Issuu on Google+

Sur les 5 dernières années, la santé des Français a été sacrifiée sur l’autel d’une idéologie financière : celle de «l’hôpital-entreprise» qui a maltraité l’accès aux soins, l’hôpital public et mal géré les crises et le budget de la Sécurité Sociale.

¢avec des difficultés croissantes

d’accès aux soins :

50% des soins courants ne sont plus remboursés (70% des soins dentaires et 96% des soins optiques sont payés par le patient), ce qui oblige de plus en plus de Français à sacrifier leur santé pour des raisons économiques. La nouvelle taxe votée sur les mutuelles va encore agraver cette situation.

¢avec un hôpital public malmené et

¢avec une irresponsabilité financière

criante :

On a laissé se cumuler depuis 2009 les déficits de la Sécurité Sociale (37 milliards d’euros) remettant en cause l’avenir de notre système de protection sociale.

¢avec une mauvaise gestion des

crises :

Tant sur le «Mediator» que sur les prothèses mammaires PIP, le gouvernement de SARKOZY n’a pas Des coupes budgétaires sévères et des réductions pris les bonnes mesures au bon moment (sans importantes d’effectifs conduisent à une véritable parler du fiasco de la grippe H1N1). souffrance de la part des personnels de santé dont les résultats sont systématiquement jugés avec les Notre Région dans le Rouge critères du secteur privé (d’abord la rentabilité) sans • Déficit important de généralistes et de tenir compte du service public rendu. spécialistes.

brutalisé :

• Accès difficile à la santé en milieu rural • Taux de mortalité élevé (cancer et voies respiratoires). • Une précarité qui accentue les problèmes de santé.

La santé est notre bien commun,

Défendons la !

Refusons la mainmise de l’argent

sur l’hôpital public et la santé des Français


La santé est notre avenir

Les engagements de François HOLLANDE Mieux garantir • Equilibrer et péréniser notre modèle de protection sociale si important pour les Français. • Renforcer le régime obligatoire et débattre de la place et du rôle des mutuelles. • Baisser le coût des médicaments. • Encadrer les dépassements d’honoraires. • Protéger mieux le droit des patients.

Mieux soigner

Mieux prévenir • Définir des priorités de santé publique (Alzheimer, Cancer). • Concentrer des politiques de santé sur certains publics : sur les 60 000 postes créés en 5 ans, une partie ira vers la prévention et la médecine scolaire. • Contribuer à une politique de santé efficace pour l’enfant et l’adolescent (obésité, alimentation). • Permettre aux personnes âgées de rester le plus longtemps à leur domicile et réorganiser les soins autour de la perte d’autonomie dans chaque territoire. • Garantir l’accessibilité du système de santé mentale en renforçant le dépistage, les capacités et le service en ville. • Soutien à la recherche en matière de santé environnementale et au travail.

Rétablir le service public hospitalier : • en mettant fin à la convergence tarifaire entre public et privé, • en facilitant une prise en charge de l’urgence (aucun territoire à plus de 30mn d’un centre d’urgence), • en négociant un pacte social à l’hôpital prenant en compte la promotion sociale, les conditions de travail, les contraintes liées à l’organisation territoriale, • en coordonnant l’hôpital avec le secteur médico-social et la médecine de ville afin que le médecin de ville retrouve toute sa place auprès du patient, • en organisant mieux l’offre de soins de proximité qui doit être garanti, • en limitant les installations nouvelles de medecins en zones fortement excedentaires, • en faisant évoluer les rémunérations pour prendre en compte la prévention, la qualité et la proximité, • en changeant le modèle de formation universitaire des jeunes médecins trop centré sur le système hospitalier, • en réformant le parcours et la carrière des jeunes chercheurs.

Protégeons l’hôpital public et le service public de la santé


Avec Sarkozy - La santé mise à mal !