Page 1

Lettre d’information aux Robertsauviens et amis du Läuch ! N° 16 en date du 20 décembre 2013

Le Comité de Rédaction de la Feuille du Läuch vous souhaite

Un Joyeux Noël 2013 1


FAITES VOUS VOTRE OPINION

A propos de l’Ecole européenne Que vous soyez favorables ou pas à cette Ecole faite pour les enfants des fonctionnaires des diverses institutions qui coûtera 34 100 000 euros, que vous acceptiez ou pas son positionnement à la place de ce petit bois qui n’avait rien d’anodin, (il était simplement mal entretenu), ou que vous pensiez que le Parlement Européen aura quitté Strasbourg lorsqu’elle pourra accepter ses premiers élèves, elle sort déjà de terre, et il est souhaitable qu’elle ne perturbe pas trop cette zone déjà très sensible du point de vue de la circulation. La Feuille du Läuch vous propose quelques éléments de réflexion. Effectifs. Elle est prévue accueillir 1200 élèves et 140 membres du personnel. Il n’y aura pas de cycle maternel, mais 15 classes de maternel et 21 classes de secondaire. Surface. Les installations devraient couvrir environ 12 000m². C’est sa situation au regard des axes de circulation qui incite à la réflexion. Elle borde la route de la Wantzenau qui accueille déjà près de 20 000 véhicules/jours. Elle est bordée au Nord par la rue Silberath qui voit de plus en plus de voitures quitter soit la rue Boecklin pour rejoindre la route de la Wantzenau et éviter le carrefour TRAM/allée René Cassin/allée Kastner, soit effectuer le mouvement contraire. Un groupe de travail, réunissant les associations généralistes du quartier, le coordonateur du Conseil de quartier, les riverains de la rue Silberath, a proposé un accès par la rue Grotius qui relie la route de la Wantzenau et la rue Boecklin et un autre à partir de la rue Silberath par l’ancien chemin qui longeait l’Est du petit bois. Cela entrainerait la mise en place d’un feu tricolore une centaine de mètres avant celui du pont Germain Muller. Attention aux bouchons !!!

J.C.

2


Actualités robertsauviennes du dernier trimestre 2013 Le dernier trimestre 2013 a été particulièrement riche en activités de toutes natures, et encore les yeux et les oreilles de la Feuille du Läuch n’étaient-elles pas partout. C’est pourquoi, nous vous les présentons par thèmes alphabétiques et non pas selon un ordre chronologique.

Manifestations culturelles Le 10 octobre, l’ensemble d’Etienne Bardon nous enchante avec Mozart, I. Pleyel et J. Haydn. Plus intimiste, au cours d’une soirée adaptée à cette période précédant Noël, Volutes nous fait rêver le 28 novembre avec des œuvres d’enfants (Rossini, Mendelssohn, et…l’histoire du « Petit tailleur » racontée, et mise en musique par T.Harsanyi. Le 10 octobre, des figurants robertsauviens participent au tournage du feuilleton de télévision, « Une famille formidable » dans le château de Portalès. Le salon « la nature du livre », le 10 octobre, au CINE de BUSSIERRE. Lieu de rencontre entre le public et les auteurs régionaux, ce salon contribue à sensibiliser à la richesse et à la fragilité des milieux naturels ainsi qu’aux questions environnementales.

Le 15 octobre, Robert Grossmann, dans le nouveau foyer Mélanie, communique sa passion pour la comtesse Mélanie de Portalès à une assistance nombreuse. Le 23 novembre, ils étaient cinq de la Robertsau au Salon du livre de Colmar :

Bernard FINTZ, Marie BERTRAND Robert GROSSMANN France PRIVAT Jean CHUBERRE

3


La Robertsau se souvient er

Le 1 novembre est la journée de la quête du Souvenir Français. Cette action lui permet de recueillir des dons qui lui permettront d’entretenir ou de rénover les tombes des Français « morts pour la France. Le comité de la Robertsau a déposé une gerbe au monument aux morts du quartier au cours d’une brève cérémonie rehaussée par la présence de l’Harmonie Cécilia, en présence de monsieur Yves Le Tallec, Conseiller Général. Peu de temps avant, le comité s’était recueilli devant le « carré du Struthof » au cimetière nord, en souvenir des martyrs victimes des expérimentations des médecins nazis. Le 10 novembre, une petite délégation du comité du Souvenir Français s’est rendue à St Pierre participer à une cérémonie en souvenir de Lucien Bonner, Robertsauvien, né à St Pierre au cours de l’exode dans le château du comte d’Andlau. Lucien est mort en Algérie, le 23 décembre 1958. Le comte d’Andlau, parrain de Lucien était présent à la cérémonie, ainsi que le maire d’Andlau et le président du comité local. Le 11 novembre, les Robertsauviens, ont honoré les 254 enfants du quartier, civils et militaires, victimes de la première guerre mondiale. Autour du monument aux morts étaient rassemblés, l’Harmonie Caecilia 1880 dirigée par son chef, André Hincker, des enfants, accompagnés par leur directrice, madame Leclerc, leurs parents, une forte délégation du comité du Souvenir Français du quartier, et la section locale de l’Amicale des Combattants de l’Union Française, présidée par Marcel Dröge. Notre Conseiller Général Yves le Tallec, notre maire adjointe, Nicole Dreyer et monsieur Wack, inspecteur d’académie, présidaient cette cérémonie. Après les discours de madame Dreyer et de monsieur Le Tallec, le colonel (H) Jean Chuberre, président du Souvenir Français lut avec monsieur Claude Dotter (membre du comité du Souvenir) deux très beaux extraits de lettres de poilus. (Feuille-du-Lauch-Robertsau.blog4ever.com). Les enfants déposèrent des bougies autour du monument aux morts avant les dépôts de gerbes au nom de l’ACUF, du Conseil Général et du Souvenir Français. La cérémonie se conclut par une vibrante Marseillaise chantée par les enfants, accompagnés par tous les participants. Le 12 décembre s’est déroulée l’inauguration de deux nouvelles rues à la Robertsau, la rue « Alfred Timmesch », « juste parmi les nations », et la rue « Jacques et René Knecht », en présence du sénateur -maire de Strasbo urg, monsieur Roland Riess, de monsieur Yves Le Tallec, Conseiller Général, de madame Nicole Dreyer, maire adjointe de quartier et du comité du Souvenir Français de la Robertsau. Jacques, chef d'un maquis en Ardèche, fut arrêté puis fusillé en Bavière. René fut tué sur le front russe en tant que "Malgré Nous". Moment d'émotion quand des élèves de Kleber ont chanté la Marseillaise, puis le Chant des Partisans.

4


La vie sociale et cultuelle Le 12 octobre, inauguration du nouveau foyer Mélanie en présence du gotha politique local et strasbourgeois. Avec de nouvel espace de la paroisse protestante, le quartier dispose d’un nouveau local avec une excellente acoustique, mais toujours pas d’un grand espace capable d’accueillir de grands spectacles. Le 13 octobre, c’était la deuxième manifestation œcuménique de la rentrée après la fête de la paroisse catholique Saint Louis, la Saint Fiacre (patron des jardiniers). Une fanfare d’un village allemand est venue animer la cérémonie. Le 15 octobre, le comité du Souvenir Français de la Robertsau n’est qu’une section d’une association nationale comptant près de 250 000 personnes. Dépéndant de la délégation du Bas-Rhin, il a effectué sa réunion annuelle. A cette occasion, il a accueilli le nouveau délégué départemental, le Lieutenant-Colonel (h) Albert Lefevre. Le projet d’un « chemin du souvenir » a été lancé à cette occasion. Le 19 octobre, un groupe d’amis et de membres de l’ASSER se sont retrouvés à Heiligenstein comme chaque année pour les vendanges chez Hubert Heywang. Travail, bonne humeur et dégustation, trois ingrédients pour une excellente journée.

Le 4 décembre, les enfants du centre Social et Culturel offraient un spectacle à leurs parents, et le 14 décembre, l’Escale musicale divertissait les grands.

Le 7 décembre, inauguration de la première phase des travaux de rénovation du canal des Français. Le tracé du nouveau canal commence à apparaitre. Le nouveau, n'a rien à voir avec le but et la configuration de l'ancien, même s'il suit plus ou moins son tracé, du moins au début. Il sera alimenté par la nappe phréatique. En voici les premières images, mais il faudra attendre le printemps pour mieux l'apprécier. Sa jonction avec le Steingiessen n’est pas encore réalisée.

5


Notre environnement au fil des rues Il faut se promener à pied ou à vélo dans notre quartier pour bien le voir. Il est en constante évolution. Parfois les yeux se plissent d’un regard amusé, parfois il est permis de se demander la raison profonde d’un projet, parfois une bouffée d’indignation vous envahit, parfois aussi vous dites « enfin ! ». Mais, il est important de bien regarder autour de soi.

Pendant des semaines, l’eau de la nappe phréatique a été pompée et rejetée dans le Muhlwasser pour assécher les fondations d’une immense construction dont la grue gigantesque surplombe la route de la Wantzenau.1

Qui connait ce joli petit pont qui enjambe le Muhlwasser au bout d’un petit chemin qui serpente le long de l’Ill ? Il est sur le parcours de santé naturel présenté par une feuille antérieure.

Le père Noël est bien d’origine américaine. Il nous surveille, même sans la NASA. Les fondations du dit immeuble.

La nouvelle entrée de la rue des Tilleuls à partir de la rue Frédéric Riff enfin plus accessible en cyclistes.

Un petit village de Noël survolé par le père Noël.

Cela faisait des années que les riverains attendaient l’aménagement de cette petite placette, au centre de la rue Frédéric Riff. Elle est presque terminée et les passants sont surpris de l’espace dégagé. Attendons le printemps pour la voir dans tous ses états.

La nouvelle et bienvenue rue Frédéric Riff.

Cette fameuse grue qui nargue chaque nuit les adversaires du béton à outrance.

Le Souvenir Français de la Robertsau se propose de réaliser un « Chemin de la mémoire » à partir des noms de rues du quartier et des endroits marqués par l’histoire. Il fait appel aux volontaires (familles, particuliers, historiens, archivistes, ou simples connaisseurs de l’histoire du quartier, etc…) pour les aider à réaliser ce beau projet. (Contacter chuberre.jean@orange.fr ).

1

L’eau a arrêté de couler subitement après le signalement par la rédaction de la feuille de ce scandale à la mairie de quartier qui a demandé des explications.

6


Les couleurs de l’hiver sont souvent toutes en subtilité.

Ce passage sur l’Ill, propice à faire des abdominaux, d’ordinaire peu fréquenté, peut aussi intéresser les pêcheurs.

Une autre forme de « pêche » : « Ditesmoi tout ».

DEMAIN A LA ROBERTSAU DATE 24/12/2013 24/12/2013 25/12/2013 30/12/2013 31/12/2013

ACTIVITE 17 heures : messe de minuit des familles 24 heures : messe de minuit 18 heures : culte veillée de Noël 11 heures : messe de Noël 10 heures : culte de Noël avec Sainte Cène 8h30 : prière du matin « Taizé »

LIEU Eglise Saint Louis Eglise protestante Eglise Saint Louis Eglise protestante Sur les sites de rassemblement de Taizé

" Les Shadocks à la Robertsau !" Route de la Wantzenau, on peut observer le spectacle pittoresque de pompes qui cherchent depuis plusieurs semaines à assécher le trou qui doit laisser la place à un énième immeuble. Serait-ce la version alsacienne des Shadocks ? Et bien non, un simple promoteur qui a oublié un peu vite que la nappe phréatique n’est jamais bien loin et qui jura un peu tard que l’on ne l’y reprendrait plus.....

La cigogne masquée

7


ROBERTSAU EUROPEENNE L’ensemble des activités des institutions européennes a été particulièrement riche ces derniers deux mois. 2ème Forum Mondial de la Démocratie Si le 1er Forum Mondial de la Démocratie d’octobre 2012 fut marqué par la présence du Secrétaire Général des Nations Unies et de nombreuses voix politiques d’Europe, des Amériques, d’Afrique et d’Asie, le 2ème Forum de novembre 2013 a connu une approche différente en choisissant un sujet d’actualité, à la fois politique et technique : « Retisser la démocratie : connecter les institutions avec les citoyens à l’ère numérique ». Il y eut un minimum de discours de politique générale dans l’hémicycle du Conseil de l’Europe, avec Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie, comme orateur principal. Les travaux des 1 400 participants, en provenance d’une centaine de pays, se sont effectués au sein d’une vingtaine de « laboratoires de réflexion » autour des quatre thèmes : (1) Alternative à la démocratie représentative ?, (2) Vers une démocratie 2.0 ?, (3) Gouverner avec les citoyens et (4) Envisager l’avenir. Les nouvelles technologies changent les règles du jeu. L’espace numérique peut créer des opportunités mais aussi générer des risques pour la démocratie. Des circuits jusqu’alors méconnus d’échanges dans l’édifice démocratique se sont établis. Ce sont en particulier les jeunes qui trouvent dans les applications digitales de nouvelles manières de s’impliquer dans le dialogue indispensable au pluralisme politique et qui fait souvent défaut. Les rassemblements du genre d’OCCUPY en sont l’exemple, tout comme la « génération Internet », la dissidence des temps modernes, en Russie, comme il a été rappelé lors de la séance d’ouverture du Forum. Dans ce contexte, la Région Alsace, associée au Forum, a remis le « prix alsacien de l’engagement démocratique » à l’Indienne Preethi Herman qui, par son site « change.org. », accueille et organise des pétitions du monde entier pour donner à chacun le pouvoir de provoquer le changement qu’il souhaite. La Région parraine également trois personnalités pour leur action : l’opposant biélorusse en détention, Nikolaï Statkevitch, le directeur de l’Ecole d’études politiques (du Conseil de l’Europe) de Bakou, incarcéré en Azerbaïdjan et Yasmina Thabet, membre de l’association tunisienne de soutien aux minorités. Pour le Conseil de l’Europe l’enjeu du Forum a été : observer ces mécanismes inédits nés de l’opportunité numérique, tenter d’en comprendre les rouages, déterminer ce que les initiateurs en font. Dans ses conclusions, le Secrétaire Général a rappelé que les outils numériques ne peuvent et ne doivent pas remplacer la démocratie représentative mais, pour beaucoup de gens, ils peuvent contribuer à lui donner du sens. Internet permet aux citoyens d’interagir, de mettre au jour des problèmes et de se rassembler autour d’une cause commune. Et Internet a la capacité de rendre la démocratie plus inclusive. Par ailleurs il est important de connaître les risques pour la vie privée. Dans le prolongement de ses travaux novateurs dans les domaines de la 8


protection des données et de la lutte contre le discours de haine en ligne, le Conseil de l’Europe établit des partenariats avec des gouvernements et des entreprises du secteur Internet. Entre les 21 et 30 novembre la Ville a organisé, en marge du Forum, un vaste programme public de conférences, débats, expositions, projections de films dans des lieux centraux (Aubette, Odysée, Librairie Kléber) et dans les quartiers. Si la réponse à la question, le Forum Mondial de la Démocratie à Strasbourg est-il sur la bonne voie pour devenir le « Davos de la Démocratie », reste ouverte, le Conseil de l’Europe a, une fois de plus, joué son rôle traditionnel de laboratoire du futur et de plateforme de l’expression libre et de la démocratie en progrès. Le Parlement européen ; son siège, son accord budgétaire La session de novembre du Parlement européen a été marquée, une fois de plus, par un débat relatif au siège. Un rapport (sans conséquence juridique ou institutionnelle), demandant pour le Parlement à pouvoir choisir lui-même son seul et unique lieu de travail, a obtenu 73% des suffrages (483 pour, 141 contre, 34 abstentions). Présentant un coût financier totalement erroné (entre 151 et 204 millions d’euros par an au lieu du chiffre officiel de 51 à 55 millions, ou 0,04% du budget annuel de l’Union européenne) le lobby anti-Strasbourg a utilisé un argumentaire qui ne peut qu’être propice aux eurosceptiques pendant la campagne électorale au printemps 2014. Le Parlement qui avait refusé, en été, de donner son accord à un cadre financier pluriannuel 20142020 pour l’UE, en régression de 3,5% en comparaison de celui pour la période 2007-2013, a finalement adopté, en novembre, ce budget qui représente 960 milliards d’euros en crédits d’engagement et 908,4 milliards en crédits de paiement, soit environ 1% du PIB des Etats membres de l’Union (le budget fédéral des Etats-Unis d’Amérique se situe au-delà de 20% du PIB). Dans ses négociations avec les gouvernements le Parlement a obtenu plus de flexibilité dans la gestion des fonds, et une clause de révision en 2016 pour ne pas lier les mains du prochain Parlement issu des élections de mai 2014. Comme pour les budgets précédents, le soutien à l’agriculture et la politique de cohésion en faveur des régions les plus défavorisées restent les plus gros postes avec plus de deux tiers du budget. Erasmus + Le Parlement a également approuvé Erasmus + doté de 14,7 milliards d’ euros pour la période 2014-2020, en hausse de 40% par rapport à 2007-2013. Ce programme européen de bourses étudiantes (13 à 30 ans) pour favoriser les échanges universitaires au sein de l’UE va être élargi, dès 2014, pour bénéficier aussi aux apprentis, stagiaires, enseignants ou professionnels en formation. Erasmus + réunit les anciens programmes Erasmus (étudiants), Comenius (collégiens et lycéens), Leonardo da Vinci (apprentis) et Grundtvig (adultes en formation). Prix Sakharov pour Malala Le Prix Sakharov remis depuis 25 ans aux défenseurs de la liberté dans le monde a été attribué à la jeune militante pakistanaise Malala. Cette blogueuse de 16 ans se bat dans son pays pour l’accès des jeunes filles à l’école et a fait entendre, devant l’Assemblée générale des Nations Unies, son credo en faveur des 58 millions d’enfants sans accès à l’éducation : « Un enseignant, un livre, un stylo peuvent changer le monde ». Les droits sexuels et reproductifs La session de décembre du Parlement a connu un débat controversé sur un sujet de société se référant aux droits sexuels et reproductifs. Le Parlement a adopté d’une courte majorité (334 voix pour, 327 contre, 35 abstentions) une résolution non législative soulignant que l’élaboration de la mise en œuvre des politiques sur les droits sexuels et reproductifs et sur l’éducation sexuelle à l’école est de la compétence des Etats membres. Il a rejeté en même temps la demande à ce que l’accès à la contraception et à l’avortement soit reconnu en Europe comme des « éléments essentiels de la dignité humaine ».

9


Renforcement du rôle du Parlement dans les relations avec les dirigeants de l’Union A l’approche des élections européennes et tenant compte de leur impact sur les relations entre le Parlement et les dirigeants de l’UE (les Chefs d’Etat et de Gouvernement nationaux réunis au sein du Conseil européen), le Parlement a rappelé dans une résolution l’importance de respecter le choix des citoyens par l’élection de leurs représentants dans cette Assemblée européenne élue au suffrage universel. Ceci concerne, en premier lieu, le choix et l’élection du Président de la Commission européenne, tenant compte du résultat des élections et disposant d’une majorité au sein du Parlement européen. La proposition des candidats à la fonction de commissaire européen devrait également tenir compte du vote européen dans chacun des Etats membres. Bien que le Président du Conseil européen n’est pas formellement tenu de rendre des comptes au Parlement, ce dernier souhaite sa présence régulière pour présenter les sujets à l’ordre du jour des sommets européens ainsi que les résultats des réunions du Conseil européen. Quant au Président du Parlement européen, il devrait participer « pleinement aux réunions du Conseil européen lorsque des questions de nature institutionnelle sont abordées ». Partenaires orientaux de l’Union Quant aux partenaires orientaux de l’UE (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie, Ukraine) le Parlement affirme dans une résolution que l’Union doit développer une politique plus stratégique et plus souple en ayant recours à tous les outils à sa disposition, tels que l’aide, le commerce, l’exemption de visas et les projets de sécurité énergétique, afin de soutenir le choix de ses partenaires de renforcer leurs relations avec l’Union. Il se félicite des accords politiques et commerciaux avec la Géorgie et la Moldavie, ainsi que de l’accord avec l’Azerbaïdjan facilitant la délivrance de visas, tout en s’inquiétant de la répression de l’opposition dans ce dernier pays. Le Parlement regrette la décision de l’Arménie d’adhérer à l’union douanière avec la Russie, après plus de trois ans de travaux de négociations fructueuses sur un accord d’association avec l’Union européenne. L’Ukraine européenne ? Quant à l’Ukraine, le plus grand des partenaires orientaux de l’UE, son Président a renoncé à la signature de l’accord d’association avec l’Union, provoquant des manifestations importantes et de longue durée de l’opposition pro-européenne du pays. Le Parlement européen y voit une « occasion manquée » et demande au Conseil européen d’envoyer un signal politique fort montrant que l’Union demeure disposée à dialoguer avec l’Ukraine en vue d’un accord d’association. Depuis, le Président ukrainien s’est rendu à Moscou et la Russie annonçait qu’elle accordait à l’Ukraine une aide de 15 milliards de dollars et baissait d’un tiers le prix du gaz qu’elle lui vend ; un accord a été conclu prévoyant de lever les limitations commerciales entre les deux pays jusqu’à la fin de 2014. En réaction aux affrontements entre opposition et gouvernement, le Secrétaire général du Conseil de l’Europe, dont l’Ukraine est un Etat membre, s’est rendu à Kiev pour s’entretenir avec tous les concernés. Sa proposition, de créer un groupe consultatif d’experts (composé de membres de l’opposition, du gouvernement et de la communauté internationale) pour superviser l’enquête sur les affrontements, a été acceptée par les principaux partis d’opposition et le gouvernement. Nouveau médiateur européen Le nouveau Médiateur européen, Mme Emily O’Reilly, ancienne médiatrice de la République d’Irlande, a pris ses fonctions en octobre 2013 à Strasbourg. Le Médiateur enquête sur des cas de mauvaise administration dans l’action des institutions et organes de l’Union européenne. Il reçoit annuellement environ 2.500 plaintes de citoyens, d’entreprises, d’ONG, d’universités, de municipalités et autres 10


entités. Le Médiateur ouvre plus de 450 enquêtes chaque année qui sont basées sur des plaintes concernant le manque de transparence dans les institutions de l’Union. Présidence autrichienne au Conseil de l’Europe Dans la tradition de la « valse semi-annuelle » de la présidence du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe c’est l’Autriche qui assure le commandement du 14 novembre 2013 au 14 mai 2014. Le centenaire de la première guerre mondiale sera l’occasion d’organiser à Vienne une conférence, intitulée « La première guerre mondiale dans la mémoire de l’Europe centrale – les traditions mémorielles dans une perspective transnationale ». Cette guerre joue un rôle important dans la mémoire collective de l’Europe et les Etats membres la perçoivent différemment. Ainsi la conférence vise les enseignants aux niveaux universitaire et secondaire, y compris les enseignants des instituts pédagogiques et les auteurs des manuels d’histoire. Surveillance quotidienne du respect des droits de l’homme La surveillance quotidienne du respect des droits de l’homme dans ses 47 Etats membres reste la tâche prioritaire du Conseil de l’Europe. Un rappel, parfaitement incomplet, des activités les plus récentes en est la preuve : 1 - A l’occasion de la publication, le 4 décembre 2013, d’une étude consacrée à l’impact de la crise économique sur la protection des droits de l’homme, le Commissaire des droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Nils Muiznieks, a constaté qu’en Europe, nombre de gouvernements qui imposent des mesures d’austérité oublient leurs obligations en matière de droits de l’homme, notamment les droits sociaux et économiques des plus vulnérables, la nécessité de garantir l’accès à la justice et le droit de l’égalité de traitement. 2 - Dans un rapport sur une visite en Russie le Commissaire souligne la nécessité de remédier aux déficiences systémiques de l’administration de la justice et de renforcer l’indépendance et l’impartialité du système judiciaire. Dans un rapport sur une visite en Turquie il constate le comportement inapproprié de la police. Sa gestion des manifestations met en évidence le problème persistant du comportement des forces de l’ordre, en particulier un usage excessif et injustifié de gaz lacrymogènes et de mauvais traitement pendant et après les arrestations. Ceci constitue une grave menace pour les droits de l’homme. 3 - A l’issue d’une visite au Danemark, le Commissaire a déclaré qu’il faudrait prendre en compte de manière plus systématique l’intérêt supérieur de l’enfant dans le cadre des politiques et des procédures relatives aux migrations et à l’asile. 4 - Le Comité anti-torture (CPT), dans un rapport de fin novembre, fait appel au Portugal pour mettre en place des mesures efficaces pour résoudre le problème de la surpopulation carcérale croissante avec ses conséquences pour les détenus. Dans son programme de visites pour 2014, le CPT a l’intention d’examiner la situation des personnes privées de libertés dans les dix pays suivants : Albanie, Autriche, Bulgarie, Danemark, Finlande, Géorgie, Irlande, Macédoine, Roumanie, République tchèque. Les personnes détentrices d’informations relatives à la privation de liberté dans l’un de ces pays pensant qu’elles pourraient être utiles au CPT sont invitées à les porter à la connaissance du Comité. Le CPT organisera également des visites ad hoc en 2014 dès lors qu’il estimera qu’elles sont exigées par les circonstances. 5 - Dans sa réunion mensuel de « surveillance » de l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme par les Etats membres, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a adopté, lors de sa réunion de décembre 2013, des décisions et résolutions concernant 19 Etats membres. 6 - Le 19 novembre 2013, le Conseil de l’Europe a lancé une consultation publique sur l’avenir à plus long terme du système européen des droits de l’homme fondé sur la Convention européenne des droits de l’homme et la Cour européenne de Strasbourg. Les personnes et organisations sont invitées à envoyer des contributions sur tout aspect du système conventionnel, dont : les défis auxquels la Convention et la Cour seront confrontées dans l’avenir ; le rôle de la Cour dans la protection et l’interprétation des droits individuels ; les réformes possibles pour contribuer à la réduction du nombre d’affaires en souffrance devant la Cour ; la procédure d’exécution des arrêts de la Cour et le rôle des autorités nationales ; le versement d’une réparation aux requérants. 11


A l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre 2013), le Secrétaire général a encouragé les Etats membres à ratifier la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes. Huit pays l’ont ratifié ; il en faut encore deux pour qu’elle puisse entrer en vigueur. L’Europe de Strasbourg et l’Alsace Les promoteurs alsaciens du bilinguisme ont réagi avec satisfaction à l’annonce du premier Ministre, le 14 décembre 2013, de vouloir accélérer le processus de ratification par la France de la Charte européenne du Conseil de l’Europe des langues régionales ou minoritaires. Dans le contexte de la situation économique et sociale de la région transfrontalière l‘importance d’un enseignement bilingue paritaire français/allemand a été soulignée pour lutter contre le chômage des jeunes. Il est prévu de ratifier la Charte européenne par le biais d’une proposition d’une loi constitutionnelle de ratification qui pourrait être examinée par l’Assemblée nationale le 20 janvier 2014. La Charte européenne a été ouverte à la signature en 1992 ; la France l’avait signé en 1999. Des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe 33 ont signé la Charte jusqu’à présent ; 25 parmi eux l’ont ratifié (dont l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne). Le Comité permanent de la Convention du Conseil de l’Europe relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe (la dite « Convention de Berne » de 1982) a été saisi, dès 2007, de la demande d’ONG (dont Alsace Nature, France Nature Environnement, Centre de la recherche pour la protection de l’environnement en Alsace) d’ouvrir une procédure de surveillance à propos de la survie du grand hamster d’Alsace. La Convention de Berne interdit la détérioration ou la destruction des sites de reproduction ou des aires de repos des animaux sauvages. Le Comité vient de décider la clôture, temporaire, du dossier « grand hamster » en prenant note d’un rapport d’étape présenté par la France ainsi que des inquiétudes des ONG. Le Comité salue les nombreuses mesures consenties par les autorités, mais insiste pour que la France continue de déployer des efforts pour inverser le déclin de cette espèce en Alsace, dont l’augmentation tangible de sa répartition et du nombre de spécimens ne sont pas assurés. La France est invitée à présenter un autre rapport lors de la réunion du Comité en 2015. « Vision 2018 » pour la navigation rhénane La Commission centrale pour la navigation du Rhin, la plus ancienne des organisations européennes avec siège à Strasbourg (Palais du Rhin), vient d’adopter, dans une optique de développement durable, la feuille de route pour les années à venir, destinée à la prospérité et la pérennité de la navigation intérieure. Ce document, « Vision 2018 », fixe les orientations stratégiques des Etats membres (Allemagne, Belgique, France Pays-Bas, Suisse) pour les cinq années à venir. Les trois axes principaux d’intervention envisagent : (1) la modernisation des qualifications professionnelles et du cadre social des personnels navigants, (2) la transition énergétique des bateaux grâce à des carburants alternatifs (tel que le gaz naturel liquéfié) et (3) l’intégration du transport fluvial dans les chaînes logistiques en améliorant les liaisons avec les autres modes de transport. La coopération dans le Rhin supérieur Pour 2014 la présidence de la Conférence franco-germano-suisse du Rhin supérieur est passée de la Suisse (Urs Wüthrich-Pelloli, Secrétaire d’Etat du Canton Bâle-Campagne) à la France (Stéphane Bouillon, Préfet de la Région Alsace, Préfet du Bas-Rhin). Dans le cadre de la Région Tri-nationale Métropolitaine du Rhin Supérieur (RMT), la Conférence constitue le cadre institutionnel de coopération transfrontalière entre la France, l’Allemagne et la Suisse. Son rôle est de renforcer la coopération entre les pouvoirs publics de ces trois territoires et de faciliter la vie des habitants. K.S.

12


Participation européenne à la formation des forces maliennes La formation du troisième bataillon malien par la mission européenne (EUTM Mali) a officiellement pris fin ce samedi 7 décembre. Durant dix semaines d’entrainement, le bataillon « Sigui » a « amélioré ses savoir-faire de combat de même que sa capacité à planifier et conduire des opérations dans un cadre tactique réaliste, auquel ils pourront être confrontés après leur déploiement », annonce un communiqué de presse. Le dernier exercice de formation a eu lieu du 2 au 4 décembre, dans la région du nord de Koulikoro « où des forces ennemies s’étaient emparées de la ville de Banamba, à partir de laquelle ils étaient en mesure de lancer des raids, menaçant ainsi la ville de Koulikoro ». Deux Mirage 2000, avions de chasse de la force française Serval, ont pris part à l’exercice, dans le cadre de l’évaluation des équipes TACP du bataillon (patrouille de contrôle aérien tactique). L’exercice a été un succès. Le bataillon Sigui a prouvé sa capacité à conduire une manœuvre coordonnée autonome de niveau de groupe tactique interarmes (GTIA), dans le cadre d’une offensive menée par des éléments armés.

J.C. D’après Bruxelles 2

UNE JEUNE ROBERTSAUVIENNE D’AUJOURD’HUI Angélina PANZA Fille d’un papa neuf fois champion du monde, elle pratique la boxe depuis toute petite. A 16 ans, elle a remporté le championnat de France de boxe des moins de 57 kilos. La boxe, c’est sa passion et elle ne compte pas s’arrêter là. Elle a sa licence d’amateur. Elle vise maintenant les championnats d’Europe et du monde, avec à l’horizon les Jeux Olympiques de 2016.. Après le bac elle envisage d’entreprendre des études STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives). A terme, elle souhaite reprendre la Panza Gymnothèque de son père. Bien organisée, s’entrainant régulièrement, ses résultats scolaires ont aussi progressé grâce au sport. Depuis mars, elle a gagné neuf des dix combats qu’elle a disputés.

J.C.

Comité de rédaction de la Feuille du Lauch. : Jean Jacques Bernardini, Marie Laure Beaujean, Jean Chuberre, Claude Dotter, Sylvie de Mathuisieulx, Alain Rémy, Marie Antoinette Riester, Klaus Schumann, Bernard Weyl.

13


UN ROBERTSAUVIEN D’HIER Alfred THIMMESCH un « Juste parmi les Nations » Inaugurée le 12 décembre dernier en présence de son fils Michel, la rue Alfred Thimmesch rend hommage à cet homme, reconnu comme Juste parmi les Nations en 2009, titulaire de la Médaille des Justes, ayant fait partie de ces hommes et femmes qui ont sauvé des juifs pendant la seconde guerre mondiale., Né le 29 mai 1901 à Metz en Moselle, Alfred François Adrien Thimmesch entre à l’âge de 22 ans dans la police à Strasbourg, rue de la Nuée Bleue et il préfèrera quitter l’Alsace au début de la guerre, plutôt que d’être aux ordres des Allemands. Alfred Thimmesch est donc muté en Dordogne à Périgueux, puis à Voiron en Isère. En mars 1942, il y exerce les fonctions de secrétaire de police. Il est marié et père de 4 enfants : une ainée qui décède en bas âge et trois fils. Il entre dans l’armée secrète puis devient responsable pour Voiron du groupe "Police" au sein du mouvement de résistance NAP (Noyautage des Administrations Publiques). Ses fonctions de secrétaire de police lui permirent d’établir de fausses cartes d’identité et de faux certificats de résidence à des juifs, entre 1942 et février 1944. Alfred Thimmesch sera hélas dénoncé par l'un de ses propres collègues (celui-ci sera abattu en pleine rue par un commando de résistance). Le 15 février 1944, Alfred Thimmesch est arrêté chez lui par les Allemands, accusé d’"établissement de fausses cartes d’identité". Déporté à Mauthausen en Autriche, il y meurt dans une chambre à gaz le 8 juillet 1944. A la fin de la guerre, sa veuve et ses trois garçons, âgés de 7, 4 et 2 ans, regagnent Strasbourg libérée. Au commissariat central de Strasbourg, son nom est inscrit sur la plaque en mémoire des policiers « Morts pour la France ». Il a été nommé commissaire à titre posthume. (sur la photo Michel Thimmesch et Jacqueline Mosser)

MLB

LA PAGE CULTURELLE DE LA FEUIILLE DU LÄUCH UN CAFE CULTUREL A L’ ESCALE LE 6 DECEMBRE 2013, de 18 heures à 19heures30 C’est une nouveauté et c’était la deuxième rencontre organisée dans le cadre du « café culturel « de l’Escale. C’est une initiative ambitieuse et passionnante qui permet aux habitants de notre quartier de s’ouvrir à la richesse de notre environnement culturel et d’en côtoyer pendant un moment privilégié les instigateurs. Suzanne BRAUN, professeur à l’Université Populaire de Strasbourg, et docteur en histoire de l’art a introduit la soirée en évoquant une trentaine d'histoires criminelles qui font revivre un pan insolite de notre superbe région. De Marthe Cuénat en 1860, qui défraya la chronique des temps anciens par son horreur glaçante, jusqu'aux affaires plus récentes (l'affaire Lutz ou l'affaire Aimé), en passant par le crime de l'hôtel Continental de Strasbourg et le carnage d'Allenwiller, c'est un enchaînement diabolique de crimes perpétrés dans les grandes villes ou les petits bourgs perdus. Puis, elle nous a présenté les participants et animé la rencontre devant un public gourmand de ses paroles. 14


En évoquant le premier roman publié par John BORING « Un monde sous influence », elle nous a donné à tous l’envie de nous plonger dans ce livre. Et l’auteur, chercheur au CNRS, par ses explications, nous a fait davantage encore pénétrer l’univers de ce thriller scientifique haletant qui conduit le lecteur de l’Afrique au continent américain à travers une course effrénée autour du globe...L’enquête « menée tambour battant » par le médecin de l’ OMS qui en est chargé révèle que la « folie de certains hommes n’a pas de limites ». Les connaissances de l’auteur, sa curiosité, sa passion de l’aviation, les renseignements glanés au cours de ses rencontres et de sa vie rendent ce roman d’aventure très réaliste et tout est plausible. Même la couverture du livre, un détail du vitrail de la Sainte Chapelle…fait partie de l’histoire et véhicule un message... A découvrir à la Librairie Broglie, ou par version électronique à la FNAC, ou directement chez l’auteur : http://john.boring.free.fr/ ou john.boring@free.fr Des intermèdes musicaux, interprétés par Etienne Bardon à la clarinette, ont, à deux reprises durant ces explications, captivé l’oreille des auditeurs. Suzanne Braun nous a ensuite fait changer d’univers et nous a fait découvrir celui de Jacques HAMPE, photographe professionnel : sa jeunesse marquée par la découverte de Cartier Bresson et sa passion pour les photos en noir et blanc, les scènes de la vie, celles de la rue, et la poésie qui s’en dégage…Puis son parcours à travers l’ Irlande, la Grande Bretagne et enfin Paris. La couleur utilisée beaucoup plus tard a d’abord été l’accessoire d’un usage plus documentaire de la photo et plus particulièrement de la photo « classique « d’architecture. Elle lui a ensuite permis de se révéler dans l’édition à travers des ouvrages sur l’art roman en Alsace en collaboration avec Suzanne Braun. La couleur et le numérique sont désormais au rendez vous mais sans rien retirer à la qualité de ses clichés. Il nous a montré quelques unes des photos superbes empreintes elles aussi de poésie, réalisées à l’occasion, d’un voyage au Rajasthan en 2012. Jacques Hampé nous a fait découvrir ensuite au travers de quelques « photos tableaux » remarquables une approche nouvelle et très créative à partir de détails de photos d’art nouveau à Strasbourg. Cela ressemble à une peinture abstraite et a séduit le public présent ce soir là. Il a un projet de livre avec Suzanne Braun sur la symbolique du bestiaire médiéval et un projet d’exposition de photos des no man’s land, « fouillis » urbains. Il a aussi passé à la caméra et a réalisé des DVD dont l’un sur la cathédrale. Son actualité strasbourgeoise peut vous conduire à visiter quelque tableaux- photos exposés à la Libraire « Au bonheur des livres » 11, rue du Général Castelnau. Le café culturel a été l’occasion de rencontrer un artiste et un photographe confirmés dont le talent a de multiples facettes. ! http://facebook.com/jacques.hampé Pour clore ce café culturel ce fut le tour d’Etienne BARDON d’être présenté et de se présenter. Il est déjà bien connu à l’ESCALE pour les concerts de VOLUTES qu’il y dirige lors des 4 « jeudis musicaux » qui ont lieux durant la saison 2013/ 2014. Etienne Bardon est originaire d’Angers. Son père était violoniste professionnel et parmi ses 8 frères et sœurs, 7 sont des musiciens professionnels ! La musique est sa vie et si sa carrière de clarinettiste (il a rejoint en 1969 l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg) a débuté sur un coup de tête quant au choix de cet instrument il a su le maîtriser parfaitement, ajoutant à ce talent celui de la direction d’orchestre. L’ensemble instrumental VOLUTES lui permet de faire émerger 15


de très jeunes musiciens. Et ses talents de pédagogue sont certains et évidents tant il a su captiver le public en démontant sa clarinette pour lui expliquer comment elle fonctionnait et quels sons on pouvait en tirer ! L’interprétations de quelques courts morceaux du compositeur français Claude Rozier a séduit un auditoire recueilli. Prochains concerts de VOLUTES à l’ESCALE : jeudi 13 février 2014 (musique française) Jeudi 3 avril 2014 (les cordes baroques). volutes.bardon@free.fr Venez nombreux au prochain Café culturel le 7 mars qui aura pour thème « Deux langues et cultures régionales ».

M.A.R.

LA ROBERTSAU SPORTIVE Le sport au quotidien L’activité physique au quotidien est nécessaire. Ce n’est pas une nouveauté et notre quartier nous offre de multiples possibilités sans qu’il soit besoin de s’inscrire dans un club ; Il est d’ailleurs préférable de la pratiquer en plein air ; La marche est le plus naturel des sports et si notre forêt nous offre de multiples petits itinéraires, de nombreux autres possibilités existent et en particulier le long de l’Ill et du Muhlwasser. Vous pouvez la pratiquer seul, mais aussi de manière plus conviviale en groupe. C’est ainsi que vous pouvez rejoindre le groupe du Centre Social et Culturel l’Escale qui part chaque mardi à 10 heures pour une promenade de deux heures. Les parcours de santé se multiplient et chacun connait celui du « Fuchs am Buckel ».Un nouveau, très complet et tout aussi agréable a été créé le long de la rive ouest de l’Ill, avec un départ au pont Phario ; « Le parcours des deux rivières ». Mais, n’importe qui peut se faire un parcours improvisé personnel et adapté, en utilisant le mobilier urbain. La Feuille du Lauch N°11 en a proposé un à ses lecteurs dans une ancienne Feuille. Il serpente le long du Muhlwass er et de l’Ill, à partir du parking du cimetière nord.

Montaigne nous a bien dit : « Mes pensées dorment si je les assis. Mon esprit ne va si les jambes ne l'agitent. » J.C. 16


LES FANTÔMES DE LA PETITE ORANGERIE Une ombre regarde passer quelques promeneurs en cette fin d'après-midi de dimanche. La nuit est déjà presque tombée. Une jolie femme enceinte, un peu essoufflée, s'appuie sur le tronc d'un arbre. Elle contemple le nouveau Foyer Protestant. L'ombre se glisse souplement près d'elle. J'aime bien ce genre de construction moderne... murmure la jeune femme. - Moi aussi, souffle l'ombre. - Qui me... oh ?! Mais !!! fait la jeune femme. Je crois bien que je viens d'avoir une contraction ! - Si vous accouchez à Sainte Anne, ayez une pensée pour moi ! J'ai dressé les plans de la clinique, d'ailleurs construite sur mon ancienne propriété... on appelait encore celle-ci à cette époque le «Reiwelsguet», ou encore le «Reibellsgut». - Bon, la rue du Commandant Reibel n'est pas très loin, mais est-ce que je vais y arriver à pieds ? - Quel chantier magnifique ! Elle s'est rapidement développée, mais à l'origine, la structure pouvait accueillir une cinquantaine de parturientes, dans de belles grandes chambres, toutes pourvues d'un balcon ! Comme ces dames aimaient s'y installer, avec leur poupon, sur une chaise longue... - Aïe aïe aïe ! Il faut que je m'assoie ! Où est mon téléphone portable ? Ah le voilà ! Allo chéri ? Viens viiiite !!! - Il y avait aussi une ferme, une basse-cour et un grand verger ! Cela permettait d'offrir aux personnes hospitalisées des produits tout frais et d'excellente qualité... bien vu, non ? - Oh la la ... Encore une contraction... ce n'était pas supposé s'accélérer si vite ! Bon. Mon chéri va arriver... pourvu qu'il puisse se garer sur le petit parking entre la bibliothèque et l'église... moi, pour le moment, je ne bouge pas ! - Il ne s'agissait pas de faire concurrence à l'Hôpital Civil : sa maternité était déjà surchargée de travail ! Le but était plutôt d'offrir une alternative aux jeunes femmes catholiques. Les dames juives et les protestantes avaient déjà, qui la clinique Adassa, qui le diaconat, vous comprenez... - Oh mon Dieu, mondieumondieumondieu, faites qu'il ne traîne pas trop !!! - Le public visé était plutôt la classe moyenne de la ville, comme de ses faubourgs... en fait, même du département tout entier ! - Mais qu'est-ce qu'il fiche ? Il n'est pourtant pas si loin que ça.... - L'emplacement était idéal : au vert, pas trop loin de la ville, mais parfaitement bien desservi, vous allez rire, grâce au... tramway ! - Ah, le voilà ! Ouf ! Les contractions se sont calmées... mais c'est bizarre, j'ai un peu les oreilles qui bourdonnent, moi.

Merci à Monsieur Charles Théophile Berst - dit "Théo" - pour son concours involontaire.

S.D.M.

17

Feuille du lauch n°16  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you