Issuu on Google+

LEFEBVRE Florian


SOMMAIRE P1 / Récit urbain Premier projet permettant de mettre de côté nos idées reçues et à apprendre à voir l’architecture différement.

Fais moi de l’architecture Comment les enfants perçoivent l’architecture ? comment pouvons nous les sensibiliser à l’architecure ?

P3 / Matérialisation & Structuration Projet d’une station Batobus sur les quais de Seine de Saint-Michel en appréhendant la forme et la structure du projet.

P4 / L’habitat en question Après une étude sociologique de l’habitation domestique, je propose donc un immeuble d’habitation avec ses deux maisons de ville.

Intensifs d’inter-cycle Entre chaque semestres, nous avons la possibilité d’appréhender l’architecure d’un angle or du projet pendant une semaine.

Bellastock Participation à un festival d’architecure permettant de construire une ville éphémère.

Curriculium vitae

1 Page 4/7

2 Page 8/9

3 Page 10/15

4 Page 16/19

5 Page 20/23

6 Page 24/25

7 Page 26


P1 / Récit urbain

1

Le premier projet dans l’enseignement d’architecture à Malaquais, est la première confrontation que l’on établi face à l’architecture, à la ville et de se former son propre « récit urbain » afin de sortir de nos préjugées et de nos idées reçues. Le projet se base sur le méridien de Paris du Sud au Nord ; une ligne imaginaire autour de laquelle s’organise un parcours urbain plus ou moins pré-défini. Tout au long du semestre nous devions réfléchir à différentes facettes de la ville en abordant différentes notions de l’architecture telles que : HISTOIRE(S) HABITER MATIÈRES SE DÉPLACER LIMITES POSITION/OPPOSITION


Habiter « Habiter un lieu, est-ce se l’approprier ? […] À partir de quand un lieu devient-il vraiment vôtre ? […] Est-ce quand on a punaisé au mur une veille carte postale représentant le Songe de sainte Ursule de Carpaccio ? Est-ce quand on y a éprouvé les affres de l’attente, ou les exaltations de la passion » Georges Perec - Espèces d’espaces J’ai donc pris la citation au «pieds de la lettre» et je me suis demandé si tous les lieux pouvaient être habitable ; s’approprier un lieu public. Alors j’ai pensé à essayer d’habiter notre salle de classe qui nous est banale et pas assez appropriée pour ce qu’on y fait dedans.

Se déplacer

Tous les jours à Paris, nous marchons, prenons le métro, le bus, la voiture ou encore le velib’... Mais comment se déplacerait un pneu détaché de ses trois autres compagnons et de sa voiture? Comment se déplacerait-il sans être sous l’emprise de la voiture contrôlée par l’Homme? Comment celui-ci sera déterminé par rapport à la ville?

5


Positon / Oppositon Opposition entre la Terre et le Ciel. Harmonieusement, les édifices s’étalent et forment le paysage. L’architecture est le lien entre le ciel et la terre ; des bâtiments reflètent le ciel, tendent vers le ciel, ou au contraire s’aplatissent sous son poids...

6


Limites Les limites, surement imposées par notre société sont clairement définis or d’autres, telles les limites des arrondissement sont plus confuse.. Pourquoi la limite entre l’espace privé et l’espace public est matérialisé par des murs, des portes, … tandis que les limites des arrondissement ne le sont pas ? J’ai donc décidé de voir comment serait un « morceau » de la ville avec une inversion de la matérialisation des limites. Comment serait notre habitat si les limites serait dématérialisées et les limites administratives des arrondissements matérialisé par un mur ?

UN DIMANCHE APRES MIDI

J’ai voulu voir si ces notions étaient applicables en ce lieu... A travers ce projet, j’ai donc voulu faire une réalisation mettant en œuvre les différentes notions que j’ai pu acquérir durant ce semestre. Une personne lambda, agit par son errance, elle la guide, de ce fait il devient acteur de ces notions. Ce dernier marche sans vraiment faire attention à ces différentes notions qui font parti de ce lieu soit l’ancienne petite couronne qui longe la rue Bélliard.

7


Fais moide l’architecture

2

Aimant côtoyer les enfant et l’interaction qu’il est possible d’avoir avec eux, j’ai souhaité diriger mon travail vers la sensibilisation de l’architecture aux enfants. Dans cette démarche quelque peu délicate, je me suis tout d’abord interrogé sur ce que peuvent penser les enfants de l’architecture. En effet, de leur jeune âge, quelles perceptions peuvent-ils avoir de cette discipline  ? Celle-ci est-elle très différente de celle d’un adulte ? Quelles opinions et visions ont-ils de l’architecture ou encore de l’architecte ? Ainsi je me suis demandé s’il était possible de les sensibiliser d’avantage à cette discipline ? Mais surtout par quels moyens ? Ayant travaillé dans un centre de loisirs, j’ai voulu réfléchir avec un groupe d’enfants d’âges différents, allant de 6 à 11 ans. Nous avons discuté de ce que l’architecture était ou encore ce qu’elle pouvait apporter au monde ou à eux. Mais j’ai pu constater qu’il n’y a pas une réponse unique à cette question  ; chacun a une vision différente, selon leur âge, leur éducation, leur personnalité.. Aussi j’ai voulu m’interroger sur chacune de leur réponse. Il est vrai que ce ne fut pas chose facile que de leur faire parler d’architecture. Comment poser les bonnes questions sans avoir recours à des mots trop compliqués? Car finalement il n’est pas chose facile de définir l’architecture, même pour un étudiant en architecture. Mais une fois le dialogue établit, chacun a essayé de donner son avis sur l’architecture, cherchant à définir son but, où elle commençait et s’arrêtait, tout en la mettant en corrélation avec les différentes notions auxquelles elle renvoie. À ma grande surprise, certaines affirmations ou questions m’ont réellement interpellées et ont fait émerger un florilège de questions dans ma tête. En les relevant, j’ai commencé mon questionnement, essayant de reconsidérer l’architecture au travers de ces enfants.

8


9


Matérialisation & Structuration 10

L’architecture n’existe véritablement qu’à partir du moment où elle est construite, c’est-à-dire, qu’elle ne peut être pensée indépendamment de sa structure. Lors de ce semestre, l’objet était de penser un embarcadère de Batobus sur les quais de Saint-Michel (Paris 5°), s’attachant aux systèmes de structure, d’assemblage et d’enveloppe. Ce studio fut très intéressant car c’était l’occasion de réfléchir à la relation entre expression architecturale et structure. L’idée principale était de relier le quai haut et le quai bas jusqu’à la plateforme d’embarquement. Cependant par la contrainte PMR, l’ensemble de la station s’appui sur une rampe à 5%. Cette rampe guide donc le public de la rue jusqu’à l’eau de la seine tout en traversant différents espaces et permettant différentes expériences architecturales dû à cette promenade architecturale.

Pont de l’Archevechet

3

N

Quai Montebello

Promenade ludique avec exopsition.

la promenade.

Rampe

Attirer les passants pour descendre sur le quai.

Pas de passage abrupt pour le regard. Endroit vaste et lumineux.

Transparence.

Notre-Dame et les quais de seine.

Toit terrasse.

Diagramme des intentions ini-tiales


Plancher

Bac acier

Poutre horizontale de la structure

Isolant

Détail du bac acier

Facade AA’ Film d’étanchéité

Facade AA’ au 1:100

Isolant

CTBH

Structure

Détail de l’acrotère

Coupe - Élévation BB’

B

A

+5m

+3m

-1m +1m

EXPO

0m

EXPO +2,5m A’

+1,5m B’

Plan à 5m

11


12


13


Matérialisation & Structuration / TD

3

14

En réponse à l’attente du cours de TD nous avons réalisé les bases conceptuelles du projet à l’aide de dessins et de références, qui nous ont emmenés vers la réalisation d’un abris éphémère sur les quais de seine. Nous avons élaboré notre travail autour d’une volonté commune qui était de travailler sur une succession de portiques car c’était pour nous un principe constructif assez simple et surtout très rapide dans la construction du projet. Nous nous sommes alors orientés sur une structure en bois et de toile tendue car nous voulions réussir à positionner une toile tendue sur une succession de portiques tout en pouvant évacuer l’eau et être à l’abri. Nous voulions vraiment réaliser un projet assez simple, efficace, et rapide de construction comme de démolition afin d’avoir un infime impact sur ces quais Parisiens si important à sa ville. Un jeu entre le dedans et le dehors s’effectue dans notre structure car les membranes tendues ne recouvrent pas tout le tour des portiques mais laisse une partie ouverte pour admirer la seine. De plus, cette membrane permet également de créer un jeu de lumière car celle-ci réagit différemment selon la lumière.


Etape 1

Etape 3

Etape 2

Etape 4

Etape 5

Etape 7

Etape 6

5.0 cm

15


Dans un premier temps, nous disposions d’une parcelle situé à Porte de la Villette dans le 19ème arrondissement de Paris, le long du canal de l’Ourq, nous sommes ensuite réparti en plusieurs groupe afin de proposer différents découpages parcellaires. De notre côté, nous avons proposé une continuité de notre découpage par rapport au tissu urbain existant. Deux rues se sont alors crées et de par et d’autres s’alignent des parcelles à fleur du canal et du parc. Nous nous sommes donc imposé certaines contraintes afin d’avoir un rythme et une continuité dans nos projets après s’être attribué les différentes parcelles. N

8188000

L’habitat en question

4

Plan au 1/1000

16


Jardins divers

Vue depuis la rue

Coupe au 1:200

Disposant d’une parcelle côté canal, j’ai voulu développer un plan radial à partir d’où toutes les dessertes s’organiseraient autour d’une grande cour. Le principe de départ de mon projet était donc de travailler la décomposition de l’entrée à l’accès du logements en plusieurs séquences qui entraînent différentes ambiances en terme de lumières, de sensations corporelles due au parcours et à l’échelle des différents traversés. De plus, je propose une entrée tel un jardin d’hiver pour tous les logements afin d’accentuer cet effet de séquences par cet espace de transition privatif supplémentaire.

17


Vue depuis la cour

Vue depuis la coursive

Plan R+1 au 1:200

18


19


Intensifs d’inter-cycle

5

La réfléxion du coin de rue Réalisation d’un court-métrage documentaire sur la rue et plus particulièrement les coins de rue, réalisé en une semaine. Après avoir analysé et établi une réflexion sur le coin de la rue, nous avons pu réaliser ce courtmétrage où un coin raconte ce qu’il ressent et ce qu’il se passe chaque jours devant lui. « Chaque jours des milliers de personnes se pressent devant moi, discret, on ne me remarque pas, anodin, banal, je n’attire pas l’intention. On me voit mais on ne me regarde pas. Devant moi se déroule l’histoire de la rue. L’histoire des hommes. Je fais parti du décor dans lequel homme et voitures jouent leur balai incessant. Je suis le témoin de ce qu’il se passe même quand il ne se passe rien. Le banal, l’ordinaire, bref ce qui ne mérite pas d’être relevé me passionne. »

« Je suis la jonction entre deux rues, un point de basculement où l’on passe d’une rue à l’autre. »

«  Je suis unique, je créais les rues, les intersections, la trame de la ville. Je suis un espace qui impose de faire un choix. C’est devant moi que les hommes passent, se perdent, hésitent et finissent pas se repérer. »

20


La cage folle À partir de l’escalier hélicoïdal réalisé lors de l’initiation Grasshopper, nous avons voulu former une cage d’escalier atypique. Nous avons ainsi établi quelques paramètres fondamentaux concernant notre projet ; laisser passer la lumière et permettre une visibilité intérieur/extérieur, suivre le mouvement hélicoïdal de l’escalier, laisser une certaine liberté à la morphologie générale de la cage suivant sa hauteur, sa largeur de marche, la hauteur de marche et d’autres composants entrants en relation avec l’aspect final du projet.

Intentions de départ

21


Auber side story «  Touche pas à la femme blanche  !  » de Marco Ferreri, est une parodie d’un western tourné dans le chantier du futur forum des Halles. Nous sommes donc parti de ce concept afin de réaliser un film suédé de « West Side Story » dans les chantiers d’Aubervilliers. Après avoir repris les grands moments de ce film, nous avons modifié l’histoire selon le contexte et surtout selon la vie du quartier. Ce projet fut également réalisé en une semaine en comptant le scénario, le choix des plans, le tournage ainqi que le montage.

22


23


Bellastock

6

24

« Le grand détournement 2012 » Bellastock est un festival d’architecture réservé aux étudiants en architecture où un site et des matériaux sont mient à dispositon dans le but de créer une ville éphémère dans laquelle nous vivons pendant plusieurs jours. De la construction de nos abris jusqu’à la réalisation de rues, de places publics,... ce festival permet de construire une ville éphémère à échelle 1, quelle soit pérenne ou non.


« GreenWashing 2013 »

Après avoir former une équipe de 5 personnes, nous avons commencer à penser à notre projet soit un cube en bidon plastique récupérés ainsi que deux alcôves permettant d’adopter différentes position à l’intérieur comme à l’extérieur. Cependant, les intentions de départ se sont vite transformées après la découverte des matériaux, de leurs qualités et leur résistance, mais aussi avec la rapidité d’exécution à avoir. Toujours sur ce même principe mais avec un site totalement différent et un seul et unique matériau : les tiges de bois flexibles à partir des quelles il faut imaginer une structure qui restera pérenne pour pouvoir être préservée pendant plusieurs années afin qu’une végétation puisse poussait autour, dessus....

25


Curriculum Vitae

7

LEFEBVRE Florian

Permis B 23-02-1993 48, Passage du bureau 75011, PARIS florianlefebvre.fl@gmail.com 06 03 80 27 52

- 2007-2012-2012-2013-

Diplômes/Parcours scolaires

Brevet des collèges, Mention Bien Baccalauréat Scientifique, Mention Classe Européenne BAFA Études à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais, Licence 1 & 2.

Expériences Professionnelles

-2007-2010.11-Depuis 2011-Sept. 2012-

Guide Bénévoles pendant les Journées du patrimoine. Ventes de Fruits & Légumes sur un marché. Animateur en centre de loisirs et en colonies. 3 semaines en entreprise chez LINVEST. Installation et déménagement.

Logiciels maîtrisés

Suite Adobe (Illustrator, photoshop, Indesign). Autocad Rhinocéros Grasshopper

Langues & communication Français (Langue natale). Anglais. Lu,écrit, parlé. Espagnol. Lu,écrit, parlé.

Activités personnels/intérèts

Badminton Voyages (États-Unis, maroc, Angleterre, Espagne...) Visites Biennales d’architecure , Rotterdam & Venise Workshop étudiants (Bellastock) 26


LEFEBVRE Florian



Porte Folio LEFEBVRE Florian