet sur le Programme des Exigences. » D’une restauration saine à un sentier naturel

Au cours de ces deux dernières années, de nombreux projets Facilities ont été lancés, notamment une plateforme mobilité autour et sous le nouveau bâtiment. Un projet de mobilité avec des vélos électriques a dès lors été lancé. Dans le domaine de la consommation énergétique et des techniques, des projets sont aussi en cours afin d’aligner les demandes facilitaires aux besoins. La restauration est dynamisée (séparation du food bar ‘froid’ et du restaurant de repas chauds) et externalisée. Une autre piste dans le domaine de la santé est la création d’un sentier naturel éducatif sur la faune et la flore, sur le site de 4 hectares à Louvain-la-Neuve. En outre, un projet est à l’étude concernant la dynamisation des façades du bâtiment. L’aspect stratégique gagne en importance

La fonction de Facility Manager a fortement évolué. « Notre rôle se situe de plus en plus au niveau stratégique. Dès

©Marie-Françoise Plissart

24

03

04


la conception d’un nouveau bâtiment, le Facility Manager doit pouvoir mettre son cachet sur le Programme des Exigences. Il doit tisser un lien entre les utilisateurs du bâtiment, la direction et le Core Business de l’entreprise. J’ai récemment suivi une formation IFMA à la haute Ecole de la province de Liège. En Wallonie, ce n’est pas encore évident de cartographier le thème du Facility Management et de le dynamiser. Bien souvent, on intègre encore la discipline dans les services généraux de l’entreprise. Mais la question vient progressivement à l’ordre du jour des grandes (et moyennes) entreprises. C’est sans doute encore une utopie (rire) mais n’est-il pas souhaitable qu’un ordre du Facility Manager soit créé un jour, à l’instar de ce qu’il se fait pour les médecins ou les avocats. Une organisation professionnelle qui veillera sur nos tâches et nos responsabilités, lesquelles ont des implications financières importantes pour l’entreprise, et qui prévoira des formations spécialisées et reconnues ainsi qu’une certification », continue Christian Bertrand.

©Marie-Françoise Plissart

FM@WORK

05

« L’impact du Facility Manager sur l’activité de l’entreprise est grand » souligne Christian Bertrand. « Tout ce qui ne fait pas partie du Core Business est du ressort du Facility Management. Qu’il s’agisse de technique, de maintenance ou de restauration par exemple. Dans le cadre de cette philosophie, on réalise parfois des Black Building Tests (BBT) : on interrompt le fonctionnement du bâtiment pour voir comment réagissent les systèmes afin d’anticiper d’éventuelles pannes. Une panne est ‘volontairement’ créée le soir ou en week-end afin d’éviter que des problèmes techniques ne se produisent pendant les heures de travail ».

©Marie-Françoise Plissart

Black Building Test

06

(Par Philip Declercq - Photos : AGC Glass Building)

www.agc-glass.eu

03. Un projet est actuellement en cours pour optimaliser les salles de réunion. 04. Pour les salles de réunion un système de réservation strict est en vigueur. 06. L’utilisation de l’espace de bureau a lieu selon les principes ‘Flex-office’ et ‘clean desk’. 07. La restauration est dynamisée et externalisée.

07

25


26

REPORTAGE

La pompe à chaleur, une solution énergétiquement efficace, durable et fiable

L

e vendredi 13 novembre ’15, IFMA a organisé une visite d’entreprise chez Daikin Europe à Ostende. « L’énergie renouvelable est un thème actuel perçu comme une solution permettant de réduire les émissions de CO2 et d’être moins dépendant du pétrole et du gaz », déclare Mieke Loncke (Directeur IFMA). « Les pompes à chaleur, alternative reconnaissante, sont mises œuvre dans les applications de processus et de confort. Il n’y avait pas de meilleur endroit que chez le leader du marché belge pour avoir un aperçu des possibilités. Elément marquant, c’est la première fois que toutes les personnes inscrites étaient au rendezvous. Mettez cela sur le compte de Daikin. »

Le paquet de tâches du Facility Manager est particulièrement polyvalent et complexe. Suite à cela, la description de la tâche a évolué d’exécutant à planificateur. Une des responsabilités en pleine évolution et où le Facility Manager est impliqué, a trait à la réglementation sur l’exploitation des installations de refroidissement. Pour éviter que la couche d’ozone ne se dégrade un peu plus, des exigences sévères sont appliquées aux gaz réfrigérants. Ainsi, l’Union Européenne est persuadée qu’il existe suffisamment d’alternatives énergétiquement efficaces et respectueuses de l’environnement pour supprimer du marché les gaz HFC ou F les plus nocifs.

(Product Manager systèmes d’expansion directs Daikin Airconditioning Belgique). « Une conséquence directe est que les installations existantes vont progressivement disparaître, il y aura moins de gaz F disponible, un glissement vers des gaz F ayant un GWP plus bas et les gaz F qui ont un GWP plus élevé seront plus chers. Au niveau des installeurs en technique du froid et des utilisateurs finaux, de nouvelles obligations et responsabilités sont également établies. Quel rôle les pompes à chaleur jouent-elles dans ce contexte ? Elles sont généralement reconnues comme étant une solution énergétiquement efficace, durable et fiable, tant pour la demande en froid qu’en chaleur. »

Des normes plus strictes

Alors que Lieven Verstaen présentait un aperçu des pompes à chaleur de Daikin pour les applications résidentielles et commerciales ainsi que les différentes technologies (air/air, air/eau, géother-

« Le 1er janvier 2015, une nouvelle réglementation est entrée en vigueur qui pose des normes plus strictes dans l’utilisation de réfrigérants », raconte Lieven Verstaen

mie, hybride) et les configurations (split, multisplit,VRV), Jacques Ectors (Product Manager applied systems Daikin Airconditioning Belgique) a détaillé les solutions plus complexes pour l’industrie et les immeubles de bureaux, notamment. Une attention particulière a été accordée au refroidisseur à air EWAD-TZ, un nouveau compresseur monovis inverteur qui offre un processus de refroidissement extrêmement efficient sans pour autant perdre en fiabilité et en performances. Grâce au Variable Volume Ratio, l’inverteur génère un rendement optimal en toutes circonstances.

« Mesurer c’est savoir, mais écouter et anticiper tranquillise l’esprit » Patrick Snauwaert, General Affairs Management Daikin Europe Patrick Snauwaert et Melissa Morseau, tous deux actifs au General Affairs Management de Daikin Europe, ont présenté un aperçu de leurs vastes paquets de tâches (gestion des automates, réception, restauration, fournitures de bureau, traitement du courrier, nettoyage, fleet management, vêtements de travail, vestiaires, tapis, entretien des végétaux, déménagement, stockage, …) ainsi que la maintenance prédictive des installations via un monitoring permanent pour allonger la durée de vie et garantir l’efficacité énergétique, avec un impact minimal sur les utilisateurs. « Mesurer c’est savoir, mais écouter et anticiper tranquillise l’esprit », conclut Patrick Snauwaert. (Par Rudy Gunst) www.daikin.be


CURIEUX DE DÉCOUVRIR NOTRE NOUVELLE TECHNOLOGIE DROP&GO? Bindomatic : la solution pour tous vos documents professionnels

NEW

poubelles de tri, collecteurs & bornes cendriers b i e n tr i e r | m i e u x r e cycl e r

Bindomatic : thermorelieuses pour petits et grands volumes

www.bindomatic.be +32 (0) 3 808 52 20 • contact@bindomatic.be

vakbladen • revues professionelles

• Cool&Comfort

• Top Security

• Fedelec Magazine

• Aquarama

• Dimension

• FM-Magazine

• Riorama

• Techcare

• De Onderneming

Partenaire solide du management facilitaire Demandez la brochure via marketing@plastibac.eu

PLASTIBAC | Vijverhoek 51 | 8520 Kuurne TEL: 056 36 31 20 | FAX: 056 35 88 47

Boulevard des Canadiens 118 B- 7711 Dottignies T +32 (0)56 77 13 10 info @fcomedia.be www.fcomedia.be

15.006 Pub FM Magazine Probbax Plastibac Kuurne.indd 1

VOORKANT.indd 1

7/12/15 14:49

9/1/2015 3:36:27 PM


28

REPORTAGE

Le lavage écologique avec une dimension sociale

‘M

eet and wash’ : il est fort probable que cette tendance sera un jour monnaie courante dans notre société. Via LDL Care, LDL Equipment veut fortement investir dans cette tendance dans les prochaines années, où le développement de lieux de lavage collectifs est central. « Le système est non seulement économe et rentable pour le maître d’oeuvre, mais il permet aussi de renforcer le contact mutuel », expliquent Johan et Julie Stuyven de LDL Equipment.

LDL Group propose des solutions complètes dans le domaine du nettoyage, du séchage et de la finition du linge. Via LDL Care, la société veut mettre un équipement de lavage convivial et durable à la disposition des collectivités. « Le chargement et le vidage du linge sont faciles du fait que la porte peut être ouverte à 180°. Le raccordement des machines à laver sur le circuit d’eau chaude et/ou du séchoir au gaz permet de réduire la consommation d’énergie jusqu’à 60%. Nous proposons aussi une formule de location financière et/ou opérationnelle pour les appareils », souligne l’administrateur délégué Johan Stuyven. Lorsqu’une entreprise est renforcée par une nouvelle génération, de nouvelles idées novatrices jaillissent régulièrement. Il y a deux ans, Julie Stuyven, fille de Johan Stuyven, a rejoint la société. Très rapidement, elle a proposé de s’investir dans un nouveau concept : « J’ai terminé mes études à l’étranger et j’ai voyagé à l’international pendant cette période. C’est ainsi que j’ai découvert des formules novatrices pour ‘laver et sécher’, qui sont la conséquence de certaines tendances

sociales. La population croît partout dans le monde et il y a moins d’espace disponible pour héberger les individus. Cela va de pair avec une évolution continue vers l’individualisation. Jadis, tout le monde connaissait ses voisins, mais de nos jours, c’est loin d’être évident. » Le lavage dans une société moderne

Ces changements démographiques ont aussi des conséquences sur la manière dont les individus lavent et sèchent leur linge. « Voilà pourquoi nous estimons qu’il est important de jouer un rôle aujourd’hui », continue Julie. « Au sein de l’entreprise, nous avons réfléchi à la manière dont nous pouvions anticiper cette modernisation. Cela a conduit à la naissance du concept de ‘lavage et séchage collectif’. Le lavage et le séchage collectifs existent depuis longtemps dans des blanchisseries. Avec le lancement de ‘LDL Care’, l’entreprise de Deinze veut intégrer des lieux de lavage collectifs notamment dans les entreprises, les appartements, les logements sociaux, les flats services, les maisons d’étudiants, les campings et autres points de rencontre collectifs. Le

maître d’oeuvre fournit l’infrastructure et nous mettons nos machines à laver et nos séchoirs gratuitement à disposition. De plus, nous nous chargeons gratuitement de la maintenance et des réparations via notre équipe de dix techniciens. Les utilisateurs des machines insèrent des pièces de monnaie dans la caisse des appareils et ce revenu est réparti entre le maître d’oeuvre et nous selon un pourcentage », explique Johan Stuyven. Il s’agit de machines économiques et respectueuses de l’environnement, qui sont raccordées aux installations sanitaires et électriques par LDL Care. « Les avantages pour le maître d’œuvre sont légion : il ne doit plus investir dans des machines pour l’utilisateur et n’est pas confronté à des coûts de maintenance ou de réparation imprévus. Les performances des appareils engendrent un gain de temps et des économies d’énergie. Parallèlement à cela, nous stimulons le contact social. » Une « formule attrayante »

LDL Care a réussi dans un délai très court à établir une belle liste de références pour ce service. Tant les entités de logement sociaux, les campings, les maisons


REPORTAGE

d’étudiants que les flats services en font un bon usage. Au CPAS de Sint-MartensLatem, Wouter Accou a été un précurseur dans l’implémentation de cette solution dans les flats services à la Vennelaan : « Nous avons contacté la société parce que faire installer une machine à laver et un séchoir dans les chambres des résidents n’était pas une option. On aurait dû placer une trentaine d’appareils, ce qui n’était pas recommandé d’un point de vue technique et écologique. Nous avons alors pensé à créer des lieux de lavage communs. Cela nous a semblé une bonne idée de prévoir un lieu supplémentaire où les personnes peuvent se rencontrer. Elles peuvent discuter ensemble, ne fut-ce que pour savoir à qui c’est le tour de laver. » Au niveau de la facilité d’utilisation, cette approche semble être un choix judicieux. « Ne plus devoir acheter de jetons est par exemple très pratique. De plus, cela stimule l’indépendance des résidents plus âgés. Cet aspect a aussi créé des rencontres supplémentaires, ne fut-ce que pour changer de la monnaie. La communication entre les résidents se passe si bien que nous, en tant que CPAS, ne devons plus nous soucier de la coordination du local de lavage. » Lors de l’installation du lieu de lavage collectif, le CPAS avait planifié une réunion pour transmettre les informations utiles sur le fonctionnement et l’utilisation des machines de lavage et de séchage. « Dès le premier jour, on a constaté qu’il s’agissait de machines industrielles de qualité. Par rapport à nos anciennes solutions,

01

02

elles ont moins de manquements. Ceci créé aussi de la satisfaction chez les résidents. Le séchoir avec l’évacuation d’air génère des temps de séchage moins longs. Un atout très apprécié par nos résidents car il est très utilisé. » « Travailler le marché de l’entreprise »

LDL Equipment veut aussi tirer ce concept vers le marché de l’entreprise. La société de Deinze place les machines, les revenus sont ensuite partagés entre le client et LDL Care. « Nous sommes en train de travailler ce marché », continue Julie Stuyven. « On remarque qu’il intéresse les entreprises de transport notamment, certainement si elles travaillent avec des chauffeurs étrangers. Pour les collaborateurs, laver leurs vêtements à l’entreprise est intéressant. C’est un service de l’entreprise, pour lequel ils paient une contribution. Nous avons notamment installé notre solution chez une société de transport à Ostende. Les entreprises de cueillette de fruits du Limbourg sont aussi une opportunité intéressante et elles proposent la solution à leurs collaborateurs (temporaires). » LDL Care a placé environ 300 machines dans des lieux de lavage collectifs en Belgique, et 200 chez nos voisins du nord. La société ambitionne de déployer ce concept ‘meet and wash’ : « Dans le jargon, ce concept s’appelle ‘Route’-business. Il vient en fait des pays anglo-saxons où il est déjà bien implanté. Aux Etats-Unis, environ 500.000 appareils ont été in-

« Le maître d’oeuvre fournit l’infrastructure et nous mettons nos machines à laver et nos séchoirs gratuitement à disposition. De plus, nous nous chargeons gratuitement de la maintenance et des réparations. » tégrés dans des lieux de lavage, contre 150.000 pièces au Canada et 14.000 en Grande-Bretagne. Nous espérons en installer 8.000 d’ici 2020. L’objectif est d’atteindre les 40.000 pièces pour 2025. » La société investit notamment dans un outil en ligne qui informe le maître d’œuvre du chiffre d’affaires généré par chaque machine. « Ce logiciel est actuellement en phase d’essai et sera lancé fin 2015. Cela nous permettra de garantir une facturation transparente.» (Par Bart Vancauwenberghe)

www.ldlnv.be

01 & 02. Le concept est appliqué entre autres dans tous les campings du Groupe Floreal, comme ici au Domaine des Sources à Lierneux. 03. Les visiteurs du Domaine des Sources peuvent laver le linge pour 4 euros et le sécher par après pour 2 euros.

03

29


30

REPORTAGE

Odette et Bram De Geeter d’ISS Catering dans leur Puro coffee corner

« Un coffee corner agréable est une valeur ajoutée pour votre entreprise»

L

a Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) tient compte de la dimension sociale de l’entreprise. Prendre soins des employés par exemple y fait parti. Un employé satisfait se sent bien dans l’entreprise et subit moins de stress. « Un coffee corner agréable est une valeur ajoutée pour votre entreprise. Les employés qui profitent d’une pause-café sont plus satisfaits et obtiennent ainsi des meilleurs résultats. En outre, une pause-café renforce le contact social entre collègues.» , déclare Johan De Boeck (Sales Manager Miko Coffee Service).

Le groupe Miko est basé à Turnhout. L’entreprise familiale a commencé en 1801 comme torréfacteur de café. En ce moment Miko engage plus que 900 employés dans le monde entier. Avec plus de 200 années d’expérience dans la torréfaction, la société offre un concept total pour la fourniture de café dans le marché Out-of-Home. Du café au biscuit

Vous pouvez compter sur Miko pour votre approvisionnement de café. Nous proposons des distributeurs de boissons chaudes petits et grands, en fonction de vos besoins. En dehors de café, on a aussi du thé, du cacao et de la soupe dans notre gamme», explique Johan De Boeck. « On cherche toujours après les derniers appareils et technologies de café afin d’offrir la meilleure qualité. Avec, entre autre, une propre barista, la torréfaction de café et le service technique nous offrons le package complet. On a des différentes formules commerciales, d’approvisionnement

simple jusqu’à la formule Full Service, qui garantit un service café sans soucis de votre part.» Coffee corner : investir au boulot agréable

La pause-café offre un moment de détente au cours d’une journée de travail chargée. Un corner café est l’endroit idéal pour une conversation informelle entre collègues. ISS Catering et Miko Coffee Service travaillent ensemble pour créer un corner café confortable pour le personnel de HP Belgique à Diegem. Ensemble, ils ont conçu un coffee corner avec un aspect moderne. Miko a fait sur mesure le design des panneaux graphiques et le département technique a pris soin de toutes les machines à espresso. HP a complété le coin de café parfaitement avec un décor agréable. « Le coffee corner chez HP existait déjà plus longtemps, mais avait besoin d’être

rafraîchie.» explique Bram De Geeter (Unit Manager ISS Catering). « L’objectif était de créer un lieu de rencontre agréable pour nos collègues et les visiteurs. On a délibérément choisi Puro, un café Fairtrade de haute qualité. Les photos de la forêt tropicale et les machines à espresso vertes contribuent à une belle apparence. On a poursuit la même couleur dans la décoration.» Chaque matin, les employées font la file chez Odette. Le barista de Miko lui a donné un cours pour préparer l’espresso idéale. « Odette est indispensable au coin de café. La qualité est primordiale et elle est très fière des cafés qu’elle prépare. La consommation dépasse facilement 100 cafés par jour, ce qui prouve le grand succès de notre corner café !», conclut Bram De Geeter. www.purocoffee.com www.mikocoffee.com

« Les photos de la forêt tropicale et les machines à espresso vertes contribuent à une belle apparence. On a poursuit la même couleur dans la décoration.»


Facilicom Services Group Belgium s’est lui-même fixé l’objectif d’ici la fin de l’année 2016 de devenir la société de services facilitaires la plus orientée vers le client. Cela n’implique pas non seulement une plus grande prise de conscience des désirs du client, mais aussi un changement d’attitude, où être à l’écoute du client prend une place centrale. Le but ultime de Facilicom est de créer une valeur ajoutée continue pour le client. “ Pour Facilicom ceci est un grand pas, mais un pas logique “ a déclaré Alain Vandenbrande, PDG. ” Nous sommes convaincus que par une écoute attentive et personnelle vis-à-vis de nos clients et du fait de prioriser leurs valeurs, nous ne serons pas seulement la société la plus orientée vers le client, mais aussi nous élargirons les frontières du monde facilitaire. ”

#amourpourleclient FM-magazine_publiciteit.indd 1

23/11/15 11:46

Puro s’engage à protéger les forêts tropicales. Nous collaborons avec l’organisation de conservation de la nature World Land Trust et pour chaque tasse de café vendue, nous donnons une contribution financière pour acheter et protéger durablement des parties menacées de la forêt tropicale en Amérique du Sud.

www.purocoffee.com - 0800/44 0 88


32

FMJ

Jim Whittaker

Congrès FM international à La Nouvelle-Orléans Points de vue et défis régionaux sur le Facility Management

L

ors du congrès FM international, les dirigeants des principales associations de Facility Management dans le monde se sont rencontrés pour discuter des tendances, des défis et des opportunités dans le secteur du FM. Lors de cette troisième édition, le panel a accueilli le président du conseil d’administration de l’IFMA, Jim Whittaker. Le congrès a débuté avec les présentations des sept associations/réseaux issus de l’industrie du Facility Management dans le monde. A l’issue, le public a pu participer au débat sur l’engagement des étudiants. A l’instar des années précédentes, ces associations vont maintenant socialiser les idées proposées et les résultats seront annoncés lors de la prochaine édition. Compte-rendu de ces présentations.

British Institute of Facilities Management (BIFM) - Gareth Tancred

Au Royaume-Uni, les professionnels FM continuent de tisser des liens pour élever la place du Facility Management jusqu’au bureau de la direction. BIFM, en particulier, a apporté son aide en travaillant avec l’Energy Manager’s Association, ICAEW Chartered Accountants et le Chartered Institute of Personnel and Development. L’association a aussi mis l’accent sur les normes professionnelles et - dans une tentative de mener à bien cette mission – a publié le FM Professional Standards Handbook. Cet ouvrage détermine l’objectif des normes, introduit un schéma et donne des conseils sur la manière dont l’information peut être appliquée. Outre ces initiatives, le BIFM continue de renouveler sa conférence annuelle Think FM et informe ses membres sur les trajets de carrière FM spécifiques via des projets de développement. TENDANCES ET DÉFIS : • Comment le Facility Management peut-il

être perçu comme pertinent et donc valorisant dans le monde ? • A quoi ressemble le lieu de travail de l’avenir ? • Qui est responsable du lieu de travail ? • Le Hot desking devient plus important sur le lieu de travail.

Colombian Facility Management Association - Alejandra Velez

Il a fallu attendre les années 2000 pour que l’Amérique latine commence à parler de Facility Management. En 1999, l’Argentine a été le premier pays à disposer d’un département IFMA. En 2002, le groupe est devenu l’association latino-américaine du Facility Management (Sociedad Latinoamericana de Facility Management). En 2004 a vu la fondation d’ABRAFAC (Associacao Brasileira de Facilities), l’association FM au Brésil. Mais il a encore fallu patienter dix ans avant que des organisations similaires voient le jour dans d’autres pays latino-américains. L’Association colombienne pour le Facility Management n’est que la troisième orga-

nisation du genre dans la région. Le Brésil et l’Argentine dominent le marché FM en Amérique Latine du fait de leur puissance économique et la taille de leur marché de la construction. Mais la Colombie, le Panama, le Mexique et le Pérou sont les marchés les plus forts en termes d’espace de construction. Certains de ces pays commencent à montrer de l’intérêt pour les formations FM. Les plus grands marchés de bureaux en Amérique Latine restent Mexico City, Sao Paulo et Santiago. Ces trois villes ont aussi la réputation d’être les plus grands centres d’affaires de la région. Les marchés ayant la croissance la plus rapide de ces deux dernières années sont Bogota, Lima et Panama City, suite à la demande importante et un climat d’investissement favorable. Depuis 2012, l’AGEM (Asociacion de Gestores de Edificios Modernos) se focalise sur la formation continue et le réseautage pour le marché FM. En juin 2014, l’organisation a décidé de se concentrer sur trois piliers : les options de formation pour les membres, les activités de réseautage complémentaires et une meilleure visibilité de la profession


FMJ

Les médias sociaux sont à la fois perçus comme une menace et comme quelque chose de positif. Une grande quantité d’information est certes disponible, mais comment la gérer ? (via la conférence annuelle TecnoEdificios, etc.). Suite à cela, l’organisation a changé de nom : l’Association des Gestionnaires de Bâtiments Modernes est devenue l’Association Colombienne du Facility Management (Asociacion Colombiana de Facility Management). Par rapport à d’autres pays, la Colombie se trouve encore dans la phase initiale d’enseignement en matière de Facility Management. Seules quelques entreprises de la région ont développé un modèle FM. Le terme de Facility Management est peu connu mais les entreprises sont conscientes qu’elles ont besoin de Facility Management pour mieux gérer leurs actifs. L’intérêt dans la formation est croissant. TENDANCES ET DÉFIS : • En 2013, le record en construction de bureaux a été battu en Amérique Latine : plus de 2 millions de mètres carrés ont été construits. D’ici fin 2015, 5 autres millions de mètres carrés seront construits. • Le terme Facility Management est lent à être reconnu et la signification du terme n’est pas cohérente dans la vie économique colombienne. • Globalement, le FM doit encore gagner sa place et sa reconnaissance sur le marché colombien.

European Facility Management Network - Ron van der Weerd

EuroFM ne dit pas à ses membres qu’ils doivent penser d’une certaine manière. EuroFM collabore avec les membres pour comprendre ce que signifie précisément le Facility Management. Van de Weerd a expliqué qu’en tant que président du groupe, il ne pouvait pas parler au nom d’autres organisations FM. En lieu et place, il a présenté les développements dans certains

pays et les progrès dans le rapprochement des différents points de vue relatifs au Facility Management. Au niveau académique, il est important de prévoir des programmes officiels reconnus en Facility Management (comme le programme de l’IFMA) afin de promouvoir le profil de la profession. Au niveau local, des conférences, comme l’EFMC, doivent veiller à ce que des pratiques standard et des normes s’adressent aux caractéristiques typiques de chaque région. Pour réaliser cela efficacement, il est important que toutes les associations FM partagent leurs points de vue. De cette manière, les définitions et les compétences utiles inhérentes à la profession seront favorisées. TENDANCES ET DÉFIS : • Une fois le FM défini, n’oublions pas le développement durable. • Les cinq P de la définition du Facility Managent sont : personnes, processus, place, planète et profit. • Mettre l’accent sur la socialisation de l’importance du Facility Management sur le lieu de travail est essentiel au développement de la profession.

Global FM - Duncan Waddell

Global FM est une association d’organisations de Facility Management qui fait office de plateforme pour dégager des

manières alternatives de promouvoir la profession. Pour être plus durable, l’association a mis fin à ses activités en Belgique et a établi son siège dans le pays d’un de ses membres. En 2014, FMA Australie a accepté d’abriter le siège, avec Waddell comme président. Les deux tâches de Global FM sont l’organisation d’un World FM Day annuel et la rédaction d’un rapport d’étude sur l’impact économique du Facility Management à travers le monde. TENDANCES ET DÉFIS : • L’association veut se concentrer sur une tâche et la mener à bien. • Recherche de possibilités de communication alternative complémentaires pour les membres afin de travailler tous ensemble et d’intensifier l’importance de la profession. Facility Management Association of Australia - Nicholas Burt Le Facility Management fournit le PIB de l’Australie, environ 28 milliards euro par an et offre une opportunité de travail à plus de 200.000 personnes. Il garantit la santé, le bien-être et la productivité de la main d’œuvre australienne. Pour la première fois en 25 ans, l’association s’est donnée une nouvelle image. La Facility Management Association of Australia va prochainement déployer sa nouvelle stratégie. FMA Australia met l’accent

33


34

FMJ

sur l’établissement de possibilités et la reconnaissance de l’industrie, l’influence de l’ordre public, les normes et la législation ainsi que l’affinement du comité. L’organisation veut être le plus grand promoteur du Facility Management sur la voie de la reconnaissance dans le monde des affaires. Elle compte réaliser cela via ses diplômes, des centres de formation, le développement de la profession, les programmes de récompense, la recherche, l’accréditation, l’implication des membres et diverses autres mesures. L’impact de l’organisation continue de croître chaque année. Actuellement, 51 événements sont organisés ainsi que 10 séances de perfectionnement professionnel, il y a plusieurs groupes structurés avec des représentants de l’IFMA et 62.000 points de contact. TENDANCES ET DÉFIS : • Intérêt croissant dans la manière de professionnaliser la branche industrielle. • Efforts constants pour faire participer les clients et les utilisateurs finaux et connecter toutes les voix de l’industrie afin que tout le monde reçoive des messages directs et complets. • Soixante à 70 pourcents des actionnaires veulent augmenter l’utilisation des outils techniques au sein de leurs services FM. Au plus un bâtiment est techniquement complexe, au plus il faut de main d’œuvre stratégique pour garder une vue d’ensemble. • Le besoin en formations FM continue de croître rapidement. Le défi consiste à suivre le rythme de la demande alors qu’il faut tenir compte du budget. • La demande augmente mais il est essentiel de garder la qualité comme priorité. Nous devons donner suffisamment de temps à la recherche qui aide à définir la profession.

Facilities Management Association of New Zealand - Val Moraes

Fondée en 2008, FMANZ est un réseau commun à croissance rapide qui représente les personnes actives dans le monde du FM en Nouvelle Zélande. L’association a trois fonctions principales : former, réseauter et représenter. FMANZ a signé un certain nombre d’alliances stratégiques, du Green Building Council of New Zealand jusqu’à FMA Australia. L’association offre une multitude de possibilités pour réseauter ainsi qu’un support profession-

nel via son FM Summit annuel, des formations, etc. Le développement de possibilités de formation pour les membres est la grande priorité de FMANZ. L’association se concentre sur un trajet progressif clair. Les autres priorités de l’association sont le renforcement de la communication (par la refonte du site web, l’accent sur les médias sociaux et une nouvelle mouture du magazine), la mise en réseau, l’augmentation du nombre de membres, le dialogue et la continuation de sa responsabilité fiscale. TENDANCES ET DÉFIS : • Un plus grand accent sur les médias sociaux qui offrent des possibilités supplémentaires pour atteindre des membres. • Exigence permanente de certification dans le monde des affaires et programmes de niveau académique. • La promotion de la valeur via une plateforme de formation est un must. • Un plaidoyer doit devenir une priorité. Le développement d’une voix nationale n’est possible qu’avec une offre en formations et un trajet de formation convaincants.

Facility Management Nederland Roel Masselink et Maybrit Admiraal

FMN, l’association néerlandaise des professionnels FM, compte environ 2.000 membres. La part du lion est détenue par les membres du management moyen et du management supérieur. Les objectifs internationaux de l’association consistent notamment à renforcer l’attention internationale, à rendre les connaissances internationales plus accessibles aux Facility Managers néerlandais et à tisser des liens entre les professionnels FM du monde entier. Masselink est revenu sur la manière dont les tendances externes influencent les FMN et leur adhésion. Le Facility Management est généralement sous-traité et les membres FMN potentiels se trouvent souvent parmi les fournisseurs. Il est nécessaire de renforcer la valeur du Facility Management, et FMN investit tant dans les individus que dans les organisations. Au centre de la tendance pour comprimer les coûts, l’accent est mis sur d’autres points comme le développement durable, l’hospitalité, la technologie et la communication. L’association s’est adaptée aux

Les nombreuses organisations FM dans le monde continuent d’offrir un immense potentiel pour une future collaboration et le partage des connaissances. tendances établies en modifiant stratégiquement le management, en actualisant son site web avec un nouveau CRM (Customer Relationship Management System), en rafraîchissant l’identité de l’entreprise, par l’introduction d’un European FM Leader Conference indépendant et en améliorant l’échange des connaissances. TENDANCES ET DÉFIS : • FM continue d’être considéré comme un intérêt commercial et non une priorité professionnelle. • Il y a un besoin constant pour développer ensemble des outils permettant de promouvoir le développement durable dans les entreprises. • Il existe des possibilités pour renforcer la position des FM au sein des entreprises. • Les médias sociaux sont à la fois perçus comme une menace et comme quelque chose de positif. Une grande quantité d’information est certes disponible, mais comment la gérer ?

International Facility Management Association - Tony Keane en Jeff Johnson

La stratégie de l’IFMA est concentrée sur la valeur actionnariale à long terme. Ses idées caractéristiques sur l’influence mondiale, la communauté, le développement durable et l’excellence opérationnelle imbibent ses quatre points de vue (actionnaire, interne, apprentissage et croissance, financier). L’IFMA veut appuyer sa vision pour être la source et le représentant du Facility Management. L’organisation distingue les différents points de vue en objectifs et en initiatives stratégiques, qui servent à aligner les priorités et à garantir que les fonds soient applicablement répartis dans l’entreprise. Un secteur de croissance, l’année dernière, a été la formation de l’EU FM Coalition, dont fait également partie IFMA Belgium. Le Fa-


FMJ

cility Management doit être plus visible au sein des cercles gouvernementaux et l’objectif de ce groupe croissant est de former les décideurs. EU FM Coalition est une source FM avec une voix unifiée. D’autres initiatives travaillées par l’organisation concernent notamment le programme Essentiels of FM et une stratégie des connaissances améliorée. Essentials of FM est un programme de budget disponible dans le monde et dans plusieurs langues. Via le programme, des individus peuvent apprendre les compétences de base pour devenir superviseur ou responsable de département dans le secteur du FM. La stratégie de la connaissance est un renouvellement de la bibliothèque de connaissances en ligne de l’IFMA qui se développe autour du partage des connaissances entre les membres. L’effort se reflète dans le renouvellement de la communauté en ligne de l’IFMA et plus particulièrement dans les pages sur le développement durable et le volet Workplace Evolutionaries. Dans les prochaines années, le système sera plus personnalisé et plus interactif. TENDANCES ET DÉFIS : • 28 pourcents des membres de l’IFMA n’habitent pas aux USA. Quelle valeur supplémentaire l’organisation peut-elle offrir aux membres internationaux ? • Les nombreuses organisations FM dans le monde continuent d’offrir un immense potentiel pour une future collaboration et le partage des connaissances. • La localisation du contenu global est importante parce que la pertinence est prescrite par les différents pays.

Développement de personnel (IFMA Foundation) - Jeff Tafel

IFMA Foundation continue d’accréditer des hautes écoles et des universités via ses formations accréditées (ADP) et vise à montrer aux étudiants qu’une carrière dans le secteur du FM est un bon choix. Pendant l’IFMA’s World Workplace 2014 Conference & Expo, la fondation a reconnu la Texas A&M University comme établissement où on peut suivre la 31ème formation accréditée par l’IFMA. IFMA Foundation ne se concentre pas uniquement sur la croissance de ses formations. Les collaborateurs IFMA ont aussi réé-

crit les normes ADP en gardant à l’esprit le point de vue des étudiants. En 2014, la fondation a fait don de 130.000 euro pour des bourses d’études et des subsides à plus de 37 étudiants, et la participation internationale continue de croître. Outre les programmes et les awards, le point focal d’IFMA Foundation reste l’initiative Global Workplace Workforce : un plan qui va soutenir la position du Facility Management lorsque les individus doivent faire un choix de carrière. Le thème des discussions en groupe

L’engagement des étudiants a été mis en avant par les participants du congrès comme étant le thème ayant le plus grand potentiel direct. Les idées suivantes ont été proposées : • Fournir plus d’efforts pour promouvoir la recherche effectuée par les étudiants. • Application d’une ludification dans l’enseignement des étudiants au sujet du Facility Management. • Réalisation de vidéos FM destinées aux Facility Managers émergents et/ou aux jeunes hommes d’affaires. Ces vidéos peuvent être semblables aux vidéos de TED Talks. • Création d’une banque de connaissances centralisée pour le Facility Management afin de faciliter la consultation. • Utiliser des exemples réels qui soient pertinents dans les régions des étudiants. Ils peuvent ainsi percevoir comment

contribuer au concept. Peut-être y-a-t-il un boom de la construction dans leur ville. Il est important de montrer des exemples pratiques qui soient d’application pour eux. • Les étudiants apprennent mieux en voyant et en faisant. L’enseignement à l’aide de scénarios : « Si vous étiez le directeur de cette école, comment gèreriez-vous le bâtiment ? » • Chercher un exemple de projet connu qui montre à quel point le FM fait partie du concept. Exemple : le projet Mars City a introduit le concept de technologie BIM dans plusieurs écoles, et les étudiants ont pu découvrir un autre aspect du FM. • Les rencontres individuelles entre les étudiants et les entreprises/les organisations pour connaître les défis et les motivations des étudiants. • Rassembler un groupe d’étudiants issus de cultures et de nationalités différentes pendant une longue période. Les laisser interagir entre eux en brainstorming sur le FM. Ils avanceront très probablement des solutions uniques. (Par Andrea Sanchez, rédacteur en chef FMJ , senior director communication IFMA)

Cet article est initialement paru dans FMJ, le magazine officiel de l’International Facility Management Association (www.ifma.org/ fmj), et est à nouveau publié avec l’autorisation.

35


PAVIRO Public Address et système d'évacuation sonore Avec qualité sonore professionnelle Flexibilité dès le début

PAVIRO est le premier produit d’une nouvelle génération consacrée au Public Adress et aux systèmes d’évacuation sonores. Les conseillers gagneront du temps en définissant un système complet avec quelques paramètres seulement. Les installateurs éviteront les frais imprévus grâce à l’extrême flexibilité du système. Les propriétaires de bâtiments bénéficieront de la faible consommation énergétique ce qui contribuera à une baisse des frais d’énergie, avec des piles moins nombreuses et moins chères. Découvrez comment en profiter et consultez; www.boschsecurity.be


ARCHITECTURE

KBC Esplanade Leuven © Piet Mares

Le groupe de travail IFMA FM&Architecture présente son rapport

L Cover FR - zonder rug - outlines.indd 2

16/11/2015 14:44:49

e groupe de travail FM&Architecture a présenté son rapport le 24 novembre dernier. Le point de départ est la problématique du manque d’implication du Facility Manager dans les processus de conception et de construction. Le rapport mentionne quand il faudrait partager quelle information stratégique avec qui, dès la première phase de conception.

Lorsque le Facility Manager est trop peu impliqué dans les processus de conception et de construction, cela peut entraîner la livraison d’un bâtiment non-durable, très coûteux et difficile à entretenir et à gérer. Le groupe de travail FM&Architecture, constitué de Mieke Loncke (IFMA), Alain Delahaut (HEPL), Guy Eeckhout (Barco), André Colin (Ageas), Philippe Vis (RES), Hans Janssen (8Office – interieur), Anton Boone (Threon), Inneke Van Hout (Intervest), Thomas Vandenbergh (Besix), Pieter Pauwels (Université de Gand), Geert Mertens (PMV), Geert Verhelst (Ingenium), Iwein Baeyens (UZ Brussel), Jan Moens (BB) et Patrick Heyneman (Imtech), s’est penché sur cette problématique. Le rapport vise l’objectif de réaliser une meilleure rétroaction entre le Facility Manager et l’architecte. Mieux, le groupe de travail s’efforce, via ce document, d’améliorer l’échange des connaissances et l’expertise sur le FM entre tous les acteurs impliqués dans les processus de conception, de construction et de gestion. Directives

Le rapport compte 37 pages et reprend un ensemble de directives, structurées selon

les phases et les parties concernées. Ces directives doivent donner un fondement au Facility Manager et aux autres parties impliquées, et permettre, dès la première phase de conception, de concevoir des bâtiments gérables plus efficacement. Les directives indiquent le type de questions auxquelles le bâtiment doit répondre et être conforme pendant les processus de conception, de construction et de gestion. Ces questions sont résumées par étapes dans le cycle de vie d’un bâtiment, peu importe qui pose la question. Le contenu du rapport est scindé en deux parties. La première partie traite de l’interaction entre le FM et l’architecture (Cycle de vie d’un bâtiment, Construction et performances supérieures, Approche de projet intégrée, Valeur de récupération). Le principal chapitre aborde le partage des connaissances, phase par phase. Onze phases sont développées : Idée, Programme d’exigences, Concept architectural, Rénovation ou construction, Conception architecturale, Conception technique, Appel d’offres, Construction, Fonctionnement et maintenance, Rénovation et valorisation, Décision de rénovation ou

Le rapport mentionne quand il faudrait partager quelle information stratégique avec qui, dès la première phase de conception. démolition. A chaque phase, les questions suivantes sont posées : définition de la phase ? Quelles sont les questions qui devraient être posées à ce stade à propos du bâtiment ? Deliverables ? Alain Delahaut (HEPL), président du groupe de travail : « Avec ce rapport, nous pensons avoir créé un modèle qui initie et stimule l’interaction entre les parties impliquées, chaque fois au moment opportun pendant le cycle de vie complet d’un bâtiment. Nous espérons que le lecteur y trouvera de l’inspiration lors de l’approche d’un prochain projet, où qu’il se situe dans le cycle d’un bâtiment. » (Par Tilly Baekelandt) Le rapport FM&Architecture peut être téléchargé gratuitement via le site : www.ifma.be/fr/rapports/

37


38

REPORTAGE

L’entretien structurel et la maintenance technique sont un et indivisible

Fort en maintenance technique préventive

D

epuis un an et demi, les techniques font partie intégrante des activités de Vanhout Facilities. « La combinaison de notre expertise dans le domaine de l’entretien structurel et de la maintenance technique des bâtiments nous donne une position particulière sur le marché », déclare Jan Parmentier, Manager de cette entreprise du Groupe Vanhout.

Van Hout Facilities, fondée en 2008, emploie 15 techniciens et 9 employés. L’entreprise n’opère plus uniquement depuis sa base à Geel. Suite à la répartition nationale des projets, une seconde entité a vu le jour à Bruxelles. « Plusieurs acteurs de marché se focalisent sur la maintenance technique. Pour nous, l’entretien structurel (façades, toitures, …) est tout aussi important, tout comme l’interaction possible entre les deux types de maintenance. De la moisissure sur les murs, par exemple, c’est un problème structurel mais souvent aussi la conséquence d’une ventilation non performante. Outre notre bureau d’études, Botec, et notre bureau d’études en techniques durables, Vadutec, nous gérons toutes les techniques (menuiserie, construction métallique, …) en interne. Nos techniciens multidisciplinaires agissent généralement comme des responsables de chantier et travaillent avec des partenaires qui, sous leur supervision, oeuvrent comme des sous-traitants. » De la vente au détail aux ambassades

« Notre approche de projet dépend de la mission que nous confie le client. Il peut

novée en une maison communale, est un exemple » explique Parmentier.

s’agir uniquement d’une maintenance préventive ou d’une maintenance corrective à la demande. Mais certains clients nous confient tant la maintenance préventive que corrective et l’approvisionnement des investissements de remplacement. On demande de plus en plus de réaliser les activités de maintenance avec le personnel interne à un prix déterminé à l’avance. Parmi nos clients, nous avons notamment les chaînes de vente au détail, des établissements de soins et des ambassades, mais aussi des immeubles de bureaux. L’accent est mis sur les projets où une certaine empathie est demandée à nos collaborateurs. Dans le secteur des soins de santé, il peut s’agir d’un centre psychiatrique et la prudence y est de mise. Dans les ambassades, une discrétion absolue est un must. Ce n’est que comme cela que nous pouvons garantir un service optimal. » Pour les marchés publics, le Total Cost of Ownership est un ingrédient de base, certainement lors des projets PPS. « Outre notre division S&R qui se concentre sur la construction et l’exploitation de piscines via PPS, nous sommes souvent impliqués dans de telles formules via les communes. La maison Bethanie à Zoersel, qui a été ré-

Que l’entretien structurel ait jusqu’à présent pesé plus lourd que la maintenance technique s’explique par le fait que Vanhout Facilities est issu d’une entreprise de construction. « Depuis un an et demi, les techniques font partie intégrante de nos activités. Nous avons maintenant aussi des frigoristes, des techniciens brûleur, etc., en service. Nos clients peuvent faire appel à notre service de garde 24/24 et 7/7 constitué de nos propres techniciens. Nous sommes forts en maintenance technique préventive et nous travaillons selon des prix déterminés au préalable. La maintenance corrective doit être évitée le plus possible. Nous travaillons comme une équipe de construction et nous pensons au long terme avec le client qui fait partie de l’équipe », conclut Parmentier. (Par Philip Declercq)

www.vanhout.be

Bank van Breda à Anvers : Intégration discrète d’une solution de refroidissement . Photos © Vanhout Facilities


PROOF PDF

Évolution du lieu de travail. Gestion et entretien durables des bâtiments. Logistique et mobilité intelligentes. Manger de façon saine

et équilibrée au travail. Des services de Facility qui font vraiment la différence pour une entreprise, ses collaborateurs et ses clients.

Z-F Facillity ty: l’actualité, les tendances et les best practices sur le plan du Facility Management. Chaque jeudi sur Canal Z. En collaboration avec

Z-Facility, également à suivre sur www.canalz.be

OB62527_Z-facility.indd 2

24/04/15 10:12

e el r l ction uv ou No nt p stru de t n e co le e em én e la tiel ts. v é r d en oje r u id te rés s p c se on rand n g

u tility b uilding to mo r ro w

23-24 MARS 2016

K O R T RI J K X P O

Plus d’infos: WWW.UTILITY2BUILD.BE

DE COENE PRODUCTS

GEA Happel Belgium

Réservez dès aujourd’hui votre emplacement: utility2build@kortrijkxpo.com

U2B_ADV_168x125_TECHCARE_FR.indd 1

27/08/15 09:47


40

LOIS ET NORMES

01

Garantir une détection incendie fiable

L

a moitié des entreprises touchées par un incendie font faillite endéans les deux ans. Telle est la conclusion d’une étude réalisée par Rabobank aux Pays-Bas. Inutile de dire à quel point une détection incendie est importante. Néanmoins, la norme actuelle date de 1986, époque révolue des vidéocassettes et des baladeurs. Depuis 2005, la commission miroir E72 prépare une adaptation de la norme. Lors d’un demi-journéé formation organisé par l’IFMA, Christophe Pia de DEF a pointé les changements majeurs qui devraient intervenir avant la fin de l’année.

Un élément de la sécurité incendie

La sensibilisation à la sécurité incendie a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. La détection incendie n’est qu’un élément d’un ensemble pouvant être scindé en trois piliers : l’organisation (prévention, intervention, communication), la sécurité passive (les matériaux de construction) et la sécurité active (détection, extinction). Un Facility Manager qui veut établir une bonne politique intègre toujours ces trois éléments. L’accent est aussi mis sur le mouvement, explique Christophe Pia (Sales manager chez DEF, un acteur international dans le secteur des systèmes de sécurité incendie). « Jadis, le seul souci était de protéger le personnel. Aujourd’hui, c’est toujours l’objectif principal mais on cherche aussi à préserver les biens, les produits et le bâtiment. Un incendie peut avoir des lourdes conséquences et compromettre l’exploitation des activités. L’ancienne norme de 1986 n’en tenait pas suffisamment compte. De plus, elle était prescriptive, non basée sur les performances et bien entendu pas à la hauteur de la technologie d’aujourd’hui largement disponible, comme les nouvelles centrales de contrôle et de

signalisation et les détecteurs spéciaux. Les entreprises ne doivent pas paniquer. Si elles disposent déjà d’un système et qu’elles sont conscientisées, elles ne devront probablement rien changer. Mais c’est une opportunité de secouer tout le monde. La sécurité incendie n’est pas seulement une affaire de spécialistes, chaque personne sur le lieu de travail doit être conscientisée. » Divisé en deux parties

La norme NBN S21-100 va donc être remplacée avant la fin de l’année. Cela se fera par deux nouvelles normes : la NBN/DTD S 21-100-1 et la NBN/DTD S 21-100-2. Pia :

« Le changement le plus frappant est que la norme est désormais divisée en deux parties. La première se concentre sur les solutions techniques : comment dois-je intégrer la détection incendie ? La seconde va plus loin dans la définition de la responsabilité. C’est ce dernier élément qui est surtout nouveau. En recherchant la responsabilité, la détection incendie est devenue un élément dans un ensemble plus vaste d’un système de sécurité incendie actif, et l’importance des certificats est en augmentation. Le nouveau certificat FISQ peut en dire plus au Facility Manager sur le partenaire à choisir. Il s’agit d’un certificat de qualité indépendant pour les

« La sécurité incendie n’est pas seulement une affaire de spécialistes, chaque personne sur le lieu de travail doit être conscientisée. » Christophe Pia (Sales manager DEF)


LOIS ET NORMES

entreprises du secteur de la sécurité incendie qui garantit la sécurité et la qualité des produits pendant toute la durée de vie de l’installation. A côté de cela, il y a le certificat FCB (Fireforum Certified Building) qui a récemment été créé. Cet agrément signifie que le bâtiment est sécurisé à 100% contre l’incendie en ce qui concerne l’infrastructure, les techniques, l’organisation et la maintenance. Les Facility Managers profitent ici d’une large vision sur la sécurité incendie qui fait plus que ce que ne prescrit la loi. Tant les Pouvoirs publics que les pompiers et les compagnies d’assurance se sont retrouvés autour d’une table pour rédiger ce certificat. Cela pourra aussi conduire à des réductions sur les tarifs. »

• Comment dois-je planifier et répartir le cloisonnement et les zones à risques ?

L’analyse des risques donne le ton

« Le contrôle et la maintenance sont essentiels pour avoir et garder une protection efficace.»

Comme nous l’avons mentionné, la sécurité incendie commence par une analyse des risques et l’évaluation des besoins. Tous les locaux d’un bâtiment ne nécessitent pas la même protection. Pour déterminer le niveau de surveillance, le Facility Manager doit se poser trois questions : •L’incendie peut-il s’étendre à l’intérieur ou à l’extérieur du local ? • Quelles sont les conséquences d’un incendie dans ce local (décès, blessures, perte de propriété, dégâts à l’environnement) ?

02

Selon les besoins, un niveau spécifique de surveillance est déterminé. Cela peut aller d’une surveillance simple ou complète des issues d’évacuation ou de l’équipement, à aucune surveillance (des zones réfrigérées non ventilées ou des locaux sanitaires, par exemple). Une fois les besoins identifiés, on peut passer à la prise de mesures pour prévenir l’incendie, garantir la sécurité et évacuer rapidement les personnes présentes, commencer à lutter efficacement contre l’incendie, limiter les effets dommageables et faciliter l’intervention des services d’intervention.

01. Le coeur d’une protection incendie active est la CIE, une centrale de détection incendie intelligente. 02. Des contrôles périodiques doivent être réalisés pour garantir le bon fonctionnement de l’installation. 03. Il est important que les modules de commande soient surveillés et que les erreurs soient signalées. Un détecteur défectueux ne peut pas prévenir un incendie.

03

Processus appliqué à une installation de détection incendie et aux systèmes d’alarme incendie Tant la NBN/DTD S 21-100-1 que la NBN/DTD S 21-100-2 suivent la même structure de processus. A chaque étape, vous pouvez retrouver la référence à l’article dans la norme respective, pour de l’information plus détaillée. Si vous poursuivez ces étapes et collaborez avec un partenaire fiable, vous êtes assuré d’avoir un système de détection incendie complet. • Analyse des risques et évaluation des besoins (article 5 et article 4.2) • Etude et conception (article 6 et article 4.3) • Placement (article 7 et article 4.3) • Mise en service (article 8 et article 4.3) • Contrôle initial (article 9 et article 4.4) • Mise en service (article 10 et 4.5) • Extension ? Modification ? (article 12 et article 4.7) • Vérification et maintenance (article 13 et article 4.6) • Contrôle périodique de la conformité (article 9 et article 4.4)

41


42

LOIS ET NORMES

04

« Avec le certificat FCB, les Facility Managers profitent d’une large vision de la sécurité incendie qui fait plus que ce que ne prescrit la loi.»

05

de l’entreprise. Des vérifications doivent avoir lieu tous les jours, tous les mois, tous les trois mois et une fois par an. Car que faire d’un système de surveillance parfait si, façon de parler, la batterie vide n’a pas été remplacée. » Un mouvement de rattrapage

Les systèmes de détection incendie sous la loupe

Le coeur d’une protection incendie active est la CIE, une centrale de détection incendie intelligente. Lorsqu’un capteur détecte de la fumée, des flammes ou un foyer d’incendie via ses orifices, il transmet un signal à la CIE. A partir de la CIE, une alarme peut être générée pour prendre les mesures utiles. Les possibilités de configuration d’un tel système sont légion. Les détecteurs optiques sont les chevaux de trait mais ils ne suffisent pas dans toutes les situations. Le mieux est de vous faire conseiller par des entreprises certifiées qui connaissent leur métier. Il est important de surveiller la CIE, les circuits des détecteurs, les déclencheurs manuels, les sirènes et les modules de commande, et de signaliser des erreurs. Un détecteur défectueux ne peut pas prévenir un incendie. Pour la même raison, un entretien périodique réalisé dans les règles de l’art est un must absolu, souligne Pia : « Le contrôle et la maintenance sont essentiels pour avoir et garder une protection efficace. La norme établit clairement la responsabilité chez le gestionnaire, dans de nombreux cas le Facility Manager ou le responsable

« La Belgique n’affiche certainement pas de mauvais score par rapport au reste de l’Europe en matière de sécurité incendie. Bien que les règles datent de 1986, un cadre législatif est en vigueur et les entreprises sont conscientes de son importance. Avec cet ajustement, nous réalisons un beau mouvement de rattrapage dans le domaine des normes et nous sommes à jour. Néanmoins, la sensibilisation à cette problématique est un travail de longue haleine, mais des organisations professionnelles comme Agoria s’y attèlent.

04. Il est important de surveiller les issues d’évacuation. 05. L’analyse des risques doit cartographier les besoins par local. La solution est ensuite choisie en fonction du niveau de sécurité demandé.

D’ici la fin de l’année, la fédération de l’industrie technologique va publier un Livre blanc dans lequel elle détaille sa vision sur la sécurité incendie et intègre la législation à différents niveaux dans un ensemble. Le document veut être un fil conducteur dans l’approche d’une politique de sécurité incendie efficace », conclut Pia. (Par Valérie Couplez)

Agoria s’attelle à la sécurité incendie

Agoria, la fédération de l’industrie technologie, a travaillé dur ces derniers mois pour soutenir les entreprises dans la mise en pratique de la nouvelle norme. Elle a publié un Livre blanc dont l’ambition est d’être un fil conducteur pour une politique de sécurité incendie effective. Vous voulez en savoir plus ? Allez donc sur le site web, vous y trouverez le document. http://www.agoria.be/fr/ Livre-blanc-Securite-incendie

www.def-online.be

LIVRE BLANC SÉCURITÉ INCENDIE Fil conducteur pour une politique incendie efficace


Recyclez vos lampes usagées : devenez point de collecte. Recycler des lampes n’offre que des avantages. C’est bon pour la nature, pour votre image de marque en tant qu’entreprise durable ET pour votre propre confort et tranquillité. En effet, Recupel se charge de l’inscription, de la collecte, du traitement ET du recyclage. Sans le moindre coût pour vous, et avec la garantie que tout le processus se déroulera efficacement et de manière éco-responsable. Inscrivez-vous aujourd’hui encore sur www.recupel.be/pointdecollectelampes.. Une fois inscrit, choisissez un collecteur, qui viendra vous apporter une boîte ou un box à ampoules. Et ensuite ? Vive la collecte !

0800 403 88 OPERATIONS

les mpou Vos a es u miq écono ! aussi et LED

recupel.be

Des questions ? Envoyez un e-mail à logistics@recupel.be


REPORTAGE

©Jonas Mertens

44

01

Facility et IT : deux équipes, un objectif, un outil

L

e grossiste en matériel électrotechnique Cebeo base son approche à partir de la perspective du client. Qu’il s’agisse d’une prestation de services dans les filiales de vente ou en interne. L’entreprise recherche en permanence comment offrir un meilleur support aux collaborateurs. La coopération entre le Facility et l’IT constitue un beau cas de figure.

Cebeo est un grossiste en matériel électrotechnique pour notamment la construction résidentielle et l’industrie. L’entreprise est leader de marché en Belgique. « Le fait que nous soyons leader est sans doute moins pertinent pour les clients », déclare Jo Vanackere, responsable de la communication interne et externe chez Cebeo. « Ce qui compte pour eux, c’est que nous soyons les meilleurs. Tout ce que nous entreprenons doit être profitable pour le client. » Cette stratégie est visible dans toute l’entreprise, confirme Wim Neirinck (ICT application development manager) : « Nous voulons soutenir nos clients – les installateurs – dans leur travail d’entrepreneur. Ainsi, il leur est parfois difficile de passer pendant les heures d’ouverture. Nous disposons donc d’un sas de nuit où ils peuvent venir retirer leurs commandes quand ça les arrange ». Plus central, plus complexe, plus efficient

Cebeo a connu une forte croissance ces dernières années suite à des acquisitions. Actuellement, l’organisation compte 32 filiales de vente et emploie environ 700

collaborateurs au sein des départements achats, logistique, vente ou dans les services de support Finance, Marketing, HR, Facility ou IT. « Jusqu’il y a trois ans, le département achats et les services de support étaient répartis sur plusieurs sites », explique Vanackere. « Une distance de plusieurs kilomètres vous sépare de votre collègue et vous devez pourtant travailler ensemble, ce n’est pas toujours évident. En 2011, il a donc été décidé de rassembler la direction, les achats et les services de support sur un seul site. » Parallèlement à cette centralisation, les filiales ont été modernisées. Vananckere : « De nouvelles filiales sont venues s’ajouter et d’autres plus anciennes ont été rénovées. Pour nos points de vente, nous avons implémenté nos solutions intelligentes dédiées aux logements et aux bâtiments. » Le département Facility et sa petite équipe devait gérer de nombreux sites, et suite aux rénovations, les bâtiments étaient devenus plus complexes. Neirinck : « Il y avait un besoin pour une approche plus structurée et le département Facility a recherché un logiciel pour soutenir ses activités. A côté de cela, les

services de support recherchaient depuis un certain temps déjà comment améliorer le suivi des notifications et des requêtes. Et l’IT était aussi à la recherche d’un outil pour fluidiser la communication entre les divers spécialistes de l’équipe. » Shared Service Management

Les départements se sont rencontrés lors d’un processus de sélection. Neirinck : « Pour l’utilisateur final, il est logique d’être desservi avec un seul outil. Nous sommes vite arrivés à la conclusion que les départements Facility et IT avaient tout intérêt à utiliser le même logiciel. De plus, il existe un chevauchement au niveau des activités. Dans le cadre de la mise en place d’un réseau par exemple, tant les aspects du Facility que de l’IT interviennent. Facility rend l’installation physique possible, tandis que l’IT gère l’infrastructure ». Lors de la sélection de l’outil, les exigences et les souhaits des départements ont été étudiés ensemble. Neirinck : « C’est un grand avantage que de rechercher une coopération à un stade précoce. Dès les premiers entretiens, nous avons étudié le fonctionnement des deux départements et des accords ont été pris. Nous ne voulions pas, par exemple, que les notifications du Facility soient visibles dans le système IT ou l’inverse ». Facility comme chef de file

Le choix s’est porté sur l’outil TOPdesk et l’installation a été discutée avec un consultant. Neirinck : « Nous nous sommes concentrés sur les affaires communes, les interfaces entre le Facility et l’IT. Pour commencer, nous avons enregis-


REPORTAGE

tré les coordonnées des sites et des collaborateurs, des données qui sont identiques pour les deux départements. Les processus sont globalement les mêmes, je n’ai pas eu vent de problème lors de l’installation de l’outil ». Finalement, Facility a été le premier département à lancer TOPdesk. Neirinck : « Nous avons travaillé par étapes. Nous ne voulions pas tout installer et tout transmettre en une fois aux utilisateurs finaux. Tout le monde a pris le temps de s’habituer à la méthode de travail et l’outil a ensuite été déployé plus facilement ». Un seul outil

Les services de support sont hébergés depuis maintenant trois ans dans le nouvel immeuble de bureaux situé le long de la E17, et les notifications du Facility et de l’IT sont enregistrées dans TOPdesk. Neirinck : « Nous travaillons de manière plus structurée. De plus, nous pouvons montrer clairement là où nous travaillons. Nous rapportons par exemple le nombre de notifications que nous avons solutionnées. » Et qu’en est-il de la distinction des notifications du Facility et de l’IT ? « Nous ne voyons rien l’un de l’autre. Nous pouvons faire notre travail comme d’habitude mais il est plus simple de nous transmettre les notifications : toute l’information y est désormais décrite. » Le client en interne tire aussi un avantage de l’utilisation d’un seul outil, remarque Vanackere : « Avant, l’utilisateur final ne savait pas trop si une suite était donnée à son appel téléphonique. Aujourd’hui, la notification est intégrée dans un trajet. » Neirinck ajoute : « Pour l’utilisateur final, ce n’était pas toujours évident de savoir

02

à quel département ou à quelle personne s’adresser, maintenant tout est réglé dans TOPdesk et les erreurs peuvent être rectifiées. Chaque notification peut être requalifiée pour que le bon département ou la bonne personne la reçoive. »

lors de l’installation d’un outil, non seulement ceux des départements concernés mais aussi les clients internes. Nos utilisateurs finaux vont jouer un grand rôle dans l’évaluation de l’utilisation de l’outil. »

Rédiger des notifications à l’aide d’un outil est une question d’habitude. Vanackere : « Des questions sont naturellement posées lors de l’introduction d’un nouvel outil, et donc la communication est très importante. Les collègues du Facility et de l’IT – mais aussi les utilisateurs finaux - doivent savoir ce qu’il se passe et pourquoi. Vous pouvez avoir les meilleurs processus effectifs mais si vos utilisateurs finaux n’en veulent pas, vous ne réussirez pas. Nous mettons un manuel d’utilisation à disposition et les utilisateurs finaux peuvent toujours appeler. Nous leur expliquons comment réaliser des notifications, aussi longtemps qu’il le faut. »

www.topdesk.be www.cebeo.be

Cebeo se trouve encore dans la phase de démarrage mais de nombreuses idées pointent déjà à l’horizon. Neirinck : « D’autres services de support nous posent des questions sur cet outil qu’ils souhaiteraient utiliser. Nous avons déjà planifié une réunion avec les RH pour en discuter, mais nous voulons d’abord finaliser la base avant d’aller plus loin. Nous nous tenons à notre approche progressive . » Outre le déploiement dans d’autres départements, Jo Vanackere perçoit d’autres opportunités : « Nous regardons toujours comment encore mieux aider nos clients, c’est inscrit dans notre ADN. Je pense qu’il est important, pour chaque organisation, de répertorier les besoins des utilisateurs

(Photos : merci à Cebeo)

Cinq conseils de Cebeo pour la mise en œuvre d’un outil FMIS • Recherchez à un stade précoce une collaboration avec d’autres services de support. • Focalisez-vous sur les interfaces et les aspects communs de la prestation de services. • Répertoriez les besoins de vos utilisateurs et intégrez-les dans l’installation. • Maintenez le seuil d’utilisation de l’outil le plus bas possible. • Ne faites pas tout en une fois mais travaillez par étapes.

01. Jo Vanackere (Communication interne et externe chez Cebeo) et Wim Neirinck (ICT application development Manager) : « Dès les premiers entretiens, nous avons étudié le fonctionnement des deux départements et des accords ont été pris. Nous ne voulions pas, par exemple, que les notifications du Facility soient visibles dans le système IT ou l’inverse. » 02. Les services de support sont hébergés depuis trois dans le nouveau bâtiment de bureaux situé le long de la E17, et les notifications du Facility et de l’IT sont enregistrées dans TOPdesk.

45


46

FORMATION

Wanted : talent Des solutions novatrices pour engager les bons talents

L

e talent devient, s’il ne l’est pas encore, la nouvelle ressource rare indispensable à la croissance des entreprises. Les forces ne sont pas là pour le cueillir. Pas de pénurie par contre pour les talents dormants. La force d’attraction de l’entreprise dépend de son attractivité. Les candidats sont exigeants. Aux employeurs de faire en sorte que leur entreprise soit ‘a great place to work’, un sol fertile pour un emploi durable. Des experts en la matière ont évoqué les défis et les solutions potentielles lors d’un événement IFMA organisé à la Vlerick Business School campus Leuven.

Enquête/Tendance

Dans sa dixième édition de son enquête annuelle sur la pénurie de talents, ManpowerGroup a demandé à près de 42.000 employeurs de 42 pays et régions (dont 750 en Belgique) pourquoi ils éprouvent des difficultés à remplir leurs postes vacants. 24% des employeurs belges éprouvent des difficultés à pourvoir leurs postes vacants en 2015 (Top 10 des métiers en pénurie : voir encadré). Les pénuries de talents augmentent dans les trois régions du pays : en Flandre (26%), à Bruxelles (26%) et en Wallonie (18%). A l’échelle mondiale, cette pénurie atteint le score le plus élevé depuis sept ans (38%). Les cinq raisons principales qui perturbent le recrutement sont : le manque de compétences techniques/hard skills (51%), le manque de candidats disponibles/pas de candidats (35%), le manque d’expérience (27%), la personnalité/employabilité/soft skills (17%), des salaires pas assez attractifs (10%). ManpowerGroup Solutions perçoit quatre tendances : « Les bonnes personnes avec les bonnes compétences

sont difficiles à trouver. Elles sont sur le marché du travail mais elles n’ont pas les compétences demandées. Par ailleurs, l’individu a plus de pouvoir parce qu’il a accès à ce que l’entreprise a à offrir. Les clients ont alors le choix, tout est accessible. Une quatrième tendance est la révolution technologique : comment peut-elle nous aider dans notre vie actuelle ? Je pense à l’impression 3D. Qui dit que les entreprises de transport seront encore nécessaires ? Si le monde change, allons-nous faire autre chose tous ensemble ? » Que peuvent faire les employeurs ?

L’enquête montre que les employeurs n’en font pas assez pour affronter les pénuries de talents. 1 employeur sur 3 n’a pas de stratégie. Moins d’1 sur 10 a adopté un plan d’action pour recruter les profils sous-utilisés sur le marché de l’emploi (jeunes inexpérimentés, travailleurs âgés, personnes avec un handicap). Seul 1 employeur sur 5 propose des formations complémentaires à ses collaborateurs. A peine 3% sont prêts à adapter leurs cri-

Cindy Vanwelckenhuijzen (Business Unit Manager RPO/MSP) : « En six mois de temps, nous avons traité 21.000 cv et avons trouvé 600 personnes pour les nouveaux sites d’Ikea à Mons et à Hasselt. »

Ann Coene (Responsable Formation Facility Management Odisee) : « On remarque souvent que les entreprises recrutent à un mauvais niveau. Elles veulent un Bachelier mais demandent des compétences de Master. »

tères de sélection pour recruter des candidats sur base de leur potentiel (‘Teachable Fit’). Seuls 4% recrutent des talents hors des frontières du pays. Luc Engels : « Les employeurs vont devoir introduire de nouvelles pratiques RH pour rechercher des talents. Je pense à l’utilisation des médias sociaux, à la redéfinition des critères de sélection, etc. Les personnes qui ont des connaissances doivent être à nouveau impliquées sur le marché. Il faudrait faire du recrutement à partir de sources sous-utilisées. Au lieu de chercher un mouton à cinq pattes, trouvez-en un à trois et ajou-


FORMATION

tez-lui deux pattes. De plus, une culture d’apprentissage doit être stimulée pour encourager les travailleurs à prendre leur carrière en main. L’employeur doit aussi promouvoir son image. Faites-en sorte que votre entreprise devienne ‘a great placet to work’ pour les talents à la recherche d’un emploi. » Business case Ikea

Fin 2014, ManpowerGroup a été approché par Ikea à propos des deux nouveaux sites (Hasselt, Mons) qui ouvriront en 2016. En six mois de temps, l’entreprise avait besoin de 600 personnes. Cindy Vanwelckenhuijzen (Business Unit Manager RPO/ MSP) : « Ikea était à la recherche d’un partenaire solide, capable de prendre des décisions rapides en matière de recrutement. Comme nous avons reçu énormément de cv, notre première préoccupation a été de répondre rapidement et efficacement. Cela peut avoir un impact sur la marque et le rayonnement. Un autre point d’attention fut une approche uniforme. Il fallait une équipe qui parle au nom d’Ikea, dans le prolongement de l’équipe RH d’Ikea. Une vingtaine de nos collaborateurs ont été préparés pour être intégrés dans l’équipe RH d’Ikea. L’accord convenu était un paiement sur base des activités réalisées. Nous avons organisé un exercice de talent mapping dès que nous avons pensé manquer de certains profils. Le résultat fut un pourcentage de réussite élevé. Le processus a été lancé en janvier 2015 et s’est achevé en août. 56% des candidats qui ont eu un premier entretien ont été engagés. Nous avons trouvé 600 personnes, l’upscale et downscale est réussi. Finalement, nous avons traité 21.000 cv. Chaque candidat est reparti avec un sentiment positif car ce sont aussi des clients potentiels. Ikea dispose maintenant d’une réserve de candidats. » Les défis pour le monde FM

De la discussion en groupe avec Ann Coene (Responsable Formation Facility Management Odisee), Cliff Mostien (Coordinateur Formations post-graduat FM – Odisee), Peter Coenen (Directeur Vlaamse Jongeren Ondernemingen) et le modérateur Luc Engels, il ressort que dans le cadre de la formation continue et des

Faites-en sorte que votre entreprise devienne ‘a great placet to work’ pour les talents à la recherche d’un emploi. changements rapides auxquels le secteur est soumis, une collaboration étroite est nécessaire sur le terrain. Anne Coene : « Chaque année, une cinquantaine de personnes terminent à Odisee leurs études de bachelor en Management facilitaire, une formation unique. Avant, on s’en tenait au trajet standard de trois ans, aujourd’hui on combine souvent le travail et les études. Les étudiants élaborent euxmêmes leur trajet. Si aux Pays-Bas l’accent est mis sur les aptitudes à la gestion, et en Allemagne sur l’aspect technique, nous nous focalisons sur l’aspect multidisciplinaire et intermédiaire. Le Teachable Fit est une donnée très importante. On remarque souvent que les entreprises recrutent à un mauvais niveau. Elles veulent un Bachelier mais demandent des compétences de Master. Une question importante est : Quel est le niveau que je veux attirer et combien suis-je prêt à payer ? » Peter Coenen souligne le rôle du gouvernement et du monde économique : « Que pouvons-nous faire dans le cadre du plan d’apprentissage ? Mais aussi : quel rôle le monde économique peut-il jouer ? Je pense à l’initiative ‘Entrepreneurs pour la classe’. » Cliff Mostien estime que les entrepreneurs doivent donner des conférences en dernière année de l’enseignement secon-

Cliff Mostien (Coordinateur Formation post-graduat FM – Odisee) : « Les entrepreneurs doivent donner des conférences en dernière année de l’enseignement secondaire. On arrive trop souvent dans une formation à un stade ultérieur. »

Peter Coenen (Directeur Vlaamse Jongeren Ondernemingen) : « Le monde économique doit se déplacer dans les écoles. »

daire : « On arrive trop souvent dans une formation à un stade ultérieur. La fonction de Facility Manager est polyvalente. Nous formons des généralistes. Au monde de l’entreprise à faire de ces personnes des spécialistes. Un profil donné évolue après quelques années et dans l’enseignement, c’est un défi que de repérer rapidement aux tendances. » (Par Tilly Baekelandt)

Top 10 des métiers en pénurie en Belgique 1 – Ouvriers qualifiés* (statu quo par rapport à 2014) 2 – Commerciaux (augmentation par rapport à 2014) 3 – Techniciens (diminution par rapport à 2014) 4 – Comptables & Financiers (augmentation par rapport à 2014) 5 – Chauffeurs (augmentation par rapport à 2014) 6 – Profils IT (augmentation par rapport à 2014) 7 – Secrétaires et Administration (diminution par rapport à 2014) 8 – Ingénieurs (diminution par rapport à 2014) 9 – Project managers (nouveau) 10 – Ouvriers non qualifiés (diminution par rapport à 2014)

*Les ouvriers qualifiés arrivent en tête du top 10 des métiers en pénurie pour la quatrième année consécutive.

47


48

YOUNG IFMA

« You never get a second chance to make a first impression » Ecrire un papier sur la vie quotidienne d’un Yipper. A première vue, cela ne semble pas être une tâche trop difficile, vous savez quand même bien ce que vous faites chaque jour. Mais faire sortir du stylo un article de qualité après la publication du premier article de notre président Niki, ce n’est certainement pas une sinécure. En tant que collaborateur débutant, fraîchement diplômé, il n’est pas toujours évident de trouver sa place au sein d’une organisation. Tout peut aller tellement vite. Un voyage d’été avec des amis parce que vous êtes fier d’avoir décroché votre diplôme. Une première sollicitation avec les mains typiquement moites et des émotions qui font les montagnes russes. Première journée de travail avec des nouveaux visages qui connaissent tous votre nom mais dont vous connaissez à peine le nom de la personne qui vous présente. Premier événement IFMA où vous ne connaissez personne et où, avec un peu de chance, vous rencontrez un ancien camarade qui est aussi seul que vous. Sur une période très courte, la différence entre la vie d’étudiant et la vie au travail devient effroyablement claire. Depuis le 17 septembre 2014, je travaille chez Scan & CTRL Brussels en tant qu’Operations Manager. Mon activité quotidienne consiste à garantir ‘the operations side’ de notre cœur de métier. Pendant la formation FM, on entend souvent dire qu’un Facility Manager doit se sentir chez lui sur tous les marchés. J’en ai fait personnellement l’expérience. En tant qu’Operations Manager, je gère le planning, la coordination, le rapportage et le suivi de toutes nos réunions. Suite à ce travail très orienté projet, je suis en contact avec des organisations très diverses et donc aussi des individus. En termes de contenu, je travaille tous les jours avec le Facility Management. La communication – dans le cadre de ma fonction – est très importante. Le lundi matin, je peux discuter d’un rapport avec un Facility Manager et converser une heure plus tard avec quatre étudiants qui souhaitent faire une réunion. Ce dernier entretien demande une autre approche. D’autre part, je fais tous les jours de la gestion de bureau. Mon épreuve de bachelier ‘Rôle de la mesure du degré d’occupation lors de l’implémentation de NFT’ s’inscrit parfaitement dans ce cadre. Depuis janvier 2015, je suis actif dans le comité de Young IFMA. Mes responsabilités se situent principalement au niveau de l’organisation d’événements et la communication. Honnêtement, je n’étais pas très intéressé par Young IFMA quand j’étais étudiant. Mais si j’avais su à ce moment-là la plus-value que Young IFMA pouvait offrir, j’aurai certainement suivi la troisième année. Il y a énormément de membres qui peuvent fournir une plus-value significative aux étudiants FM. Le déploiement d’un réseau FM en Belgique est d’ailleurs très important. Avec un tel réseau, la recherche d’un travail est facilitée pour un étudiant. L’échange de connaissances qui va de pair est d’une valeur inestimable. Et pendant les workshops de Young IFMA, on parle de thèmes que vous aborderez tôt au tard sur le marché du travail. Depuis ma première expérience professionnelle, des tas de choses ont changé. Les premiers mois ont surtout été une recherche constante de l’équilibre vie-travail idéal. Une fois ce seuil passé, la vie au travail devient plus simple jusqu’à la prochaine étape de la vie.

Pour terminer, j’aimerais partager ce vieux slogan qui est toujours d’actualité : « You never get a second chance to make a first impression». Donner une première bonne impression est plus important que vous ne le pensez. Ce que je veux donner comme conseil aux collaborateurs débutants, c’est qu’un bonjour franc agrémenté d’un sourire ne coûte rien. Et surtout : restez vous-même ! Simon Vandevoorde Operations Manager Scan & CTRL


REPORTAGE PHOTOS

Facility Nights 2015 Le cadre magnifique du Bozar a été le 1er décembre dernier le décor pour la 30e édition des Facility Nights. La restauration était assurée par Belgocatering sous la baguette de Peter Goossens.

49


50

QUESTIONS DE FIN D’ANNÉE

2015-2016 : rétrospective et prospective Huit experts de la discipline FM posent un regard sur 2015 et pointent les défis pour l’année à venir

Yves Bertholomé (Head of Infrastructure & Facility Management Proximus) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

Nous faire évoluer vers un environnement plus intégré, surtout au niveau de la gestion des diverses activités via un processus et des outils adaptés et simplifiés. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

La gestion des ressources internes en fonction de la charge de travail à réaliser, et toujours garantir la plus haute valeur ajoutée à chacune des interventions réalisées. Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

Définition d’objectifs opérationnels avec une vision sur 3 ans. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Transformer le rôle du FM en étant plus à l’écoute des clients internes et en inventant de nouveaux outils, de nouvelles approches plus en ligne avec les besoins modernes (plus de flexibilité, applications et tablettes, ….) Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Anticipez et changez votre manière de faire : dans tous les cas, vos clients internes le feront. Quelle est votre meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

Alignement et simplification des procédures internes au département, tant pour la gestion de la maintenance préventive que curative.

« Anticipez et changez votre manière de faire : dans tous les cas, vos clients internes le feront. »

Véronique Laureys (Directeur de l’administration Affaires Générales Sénat) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

Mon plus grand défi a consisté à imprégner un véritable mode de réflexion vert et durable dans toute l’organisation et à travers tous les organes stratégiques. D’un autre côté, je remarque que le terme durable est soumis à l’inflation, et par conviction, je veux continuer d’étayer le concept avec des actions et des résultats concrets, visibles et convaincants. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

En ligne avec la politique de développement durable, il va falloir gérer la consommation d’énergie de la manière la plus écologique et donc la plus économique qui soit. Par ailleurs, des initiatives doivent être prises concernant la numérisation. Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

D’une manière ou d’une autre, chaque organisation, chaque individu se frotte à l’entrepreneuriat socialement responsable. Du point de vue politique, tout le monde est convaincu. Dans notre travail en tant que gestionnaire facilitaire, on remarque que c’est principalement travaillé dans le développement durable sous toutes ses formes. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Le Facility Management est une fonction de support qui est néanmoins présent dans de nombreux domaines stratégiques d’une organisation comme les RH, l’IT, les Finances, le Juridique, etc. Voilà pourquoi le FM doit absolument être impliqué dans le processus décisionnel stratégique. Il sera alors possible de déployer une politique organisationnelle décisive. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Considérez le changement ciblé comme une opportunité, d’autant plus que le changement est une loi de la nature. Soyez progressif dans le changement et n’oubliez pas l’individu tout au long du processus ! Il finira par s’intégrer. Quelle est votre meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

Transposer dans la pratique une gestion de terrains d’entreprises (lisez Facility Management) solide et durable à Wommelgem et à Ranst (BEWORA). En rassemblant des leaders d’entreprises passionnés et des entrepreneurs, un management professionnel, l’administration publique et 186 membres/entreprises, il a été possible d’amener cette association d’entreprises, fonctionnelle et rentable, à un niveau supérieur.

« Soyez progressif dans le changement et n’oubliez pas l’individu tout au long du processus ! Il finira par s’intégrer. »


QUESTIONS DE FIN D’ANNÉE

Nicole Tsiebos (Conseiller Chef de service ORPSS / DIBISS, Office des régimes particuliers de sécurité sociale) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

L’année 2015 a été une période assez bousculée. Au niveau de l’ORPSS, dans le cadre de fusion de deux services publics au 01/01/2015, nous finissions les réceptions des travaux que déjà nous devions préparer un plus grand chantier au niveau facilitaire avec l’intégration de l’ORPSS à l’ONSS, FAMIFED et ONP. Le service Facility prend une part active dans le réaménagement des bâtiments de l’ONSS. En effet, l’ONSS a saisi cette opportunité de fusion pour activer un dossier qui leur trottait en tête avec l’introduction de NWOW pour l’ensemble des 21.000 m², le concept du flexdesk étant privilégié. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

Dans le cadre de mon travail, je ne m’exprimerais pas en termes de crainte. Je pense qu’au vu des déménagements à venir et de l’implémentation du NWOW, la gestion du changement va être un des axes majeurs. La réussite de la numérisation programmée pour 2016 (archives, dossiers actifs, flux entrants) sera également un facteur critique de succès pour l’implémentation du NWOW. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Il y a toujours cet écart entre les objectifs stratégiques et le domaine facilitaire. Rares sont les Facility Managers qui siègent dans les organes décisionnels (Conseil de Direction etc.). Je pense que l’efficacité énergétique, la performance des bâtiments en la matière, les achats durables et les pratiques respectueuses de l’environnement devraient être le fil conducteur, en tenant compte de la responsabilité sociétale des organisations. C’est vers ce fil conducteur que la fonction devrait pouvoir apporter une plus-value. Pour les professionnels du FM, en dehors des acteurs multi services/techniques, le challenge reste l’externalisation qui est souvent présentée comme la solution « miracle », en partie face à la complexité de la gestion des contrats. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Intégrez-vous dans des réseaux pour partager les bonnes pratiques et faire du benchmarking.

« Il y a toujours cet écart entre les objectifs stratégiques et le domaine facilitaire. Rares sont les Facility Managers qui siègent dans les organes décisionnels (Conseil de Direction etc.). » Quelle est la meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

En tant qu’organisme fédéral, certainement le SPF Mobilité et Transports qui a décroché le Facility Management Project of de Year 2015 ! Je félicite encore les collègues, et nous avons pu profiter de leur expérience pour le projet à venir au niveau de l’ONSS.

Hederik Tijs (Facility Manager BASF Anvers N.V.) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

La transformation d’une cantine obsolète et subsidiée en une exploitation commerciale novatrice. Un énorme défi en ce qui concerne l’infrastructure, l’organisationnel, le juridique/achats techniques. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

Le déploiement d’une approche intégrée pour les soft & hard services, tant aux niveaux tactique, opérationnel que logiciel. Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

Globalement : la tendance vers des solutions individualisées et un plus grand accent sur le vécu de l’expérience. Les modèles d’affaires classiques doivent faire place aux concepts novateurs qui permettent aux clients et aux utilisateurs de poser leurs propres choix. La propriété doit aussi laisser plus de place à l’expérience et aux initiatives qui se développent dans le cadre de l’économie du partage comme Airbnb, 9flats et Uber. Au sein du FM : le passage progressif de l’obligation de moyens vers l’obligation de résultats. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Le Facility Manager va passer moins de temps à éteindre les petits incendies opérationnels et va plutôt se comporter comme un entrepreneur au sein de son entreprise. Il devra essayer d’intégrer de manière novatrice les outils disponibles dans des éléments qui apportent une réelle valeur aux clients internes. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Prenez contact avec un collègue Facility Manager avant de vouloir réinventer la roue. On recherche encore trop souvent des solutions dans les limites de son entreprise. Quelle est la meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

L’exploitation commerciale de la restauration chez BASF Anvers est du jamais vu dans l’environnement industriel au sein duquel nous travaillons.

« Prenez contact avec un collègue Facility Manager avant de vouloir réinventer la roue. On recherche encore trop souvent des solutions dans les limites de son entreprise. »

51


52

QUESTIONS DE FIN D’ANNÉE

Stijn Van den Acker (Coördinator Facilitair Beheer | AG Stadsontwikkeling Leuven) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

En 2015, la Belgique a connu un niveau d’alerte élevé pendant un certain temps. Cette situation a entraîné la prise de mesures de sécurité supplémentaires à court terme. Au sein de la ville de Leuven, nous avons opté pour des mesures à court terme mais aussi pour des mesures qui devaient relever le niveau de sécurité des personnes et des biens à plus long terme. Différentes mesures ont donc été introduites à court terme, dont certaines ont demandé un changement de mentalité ou une adaptation. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

La ville de Leuven s’est fixée comme objectif stratégique d’être une ville neutre en carbone d’ici 2030. Plusieurs projets sont donc lancés, qui ont trait aux aspects techniques des bâtiments, à la durabilité des services et à la sensibilisation des collaborateurs. Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

De plus en plus d’organisations s’intéressent au développement durable. Cet objectif s’infiltre aussi dans le fonctionnement quotidien des services facilitaires. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Là où les Facility Manager apparaissent trop souvent sur la scène lorsque les décisions stratégiques sont prises, leurs conseils seront mieux pris en compte dans l’avenir lors de ces décisions stratégiques. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Restez critique dans votre réflexion à propos de votre prestation de services. Osez remettre vos services/résultats en question et vous percevrez de nouvelles opportunités.

« Restez critique dans votre réflexion sur votre prestation de services. Osez remettre vos services/résultats en question et vous percevrez de nouvelles opportunités. »

Quelle est la meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

Au sein du SPF Mobilité, et suite à l’introduction de la nouvelle manière de travailler, on a su démontrer que la réalisation d’économies significatives n’entraîne pas automatiquement une diminution de la qualité. Au contraire, grâce à une bonne gestion du changement, le projet a permis d’élever la satisfaction des collaborateurs qui sont devenus de vrais ‘brand ambassadors’ de la nouvelle manière de prester.

Frank Geets (Vlaamse Overheid, agentschap voor Facilitair Management, Administrateur Generaal) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

Améliorer qualitativement et quantitativement notre portefeuille de services tout en respectant le plan d’économies. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

Que des économies supplémentaires nous rendent la vie plus difficile, mais ce sera alors un nouveau défi. Faire plus avec moins… . Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

L’avènement de l’économie circulaire, tout le monde commence à prendre conscience qu’on ne peut plus continuer ainsi. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

L’automatisation se poursuit, ce qui laissera du temps pour mieux communiquer et écouter nos clients. Notre seule raison d’exister en tant que fonction est la satisfaction de nos clients et des stakeholders. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Si nos clients et nos collègues ne sont pas au centre de notre réflexion, alors nous faisons fausse route. L’orientation client doit être l’objectif. Quelle est votre meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

Ce que nous avons réalisé : en 2017, nous accueillerons 2.600 fonctionnaires dans le plus grand immeuble de bureaux passif de Belgique, et nous espérons que cette tendance se reflètera auprès d’autres organisations.

« Pour ma part, la principale évolution en 2015 fut l’avènement de l’économie circulaire. Tout le monde commence à prendre conscience qu’on ne peut plus continuer ainsi. »


QUESTIONS DE FIN D’ANNÉE

Dominique Verlooy (ISS Facility Services, Building & Facility Manager Belux) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

La poursuite de la réduction de nombre de bâtiments en gestion et le contrôle du budget. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

Le déménagement de notre siège le 1er octobre 2016.

Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

La mesure selon laquelle chaque partie de l’organisation est impliquée dans les préparations du déménagement du siège de l’entreprise. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Une évolution principalement plus préventive que souvent réactive. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Persévérance, clients internes, plus de services.

« Je vois évoluer la fonction de Facility Manager vers plus de préventif que du réactif. »

Guy Vanhoorde (Responsable du département Facility Management Ville&CPAS Gand) Quel a été votre plus grand défi sur le plan facilitaire en 2015 ?

Ces derniers temps, de nombreuses organisations/entreprises ont subi une pression financière. Nous avons étudié le FM pour optimaliser la prestation de services et réaliser des gains d’efficacité au sein de budgets facilitaires conséquents. Quelle est votre plus grande crainte sur le plan facilitaire pour 2016 ?

De nombreux collègues facilitaires sont confrontés à un ‘mode d’assainissement’. Pas de problème en soi s’il n’y avait pas le fait que nous risquons souvent de perdre le lien avec la stratégie de notre organisation. Je dois d’ailleurs constater que la solution la plus efficace économiquement ne correspond pas toujours aux résultats escomptés de la stratégie. Heureusement, cela arrive parfois, mais il faut alors répertorier ces résultats correctement et les communiquer. Pour 2016, je souhaite un cadre plus clair qui puisse soutenir plus efficacement le débat sur le développement durable, et donc que les résultats soient mieux ajustés aux attentes stratégiques, aux collègues-clients et aux utilisateurs finaux. Quelle est l’évolution la plus importante en 2015 ?

Difficile à cerner sur un an mais je me réfère au EFMC 2015 sous la devise des 3P’s. Non, il ne s’agit pas des ‘sustainable P’s’ (People-Planet-Profit) mais de ce qui propulse le FM aujourd’hui : People, Performance, Partnership. Le P au centre est certainement à suivre. Par la professionnalisation poussée du FM, on accorde plus d’attention à l’excellence opérationnelle. Les entreprises facilitaires sont de plus en plus capables de répertorier leur rendement de manière standardisée et objective, et – en cas d’extension – de faire du benchmarking. Comment voyez-vous évoluer la fonction du FM en 2016 ?

Le FM va de plus en plus se focaliser sur les besoins réels des collègues-clients, et plutôt que de développer des solutions intégrales, il va rechercher des solutions disponibles dans la région. Quel(s) conseil(s) donnez-vous à votre (vos) collègue(s) FM ?

Personnellement, j’accorde une grande importance à l’écoute du Facility Manager. Il/Elle doit être capable de comprendre où son donneur d’ordre veut aller à plus long terme et doit traduire cela en stratégies et polices facilitaires, il/elle doit pouvoir analyser correctement les besoins de ses collègues-clients et les (faire) convertir dans des programmes facilitaires et, last but not least, il/elle doit pouvoir bien estimer les performances des prestataires de services – qu’ils soient internes ou externes – afin que tout le monde puisse se baser sur un planning réaliste. Quelle est la meilleure pratique réalisée en 2015 que vous prenez comme point de référence ?

Le lauréat du Facility Award 2015 bien sûr, le SPF Mobilité et Transport. A ceux qui se demandent pourquoi, je leur conseille de relire l’interview/étude de cas parue dans FM-Magazine 1.

« Par la professionnalisation poussée du FM, on accorde plus d’attention à ‘l’excellence opérationnelle’. »

53


TENDANCES

IFMA présente

Rapport sur les tendances FM Belgique 2015

Le premier rapport sur les tendances FM en Belgique

L

’événement de fin d’année de l’IFMA a eu lieu sur une note plus festive avec la présentation du Rapport 2015 sur les tendances FM en Belgique. Pour le président Jean Morren, les rêves qu’il avait à l’esprit lors de la prise de son mandat se réalisent : « La création d’un propre magazine FM - la quatrième édition vient de paraître – était un premier rêve. Le second objectif était la publication d’un document regroupant les tendances, les faits et les chiffres du marché facilitaire en Belgique. » Le rapport donne une image globale du marché du Facility Management en Belgique. L’étude a été réalisée par le bureau de consultance PROCOS Group, pour le compte d’IFMA Belgian Chapter, la fédération professionnelle belge des Facility Managers. Cette étude vise à donner un aperçu du volume de marché du Facility Management et à détecter les tendances et les évolutions. A partir de là, IFMA peut ajuster son offre aux besoins du secteur. Une analyse quantitative et qualitative

L’étude est réalisée sur base d’une analyse quantitative et qualitative. Via le desk research et des entretiens avec les principaux fournisseurs de services facilitaires, les chiffres d’affaires ont été collectés et décryptés. Une enquête en ligne a questionné les Facility Managers, les fournisseurs de services facilitaires, les consultants et les enseignants. A l’aide de questions à choix multiple, ils ont pu donner leur vision du marché actuel et les estimations et attentes pour 2018. Lors des entretiens des tables rondes, les enquêteurs ont évalué les résultats auprès des professionnels FM de différents secteurs. Les répondants

Les répondants se composent à 70% de Facility Managers dont 60% travaillent dans une organisation comptant plus de 1.000 salariés. Seuls 8% des répondants

Chiffres, tendances et évolutions du marché du FM en Belgique

Photo: PROCOS Group, Toon Grobet

54

IFMA_Rapport_FR.indd 1

travaillent dans une organisation comptant moins de 100 salariés. A travers ces résultats, nous obtenons donc principalement un instantané du Facility Management dans les grandes organisations. Ce qui est peu surprenant puisque le Facility Management y est bien développé. Contenu

Le rapport détaille notamment la justification de l’étude, la méthodologie, la composition des répondants, le marché du Facility Management en chiffres, la nouvelle façon de travailler, le Total Facility Management, l’influence des nouvelles technologies sur le FM, la professionnalisation du marché FM et une comparaison par rapport aux Pays-Bas. Par ailleurs, des chroniques intéressantes de plusieurs rédacteurs placent parfois les résultats de l’enquête dans une autre perspective.

Les membres de l’IFMA reçoivent un exemplaire gratuit du rapport. Les nonmembres et les personnes intéressées peuvent contacter Mieke Loncke (Directeur IFMA, données sur le site).

IFMA • FM-Trendrapport België 2015

Une mise à jour biennale

23/11/15 13:27

Cette première édition compte 148 pages. IFM a l’intention de publier une nouvelle édition actualisée tous les deux ans. Jean Morren : « Tout le monde – du professionnel FM au fournisseur FM et même le monde politique – trouvera dans ce rapport des données utiles pour se faire une idée de ce que représente le secteur croissant et passionnant du Facility Management en Belgique. Via cette étude, l’IFMA veut continuer à se profiler comme le partenaire de chaque professionnel FM et renforcer sa position en tant que ‘place to be’ pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur le FM et qui veulent se professionnaliser. » www.ifma.be


EVENT

Le nouveau salon professionnel UTILITY2BUILD met l’accent sur la construction utilitaire et de projet

L

es organisateurs d’ARCHITECT@WORK, aussi connu qu’apprécié, lanceront les 23 et 24 mars 2016 à Kortrijk XPO un tout nouvel événement bisannuel dédié à la construction utilitaire et de projet : UTILITY2BUILD. Peter Vanbrackel, directeur de l’événement, en a expliqué le concept lors d’une avant-première exclusive organisée le 18 septembre. « Avec cette plateforme consacrée à la construction et à la rénovation, nous entendons répondre à la demande du marché, qui cherche une plateforme professionnelle combinant d’une part une mise en exergue exclusive des matériaux et techniques et de l’autre de vastes possibilités de networking et de transfert des compétences. »

Le cadre innovant du salon a été dévoilé à la mi-septembre en avant-première à Kortrijk Xpo. Les exposants potentiels ont eu l’occasion d’y rencontrer des collègues du secteur et de découvrir dans une ambiance détendue le concept et l’organisation du salon. Tout comme pour ARCHITECT@WORK, le visiteur est guidé entre des modules compacts et uniformes en vue d’optimaliser le contact. Pendant deux jours, dans le couloir central, les visiteurs et les exposants ont accès à un catering dans un décor festif. Axé sur les maîtres d’ouvrage dans six secteurs clés

Avec l’événement total UTILITY2BUILD, Kortrijk Xpo Organizations, qui est à l’origine de l’initiative, remédie à l’absence d’une manifestation spécifiquement consacrée à la construction utilitaire et de projet. Comme l’explique Peter Vanbrackel, « les salons et congrès existants sont

des initiatives séparées ; nous rassemblons tout sous un seul pavillon et nous nous concentrons sur les matériaux et les techniques innovants, le networking et le transfert de compétences au moyen de séminaires et d’ateliers. Jusqu’à présent, les maîtres d’ouvrage de grands projets de construction et de rénovation dans la construction utilitaire et de projet ne disposaient d’aucune plateforme faîtière où ils pouvaient rencontrer des partenaires potentiels pour leurs projets à venir. Bien souvent, les salons sectoriels n’offrent pas de réponse aux besoins des maîtres d’ouvrage, car l’aspect construction y est souvent trop limité. Quant aux événements généraux axés sur la construction, ils mettent principalement l’accent sur le particulier. » Notre événement invite des maîtres d’ouvrage de six secteurs clés : Education, Government, Offices, Healthcare, Hospitality, Retail.

Offre équilibrée

« Le succès d’un salon dépend de l’équilibre de l’offre », poursuit Peter Vanbrackel. La participation à UTILITY2BUILD est réservée aux fabricants, importateurs ou distributeurs exclusifs à l’échelle nationale de gros oeuvre et finitions extérieures, finitions intérieures et techniques, bureaux d’architectes, bureaux d’ingénieurs et d’études, entrepreneurs de classes 5 à 8, services, logiciels et médias, organisations et fédérations. Peter Vanbrackel : « Nous visons 150 modules environ. Si nous pouvons accueillir entre 2000 et 3000 visiteurs sur les deux jours, nous aurons atteint notre objectif ». (Par Tilly Baekelandt)

En pratique : mercredi 23 et jeudi 24 mars 2016 (de 13 à 20h), Kortrijk Xpo (Palais 4) www.utility2build.be

55


REPORTAGE PHOTOS

57

Présentation du rapport FM&Architecture Lors d’un événement à la Haute École de la Province de Liège (Seraing (Jemeppe)) le 24 novembre, le rapport FM&Architecture (voir ailleurs dans ce numéro) et le Masterplan Seraing ont été présentés.

André Collin – présentation des conclusions du rapport du groupe de travail FM&Architecture

Alain Mathot : le Bourgmestre de Seraing présente le Masterplan Seraing

Photos : Francis Hofman

Alain Delahaut – Président du groupe de travail FM&Architecture

Steven Beckers – présentation d’une collaboration réussie entre FM&Architecture


58

NOUVEAUX MEMBRES

Facilicom Facility Solutions « Les formations sont plus abordables »

Werner Glassée (Facility Coordinator chez Facilicom Facility Solutions) : « Avec des professionnels impliqués et une vaste palette de services, nous sommes un chef de file dans la prestation de services facilitaires et nous proposons à nos donneurs d’ordres des solutions effectives avec une attention pour le détail, les personnes et un engagement pour la société et l’environnement. En tant Facility et Project Coordinator, je suis un maillon de la chaîne qui place les bonnes personnes au bon endroit. Je souhaite étendre mes connaissances professionnelles et mon réseau

afin d’être la bonne personne en de nombreux autres endroits. » Pourquoi devenir membre/Quelles sont vos attentes ? « IFMA propose des bonnes formations qui sont plus abordables pour les membres et qui offrent des possibilités de réseautage. J’attends une plateforme neutre où on peut acquérir des nouvelles connaissances, échanger des expériences et développer des possibilités de collaboration. Je souhaiterais en savoir plus sur la gestion des fournisseurs, des entrepreneurs et autres. »

AZ Jan Portaels vzw « Réseauter de manière structurée »

A l’hôpital, Ronny De Bosscher (Directeur services facilitaires, infrastructure et nouvelle construction Algemeen Ziekenhuis Jan Portaels vzw) est responsable des services d’hôtellerie (cuisine et nettoyage), de la logistique (transport des marchandises et magasin central), du service technique et biotechnique ainsi que de la planification de l’espace. Pourquoi devenir membre/Quelles sont vos attentes ? « Je suis devenu membre pour, d’une part, faire du réseautage de manière structurée et d’autre part étudier de plus près les multiples facettes du Facility Management. Par ailleurs, les chances de pollini-

sation croisée avec des Facility Managers d’autres secteurs me semblent être une belle opportunité. J’attends de la fédération professionnelle qu’elle suive et m’informe des dernières tendances, législation et autres, qu’elle organise des réunions et des conférences pour acquérir des connaissances et échanger des points de vue sur des thèmes spécifiques. J’aimerais recevoir de l’information sur l’aspect ‘hôtel, logistique et magasin’. Je suis également membre de VTDV suite à mon intérêt pour les aspects techniques du Facility Management. Pour la pollinisation croisée avec d’autres secteurs, des thèmes techniques peuvent bien entendu s’avérer utiles. »

Europabank « Le partage de l’information et des idées »

Bram Van Der Meeren est responsable du département Service Facilitaire et conseiller en prévention chez Europabank. Pourquoi devenir membre/Quelles sont vos attentes ? « La participation à plusieurs groupes de tra-

vail (notamment celui sur les banques)/Forum Facilitaire (VOKA) m’a toujours enseigné des choses intéressantes. J’attends de l’IFMA une centralisation de l’information pour que le Facility Manager puisse travailler plus efficacement. L’importance d’un tel réseau se situe dans le partage de l’information et des idées. Je voudrais recevoir plus d’information sur les programmes FM et la rédaction de cahiers des charges. »

Vous aussi, vous êtes un mordu du FM et tout ce qui touche au FM vous fascine ?

Inscrivez-vous alors à la fédération professionnelle du FM en Belgique, le centre de connaissances des personnes actives dans le monde facilitaire. Plus d’information : secretary@ifma.be ou http ://www.ifma.be/fr/cotisation/


« Jamais en pilote automatique. » Axel Winkler, Contract Manager ISS chez Techspace Aero, Milmort

« Qui fabrique des composants de haute technologie pour les moteurs d’avion ne peut jamais voler en pilote automatique. L’équipe d’ISS aide son client Techspace Aero en fournissant des prestations de qualité. A nous tous, nous formons une équipe de haut vol. » Ce professionnalisme reflète le caractère d’ISS – un demi-million de personnes au service de vos collaborateurs à travers le monde, des solutions sur mesure et une bonne dose de Human Touch. Tout cela pour aider vos affaires à mieux se développer. FACILIT Y MANAGEMENT

|

CLEANING

|

SUPPORT

|

PROPERTY

|

C AT E R I N G

|

SECURITY

|

www.issworld.com/cleaning


Dyson est hygiénique, économique et écologique.

Et le papier ? Dans les sanitaires, les distributeurs de papier peuvent être vides, ne laissant aucun moyen de se sécher les mains. Ce n’est pas hygiénique. Les essuie-mains papier nécessitent un réapprovisionnement, un nettoyage et une gestion des déchets constants. Cela coûte cher et engendre un impact sur l’environnement.

Pour plus d’informations, appelez le 078 – 150 980 ou rendez-vous sur www.dysonairblade.be

Profile for FM-Magazine

FM-Magazine 04 - FR  

Journal for the Facility Manager

FM-Magazine 04 - FR  

Journal for the Facility Manager

Advertisement