Page 113

CAS D'ÉCOLE /

lieu choisi pour travailler. Que ce soit un coin dans la cuisine ou un bureau dans la chambre, cet espace doit être clair, aéré et dépourvu de distractions diverses. J’entends par là que travailler devant la télévision ou avec le téléphone sous les feuilles ne peut en aucun cas favoriser la concentration, quelles que soient les raisons invoquées. C’est du sabotage ! Il est vrai que vous ne pouvez pas être constamment présents lors des devoirs, mais vous pouvez instaurer des emplacements pour garder ce « Saint Portable » à une distance respectable de la table de travail. Une saine habitude à acquérir, rien de plus.

fiable et chaque tâche scolaire revêt un intérêt pour la suite de l’année. Ainsi, consulter ses devoirs, vérifier le contenu de son sac ne suffisent pas. Comme un moteur en rodage, le cerveau gagne en élasticité et l’élève, en curiosité et en sécurité. L’attitude « Je ne vais quand même pas refaire ce que j’ai fait l’année dernière ! » est un puissant saboteur également. Ce premier trimestre est l’occasion de consolider certaines notions, de les revisiter avec davantage de maturité et une mise à distance qui apporte souvent une nouvelle compréhension.

L’organisation temporelle, quant à elle, regroupe l’emploi du temps scolaire et celui des activités familiales, sportives et culturelles. Assurez-vous que vos enfants n’aient pas un emploi du temps ministériel qui risquerait de les épuiser très rapidement. Tous ne supportent pas la même charge, chacun dépense son énergie différemment, mais la tentation est grande de les confronter à un très grand nombre d’activités. Il ne s’agit pas de se cultiver par procuration, restons conscients, ou de devenir champion de tennis à travers nos enfants, mais de respecter leur équilibre. Tant d’enfants se reposent en classe de contraintes extrascolaires, certains finissent même par s’endormir ! Leurs nuits, face à la demande croissante de rentabilité dans tous les domaines, ressemblent à de grands champs de bataille et la désaffection scolaire guette. Il va falloir jongler entre devoirs et activités, une situation épuisante pour tous qui laisse peu de place au dialogue familial, entre autres. Un enfant reposé s’épanouit, on le sait.

Réviser le soir même la leçon, le résumé, tout écrit de la journée,

2 On prend de saines habitudes de travail, rentables

Même si ce début d’année vous semble aborder des notions déjà travaillées, que certains vous parlent de révisions, misez sur l’entraînement du cerveau. Ce premier trimestre doit générer une mise en route

Alors, courageusement et avec la plus grande curiosité, on s’entraîne à :

Réinvestir les leçons dans des exercices d’application pour vérifier que l’on a compris, Corriger ses erreurs, Mettre au propre les notes prises trop vite, Schématiser certaines leçons, Mémoriser des contenus, Parler à haute et intelligible voix pour être compris. C’est ainsi qu’une fois ces habitudes ancrées, le travail intéressant peut commencer. Apprendre à apprendre pour soutenir sa curiosité face aux savoirs et savoir-faire à acquérir est plus que bénéfique, c’est même productif.

3 On comprend les attentes des enseignants et des programmes Avoir connaissance des compétences à acquérir en fin d’année en termes de connaissances et de savoir-faire est nécessaire afin que l’élève ou l’étudiant ait conscience de l’effort à fournir pour atteindre les objectifs. De plus, cela donne du sens à tout apprentissage. Si vous ne voyez pas la cible, lancerezvous la fléchette ? C’est le moteur de la motivation. Savoir à quelles fins on apprend ou on s’exerce est indispensable au partenariat-école-élève. De même, #TRIBU / 113

comprendre quel type de travail chaque enseignant attend, que le contrat soit implicite ou clairement défini, est important. Ce ne sont pas des fantaisies d’enseignant, mais un contexte de travail qui permet de développer des aptitudes et des connaissances. L’élève et l’enseignant ont chacun la responsabilité de gérer, pour partie, les savoirs. C’est un système d’obligation réciproque. Ce système n’existe plus dès lors que l’on « consomme » l’école comme tout bien de consommation courante, car l’élève se place alors dans une situation d’attentes qui ne peuvent être satisfaites. Vous l’aurez compris, le rôle de l’enseignement n’est pas de remplir des têtes, mais de stimuler la curiosité et les interactions nécessaires au développement intellectuel et physique des élèves. Bon premier trimestre.

À découvrir Pour les parents, « S’organiser pour réussir, ou l’art de l’efficacité sans le stress », un livre de David Allen qui pourrait bien vous plaire. « Coach collège », un livre de Jérôme Saltet, propose une démarche originale à des adolescents en quête d’organisation de travail Pour enfants et adolescents, « Objectif Mémoire » un livre d’Hélène Weber pour nourrir leur curiosité

Fm185  

Femmes Magazine 185 is out!

Fm185  

Femmes Magazine 185 is out!