Page 1

>

ARGU FLASH

< 2 novembre 2011

UNE EUROPE FORTE ET PROTECTRICE : UN ENJEU POUR LA FRANCE L’Europe n’est pas étrangère à la France. Nous faisons partie de l’Europe comme l’Europe fait partie de nous. C’est grâce à elle que notre modèle social et nos entreprises sont protégés. Être patriote aujourd’hui, avoir une ambition pour la France, c’est aussi avoir de l’ambition pour l’Europe. A l’heure où des crises sans précédent se succèdent, la France aurait tout à perdre à se replier sur elle-même. Elle doit se tourner vers l’avenir en travaillant main dans la main avec ses partenaires européens, à commencer par l’Allemagne. N’oublions pas qu’à l’origine de la construction européenne, il y avait une ambition visionnaire et des grands projets pour l’Europe : le charbon et l’acier, l’atome ou encore la politique agricole commune. Des objectifs qui ont encore un sens aujourd’hui : vivre dans une Europe audacieuse, en paix, qui défend ses valeurs et ses intérêts et qui garantit la sécurité et la prospérité des citoyens européens. Voilà l’Europe que nous voulons, voilà l’Europe pour laquelle Nicolas Sarkozy et la majorité se battent depuis 2007, voilà l’Europe que nous devons continuer de mettre en action.

I.

Un Président de la République à l’initiative des grands projets pour l’Europe

1/ Depuis 2007, Nicolas Sarkozy a œuvré à la mise en place d’une gouvernance économique européenne dont dépend notamment l’avenir de la France  En proposant et faisant adopter le traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, il a permis de relancer une construction européenne bloquée, depuis le rejet du traité sur la constitution européenne en 2005, et de renforcer le rôle du Parlement européen tout en préservant l’autorité des Parlements nationaux.  En montrant son volontarisme au moment de la présidence française de l’Union européenne (UE) en 2008, durant laquelle 5 grands chantiers ont été ouverts : l’avenir de la PAC, la lutte contre le réchauffement climatique, la relance de la politique européenne de sécurité et de défense, le Pacte européen sur l’immigration et l’asile et l’Union pour la Méditerranée, défendue par Nicolas Sarkozy dès 2007 et dont le Printemps arabe renforce l’importance.  En faisant preuve d’un leadership déterminant avec Angela Merkel face à la crise :  Accord historique à Bruxelles le 27 octobre 2011 pour sauver la zone euro : création d’un gouvernement économique de la zone euro, puissance de feu du fonds de stabilité européen multipliée par 4, renforcement des banques, possibilité donnée à la Grèce d’accepter l’aide européenne pour éviter la faillite.  Adoption d’une règle d’or budgétaire pour tous les pays de la zone euro.  Mise en place d’un impôt sur les sociétés commun avec l’Allemagne pour accélérer la convergence économique entre nos deux pays.

1


2/ Nicolas Sarkozy a initié des politiques ambitieuses en matière d’agriculture, d’immigration et d’écologie  Immigration : un pacte sur l’immigration a été adopté pendant la présidence française de l’UE pour mieux coordonner la lutte contre l’immigration illégale au niveau européen.  Agriculture : dans le cadre de la présidence française du G20, un accord inédit a été obtenu pour lutter contre les crises agricoles par la régulation des matières premières (augmentation de la productivité agricole ; mise en place d’une base de données internationale sur la production et les stocks de matières premières agricoles afin d’assurer une transparence sur les marchés et moins de volatilité des prix pour les consommateurs et les producteurs ; coordination des pays du G20 face aux crises et suppression des restrictions à l’exportation pour l’aide alimentaire)  Ecologie : le paquet Energie-Climat, qui vise à lutter contre le changement climatique, a été adopté sous la présidence française de l’UE. Les Etats européens se sont donnés l’objectif du « 3x20 » : augmenter de 20% la part des énergies renouvelables, réduire de 20% la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2020. 3/ Nicolas Sarkozy a toujours eu le courage d’assumer ses positions s’agissant de la politique étrangère européenne et des frontières de l’Union  Depuis 2007, Nicolas Sarkozy défend un discours cohérent : la Turquie n’a pas vocation à entrer dans l’UE, mais il faut construire avec ce grand pays un partenariat stratégique.  Grâce au volontarisme du président, l’Europe a une voix qui porte plus fortement dans le monde (intervention de Nicolas Sarkozy pour stopper le conflit russo-géorgien, consolidation de la politique de défense commune avec l’Angleterre, intervention franco-britannique en Libye, consolidation de notre place au sein de l’Alliance Atlantique, qui permet d’y renforcer notre influence et celle de l’UE).

II.

Pour une Europe forte, compétitive et solidaire où la France tient une place essentielle

Pour que l’Europe de demain conserve sa place de leader (1ère puissance économique en 2008 avec 30% du PIB mondial, contre 23% pour les États-Unis et 7% pour la Chine) tout en protégeant l’ensemble des citoyens européens, nous avançons 4 axes de propositions : 1/ Une gouvernance politique et économique pour une Europe forte et protectrice  Faire des sommets de la zone euro l’élément central de l’eurogroupe et de la gouvernance économique européenne.  Adopter un pacte européen de solidarité, de responsabilité et de contrôle : chaque Etat doit se gérer lui-même mais doit aussi pouvoir bénéficier de la solidarité des autres en cas de difficultés.  Instaurer une « règle d’or » européenne dans tous les pays de la zone euro.  Engager une convergence fiscale renforcée et étendue pour mettre fin au dumping fiscal qui érode la confiance entre les partenaires. 2/ Des politiques ambitieuses et efficaces au service des citoyens et de la croissance  Poursuivre la remise en cause d’une application trop radicale des règles de concurrence car la compétitivité des entreprises européennes est l’intérêt de tous.  Renforcer le lien recherche-croissance-société : pour que des moyens financiers communs nous permettent d’être plus innovants.

2


 Préserver les leviers d’action et le budget de la PAC pour exiger une concurrence loyale et protéger les intérêts de nos agriculteurs.  Développer une politique européenne de l’immigration efficace et responsable avec un Commissaire européen en charge de l’immigration et de l’intégration. 3/ Une Europe qui pèse dans le monde pour défendre ses intérêts, ses valeurs et une mondialisation juste  Renforcer la politique étrangère commune de l’Union en faisant converger les politiques diplomatiques des pays de l’UE et encourager les coopérations en matière de défense dans l’UE à partir des Etats les plus volontaristes (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Pologne).  Exiger une concurrence juste avec nos partenaires internationaux par la mise en place d’une « taxe réciprocité » aux portes de l’Europe et d’une stricte réciprocité en matière d’accès aux marchés publics européens. 4/ La convergence franco-allemande : noyau dur d’une avant-garde européenne. Nos deux pays, qui sont les moteurs de l’Europe et qui pèsent pour plus de 50% du PIB de la zone euro, doivent continuer à converger, comme ils vont le faire avec l’adoption d’un impôt commun sur les sociétés, jusqu’à former un véritable G2 franco-allemand qui sera le cœur de toute dynamique européenne.

L’objectif de la majorité est clair : il s’agit de définitivement renouer avec une Europe du courage, une Europe audacieuse et protectrice face aux crises et aux excès de la mondialisation, une Europe où la France a une place de leader, dans la droite ligne de la politique menée par Nicolas Sarkozy tout au long de son mandat.

3

Europe  

La France forte dans une europe qui protège

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you