Page 74

/ SAVE THE DATE

Save t e th e da Danse Concert

LËTZEBUERGER DANZPRAÏS Depuis 2011, le ministère de la Culture décerne à rythme bisannuel le Lëtzebuerger Danzpraïs, doté de 5000 euros, à un(e) jeune danseur(euse) ou un(e) chorégraphe, s’étant distingué(e) dans son domaine et pouvant déjà se prévaloir d’une attention internationale pour une prestation au moins. Ce prix vise à encourager la création chorégraphique contemporaine ou le mérite artistique d’un jeune danseur au GrandDuché de Luxembourg. En 2017, le jury du Lëtzebuerger Danzpräis avait attribué cette récompense à Simone Mousset, « pour reconnaître le mérite d’une jeune chorégraphe courageuse, dont la démarche artistique singulière développe un message sincère et original. Le jury félicite la lauréate et l’encourage à poursuivre dans cette voie. » Le 3 octobre, aux TROIS C-L – Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois www.danse.lu

©Paulo Lobo

©Bohumil Kostohryz

Danse

EX(S)ILIUM OR DOWN THE RABBIT HOLE SOLO Sylvia Camarda est danseuse et chorégraphe. Sa nouvelle production est une nouvelle démonstration de la vitalité et de la créativité qu’elle met dans ses créations. Elle se focalise autour d’un personnage central hélas typique de l’histoire et du présent de nos sociétés: un dictateur. Il est comme une synthèse de plusieurs d’entre eux, si tragiquement représentatifs: Staline, Kadhafi, Hitler, Idi Amin ou Saddam Hussein. Ces êtres-là sont en quelque sorte toujours en «exil»: soit que, fous d’orgueil ou paranoïaques, ils se mettent eux-mêmes volontairement à l’écart du commun des mortels, soit que, le temps de la révolte venu, ils soient bannis du monde des hommes. Mais leur rêve, toujours, est de briser cet exil, de revenir, de s’imposer à nouveau, mais pas seulement par la force. L’homme a besoin d’être reconnu. Le dictateur lui aussi, et il va tenter de convaincre. C’est là que Sylvia Camarda surprend. Son dictateur est allé « down the Rabbit Hole » ; il est, comme dans Alice au Pays des Merveilles, passé de l’autre côté du miroir. Son discours est absolument et définitivement inattendu. Pour installer scéniquement son solo, Sylvia Camarda va collaborer avec Ingo Groher, un scénographe consacré notamment par son travail avec le duo Zimmermann & de Perrot. Les 4 et 5 octobre à 20h, au Grand Théâtre www.theatres.lu

74 / #HAVE FUN

NO METAL IN THIS BATTLE No Metal In This Battle est un quartette afro post-punk qui va chercher ses influences au fin fond de l’afro-beat tout en s’entrelaçant à du post-rock, du math-rock, tout ça avec une pincée de punk (dans l’attitude). Une rencontre improbable entre du Tony Allen, 90 day men, Tortoise et Fugazi. Pour l’album Paprika, le groupe mise sur davantage de groove. Tvesla est un trio luxembourgeois. Sa musique instrumentale est un cocktail explosif à base de noise-rock agrémenté de mélodies contagieuses et d’une section rythmique endiablée. Le 6 octobre, aux Rotondes www.rotondes.lu

Fm185  

Femmes Magazine 185 is out!

Fm185  

Femmes Magazine 185 is out!