Issuu on Google+

40

h

vide vide

Jeudi 18 février 2010

france

l’événement

Les hamburgers halal de Quick font polémique

» édito Halal, Halde, hallali

Quick expérimente des produits halal dans huit de ses 350 restaurants. Le maire PS de Roubaix estime la pratique discriminatoire et veut saisir la Halde.

E

st-ce que proposer des produits uniquement halal dans un restaurant d’une grande chaîne est discriminatoire ? La question rassemble depuis hier des politiques des deux camps. Le groupe Quick expérimente dep ui s la fin de l’ an née 2009 des produits halal (1) dans 8 de ses 350 restaurants en France, à Argenteuil, Marseille ou à Roubaix. Ses hamburgers y sont garnis de viande de bœuf venant de bêtes abattues selon le rite et où la dinde a remplacé le bacon.

La dinde fumée a remplacé le bacon « C’est précisément parce que le fast-food ne laisse pas le choix aux clients non musulmans que cette attitude est inadmissible », a réagi le député UMP des Bouches-du-Rhône, Richard Maillé. S’il n’est pas gêné « qu’il y ait une offre halal », le maire socialiste de Roubaix, René Vandierendonck, juge que « ça va trop loin quand on ne propose plus que cela, cela devient discriminatoire ». Il menace

à suivre À qui appartient le groupe Quick ? Bien que née en Belgique, Quick est aujourd’hui un groupe français et même « presque » d’État. En effet, si Quick Restaurant SA entre en Bourse sur le second marché de Bruxelles en 1993, deux groupes belges – Ackermans & Van Haaren et la Compagnie Nationale à Portefeuilles – reprennent le contrôle de Quick à son investisseur historique en 2002. Mais c’est en 2007 que le groupe Quick bascule dans le giron français à la suite d’une OPA (offre publique de rachat) et d’une OPR (offre publique de retrait). 100 % des actions de Quick Restaurants SA appartiennent désormais à Financière Quick SAS, une société contrôlée par CDC Capital Investissement. CDC Capital Investissement s’appelle aujourd’hui Qualium Investissement et c’est une filiale de la Caisse des Dépôts et des investisseurs institutionnels, bras armé de l’État.

ment, Luc Chatel a déclaré qu’il n’était « pas fana du communautarisme. Je respecte les traditions, y compris alimentaires, de toutes les communautés mais je pense que la société française, son histoire, sa culture, ça n’est pas le communautarisme ». Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP n’appréciant pas lui non plus « tout ce qui peut s’apparenter à du communautarisme ». Quick a prévu une expérimentation de six mois pour « valider l’intérêt commercial et la faisabilité technique » d’une offre halal. A l’entrée du Quick de Roubaix, le Burger Strong Bacon n’est plus disponible à la carte.

O. P. (AFP)

même de saisir la Halde (haute autorité de lutte contre les discriminations) si Quick « ne revient pas sur sa position ». Et il

motive son choix sur le fait que Quick est une « enseigne nationale » (lire ci-dessous). Le porte-parole du gouverne-

(1) Le mot arabe halal signifie « licite » selon les prescriptions coraniques. Pour obtenir une viande halal, il faut qu’au moment de son abattage l’animal soit conscient et que son corps se vide de son sang jusqu’à la mort.

chiffres-clés > 40. Fondé en 1970 en Belgique, le groupe Quick est particulièrement présent en France, Belgique et Luxembourg. Il possède des restaurants en Europe et il cherche à se développer en Nouvelle-Calédonie, en Algérie, en Catalogne ou en Russie. > 893,1. C’est en millions d’euros le

chiffre record de ventes à l’enseigne pour le groupe Quick en 2008. Soit une hausse de 3,2 % par rapport à 2007 pour un résultat en progression continue depuis sept années. Cela équivaut à plus de 200 millions de repas servis. > 7,2. C’est, en millions, le résultat net du groupe en 2008. Il était

négatif de 1,5 million en 2007. > 453. C’est le nombre de restaurants Quick dans le monde pour 18.000 collaborateurs. Dont 346 enseignes en France pour 15.000 collaborateurs. Les restaurants franchisés représentent 75 % du réseau.

••• Le halal profite aux grands groupes Si Quick procède à des études de marché liées au halal, ce n’est pas anodin. Si aucun chiffre officiel n’existe sur la consommation de viande halal en France certaines études avancent l’hypothèse d’un marché annuel de près de 4 milliards d’euros pour une consommation annuelle estimée – selon divers calculs et conjectures – de 300.000 à 400.000 tonnes. Des chiffres pour lequel il faut avoir la plus grande prudence prévient Florence Blackler (1) chercheure associée à l’Iremam (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman. « La consommation par habitant est très surestimée. Ces chiffres qui ne sont pas d’une fiabilité absolue et certaines études récentes se contredisent. » Notamment sur la consommation quasi exclusive – ou pas – des jeunes musulmans de moins de 30 ans de viande halal. Certains sondages auprès du public concerné tendent à l’affirmer tandis que d’autres estiment que si les parents immigrés sont bien de gros

Florence Blackler travaille notamment autour des pratiques d’abattage rituel. consommateurs de viande, les nouvelles générations se rapprochent plus des schémas français actuels. Toujours est-il que ce marché potentiel aiguise les appétits. Surtout que, reprend Florence Blackler, « ce sont les grands groupes qui dominent le marché du halal. Au sujet de la polémique Quick, on pourrait se poser la question si cela concernait des cantines ou l’espace public, là, on est dans un espace privé de

commerce. Carrefour et les autres proposent depuis des années un rayon halal, les boucheries islamiques existent et se sont toujours servies auprès de négociants français… il n’y a rien de nouveau sous le soleil ! Ce sont les grandes surfaces et les industries agroalimentaires françaises qui sont les principaux bénéficiaires du halal. A quoi sert cette polémique si ce n’est agiter les questions islamiques autour de la burqa, du débat sur l’identité nationale ou cette candidate voilée du NPA. Les bénéfices des produits halal sont toujours allés dans les poches de l’agroalimentaire et non des religieux. Et pour Quick, il ne s’agit que de 8 magasins sur 350. Qu’est-ce que c’est par rapport à la population musulmane, 5 ou 6 millions, en France ? » Recueilli par Olivier Pirot (1) Le Dr Florence Blackler est anthropologue et sociologue à l’université Aix-Marseille. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Monde arabe et musulman du CNRS elle est membre du consortium européen Dialrel.

par Denis Daumin

D

is-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es… Exit le bacon, vive la dinde fumée. En expurgeant le porc industriel du menu de quelques établissements au profit d’une fade volaille, l’enseigne de restaurants rapides Quick imaginait-elle pareil ramdam ? Oui, soupçonnent certains concurrents dénonçant une opération marketing assez habilement téléguidée. Si certaines affaires font « pschitt ! », cette fois le buzz rime avec Quick. Sonnez tiroirs-caisses, tintez menue monnaie. Et alors ? Il suffisait d’avoir l’idée. Puis d’oser. La chaîne, filiale de la très discrète et fort respectable Caisse des dépôts et des investisseurs institutionnels, se drape dans sa dignité, invoque le service dû au client et plaide l’adéquation aux mœurs alimentaires locales. Extinction d’un mythe. Roubaix l’ouvrière, la fileuse autrefois, ne se nourrit plus de bière d’Artois et de fricandelles à la mayonnaise. Les derniers courants migratoires, poussés par le sirocco vers cette terre laborieuse et chaleureuse voici près d’un demi-siècle, lui ont donné le goût du tajine, du thé vert, du sidi brahim et de l’harissa. C’est une réalité, rien de nouveau sous les nuées de Ch’Nord, faut-il en faire tout un plat ? Il n’est pas du goût du Front national qui, sous l’argument d’un fantasmatique racket de la part des organismes islamiques de certification, sonne l’hallali sur le halal. On est en campagne régionale là-haut aussi. Entraîné par cette mécanique, le maire socialiste de Roubaix menace d’une procédure auprès de la Halde pour discrimination alimentaire. Plus mesurée, l’UMP pointe dans cette initiative retentissante, l’irruption du communautarisme, c’est-àdire de la différence affichée, jusque dans les circuits de la bouffe globale et mondialisée. « Big Mecque » ou Pig burger, on vous souhaite bon appétit. Et bien du courage.

demain La pression s’accentue sur Mme Penchard


NRcentreouest18fev10