Page 1

FFFF

REPORTING ISR

TRIMESTRIEL Echiquier Major :

Reporting ISR trimestriel Echiquier Major 2012 Au 30 septembreMars 2011


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

SOMMAIRE

1

SYNTHESE DE LA DEMARCHE EXTRA-FINANCIERE DE FINANCIERE DE L’ECHIQUIER

2

BILAN DES RENCONTRES DU TRIMESTRE

3

BILAN DE LA POLITIQUE DE VOTE AU COURS DU TRIMESTRE

4

SYNTHESE DES TRAVAUX REALISES

5

IMPACT SUR LA GESTION

1


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

1.

Synthèse de notre démarche extra-financière

Depuis 2008, Financière de l’Echiquier est signataire des principes pour l’investissement socialement responsable (PRI) développés sous l’égide des Nations Unies et entend ainsi matérialiser son engagement en faveur d’une finance responsable.

La gestion dîte de "stock-picking" de Financière de l’Echiquier est une gestion de conviction qui s’appuie sur la connaissance approfondie des sociétés. Convaincus que l’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance conduit à une meilleure évaluation des risques, nous avon s décidé d’intégrer cette approche à l’analyse de l’ensemble des sociétés en portefeuille. Cette analyse nous semble d’autant plus fondamentale lorsqu’il s’agit de fonds de valeurs de croissance. En effet, nous considérons que les valeurs de croissance se doivent d’intégrer ces enjeux extra-financiers dans leur stratégie pour asseoir durablement leur avantage compétitif et assurer leur développement. Ainsi, le fonds Echiquier Major, qui investit dans des grandes valeurs leaders européennes, intègre pleinement les critères ESG dans sa politique d’investissement.

Notre engagement se traduit de la manière suivante :     

 

Une rencontre systématique avec les sociétés présentes dans le fonds. Une inclusion des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) dans l’élaboration des cas d’investissement. Une politique de vote systématique pour toutes les sociétés présentes dans le fonds . Une notation et un compte-rendu société intégré dans notre base de données qui nous permet de réaliser un suivi des entreprises en portefeuille. Une évaluation des risques reflétée par la note ISR attribuée à chaque société (celle-ci représente 40% de la note finale attribuée à chaque société). Cette notation est faite par l’équipe de Gestion collective de Financière de l’Echiquier. Nous n’avons pas recours à des agences de notation extra-financière externes. Un engagement de toute l’équipe de gestion d’Echiquier Major qui participe activement à la conduite des entretiens ISR et à la notation des entreprises. 20% des sociétés notées dans notre base de données ont une note ISR inférieure à la moyenne.

2


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

Fort de son expertise en matière d’évaluation de la qualité du management des sociétés présentes en portefeuille, Financière de l’Echiquier a formalisé, avec l’aide de l’agence de notation EthiFinance, une grille d’analyse ESG. Notre évaluation des entreprises repose sur les critères d’analyse suivants : Qualité du management :  Compétences : légitimité dans le métier et capacité managériale.  Gouvernance : indépendance des administrateurs, complémentarité des fonctions, séparation des fonctions de président et de directeur général, respect de l’actionnaire minoritaire, transparence et disponibilité de la communication financière, indépendance des comités, qualité du contrôle des risques. Responsabilité :  Environnement : mise en place d’un système de management environnemental, conformité aux règlementations actuelles et futures, gestion par objectifs précis et datés dans le temps, certification des sites, éco-conception des produits et réalisation d’analyses de cycle de vie des produits, résultats présentés sur longue durée et tendances d’évolution, politique de contrôle des fournisseurs et impact des produits.  Social : politique de fidélisation des employés et management des carrières, politique de formation, qualité du dialogue social, protection des salariés en matière de santé et de sécurité, suivi en cas de politique de restructuration, contrôle des fournisseurs et impact des produits.

Nos analyses s’appuient sur de multiples sources :  La lecture de documents publics en amont de chaque entretien (rapports annuels, rapports de développement durable, etc.),  La consultation de rapports d’ONG ou de brokers sur une thématique ISR précise et la revue d’articles parus dans la presse,  La rencontre systématique avec le management et réalisation d’un entretien de suivi au minimum tous les deux ans,  Des visites de sites et rencontres de responsables terrains variés (DRH, Directeur qualit é, Directeur de l’environnement, responsable juridique),  L’abonnement à un réseau d’experts pour approfondir nos connaissances sur des enjeux spécifiques (Gehrson Lehman Group),  L’abonnement à la recherche OFG sur le thème de la gouvernance, qui nous apporte un éclairage complémentaire sur la qualité des conseils d’administration des sociétés dans lesquelles nous sommes investis.

Notre politique de vote aux assemblées générales : Financière de l’Echiquier publie sa politique de vote ainsi que son rapport annuel sur l’exercice des droits de vote sur son site www.fin-echiquier .fr. En synthèse, Financière de l’Échiquier vote systématiquement aux assemblées générales pour toutes les sociétés détenues dans le fonds Echiquier Major. Le gérant est informé par une procédure interne de l’ensemble des résolutions proposées en assemblée générale sur toutes les sociétés détenues dans son fonds.

3


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

Bilan des rencontres ISR du 1er trimestre 2012

2.

2.1. Les chiffres du trimestre 30 mars 2012 45 93% 6.9/10 5 2 3

Nombre de valeurs % de valeurs notées Note moyenne ISR Nombre d’entretiens ISR dont entretiens ‘découverte’ dont entretiens de suivi

100% des titres en portefeuille ayant fait l’objet d’une analyse extra-financière ont une note ISR supérieure à la moyenne de notre échelle de notation (5/10) : Note Moyenne 7,4/10 8,3/10 6,3/10 6,3/10 6,3/10 6,3/10 6.9/10

Qualité du management Compétence Gouvernance Responsabilité Environnement Social Note ISR globale

Répartition des notes ISR : 52% 40%

5%

0% 0<5

5<6

6<7

7<8

2%

0%

8<9

9 < 10

er

Entretiens et visites de site au 1 trimestre et notation des sociétés :

6,7

6,7

6,7

6,9

7,3

1er entretien Entretien de suivi

VOLKSWAGEN

PUBLICIS

FRESENIUS MEDICAL CARE

ROCHE

ELEKTA

4


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

2.2. L’entretien marquant du trimestre VOLKSWAGEN :  Gouvernance : La gouvernance du groupe est le principal point faible que nous avons pu noter lors de notre entretien. Une certaine opacité entoure la gouvernance des deux groupes Volkswagen et Porsche, notamment du fait des tensions qui ont longtemps existé entre les familles Piech et Porsche, toutes deux actionnaires. Des tensions portées à leur paroxysme lors de la bataille pour le contrôle de Volkswagen dans un premier temps puis le rachat de Porsche dans un second temps. Avec au premier rang, les deux cousins, M. Ferdinand Piech, président du conseil de surveillance de Volkswagen et M. Wolfgang Porsche, président du conseil de surveillance de Porsche. La finalisation prochaine du rachat de Porsche par Volkswagen devrait marquer le retour à une normalisation des relations entre les deux familles. Les familles Piech et Porsche détiennent aujourd’hui 5 sièges au conseil de surveillance de Volkswagen et ont renforcé leur pouvoir avec la récente nomination de Mme Piech, épouse de M. Ferdinand Piech. Une nomination qui ne marque pas un progrès manifeste de la gouvernance du groupe selon nous. Face aux deux familles au conseil, des contrepouvoirs existent néanmoins, avec la présence de 2 représentants du Qatar, actionnaire à hauteur de 16% du capital mais surtout celle de 3 représentants du Land de la Basse Saxe et de 10 représentants des salariés. De quoi obliger à une concertation collective notamment sur les décisions en matière de construction ou de délocalisation d’usines de production, qui requièrent une majorité des 2/3 des voix au Conseil de surveillance. Néanmoins des progrès restent à faire en matière de contrepouvoir permettant de défendre l’alignement des intérêts de toutes les parties prenantes, en particulier ceux des actionnaires minoritaires. La présence d’actions préférentielles sans droit de vote pour les actionnaires minoritaires en est une bonne illustration. La série de litiges et d’enquêtes judiciaires qui pèse aujourd’hui sur le groupe nous incite également à rester vigilants. En particulier en ce qui concerne les péripéties judiciaires léguées par Porsche et impliquant l’ancien directeur financier. Nous continuerons de suivre l’évolution des litiges avec des hedge fund accusant le groupe Porsche de manipulation de cours lors de sa montée au capital de Volkswagen ou encore le litige avec Suzuki qui accuse Volkswagen d’avoir contrevenu au partenariat qui lie les deux entreprises depuis 2009.

 Environnement En annonçant un objectif de réduction des émissions de CO2 de ses véhicules à 120 g/km d’ici à 2015, soit 10 grammes en dessous des objectifs fixés par l’Union Européenne, la société se place manifestement dans une nouvelle dynamique. Après avoir longtemps contesté ces objectifs européens, jugés trop contraignants, et avoir occupé les derniers rangs des classements publiés par la Fédération Européenne Transport & Environnement du fait d’un niveau d’émission élevé de sa flotte de véhicules, le groupe montre désormais des signes de "reprise" encourageants. D’abord, VOLKSWAGEN figure depuis septembre 2011 en deuxième position parmi les constructeurs qui ont le plus progressé avec une réduction de ses émissions de 6% en un an. Ensuite, le groupe a présenté une feuille de route ambitieuse avec une réduction de 30% de ses émissions sur la période 2006-2015 et le lancement de nouveaux modèles de 10 à 15% plus efficients que les précédents. Pour ce faire, les moyens mis en œuvre sont très significatifs. VOLKSWAGEN a ainsi officialisé un plan d’investissement de 62 Md€ qui s’étalera sur cinq ans et dont les deux tiers seront dédiés à l’amélioration des performances des moteurs à combustion, qui restent sans conteste la priorité du groupe, au grand dam des défenseurs des moteurs 100% électriques ou hybrides. Parmi les principales pistes figurent, la miniaturisation des moteurs, la technologie de désactivation de cylindres ou encore le recours à des matériaux plus légers comme l’aluminium. Avec bien sûr, une importante contribution des équipementiers sans qui ces efforts de réduction seraient intenables. Enfin, la démarche de progrès de VOLKSWAGEN s’illustre par la fixation d’un

5


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à 2020 par rapport à 2010 à l’échelle du groupe. En très bonne voie !

 Social : L’année 2011 a marqué un changement important en matière de ressources humaines avec une augmentation particulièrement importante des effectifs, soit 100 000 nouvelles personnes dont 60 000 issues de Porsche et de MAN et l’effectif global atteint désormais 500 000 personnes. La pyramide des âges montrant un certain vieillissement des équipes, en particulier en Allemagne, le groupe s’est attaché à renforcer ses équipes de production. Désormais, 45 % des employés travaillent en Allemagne. Le recrutement a été également très important aux Etats Unis, en Inde ou en Chine afin d’accompagner la stratégie de croissance mondiale du groupe. Le turnover à l’échelle du groupe est aujourd’hui de 0.5% et le taux d’absentéisme de 3 %. Par ailleurs, l’année 2011 a également été marquée par des profits record qui ont permis à Volkswagen de verser une prime de 7500€ à chacun de ses salariés. Les autres marques du groupe n’ont pas été en reste, Audi a versé une prime de 8500€ à chacun de ses salariés. Seul point négatif, ces primes n’ont concerné que les salariés en Allemagne. En ce qui concerne Martin Winterkorn, le directeur général, il a touché un salaire record pour une entreprise du Dax, soit 17 millions d’euros, avec un salaire fixe de 1.9 m€, un bonus de 11m€ et une prime de performance long terme basée sur 4 ans de 3.7 m€. Son salaire a par ailleurs quasiment doublé par rapport à 2010 (9.3m€). Ce salaire est à mettre en regard avec la création de valeur inédite réalisée par le groupe.

3.

Bilan des votes du 1er trimestre 2012

Nom de la société

Type d’assemblée générale

Vote

% de capital détenu

BENETEAU

Assemblée générale mixte

Oui

3,74%

ROCHE

Assemblée générale annuelle

Non

0,01%

UMICORE

Assemblée générale extraordinaire

Oui

0,38%

WINCOR NIXDORF

Assemblée générale annuelle

Oui

2.25%

Les votes réalisés au cours du trimestre ont été conformes à la politique de vote publiée par Financière de l’Echiquier. En ce qui concerne, l’assemblée générale de Roche, nous n’avons pas voté dans la mesure où les titres ne conféraient aucun droit de vote. Aucun élément particulier n’est à signaler sur les votes réalisés pour WINCOR NIXDORF, BENETEAU et UMICORE.

6


Rapport trimestriel du fonds Echiquier Major Investissement Socialement Responsable

4.

Synthèse des travaux réalisés au cours du trimestre

Rencontres et conférences du trimestre :         

5.

Conférence avec Pierre Gardonneix, président du conseil mondial de l’énergie, ancien président directeur général de GDF puis d’EDF dont il est aujourd’hui président d’honneur Présentation sur la diversité dans les conseils d’administration avec Ethics & Boards Présentation sur les forages offshore et gaz de schiste avec Sustainalytics Colloque Sciences Po : quelles politiques agricoles demain en Europe ? Défis et opportunités de la croissance verte Présentation Proxinvest sur la rémunération des dirigeants des sociétés du SBF 250 Rencontre Institut RSE et Réseau (responsables reporting RSE France) pour échanger sur le reporting ESG en Allemagne (code de développement durable et référentiel EFFAS) Table ronde : Enjeux ESG du secteur Luxe, la performance à quel prix ? Petit déjeuner sur l’eau : quel potentiel pour la délégation de service public de l’eau en Europe avec J.M Herrewyn, directeur général de Véolia Eau Rencontre avec Jean Philippe Liard, CFDT, responsable de l’épargne salariale dans la br anche Chimie

Impact sur la gestion

Il n’y a pas eu de cession strictement liée aux critères ESG au cours de la période.

7

Reporting Echiquier Major  

1er trimestre 2012

Advertisement