Page 1

Can. 8$ • Sui. 10,70FS • Bel., Lux. 5,80€ • Dom 6,20€ • May. 8€ Esp., Port. (cont.) 6€ • D. 6,20€ • TOM S: 760 XPF • TOM A: 1500 XPF

LE JOURNAL D’UMOUR & BANDESSINÉES DEPUIS 1975 • N°485 OCTOBRE 2016


Sommaire N°485 OCTOBRE 2016 2 DIEGO ARANEGA L’ ATELIER MARKETING 3 LINDINGRE/DIEGO ARANEGA L’ÉDITO 4 LEFRED-THOURON OCTOBRE 5 MONSIEUR LE CHIEN POUSSIN-BLEU 10 FIORETTO/TRAPIER MODERNITUDES 11 DUTREIX/BLETNER REVUE DE PRESSE 14 MOUREAU PRÊT-À-JETER ! 15 FELDER/CIZO BD NEWS 20 REUZÉ SCOTT MC CRAWD 24 LINDINGRE CARTOONS 25 POCHEP VIEILLE PEAU 28 BERCOVICI/THIRIET

BIÈRE POUR TOUT LE MONDE !

DE L’AMOUR AVEC DU POIL AUTOUR

ENCORE MES PETITS BOULOTS

HARALD & HANS

LES PSYCHOPATHES CÉLÈBRES

IMPROBABLES MAIS VRAIES

EN BREF

SHERMAN FROM CHARLOTTESVILLE

32 BESSERON/FELDER

34 BERROYER/TERREUR GRAPHIQUE 35 LINDINGRE/LEFRED-THOURON 36 PIXEL VENGEUR/FABCARO GAI-LURON 38 POURQUIÉ/THÉA ROJZMAN 42 THIRIET 2 PAGES MAG 44 CASOAR PICTO CELLULO & CIE 46 MAHLER LA BLAGUE DE L`ÎLE DÉSERTE 2.0 47 YOUSSEF DAOUDI LES MAÎTRES DE GUERRE 52 ANNIE PASTOR INVENTIONS 54 SALCH LOOKBOOK 56 PLUTTARK/BERNSTEIN FLIC & FUN 57 HAUDIQUET/LIBON ÇA NE S’INVENTE PAS 58 LE PROFESSEUR JORGE BERNSTEIN 60 LEFRED-THOURON LA FRANCE QUI GANGNE 61 YANNICK GROSSETÊTE/VINCENT CAPRA TO DO LIST 62 FIORETTO CHOUCHOUS, MAMOURS & PISTONS 63 RV FAYOL PAS DE STAGE EN BACKSTAGE 66 ZANELLO LES CAROTTES SONT CUITES 67 MORICIO BOMBASSE 68 MOVIDA MA BOÎTE EST À VOUS 69 MOOG/LEHMANN 75 FINGERMAN THE PIN-UP MADE IN USA 76 KARABULUK UNE DRÔLE D’AFFECTION 82 NOUVEAUTÉS 83 MORICIO MERVEILLES DE LA GASTRONOMIE 84 PLUTTARK/BERNSTEIN FLIC & FUN

Éditions AUDIE S.A.S. au capital de 300 000 € R.C. Paris B 352046197. Siège social : 87, quai Panhard & Levassor, 75647 Paris cedex 13. Rédaction : 4 rue Tesson, 75010 Paris Tél. : 01 40 03 97 40. Président et Directeur de la publication : T. Capot. Journal : Directeur de conscience : Alexis. Rédacteur en chef : Y. Lindingre. Rédactrice en chef adjointe : V. Fruchart. Fabrication : J Depaulis (01 40 03 97 49). Graphisme albums : C. Argouarc’h (01 40 03 97 44). Directeur artistique : Plipo [design]. Relations Presse : V. Véron (01 40 03 97 41). Vente au numéro : G. Ghanem (01 40 03 97 45). Distribution : Presstalis. Abonnements : CRM ART Fluide Glacial, Service abonnement, CS 15245, 31152 Fenouillet Cedex, France - tél. : 05 61 74 76 74, email : abonnement.fluideglacial@crm-art.fr. Tarif kiosque : 1 an, 12 nos : 58, 80 € - 1 an, 12 nos + 4 HS : 87, 20 €. Autre pays : consulter le site Internet www.fluideglacial.com. Dépôt légal : octobre 2016. Imprimerie Pollina. Printed in France. ISSN 0339-7580. Commission paritaire N° 0617K81954. © Éditions AUDIE et les auteurs. redaxion@fluideglacial.com Marketing albums : M.Parisot.

Ours

La reproduction des dessins, photographies et textes est interdite sans l’autorisation écrite du journal. Les documents non sollicités par le journal ne sont pas retournés.

www.fluideglacial.com

courrier des lecteurs : movida@fluideglacial.com Notre prochain numéro paraîtra le jeudi 3

novembre 2016.

l’Edito

par Lindingre

Lorsque Monsieur Lechien m’a proposé cette idée de couverture un peu folle, j’étais à l’autre bout du monde, à Acapulco précisément, en train de goûter à un repos hebdomadaire bien mérité. Le soleil finissait d’illuminer poussivement la banlieue mancelle grisâtre où gît ce semi-canidé, alors même qu’il hâlait mon corps sculptural alangui sur la Playa Caleta. Une main rivée à mon iPhone 12S gold & leather série imitée, l’autre cramponnant solidement un énorme cocktail “Sueño Loco” (1/3 de rhum, 1/3 de jus de papaye, 1/3 de champagne). Parle plus fort, que je lui fais, j’entends rien ! Excusez-moi, mon seigneur et maître (je déconne pas, c’est comme ça qu’il m’appelle), mon HLM est en train de passer dans un nuage de pollution. Les conditions ingrates dans lesquelles je contrains ce pauvre diable à survivre (je verse ses droits d’auteur sur un compte bloqué depuis 3 ans) portent leurs fruits. Soumis à l’ascèse, le bougre a développé des capacités de création tout à fait surprenantes. Plus le corps est contrit, plus l’esprit tend à s’évader, à inventer, à créer ! J’ai trouvé une super idée, qu’il me fait. Je vais dessiner une une avec un crash aérien. Nom d’un petit bonhomme en mousse ! Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ?

Voilà deux mois que les tremblements de terre, les cyclones, les glissements de terrain et autres déraillements de train reléguaient les infos générales au carré des brèves, au fond à droite derrière les sudoku. Les quotidiens faisaient tous leurs choux gras des grandes catastrophes et nous, nous nous entêtions à balancer du tirelipimpon sur le chihuahua, pouète pouète tagada, tire donc sur mon petit doigt… Banco, que je lui fais. Content que ça vous plaise, mon bon maître, qu’il me répond. Tu viens d’inventer un nouveau concept, mon pote : “le catamor” mot-valise formé par la fusion des mots “catastrophy” & “humor”. Oh ben non, qu’il me répond, c’est vous qui venez de l’inventer. Pas faux, lui rétorqué-je avant de lui raccrocher à la truffe. Je vidai d’un trait mon verre et plongeai derechef dans l’eau turquoise de la baie, non sans avoir lancé crânement à Sabrina : “Putain, j’ai bien bossé, moi, aujourd’hui.” Conclusion : Le malheur des uns fait la richesse des médias. P-S : Merci, mon chien.


LEFRED-THOURON


MONSIEUR LE CHIEN POUSSIN-BLEU

5


6


s e d u t i n Moder

ETTO, PAR PASCAL FIOR APIER TR R PA RÉ ST ILLU

J’ENCULE LES BISOUNOURS > J’essayais de me remotiver pour la rentrée lorsque je suis tombé sur la “stratégie de bien-être au travail” d’AXA Banque. J’ai compris immédiatement à quel point nous étions archaïco-ringards à Fluide. Il faut savoir qu’AXA Banque a lancé un projet interne baptisé : “Great Place to Work” (pour les germanistes : une entreprise formidable où bosser). J’en vois qui ricanent et s’imaginent qu’il s’agit de pure langue de bois managériale. Pas du tout. J’ai tous les détails concrets sous les yeux et ce qui suit est rigoureusement authentique. Par exemple, chez Axa Banque, “les collaborateurs ne sont pas tenus de répondre aux mails avant 8h00 et après 19h00”. Des MOOC1 sont d’ailleurs disponibles pour former les managers aux “dangers de la connexion permanente”. J’espère qu’ils insistent bien sur les risques de la connexion pendant la douche et l’acte sexuel. De plus, chaque trimestre, AXA Banque offre gracieusement à ses salariés “24 heures sans mails” afin de leur apprendre à “communiquer autrement”. Par la parole et les gestes, je suppose. Pour “maximiser la concentration des collaborateurs sur leurs tâches prioritaires”, AXA Banque met à leur disposition les services d’une conciergerie “To Do Today” qui les aide à “gagner du temps sur leur vie personnelle” en les déchargeant des corvées de la vie courante : pressing, shopping, hair dressing, dépanning, devoirs à la maison des children… L’esprit libéré de ces menues galères, le collaborateur peut ainsi se concentrer sur son boulot de rêve sans jamais regarder la pendule. Côté espace de travail, “le concept collaboratif Burolib’ a été implémenté” (je traduis pour les nuls en management : on a supprimé les burlingues nominatifs). Concrètement, chacun peut choisir son bureau (sauf celui du manager avec vue sur La Défense et plantes vertes, faut pas déconner non 1

Massive Online Open Course.

plus). Mais alors, comment créer du lien entre collègues quand les salariés n’ont plus de bureaux attitrés ? AXA Banque a la solution : le projet “I TAG YOU”, un serveur interne qui permet de dire publiquement “merci à un collègue pour son aide et son expertise”. La règle est simple comme une idée sarkoziste : tous les mois, chaque salarié dispose de trois “tags” à distribuer et chaque “tag” reçu possède une valeur de 5 €, à convertir “en chèque cadeau dématérialisé”. Plus on se fait tagger, plus on gagne de pognon virtuel. D’où l’intérêt d’être serviable, dans la limite de 15 €. Mais il y a une vie après le travail. AXA Banque le sait bien, même si elle le déplore. C’est pourquoi, dans un souci de “cohésion et de fédération du groupe”, elle a eu l’idée d’organiser des “After Bank” mensuels.

10

Sur le principe des after work du vendredi, l’idée est de rester entre collègues pour “lâcher prise et décompresser”. Le but ultime de ces rencontres spontanées obligatoires est d’obtenir des “breaks de joie” (sic), comme ceux du LOL Project (une autre idée révolutionnaire authentique d’AXA Banque qui consiste à photographier ses salariés s’esclaffant pour donner de la joie autour d’eux). J’ai enfin compris tout ce que je perds en n’étant pas salarié d’AXA Banque et je me demande soudain si j’ai bien fait de signer pour une nouvelle saison à Fluide (qui n’est toujours pas labélisé Great Place to Work). Quand je pense que personne ne me met de tag et que je n’ai pas de burolib’, je ressens comme un “break de rage”. Il faudra que j’en parle à mon “unit manager” (pour les lents du cortex : mon petit chef).


DUTREIX/BLETNER REVUE DE PRESSE

L’ALMANACH VERMOT Créé en 1886, l’Almanach Vermot, comme son nom l’indique, doit être lu quotidiennement.

Il s’en vendra jusqu’à 800 000 exemplaires le numéro.

À chaque jour sa page de dessins, citations, calembours, etc.

On reproche souvent à cette institution typiquement française son côté grivois, misogyne...

Il moque aussi les politiques.

... un ton caractéristique de l’époque.

LA BOUGIE DU SAPEUR La Terre met 365 jours et 6 heures à faire le tour du Soleil...

Chaque 29 février paraît donc en kiosque le « quotidien » moquant l’actualité, nommé :

Dirigé par Jean d’Indy, ce journal satirique (mais pas méchant) porte le nom d’un héros de BD du xixe siècle né un 29 février...

11 ... c’est pourquoi tous les 4 ans l’année compte un jour de plus...

La Bougie du Sapeur fête donc son anniversaire.

11

Est-ce que son créateur, Joseph Vermot, aurait imaginé que 130 ans plus tard son almanach paraîtrait encore ?


LE CANARD ENCHAÎNÉ Véritable exception dans la presse internationale, Le Canard enchaîné, encore très actif, est une énigme... grand format

pas de couleur

pas de pub pour le financer

Chaque semaine, il prouve que les modèles économiques de la presse doivent reposer sur une seule chose : le contenu !

pas de web

Outre ses propres journalistes, il faut savoir que bon nombre de ses contributeurs font partie des rédactions d’autres journaux...

le canard est assis sur un tas d’or...

et pourtant très, très rentable

LE CRAPOUILLOT À la même époque que Le Canard enchaîné naît Le Crapouillot...

Alors que c’était d’abord un journal de tranchées en 1915, Jean Galtier-Boissière en fait ensuite une revue littéraire et artistique.

Homme de gauche, pacifiste, il pointera du doigt les journalistes du Canard enchaîné ayant profité de la collaboration.

Puis la ligne du Crapouillot glissera lentement vers le « tous pourris », les sectes, les complots...

Il connaîtra une longue éclipse, cessant de paraître en 1996, pour renaître 20 ans plus tard.

INFOS DU MONDE Aujourd’hui beaucoup connaissent les fausses infos du Gorafi...

Mais, au début des années 90, inspiré par un journal américain, paraît en France l’hebdomadaire :

Véritable défouloir moquant la presse à sensation, il se fait reprocher de semer la confusion...

... alors que, en fait, tout était vrai !

T. Bletner 12


83


FLUIDE GLACIAL N°485  

Aperçu

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you