Page 1


1


S

équences de vie

L’aventure humaine est ce qu’il y a de plus mystérieux. Ses secrets et sa nature même sont incommensurables. Depuis l’aube des temps, des milliards d’êtres vivants se sont succédés et se succèdent encore dans un grand ballet chaotique d’où émerge une meilleure compréhension de soi et de ce qui nous entoure. Cette quête de sens est néanmoins remplie d’embûches, de détours et de nombreux retours et dans ce formidable effort pour survivre, l’humanité s’est inventé un monde. Non. Elle s’est plutôt inventé des mondes, des univers de vie différents selon les endroits de la terre où l’on se trouve, selon l’environnement qui nous entoure. L’artiste aquarelliste Josée Perreault est pour sa part fascinée par ces univers parallèles et depuis plusieurs années déjà, elle part à leur conquête avec son esprit d’ouverture et tente de percer un peu plus l’odeur et la couleur de chaque partie du monde. Bien sûr, l’artiste s’évertue également à conquérir son univers de vie immédiat, de toute façon, tout se rassemble, ici et ailleurs; le fond des choses est semblable. Regarder les aquarelles de Josée Perreault, c’est observer la vie qui passe et constater que si le quotidien diffère beaucoup d’un endroit à l’autre, le sens de la vie et ses défis demeurent le plus souvent les mêmes. En somme, il nous faut apprendre à voir par-delà les illusions, à sentir ce qui se cache derrière les apparences. Comment y parvenir? En gardant l’esprit ouvert, en regardant sans confronter. Simplement, sans arrière-pensée, comme le fait si bien Josée Perreault. L’une de ses grandes qualités comme artiste, comme femme et comme être humain, s’exprime précisément à travers l’objectivité de son regard. Un regard sans l’ombre d’un jugement sur l’autre. Tout au contraire. Chacune des oeuvres de l’artiste reflète le respect qu’elle voue à son sujet qu’elle exprime avec une objectivité poétique. En quoi se distingue son processus créatif? Josée Perreault travaille en premier lieu avec sa caméra vidéo. Elle capte ainsi la vie qui passe dans son flux incessant avec ses bruits, ses ambiances, son atmosphère. Cette façon de faire contribue à créer de manière sensible cette impression singulière que l’on ressent au contact de ses oeuvres, cette fraternité universelle que l’on capte du regard. Même si l’aquarelle est un médium à deux dimensions et sans mouvement, Josée Perreault arrive par son approche personnelle à traduire un ensemble d’aspects qui débordent largement du simple cadre narratif d’une scène. Chaque oeuvre est le résultat d’une imbrication de tous les sens et de multiples séquences. Voilà le mot qui traduit au mieux l’essence et l’esprit de son travail : chacune de ses aquarelles est en réalité une séquence de vie. Si par la nature de ce médium l’image est fixe, sous la pulsion de Josée Perreault, il en résulte une suite, un aboutissement d’une somme de choses, d’éléments visibles ou non qui exaltent le réel. De retour à son atelier dans les Cantons-de-l’Est, elle met à contribution sa mémoire des lieux qu’hier encore elle parcourait et qui l’habiteront désormais à jamais. Et sa vision artistique s’exprime par un traitement documentaire indéniable. Énergique et inventive, elle a même élaboré une manière de présenter ses aquarelles sans verre avec une technique de marouflage unique. Il ne faudrait pas oublier non plus son goût de transmettre. Josée Perreault organise elle-même plusieurs ateliers de formation durant l’année. Toutes ces activités font de cette artiste une créatrice complète et de plus en plus estimée des amateurs d’art d’ici et d’ailleurs. Son oeuvre fait une fois de plus la démonstration que l’art abat les frontières… physiques comme de l’esprit! Robert Bernier 2


« L'aquarelle est comme la poésie : sa fluidité et sa luminosité n’ont d’égal pour créer l’enchantement, susciter le rêve et le mystère. L’aquarelle exige à la fois une grande maîtrise et une grande spontanéité, c’est là que se trouve mon défi. »

3


S

lices of life

Human life is filled with mystery and adventure. Ditto nature, with all its unending secrets. Since the dawn of time, billions of beings have tussled with what makes them tick, participating in a chaotic, grand ÂŤ ballet Âť to better understand themselves and their surroundings. The quest for understanding is, nonethless, filled with obstacles, detours and dead ends and in a formidable attempt to survive, humanity has invented a world. No. Not just one world. Humans have invented several worlds - entire universes that are very different from the places and environments in which they live. The watercolorist JosĂŠe Perreault is fascinated by these parallel universes and for several years she has been exploring them, armed with her spirit of openness and a desire to convey the colors and the smells of different regions around the globe. Certainly, the artist also strives to interpret the more immediate world around her, but her approach to her subjects is similar and it is at the very heart of her work.

4


Introduction

When you look at Josée Perreault’s watercolors, you can see that daily life (in a cultural sense) differs greatly from one place to another, but the challenges faced by human beings are very often the same. In short, one must learn to see beyond the surface, to what lies behind external appearances. How does one achieve this? Simply by keeping an open mind, observing without judging and by having no ulterior motive - just like Josée Perreault. One of the greatest qualities that an artist, a woman and a human being can have, is being able to look at something objectively. In other words, being able to see something clearly, without being waylaid by the shadow that is often cast by being judgmental about « the other ». The work of Josée Perreault reflects the respect that she shows to her subject and which she expresses with a poetic objectivity. How does the creative process come about? Josée Perreault works first of all, with her video camera. In this way, she manages to capture the continuous flow of daily life with its unceasing noise, color and ambience. That, in turn, helps to create in a sensitive manner, the deep connection – the link with a universal brotherhood - that one feels when gazing at her works. Even although watercolor is a static, two-dimensional medium, Josée Perreault manages, with her highly personal approach, to gather together all the elements of a scene and to create a lively narrative. Each of her works is a combination of multiple sequences and a dizzying array of emotions. In essence, each of her watercolors conveys an authentic slice of life. Even although painting is a fixed medium, under the capable hands of Josée Perreault, the end result is a combination of elements, both visible and invisible, that brings the scenes to life, exulting in reality. After returning to her studio in the Eastern Townships, the artist consigned to memory the places that she had visited and which will, from now on, live for ever, through her extraordinary documentary. Energetic and inventive, she has even developed a unique way of exhibiting her watercolors by mounting her images instead of showing them behind glass. Josée Perrault is passionate about conveying her love of art to others, organizing several workshops during the year. All these activities make this artist a consummate creator whose reputation among art lovers is growing by leaps and bounds, both here and elsewhere. Her work is a classic example of how art can breache all boundaries –physically as well as mentally! Robert Bernier

5


6


Carnets de Chine

L

e syndrome de la machine à laver

Visualisez cette image : la cuve est pleine, les vêtements sont pêle-mêle, les couleurs se chevauchent. Vous y ajoutez un vêtement : tranquillement, il est happé dans cette masse informe et disparaît complètement. C’est le syndrome de la «machine à laver».

Voilà l'image que j'utilise pour décrire le sentiment que j'ai éprouvé lors de mon séjour en Chine : je suis partie pendant 3 mois et, d’individu bien identifié, je suis devenue partie intégrante d’une masse grouillante et bruyante. J’ai dû oublier mon unicité, mes bonnes manières, ma bulle et le silence; j’ai été avalée moi aussi. Ce qu’on qualifie au début de «coutumes rustres» devient finalement un laisser-aller confortable, et tout compte fait, assez agréable. Ce sans-gêne bien chinois, cette curiosité presque enfantine, ces rires moqueurs peut-être, mais tellement spontanés, tout cela rend ce peuple très attachant. Et en Chine, vous n'êtes plus jamais seul, il y a toujours quelqu’un… Qui a vu la Chine sait qu’on ne peut présenter la Chine silencieusement. C’est ce qui m’amène à vous raconter ce voyage en tableaux et en récits audio. Chacune des plages du CD se réfère à un des thèmes mis en valeur. Pour tenter de vous imprégner, vous aussi, de ces atmosphères particulières, vous pourrez entendre les bruits ambiants de l’endroit agrémentés d’anecdotes tirées de mon journal de bord. Bon voyage!

T

he Washing Machine Syndrome

Visualize this image. The tub is filled to the brim. The clothes are pell-mell, a mad riot of colors. You add a garment. Slowly, it gets sucked into the dizzying mass, before disappearing completely – the « washing machine » syndrome. This is the image that I use to describe how I felt during my three-month stay in China. My strong sense of self was completely submerged and I became part of the swarming, boisterous mass. I forgot my uniqueness, my good manners, the « bubble » insulating me against the outside world and silence. I too, was swallowed up. What I characterized as boorish behaviour in the beginning, finally become more comfortable and after a while, it even felt good. The Chinese are far from shy and they have an almost childlike curiosity. There might be mockery behind their laughter, but it is so spontaneous that it makes them very endearing. Moreover, in China you are never alone! There is always somebody... Those who are familiar with China know that it is practically impossible to describe it in silence. That’s why I’m bringing it alive through images and sounds, with the help of the CD which accompanies this exhibition. Each track highlights a different theme. As you walk around, you’ll be able to hear the ambient noises from the places that I visited – a backdrop to stories drawn from the journal that I kept during my trip. Bon voyage!

Marée humaine, 2008 50 x 102 cm 7


La vie chez les Naxis, 2006 60 x 91 cm 8


Carnets de Chine

Lijiang Lijiang, dans la province du Yunnan, se trouve à 2600 m d’altitude sur les contreforts de l’Himalaya. Vieille de 900 ans, elle est encore entièrement habitée par les Naxis, minorité ethnique et société matriarcale qui compte encore environ 278 000 membres et qui se dit être de la même origine que les Tibétains.

Lijiang Lijiang, in Yunnan Province, lies at 2,600 metres above sea level in the foothills of the Himalayas. Founded more than 900 years ago, the city was home to the Naxis, a matriarchal society and an ethnic minority. The 278,000 inhabitants are believed to have the same origins as the Tibetans.

Panier au dos, 2006 60 x 45 cm

Lijiang la fière, 2004 102 x 38 cm 9


Zhouzhuang Zhouzhuang, bâtie en 1100 dans le delta du Yangzi à 35 km de Shanghaï, aurait été la première ville édifiée sur l’eau en Chine. Surnommée la nouvelle Venise de Chine, elle a récemment été inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Avec ses canaux et ses ponts à dos d’âne qui la caractérisent, elle a gardé son cachet traditionnel et demeure le site touristique le plus populaire de Chine.

Zhouzhuang Zhouzhuang, constructed in 1100AD on the Yangtze Delta, 35 kilometres from Shanghai, was the first city in China that was constructed on the water. Nicknamed the new « Chinese Venice » it has recently been recognized as a UNESCO World Heritage Site. With its canals and humpback bridges, Zhouzhuang has retained its traditional cachet and is the most popular tourist attraction in China.

Canal de lumière, 2008, 91 x 91 cm

Zhouzhuang 5, 2006, 30 x 60 cm

10


Vogue à Zhouzhuang, 2008 60 x 91 cm 11


12


Carnets de Chine

Le fleuve Li Jiang Dans la région de Guilin, au sud de la Chine, le fleuve Li coule paresseusement entre des montagnes karstiques aux formes étranges. Cette région, reconnue de par le monde pour ses paysages uniques, a été célébrée par les poètes, immortalisée par d’innombrables ouvrages littéraires, peintures et photographies. Elle est souvent le symbole imagé de la Chine.

The Li Jiang River In the region of Guilin, in the south of China, the Li River meanders between strangely shaped mountains of limestone karst. This region, recognized around the world for its unique landscape, has been immortalised in countless literary works, paintings and photographs. It is one of China’s most iconic images.

Le bain des buffles, 2006 60 x 75 cm

Les montagnes de Guilin, 2008 75 x 100 cm

La pêche aux cormorans, 2004 102 x 38 cm 13


Hutong de Chengdu, 2003 91 x 60 cm 14


Carnets de Chine

Hutongs Les vieilles ruelles appelées hutongs nous renvoient dans le passé : murs de pierres ornés et toits de tuiles, témoins d’architecture ancienne. C’est là qu’on trouve toute l’effervescence de la vie quotidienne chinoise : marchands ambulants de tout acabit, restaurants de fortune, piétons et vélos qui se disputent la voie. Bientôt, dans toutes les villes chinoises, les hutongs auront disparu pour laisser place à des tours plus logeables et plus confortables.

Hutongs Hutongs (old alleyways) are replete with ornate stone walls and tiled roofs – architecture harking back to ancient times that instantly transports you to the past. The hutongs are where one experiences the exhuberance of daily Chinese life in all its colorful glory - vendors of all kinds, restaurants where you can get your fortunes told and pedestrians and bicycles vying for space. Soon, in many major Chinese cities, the picturesque hutongs will disappear, to make space for modern (and supposedly more comfortable) apartment blocks.

Les joueurs de Mahjong, 2003 60 x 75 cm 15


Le dragon La première grande muraille a été construite en 200 avant J.-C., sous le premier empereur Qin. Toujours dans le but de se protéger des envahisseurs mongols, chaque empereur se faisait un devoir d’améliorer la Muraille, et des sections furent refaites en briques et en pierres. En tout et partout, elle mesure 6000 km de Beijing aux frontières de l’Afghanistan. Mais le plus curieux est qu’elle n’a jamais réussi à protéger la Chine impériale des Mongols.

De là-haut, on peut voir venir les cavaliers mongols, 2008 122 x 91 cm 16


Carnets de Chine

The dragon The first Great Wall of China was constructed in 200BC, during the reign of the first Qin Emperor, as a protection against Mongol invaders. Each succeeding Emperor set himself the task of improving the fortification. Sections were rebuilt in brick and stone. The Great Wall now stretches for 6,000 kilometres - from Beijing to the border with Afghanistan - but the most curious fact about this mighty structure is that it failed to protect Imperial China from the Mongol hordes.

L’Êchine, 2008 60 x 75 cm

La grande muraille 2004, 100 x 37 cm 17


Le fleuve Yangzi Le Chiang Jiang ou Yangzi est le plus long fleuve de Chine (6300 km). Pour ses besoins énergétiques grandissants, la Chine a décidé de l’harnacher et d’y construire le plus grand barrage électrique au monde. Il ensevelira 200 villes, villages et sites archéologiques, forçant plus de quatre millions de Chinois à quitter leur chez-soi. La splendeur de ces gorges, considérées comme l’une des merveilles de Chine, disparaîtra en partie sous les eaux.

The Yangtze River The Chiang Jiang (more commonly known as the Yangtze) is the longest river in China (6,300 kilometres). Because of its growing energy needs, China has decided to harness the power of the river by constructing the largest electric dam in the world. The installations will bury 200 cities, villages and archeological sites, forcing more than four million Chinese from their homes. The Three Gorges, considered one of the most beautiful regions in all of China, will partly disappear under the water.

Le présent suspendu, 2008 122 x 50 cm 18

Vendre pour survivre, 2008 45 x 60 cm

Les sans-logis, 2008 60 x 75 cm


19


20


Carnets de Chine

Les jardins Les jardins en Chine sont considérés comme des oeuvres d’art et représentent l’essence de la beauté : arbres, fleurs, bonsaïs, plans d’eau, pagodes et monticules rocheux, le tout ayant été créé par un artiste réputé, maître en la matière. C’est ici que les gens viennent commencer leur journée pour oublier un peu la grisaille et la pollution citadine et faire un arrêt dans le tourbillon de leur vie.

The Gardens Chinese gardens are considered to be works of art and represent the very essence of beauty. The trees, flowers, bonsais, ponds, pagodas and sculpted rocky mounds that characterize such gardens, have all been created by famous artists who are masters of their craft. It is here that the Chinese people come to begin their day or to rest, in an effort to forget – even if just for a little while – the squalor and busyness of their daily lives and to escape the pollution that blankets many of China’s cities.

Les vieux aux oiseaux, 2003 60 x 75 cm

Jardin de beauté, 2005 75 x 102 cm 21


Sanctuaires sites sacrés du monde Voyager, pour moi, c'est découvrir d'autres cultures en observant comment chaque peuple organise sa vie, résout ses difficultés et compose avec les exigences de sa situation géographique sur notre planète. Je suis aussi particulièrement intriguée par la façon qu’ont ces peuples d’expliquer leur existence sur terre. Quels que soient l’époque et le lieu, les humains ont toujours eu besoin de transcender la mort en cherchant un sens à l'inexplicable et de développer leur relation au monde immatériel. Ayant connu plusieurs pays et doctrines religieuses lors de mes périples, j'ai découvert que le mouvement vertical prévaut presque toujours. Peu importe la culture spirituelle, ce qu'on nomme le Créateur, le Divin, le Tout, l'Ultime ou l'Énergie, ces forces qui nous dépassent semblent venir des cieux. C'est vers ces hauts lieux qu'on érige des tours, des flèches d'églises ou de temples et qu'on gravit des montagnes. Lors de la création de la série Sanctuaires, sites sacrés du monde, je me suis imposée une contrainte formelle pour évoquer ce mouvement ascendant : j'ai choisi des formats verticaux allongés pour mes tableaux.

22

Cathédralesque, (Grenade, Espagne), 2005, 100 x 50 cm


Sanctuaires

Sanctuaries sacred sites of the world For me, travelling is a way of discovering other cultures and observing how different people around the planet organize their lives, resolve their difficulties and cope with the particular demands of the place in which they live. I am also intrigued by the way in which differrent cultures explain their existence. Since time immemorial, human beings have always needed to transcend death by trying to make sense of the inexplicable and to develop a relationship with the non-material world. Having travelled through several countries with different religious traditions, I have discovered that the movement is nearly always upwards, towards a higher realm. No matter what the spriritual doctrine and whether one evokes the Creator, the Divine, the Almighty, the ultimate being or simply energy, the forces that are beyond us, seem to originate in heaven. It is towards this higher realm that towers and church spires are erected and why human beings build temples or climb up mountains. Since the creation of the series Sanctuaires, sites sacrés du monde, (Sanctuaries, sacred sites of the world) I have deliberately chosen a vertical, elongated format for my paintings, to evoke this upward movement. Pèlerinage à Ayuthaya, (Thaïlande), 2005, 100 x 50 cm

23


Montagne des neuf Pics Lumineux, (Chine), 2008, 102 x 50 cm

Les cadenas du coeur, (Chine), 2008, 102 x 50 cm 24


Sanctuaires

Temple hindouiste, (Bali), 2005, 100 x 36 cm

San Galgano,(Italie), 2005, 100 x 50 cm

Or du soir sur les stupas, (Tha誰lande), 2005, 100 x 50 cm

25


26


L'Espagne, le sud de la France, l'Italie et la Sicile, toutes ces régions que j’ai visitées et qui m'ont conquise. Surtout cette lumière toute particulière et la douceur de vivre qui a inspiré tant d'artistes! I have visited Spain, the south of France, Italy and Sicily. They all won my heart - not least because of their special light and the relaxed way of life which inspired many other artists before me!

Café-bistro, 2008 60 x 75 cm

Marché à Valbonne, 2008 75 x 102 cm 27


Bonnieux, village perchĂŠ, 2008 102 x 75 cm 28


Méditerranée

Bleu céruléen, 2008 60 x 75 cm Place aux herbes, 2007 40 x 30 cm

Le laurier-rose, 2007 30 x 40 cm

29


30


Méditerranée

Soleils de Toscane 2, 2008 60 x 91 cm

Lavande en Alpilles, 2008 60 x 91 cm

Le jardin d’oliviers, 2008 60 x 75 cm 31


La promenade de Cap d’Ail, 2007 60 x 90 cm

Sicilia, 2006 60 x 90 cm Mouillage à Cassis, 2007 70 x 96 cm 32


33


Biographie de Josée Perreault Diplômée de l'UQAM, Josée Perreault a d'abord pratiqué son art dans le domaine de la publicité avant de se consacrer entièrement à sa production personnelle à la fin des années 1980. Fruit d'une recherche avec le médium de l'aquarelle, elle a développé une approche picturale novatrice avec des oeuvres grand format, peintes sur papier, montées sur châssis et vernies. L’artiste, qui habite le village de St-Adrien dans les Cantons-de-l’Est, se définit comme une contemplative qui souhaite communiquer ce qui la fascine. Elle s'imprègne d’abord totalement du sujet qui l'intéresse. Lors de ses voyages autour du monde, elle séjourne plusieurs mois dans un même pays pour se donner le temps de bien ressentir ce qui la fait vibrer. Ensuite, dans son atelier, elle réduit à l'essentiel le message qu’elle veut traduire en peinture par les formes et les couleurs. Au-delà des êtres, des animaux ou des paysages dont elle tire son inspiration, elle cherche avant tout à créer des atmosphères, à susciter des émotions. Voilà la raison de peindre de Josée Perreault. Membre de l’Institut des arts figuratifs du Canada, Josée Perreault a participé à plusieurs salons nationaux et internationaux. Elle a reçu de nombreux prix et mentions d’excellence (Société canadienne de l’aquarelle, The Artist’s magazine, Symposium de Danville). Ses oeuvres font partie de grandes collections privées et corporatives. Elle partage sa passion en enseignant son art au Québec, aux États-Unis et en donnant des stages en France et en Italie. Josée Perreault est cofondatrice de la galerie ArtAzo de Sherbrooke qui a vu le jour en 1997. Sole calante, 2006 122 x 50 cm 34


Biographie

Biography - Josée Perreault A graduate of UQAM, Josée Perreault first became a commercial artist, but towards the end of the 1980s, she switched gears, dedicating herself to art of a more personal nature. After researching the medium of watercolor, she has developed an innovative pictorial approach using large format works painted on paper that are then mounted on a stretcher frame and varnished. The artist, who lives in the village of St-Adrien in the Eastern Townships, defines herself as a « contemplative » - a deeply thoughful person whose goal is to communicate to the viewer the things that fascinate her. Josée Perrault saturates herself in her subjects. When she travels around the world, she spends several months in each country, to give herself time to really immerse herself in the true spirit of the place. Back in her studio, she reduces that experience to its raw essentials, which she then « translates » onto her paintings through the shapes and colors that she creates. People, animals and landscapes provide the inspiration for her work but she seeks, above all, to trigger an emotional response. That, to Josée Perreault, is the primary reason to paint. Josée Perreault is a member of Institut des arts figuratifs du Canada (Canadian Institute of Figurative Art) and her paintings hang in a number of large private and corporate collections. She has participated in several national and international art exhibitions and has received numerous prizes and Honorable Mentions (Société canadienne de l’aquarelle – Canadian Watercolor Society, The Artist’s Magazine, Danville Symposium). The watercolorist shares her passion for art by teaching in Quebec and the United States and she has given workshops in France and in Italy. Josée Perreault is also the co-founder of the ArtAzo gallery in Sherbrooke, which opened its doors in 1997.

Le marchand de légumes, 2006 60 x 75 cm 35


Crédits / Carnets de voyages – Josée Perreault Coordination : Conception graphique : Textes : Photographies des oeuvres : Autres photographies : Traduction : Collaboration :

Mario Landry François Haguier – Artsversus MultiMédia Robert Bernier, Josée Perreault, Geneviève St-Denis François Lafrance Pierre Larue, Robert Scalabrini Helga Loverseed Andrée Bilodeau

Centre culturel Yvonne L. Bombardier 1002, avenue J.-A.-Bombardier Valcourt (Québec) Canada J0E 2L0 450 532-3033 ccylb@fjab.qc.ca www.centreculturelbombardier.com Josée Perreault www.joseeperreault.ca Galerie ArtAzo www.galerieartazo.com Merci à Télé-Québec qui a réalisé le montage sonore. Tableau sur la couverture : Granada, 2006, 122 x 91 cm Page 1 : Le chemin aux platanes, 2007, 45 x 60 cm © 2008, Josée Perreault; Fondation J. Armand Bombardier Tous droits réservés / All rights reserved Édition : Fondation J. Armand Bombardier Dépôt légal - 2e trimestre 2008 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives nationales du Canada ISBN 978-2-922769-11-1 Imprimé au Canada par MJB Litho

36


Catalogue Josée Perreault  

Catalogue 2008 d'oeuvres de l'aquarelliste Québecoise Josée Perreault.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you