Page 1

Fédé05

3/08/10

15:04

Page 1

Revue de la Fédération des Détaillants en Chaussures de France Septembre 2010 - numéro 5

Une vraie politique sociale Avoir une politique sociale, c’est une des fonctions majeures d’une fédération car les décisions prises sont déterminantes pour notre métier. Il en va des implications de la politique salariale au sein même de nos TPE par l’application de la convention collective. Nous devons avoir à l’esprit, d’une part, la pérennité de nos entreprises par notre savoir-faire, notre professionnalisme et, d’autre part, donner confiance à nos salariés en leur assurant des perspectives dans leur évolution de carrière. L’alchimie de la réussite d’une entreprise repose sur deux éléments : le chef d’entreprise, qui doit avoir une connaissance parfaite de la situation économique, du marché, de l’évolution de ses collections et, globalement, d’un cap à maintenir, et les salaires (les forces de vente) qui apportent par leurs compétences et leur implication l’assurance de l’évolution de leur emploi et sont liées intrinsèquement au développement de l’entreprise. Pour réussir, il faut qu’en amont notre branche soit constructive et dynamique en commission paritaire. Il faut que le respect, la tolérance, la compréhension, le dialogue, règnent en permanence pour qu’à terme, le consensus l’emporte. A ce jour, nous pouvons dire, à la lecture des accords listés ci-dessous, que nous avons tous œuvré et bien œuvré dans le bon sens. . 5 négociations salariales depuis 2000 . Accord sur les 35 heures (Avenant du 14 novembre 2001) . Accord sur la formation tout au long de la vie (Accord du 25 octobre 2005) . Instauration du régime de prévoyance (Avenant 64 du 6 octobre 2008) . Intégration du CQP dans la grille de classification (Avenant 65 du 6 octobre 2008) . Portabilité de la prévoyance (Avenant 66 du 12 octobre 2009) . Accord sénior (Accord du 14 décembre 2009) Je pense que nous pouvons remercier nos partenaires sociaux pour leur attention à l’évolution de notre branche et donc de notre profession, car sans cela aucun accord n’aurait vu le jour. Ils sont conscients et convaincus du rôle de nos entreprises dans la vie de tous les jours, de notre rôle sociétal au sens de nos centres-villes, quartier ou autre, et de notre rôle social pour les emplois de proximité que nous créons. Je peux les féliciter de leur pragmatisme et de leur prise de conscience car tous les modules de formation (plus de 1 500 en 7 ans) n’auraient pas vu le jour sans leur accord, lesquels ont été mis en oeuvre dans le seul but de conserver notre savoir-faire. Et aujourd’hui, cela continue avec la mise en œuvre du Certificat de Qualification Professionnelle, dans le cadre des contrats de professionnalisation qui peuvent être simplement généralistes mais aussi spécifiques à notre profession, certificat reconnu par l’Education Nationale et remis par un jury paritaire. Une innovation unique à ce jour dans les métiers du commerce de l’équipement de la personne. Une première opportunité offerte à tous nos collègues qui souhaitent apporter une plus-value au savoir-faire de nos jeunes salariés, garant de notre pérennité professionnelle. Vous pouvez constater que, sans que chacun des partenaires ne perde de son identité ou de ses convictions, le consensus et l’esprit de cohésion l’emportent pour une véritable politique sociale. Ceci dans un souci d’équité, sachant que l’un ne peut exister sans l’autre, dans l’intérêt commun de l’avenir de l’entreprise et de l’emploi. Jean-Pierre FABRE, Président

Sommaire 2 La formation, un enjeu pour la profession 4 Tableaux des charges sociales et indices 5 C’est quoi ça ? Une vache à lait ? 6 www.chaussure.org 7 L’Assemblée Générale de la Fédération à Strasbourg 8 Actualité & Petites annonces

Formation : un CQP spécifique à la chaussure.

Découvrez notre nouveau site, WWW.CHAUSSURE.ORG. Celui-ci, beaucoup plus interactif, vous fournira nombre de documents à télécharger, contrats de travail, lettres types, etc. Votre journal sera aussi disponible en ligne ainsi que les dernières informations sociales. Nos partenaires disposent d’un espace avec liens directs sur leur site. Une question, un témoignage, n’hésitez pas à nous les faire partager sur la rubrique QFP. Jean-Pierre GONET

www.chaussure.org


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 2

La formation, un enjeu pour la profession Un constat inquiétant Le rapport de branche de 2009 qui établit le bilan économique et social de la profession montre que 30 % des salariés ont atteint le niveau de fin de scolarité obligatoire, 42 % le niveau CAP/BEP, 20 % le niveau BAC, enfin 9 % le niveau enseignement supérieur. Globalement, le niveau de formation initiale de la branche est inférieur à la moyenne des branches. En outre, en 2010, seuls 18 % des employeurs envisageaient de faire suivre une formation à leurs salariés, ce taux passant même à 13 % pour 2011. L’appétence pour la formation semble globalement assez faible. En somme, une profession peu formée, relativement âgée, qui risque de devenir peu attractive.

Une politique formation renforcée Dans ce contexte notre Fédération veut impulser une politique formation dynamique, efficace et innovante pour mieux affronter les défis auxquels nous sommes confrontés. Consciente de l’importance des enjeux pour la profession, la Fédération a mis en place avec le concours de l’AGEFOS plusieurs modules de formation continue d’une journée. Il s’agit essentiellement de formations continuées, courtes, qui s’adressent aux salariés pour assurer des compléments de formation dans des domaines variés. Ces formations sont accessibles dans le cadre du plan formation de l’entreprise et du DIF (Droit Individuel à la Formation).

Une formation originale créée par les détaillants pour les détaillants Pour autant, la Fédération s’est aussi préoccupée de la formation initiale des personnels, qui est déterminante. Faisant le constat que les formations initiales existantes : CAP vente, BEP, Bac pro ou BTS formaient davantage aux techniques de ventes qu’aux produits elle a souhaité « inventer » une formation spécifique à la vente de produits chaussant. Ce travail s’est concrétisé par la création et la mise en place du Certificat de Qualification Professionnelle « Vendeur chausseur expert » mieux adapté à nos attentes et à l’évolution de nos métiers que les formations initiales et les diplômes existants plus généralistes. Véritable atout pour la profession, ce CQP reconnaît et valide une qualification professionnelle. Il s’agit au-delà des techniques de vente de former au produit et au pied pour mieux répondre aux besoins spécifiques de nos clients. Ce CQP insiste sur l’aspect service-conseil de la profession et doit permettre de se démarquer de nos concurrents. Le CQP n’est pas un diplôme de l’Education nationale. C’est une certification de branche reconnue par la convention collective de la FDCF. Il a été créé par les détaillants pour les détaillants. A terme, il sera accessible par le biais de la Validation des Acquis de l’Expérience. Il s’agit d’une formation par alternance associant formation en centre et mise en perspective en entreprise.

Un transfert de la formation sur 5 lieux En septembre prochain, la formation va être donc être redéployée dans le cadre d’un contrat de professionnalisation dans plusieurs régions : l’Alsace à Strasbourg, l’Aquitaine à Pau, l’Ile-de-France à Paris, le Nord à Lille et la Bretagne entre Rennes et Fougères

Mode d’emploi La formation s’adresse aux entreprises qui souhaitent recruter un jeune de moins de 26 ans désirant compléter une formation de niveau CAP ou BEP vente, en bénéficiant des avantages du contrat de professionnalisation (formation en alternance) et du maintien des aides exceptionnelles à l’embauche des jeunes, mais aussi à celles qui souhaitent compléter la formation de leurs salariés dans le cadre d’une période de professionnalisation. Il s’agit d’une formation en alternance, associant formation théorique et pratique en centre et acquisition de savoir-faire en magasin. La formation en centre est d’une durée de 450 heures – soit 13 semaines – réparties pendant les périodes de moindre activité de l’entreprise. La formation va démarrer dès octobre 2010. Le Greta peut vous aider pour recruter en présélectionnant des jeunes en fonction des critères réglementaires et des profils… Un contrat écrit est

2 - Le journal du Détaillant - Septembre 2010

conclu pour une durée de 10 à 12 mois. La rémunération : le salarié reçoit une rémunération en fonction de son âge et de son niveau de formation : - de 55 à 65 % du SMIC pour les moins de 21 ans ; - de 70 à 80% du SMIC pour les jeunes de 21 à 25 ans ; - au SMIC pour les plus de 26 ans.

Les avantages . Une formation créée pour la profession, adaptée aux évolutions de nos métiers comportant une formation au produit (les matériaux, la structure, le montage, le contrôle qualité), au chaussage (le pied, la morphologie, les points sensibles, les pathologies, …) et aux techniques de vente... complétée par la formation dans l’entreprise. . Un mode de recrutement efficace, des stagiaires vite opérationnels. . L’opportunité de tester le jeune pendant un an. . Un calendrier calé sur les temps forts de l’entreprise. . Des conditions financières favorables : _ Le bénéfice d’aides exceptionnelles : 2 000 € sont accordés pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans n’ayant pas le niveau BAC. - Les frais de formation pris en charge par l’AGEFOS PME. - Une participation au financement des frais de déplacement et d’hébergement par l’AGEFOS à hauteur de 1 280 € et la mobilisation possible en fonction de difficultés particulières liées à l’éloignement des centres de formation de fonds formation. - Exonération des cotisations patronales selon les conditions en vigueur à la date de signature du contrat. Martine BESSEC Si vous le souhaitez, le Greta peut vous aider pour recruter en présélectionnant des jeunes en fonction des critères réglementaires et des profils. Contactez le Greta le plus proche qui vous accompagnera dans vos démarches Lille : Claire VERTENEUIL (03 20 74 67 10) Paris : Chantal BOSSUET (01 53 01 93 40) Pau : André RIBAUT (06 72 93 58 41) Rennes Fougères : Ingrid IBOUZIDENE (02 99 75 35 84) Strasbourg : Marie France PRESI (03 88 40 77 15)

FORMATION VENTE-CONSEIL DETAILLANTS CHAUSSURE Salon Mess Ar ound à Paris Porte de Versa illes, du 5 au 7 septem bre 2010, Hall 6, Stand D36.

La capacité des vendeurs-vendeuses à conseiller efficacement le client en magasin représente un réel avantage concurrentiel.CTC a conçu un programme de formation spécifique articulé en deux modules : Module 1 : La chaussure et le pied Module 2 : Techniques de vente essentielles Module 1 : Films - Nombreux échantillons : matières, composants, chaussures - Elaboration de fiches techniques produits - Support pédagogique - Remise d’un ouvrage en fin de session « La chaussure sous toutes ses coutures ». Module 2 : Exercices vidéos - Evaluation des acquis - Construction d’argumentaires de vente Des sessions dans 11 villes en France, de septembre 2010 à mars 2011. Plus d’informations sur www.ctc.fr ou Service Clients Formation CTC : 04 72 76 10 02 Organisme de formation spécialisé dans les domaines de la chaussure, du cuir et de la maroquinerie, CTC dispense depuis 10 ans des formations sur-mesure pour les spécialistes de la distribution chaussure. Ces stages pratiques, conçus pour les détaillants en chaussures et pour leurs équipes de vente, favorisent l’appropriation des fondements théoriques ainsi que le respect du processus de décision d’achat et de fidélisation du client en magasin.


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 3

La Fédération, acteur du paritarisme Le paritarisme dans le domaine social organise les relations entre employeurs et représentants des salariés de la branche des Détaillants en chaussures. Il induit la création de commissions qui réunissent à parité Représentants des Entreprises et Représentant des Syndicats de salariés : la Commission Paritaire Nationale (CPN) et la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle CPNEFP) sont ainsi composées de un ou deux membres des organisations syndicales (CFTC, CFDT, CGC, CGT, FO) et d’un nombre équivalent de représentants des employeurs. Des décisions importantes impactant la gestion de l’entreprise peuvent résulter des négociations : - De la CPN dépend ainsi le contenu de la Convention collective, le niveau des rémunérations, l’application des lois (Accord 35 heures, Accord formation, …). - La CPNEFP définit les axes prioritaires de formation, promeut des actions de formation, anime un observatoire chargé de suivre l’emploi et les qualifications. La CPNEFP a par exemple élaboré un CQP « Vendeur Cchausseur expert », elle permet d’offrir des modules courts de formation à un prix réduit. Elle contrôle l’emploi des fonds collectés par l’AGEFOS PME. Le paritarisme implique des négociations parfois stressantes compte tenu des enjeux. Il est, par exemple, difficile aujourd’hui, connaissant les difficultés des détaillants et les incertitudes liées à la crise, de faire accepter aux syndicats de salariés une modération salariale. Il est prenant : une douzaine de jours par an auxquels s’ajoutent les séances de préparation avec l’avocat conseil de la Fédération, Maître

Lapalus. Il est très varié et nécessite un fort investissement intellectuel sur des sujets auxquels un détaillant n’est pas toujours préparé : nouveaux textes législatifs sur la formation, sur les périodes d’essai, la classification des emplois, … La délégation patronale est menée par Jean-Pierre Fabre, accompagnée de Daniel Beaufre, Jean-François Bessec, Philippe Daquai, Emmanuel Kochmann, Jean Papillon et Jacques Peyratout. Viennent d’être signés un accord sur l’égalité professionnelle homme femme, un accord Sénior, un accord sur la portabilité de la prévoyance, un accord sur les salaires.

Jean-François BESSEC

Le chiffre du mois : 9 170 salariés ont suivi les formations à 20 euros du programme de la Fédération et des partenaires sociaux. Les journées ont été assurées par Michel Fourneyron, Alain Madec et une petite partie par le CTC. Rappel : pour organiser une formation, nous avons besoin au minimum de 6 vendeuses ou vendeurs salariés. Un certain nombre de villes et de dates sont proposées mais il est tout à fait possible de vous organiser à plusieurs détaillants indépendants pour réaliser cette formation dans votre ville ou tout près de chez vous. Prenez contact avec la Fédération ou les formateurs directement pour organiser cette journée financée par les Agefos PME. Le coût reste de 20 € par personne/jour, y compris le local (qui peut être votre magasin un jour de fermeture), les documents fournis et le repas de midi. Profitez de cette opportunité pour être au top de l’accueil, du service et du conseil ! Ph. D.

AVIS D’EXPERTS « Le chausseur est le maillon incontournable entre le fabricant et le client. Le conseil et le service doivent être au cœur de son métier. Les particularités dominantes du pied doivent servir de base de recherche et d’ouverture à une proposition d’un ou plusieurs modèles. Le chausseur doit connaître le chaussant de son parc de formes pour orienter la vente vers des modèles adaptés au profil du pied et pour mieux choisir ses collections. L’emploi d’un vocabulaire simple et précis, basé sur les connaissances générales du produit, permettra au chausseur d’argumenter sa proposition auprès du client. La formation de chausseur est un atout majeur dans la relation avec la clientèle. La qualité du service et la fidélisation de la clientèle sont au cœur des sujets que j’aborde dans mes formations. Leur objectif est de permettre aux vendeurs et responsables de magasin de développer le professionnalisme des vendeurs en proposant un service de qualité. Elle s’adresse aux magasins généralistes et spécialisés. » Alain Madec Tel : 04 78 33 12 62 - Fax : 04 86 55 60 76 - AlainMadec.com - contact@AlainMadec.com

« En ce qui concerne MFC, je pense en toute objectivité, avec 5 ans consécutifs de formation et de perfectionnement au service du Détail Spécialisé, en collaboration avec mes deux complices professionnels, Sandrine BESNARD pour le pied et Marc Le ROUX pour le produit et moi-même pour la vente, que je peux discourir sur le sujet avec une certaine autorité. C’est la raison pour laquelle j’affirme que notre branche d’activité est plus inquiète que d’habitude sur son devenir.

Ainsi, vu la conjoncture, une météo défavorable continue, et sans se lancer dans un défaitisme stérile, plusieurs chausseurs et non des moindres, en arrivent même à remettre en cause les 4 piliers de leur entreprise que sont : la Gestion, le Marketing, le Merchandising et le Management. Il semblerait, comme le disent beaucoup de mes confrères formateurs, toutes branches d’activités confondues, que l’on revienne aux fondamentaux. Je partage assez bien leurs analyses. C’est ainsi que certains voire plusieurs dans la profession du détail, de toutes importances et de toutes gammes, croient encore que l’informatique réglerait dans l’absolu pratiquement tous leurs problèmes. De manière quantitatif, il est vrai, que ce «lave vaisselle de gestion» compte vite et bien, mais il ne règle pas ou peu le côté qualitatif du type : ambiance, motivation, états d’âme du consommateur, réponse aux objections commerciales et techniques, baisse du taux de fréquentation, etc. A ce jour, beaucoup de responsables ne vendent plus (les clients les fatiguent). Pire, ils ne passent pas par la porte d’entrée du point de vente. Ils gèrent le ou les magasins à partir, je schématise, de deux écrans plats : l’un pour la gestion, l’autre pour la surveillance de l’espace vente. Et le client dans tout cela ?… Les freins à la formation et au perfectionnement malgré tout ce qui a été dit cidessus restent tenaces et multiples aussi bien pour les petites affaires (problèmes pour libérer du personnel) que pour certaines vieilles entreprises de toute importance, qui deviennent sans s’en rendre véritablement compte «has been». Nombrilisme béat et St Thomas mélangés sont passés par là, et qui admettent difficilement tous ces changements, voire ces bouleversements. Je reste avec mon équipe à leur disposition pour en parler. » Michel Fourneyron Tel/fax : 04 77 32 85 78 - www.mfchaussure.com - michel.fourneyron@wanadoo.fr

Le journal du Détaillant - Septembre 2010 - 3


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 4

Charges sociales et fiscales sur salaires au 1er Janvier 2010

4 - Le journal du Détaillant - Septembre 2010


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 5

C’est quoi ça ? Une vache à lait ? Elle habite dans une niche fiscale ? Une vache, tu connais ! Elle a quatre pattes, des cornes, fait « meu » et a des pis qui donnent du lait. Les ingénieurs disent que le trou dans l’ozone provient des bouses de vaches… Toi qui habites Paris et ne vas que rarement à la campagne, tu vas au Jardin d’Acclimatation, et là tu verras « deux vaches ». Attention, il n’y en a que deux pour 11 millions d’habitants ! C’est dans le fond du Jardin à côté des cinq Lama. Et oui, il y a plus de Lama que de vaches ! Mais en fait il y a 11 millions de vaches à lait pour Paris et sa région contre 2 vaches bovines !

Alors c’est quoi une vache à lait ? Ca a deux jambes, deux pieds avec des chaussures (des chaussures ! ) et non des sabots, c’est plus pratique pour courir dans les couloirs du métro, train ou RER. Ses bras sont là pour porter ses achats effectués dans les supermarchés après de longues attentes aux caisses qui suivent une journée de travail agrémentée, très souvent, de deux heures de transport. La vache à lait ne se repose pas dans les prés, elle se repose le dimanche seulement (sauf si elle habite dans une région touristique, car dans ce cas elle travaille aussi), mais a un point commun avec la vache bovine : elle se fait traire, mais de manière différente. Si on prend du lait à l’une on prend son argent à l’autre. On l’exploite à volonté pour en obtenir des avantages financiers comme à une vache à qui on tire son lait sans qu’elle s’en plaigne.

Dommage, car il existe un abattement spécial sur les plus values lors des cessions d’un cheval de course (2 millions d’euros). En Corse, 16 taux particuliers… pour différents produits consommés ou utilisés (180 millions d’euros).

Si je gagne de l’argent, moi aussi je suis une vache à lait dans mes niches ? Oui, il y a la TVA à 5,5 % pour tes travaux (5 milliards). Et aussi les assurances vie et les avantages pour les produits financiers créés par J.-F. COPE, qui est la niche fiscale la plus coûteuse car elle est incalculable ne sachant pas combien de contribuables en bénéficient, surtout pour ceux qui ont de hauts revenus. Il y a aussi l’emploi d’un salarié à domicile (3 milliards d’euros) ; et les lois ROBIEN et BESSON pour les déductions dans l’immobilier locatif (80 millions d’euros) ; et la défiscalisation des investissements productifs dans les DOM-TOM (550 millions d’euros pour seulement 9 900 contribuables). La TVA à 5,5 % dans la restauration est une niche très controversée et sera certainement reconsidérée en 2012 car elle a surtout apporté de nouvelles marges à nos restaurateurs. Il ne faut pas oublier les niches verticales ou horizontales.

C’est compliqué ? c’est quoi ça encore ? Les niches verticales sont des niches actives dans lesquelles tu optes pour une démarche d’investisseur. Il faut créer un montage juridique spécifique pour réaliser l’opération envisagée. Cette niche représente la contrepartie assurée par l’Etat pour ton risque pris dans un investissement (exemple : les investissements industriels ou locatifs dans les DOM-TOM). Les niches horizontales ou niches passives correspondent à une fiscalisation des dépenses budgétaires. C’est quand même simple.

Elle habite où la vache à lait ? Cherche un peu, c’est facile : dans l’immensité des niches fiscales, bien sûr. Il y a 468 niches fiscales en 2010, c’est suffisant pour 11 millions d’habitants. Car chacun en connaît au moins une. Pourtant, on entend sans arrêt qu’il faut les supprimer.

C’est quoi une niche fiscale ? C’est le résultat d’une volonté politique pendant les périodes de déficit chronique, c’est un coût ou un manque à gagner pour l’Etat, ce coût est même plus élevé que ce que rapporte l’impôt des particuliers, et c’est pour ça que nos ministres veulent les supprimer et récupérer les 75 milliards d’euros de manque à gagner contre 52 milliards payés en impôt.

Il y a des niches fiscales pour la chaussure ? Oui, car au fil du temps les gouvernements les ont empilées pour aboutir à une situation totalement confuse. Nous avons en premier la prime pour l’emploi concernant 9 millions de salariés modestes pour 3,3 milliards d’euros. Puis les heures supplémentaires défiscalisées. Le crédit d’impôt à la recherche pour nos fabricants, nos tanneurs, nos laboratoires chimiques et autres industries (4 milliards d’euros) Une usine peut s’installer dans des ZUS (zone urbaine sensible) ou des ZFU (zone franche urbaine) pour bénéficier des exonérations d’impôts sur les bénéfices, de charges sociales et patronales pendant 9 ans). Tu as un cheval de course ? tu habites en Corse ? Non.

C’est possible de ne pas payer d’impôts grâce aux niches fiscales ? Les niches fiscales sont critiquées par la frange de population qui ne peut en bénéficier et défendues par leurs bénéficiaires. C’est une volonté politique pour agir sur certains investissements en modifiant leur rentabilité économique pour les rendre plus attractifs. Donc ayant vendu ton cheval de course et désirant habiter en Corse pour bénéficier des avantages cités ci-dessus, tu as au préalable investi tes derniers salaires en investissements productifs et locatifs dans les DOM-TOM, dans les assurances vie et produits financiers J.-F. COPE, sans oublier le dispositif Malraux pour les sites classés et l’entretien des monuments historiques. Tu quittes la profession de la chaussure pour devenir loueur professionnel de meublés. Car ces niches ne sont pas plafonnées et peuvent permettre de s’exonérer totalement du paiement de l’impôt. Et si tu cherches bien d’autres niches, l’Etat te donnera de l’argent. Alors pourquoi continuer à travailler dans la chaussure 7 jours sur 7 avec « ton chausse-pied » pour bien chausser tes clients avec de bonnes chaussures ? Mais pose-toi la question ? Comment m’est il possible d’aider mon pays pour qu’il soit fort plutôt que : que peut faire mon pays pour m’assister continuellement ? Là, tu vas t’enrichir personnellement. Merci.

Alain CORASSANT Expert près la Cour d’Appel de Paris en Chaussures Expert EXPERTEX Membre des Experts Européens agréés AEXEA Assesseur de la Commission de conciliation et Expertise Douanière

Le journal du Détaillant - Septembre 2010 - 5


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 6

Découvrez le nouveau site de la fédération : www.chaussure.org

6 - Le journal du Détaillant - Septembre 2010


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 7

L’Assemblée Générale de la Fédération à Strasbourg Nous continuons notre tour de France : après Montpellier en 2009, Lille en 2008, Paris en 2007, nous vous donnions rendez-vous cette année à Strasbourg pour vous présenter nos actions. Quelques chausseurs sont arrivés dès le vendredi pour découvrir la ville. Nous logions dans un hôtel du centre-ville, non loin de l’Ill, la rivière canalisée qui traverse le centre de Strasbourg. Dimanche 6 juin au matin une vingtaine de détaillants, déjà pré-

en résulte), ventes sur Internet, contrefaçon, … furent des points qui furent débattus. Avant de se séparer, un dernier repas de spécialités locales (flammenkueche et choucroute) fut partagé dans un weinstube (= taverne) typique de la vieille-ville.

Philippe DAQUAI

Rapport moral – thèmes abordés Pour une meilleure compétitivité . La mise en place de l’Eco-contribution . La relance de la campagne de communication de la certification . L’opération « J’aime le Cuir » . Un nouveau site internet pour la FDCF . Un dispositif de formation efficace (Michel Fourneyron, Alain Madec, CTC, mise en place du CQP « Vendeur(euse) chausseur expert(e) ») . Intégration des contraintes liées à l’orthèse plantaire – Partenariat avec la Fédération Nationale des Podologues

Rechercher un cadre législatif et réglementaire adapté à nos entreprises

Strasbourg.

. L’accord dérogatoire sur les délais de paiement . Les soldes flottants – dénonciation d’un dispositif inefficace et dangereux . L’urbanisme commercial . Les ouvertures du dimanche . La contrefaçon

Rechercher un cadre social adapté

sents, purent visiter la ville avec un guide qui leur présenta les prin. Présentation de la négociation salariale . Signatures de l’avenant sur la Portabilité de la Prévoyance et d’un accord cipales curiosités d’une ville très moderne, piétonne et animée qui a sénior gardé son vieux quartier typique (la Vieille France) et en point d’or. Travaux en cours : accord sur l’égalité professionnelle homme/femme, accord gue la cathédrale avec son horloge astronomique qui date du XVIe sur la formation professionnelle, mise à jour de la convention collective, révisiècle et a été refaite au XIXe siècle. À midi, le repas se fait dans la sion de la grille de classification plus vieille auberge de Strasbourg, aux murs noircis par le temps. . Veille sur le projet de dialogue social dans les TPE L’après-midi, sous un beau soleil, c’est une autre découverte des richesses de la ville en bateau-mouche avec les quais, les belles maiLa vie de la Fédération sons des anciens marchands autour du port et surtout les bâtiments . Augmentation du nombre d’adhérents, efficacité du partenariat Garant ultra luxueux du Parlement Européen qui est installé sur les deux . Présence de la fédération sur les stands du Mess Around et du TEC au Parc berges de l’Ill, rejoints par une belle passerelle couverte et vitrée Floral . L’information auprès de nos adhérents par la Lettre d’Information et pour les salariés. Deux écluses permettent de passer de la partie haute vers la partie basse de la ville et nous avons pu longer les bâti- Le Journal du Détaillant . Le personnel de la fédération à ments de l’ENA installée dans une ancienne prison (réaménagée !). l’écoute de ses adhérents La soirée se déroule dans une maison de vin d’Alsace et les connaissances œnologiques des participants seront testées avec quelques bouteilles de vin local en jeu. Lundi 7 juin, c’est la partie sérieuse avec la présentation claire et précise des comptes (positifs) par le trésorier et le rapport moral par le Président adjoint qui seront suivis des élections (ou du renouvellement) des membres du Conseil Fédéral, puis d’une longue présentation du CQP mis en place en 2009, de la labellisation qui est relancée activement avec un site Internet dédié, du nouveau site Internet de la Fédération (l’ancien ayant été jugé démodé) et enfin des questions des chausseurs. Distribution, rapport avec Jean-Pierre Fabre à droite et Serge Coimbra, les représentants et les fabricants, vice-président de la Fédération Nationale AG des 6 et 7 juin 2010 : une assistance attentive. des Podologues. soldes flottants (et la pétaudière qui Le journal du Détaillant - Septembre 2010 - 7


Fédé05

3/08/10

15:04

Page 8

Les chausseurs et Rockport ont disputé le Marvejols-Mende fin juillet. Finalement, après quelques défections pour blessure ou empêchement de dernière minute, ils furent 7 à tenter cette épreuve de 24 kms, 2 cols, 1300 mètres de dénivelé au cœur de la Lozère. La marque ROCKPORT fournissait les chaussures et la tenue. Les temps se situent entre 1 heure 59’ et 2 heures 40’ pour un des 2 locaux (qui a été ralenti par ses très nombreuses admiratrices, d’après nos informations). Les chausseurs-testeurs d’un jour ont admis que ces chaussures apportent une sensation assez proche en confort et en légèreté avec une véritable chaussure de running. Une opération promotionnelle organisée par la marque, mise en place sur le point de vente de Mende pour l’occasion, a été l’occasion de vendre une bonne dizaine de paires à des coureurs ou des spectateurs convaincu par la démonstration. Mais surtout, ce fut une nouvelle occasion de passer un bon moment ensemble et de tisser des liens d’amitié.

Les brèves du net Le chiffre du mois : 1000 ventes privées depuis le 1er janvier 2010 Un peu après le 15 juillet nous avons enregistré la millième opération de déstockage de fabricant (grossiste, importateur…) cette année par Internet. Pour mémoire, nous en avions enregistré 827 pour l’année 2009, 385 pour l’année 2008 et 196 pour l’année 2007. Certaines marques précipitent ainsi leur déclin car les ventes sont tellement nombreuses que les consommateurs sont pratiquement assurés de toujours les trouver à prix cassés sur l’un ou l’autre des boutiques en lignes. Ainsi cette année, Converse a déjà été présent 23 fois, pendant 3 à 10 jours chaque fois, Guess 18 fois, Diesel Shoes 14 fois, Sergio Rossi et Superga : 13 fois, Dolce et Gabana, Le Temps des Cerises, Pascal Morabito, Sergio Rossi : 12 fois, Japan Rags, Birkenstock : 11 fois … Depuis le début de l’année, les sites qui proposent le plus de chaussures sont : www.brandalley.com avec 147 opérations, www.vente-privee.com avec 138 opérations, www.achatVIP.com avec 108 opérations, www.BazarChic.com avec 86 opérations, www.FashionShopping.com et www.privateOutlet.com avec un peu plus de 60 opérations chacun…

Vente de fonds de commerce - Annonces Recherche boutique à louer Avec ou sans cession. Faible loyer – faible cession Ou achat de mur dans Paris 60 m2 avec du passage Tél : 06 34 49 85 91ou 01 44 93 55 19

VENDS CAUSE RETRAITE FONDS DE COMMERCE CHAUSSURES en Vendée. Proche de la côte (Clientèle locale et estivale). Pour tous renseignements : Tél : 02 51 68 62 28.

46, boulevard de Magenta 75 010 PARIS

SECTEUR 92 A VENDRE : Magasin centre ville. Surface 40m2 + réserves 100m2. Antériorité et notoriété forte. Gamme Femme et Homme. Confort et mode moyen / haut-de-gamme. Bel agencement récent. Bail reste 6 ans / loyer 1 425 euros. Tél : 06 28 28 17 07

A VENDRE CAUSE RETRAITE FONDS DE COMMERCE CHAUSSURES, MAROQUINERIE ET VETEMENTS - TENU DEPUIS PLUS DE 20 ANS A AUBAGNE (13) – 28 rue de la république RUE PRINCIPALE (Emplacement unique dans la ville). Bon CA. Chaussures homme et femme de gamme moyenne. Surface de 185 m2 avec possibilité d’appartement. PRIX : 120 000 euros à débattre. Tél : 04.42.82.32.31

Tél. : 01 42 06 79 30 01 42 06 79 40 Fax : 01 42 06 52 09 Email : fdcf@chaussure.org

Vend fonds de commerce chaussures - Marseille Proche station tramway (bail chaussures, vêtements, accessoires, maroquinerie). Spécialiste pieds sensibles femmes Superficie 50m2 + cave. Loyer : 765 euros par mois. Prix : 65 000 euros. Tél : 06.48.26.99.56

www.chaussure.org Du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00 Imprimeur : Graphicentre - 35300 Fougères

© Nicolas Petit - 03 22 41 47 43

8 - Le journal du Détaillant - Septembre 2010

A VENDRE SUD VIENNE (86)Magasin de Chaussures H/F Centre-ville – rue piétonne, bonne notoriété. CA 155 000 euros (à développer). Prix fonds : 75 000 euros. Possibilité vente murs. Ecrire à la Fédération qui transmettra Région SUD cède FONDS CHAUSSURES Cause retraite – GROSSE RENTABILITE affaire à saisir. Tél : 06 85 75 04 05

NORD-PAS DE CALAIS - Au centre de LENS Rue très commerçante, vends fonds de commerce chaussure ou DROIT AU BAIL TOUT COMMERCE* Actuellement Magasin Chaussures ConfortSurface RdC 75m2 + 2 étages de 65 m2 chacunLoyer : 639 euros / mois. Prix : 50 000 euros à débattre. Contacter M. BOULANGER au 06.06.56.28.83 ou 03.20.71.83.98 VENDS CAUSE RETRAITE Fonds de commerce - Loir et Cher. Chaussures - Maroquinerie. Centre-ville 4 000 habitants Surface de vente de 35 m2 + réservesLoyer : 500 euros mensuel Tél : 02.54.85.04.24


Journal FDCF n°5  

Journal FDCF n°5

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you