Page 1

Revue officielle de la Fédération Française de Hockey

n° 58 - Octobre / Novembre 2012

www.ffhockey.org

express

Ver Verdi di I n g é n i e r i e


editO

du Président

QUE

DE

CHANGEMENTS!

Depuis 30 ans notre Sport s’est transformé. D’un sport d’Initiés, il est devenu un spectacle lisible, agréable pour des non pratiquants, et passionnant pour les Hockeyeurs. Le rythme très soutenu d’un match est la conséquence de l’évolution des règles de jeu : remise en jeu rapide grâce aux ramasseurs de balle, suppression de l’obstruction, du hors jeu, et plus récemment l’auto-passe, et dans certaines compétitions, l’utilisation de la télévision comme aide à la décision des Arbitres, tous ces changements sont des acquis qui n’ont pas fait disparaître le Hockey, mais au contraire, lui ont permis de retrouver ses Lettres de Noblesses. Plus de 650 000 Spectateurs aux Jeux Olympiques de Londres 2012 ! L’Equipe masculine de Belgique cinquième, et féminine onzième, voilà de quoi nous redonner Foi, en un changement de Résultat pour la France.

C’est de cette évolution que nous vous entretenons régulièrement. Beaucoup de Travail pour les Sportifs, beaucoup de Travail pour les Bénévoles ! Nous existerons si nous sommes présents lors des grandes compétitions ; de grandes équipes de France se méritent. C’est en les préparant dans chaque Ligue, dans chaque Comité, et surtout dans chaque CLUB, que nous gagnerons en Résultat au plus Haut Niveau. Plus de Clubs, et des Clubs plus FORTS, c’est le parcours des Nations Européennes qui ont réussi. HOCKEY 2020, c’est pour VOUS qui devez prolonger le Travail. Ces mois de Rencontres et d’Echanges, vont permettre de renforcer la dynamique du Projet de Développement du Hockey. La découverte des Autres doit créer des Vocations, et de NOUVELLES AMBITIONS pour notre Sport. Nous ne sommes que les Passeurs du Bâton dans le Grand Relais entamé par nos Illustres Prédécesseurs. Nous voulons le faire dans les meilleures conditions qui soit pour nos SUCCESSEURS.

Comité de rédaction Directeur de la publication : Yves RENAUD Maquette : Valérie BERGER Mise en Page / coordination - Elisabeth PLAOUTINE et Valérie THIBAULT : 01 44 69 33 81 Crédits photos : 1ère de couverture : Stanislas Brochier 4ème de couverture : Stanislas BROCHIER & Marine Andrieux Document de la F.F.H. 6 avenue Rachel 75018 Paris www.ffhockey.org 2 n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

Merci aux rédacteurs Stanislas BROCHIER, Franck GRONDIN, Samuel GAUTHIER, Sandrine LOCKWOOD, Elisabeth PLAOUTINE, Yves RENAUD, Bertrand REYNAUD, Nicky SCHMIDT, Olivier STAMBOUL, Valérie THIBAULT.


SOMMAIRE n

ÉditO dU PRÉSideNt . . . . . . . . . . . . . . . .2

n

AGeNdA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3

AGeNdA

n C’eSt ARRiVÉ PRÈS de CHeZ VOUS . . . .4 • Découverte en centre pénitentiaire • Du Hockey après 35 ans ! n

ACtUALitÉS NAtiONALeS . . . . . . . . . . . 7 • Challenge Vétéran

n

COLLeCtiFS FRANCe . . . . . . . . . . . . . . . .8 • La Saison estivale du Haut-Niveau Français

n

iNteRNAtiONAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 • Jeux Olympiques

n

iNteRVieW . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 • Gérard Blottière : L’open de France Matmut investit le

2-4 NOVeMBRe 2012 • Championnat de France des Ligues (Inter-Ligues) des moins de 16 ans à Saint Germain en Laye

7-9 dÉCeMBRe 2012 4-8 NOVeMBRe 2012 • Échanges Franco Allemands L’équipe de France Féminine des moins de 18 ans se déplacera à Hanovre, en Allemagne.

Kindarena n

ZOOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 • L’agrément: Une journée pour les entraîneurs Elite

n

OK 2020 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

18 NOVeMBRe 2012 • Championnat de France Gazon Elite Dames: 7ème et dernière journée de la première partie Gazon

• Dernière ligne droite avant les Assises ! n

dÉVeLOPPeMeNt . . . . . . . . . . . . . . . . .16 • Les 3 règles du développement

n

CONSeiLS teCHNiqUeS . . . . . . . . . . . . .17 • Préparation physique : les conseil de Franck Grondin

n

COURRieR deS LeCteURS . . . . . . . . . . .18

n

PUBLiCAtiONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

25 NOVeMBRe 2012 • Championnat de France Gazon Elite Hommes: 10ème et dernière journée de la première partie Gazon

• Open de France MATMUT (voir page 12) au Kindarena à Rouen http://www.opendefrance-hockey.fr/

15-16 dÉCeMBRe 2012 • Hockey en Salle : Nationale 1 Dames Tournoi 1 à Douai • Hockey en Salle : Nationale 1 Hommes Tournoi 1 à Wattignies

27-29 dÉCeMBRe 2012 • Hockey en Salle : Inter-Ligues -14 ans Filles et Garçons à Blagnac

Hockey express est le reflet des terrains! Vous pouvez réagir et contribuer aux publications en envoyant vos articles et commentaires au service Communication ! N’hésitez pas à écrire à valerie.thibault@ffhockey.org

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

3 3


C’eSt ARRiVÉ

près de chez vous par Sandrine LOCKWOOD

Découverte en centre pénitentiaire Quartiers d’été de l’association Hors Cadres Parce que les activités en centre pénitentiaire sont réduites en été, la Ligue Nord pas de Calais de Hockey a répondu présente à l'appel des quartiers d'été via l'association "Hors Cadre". C'était une première et l'expérience fut humainement enrichissante. Elle s'inscrit bien au fil d'ariane du dispositif "esprit de partage et de rencontre". Deux rendez vous ont eu lieu cet été: le premier au centre pénitentiaire d'Annoeuillin dans le quartier de détention et le second au centre mineurs de Quievrechain. Les séances se sont déroulées avec tout d’abord la présentation le matin du reportage « Intérieur Sport » diffusé sur Canal + le 25 mars dernier, consacré à l’Equipe de France masculine lors du tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques à New Delhi. La séance est alors suivie d’un moment d'échange et d'initiation de hockey en salle. L'après midi est consacrée à un match de hockey sur gazon sur le terrain synthétique.

Emeline Mailly, qui intervenait à Annoeuillin avec Daniel Choquel, Rémi Delemarle et Sandrine Lockwood, raconte: « pour ma part, ce fut une très bonne expérience. Je pense qu'une certaine relation de confiance s'est instaurée entre les detenus et nous, ce qui a favorisé le bon déroulement de l'activité. Que ce soit lors du reportage ou de la pratique, ils étaient à l'écoute et motivés. Ce qui m'a surprise, c'est leur facilité d'adaptation... Malgré que ce soit une première fois pour eux, ils étaient plutôt pas mauvais!

4 n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express


Photos (c) Alexia Stathopoulos "L'intervention de la Ligue de Hockey sur gazon à Annoeullin s'est inscrite dans le cadre du dispositif "Nos quartiers d'Eté en milieu pénitentiaire 2012" développé par le Conseil régional Nord Pas-de-Calais et la Direction Inter-régionale des Services Pénitentiaires Nord Pas-deCalais Picardie Haute-Normandie et mis en œuvre par Hors Cadre (www.horscadre.eu)."

Le témoignage de Rémi Delemarle

Et surtout, ils ne se plaignaient pas... un vrai goût pour l'effort. Ils ont besoin de se défouler, s'extérioriser... Bref, une bonne journée, riche en échanges, sport et rigolade! Si c'était à refaire... je n'hésiterais pas! » A Quiévrechain, ce sont Daniel Choquel, Sullivan El Ghezi, Sandrine Lockwood et Alicia Minet qui sont intervenus. Ils rapportent que « Apporter "un peu d'air de l' extérieur" était une envie commune de Sandrine et Daniel. L'envie d'organiser des rencontres amicales le samedi matin est née, il faut dorénavant monter le projet."

« A mon arrivée devant ce grand bâtiment, je ressentais un peu d'appréhension. Celle-ci fut maintenue lorsque nous sommes entrés dans la prison avec le franchissement de tous ces sas. Un légère déception de ne voir que peu de participants pour la matinée, mais très vite le contact s'est fait. Petit à petit cette appréhension s'est effacée avec leur envie de découvrir et de pratiquer ce sport. La pratique en salle, en fin de matinée fut un moment de partage riche et intéressant. Ils ont apprécié et motivés d'autres personnes pour étoffer un peu l'effectif l'après midi.

Nous sommes allés sur le terrain synthétique du centre. Impressionnant de voir ce terrain complètement fermé et barricadé! Mais très vite, avec la pratique, on oublie où l'on est et l'on se prend au jeu. De bons moments de rigolade tout au long de l'après midi avec un match qui n'en finissait plus, tellement le plaisir de jouer était là. Finalement, je suis ressorti de là avec l'envie d'y retourner avec un projet plus régulier de pratique et pourquoi pas l'organisation d'un match contre un club de la région. Une expérience très enrichissante! »

Et Alicia et Sullivan renchérissent en indiquant que « le moment de partage fut humainement très intéressant ». La Ligue remercie chaleureusement Stanislas Brochier pour le don de deux livres "Field Hockey 2009" à la bibliothèques des centres.

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

5


C’eSt ARRiVÉ

près de chez vous Par Nicky SCHMIDT

Du Hockey après 35 ans ! Quand sonne l’heure de la retraite de l’équipe première, on arrête tout et on passe au golf ? Après des années passées à se perfectionner dans ce sport qu’on aime tant, ce serait du gâchis de tout arrêter sous prétexte qu’on n’a plus l’âge. Quand j’ai perdu ma place en équipe première du Cercle Féminin de Paris à l’âge de 38 ans, après 26 années de jeu et 3 grossesses, ce n’était pas envisageable de ranger la crosse pour toujours. Heureusement, depuis plusieurs années, mes anciennes coéquipières me vantaient les mérites de l’équipe 2. En fait, il n’y a plus que des avantages, vu nos âges, nos vies, nos boulots… pouvoir jouer sans obligation hebdomadaire d’entraînement, sans se battre pour sa place dans l’équipe, sans passer du temps sur le banc. Le jeu reste agréable, acharné même. Certes on a ralenti, mais on ne perd pas notre technique ni notre envie de gagner ; on ne court pas pour rien, on joue collectif… Quel plaisir nous avons chaque semaine d’arriver dans les différents clubs et de voir que nos anciennes adversaires, elles aussi, jouent encore. Pouvoir admirer la technique de certaines, plutôt que de leur envier. Après le match on échange un verre avec nos adversaires, tandis que dans notre jeunesse on leur adressait à peine la parole. 6 6

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

Mi-temps d’un match de championnat entre les « vétérans » du Saint Germain et CFParis, avec quelques jeunes, ravies d’être de la partie, avant d’aller refaire le monde au bar et projeter de constituer une équipe jointe pour participer à un tournoi vétéran à l’étranger.

Et plus le temps passe, plus on se retrouve face à des filles plus jeunes. On les voit progresser d’année en année. Parfois une équipe facilement battue en début de saison, va nous mener la vie dure au match retour. C’est tout le Hockey qui gagne ! Au Cercle Féminin de Paris, on part du principe qu’il n’est jamais trop tard pour commencer le hockey ! On forme donc aussi des adultes débutantes. C’est grâce à cela que nous avons construit une troisième équipe féminine. Chaque dimanche nous avons une ou plusieurs ‘jeunes’

joueuses à encadrer. ça nous oblige à réfléchir, à être précis, pédagogues. A ceux qui pensent que les plus de 35 ans sont des Grand-mères (je l’ai déjà entendu en réunion), je dirais qu’en règle générale on arrive encore à battre les petites jeunes, toujours avec fierté, et toujours dans une bonne ambiance. En dehors du plaisir de continuer pour le sport en lui-même, la consécration pour moi était le premier match officiel que j’ai joué aux côtés de ma fille ainée !


ACtUALitÉS

nationales par Olivier Stamboul et Valérie Thibault

Le Challenge Vétéran Parce qu’il existe différentes façons de pratiquer le Hockey après 35 ans, Hockey Express fait le point sur le Challenge Vétéran avec Olivier Stamboul, initiateur de la compétition.

La FFH organise cette année le Challenge Vétéran. La compétition mixte est dédiée aux licenciés de plus de 40 ans (années 1972 et avant). Cependant, deux licenciés maximum de plus de 35 ans (années 1977 et avant) sont autorisés dans chaque équipe. Ce championnat est organisé en deux phases. Des championnats de Zone auront d’abord lieu, gérés par toutes les ligues engagées dans une zone. A l’issue de cette première phase et au plus tard le lundi 17 juin 2013, chaque zone établit un classement. Un championnat national se déroule ensuite, et regroupe les clubs classés premiers de chaque zone lors de la première phase. Cette phase nationale se tient sur un week end, les 29 et 30 juin 2013. Les règles du jeu sont celles éditées par la F.I.H. La formule championnat est un Round Robin : toutes les équipes se rencontrent en match simple par match de deux mi-temps de 25 minutes. L’équipe terminant à la première place de ce Round Robin remporte le Challenge Vétérans 2012-2013. Le lieu de ces finales sera déterminé sur appel à candidatures. Questions à Olivier Stamboul, Initiateur du Challenge Vétéran Quelles sont les « types » de joueurs participant à ce challenge ? Nous pensons que tous les anciens qui jouent encore et qui ont envie de jouer contre des joueurs de leur âge et non plus contre des « gamins » de 20 ans, seront intéressés par ce challenge. Ce sera aussi pour d’autres l’occasion de sortir de la retraite … Vous êtes à l’initiative de la création de ce challenge, qu’est ce qui vous y a poussé ?

Le même ordre d’idées : jouer contre les jeunes est sympathique mais…. fatiguant! Alors, une compétition à l’image de ce qui se passe chez nos amis belges est la bienvenue. Quelles sont les perspectives d’un tel challenge ? A terme, 20 équipes au moins devraient participer et désigner un représentant pour des championnats européens… Les vétérans savent et peuvent voyager ! Toutes les régions doivent jouer le jeu pour donner une belle ampleur à cette compétition. Surtout que nous permettons à l’in-

térieur d’un même comité les regroupements de joueurs pour pouvoir former le plus grand nombre d’équipes possible. Et nous voulons aussi nous faire plaisir: les ambiances « tournoi » doivent prévaloir….. Savez-vous combien d’équipes s’engageront ? Nous estimons que 10 équipes seront présentes en 2012/2013… ce sera un bon début mais visons mieux dès le départ…. 15 équipes ? Chiche !! Je crois que paradoxalement les super vétérans (+60) sont plus actifs que nous !!!

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

7


COLLeCtiFS

France Par Bertrand REYNAUD

La Saison estivale du Haut-Niveau Français Bilan et Perspectives Alors que les projecteurs éclairaient les exploits des athlètes aux JO, nos équipes -21 filles et garçons, se préparaient pour leurs championnats d’Europe (top niveau faut-il le rappeler!). Nos J.O. à nous se déroulaient donc du 26 août au 1er septembre à Den Bosch (Pays-Bas).

’avais déclaré aux joueuses, joueurs et leurs staffs les objectifs suivants : « Notre Médaille de bronze sera une qualification à la Coupe du Monde en 2013, la Médaille d’argent sera une demi-finale, et enfin, une place en finale sera notre Médaille d’or ». Voilà l’enjeu, car tous les 4 ans le championnat d’Europe est qualificatif pour le Mondial Junior, et ça tombait cette année !

Pour mémoire les filles ont participé (repêchée) à Boston (2009, 14ème), les garçons ont été qualifiés 3 fois (1979, 7ème à Paris, 8ème en 1985 à Vancouver et 10ème en 2001 à Hobart) Retour sur la saison estivale Suite aux deux Tournois de Qualification Olympique, priorités ont été données aux championnats Elite et aux entraînements régionalisés. Nos moins de 16 ans garçons partaient jouer en Allemagne (O.F.A.J., 4/8 mai) afin de préparer le Championnat d’Europe III de juillet. Le voyage fut constructif, les Allemands donnant la leçon à nos petits.

8 n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

(c) Marine ANDRIEUX

J

Le 9 mai, 32 joueurs postulaient pour intégrer le pôle France Jeune en septembre. Ce dernier joua d'ailleurs peu après l'Allemagne des moins de 18 (scores : 2-3, 2-2 et 4-3) avec une belle victoire finale. Fin juin, l’Inde nous rendait visite dans le cadre d’un partenariat entre, d’un côté, la FFH, la ligue Nord Pas de Calais et le LHCM et de l’autre, le Conseil Régional, le Conseil Général du Nord et la Communauté Urbaine de Lille. Une jeune équipe avec 8 juniors concèdait deux lourdes défaites. Dans le même cadre le 21 juillet, nos filles perdaient avec honneur (1-3) face aux futures demifinalistes des J.O., la NouvelleZélande, au Touquet.

Filles et garçons de moins de 16 ans remportaient les Championnat d’Europe III dans le cadre d'une compétition, il faut le reconnaître, d'un très faible niveau organisé par la F.F.H. dans les deux CREPS de Wattignies et de Châtenay-Malabry. Durant l'été, le Pôle France Jeune garçons traversait la Manche pour assister aux JO et jouer quelques rencontres. Ce projet initié 14 mois plus tôt par Jean-Marc Harou et Philippe Gourdin a permis de s’autofinancer et fût un réel succès. Notons enfin la journée olympique des -21 filles durant leur stage dans le Nord organisé par Carole ThibautTeffri.


Place aux juniors Les filles se préparaient en Angleterre et Belgique et recevaient les Allemandes moins de 18. Elles participaient également à la World League à Prague à la place de nos séniors. (c) SL et Rémi D’halluin

Les garçons, quant à eux, jouaient les Belges puis les Malais et Espagnols dans la canicule de Valencia. Nos moyens financiers limités ont restreint la planification de cette préparation. Cependant nous avons maintenu le caractère prioritaire des moins de 21 ans en maintenant un nombre d’actions conséquent. Il faut souligner l’engagement de nos staffs à dénicher les meilleurs coûts et programmer de la meilleure manière. Ce fût un réel plaisir d’observer cette compétition. Nous avions réquisitionné un hôtel Campanile pour nos deux équipes. Nous avons ainsi réduit nos frais et surtout pu mieux nous concentrer et créer une ambiance « Collectif France » entre filles et garçons. L’hôtel fût à nos petits soins. Chez les filles L’équipe se maintient devant celles classées devant nous chez les « A », telles les nations de l’Est, celles de la Celtic Cup, et l’Italie mais est loin du niveau de jeu des équipes qui nous précèdent, même la Belgique. Trop de balles ont été perdues par un manque de maîtrise de la progression semi-collective (2 vs 1 ; 3 vs 2). Nos filles connaissent mal le répertoire des contrôles de balles, élément technique indispensable pour la conservation de balle, l’orientation du jeu et la conduite dans les espaces. A noter également, des qualités athlétiques insuffisantes et une méconnaissance du travail des appuis pour mieux les ajuster et orienter sa course lors de la prise balle. Mais une belle démonstration d’envie collective leur a permis d’arracher la victoire face à la Pologne. Pour la première fois, l’équipe se qualifie directement en Coupe du Monde. Chez les garçons Pour la seconde fois en deux championnats d’Europe, la France se

classe devant l’Espagne et la domine par deux fois cet été en préparation. Elle dépasse logiquement l’Angleterre et se rapproche du top 3 illustré tant par l’étroitesse des scores que par la qualité du jeu - un jeu peut-être un peu trop généreux mais des talents évidents qui peuvent réaliser des exploits à tout moment. Un vecteur de progression serait d’orienter le jeu vers davantage de maîtrise pour mieux contrôler toute la compétition et chaque match : étoffer le bagage technico-tactique et développer l’intelligence de jeu. Il apparait également nécessaire de développer les qualités de puissance. On peut néamoins noter une belle performance sur les turnovers. Le match-leçon donné par l’Allemagne rappelait à chacun le travail qui reste à accomplir pour être performant tout le long de la compétition. Notons que 100% de l’équipe pourrait être reconduite en 2013 pour la Coupe du Monde. Si la Coupe du Monde garçons est programmée du 7 au 15 décembre 2013 en Inde (lieu encore à déterminer), la FIH, par contre, semble encore chercher un pays organisateur pour les filles. Les organismes internationaux (FIH, FEH) ne nous facilitent pas la tâche en cumulant chez les filles les différents évènements sur fin juillet-début août. Aurons-nous un effectif suffisant pour représenter notre pays sur 3 compétitions majeures conjointement : Euro moins de 18, Championship II à Cambrai et Coupe du Monde Junior ?

Notons la première de Gaël Foulard assisté par Fred Soyez lors de ces championnats d’Europe Junior. Un grand merci à Raymond Adamczyk pour son engagement bénévole durant tout l'été avec les filles ainsi qu'à tous les membres des staffs. Enfin mes derniers remerciements iront aux parents et tous les supporters venus encourager nos équipes et dépassant en effectif le kop belge lors de la demi-finale.

Classements finaux Filles 1. Pays Bas 2. Espagne 3. Angleterre 4. Allemagne 5. Belgique 6. France 7. Pologne 8. Biélorussie

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

Garçons 1. Belgique 2. Pays Bas 3.Allemagne 4. France 5. Angleterre 6.Espagne 7. Ecosse 8. Pays de Galles

express

9


PAGeS

internationales par Stanislas BROCHIER

Jeux Olympiques La vie en rose... et bleu! L’épreuve de hockey des Jeux Olympiques s’est déroulée à Londres du 28 juillet au 11 aout dernier dans un stade de 24 000 places situé au cœur du parc Olympique.

(c) Photos: S. Brochier

La Riverbank Arena, est localisé dans le parc Olympique, attenante au centre international de presse, ce qui facilite la couverture médiatique du hockey dans le monde entier. Ce phénomène est renforcé par une tribune toujours remplie, plaçant le hockey, avec plus de 900.000

organisateur de Rio de Janeiro, ne participent en rien à la promotion de notre sport : par exemple, en proposant de délocaliser le synthétique hors de l’enceinte principale des JO, le COJO nous fait prendre un risque de taille que nous devons suivre avec attention. 2012 nous prouve que nos amis britanniques savent recevoir : ces J.O. sont une vraie réussite, l’accueil des volontaires et des londoniens est efficace et chaleureuse. Le pragmatisme Anglo-Saxon a permis de concevoir un stade composé de tribunes démontables qui respectent les contraintes écologiques du CIO puisque seul le synthétique restera, la structure étant déjà en partance pour le Brésil. La forte « peopolisation » du sport illustrée par la venue régulière de l’élégante Kate Middleton, supportrice inconditionnelle de l’équipe Britannique, a permis au hockey, une médiatisation jamais atteinte jusque là.

Résultats : Féminin : Pays-Bas (Or), Argentine (Argent), Grande-Bretagne (Bronze) Masculin : Allemagne (Or), Pays-Bas (Argent), Australie (Bronze)

10 10

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

entrées, au troisième rang de l’audience des sports présentés à Londres. Ces bons résultats revêtent beaucoup d’importance puisque ils interviennent de manière très significative, dans la manne financière versée par le C.I.O. aux disciplines olympiques. Ils augurent quatre bonnes années pour la F.I.H. mais ils laissent aussi planer un sérieux doute sur les quatre années suivantes, tant la situation géographique, le désintérêt du Brésil et la négligence du comité

La compétition représente 76 matchs ((F) +(M)), deux poules de six puis deux demi-finales croisées pour les deux premiers de chaque poule et enfin matchs de classements. Les premiers « coups de pénalités » de l’histoire ont remplacé les traditionnelles séances de « Strokes », les Pays-Bas en ont profité face à la Nouvelle-Zélande. Les bataves plus habituées à l’E.H.L. que leurs homologues de l’hémisphère sud sont une nouvelle fois à leur avantage face aux valeureuses black sticks qui méritent mieux qu’une


France à Delhi en finale des qualifications, de là à y voir un lien de cause à effet ? De plus, les petites équipes » se rapprochent des « grandes », les écarts de scores se réduisent et nous semblons « rater ce nouveau train ». Gageons que nos bleuets qui viennent de terminer quatrième d’Europe, suivent la voie tracée par la Nouvelle Zélande et l’Afrique du Sud, toutes deux brillantes lors de la dernière coupe du monde junior (2009), et qui se sont particulièrement démarquées lors de cette compétition Olympique.

cruelle quatrième place. Dans les autres rencontres, les joueuses orange dominent de la tête et des épaules le tournoi féminin. L’Argentine n’a pas son niveau de Rosario, et Luciana Aymar qui va probablement prendre sa retraite, s’en va sans le titre suprême tant convoité. En effet, les championnes du Monde sont moins performantes qu’en 2010, et, seule la très belle Carla Rebbechi, l’une des meilleures joueuses du monde du moment, est susceptible de reprendre le flambeau de la star Argentine. Les hollandaises tiennent un nouveau titre olympique bien mérité, devant les argentines, les Britanniques arrachant la troisième place aux néozélandaises.

Jan Philipp Rabente, le joueur de Hambourg qui inscrit les deux buts victorieux de la finale et la force explosive de Maximilian Mueller (défenseur central) permettent de résister à la fougue hollandaise, et d’offrir ainsi un deuxième titre d’affilé. Le niveau d’engagement physique parait moins relevé que les dernières compétitions internationales. La plupart des buts sont marqués sur actions de jeu et non plus sur petits corners. Est-ce parce que le jeu évolue ou parce que le contexte Olympique change la donne, avec des contrôles anti dopants intransigeants et neutres ? L’équipe des Indes présente à Londres n’a été que l’ombre de celle qui a vaincu la

L’arbitrage est de grande qualité et notamment chez les féminines ou nous sommes bien représentés par Claire Adenot (classée dans les 10 meilleures arbitres de la planète) et Sylvie Petitjean (Juge). Le seul bémol provient de la vidéo, même si elle est un atout fantastique pour notre sport, elle montre ses limites quand les spectateurs se lassent du rallongement des délai de décisions ou lorsque, comme lors du match Espagne-GB (M), l’arbitre fera anormalement pencher la balance en faveur des locaux. A signaler que de nombreux français ont fait le déplacement dans la City, l’équipe de France des -21 (F), Yves Renaud, des anciens et des joueurs (ses) de tous les coins de France, ils ont été aperçus dans les tribunes pendant cette belle quinzaine.

Coté masculin, on connaît la rengaine : « le hockey est jeu qui se pratique à onze, et à la fin, ce sont toujours les Allemands qui gagnent ». Pourtant, la première semaine, les Australiens sont intouchables, l’Allemagne se qualifie au forceps et sans talent, la Grande Bretagne déçoit alors que les PaysBas montrent un visage plaisant et renouvelé. Prenant l’intelligent risque de chasser Taeke Taekema de leur sélection, cette jeune équipe est la vraie révélation du tournoi. De jeunes joueurs comme Robert Kemperman semblent libérés, ils montrent un jeu collectif et varié, se permettant de disposer de la Grande Bretagne en demi finale par sept buts d’écart. Les Allemands se révèlent dans les deux dernières parties du tournoi et un exploit de

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

11 11


RePORtAGeS

interview par Valérie THIBAULT (c) Photo: Igor MEIJER

Open de France MATMUT Quand le Hockey investit la Kindarena

Autour de Gérard Blottière, toute l’équipe d’organisateurs s’active pour faire du tournoi international de Hockey en Salle un vrai spectacle. Le tournoi, qui aura lieu du 7 au 9 décembre prochains, se déroulera tout le tout nouveau Palais des Sports de Rouen, le Kindarena. L’occasion pour tous d’assister à du hockey en salle de niveau mondial dans très bel endroit, avec la participation de l’Equipe de France. Gérard Blottière, vous faîtes partie de l’équipe d’organisation de l’Open de France MATMUT, qu’est ce qui vous a amené à vous impliquer dans cette manifestation ? Je suis Parisien d’origine, sportif évidemment, pratiquant de handball, dans ma jeunesse, pour les sports collectifs mais aussi du sport automobile. J’ai dirigé un groupe de communication, et entre autres nous avions une régie d’événements entre autres, et j’ai connu le hockey par Yves Bicheray, le mari de notre présidente Micheline. Nous étions ensemble dans un Club Rotary. Je m’étais déjà bien investi dans le rugby au club Rouen, et lorsque mes activités dans ce domaine ont cessé, j’ai alors rejoint le monde du hockey, que je ne connaissais pas. Je me souviens d’ailleurs du premier match auquel j’ai assisté, lors de l’Open de France de 2009 ; j’ai été surpris de ce sport si physique, rapide et spectaculaire ! Avec la Coupe d’Europe quelques mois plus tard, je suis rapidement entré « dans le circuit » avec beaucoup de passion. Mon regard sur la discipline est donc extérieur, mais c’est un plus, lorsqu’on est entouré de ces passionnés ! C’est donc naturellement que j’ai décidé de m’investir dans cette nouvelle manifestation. Pour cette organisation, il faut s’entourer d’une équipe bien en avance ? Effectivement, il a fallu s’y prendre assez tôt, et tout a commencé il y a plus de 10 mois, lorsque le Kindarena, était encore en construction. Le but était de réserver une date au mois de

12 n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

décembre et c’était une étape cruciale. Pour faire connaitre, découvrir et développer le tournoi - et notre sport ! - il fallait passer à un niveau supérieur et l’organiser dans un endroit prestigieux pour que le hockey puisse s’y exprimer pleinement. La première étape franchie, toute l’équipe, qui se compose d’un noyau dur de 5 personnes, œuvre activement à cette organisation au quotidien, et nous aurons près de quarante personnes au total pour mener à bien notre événement. C’est la 6ème édition. L’année dernière, le tournoi n’a pas eu lieu. Nous avons préféré attendre la construction du Kindarena et concentrer nos efforts sur l’édition 2012. En suivant cette même logique, à terme, il est possible que cela devienne un événement biennal. La Matmut devient le sponsor titre de l’événement. C’est encore un pas de plus dans cette organisation ? Notre partenaire, la Matmut, était déjà présent sur les éditions précédentes et nous a toujours soutenus dans nos manifestations. La Matmut est très investie par ailleurs, elle soutient le HC Barentin mais également de nombreuses autres disciplines. C’est effectivement devenu notre sponsor titre, l’enveloppe de la Matmut est conséquente, et ce partenaire nous accompagne dans les dotations pour les équipes participantes, l’équipement des officiels, etc. L’organisation au Kindarena, dans ce lieu que tout le monde a envie de découvrir et qui vient tout juste d’être

inauguré, a aussi été un élément important pour que la Matmut nous accorde ce soutien. Ce partenariat, c’est un vrai pari sur l’avenir ! Des partenariats de ce type permettront au hockey français de développer des compétitions toujours plus importantes. C’est pour cela que nous mettrons tout en œuvre pour valoriser notre discipline pendant cette compétition. Et du côté sportif, que nous préparezvous ? Pour cette édition, les équipes participantes ont déjà toutes confirmées leur venue. Il y aura 7 des meilleurs équipes européennes de clubs de hockey en salle : Dinamo Moscou Région, Flottbek Hambourg, HC Amsterdam H.&B.C., HC Bloemendaal, les champions de France du Lille MHC, Uhlenhorst HC, ainsi que le club hôte, l'AS Rouen UC. Et pour compléter, l’équipe de France participera elle aussi au tournoi. Les huit équipes disputeront donc la compétition pendant ces deux jours et demi consécutifs, et on peut s’attendre à de très belles actions ! En plus du spectacle sportif que nous fournirions ces belle équipes, des animations, et démonstrations seront mises en place en dehors des matchs. Pour les enfants, pas de secret : il faut leur montrer notre sport ! La Kindarena est encore une fois une belle occasion pour eux et leurs parents découvrir ce nouveau palais des sports avec une vraie offre de spectacle. Le vendredi, les écoles voisines ont été invitées. Nous travaillons avec le Rectorat, la région, et le département et la région, pour encourager la venue des écoles, collèges lycées et même pour les universités.


zoom par Bertrand Reynaud

Agrément Une journée pour les entraîneurs Elite

Samedi 22 septembre, la première journée d’agrément a été organisée au CREPS de Châtenay-Malabry. J’allais dire « enfin », depuis le temps qu’on en parlait !

«

26 entraîneurs présents et la Direction Technique Nationale pour informer, échanger et surtout avancer ensemble. Il est important que toute équipe dite "Elite" soit gérée du banc par un entraîneur ou un coach. Ce dernier doit posséder un minimum de compétences que la DTN va vérifier afin d'attribuer au minimum un Diplôme d'Entraîneur Fédéral. Mais l'essentiel dans l'agrément est de créer un réseau d'entraîneurs et j'espère, à terme, une académie. Ce qui est fondamental est la créativité, la diffusion, les échanges. La DTN doit transmettre des messages techniques tactiques mais aussi ceux liées à d'autres paramètres engageant la performance : la préparation physique ou mentale, la programmation, la pédagogie, le matériel, les outils d’observation, etc. Chaque entraîneur national a pu exposer son bilan 2012 et ses perspectives à venir. Vincent Le Croller, nouveau responsable Formation, a défini les axes de travail dans son domaine qui doit devenir un territoire privilégié pour nos entraîneurs français.

La plateforme « Entraîneur » doit faire peau neuve, un document sera produit pour présenter les formations, les diplômes et les emplois d'ici la fin de l'année. Nous projetons 2 stages de formation l’un Hockey masculin lors de la World League à St Germain et l’autre Hockey féminin durant l’Euro Nations Championship 2 à Cambrai. Il est temps de se prendre en main, sortir de l’isolement et rapidement montrer un savoir-faire, des connaissances identifiant une méthode collective, une école estampillée F.F.H. Tout n'est pas à construire, il y a déjà un réel existant: des entraîneurs diplômés et compétents, des outils, des professionnels et un système qui se met en place.

appellera aussi des compétences « locales ». Ce tissu d'entraîneurs qui se constituera fera évoluer le haut-niveau et sera intégré dans le Programme National de Préparation. Il n’y a pas de réussite sportive sans entraîneurs de haut niveau et donc sans une formation initiale et continue performante de ces derniers.

»

Le discours de la « Technique » doit retrouver sa place. Tous s’accordent à reconnaître nos lacunes dans ce domaine face aux plus grandes nations. Attaquons le problème de face ! J’ai ainsi, comme promis lors de la journée, fait placer la vidéo « Tenir sa crosse » dont le thème est développé par Philippe Gourdin. Ce choix illustre bien ces propos. La Formation s'intègre totalement dans la stratégie du futur P.E.S. (Parcours de l'Excellence Sportive) dont la « localisation-délocalisation » de la préparation sera prise en compte et

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

13


Dernière ligne droite avant les Assises !

par le Comité de Pilotage du projet

Le dernier trimestre de l’année 2012 constitue, à n’en pas douter, un moment charnière dans le programme HOCKEY 2020, avec les deux derniers rassemblements précédant les assises des 12 et 13 janvier 2013 à Lille. Avant que la Ligue d’Ile de France ne conclue, le 17 novembre, cette phase de rencontres régionales avec un groupe de travail consacré à la thématique « Organisation », la Ligue des Pays de Loire et le Comité départemental de la Sarthe ont accueilli, le 13 octobre au Mans, le troisième groupe de travail qui portait sur le développement. Comme on pouvait s’y attendre, cette dernière thématique, proche des préoccupations de beaucoup d’acteurs de terrain, a constitué un sujet mobilisateur, avec un nombre de participants (38) qui n’aura cessé d’augmenter depuis l’organisation du premier groupe de travail à Nice en début d’année. Le programme de la journée Selon une méthode, désormais éprouvée, visant à permettre à chacun des participants de contribuer à la réflexion collective et d’apporter sa vision des choses, la journée s’est déroulée en quatre étapes :

(c) M. Andrieux

A l’issue d’un brainstorming ayant permis de délimiter le champ d’investigation lié à la notion de « développement » et de le segmenter en quatre « sous-thématiques », des ateliers ont été constitués afin de produire, par petits groupes, les questions-clés se rapportant à chacune d’entre elles. Ces questions, ayant ensuite, comme pour les autres groupes de travail, font l’objet d’un débat regroupant l’ensemble des participants, permettront l’élaboration d’axes stratégiques, et constitueront la véritable « matière première » des Assises de Janvier 2013. Les participants : Jean Pierre BAILLEUL (Dirigeant), Florimond BAUDOIN (Joueur), Micheline BICHERAY (Dirigeant), Eric BILLETTE DE VILLEMEUR (Dirigeant), Camille BONNET SAINT GEORGES (Responsable administrative –salariée FFH), Jean-François BOYER (Dirigeant), Alexis BRIAUD (entraîneur, chargé de développement), Jérémie CAURETTE (entraîneur/agent de développement), Jean-Marc CHAMPIN (Conseiller Technique Régional et membre de la Commission Développement FFH), Daniel CHOQUEL (Dirigeant), Benoît COISNE (Dirigeant), Micheline COURJEAU (Conseiller Technique Régional), Philippe DE GALZAIN (Dirigeant –Joueur), Rémi DELEMARLE (Agent de développement), Jean-François DENEUX (Joueur), Emmanuel DESNOS (Dirigeant), Patrick ECOLIVET (Dirigeant), Marianick ECOLIVET (Dirigeante), Maryvonne HAMONIC (Dirigeante), Patrick HENRI (Dirigeant), Jean-Yves JUDIC (Dirigeant), Christophe KLOSOWKI (agent de développement), Yann LE NOC (Dirigeant), Maryse LEBRUN (Entraîneur), Lucien LEVIER (Dirigeant), André LEVY (Dirigeant), Hubert MILLOT (Dirigeant), Olivier MOREAU (Dirigeant), Jean-Noël MOUCHE (Dirigeant), Romain NAZARET (Chargé des événements et partenariats - Salarié FFH), Bruno POLICE (Dirigeant), Eric POURCHASSE (Dirigeant – Joueur), Laurie QUINSON, Olivier REVERSAT (Salarié), Bertrand REYNAUD (DTN), Jean Renaud SOURICE (Dirigeant), Valérie THIBAULT (Chargée de Communication - Salariée FFH), Samuel VIENNE (Agent de développement), Samuel GAUTHIER, Raphaël COUBETERGUES et Frédéric BOLOTNY(Consultants Hockey 2020)

14 n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express


Formation Sport Durable Une nouvelle vision pour le développement du hockey !

RENCONTRES LA VALEUR N’ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNéES !

arallèlement au programme Hockey 2020, une formation sur la thématique « Sport durable : une nouvelle vision pour le développement du hockey » a été mise en place, principalement à destination des salariés du hockey. Plus d’une quinzaine de personnes ont assisté aux premières sessions à Rouen et au Mans. Prochaines sessions : 16 novembre (Paris), 11 janvier 2013 (Lille).

P

Florimond Baudouin, 15 ans, est (à ce jour) le plus jeune des participants aux groupes de travail. Joueur et bénévole au club de l’ESSHA Segré, il pratique le hockey depuis 7 ans. Ses motivations pour participer à ce groupe de travail : « Mieux comprendre le fonctionnement du hockey français et permettre à la nouvelle génération de s’impliquer dans l’avenir de la discipline ». Son avis sur la journée : « Instructive, elle nous a conduits à nous poser les bonnes questions ». La relève est assurée !

POUR PLUS DE DéTAiLS SUR CE PROJET, RENDEz VOUS SUR www.FFHOCKEy.ORG RUBRiQUE HOCKEy

2020

Trois questions à Jean-Noël Mouche, président de la Ligue des Pays de Loire La Ligue des Pays de Loire, et le Comité départemental de la Sarthe, viennent d’organiser le troisième groupe de travail Hockey 2020. Vous teniez à vous impliquer de manière concrète dans ce projet ? Oui complètement. Hockey 2020 est une excellente initiative, tant sur le fond que par la méthode utilisée. Le hockey a déjà organisé des Assises dans le passé, mais elles n’ont pas été suivies d’effets. Là, il y a une véritable réflexion d’ensemble, qui implique tous les échelons du national au local. Les échanges sont constructifs, mais sans tabou. Ce travail de fond permettra à la future équipe fédérale d’adopter une feuille de route validée par le plus grand nombre, ce qui constituera, j’en suis sûr, un gage de réussite dans la mise en œuvre de son programme. Avec près de 40 participants, la thématique du développement a

remporté un franc succès. Ce n’est pas vraiment une surprise? Non, car l’attente est forte sur ce sujet, qui appelle certainement une meilleure coordination entre la fédération, les ligues, les comités et les clubs. Mais on a souvent une vision incomplète du développement dans le hockey, en le ramenant au seul développement des pratiques. Or, ce dernier passe par une plus grande visibilité dans les médias, qui pourrait par ailleurs permettre de décrocher des partenariats privés pour avoir les moyens de nos ambitions. Il n’y a donc pas à choisir entre le développement des pratiques et la performance au plus haut-niveau ; ces deux dimensions complémentaires ne constituent en aucun cas des objectifs opposés, bien au contraire. Votre ligue a doublé son nombre de licenciés en huit ans et représente aujourd’hui près de 10% des effectifs nationaux. A quoi attribuez-vous cette réussite ? A la stratégie volontariste d’une nouvelle équipe et à l’implication de

chacun dans l’objectif essentiel qui consistait à porter en priorité l’effort sur les jeunes catégories. Nous l’avons fait, tant d’un point de vue quantitatif, en organisant notamment de grands rassemblements scolaires pour favoriser le recrutement de nouveaux licenciés, que qualitatif, en consacrant environ 40% des ressources de la Ligue à nos sélections de jeunes. Je voudrais également insister sur l’importance de pouvoir se reposer sur des permanents dans la mise en œuvre des projets au quotidien. Les agents de développement, les cadres techniques et la bonne coordination de leur action avec des élus fixant les grandes orientations, sont essentiels dans notre dispositif. J’en profite pour rendre hommage au remarquable travail de notre CTR, Micheline Courjeau, qui va malheureusement partir prochainement à la retraite et ne sera pas, j’en ai bien peur, remplacée. Si l’Etat se désengage, il sera indispensable de trouver de nouvelles ressources pour maintenir un encadrement de qualité. Il faut donc se développer !

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

15


développement par Daniel CHOQUEL

Les 3 règles du développement Je risque de choquer par mes réponses mais je crois que nous devons arrêter de nous voiler la face et sans doute balayer devant notre porte.

la demande du comité de rédaction de Hockey Express, je me suis penché sur le sujet des obligations de clubs d’un point de vue développement , c’est à dire assurer le développement à la base, assurer la relève, comprendre l’articulation entre le haut niveau et les équipes jeunes, l’organisation et la croissance du nombre de licenciés, etc. Impossible de rester insensible à ce genre de questions quand vous êtes Président de la Commission Développement de la fédération depuis quelques mois.

A

Je m’appelle donc Daniel Choquel. Actuellement président de la Ligue Nord Pas de Calais c’est un poste que je quitterai en Mars 2013 pour me consacrer uniquement à l’hexagone . Le développement, je connais bien la question, voici 3 mandats effectués en région Nord Pas de Calais avec en obsession, le développement et encore le développement! 16 n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

ça fait 8 ans que deux équipes U16 Filles se rencontrent chaque année! Arrêtons de penser : « oui !! Mais elles ont besoin de côtoyer le haut niveau ». Faîtes donc du développement « en tâche d’huile »!

Quand on me demande de faire un article sur les obligations des clubs : Et ma troisième et dernière réflexion l’idée qui me vient de suite est de est de dire : Ne me parlez plus de dire : « Arrêtons les dérogations « Haut Niveau » concernant les faites aux clubs ! Arrêtons de se championnats Français. Le Haut raconter des histoires » et je dis tout Niveau, c’est un minimum de 3 simplement « Pas de bras !! Pas de heures de hockey par jour avec des chocolats !! » . programmes de musculation et de suivi « Des dérogations : Nous réalisons permanent pour être au tu ne feras pas ! des « obligations » top de ses pour accroître le performances. Des surclassements : nombre de Cela concerne donc les tu ne feras pas !! licenciés et deux athlètes à l’INSEP et semaines plus tard dans les structures Du haut niveau et du nous autorisons CREPS. pour le reste, développement : des demandes de tu ne mélangeras pas !!! » parlons de Hockey de dossier de bon niveau. dérogations ! Que l’on arrête les surclassements ! Montrons plutôt à nos jeunes pousses du Hockey de Haut Niveau Un jour, j’ai entendu: ce n’est pas en avec des manifestations de grande tirant sur une tige que nous allons envergure. C’est là-dessus que nous développer la plante plus vite! devons concentrer nos efforts. Vous On ne contribue au développement verrez, les jeunes, nous le rendrons en permettant à des jeunes de 16 bien !! ans de côtoyer le championnat au plus haut niveau ou dans une Voici donc mes trois règles : ce n’est division supérieure. C’est juste, pas compliqué de changer l’existant. encore une fois, permettre à des Maintenant, il faut le vouloir . clubs de réunir une équipe cahincaha pour obtenir un challenge au Ensuite, nous pouvons parler du détriment du développement. Développement pur et dur où le Essayons plutôt de créer des hockey n’existe pas !! C’est un autre équipes complètes pour construire sujet. Je ne tarderai pas à travailler des championnats de jeunes et ainsi avec vous sur ce thème mais ils grandiront ensemble. d’abord, il faut respecter et appliquer Dans ma propre ligue, par exemple, les trois règles.


CONSeiL

Préparation Physique

technique par Franck GRONDIN

Les conseils de Franck Grondin Franck Grondin est le préparateur physique des équipes de France. Pour Hockey Express, il nous explique les contraintes physiques imposées par les transitions entre les différents championnats (gazon-salle) en hockey. hysiquement parlant, nous devons être vigilants entre les différentes périodes de l’année: la saison estivale se déroule à l’extérieur sur grand terrain alors que la saison indoor se pratique à l’intérieur sur un terrain de type hand ball. Nous avons donc plusieurs paramètres à prendre en compte quand on passe d’une saison à l’autre. Après la première période de la saison gazon, nous avons à peu près cinq semaines avant le début du championnat indoor. Nous avons ensuite environs trois semaines entre le dernier match de la saison indoor et le premier de la deuxième partie gazon de la saison estivale.

P

Pour la transition du gazon à l’indoor

Pour la transition de l’indoor au gazon

Je préconise une semaine d’arrêt complet. On doit ensuite reprendre progressivement afin de pouvoir exécuter des exercices qui se rapprochent le plus possible des efforts qui ressemblent à ce que l’organisme va subir pendant les matchs en salle. Par conséquent, le découpage de cette période de transition sera défini par une semaine de repos, suivi de trois semaines pendant lesquelles des entraînements physiques d’une durée de 20 à 40 minutes seront mis en place à chaque début de séance. Enfin, les deux semaines précédant le premier match du championnat indoor seront entièrement consacrées aux spécifiques et aux matchs amicaux. Les entraînements physiques lors des premières séances seront ciblés essentiellement sur du renforcement général - Pour le tronc, un travail de gainage, d’abdominaux… - Pour les membres inférieurs: sauts de grenouilles, squats sur une jambe (avec poids du corps)… - Pour les membres supérieurs: les pompes, les tractions etc.

Il est essentiel de prendre en considération tous les paramètres pour établir la meilleure préparation possible, et ainsi de permettre aux joueurs d’être disponibles sur l’ensemble de la deuxième période du championnat estival.

Ces séances vont se modifier dans le temps en se traduisant par des exercices d’une intensité proche de celle des matchs. Par exemple, on exécute une pré-fatigue de 45 secondes en position chaise, puis on enchaîne avec deux ou trois allers-retours sur une distance de 5 mètres en pas chassés les jambes fléchies et avec une crosse qui restera proche du sol. Ensuite on termine avec l’enchaînement d’un troisième exercice qui sera un petit slalom avec trois ou quatre plots pour finir sur un tir aux buts.

Cette période est délicate car elle n’est composée que de trois semaines. Nous aurons la tentation de se donner comme objectif la gagne du premier match à tous prix. Malheureusement, le prix à payer sera d’autant plus élevé que la garantie d’un résultat sera moindre. De vouloir aller trop vite, l’organisme n’aura pas le temps de s’adapter convenablement, et même si le premier match se passe sans encombre, il n’y a aucune certitude que le reste de la saison se passe sans difficulté; on constate quelques fois, que l’exposition au stress permanent des différents entraînements laisse des traces qui se répercutent sur l’organisme à plus ou moins long terme. Les blessures arrivent alors sans prévenir et une saison entière est fichue. Les paramètres, nous les connaissons, on peut en citer quelques-uns : les intempéries, la superficie des terrains en salle et sur gazon, la durée des matchs, les règles du jeu (les shoots etc…) qui modifient les attitudes et les comportements dans les engagements physiques, le revêtement du sol, le temps réduit (trois semaines) entre les deux championnats, etc. Par conséquent, je préconise après le championnat « indoor », une semaine complète de repos. Les deux semaines restantes devront être une période de réadaptation au terrain.

Nous devons organiser les séances d’entraînement de façon à être disponible physiquement pour les premiers matchs sur gazon. Le début de chaque séance devra être composé d’au moins 45 minutes de travail physique. Lui-même divisé en deux parties : une première partie composée de renforcement et une deuxième partie ciblée sur un travail de puissance aérobie (par exemple, des fractionnés type « 30 secondes- 30 secondes ») exécuté sur le terrain. En conclusion, je dirais qu’il est plus facile et moins brutal de passer du gazon à la salle. Les efforts du hockey en salle demandent des qualités explosives, un centre de gravité très bas au sol, des qualités d’appui dans les changements de directions permanents, tout ceci va engranger des courbatures avant que le corps ne puisse s’adapter complètement ; mais nous avons l’avantage d’avoir cinq semaines pour y remédier. Par contre, quand on passera de la saison salle à la saison gazon, il faudra porter une attention particulière à la santé physique des joueurs. On va demander aux joueurs d’être aussi tonique, vivace, explosif qu’ils ont été pendant la saison indoor, mais sur un grand terrain. Nous savons tous que pendant les différentes phases de jeux, il y a des accélérations et des freinages intensifs à répétition, ils sont agressifs pour un organisme peu préparé. Il y aura donc besoin d’une préparation optimisée compte tenue du peu de temps (1 semaine de repos et 2 semaines de travail). Chacun de nous interprétera différemment une bonne saison, mais une saison est de toute façon qualifiée de bonne ou mauvaise à la fin de celle-ci.

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

17


par Yves Blanc

LeS eCHOS

deUiL AU dOUAi HOCKey CLUB André Bégard vient de nous quitter, dans sa 96ème année. Il fut un grand serviteur du Hockey sur le plan local, excellent joueur, il devient sous l’occupation ennemie, le reconstructeur du club douaisien : secrétaire et trésorier avant d’en prendre la présidence pendant 14 ans, de 1945 à 1959. Il crée la revue « Flandres Hockey », puis est élu vice-président de la Ligue Régionale, avant d’entrer au Comité Directeur de la Fédération, dont il sera le vice-président. Il devient ensuite le premier rédacteur en chef de la nouvelle revue de la F.F.H. pendant plusieurs années : premier numéro en décembre 1954. Il apparaît dans le numéro 4 en octobre 1955, et y rédige l’Edito. Il sera, en outre, sur le plan local, un animateur du Comité Omni-Sports, et de ce fait, le hockey sera reconnu comme un sport important dans notre ville.

FÉLiCitAtiONS L’Association des Anciens et Amis de l’ASUL (Association Sportive Universitaire Lyonnaise) organisait la 14ème Bourse René Dreyer 2012. Cette année, c'est un hockeyeur, Jean Baptiste Forgues qui est recompensé en tant que jeune sportif et étudiant méritant. Il a donc reçu une bourse devant un public nombreux au Best Western du cours Charlemagne en présence des personnalités et des anciens athlètes de l'ASUL, ainsi que de Bertrand Reynaud, directeur technique national. Cette bourse lui permettra de bénéficier d’une aide financière pour l’accompagner dans son parcours, afin de réaliser dans les meilleures conditions son double projet.

BieNVeNUe La Fédération Française de Hockey compte une nouvelle venue ! Anaïs Rivière, responsable administrative de la Fédération, a eu le bonheur d'être maman pour la 2ème fois. Ce jeudi, la petite Inès est venue au monde en pleine santé.

Félicitations!

Félicitations aux heureux parents en attendant qu'Inès ne grandisse pour s'initier au hockey !

(c) S.Brochier

18 18

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express


PUBLiCAtiONS MODiFiCATiONS RèGLEMENTAiRES VOTéES LORS DU COMiTé DiRECTEUR DU 29 SEPTEMBRE 2012

APPLiCABLES AU 30 SEPTEMBRE 2012 : Règlement des compétitions gazon : Titre 1 article 1-1 Règles du jeu : ajout d’une exception pour l’application anticipée des règles du jeu imposées par la F.I.H.

Règlement des compétitions salle : Titre 1 Article 1-1 règles du jeu : ajout d’une exception pour l’application anticipée des règles du jeu imposées par la F.I.H.

APPLiCABLE AU 1ER NOVEMBRE 2012 : Règlement des compétitions salle Titre 5 Obligations : Modification de l’article 4 : Les effectifs Modification de l’article 4-1 : Licenciés Modification de l’article 4-3 : Nombre d’arbitres Modification de l’article 4-4 : équipes réserves Suppression de l’article 4-5 : équipes jeunes Modification de l’article 5 : Cas d’une équipe accédant à une division supérieure

APPLiCABLE AU 1ER DéCEMBRE 2012 : Motion concernant les règles du jeu en salle applicables au 1er janvier 2013 : Le comité directeur de la F.F.H. décide de faire appliquer dans le cadre des compétitions de hockey en salle, championnats 2012/2013, les règles éditées par la F.I.H., applicables au 1er janvier 2013.

DéCiSiON DE LA CHAMBRE FéDéRALE D’APPEL DU 27 SEPTEMBRE 2012 La Chambre fédérale d’appel a décidé le 27 septembre 2012 : De confirmer la décision du 5 avril 2012 de la chambre disciplinaire de la zone 2 : • Suspension du joueur A. Celot (CLT Orléans) de toute compétition (gazon et salle) de 10 matches fermes et de 2 ans avec sursis • Suspension du joueur Vincent Grimaldi (Blanc Mesnil) de toute compétition (gazon et salle) de 6 matches fermes et de 6 mois avec sursis. De considérer comme recevable, en raison de l’impossibilité d’en déterminer les délais, l’appel du club de Blanc Mesnil, au nom de son joueur.

n° 58 - Oct./Novembre. 2012

express

19


20 n째 58 - Oct./Novembre. 2012

express

www.ffhockey.org

Hockey Express 58  

La revue fédérale du Hockey Septembre Octobre 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you