Issuu on Google+

Interview « Notre rôle est d’aider les entreprises à développer leur business » Joël Sibrac et Philippe Confais, respectivement Président et DG de la CFCIM

FOCUS

N°47

15 Septembre - 15 Octobre 2012

30 DH

CFIA Maroc 2012

Le grand rendez-vous

RESSOURCES

PROCESS

MARCHES

ENTREPRISE DU MOIS

Flambée des prix des céréales

Sleeves

Droit de la consommation

Banchereau Maroc

Année de toutes

Plus qu’un emballage

et de la distribution au Maroc

Prend une nouvelle dimension

les calamités…

Quel impact pour votre activité ?


L’Interview

Joël Sibrac et Philippe Confais, respectivement Président et DG de la CFCIM

Notre rôle est d’aider les entreprises à développer leur business A l’approche de la 3ème édition du salon CFIA Maroc, nous avons rencontré le Président et le Directeur Général de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), coorganisatrice de l’événement avec la société GL events. L’occasion de faire le point sur l’état d’esprit des entreprises françaises, les relations économiques entre les deux pays et les services proposés par la CFCIM. Des services qui répondent à un seul credo : satisfaire les besoins des entreprises marocaines et françaises. FOOD Magazine A quelques jours de l’ouverture du CFIA Maroc 2012, que pouvezvous dire à nos lecteurs sur cet événement ? Philippe Confais Il s’agit de la 3ème édition, après celles de 2005 et 2010, entre lesquelles nous avions organisé le salon INTERAGRO. Cette édition s’annonce très bien, tant en termes d’exposants que de visitorat attendu. Nous sommes partenaires avec GL events, grand organisateur de salons en France, qui a initié d’ailleurs en 1997 le CFIA Rennes, qui se déroule tous les ans depuis. Au niveau institutionnel, cette 3ème édition a été placée sous l’égide des deux Ministères de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, et de l’Agriculture et de la Pêche Maritime. Nous espérons d’ailleurs avoir pour notre inauguration le mardi 25 septembre prochain à 11h00 les deux Ministres afférents, avec l’Ambassadeur de France au Maroc. Un pôle sera dédié à nos partenaires institutionnels : outre les Ministères, les CRI (Centre Régional d’Investissement) de Meknès et de Casablanca, l’ADA (Agence pour le Développement Agricole), l’ONSSA (Office

National de la Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires), etc. Du côté des entreprises, nous aurons environ 170 exposants dont près de 70% ont été commercialisés par GL events en France mais aussi à l’étranger (Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, Suisse) et un peu plus de 30% par la CFCIM, au niveau du Maroc et de l’Afrique (Egypte et République Démocratique du Congo). Les principaux secteurs d’activité représentés sont les emballages/conditionnements et les ingrédients/PAI (Produits Alimentaires Intermédiaires), sans oublier les équipements et procédés. Nous avons également un programme fourni de conférences, notamment sur la filière lait, l’Agropolis de Meknès et les potentialités de la région, la séparation magnétique, la détection de contaminants, le pesage, la métrologie légale, la réglementation à l’import et à l’export, la fluctuation des matières premières, etc. Des sujets pointus sur des problématiques actuelles ! Ce salon se présente donc sous les meilleurs auspices et nous venons d’entamer la campagne de communication (presse écrite, radio et affichage urbain). Nous attendons 4.000 visiteurs professionnels.

Joël Sibrac Il faut noter que, en comparaison avec l’édition précédente de 2010, nous sommes dans les mêmes niveaux. Cela constitue un succès compte tenu du contexte actuel, où les salons ont plutôt tendance à reculer, les entreprises - dont les trésoreries sont exsangues - devant faire des choix. Le succès du CFIA Maroc ne se dément donc pas. Justement, dans le contexte actuel, quel est l’état d’esprit des entreprises françaises qui vont participer tout de même à ce salon ? Joël Sibrac Il est bon ! Philippe Confais En tant qu’entreprise française, lorsque vos marchés traditionnels sont mis à mal, vous devez trouver des relais de croissance. Le Maroc est une destination privilégiée, du fait de la proximité géographique, de la concordance des langues, des liens historiques entre nos deux pays, des marchés qui se développent à travers le Pacte National pour l’Emergence Industrielle, le Plan Maroc Vert, etc.

Suite pages 22-23 FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

3


FOCUS

CFIA Maroc 2012 Le grand rendez-vous Au service de l’industrie agroalimentaire depuis 2005, le Carrefour des Fournisseurs de l’Industrie Agroalimentaire au Maroc est L’évènement marquant du secteur. Du 25 au 27 septembre 2012, les fournisseurs des différentes technologies et techniques de cette filière présenteront leurs nouveautés au Centre International de Conférences et d’Expositions de Casablanca.

26

RESSOURCES

Flambée des prix des céréales Année de toutes les calamités… Induite par la spectaculaire progression qu’ont connue les différents cours des produits agricoles durant ces derniers mois, notamment les céréales et le sucre, l’indice FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations) des prix des produits alimentaires s’en est vu fortement atteint. Avec plus 6% entre juin et juillet, cette flambée risque, d’après un grand nombre d’analystes, de perdurer et commence à s’installer dans le temps.

42

PROCESS

Sleeves Plus qu’un emballage Inviolabilité ou visibilité ? Les deux… et plus. Le sleeve représente une solution qui a révolutionné le monde de l’emballage, et auquel de plus en plus d’agro-industriels ont recours.

46

L’ENTREPRISE DU MOIS

Banchereau Maroc Prend une nouvelle dimension Filiale de Zalagh Holding dédiée à la fabrication de charcuterie de volaille, Banchereau Maroc représente le maillon aval de ce groupe intégré dans l’aviculture. En quelques années, il a permis à la marque Dindy de se positionner comme un challenger de poids sur le marché marocain de la charcuterie. Grâce à son outil de production performant, Banchereau a même attiré l’attention d’une célèbre marque étrangère, Bordeau Chesnel.

60


N° 47 • 15 Septembre / 15 Octobre 2012

L’INTERVIEW

3 Joël Sibrac et Philippe Confais, respectivement Président et DG de la CFCIM

Edito Florence CLAIR Rédactrice en chef

5 Editorial

6 Agenda L’ACTU 8 16 18 20 21

Maroc Monde Tableau de bord Veille R&D Veille réglementaire

SALON

24 Emballage

PROCESS

43 Equipements : Trophées IPA de l’innovation 44 Equipements : Chaussures 48 Logistique : Rédiger un cahier des charges

QUALITE

52 QHS : Microbiologie rapide

MARCHES

54 Distribution : Classement des pays émergents 56 Lancements Maroc 57 Lancements Monde 58 Droit de la consommation

64 FOOD Mondain 66 Délices d’initiés 55 Bulletin d’abonnement / Petites annonces

Préparons l’après-crise ! Comme chaque année, la rentrée a démarré sur un rythme soutenu, avec son lot d’événements professionnels. La 1ère édition du salon dédié au halal au Maroc et à son potentiel d’exportation, Expo Halal International, vient de s’achever, tandis que le CFIA Maroc ouvrira ses portes dans quelques jours. Ce dernier s’annonce à nouveau comme l’événement incontournable pour tous les opérateurs du secteur agroalimentaire à la recherche de nouveaux fournisseurs, d’avancées technologiques, d’emballages innovants… A cette occasion, et afin de prendre le pouls des relations avec notre principal partenaire économique, nous avons interviewé le Président et le Directeur Général de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc, co-organisatrice avec GL events du CFIA Maroc. Il en ressort que, malgré le contexte difficile, les exposants français, étrangers et marocains, ont renouvelé leur confiance envers ce salon et que le business entre les deux pays se maintient. La preuve s’il en est qu’en temps de crise, il faut continuer à investir et à communiquer en vue de préparer l’après-crise et les jours meilleurs ! Une rentrée synonyme également de nouveautés dans votre revue, puisque nous vous proposons deux nouvelles rubriques, l’une dédiée à la logistique, l’autre au droit de la consommation. Ce dernier sujet concerne tous les acteurs de la chaîne alimentaire, du producteur au distributeur. Notre expert est là pour vous accompagner dans la compréhension de ce sujet complexe, de plus en plus réglementé, et de ses conséquences pratiques sur vos activités. N’hésitez pas à nous faire passer vos questions !

Toute l’équipe de FOOD Magazine vous donne bien sûr rendez-vous sur son stand au CFIA Maroc (Hall 2 – Ilot 16 – n°2).


Agenda • Salons Sistep Midest (Casablanca, Maroc) 19 au 22 septembre 2012 2ème édition de l’événement professionnel marocain dédié à la sous-traitance industrielle et aux machines, équipements et services pour l’industrie.

Directeur Directeurde de publication publication Adel Adel AMOR a.amor@foodmagazine.ma a.amor@foodmagazine.ma Rédacteuradministratif en chef  Responsable CLAIR ZohraFlorence BENMESSAOUD Direct :: +212 +212 522 54 47 47 20 Direct 22 54 22 f.clair@foodmagazine.ma z.benmessaoud@foodmagazine.ma Journalistes

 Responsable la rédaction Sihamde HAMDI Abdelaziz MEFTAH Direct : +212 522 54 47 21 Direct : +212 22 54 47 21 s.hamdi@foodmagazine.ma a.meftah@foodmagazine.ma Sarah OUSAID

Istanbul Food Tech 2012 (Istanbul, Turquie) 20 au 23 septembre 2012 7ème édition du salon international des technologies agroalimentaires.

Direct : +212 522 54 47 29

Rédacteur en chef adjoint s.ousaid@foodmagazine.ma Florence CLAIR Meriem EL HASSOUNI Direct : +212 22 20 Direct : +212 52254 54 47 47 22 f.clair@foodmagazine.ma m.elhassouni@foodmagazine.ma Ont participé ce numéro Attachée deà direction  Salima BOUHLAL AKHSASS Yasser Direct : +212 522 54 47 27 Salah CHAKOR contact@foodmagazine.ma Catherine CORNE AMRANI Nabila LAHLOU Ont collaboré à ce numéro Driss AGUENAOU TERRAB Hassan Marcel MeriemZARDONI BENNIS

Plast Alger et Printpack Alger (Alger, Algérie) 24 au 27 septembre 2012 2ème salon International du plastique, caoutchouc et composites en Algérie, tenu conjointement avec le 3ème salon international de l’impression et de l’emballage.

Franck CERDAN Publicité Driss HERRATI

Morad ZLOURHI Direct : Comptabilité +212 22 54 47 23 Abdelaziz TOUHAM m.zlourhi@foodmagazine.ma Conception graphique Mostafa BENMAHFOUDI CHARFA Othman EL Direct : +212 22 24 Direct : +212 52254 54 47 47 26 m.bencharfa@foodmagazine.ma o.elmahfoudi@foodmagazine.ma

Imprimerie Rotaco - Casablanca

FOOD MAGAZINE Une publication de Distribution Maroc : Sapress

FOOD MAGAZINE Une publication de Dossier de presse 15/08 Silvestri Media Dépôt légal 0046/2008

L'info et + … .AVENUE DES F.A.R ,119 Dossier de presse Espace Sofia B115/08 Dépôt légal 0046/2008 CASABLANCA 20 000 ISSN : 2028-0335 Tél. : +212. 22 54 47 ,119 27 AVENUE DES F.A.R Fax :Espace +212 .22 44 B1 14 05 Sofia contact@foodmagazine.ma CASABLANCA 20 000 Tél. : +212 522 54 47 27 www.foodmagazine.ma Fax : +212 522 44 14 05 Ce numéro a été tiré à contact@foodmagazine.ma 10.000 exemplaires www.foodmagazine.ma

© Franck Boston - Fotolia.com

Stagiaire Publicité Kawtar Mostafa BENSABIR CHARFA Direct : +212 522 54 47 24 Comptabilité m.bencharfa@foodmagazine.ma Abdelaziz TOUHAM Ahmed SEKKAT Direct : +212 522 54 47 28 Conception graphique a.sekkat@foodmagazine.ma Yassine NASSIF Jean-Marie LE NAOUR Samir AHCHOUCH Gsm : +212 661 49 97 79 Direct : +212 22 54 47 26 jm.lenaour@foodmagazine.ma s.ahchouch@foodmagazine.ma Amal ZINIA BERRADA Direct :Imprimerie +212 522 54 47 23 a.berrada@foodmagazine.ma IMPRIMAHD Casablanca

CFIA Maroc 2012 (Casablanca, Maroc) 25 au 27 septembre 2012 3ème édition du carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire. Salon FachPack (Nuremberg, Allemagne) 25 au 27 septembre 2012 Salon international de l’emballage. Salon International de l’Eau et de l’Irrigation de Tadla-Azilal (Béni Mellal, Maroc) 26 au 30 Septembre 2012 2ème édition. Pollutec Maroc

Salon International de l’Alimentation (SIAL) 2012 (Paris, France) 21 au 25 octobre 2012 Salon n°1 mondial du secteur alimentaire, le SIAL attend pour l’édition 2012 près de 6.000 exposants et quelques 140.000 visiteurs. Cette année, l’évènement se veut une véritable plate-forme d’échanges et de découvertes. En matière d’innovation, le salon proposera 4 tendances pressenties qui refléteront les innovations du futur. Les professionnels de la restauration trouveront leur bonheur dans le point d’accueil la Cuisine by SIAL. De plus, les concours SIAL Innovation et SIAL d’Or récompenseront les meilleures innovations des exposants. Enfin, notons que le SIAL 2012 se tiendra conjointement avec les salons IPA et In-Food.

Equiphotel Maroc (Agadir, Maroc) 4 au 7 octobre 2012 13ème édition du salon professionnel de l’équipement hôtelier, de la restauration et du bien-être. Seafood Barcelone (Barcelone, Espagne) 15 au 17 octobre 2012 1ère édition du salon international des produits de la mer dans le sud de l’Europe.

• Conférences Meeting sur le cactus sous l’égide du réseau Cactusnet FAO (Santiago del Estero, Argentine) 17 au 21 septembre 2012 2ème réunion sur l’utilisation intégrale de la figue de barbarie et d’autres variétés de cactus et 1ère réunion Sud-américaine Cactusnet Fao-Icarda. Halal Expo Chile 2012 (Viña del Mar, Chili) 12 au 14 octobre 2012 1ère conférence internationale sur le contrôle des produits alimentaires Halal.

• Formations

(Casablanca, Maroc) 3 au 6 octobre 2012 4ème édition du salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement. Integral (Batalha, Portugal) 4 au 6 octobre 2012 Salon international de produits alimentaires Portugais.

Eurofins Certification (France) Formation «Food Defense», Protection contre les actes malveillants • 12 septembre 2012 (Nantes) • 27 septembre et 3 octobre 2012 (Paris) Nouvelle version IFS v6 : s’adapter aux exigences des distributeurs (Paris) • 25 et 26 septembre, 2 octobre 2012. Conduite de l’audit qualité interne en entreprise (Paris) • 4 et 5 octobre 2012

Nos Annonceurs Arômes & Co..................................................................... 29 Biomérieux...........................................................................7 Brasseries du Maroc........................................................ 67 BWT Permo....................................................................... 31 CFIA Maroc....................................................................... 19 Comaner............................................................................ 68 Cryotech............................................................................ 47 Ebertec............................................................................... 65 GS1..................................................................................... 35 Halal Expo Chilie.............................................................. 45 Ipsen................................................................................... 49 Isolab.................................................................................. 53 Jil Emballage..................................................................... 25

Lilia...................................................................................... 13 Marjac................................................................................ 37 Qualimag........................................................................... 21 Schneider Electric............................................................. 15 Sdama................................................................................ 63 SEHI......................................................................................9 SIAL Paris...........................................................................17 Sirha....................................................................................11 SNI.........................................................................................2 Sopri................................................................................... 39 Steriflow............................................................................. 33 TBI.......................................................................................41


L’Actu • Citruma Citruma a mis en ligne cet été sa nouvelle page Facebook « Jus Marrakech ». Au menu, les nouveautés et actualités de la marque, les promotions, mais aussi des quizz et des jeux. • Accréditation Une première pour l’ONSSA… et le Maroc. L’accréditation NM ISO/CEI 17020 a été octroyée à la Division de la Pharmacie et des Intrants Vétérinaires relevant de l’ONSSA, par le Service Marocain d’Accréditation (SEMAC). • Délais de paiement La CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc) a obtenu la majoration de la pénalité de retard pour les délais de paiement, qui devrait ainsi passer de 3% - taux directeur de Bank Al Maghrib – à 10%. Cette mesure dissuasive fera l’objet d’un arrêté complétant la loi sur les délais de paiement. • Monétique Selon les chiffres du Centre Monétique Interbancaire (CMI), les paiements par carte marocaine ou étrangère chez les commerçants (dont une grande part en grande distribution) ont augmenté de 21% au 1er semestre 2012 par rapport au 1er semestre 2011, pour un montant total de 7,8 milliards de Dirhams. Le paiement en ligne progresse lui de 55%, passant de 229 MDH durant le 1er semestre 2011 à 355 MDH durant le 1er semestre 2012. Les retraits d’espèces aux guichets restent toutefois largement majoritaires, avec près de 80 Mrds Dhs, soit 91% de la valeur globale des transactions.

8

Biscuiterie Kraft Foods achète Bimo

CCG Réalisations du 1er semestre 2012

Après Lesieur Cristal et Centrale Laitière, la SNI (Société Nationale d’Investissement) poursuit son désengagement de ses filiales matures en vendant sa participation dans Bimo (Biscuiterie Industrielle du Moghreb), leader du marché marocain de la biscuiterie avec plus de 40% de parts de marché. En effet, Kraft Foods a annoncé le 11 septembre 2012 la signature d’un accord en vue d’acquérir les 50% de participation qu’elle ne détenait pas. Cette acquisition, pour un montant de 1,31 milliard de Dirhams, s’inscrit dans la stratégie de développement et de croissance dans les marchés émergents de Kraft Foods. La région MENA (Moyen-Orient & Afrique du Nord) représente d’ailleurs une grande part de son activité mondiale. Lawrence MacDougall, Président de Kraft Foods Moyen Orient & Afrique a déclaré à cette occasion : « je suis ravi d’assister au démarrage d’une nouvelle phase de développement de BIMO dans une dynamique de croissance du marché marocain. Pendant plusieurs années, Kraft Foods et la SNI ont mené un partenariat solide et fructueux à travers leur association dans BIMO. Aujourd’hui, cette transaction reflète nos stratégies respectives. Je suis très enthousiaste pour les perspectives commerciales dans la région du Moyen-Orient et Afrique en général, et au Maroc en particulier. Cet accord permettra de renforcer notre position comme une ‘‘puissance mondiale du snacking’’ non seulement à l’international, mais aussi dans cette région. » L’entreprise a désormais l’ambition de développer Bimo et ses marques.

La Caisse Centrale de Garantie a dressé son bilan d’activité pour le 1er semestre 2012, marqué par un accroissement de la production (tous fonds confondus) de 28% pour un montant global d’engagement de plus de 3 milliards de Dhs. Au cours de cette période également, le volume des garanties agréées en faveur des entreprises a atteint 720 millions de Dhs, permettant la mobilisation en faveur des PME et TPE d’un volume de crédits de 1,3 milliard de Dhs, soit une augmentation de plus de 40% par rapport à la même période de l’année précédente, et ce, grâce notamment à la mise en place en 2012 du mécanisme de garantie des crédits d’exploitation en faveur des PME.

Lesieur Cristal Bonne performance semestrielle Réuni le 5 septembre dernier, le Conseil d’Administration de Lesieur Cristal a arrêté les comptes consolidés au 30 juin 2012. Malgré un contexte difficile (hausse des cours des huiles brutes de soja, ralentissement de la croissance économique, forte concurrence jouant sur les prix, contrebande massive dans l’Oriental), l’entreprise a réalisé une bonne performance sur le 1er semestre 2012. Son résultat d’exploitation atteint ainsi 118 millions de Dirhams (contre -40 MDH au 30 juin 2011), fruit notamment de l’alignement progressif de la structure des prix de vente avec ceux de la matière première, ce qui n’avait pas été fait en 2011. Lesieur Cristal annonce également le maintien de sa part de marché et la poursuite de l’amélioration de son offre et de son efficacité. Rappelons que le nouvel actionnaire de référence de Lesieur Cristal est le groupe français Sofiprotéol, avec lequel des synergies seront exploitées, en particulier « au niveau de l’amont agricole, des achats, de l’industriel et du marketing », déclare l’entreprise.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Al Dahra Agriculture Prise du contrôle du projet oléicole d’Al Quadra Maroc Le groupe émirati Al Dahra Agriculture, basé à Abu Dhabi, vient d’acquérir 66% du capital de la société Olivia SARL. Le vendeur de ce bloc est une filiale marocaine du groupe Al Quadra Holding Morocco. Le secteur oléicole verra des investissements concrets avec Olivia, qui développe depuis 2006 un projet intégré dans la production de l’huile d’olive de l’amont à l’aval et l’obtention de concessions auprès de l’Etat marocain pour l’exploitation de plus de 1.000 hectares. Enfin, Al Dahra Agriculture est en pleine internationalisation avec des projets lancés dans les différents métiers couverts par le groupe comme les produits laitiers, les fruits et légumes, l’alimentation pour bétail et la production rizicole dans différents pays.


Maroc Attijariwafa Bank 2ème édition de la conférence économique C’est autour du thème « Évolutions de l’économie marocaine dans un contexte de reconfigurations mondiales » que le Groupe Attijariwafa Bank a tenu, le 23 juillet dernier, la 2ème édition de sa conférence économique internationale, en présence de Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa Bank, de Nizar Baraka, Ministre des Finances et de l’Économie, et de plus de 600 décideurs économiques et partenaires internationaux du Maroc. Cette manifestation a été l’occasion d’échanger sur les enjeux de développement socio-économiques du Royaume, de débattre sur les perspectives d’investissements et les choix macroéconomiques stratégiques, et de livrer la lisibilité des options de progrès du pays à la une des évolutions mondiales actuelles. La conférence a par ailleurs été ponctuée par l’intervention de participants, dont Miriem Bensalah-Chaqroun, Présidente de la CGEM, qui a partagé son analyse sur les enjeux pour l’entreprise et ceux de l’attractivité Maroc dans ce contexte.

Bimo Deux nouveaux biscuits Bimo a lancé deux nouveaux produits : Tango Vanille et Extra Cookies, des innovations gustatives dans la gamme de la marque. Tango Vanille est le fruit d’une recherche soutenue pour l’amélioration de l’offre. Il est le résultat d’un travail d’analyse approfondie du comportement des consommateurs, de recherche et développement et d’un ensemble d’études poussées, dont les premiers pas ont été effectués en 2009. Quant à la nouvelle référence Extra Cookies, elle comporte six biscuits aux pépites de cacao, à un Dirham. Ainsi, cette offre permettra à Bimo de renforcer sa position sur le segment des cookies dans lequel elle est déjà présente avec sa marque Diafy Cookies.

Pêche Débarquements en hausse à fin juillet Les dernières statistiques de l’Office National des Pêches indiquent une forte hausse des débarquements de la pêche côtière et artisanale, atteignant 561.237 T, soit +43% à fin juillet 2012 par rapport à la même période l’année dernière. La hausse en valeur est toutefois moins importante (+8%). Quasiment tous les secteurs profitent de cette hausse, notamment la conserve qui est la destination de près de 15% de ces débarquements, soit une hausse de 75% par rapport à janvier - juillet 2011. Quant à l’industrie de la farine et de l’huile de poisson, elle voit sa part augmenter de 358%.

Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise Séminaire sur l’emballage Le 20 septembre à Casablanca, la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise au Maroc organise un séminaire sur le thème : « L’emballage : vecteur de communication et tremplin à l’exportation ». Les intervenants belges, internationaux et marocains exposeront toutes les facettes de l’emballage, du conditionnement primaire à l’outil de communication et de marketing. Le séminaire sera animé par l’Institut Belge de l’Emballage, notamment pour l’atelier « emballage à l’exportation ». Le thème de la recyclabilité sera également abordé. Le modérateur de cette plate-forme d’échanges d’expérience entre la Belgique et le Maroc et de débats sera Edwin Sluismans, Directeur Général de Greenberry.


L’Actu • AMDI L’Agence Marocaine de Développement des Investissements (AMDI) vient de lancer son site internet en chinois : http://www.china-invests.net/ ma/InvestMorocco. L’AMDI pourra ainsi mieux intéresser les investisseurs chinois et renforcer sa présence en Asie. • Contrôle sanitaire durant Ramadan L’ONSSA a présenté le bilan global du contrôle sanitaire des produits alimentaires durant le mois de Ramadan. Au niveau de l’import, plus de 70 tonnes et environ 3.300 litres de produits alimentaires ont été refoulés, vu la non-conformité sur le plan documentaire et l’étiquetage. Au niveau du marché local, 187 tonnes et près de 1.500 litres de produits alimentaires ont été retirés du circuit de commercialisation, saisis et détruits.

Aviculture Prix de mérite dédiés

Agro-Food Industrie Double certification

En marge du salon Dawajne 2012, la Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole au Maroc (FISA) a décidé de décerner des prix de mérite aux techniciens et ouvriers exerçant dans les élevages de poulets de chair, de dindes, de poules pondeuses et de reproducteurs. Cinq prix, de 2.000 Dhs à 10.000 Dhs, seront remis dans chacune des deux catégories (Meilleur Ouvrier et Meilleur Technicien). Tous les détails pour y participer sont sur le site web de la FISA : www.fisamaroc.org.ma.

Installée à Marrakech depuis 2004, Agro-Food Industrie a obtenu deux nouvelles certifications internationales : ISO 22000 & IFS-Niveau supérieur. Pour rappel, la société est reconnue dans l’alimentation bébé halal avec sa marque Vitameal Baby. Elle exporte vers une quinzaine de pays. Cette double certification vient couronner une large démarche qualité assurée par toute l’équipe depuis deux ans. « L’obtention de ces certifications représente une reconnaissance certaine pour la qualité des produits proposés par Agro-Food Industrie, mais aussi pour l’expertise, le niveau des compétences et d’innovation acquise par l’ensemble des collaborateurs », indique-t-on chez Agro-Food Industrie.

Red Bull Street Style Morocco 2012 Une édition, un champion ! L’esplanade de la Sqala a accueilli à Casablanca, le 3 août dernier, les épreuves éliminatoires du Red Bull Street Style, qui se sont déroulées au Maroc pour la première fois. Initié en 2008 par Red Bull International, il s’agit du plus important tour- • Othmane Djeddi, Champion Red Bull Street Style Morocco Final 2012. noi de Freestyle foot au monde rassemblant l’élite mondiale des freestylers. Le jury, composé de Sean Garnier, champion du monde de Freestyle foot, de Farid Abbas champion international et pionnier du Freestyle foot, BBoy LIL’Zoo alias Fouad Ambelej, vainqueur du Red Bull BC one Morocco Cypher 2012 et Hamid Termina, ancien international marocain, a noté les 50 freestyleurs selon leur style, technique et créativité. A l’issue de quelques heures de dure compétition, l’étape du Red Bull Street Style Morocco Final 2012 a permis à Othmane Djedda de décrocher son ticket pour défendre son titre devant les meilleurs Freestyleurs des 50 pays prenant part à cette manifestation, lors de la finale internationale qui aura lieu du 20 au 22 septembre en Italie. Il se classe devant Mohamed Dardour et Abdel Hadri en 2ème et 3ème place. Bravo !

10

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Caisse Centrale de Garantie Accords avec la Banque Mondiale Le 27 juillet, Nizar Baraka, Ministre de l’Economie et des Finances, a présidé la cérémonie de signature des accords portant sur quatre prêts, et un don totalisant une enveloppe de 470 millions de Dollars, accordés par la Banque Mondiale au Royaume du Maroc. Parmi ces accords, figure un prêt de 50 millions de Dollars dédié au financement du projet d’appui aux micros, petites et moyennes entreprises. L’accord dudit projet a été signé entre le représentant de la Banque Mondiale et le Directeur Général de la Caisse Centrale de Garantie. Il a pour objectif d’améliorer l’accès au financement bancaire des micros, petites et moyennes entreprises tout en les incitant à s’inscrire dans une logique de développement durable. Ce projet innovant se veut également porteur de changement dans l’approche entrepreneuriale en intégrant les aspects environnementaux et sociaux dans l’évaluation des projets par les banques.

Polyprint Une nouvelle façon d’imprimer Installée à Ain Sebâa depuis fin 2008 sur une superficie de 2.500 m2, la société Polyprint, dotée d’un parc de machines important et complet et en mesure de traiter tout type d’impression (administrative, marketing, packaging, articles de luxe…), propose désormais une nouvelle technique d’impression : « Polyprint est en effet en mesure d’imprimer en encres UV sur du papier et carton standards et nouvellement sur du papier métallisé, ce qui ouvre la perspective à de nouveaux designs », explique-t-on chez l’imprimeur.


Maroc Morocco Awards Inscriptions jusqu’au 15 octobre Les entreprises souhaitant inscrire leurs marques à la 4ème édition des Morocco Awards ont jusqu’au 15 octobre pour le faire. La grande soirée de gala et de remise des trophées de cet événement annuel, qui récompense les meilleures marques marocaines, aura lieu début décembre dans un lieu inédit : le Morocco Mall. Rappelons que le formulaire d’inscription est disponible en ligne, sur le site www.morocco-awards.com. Outre les Trophées dans chaque catégorie (fabrique, commerce, service), le jury décernera le Prix de la marque émergente, le Prix de la marque de terroir et le Prix de la marque marocaine qui se développe à l’international. Enfin, un Prix du public sera également attribué. Selon un sondage d’opinion réalisé par DS Marketing en décembre 2011, la perception de la qualité et du prix marques marocaines connaissent une évolution favorable, leur sécurité étant toutefois majoritairement considérée comme « moyenne » voire « médiocre ». Cependant, à prix et qualité égaux, 69,5% des sondés choisiraient la marque marocaine plutôt que la marque étrangère.

Marjane Ouverture du 29ème hypermarché Taza se dote d’un hypermarché, le 29ème de l’enseigne Marjane. La plateforme de commerce a été inaugurée le 27 juillet, sous la présidence de Mohammed Fettal, Gouverneur de la province de Taza, et de Mohamed Lamrani, Président-Directeur Général de Marjane Holding. Situé sur un terrain de 8.300 m2, le nouvel hypermarché a nécessité un investissement global de plus de 60 millions de Dirhams. Il se décline en une surface de vente de 2.600 m2, une galerie marchande de sept commerces et un parking d’une capacité de 207 places. L’ouverture de Marjane Taza a permis la création de 260 emplois directs et indirects.

CMA CGM Lancement d’une nouvelle ligne Pour la prochaine campagne d’export 2012/2013, le Groupe CMA CGM a annoncé, le 5 septembre 2012, le lancement de « Dunkrus Express » (reliant Agadir à Dunkerque en 4 jours et à Saint-Petersbourg en 10 jours et demi), un nouveau servi- • Michael Duhamel, Directeur Général de CMA CGM Morocco ce reliant le Maroc à l’Europe offrant une solution logistique « sur mesure » pour les exportations marocaines d’agrumes et de primeurs. Il vient en complément d’une reconfiguration d’« Agadir Express » et du renforcement du service existant entre Agadir et Port-Vendres. Ces départs hebdomadaires, ainsi que les prestations personnalisées de livraison domicile et logistique door/door, permettront aux clients européens de réceptionner leurs marchandises rapidement et aux jours de la semaine les plus adéquats pour les ventes.


L’Actu SISTEP-MIDEST 2ème rendez-vous !

Yoplait Bientôt de retour en rayons

Du 19 au 22 septembre prochains, Casablanca abritera la deuxième édition de SISTEP-MIDEST, salon professionnel marocain dédié à la sous-traitance industrielle et aux machines, équipements et services pour l’industrie. Bénéficiant du soutien des autorités marocaines et placé sous l’égide des hautes instances du pays, SISTEP-MIDEST vise à  présenter une offre industrielle globale en six secteurs majeurs pour permettre aux visiteurs nationaux et étrangers de trouver réponses à leurs besoins : machines-outils, tôlerie, électronique, services, plastiques et sous-traitance. Pour sa seconde édition, SISTEPMIDEST bénéficiera d’un visitorat marocain, africain et européen constitué des principaux donneurs d’ordres du monde industriel. Ils pourront bénéficier d’un large programme de conférences et de rencontres BtoB organisées sur mesure. Une soixantaine de grands donneurs d’ordres africains et européens seront également invités et pris en charge avec l’aide de Maroc Export pour venir rencontrer les exposants et nouer des relations constructives pour l’avenir.

Après plus de 10 ans d’absence, la marque de yaourt à la petite fleur sera bientôt dans les rayons. C’est la Société Laitière Centrale du Nord (SLCN) à Fès qui vient d’obtenir la franchise. L’usine de Fès assurera la production et la distribution de cette marque et aura droit au transfert du savoir-faire Yoplait. Pour cette acquisition de la franchise, SLCN a débloqué de gros moyens. En effet, l’opération Yoplait a nécessité pas moins de 60 millions de DH d’investissement. Le lancement officiel de la marque est prévu pour le 1er janvier 2013. A rappeler que la marque à la fleur avait occupé les rayons des distributeurs locaux au Maroc à partir des années 90. La franchise était détenue depuis 2007 par Driss Charef, propriétaire de la Société Marocaine de Produits Laitiers et Dérivés, qui la cède à SLCN en contrepartie de 10% du capital.

Salon MAFEX Une première édition La première édition du Maghreb Food Exhibition «MAFEX» aura lieu du 31 octobre au 2 novembre 2012 à Casablanca. Organisé par IFWexpo Heidelberg et IEC Maroc, ce salon international de l’alimentation mettra en avant les dernières innovations en termes de technologie et d’ingrédients alimentaires, et sera une plateforme professionnelle qui permettra de développer de nouvelles opportunités d’échange en Afrique du Nord. 450 exposants des pays du Maghreb et de l’Europe et 10.000 visiteurs professionnels y sont attendus. Par ailleurs, un programme de conférences sera organisé par la Société Allemande d’Agriculture DLG (Deutsche Landwirtschaftsgesellschaft).

Blé tendre Approvisionnement normal Selon les chiffres officiels, la campagne de collecte du blé tendre provenant de la production nationale se poursuit dans de bonnes conditions, et a même dépassé les prévisions initiales en atteignant, à la mi-août 2012, un volume de 14,5 millions de quintaux. A cet effet, le gouvernement a décidé de prolonger la période de collecte d’un mois, pour la porter à fin septembre 2012, afin de permettre aux agriculteurs de commercialiser la plus grande partie de leur récolte. Le stock, de plus de 17,5 Mqx à fin août 2012, couvrira l’équivalent de plus de 4 mois d’écrasement des minoteries industrielles, assurant donc un approvisionnement normal du pays durant les mois à venir. Rappelons aussi que la production nationale de blé récolté cette année est d’une qualité exceptionnelle par rapport à l’année précédente.

12

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Entreprenariat et innovation Des leviers de croissance A l’occasion de son 1er anniversaire, l’Alliance des Indépendants (ADI, un Think Tank indépendant) a organisé un Ftour débat le 7 août dernier, sous le thème « Entreprendre et Innover pour stimuler la croissance ». L’objectif était de faire un état des lieux de la situation économique du pays, des challenges rencontrés par les TPE et PME, des opportunités d’investissement et des recommandations pour stimuler la croissance. Moncef Belkhayat, entrepreneur et Président de l’ADI, a tiré la sonnette d’alarme en rappelant que tous les indicateurs économiques indiquent clairement que nous vivons une crise. Pour lui, il faut d’abord instaurer un climat de confiance pour pouvoir entreprendre. Hamid Benladfil, Directeur Général du CRI Casablanca, affirme que « depuis 2011, nous avons remarqué un réel désintérêt de la part des investisseurs classiques, à savoir la France et l’Espagne, pour laisser place à des investisseurs étrangers notamment égyptiens, libanais et tunisiens. Ces derniers souffrent d’une conjoncture économique délicate à cause d’une part du printemps arabe et d’autre part de la crise qui frappe de plein fouet la zone Euro. » Enfin, concernant la situation de la PME/TPE au Maroc et l’importance de l’entreprenariat comme solution pour la création d’emploi, Zakaria Fahim, Ancien Président du CJD International, rappelle que « ce sont les petites entreprises, à savoir les PME/TPE qui créent de la valeur ajoutée et de la richesse dans le pays. En termes d’innovation, le jeune entrepreneur doit accepter d’innover et de travailler différemment pour se distinguer. » Cette conférence a abouti à plusieurs recommandations, notamment sur l’encouragement et l’accompagnement des jeunes entrepreneurs, ainsi que sur l’importance de l’éducation pour inculquer l’esprit d’entreprise.


Maroc Maroc – Russie Signature d’un mémorandum phytosanitaire

La Vie Claire Un site web et deux nouveaux magasins

Du 16 ou 20 juillet 2012, une délégation du Service Fédéral pour la Surveillance Vétérinaire et Phytosanitaire (SFSVP-Russie), composée de 9 responsables et conduite par Maxim Gninenko, Directeur du Département du Contrôle Phytosanitaire et de la Qualité des Grains du SFSVP, a effectué une visite au Maroc, durant laquelle un mémorandum phytosanitaire relatif aux produits végétaux exportés du Royaume du Maroc vers la Fédération de Russie a été signé avec l’ONSSA, au siège du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime. Fruit d’une concertation soutenue entre les autorités compétentes des deux pays, ce mémorandum ouvrira la voie à un partenariat de long terme, et renforcera davantage les échanges commerciaux. Lors de cette visite, des entretiens ont également eu lieu par rapport à l’organisation du système national de contrôle phytosanitaire et des mesures prises par les autorités marocaines compétentes pour son développement, au système national de contrôle et de certification des produits de la pêche, ainsi qu’aux mesures prises par les autorités compétentes pour répondre aux exigences sanitaires de l’Union douanière.

Après une première ouverture en avril 2011 dans le quartier casablancais Californie, La Vie Claire Maroc, masterfranchise de la chaîne française de supermarchés spécialisés dans les produits bio et diététiques, renforce sa présence au Royaume en préparant le lancement de deux points de vente dans les 6 mois à venir. En effet, un second magasin casablancais sis dans le quartier du Triangle d’Or verra le jour fin octobre 2012 avant d’entamer l’expérience à Rabat, où La Vie Claire s’apprête à ouvrir au cours du premier trimestre 2013 sur la route de Zaërs. De plus, le compte à rebours est activé pour le lancement immédiat d’un site e-commerce La Vie Claire : www.lavieclaire.ma. Avec pour commencer 700 références disponibles, ce site marchand - qui ne propose pas de produits frais - permet aux clients d’effectuer les commandes et les paiements en ligne avant d’être livrés sur tout le Maroc.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

13


L’Actu Alimentation animale Hausse des prix des matières premières Depuis les deux derniers mois, les prix des matières premières utilisées pour la fabrication des aliments composés destinés à l’alimentation animale ont connu une hausse vertigineuse. Les prix rendus s’élèvent à 3,30 Dh/kg pour le maïs et 6,90 Dh/kg pour le tourteau de soja. Ces deux matières premières sont déterminantes, constituant à elles seules 90% de la formulation des aliments composés. Quant à leur incidence globale, elle est de l’ordre de 0,70 Dh/kg sur le prix d’aliment du poulet de chair, 0,75 Dh/kg sur le prix d’aliment de la dinde et 0,40 Dh/kg sur le prix d’aliment destiné au gros bétail. Pour faire face à cette situation et en atténuer l’ampleur, le gouvernement est appelé en urgence par les professionnels à prendre un certain nombre de mesures.

Concours national de l’innovation Remise des prix le 18 septembre A l’issue de son Assemblée Générale, le 18 septembre 2012, l’association R&D Maroc organisera à l’hôtel Royal Mansour Casablanca, la cérémonie de remise des prix de la 7ème édition du Concours national de l’innovation, de la recherche-développement et de la technologie. Ce concours a pour objectif l’identification des meilleurs travaux en la matière au niveau national. Cette 7ème édition, lancée en janvier 2012, a enregistré la participation de 110 dossiers de candidature dans les domaines du développement durable, de l’agriculture et de l’agroalimentaire, de l’art, des matériaux, etc. 17 projets seront primés et exposés lors de la cérémonie. Ils feront l’objet d’un accompagnement personnalisé pour leur réalisation.

Maroc Sonae Sierra Rénovation et extension de Marjane Californie Après les projets Marina Shopping et Ibn Tachfine, le spécialiste des centres commerciaux Sonae Sierra vient d’annoncer la signature d’un 3ème contrat avec la première chaîne d’hypermarchés au Maroc, Marjane. Il s’agit de la rénovation et de l’extension d’un hypermarché existant, Marjane Californie, et de sa galerie commerciale. Selon Sonae Sierra, l’inauguration est prévue pour 2015 et le nouveau centre commercial comprendra 168 magasins sur 37.510 m2 de surface commerciale utile et 2.078 places de parking. Responsable du management du projet et de l’ingénierie, Sonae Sierra sera également en charge de la création du concept architectural et paysager, des études de marché, de la stratégie marketing ou encore de l’étude de la circulation et de la signalisation sur les parkings par exemple.

Céréales Edition 2012 des rencontres franco-marocaines A Casablanca le 2 octobre prochain, France Export Céréales organisera son rendez-vous annuel, « Les rencontres 2012 franco-marocaines des céréales ». Plus de 300 participants seront rassemblés à cette occasion. Ce colloque permettra de mettre en avant la qualité de la récolte française 2012 et ses 36,1 millions de tonnes de blé moissonnées. Un point sera également fait sur les tendances et perspectives des marchés céréaliers internationaux : des hausses exceptionnelles de prix du blé ont été causées par la sécheresse et les inondations sur les grands pays exportateurs. « Importateur structurel de céréales (blé en particulier), le Maroc a connu des conditions climatiques difficiles entrainant une baisse de sa récolte 2012 de 41% par rapport à l’an passé. La France se positionne alors comme un partenaire et un fournisseur incontournable du Maroc », indique-t-on chez France Export Céréales.

Coca-Cola et SOS Villages d’Enfants S’unissent pour l’éducation En partenariat avec SOS Villages d’Enfants et pour la 3ème année consécutive, Coca-Cola Maroc a lancé, le 5 septembre dernier, une nouvelle campagne de soutien à l’éducation baptisée « Opération Saada – Atfal Wa A7lam ». Il s’agit d’une campagne nationale qui vise à sensibiliser les citoyens sur l’importance de la lutte contre la déscolarisation. A cet effet, une action de collecte de dons lancée le 5 août 2012 pendant un mois, a permis aux Marocains de prendre part à cette opération. Récoltés via le site web de l’association ou par l’achat de bloc-notes illustrés par les enfants de SOS Villages d’Enfants Maroc en vente auprès de restaurants McDonald’s, les dons serviront à couvrir les frais auxiliaires nécessaires au bon déroulement de la scolarisation des enfants et au soutien du programme de lutte contre la déscolarisation. Par ailleurs, SOS Villages d’Enfants a bénéficié d’une distribution, prise en charge par Coca-Cola Maroc, de cartables munis de fournitures et manuels scolaires au profit de tous les enfants scolarisés que l’Association prend en charge dans tout le Royaume. En reconduisant son partenariat avec SOS Villages d’Enfants Maroc, Coca-Cola Maroc poursuit son engagement envers le soutien scolaire et la lutte contre l’abandon scolaire, et renforce ainsi le rôle clé qu’elle joue dans la sensibilisation de la population sur les enjeux de l’éducation pour tous. Ce programme vise, dans le long terme, à rendre l’enseignement élémentaire accessible au plus grand nombre • Remise de cartables par Samia Boud’enfants, afin de garantir l’égalité des chances en matière d’enseignement, et d’atteindre l’obchareb, Directrice Générale de Cocajectif du Millénaire « Une éducation pour tous ». Cola Maroc.

14

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012


Halal Expo Chile 1ère édition

SIAL Innovation Les nouvelles tendances

Du 12 au 14 octobre 2012, un salon dédié au halal se tiendra pour la première fois au Chili. Baptisé Halal Expo Chile, l’objectif de cet événement est d’exposer l’offre exportable de l’Amérique Latine en matière de produits halal, et notamment de viandes, une spécialité de ce continent. Marcelo Hidalgo, Directeur de Halal Expo Chile, souligne également que « le marché local compte plusieurs millions de musulmans. Le Chili abrite ainsi la plus grande communauté palestinienne hors Cisjordanie. » De quoi intéresser les exportateurs marocains !

Cette année, le SIAL fait place à l’innovation dans un hall entièrement dédié. Afin de mieux comprendre l’offre et la demande de l’innovation alimentaire, XTC world innovation a décrypté de nouvelles tendances regroupées dans 5 axes : plaisir, santé, forme, praticité et éthique. Esthétique, positionnement, coût, praticité, naturalité, nutrition et aspect culture, entre autres, se retrouvent dans les nouveaux produits qui seront présentés lors du SIAL. Par ailleurs, XTC world innovation a également identifié deux pistes prospectives déchiffrables au travers d’innovations « de rupture » susceptibles d’influencer les marchés de demain. Il s’agit du living-food, pour lequel le consommateur semble porter un intérêt, particulièrement pour le produit périssable, et du food-building ou constructions alimentaires, par lesquelles le consommateur ira jusqu’à « construire » une nourriture adaptée à ses goûts.

ISO 22000 Nouveau module de soutien en ligne Afnor vient de mettre en ligne le module de soutien ISO 22000 n°13. Il traite de la gestion des PRP (Programmes Pré-Requis) sur le nettoyage et la désinfection. Il est téléchargeable gratuitement sur le site www.afnor.org, sous le profil « agroalimentaire » et dans le focus sur l’ISO 22000.

Clin d’oeil Le fruit le plus cher du monde ! Au Japon, les fruits sont un luxe. Et quand une simple pomme peut coûter 4 €, c’est le melon de Yubari qui remporte la palme ! Cultivé sur l’île d’Okkaido, retourné plusieurs fois par jour et inspecté soigneusement avant de pouvoir bénéficier de l’appellation, chaque melon est vendu en moyenne 30 à 50 €. En début de saison, des ventes aux enchères ont lieu et les prix s’envolent. Une paire peut en effet y être vendue jusqu’à 20.000 € !

Méditerranée Réunion ministérielle sur la sécurité alimentaire Malte accueillera le 27 septembre 2012 la 9ème réunion des Ministres de l’Agriculture des 13 pays membres du CIHEAM (Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes), dont le Maroc fait partie. Les discussions porteront sur « la sécurité alimentaire et les prix dans les pays méditerranéens », des challenges au cœur des préoccupations de la région !

Des fruits et légumes …à la descente du train

Salon FachPack Voyage organisé par Growing Markets

Voici ce que propose la SNCF Transilien. En effet, plus de douze tonnes de fruits et légumes sont vendues chaque semaine dans 45 gares d’Île-de-France, où des stands de producteurs et de distributeurs de paniers bio sont installés un après-midi par semaine. L’opération « Paniers Fraîcheur SNCF Transilien » a été accueillie cette année dans 40 gares françaises. Les maraîchers peuvent ainsi vendre leur production directement aux consommateurs, sans passer par les intermédiaires. Rappelons que l’opération « Paniers Fraîcheur », lancée en 2007, résulte d’un partenariat entre SNCF Transilien et les Chambres d’Agriculture d’Île-de-France et de Seine-et-Marne. Son but : faciliter la vie quotidienne des clients en leur apportant un service de proximité, simple et utile, et pérenniser les petites fermes en maintenant la valeur ajoutée sur les exploitations par le développement des circuits courts de vente.

Représentant officiel et exclusif au Maroc de NürnbergMesse, société allemande organisatrice de salons professionnels, l’agence Growing Markets propose un voyage organisé au FachPack, salon spécialisé dans l’emballage qui se tiendra du 25 au 27 septembre à Nuremberg, en Allemagne. Ce salon est une plateforme qui propose produits, informations, innovations, contacts et réponses à toutes les questions dans le domaine de l’emballage, ainsi que les technologies les plus récentes dans le secteur. La découverte de l’ensemble de la chaîne de valeur ajoutée, depuis la fabrication de matériaux d’emballage, jusqu’au recyclage et la protection du consommateur et de l’environnement est également possible. Par ailleurs, plusieurs forums et tables rondes sont au programme. L’emballage des produits agroalimentaires figure parmi les produits sur lesquels se focalisera le salon cette année. Rappelons qu’en 2010, FachPack avait attiré 1.350 exposants et plus de 35.000 visiteurs professionnels venus de 79 pays.

16

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

© SIAL Paris

L’Actu


Monde

Plus précisément à Hammamet, le projet d’écomusée de l’orangeraie de la ville, inauguré le 14 octobre 2011 et lancé le mois suivant, est un nouveau concept de tourisme ayant pour but de préserver le savoir-faire agrumicole de la région, de soutenir son développement durable, mais aussi d’asseoir les bases d’un tourisme alternatif dans une ville dont l’image souvent véhiculée est celle d’une station balnéaire méditerranéenne. Ainsi, étant donné l’importance du patrimoine agrumicole à Hammamet, ce projet est né dans le but de sauvegarder et de valoriser cette composante essentielle de l’identité locale. Composé d’un verger témoin, d’un arboretum agrumicole et d’une exposition permanente, l’écomusée de l’orangeraie a été aménagé au sein du parc du Centre Culturel International d’Hammamet (CCIH). Conçu et mis en œuvre par l’Association d’Education Relative à l’Environnement de Hammamet (AERE), et co-financé par le programme Euromed Heritage 4 de l’Union Européenne, il a mobilisé plusieurs acteurs institutionnels, privés et de la société civile.

Bel Premier bilan de la chaudière biomasse Le groupe fromager Bel vient de dresser un premier bilan de l’évolution de l’empreinte environnementale de son site de Cléry-le-Petit (France), après 6 mois de fonctionnement de sa chaudière biomasse. Le site produit chaque année plus de 13.500 T de fromages. Cette chaufferie bois utilise des plaquettes forestières, contribuant ainsi à la création d’une dizaine d’emplois dans la filière bois. Capable de produire 58.000 T de vapeur par an, ce dispositif permettra d’éviter chaque année l’émission de 9.400 T de gaz à effet de serre. Effectivement, depuis son installation en février 2012, l’émission de 4.500 T de gaz à effet de serre a été évitée et 70% des besoins en fuel ont été substitués par du bois, ressource renouvelable et régionale. L’installation de cette chaudière biomasse s’inscrit dans le cadre de la démarche d’amélioration continue que mène Bel pour la réduction de l’empreinte environnementale de ses activités à travers le monde. En termes de réduction des consommations d’énergies, le Groupe s’appuie sur un programme baptisé ESABEL (Energy SAving BEL) qui fournit à ses 27 sites de production une méthodologie pour la réduction de leurs consommations. Bel favorise également les énergies de substitution aux énergies non renouvelables chaque fois que du matériel doit être remplacé ou de nouvelles installations déployées.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

© Groupe Bel

L’agrumiculture, Pour un tourisme alternatif en Tunisie

17


L’Actu Cours des matières premières (en Dollars/Tonne) Prix internationaux du cacao, du jus d’orange et du café

Prix internationaux du blé, du soja, de l’huile de palme et du sucre

Tableau de Bord

Baromètre des exportations A fin mai 2012, soit après 11 mois de campagne, les volumes des exportations redressent un peu la barre, le retard par rapport à la campagne précédente se réduisant. Les produits végétaux transformés et les produits de la mer sont ainsi à -16% par rapport à fin mai 2011, alors que l’écart était supérieur à 20% à fin mars 2012. Les exportations au 31 mai 2012 ont atteint : • 227.382 T pour les produits végétaux transformés (t -16% par rapport à la même période de la campagne précédente) • 373.119 T pour les produits de la pêche (t -16%) Tendances des exportations 2011/2012 de produits végétaux transformés (évolution en volume par rapport à la campagne 2010/2011, cumul au 31 mai 2012, soit 11 mois de campagne) Par produit Jus s +177% Conserves de fruits s +28% Conserves d’olives t -2% Huiles végétales t -50% Par marché Autre Amérique s +15% Maghreb s +1% Union Européenne t -11% ALENA t -26%

Prix internationaux des produits laitiers

Tendances des exportations 2010/2011 de produits de la pêche (évolution en volume par rapport à la campagne 2010/2011, cumul au 31 mai 2012, soit 11 mois de campagne)

(Source : USDA)

Par produit Semi-conserves s +7% Conserves de sardines t -9% Poissons congelés t -17% Farine et huile de poisson t -27%

18

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Par marché PECO s +34% Autre Afrique t -11% Union Européenne t -13% Amérique du Sud t -29% (Source : EACCE)


eille Réglementaire

L’Actu

Veille Réglementaire

Maroc

Arrêté conjoint du Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, du Ministre de l’Economie et des Finances et du Ministre de l’Intérieur n° 1150-12 du 28 rabii II 1433 (21 mars 2012) modifiant et complétant l’arrêté conjoint n° 1537-87 du 13 joumada I 1408 (4 janvier 1988) fixant les modalités de l’aide de l’Etat en vue de l’intensification de la production animale (BO n° 6054 du 7 juin 2012). L’arrêté conjoint n° 1537-87 du 13 joumada I 1408 comporte des modifications et des compléments, dont certains portent sur : - l’aide financière de l’Etat pour la construction des bâtiments d’élevage (25% du coût d’investissement) et l’acquisition du matériel nécessaire aux exploitations d’élevage (30% du coût d’investissement). Les plafonds des subventions sont fixés dans les tableaux correspondants ; - le nombre d’unités de matériel éligible à la subvention, fixé dans le tableau correspondant.

Arrêté du Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime n°2150-12 du 10 rejeb 1433 (1er juin 2012) complétant l’arrêté du Ministre de l’Agriculture et de la Réforme Agraire n°256-91 du 7 joumada II 1411 (25 décembre 1990) fixant la liste des laboratoires habilités à procéder aux analyses dans le domaine agricole (BO n°6062 du 5 juillet 2012). Le tableau relatif aux laboratoires habilités à procéder aux analyses dans le

domaine agricole est complété conformément à l’annexe de l’arrêté. Décision du Ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies n°2098-12 du 7 rejeb 1433 (29 mai 2012) portant homologation de normes marocaines (BO n°6062 du 5 juillet 2012). La norme NM 08.0.800 : 2012 relative aux exigences des produits Halal est homologuée. Arrêté conjoint du Ministre de l’Intérieur, du Ministre de l’Economie et des Finances et du Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime n°2324-12 du 7 rejeb 1433 (29 mai 2012) fixant les conditions d’achat du blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées, ainsi que les conditions de fabrication, de conditionnement et de mise en vente desdites farines (BO n°6066 du 19 juillet 2012). Au titre de la campagne de commercialisation 2012-2013 : - le prix référentiel d‘achat du blé tendre de la production nationale de la récolte 2012 est de 290 DH par quintal pour une qualité standard telle que définie à l’annexe I ; - l’acquisition du blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées peut faire l’objet d’appels d’offres organisés par l’ONICL ; - le prix du blé tendre de production nationale ou d’importation s’entend pour une qualité standard, et peut intégrer

les frais de stockage, la marge de l’intervenant, les frais de transport jusqu’à la minoterie industrielle et les frais de livraison s’y rapportant ; - le prix de cession à la minoterie industrielle du blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées est fixé à 258,8 DH par quintal, base qualité standard telle que définie à l’annexe I ; - les éléments entrant dans le calcul du prix de revient des farines subventionnées sont fixées dans le présent arrêté ; - lorsque les frais de transport et les frais de livraison sont intégrés dans le prix offert lors des appels d’offres, les frais d’approche sont repris à hauteur d’1 DH par quintal par l’ONICL auprès des minoteries industrielles ; - les frais de transport des farines subventionnées, ainsi que les frais de transport du blé tendre lorsque le prix offert ne les intègre pas, sont pris en charge par l’Etat ; - les prix limites de vente des farines subventionnées sont fixés dans le présent arrêté ; - le conditionnement des farines subventionnées doit être fait dans des sacs de 50 kg nets qui doivent comporter une bande verte de 10 cm de largeur placée au milieu des deux faces du sac. Les emballages doivent être scellés au plomb de la minoterie et porter l’indication apparente de la dénomination du produit vendu ainsi que la raison sociale de la minoterie. Ils doivent être également munis d’étiquettes d’identification.

Union Européenne Décision d’exécution de la Commission du 1er juin 2012 autorisant la mise sur le marché de la gamma-cyclodextrine en tant que nouvel ingrédient alimentaire en application du règlement (CE) n° 258/97 du Parlement Européen et du Conseil. La gamma-cyclodextrine conforme aux spécifications figurant en annexe peut être mise sur le marché en tant que nouvel ingrédient alimentaire. La mention autorisée par la présente décision pour l’étiquetage des denrées alimentaires contenant de l’γ-cyclodextrine est «gamma-cyclodextrine» ou «γ-cyclodextrine». Règlement (UE) n° 794/2012 de la

20

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Commission du 5 septembre 2012 relatif à des mesures transitoires en ce qui concerne la liste de l’Union des arômes et matériaux de base établie à l’annexe I du règlement (CE) n° 1334/2008 du Parlement Européen et du Conseil. Les denrées alimentaires contenant des substances aromatisantes, qui sont légalement mises sur le marché ou étiquetées avant le 27 septembre 2014, mais qui ne sont pas conformes à la partie A de l’annexe I du règlement (CE) n°1334/2008, peuvent être commercialisées jusqu’à leur date de durabilité minimale ou leur DLC. Les parties B à F de la liste de l’Union des arômes et matériaux de base, telles

qu’établies à l’annexe I dudit règlement, sont applicables à partir du 27 septembre 2016. Le délai pour l’introduction des demandes d’autorisation est fixé pour le 27 septembre 2015. Les denrées alimentaires contenant les arômes et matériaux de base énumérés à l’article 9, points b) à f), qui sont légalement mises sur le marché ou étiquetées avant le 27 mars 2018, mais qui ne sont pas conformes aux parties B à F de l’annexe I dudit règlement, peuvent être commercialisées jusqu’à leur date de durabilité minimale ou leur DLC. La date d’application de la liste de l’Union des arômes et matériaux de base est le 27 mars 2013.


Flavanols de Cacao Vertus officiellement reconnues

Food In Action © 2012

En juillet dernier, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a émis un avis scientifique positif sur le dossier d’allégation de santé déposé l’an dernier par Barry Callebaut, leader mondial des produits à base de cacao et chocolat. Ce dernier a obtenu la confirmation que les flavanols de cacao contribuent à maintenir la vasodilatation endothélio-dépendante, ce qui favorise une circulation sanguine normale. Pour ce faire, le fabricant a fourni des éléments de preuve démontrant que l’absorption de 200 mg de flavanols de cacao contenus dans 2,5 g de poudre de cacao ou 10 g de chocolat noir riches en flavanols a un impact positif sur la circulation sanguine du corps humain. Les produits utilisés ont été fabriqués selon un procédé qu’elle a développé elle-même, Acticoa, permettant de conserver jusqu’à 80% des flavanols de cacao qui sont habituellement détruits avec les méthodes classiques de fabrication du chocolat. Si la Commission européenne confirme l’approbation, l’entreprise aura le droit d’utiliser cette allégation de santé dans les pays de l’UE pendant 5 ans. De plus, l’opérateur estime qu’il existe un potentiel commercial considérable, notamment pour les applications dans les boissons chocolatées, les barres de céréales et biscuits au chocolat. Notons que Barry Callebaut est la première entreprise de l’UE à obtenir un avis scientifique positif sur une allégation de santé concernant les flavanols de cacao.

Microbiote et prébiotiques S’allient contre l’obésité Lors du Congrès Européen de l’Obésité qui s’est tenu à Lyon du 9 au 12 mai 2012, les participants au symposium intitulé « Microbiote, Prébiotique et Obésité » organisé par Roquette - leader mondial de l’industrie amidonnière - se sont tous accordés sur le rôle du microbiote et des prébiotiques dans la prévention et la lutte contre le surpoids et l’obésité. Selon Tommy Visscher, de l’Université des Sciences Appliquées de Windesheim aux Pays-Bas, deux pratiques prévalent en matière de traitement de l’obésité installée : l’intervention chirurgicale ou une gestion rigoureuse du poids. Des changements dans les habitudes alimentaires, incluant une prise en compte du microbiote et l’utilisation de prébiotiques dans l’alimentation, permettraient de mieux contrôler cette pathologie. Pour sa part, Kristin Verbeke, de l’Unité de Recherche translationnelle sur les troubles gastro-intestinaux à l’Université Catholique de Louvain en Belgique, s’est intéressée au lien entre microbiote intestinal et santé. La chercheuse a présenté des résultats d’études récentes qui montrent un lien entre perte de poids et augmentation de la concentration de Bacteroidetes dans l’intestin. Par ailleurs, Nathalie Delzenne, du Groupe de recherche sur la nutrition et le métabolisme de la même université a présenté les résultats suivants : une modulation de la flore intestinale, accompagnée d’une variation des habitudes alimentaires, pourrait influencer la balance énergétique et jouer un rôle dans la modulation du tissu adipeux. Enfin, Monique Romon, responsable de l’Unité nutrition à l’Université Lille 2 - Droit & Santé en France, a présenté des travaux récents sur les liens entre prébiotiques, satiété et obésité. Différentes études ont montré que la consommation de fibres alimentaires peut augmenter la satiété et réduire l’appétit. FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

21


L’Interview

Suite de la page 3

Vous avez développé deux parcs industriels. Quel est votre bilan aujourd’hui ? Philippe Confais Si nous aménageons des parcs industriels en partenariat avec le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies, c’est parce qu’il y a une vraie problématique de foncier industriel sur le Maroc. Nous avons fait nos preuves puisque nos parcs sont valorisés à quasiment 100%. Joël Sibrac Notre premier parc, lancé en 20032004 sur 30 ha à Bouskoura, est effectivement plein et compte 10% d’entreprises du secteur agroalimentaire, aussi bien marocaines que françaises. Le second, à Ouled Salah sur 30 ha également, est en cours de finition et pratiquement attribué dans sa totalité. Sur ce 2ème parc, nous avons innové en proposant deux formules : la formule traditionnelle de location des parcelles et une autre formule, sur une petite partie du terrain, sur laquelle nous avons construit des bâtiments industriels prêts à l’emploi. Cette nouvelle formule a reçu déjà 70% de manifestations d’intérêt. Signalons également que nous travaillons en partenariat avec le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des

Nouvelles Technologies et les autorités locales (Wilaya, Municipalité, CRI, notamment). Une commission d’attribution des lots étudie les dossiers, sachant que les entreprises doivent être industrielles, créatrices d’emplois et non polluantes pour pouvoir s’implanter dans ces parcs.

français pour l’agro-industrie au Maroc ? Philippe Confais Un bon exemple est le succès du CFIA, qui confirme cet intérêt. Certes, le Maroc a encore un certain nombre de défis à relever, en termes de sécurité sanitaire, d’environnement, de technologies, de ressources humaines. Mais franchement, il s’y emploie vraiment et il existe des potentialités de développement.

Envisagez-vous d’en créer d’autres ?

Plus généralement, comment évoluent les relations économiques entre le Maroc et la France ? Joël Sibrac Elles restent excellentes et exceptionnelles malgré le contexte difficile. La France est toujours le premier partenaire du Maroc, aussi bien à l’import qu’à l’export, le premier bailleur de fonds et le premier investisseur. Philippe Confais Chaque année, nous aidons 70 investisseurs à s’implanter au Maroc, grandes entreprises ou PME. Beaucoup d’autres sociétés viennent développer un courant d’affaires avec le Maroc et nous accueillons énormément de délégations de chefs d’entreprise. Les échanges restent au beau fixe, mais même si le Maroc a fait preuve de résilience, nous subirons certainement l’impact de la situation économique européenne et française en particulier. Joël Sibrac Le Maroc attire les investisseurs français et étrangers pour deux raisons : le marché marocain en tant que tel, mais aussi et de plus en plus, le Maroc comme plate-forme pour l’Afrique subsaharienne.

Joël Sibrac Effectivement, nous avons signé pour un 3ème parc qui devrait être commercialisé dès l’année prochaine. Situé à Settat, il sera plus petit (20 ha) et aura pour objectif de désenclaver un peu Casablanca. Nous essayons d’en faire un parc de taille modeste mais modèle. Enfin, notre 4ème projet de parc vient d’être retenu officiellement par le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies suite à un appel à manifestation d’intérêt. Nous passerons là à une autre dimension : 60 ha à Berrechid. Qu’est-ce qui a fait leur succès ? Joël Sibrac Ils permettent de résoudre le problème du foncier en 1/ évitant les démarches, 2/ évitant l’investissement foncier et la spéculation et 3/ proposant une très bonne organisation. La gestion du parc est confiée à une société indépendante, avec dans le tour de table les différents partenaires, généralement des institutionnels (banques, assurances...). La CFCIM achète le terrain et le loue à la société de gestion. Nous ne sommes pas actionnaires sauf à titre symbolique. Quel est l’intérêt des investisseurs

La CFCIM a créé l’un des rares centres de médiation opérationnels au Maroc. Quelle est l’origine de ce projet ?

Parcours - Joël Sibrac Originaire de Bordeaux et diplômé notamment de l’Ecole Supérieure de Commerce et d’Administration des Entreprises, Joël Sibrac a mené une bonne partie de sa carrière au sein du groupe BNP Paribas, d’abord en France puis à l’international, à la tête d’entités du groupe : Panama, Jersey, Portugal, Italie, Amérique du Nord. De mai 2002 à septembre 2008, il préside le Directoire de la BMCI au Maroc (groupe BNP Paribas). Depuis octobre 2008, il gère sa société, 3JS Conseil, tout en étant également Administrateur d’Axa Maroc et de Delattre Levivier Maroc, et Conseiller du Groupe SAGFI. Conseiller du Commerce Extérieur de la France, membre du Conseil du Développement et de la Solidarité (CDS) et Chevalier dans l’Ordre National du Mérite de la République Française, Joël Sibrac a été élu Président de la CFCIM en décembre 2010.

22

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012


Joël Sibrac et Philippe Confais, respectivement Président et DG de la CFCIM

Joël Sibrac A l’origine, il a été créé il y a 3 ans pour répondre à un besoin du marché. La médiation est une formule très rapide de règlement des litiges commerciaux à l’amiable. Elle est également peu coûteuse, complètement indépendante et efficace. Philippe Confais Ce service avait un peu été mis en veille car nous étions peu sollicités et les entreprises n’ont pas encore la culture de la médiation. Mais aujourd’hui, l’actualité nous rejoint puisque des projets de textes réglementaires, imposant la médiation pour tout litige inférieur à 100.000 Dirhams, sont en cours. Cela donnera un nouvel élan à la médiation, élan que nous anticipons d’ores et déjà en donnant une nouvelle impulsion à notre centre de médiation, en reformant à nouveau des médiateurs et en communiquant largement, notamment dans notre revue Conjoncture, pour inciter les entreprises à inscrire une clause de médiation dans les contrats. Et nous constatons déjà une évolution dans le nombre de dossiers que nous recevons. Quel est l’intérêt pour une entreprise d’adhérer à la CFCIM ? Philippe Confais En 2013, nous fêterons, pour ainsi dire, notre centenaire. Nous sommes donc très bien ancrés dans notre environnement. Joël Sibrac Effectivement, je crois que nous avons une très bonne connaissance du terrain et des relations d’excellente qualité avec les Ministères et les administrations. Notre première mission est le renseignement de nos adhérents et le réseautage. Nous leur apportons par exemple des informations via nos différents forums où sont invités des Ministres et autres personnalités, via des réunions techniques sur des points

précis, etc. Nous avons également un certain nombre de commissions : juridique, fiscale et sociale, enseignement, formation et ressources humaines, économique et financière… Nous sommes donc à même de traiter des sujets qui intéressent nos adhérents, voire d’être un relais avec l’administration en cas de problème. Philippe Confais Je vous donne un exemple dans ce registre : la commission juridique, fiscale et sociale a relu l’intégralité du Code Général des Impôts, ainsi que des décrets et circulaires d’application, puis a fait à la Direction Générale des Impôts des propositions de modifications, allant dans le sens des intérêts des entreprises et du développement des affaires. Joël Sibrac Je tiens à préciser par ailleurs que l’essentiel de nos adhérents sont des entreprises marocaines. Nous ne sommes pas un organisme franco-français. Philippe Confais Effectivement, plus de 90% de nos adhérents sont des entreprises marocaines ou à capitaux majoritairement marocains. Nos 3.700 entreprises adhérentes font de nous la plus grande Chambre Française à l’étranger. Précisons également que nous sommes un établissement 100% privé. Certes, nous avons une délégation de service public d’Ubifrance au Maroc, mais ne recevons aucun subside de l’Etat. Nous vivons des cotisations, qui sont volontaires, et des prestations rémunérées. Joël Sibrac Et qui dit prestation rémunérée dit obligation de qualité ! Comment accompagnez-vous les entreprises marocaines qui veulent se développer en France ? Joël Sibrac Nous avons un réseau en France par le biais des Chambres de Commerce

et d’Industrie de France et à l’étranger par l’intermédiaire des Chambres de Commerce et d’Industrie Françaises à l’Etranger. Nos adhérents bénéficient donc de ces deux réseaux. Philippe Confais Nous organisons par exemple des visites de salons comme le SIAL à Paris le mois prochain, ou FOODIST à Istanbul en décembre. Notre rôle est d’aider les entreprises à développer leur business, à travers nos missions. Outre nos missions d’accompagnement, d’information, d’intermédiation dans les problèmes éventuels, nous proposons énormément de prestations de type études de marché. Nous organisons aussi des programmes de rendez-vous B to B avec organisation de toute la logistique et des rendez-vous... Il en découle du business concret. Joël Sibrac Enfin, n’oublions pas le pôle enseignement-formation avec le Campus de la CFCIM : l’EFA, l’ESC Toulouse, l’ESC Casablanca et le CEFOR entreprises. Philippe Confais Nous avons ainsi formé l’été 2011 les 600 conseillers-vendeurs du Morocco Mall. En outre, nous venons d’initier une nouvelle formule, le BADGE (Bilan d’Aptitude Délivré par les Grandes Ecoles), une sorte de validation des acquis professionnels. Les Brasseries du Maroc viennent d’organiser celui de Développeur d’Activité Commerciale pour une trentaine de collaborateurs, qui, compte tenu de leur expérience professionnelle, en suivant certains cursus de formations complémentaires et en passant des examens, sont susceptibles d’obtenir un Mastère Spécialisé. Le Campus et les parcs industriels sont vraiment des particularités de la CFCIM. Vous ne les retrouverez pas dans d’autres CCI Françaises à l’Etranger et cela illustre bien la relation particulière entre la France et le Maroc.

Parcours - Philippe Confais Titulaire d’un Master « Certificat de Gestion et Management Stratégique des Entreprises », d’un DESS « Certificat d’Aptitude à l’Administration des Entreprises » (CAAE), spécialité Gestion des Ressources Humaines, et d’une Maîtrise de Sciences Economiques et de Gestion, mention Economie Industrielle, Philippe Confais a débuté sa carrière au MEDEF de la région Champagne-Ardenne, occupant la fonction de Secrétaire Général de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM) et de l’Union des Industries Chimiques (UIC), avant de rejoindre le Maroc en tant que Directeur Général Adjoint de la CFCIM en janvier 2010. Depuis le 4 avril 2011, il est Directeur Général de la CFCIM. FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

23


Salon

France

Emballage

40 éditions de progrès et d’innovations Devenue une place de marché internationale incontournable pour de nombreux acteurs économiques, le salon Emballage est un rendez-vous d’affaires, un outil de veille et de prospective pour l’emballage du futur. Rendez-vous du 19 au 22 novembre 2012 à Paris !

© Salon Emballage

Emballage

Meriem EL HASSOUNI

P

arce que l’innovation est devenue un enjeu stratégique du progrès économique pour toutes les entreprises utilisatrices d’emballages, la 40ème édition du salon se présente comme une plateforme commerciale, de sourcing et d’inspiration pour chaque secteur industriel. Ainsi, et pendant 4 jours, cette industrie exposera l’ensemble de ses innovations et de son savoir-faire, à travers des solutions répondant à toutes les attentes de la chaîne de l’emballage, de la matière première jusqu’au produit fini, avec machines de conditionnement et services connexes, tels que marquage, codage, étiquettes et les systèmes. Lors de cette prochaine édition, ce sont près de 1.300 exposants et quelques 89.000 visiteurs qui sont attendus.

Nouvelle stratégie

Généraliste par son offre multi-

24

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

secteur, le salon a développé une nouvelle stratégie de « salons dans le salon » pour cette 40ème édition. Grâce à une communication sectorielle renforcée on et off line en amont du salon vers les grandes communautés business utilisatrices, des outils de visite spécifiques et des conférences dédiées seront organisés autour de 6 grands pôles pour répondre aux attentes spécifiques de chaque secteur : Beverage & liquids, Food, Luxe, Personal care beauty, Health et enfin, Multi industry.

Une 40ème édition exceptionnelle

Innovation, actualités, prospective et approche internationale sont au programme de cette 40ème édition, qui présentera également une exposition inédite, « I love pack-since 1947 » pour célébrer cet anniversaire. Elle mettra en scène les innovations de rupture de l’emballage de ces

dernières décennies et apportera un éclairage prospectif sur le futur. Etant aussi un salon d’innovation, un Pack Innovation réunira la quintessence de l’innovation des exposants à travers une cinquantaine de nouveautés sélectionnées. Un Comité Pack Experts décernera ses « Packs Experts’ Innovation Awards » . Aussi, le salon constituera une plateforme unique d’expression : un plateau TV en live -Emballage TV- sera dédié à toute l’actualité de la filière durant ces 4 jours. Un tour du monde des packaging sera au rendez-vous, et cela à travers le regard d’étudiants de six écoles de design à l’international, qui présenteront une exposition « packagings & alternatives remarquables ». De plus, et pour mieux cerner les enjeux du secteur, un cycle de conférences Pack Vision, consacré à l’avenir de l’emballage, complètera cet événement. Il mettra plus particulièrement en avant cette année les thèmes de la sécurité, de la fonctionnalité des emballages, de l’ergonomie et de la maîtrise des coûts, selon les cibles utilisatrices.

Emballage en chiffres

1.300 exposants (500 marques représentées) 89.000 visiteurs Plus de 1.100 entreprises ont déjà réservé leur stand. 92 % de la surface d’Emballage 2012 est réservée. 48 % d’internationaux parmi les exposants.


Focus • 180 exposants représentant 3 secteurs : ingrédients & PAI, équipements & procédés, emballages & conditionnement • 4.000 visiteurs professionnels • Un riche programme de conférences techniques

CFIA Maroc 2012

26

© Franck Boston - Fotolia.com

CFIA Maroc 2012

Le grand rendez-vous

CFIA

CFIA

Retourne au Maroc

Les nouveautés en avant-première !

page 27

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

page 28


CFIAFocus

CFIA

Retourne au Maroc Au service de l’industrie agroalimentaire depuis 2005, le Carrefour des Fournisseurs de l’Industrie Agroalimentaire au Maroc est L’évènement marquant du secteur. Du 25 au 27 septembre 2012, les fournisseurs des différentes technologies et techniques de cette filière présenteront leurs nouveautés au Centre International de Conférences et d’Expositions de Casablanca. Siham HAMDI

R

endez-vous incontournable des professionnels de l’industrie agroalimentaire, le CFIA Maroc, organisé tous les deux ans, se tient en septembre 2012 pour une 3ème édition où seront exposées un ensemble de nouveautés, présentées en avant-première dans ce dossier, sur une surface s’étendant sur 6.000 m².

Le professionnalisme parlant

Fruit d’un partenariat entre la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc et la société GL Events, qui organise en France le CFIA Rennes et le CFIA Metz, le CFIA Maroc est tenu sous l’égide du Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies et du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, et sponsorisé par la société marocaine Comaner, spécialisée dans le secteur des ingrédients alimentaires. Cette année, le CFIA se veut un salon complet et regroupant l’ensemble des professionnels, PME ou grands groupes industriels, opérant dans des secteurs divers tels que les ingrédients et produits alimentaires intermédiaires, les équipements et procédés, et les emballages et conditionnements.

L’échange avant tout

Le CFIA, c’est aussi une plate-forme de rencontres BtoB et de business, et une occasion d’échange entre les exposants marocains et étrangers et les visiteurs professionnels, afin de déceler les besoins de ces derniers,

leur proposer des solutions innovantes et variées, et répondre à leurs attentes. Cette année, 180 exposants, dont 60 entreprises marocaines, ainsi que 4.000 visiteurs sont attendus. Certains pays, notamment l’Allemagne et le Congo, y participent pour la première fois.

Un secteur en pleine croissance

Filière à fort potentiel de développement au Maroc, l’industrie agroalimentaire représente en effet le premier secteur manufacturier du pays, 49% des dépenses des ménages marocains étant destinées au budget alimentaire. Chose qui mène les différents acteurs du secteur à croiser une émergence industrielle croissante et à faire face à certains défis, notamment en termes de technologie, de réglementation, de sécurité alimentaire et de qualification, afin de booster le développement de la filière et permettre au marché d’occuper une place importante au sein de l’économie marocaine. Le soutien institutionnel y est également pour beaucoup, à travers les différents plans nationaux bâtis tels que le Pacte National pour l’Emergence Industrielle et le Plan Maroc Vert. Afin de clarifier encore plus les enjeux de l’agroalimentaire, un programme de conférences traitant l’actualité des industries agroalimentaires sera également organisé en marge de cet événement, et sera animé par des experts techniques et des représentants institutionnels. FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

27


Focus

CFIAFocus

CFIA

Une sélection des nouveautés en avant-première ! Dans ce dossier spécial CFIA Maroc 2012, FOOD Magazine vous propose de découvrir en avant-première les nouveautés proposées par les exposants ayant répondu à notre enquête.

INGREDIENTS & PAI • Comaner. Sucre inverti, amidons, ferments lactiques et sels de fonte

• Comaner enrichit sa gamme d’ingrédients pour l’industrie agroalimentaire avec l’arrivée au Maroc de Gluco 55. C’est un sucre liquide inverti d’un pouvoir sucrant de 1,25. Plus fluide et plus sucré que le saccharose liquide, le Gluco 55 est obtenu par inversion de saccharose. Augmentant le pouvoir rétenteur d’eau, son utilisation permet l’amélioration de la conservation des produits sur le plan microbiologique et en termes de texture. De plus, Gluco 55 est doté d’un meilleur pouvoir de coloration à la cuisson et évite au saccharose de cristalliser. Il assure également le renforcement et la conservation des arômes. • CheeseMaker est une série d’amidons de pomme de terre modifiés proposée par KMC. Ce sont des gélifiants développés spécialement pour les analogues de fromage pour pizza, topping ou tranches, de même que tous les types de fromages : mozzarella, cheddar, gouda... • Maysa propose une série de ferments lactiques lyophilisés pour l’ensemencement direct des laits et des bases laitières mis en fabrication. • Sofima/BK Giulini présente Joha, une gamme de sels de fonte issue de mélanges appropriés de phosphates et de citrates, fournissant de nombreuses solutions pour le lait et le fromage. Ils sont utilisés dans la fabrication des fromages fondus, fromages analogues, pizza cheese, cream cheese… et permettent de contrôler la texture, la couleur et le goût de ces produits. Dans le cas des laits stérilisés et concentrés, crèmes stérilisées, produits à base de lait fermenté, desserts lactés, flans, milk shake et crèmes glacées, boissons nutritionnelles, ces additifs sont utilisés pour stabiliser et corriger le pH lors des traitements thermiques et pour améliorer la conservation.

• Savena-Sfinc. Nouvelles marinades, sauces et chapelures spécialement conçues pour le Maroc

Spécialisé dans le développement de solutions dans le domaine des ingrédients alimentaires aromatiques, fonctionnels et nutritionnels, le groupe français Savena-Sfinc présentera au CFIA ses nouvelles gammes de marinades liquides, de sauces froides et de chapelures, destinées au marché maghrébin pour une consommation Halal. Ces préparations sont conçues selon diverses saveurs (orientale, méditerranéenne, mexicaine,…). Savena-Sfinc propose par ailleurs différents conditionnements, selon les besoins des clients.

28

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

• Arômes & Co. Nouvelles préparations aromatiques naturelles

Fidèle à son label naturel « Simply Natural, Simply Good », la société Arômes & Co vient de développer de nouvelles préparations aromatiques sur des bases naturelles, qu’elle présentera au CFIA. Il s’agit des Cream –paste, formulées à base de concentré naturel à plus de 50%, et proposées en divers arômes (vanille, caramel, toffee, anis-réglisse,...), et des Smooth-aroma, préparations aromatiques à base d’extraits de fruits naturels tels que les citrus (orange, citron, pamplemousse), les fruits rouges (fraise, framboise, mûre,…), les fruits jaunes (banane, pêche, poire,…), et les fruits exotiques (ananas, coco, papaye, cherimoya,…). Les nouvelles préparations aromatiques d’Arômes & Co sont destinées à diverses applications, notamment dans les fourrages, nappages et glaçages des produits de la biscuiterie, pâtisserie, chocolaterie et confiserie, dans les yaourts et les desserts lactés, mais aussi dans les jus et les boissons. En outre, des formules sur mesure peuvent être développées en exclusivité.


Focus EQUIPEMENTS & PROCEDES • Isolab. ProFoss

Installé sur la chaîne de production, ProFoss est une solution d’analyse qui fournit des résultats en temps réel et en continu, permettant ainsi de contrôler la qualité des produits en cours de fabrication. En fonction des résultats, l’opérateur ou le système de régulation peut immédiatement effectuer les changements nécessaires. Cette solution garantit une qualité constante, une efficacité énergétique accrue et un meilleur rendement. Applications : farines, aliments pour animaux, poudres, viande et produits laitiers.

• Lm Réalisations. Cellule de protection pour poste informatique

Lm Réalisations fera découvrir aux visiteurs du CFIA Maroc sa cellule de protection agroalimentaire Grand Modèle (GM). Destinée à recevoir un poste informatique complet, cette cellule assure protection et étanchéité. Elle offre une structure intérieure entièrement modulable et une optimisation de l’espace de travail. Disponible aussi en petit modèle (PM), le corps d’Agro GM est constitué à partir d’un seul élément thermoplastique thermoformé. Elle est étanche et de surface lisse, facilitant le nettoyage, sans angles de rétention, évitant l’accumulation de déchets. Sur la face avant, l’ouverture et la fermeture de la cellule sont assurées par un rideau coulissant à lames articulées en thermoplastique. Elle possède 2 tablettes réglables en hauteur : une pour l’écran et l’autre pour une étiqueteuse et/ou un indicateur de pesée avec la possibilité de rendre les tablettes extractibles.

• The Mecatherm Group. Production de toutes gammes de pain

La société The Mecatherm Group présentera son nouvel équipement : le Bloc Combi. C’est la première tête de ligne « mixte » complètement automatique et à très haut débit, pouvant produire indifféremment toutes les gammes de pain de mie et de baguette avec ses dérivés tronçonnés sur un seul et même bloc. Le Bloc Combi comprend les fonctions suivantes : • Diviseuse : pré-formeuse, pré-fermentation sur 1 ou 2 voies • Laminage : Simple pour les baguettes et dérivés, triple progressif avec dégazage contrôlé pour les pains de mie. • Façonnage sur 1 ou 2 voies, avec re-façonnage des pains de mie par 1/4 de pâtons ou façonnage d’un pâton d’un seul tenant, façonnage baguettes et petits pains à haut débit avec étireuse à cassettes • Déposeuse automatique sur batterie de moules ou sur plaques alvéolées. Le débit horaire en pâte de la machine s’élève à 3,6 Tonnes par heure.

30

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

• Tecnal. Solutions pour l’industrie laitière

Spécialiste des solutions pour l’industrie laitière, Tecnal présente le chariot porte filtres, le filtre à caillé et la machine à laver les poches. En version manuelle, automatisée ou semi-automatisée, le chariot porte filtres sert à recevoir un lot complet de poches pleines de caillé filtré. Le transfert de la charge peut se faire sur des rails au sol ou aériens. Le filtre à caillé est, quant à lui, constitué d’un bâti inox servant de cadre support pour le filtre, et d’un lot de 60 poches d’une capacité de 100 litres, qui sont ouvertes dans la partie supérieure pour le remplissage du lait caillé et l’extraction du caillé après essorage. Le remplissage s’effectue automatiquement par canne multibuses lavable. Complément indispensable du filtre à caillé, une laveuse permet de laver un jeu de poches complet. Constituée d’un tambour rotatif inox perforé, avec une large trappe pour faciliter le travail de remplissage et vidange de la machine, la laveuse de poches comporte également un automate programmable intégré pour gérer le programme de lavage, de température, et d’injection de la lessive.

• IBL Specifik. Nettoyeur vapeur industriel

La Steambio 19000 est un nettoyeur vapeur industriel puissant pour un usage intensif dans l’industrie. Ce modèle permet de nettoyer et de décontaminer les surfaces dans l’agroalimentaire. Les secteurs d’application de ce système sont nombreux : industries agroalimentaires et embouteillage, machines et outils de production, décontamination des tapis et convoyeurs et nettoyage des parties électriques ou électroniques.


CFIAFocus • K-Tron. Collecteur sous-vide

K-Tron propose un nouveau collecteur sousvide à pesage intégré. De construction en acier inoxydable, il est disponible en volumes standards allant de 100 à 1.000 dm3. Il est équipé d’un filtre à décolmatage intégré et, en option, d’aide à la décharge et de détecteurs de niveau. Le pesage est réalisé par un système de suspension à trois cellules de pesage avec amplificateurs. L’ensemble transport/pesage associe un système de convoyage à vide à un système de pesage très précis. Le résultat de cette combinaison permet le transport et le pesage par lots d’ingrédients multiples utilisables de manière cumulative ou séquentielle.

• DMN France. Solutions pour le convoyage des poudres et granulés

Pour sa première participation au CFIA Maroc, DMN France, filiale du constructeur DMN Westinghouse pour le Maghreb, propose sa gamme d’écluses rotatives et d’aiguillages pour le convoyage et manutention des poudres et granulés. L’écluse permet de réguler et de doser le débit en gravitaire sous les silos et trémies et constitue une alternative hygiénique aux vis d’Archimède. Quand à l’aiguillage, il dévie un flux de produits vers 2 jusqu’à 14 directions, et inversement. Cette gamme couvre des débits de 100 L/heure à 200 m3/heure.

• Cepi. Système de refroidissement de la farine

Cepi propose un système de refroidissement des farines, qui permet d’envoyer dans les lignes de production de la farine refroidie, en partant de farine à température ambiante qui ne doit pas être au préalable détournée du silo où elle est stockée, avant d’être transférée et dosée. Le système se base sur l’échange direct air-farine dans un lit fluidisé. Le flux d’air froid précédemment refroidit est pompé dans le lit fluidisé, qui l’envoie dans la masse de la farine avec un régime turbulent, de façon à obtenir l’échange thermique direct sur chaque particule de farine.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

31


Focus • Stolz. Nouvelle gamme de mélangeurs

La gamme de mélangeurs Mixing Rotosphère s’adresse aux professionnels dont le process nécessite de fréquents changements de lots. Avec une capacité de 100 à 1.000 litres, le Mixing Rotosphère permet de réaliser en un temps très court des mélanges de produits en vrac ayant une très grande homogénéité. L’introduction du produit peut être faite d’une manière gravitaire ou directement via une arrivée de transport pneumatique. Réalisée en acier inoxydable microbille, cette gamme est conçue pour permettre un nettoyage en place. L’appareil étanche à la lance dispose d’une cuve à ouverture intégrale permettant d’éviter toute rétention de produit et d’atteindre un degré de rugosité inférieur à Ra 0,8. Toutes ses caractéristiques en font un équipement pour les petites unités de production : centres d’essais, laboratoires ou coopératives. Enfin, l’encombrement réduit de cet équipement lui permet de s’installer dans une unité de production déjà existante.

• Tech4Food. Unités pour les industries agroalimentaires

La société d’ingénierie portugaise Tech4Food propose des solutions personnalisées pour l’installation de procédés de stockage, de transformation d’aliments, d’emballage et de fin de ligne. Parmi les nouveaux équipements développés par Tech4Food, citons ses unités T4F CompactCip, équipées d’un réservoir commun, pompes centrifuges hygiéniques, échangeurs de chaleur tubulaire et vannes de processus automatique avec indication de l’état et instrumentation. Elles permettent une surveillance et un contrôle de la conductivité et température. La présence de débit et les dosages automatiques de détergents sont également intégrés. Quant aux pasteurisateurs T4F MilkTherm (5 modèles), ils sont complètement pré-montés sur une structure monobloc, avec réservoir d’équilibrage, échangeur de chaleur à plaques, pompes centrifuges, temps de rétention, contrôle du différentiel de pression entre le circuit du produit cru et produit transformé, vannes de processus automatique.

• FlexLink. Convoyeurs larges

FlexLink présente, à l’occasion du CFIA, son tout dernier convoyeur large. Disponible en trois largeurs différentes (322, 424 et 626 mm), ce convoyeur est doté d’une chaîne modulaire à la surface plane et lisse, ce qui garantit une manipulation en douceur des produits volumineux, et le convoyage de flux importants de produits plus petits. D’autre part, FlexLink met en avant une nouvelle génération de convoyeurs en acier inoxydable, disponibles en différentes largeurs (85, 180 et 300 mm). La conception ouverte de ces convoyeurs permet d’éliminer les zones de rétention en privilégiant les surfaces arrondies pour un meilleur drainage et une hygiène accrue. Ces convoyeurs se caractérisent par une ingénierie de ligne simplifiée et facile à mettre en œuvre, grâce à la standardisation et la modularité des composants qui favorisent également une possible reconfiguration ultérieure.

32

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

• WEG France. Système d’entraînement

WEG France présente Wmagnet, système d’entraînement à aimants permanents, qui permet d’importantes économies d’énergie et la réduction des émissions de CO2 dans l’entraînement des pompes, ventilateurs, compresseurs, convoyeurs et vis de relevage. Wmagnet est composé d’un moteur synchrone à aimants permanents, piloté par le convertisseur de fréquence CFW11PM qui comporte un nouvel algorithme, ce qui permet d’effectuer un contrôle sans codeur angulaire. Le Wmagnet est de la classe de rendement IE4. Les aimants, placés dans son rotor, résistent à la désaimantation tout en ayant une bonne tenue en température. De plus, les faibles pertes du moteur permettent une réduction de masse qui peut atteindre 30% et une diminution du volume de 40%. La gamme couvre les puissances utiles, comprises entre 11 et 150 kW, en 2 et 4 pôles.

• Actilait. Nouveaux essais

Actilait, Institut Technique du Lait et des Produits Laitiers, sera présent au CFIA 2012 pour présenter l’étendue de son expertise auprès des transformateurs laitiers, mais aussi auprès des laboratoires d’analyses. Il présentera notamment deux outils développés sous sa marque Cecalait® afin d’assurer la fiabilité des analyses laitières. Il s’agit, en particulier, des essais interlaboratoires d’aptitude et de la fourniture de matériaux de référence. De plus, un nouvel essai d’aptitude sur le beurre comprend cinq critères physico-chimiques.


CFIAFocus • Epur Environnement. Filtre planté de roseaux

Le filtre planté de roseaux (FPR) est un procédé semi-extensif. Couplé à un traitement biologique de type boue activée, il offre la possibilité, en plus d’un traitement de finition, d’une gestion des boues intégrée à l’outil épuratif. Cependant, la différence de charge de pollution existant entre un effluent domestique et un effluent issu de l’industrie agroalimentaire nécessite l’indispensable mise en place d’un traitement amont pour atteindre un rendement épuratif satisfaisant. Rustiques, écologiques et peu énergivores, les filtres plantés de roseaux présentent un faible coût de fonctionnement et d’investissement tout en offrant une très bonne intégration paysagère. Ils permettent une gestion des boues d’épuration facilitée par rapport à une filière classique grâce à l’extraction décennale des boues minéralisées ainsi qu’à leur minéralisation.

• Sofradis. Nouvelle génération d’imprimante

Sofradis propose des solutions à la pointe de la technologie, grâce à une nouvelle gamme de matériel. Que ce soit dans le marquage à jet d’encre, au transfert ou au laser, la nouvelle génération d’imprimantes Vidéojet Série 1000 est conçue pour optimiser les lignes de production avec une utilisation plus simple et une excellente qualité d’impression, sans oublier une maintenance minimum allant jusqu’à 14.000 heures de fonctionnement sans maintenance préventive.

• Isolab. EPIC

Basé sur le principe reconnu de l’ATPmétrie sur microplaques 96 puits, le système EPIC de Charm détecte la présence éventuelle d’une contamination microbienne pour la plupart des produits en seulement 36 heures (30 heures d’incubation et 6 heures de traitement et lecture). Cette solution est adaptée aux cadences d’analyses élevées et permet d’optimiser le stockage des briques ou bouteilles de produits UHT. Avantages : meilleure précision, durée de test rapide, réduction des temps d’arrêt des lignes de traitement, meilleure rotation des stocks.

• PSV. Nouveaux hachoirs réfrigérés

Les nouveaux hachoirs réfrigérés DRC C32 et C98 de PSV sont équipés d’un système de froid haute performance (gaz R134a) avec une température autorégulée à 3°C. De design moderne, en inox et monobloc facilitant le nettoyage, ils offrent une haute capacité de production pour un encombrement restreint : débit de viande hachée 600kg/h. Ils disposent également d’un plateau de grande capacité, d’une commande électro mécanique et d’une adaptabilité simple et double coupe.

• Steriflow. Nouvelle génération de programmateur

Mpi Expert est un PC industriel durci avec un écran tactile couleur, pour une utilisation simplifiée dans le paramétrage et la configuration des cycles de stérilisation. Le Mpi Expert intègre une fonction enregistreur sans papier, un synoptique avec commande semiautomatique et est capable de stocker l’historique des données, alarmes et événements récupérables sur des mémoires externes. Le Mpi Expert est livrable en Kit de remplacement. Enfin, l’activation des fonctions VP et VS est possible jusqu’à huit secondes. FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

33


Focus • Osys. Logiciel de traçabilité et terminal

Editeur français de logiciels de pilotage d’atelier depuis 30 ans, Osys propose le Module Traçabilité Osys, complémentaire à la solution Quartis Optima web 2.0, permettant d’assurer la traçabilité ascendante et descendante des lots matières. Paramétrable et s’adaptant à chaque secteur, il répond à la norme européenne 178/2002 des industries agroalimentaires, visant à garantir la traçabilité des denrées et des ingrédients. Le module traçabilité est complémentaire à un ERP afin de résoudre les problèmes de traçabilité de production en temps réel. Osys présentera également au CFIA son terminal TCL17 IP69K spécialement conçu pour l’industrie agroalimentaire, avec son écran 17» anti-reflet à haute luminosité et son boîtier inox étanche finition de qualité, conçu pour des environnements industriels exigeants (étanchéité totale et résistance aux basses et hautes températures).

• Kuka. Robots KR Agilus

Pour sa seconde participation au CFIA Maroc, Kuka met en avant ses nouveaux produits et les services destinés à sa clientèle au Maroc. Avec les derniers nés de la famille, les petits robots compacts KR Agilus, KUKA offre une gamme complète de robots industriels et de logiciels sans programmation pouvant répondre à toutes les exigences du secteur agroalimentaire. Au Maroc, Kuka bénéficie d’un réseau d’intégrateurs capable d’apporter la meilleure solution aux projets robotique du secteur alimentaire. De plus, le service après vente local mis en place à Rabat, incluant un service Pièces de Rechange, peut répondre rapidement aux besoins pour tous les robots déjà installés. Enfin, rappelons qu’un centre de formation aux standards Kuka College mondial a ouvert ses portes au sein de l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs permettant aux entreprises de suivre des formations de robotique et tous les stages Kuka.

• IMA Industries France. Cuiseur-mixeur-émulsionneur

IMA Industries France, division STEPHAN du groupe italien IMA INDUSTRIES, propose depuis plus de 30 ans des solutions clés en main dans le secteur de l’industrie alimentaire et est présente sur le Maghreb depuis plus de 20 ans. Son nouveau Stephan Combitherm, doté d’une cuve de process inclinée, est équipé de couteaux tournant à grande vitesse et d’un élément de mélange supplémentaire en fond de cuve. Efficace et rentable, le Combitherm est polyvalent puisqu’il permet de couper, disperser, émulsionner sous-vide et cuire grâce à un procédé d’injection de vapeur directe. Les applications sont nombreuses : sauces, purées, baby food, produits tartinables, fromages fondus…

34

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

• France Danemark Matériel. Machines de cuisson, d’injection et de séparation

La société de négoce FDM proposera 3 nouveautés au CFIA Maroc. La première est une machine à dorer ou rôtir de la marque Afoheat. Sa technologie infrarouge permet une perte de poids minimale et un coût énergétique réduit pour un aspect final artisanal. Elle s’adresse à de multiples applications (viandes, poissons, légumes…) et s’intègre facilement dans le processus de production. Les deux autres équipements sont un injecteur Fomaco pour saumurer et mariner poissons ou volailles, et une machine SEPAmatic qui sépare mécaniquement le dur du mou dans les viandes, les fruits, les légumes… et le désemballage des rebus de ligne ou retours client. Cet équipement permet de valoriser les co-produits.

• Stale. Traitement de l’air

Utilisé dans la filière agroalimentaire comme dans le secteur médical, BAXX est un système innovant qui permet la destruction des bactéries dans l’air, dont les staphylocoques et les salmonelles. Réalisé en acier inoxydable et d’utilisation facile, il ne dégage aucune substance nocive et peut fonctionner en continu 24/24h. Performant dans une pièce allant jusqu’à 400 m3/ appareil, il permet désormais de visualiser la bonne production de plasma froid en continu, grâce à un système de diode électroluminescente.


CFIAFocus Filinox-Flexinox. Accessoires sur mesure

La société espagnole Filinox-Flexinox dispose s’un service technique et de conception lui permettant de fabriquer des accessoires sur mesure en fil, tube, tôle ou maille d’acier inoxydable, notamment pour l’industrie agroalimentaire mais aussi l’hôtellerie-restauration. Une fois les besoins du client analysés, le bureau d’études conçoit le produit adéquat pour optimiser son processus de fabrication. L’outillage est construit selon les plans pour ensuite démarrer la fabrication.

Acemia Industrie. Solutions sur-mesure de transitique et manutention

Acemia Industrie est spécialisée dans la conception de solutions sur mesure en transitique et en manutention, dans toutes les filières de l’agroalimentaire : volailles, poissons, plats cuisinés, boulangerie, fruits, légumes… : convoyage, remise en ligne, déviateurs, convergeurs, stockeurs, dépileurs etc. Enfin, sa division Acinox propose des solutions adaptées pour l’hygiène des sols, des personnes et des équipements : siphons, caniveaux, grilles, lave main, lave bottes, lave semelles, tables, supports, etc...

• Tissmétal. Tapis métallique polyvalent

Tissmétal, fabricant français de tapis transporteurs métalliques depuis près de 100 ans, présente son tapis Ondubande, le tapis polyvalent par excellence. De bon rapport qualité/ prix, de guidage aisé, grande largeur et vitesse élevée, il convient à toutes les applications avec sa vaste gamme de températures. Ses spires sont extra-plates et supportent les charges lourdes. La grande diversité des mailles du tapis Ondubande permet d’apporter une réponse positive à toutes les étapes de fabrication en boulangerie pâtisserie industrielle notamment.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

35


Focus EMBALLAGE & CONDITIONNEMENT • Cermex. Une cellule de palettisation robotisée PR est une cellule de palettisation robotisée, une solution de conduite machine 100% collaborative entre l’opérateur et le robot, sans risque et sans rupture de flux. C’est la position de l’opérateur par rapport au robot qui déclenche le ralentissement, puis l’arrêt de la machine. L’utilisation de scrutateurs laser permet d’analyser en permanence la position de l’opérateur dans l’enceinte pour déclencher automatiquement une adaptation de la cadence du robot. La cellule intègre également Paldesigner, outil de paramétrage et de simulation pour les solutions de palettisation, ainsi qu’un ensemble tête de préhension et sécurité, tête équipé des dernières technologies pour la protection et le respect de l’intégrité des produits.

• CDA. Etiqueteuse automatique linéaire Pour

compléter sa gamme et offrir à ses clients une machine automatique linéaire très compacte, CDA vient d’intégrer à sa gamme la Ninette Auto qui permet la pose d’une ou deux étiquettes adhésives sur tout support cylindrique quelle que soit sa nature (flacons, bouteilles, conserves, bidons, tubes, pots …). Cette machine automatique inclut : un convoyeur motorisé profilé en aluminium anodisé recevant une chaîne à palettes acétal largeur 82,5 mm, 1 ou 2 postes d’étiquetage pour appliquer une étiquette ou étiquette et contre-étiquette selon configuration machine, un vérin plaqueur avec rouleaux interchangeables pour pouvoir étiqueter des produits d’un diamètre de 35 à 60 mm ou de 40 à 110 mm et une table de réception carrée en sortie. Enfin, le pilotage et la gestion des paramètres de la machine se fait par écran tactile. Celle-ci peut être également livrée avec un châssis en inox à roulettes permettant un déplacement facile.

• Matthews Marking Maroc. Systèmes d’impression

Spécialiste des solutions de marquage, Matthews Marking Maroc présente le système jet dévié CI1000, qui imprime jusqu’à 5 lignes de texte, graphiques et codes à barres en 100 dpi, et jusqu’à 470 M/mn. Ce système permet un fonctionnement à long terme et un entretien minime, grâce à un système de contrôle automatique de viscosité d’encre. Sa connexion Ethernet intégrée et RS232/485 lui confère des options de communications avancées. D’autre part, le logiciel d’impression Pixel Plus de Matthews Marking Maroc est une commande intelligente intégrée qui offre la possibilité de sélectionner la taille de gouttes souhaitée. Elle est liée aux systèmes jet dévié Série CI. Sa gamme complète d’encres à base de MEK (Methyl ethyl ketone), éthanol ou acétone, (noire, rouge, pigmentée jaune ou blanche, alimentaires et thermo chromiques, invisible pour relecture aux UV) permet l’adhésion du marquage sur tout support. Enfin, Smart CleanTM est un procédé d’entretien automatique des têtes d’impression, où l’encre est employée pour nettoyer la tête, éliminant ainsi l’utilisation d’additifs ou de solvants, pour une opération de mise en route plus rapide et plus propre.

36

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

• Artenius. Emballages PET barrière

Considérée comme l’un des leaders européens de l’industrie de l’emballage, et installée au Maroc depuis 1999, la société Artenius PET Packaging propose une vaste gamme de produits d’emballage en PET destinée à l’industrie agroalimentaire et pour divers secteurs. La société présente au CFIA Activ Seal, une gamme complète de barrières d’oxygène et de lumière pour les jus, lait et autres aliments, nouvellement développée.

• Jyga Process. Encaisseuses Jybox

Jyga Process présente cette année la dernière génération d’encaisseuses Jybox. Fiables et robustes, les suremballeuses Jybox sont conçues pour traiter différents types de caisses : Wrap complet - barquette trottoir - barquette prêt à vendre - barquette et coiffe - barquette ouverte ou tronçonique, avec différentes configurations d’encaissage possibles : à plat, sur chant, couché, debout. De plus, la cadence peut aller jusqu’à 300 produits /mn en entrée et 30 caisses /mn en sortie. Les évolutions de ces nouveaux équipements portent sur l’ergonomie, les coûts de fabrication, l’accessibilité et les changements de format. Ainsi, l’objectif recherché du constructeur est atteint : des machines plus aérées, plus simples à prendre en main, plus performantes et plus économiques. Le temps de changement de format (moins de 10 mn) est réduit grâce à un aménagement du système de dépilage des découpes. Il s’adapte, par simple sélection, à la dimension des découpes. Différentes applications ont déjà beaucoup de succès dans les plats cuisinés, conserves, charcuteries, fromageries, produits d’hygiène.


CFIA • ADL Bertolaso. Solutions d’encartonnage et palettisation

ADL Bertolaso Diffusion, spécialiste des lignes de conditionnement complètes en bouteilles verre et PET, présentera sur son stand au CFIA Maroc le matériel d’encartonnage et palettisation Bortolin, leader dans l’emballage en « caisses américaines », pour moyennes et hautes cadences, mais aussi la dépalettisation de tous flacons, boîtes, cartons ou la palettisation de packs. La gamme est complète avec : formeuses, encaisseuses, inséreuses de croisillons, fermeuses à colle chaude et à ruban adhésif.

• GEA CFS France. Ensacheuse avec soudure à ultrasons Fabricant d’équipements de process et de conditionnement pour les industries agroalimentaires, GEA présentera plusieurs nouveautés, dont la CFS Smartpacker CX400, ensacheuse verticale haute cadence intégrant un scellage par ultrasons. Optimisée pour sa vitesse (jusqu’à 120 sachets/minute) et la fiabilité du scellage, cette machine convient aux sachets d’une lar- geur jusqu’à 320 mm et des films OPP de 30 µm, ce qui réduit le coût de réalisation du sachet. Le scellage ultrason en continu permet notamment, dans le cas du conditionnement de salades, d’éliminer les fuites liées aux feuilles et l’humidité dans les soudures.

• G.Mondini. Nouvelle operculeuse

La société G.Mondini, constructeur de machines de dosage et de conditionnement présentera une operculeuse de type E350VG (vide et gaz) pour le conditionnement de produits alimentaires (plats cuisinés, viandes, poissons, légumes) dans des barquettes rigides préformées (PP, PPEVOHPP, alu, PET, CPET…), pouvant être utilisés dans différentes technologies (fraîche, surgelée, stérilisée, pasteurisée, vide et gaz, skin, …).

Focus


Focus • Réseau Thermoformer. Réseau français du thermoformage

Le réseau Thermoformer, réseau français du thermoformage, regroupe 43 adhérents. Son objectif est de travailler sur des projets collectifs et d’identifier de nouvelles parts de marché. L’Association est composée à 45% de thermoformeurs, 12% d’ingénierie, de conseil et de formation, 10% de moulistes, 10% de fournisseurs machines et équipements et 23% de semi-produits et/ou valorisation des matières plastiques. Des projets réunissent ces acteurs de la filière dans des relations constructives et non commerciales. CFIA 2012 sera marquée par la présence collective de membres du Réseau Thermoformer.

• Albagnac. Etiqueteuse multi-têtes

Fabricant français de machines de pose d’étiquettes auto-adhésives, la société Albagnac présentera au CFIA l’étiqueteuse multi-têtes Nerva III. Pouvant être posée horizontalement ou verticalement, à droite ou à gauche, cette tête de pose se décline en 2 motorisations : • Asynchrone (pour des applications simples) : 70 coups/ min max - jusqu’à 30 m/min de défilement en standard Diamètre de bobine de 300 mm max. • Brushless : 500 coups/min max - jusqu’à 47 m/min de défilement en standard - Diamètre de bobine de 300 mm ou 400 mm - Rembobinage de laize motorisé. L’interface de Nerva III présente un affichage tactile couleur de 4,3 pouces, qui permet de régler et de gérer la vitesse de l’étiquette, sa position sur le produit, son dépassement par simple affichage de la valeur. De plus, il constitue un compteur et un décompteur de produits, avec arrêt de pose en fin de décomptage. Il permet également la mise en mémoire de 100 programmes, et la gestion de plusieurs têtes de pose, grâce à un simple câble qui permet d’interconnecter jusqu’à 6 têtes sur un même afficheur.

Serac. Tourelle de thermoscellage et lumière pulsée

Cette année, Serac propose e-Sealer, une nouvelle tourelle de thermoscellage répondant aux exigences des clients et aux règles éditées par la Food and Drug Administration (FDA). Le design de la tête de thermoscellage a été revu de façon à garantir plus de nettoyabilité et de sécurité dans la zone sous flux laminaire et sans air comprimé. Outre l’hygiène, cette nouvelle solution apporte également une amélioration en termes d’efficacité, grâce à la possibilité de suivre, de définir et d’optimiser le contrôle des paramètres de thermoscellage pour chaque taille de goulot et pour chaque matériau de bouteille. Serac présente aussi une nouvelle solution de décontamination des emballages sans chimie, par l’utilisation de la lumière pulsée dans les machines de remplissage. Efficace pour les applications ultra-propres et utilisée pour décontaminer les bouchons, cette technologie consiste à appliquer une lumière blanche de forte intensité, riche en UV et produite à partir d’une lampe, qui fait éclater les micro-organismes, tandis que les UV inhibent le développement d’une vie cellulaire. Enfin, le groupe Serac présente ses solutions pour le conditionnement des produits laitiers, notamment la machine rotative intermittente Néo de Nova, qui a été développée en version 3 et 4 pistes, ce qui permet d’améliorer sa compétitivité pour des cadences allant jusqu’à 8.000 pots/heure.

38

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

CFIAFocus • Guelt. Operculeuse skin

Spécialiste en distribution, conditionnement, manipulation et emballage, Guelt présentera son Operskin 6600, récompensée aux Trophées de l’Innovation du CFIA Rennes 2012. Cette machine permet de conditionner des produits en skin sur des plaquettes éco-conçues, un défi technologique ! La plaquette cartonplastique est idéale pour le conditionnement de produits fragiles comme les queues de homard ou le saumon fumé. L’Operskin offre ainsi aux industriels de nouvelles possibilités de développement de marchés sur des produits à forte valeur ajoutée, qui sont présentés dans un véritable écrin. Elle constitue également une solution économiquement et écologiquement viable pour un conditionnement original et hors du commun sur plaquettes carton-plastique.

Enplater. Aromepack

La société espagnole Enplater, spécialisée dans l’impression par héliogravure de films pour l’emballage flexible, présente son nouvel emballage flexible Aromepack. Cette nouvelle conception a pour objectif d’attirer le consommateur en utilisant le sens de l’odeur et valoriser le produit en ajoutant une caractéristique unique. En effet, Aromepack favorise la consommation plus loin que la perception visuelle de l’emballage conventionnel, en ajoutant d’autres sens. Il existe différentes odeurs qui s’adaptent aux besoins de chaque produit : chocolat, pain, café, etc.


Focus • Aliyate Al Maghrib. Nouveau robot-palettiseur

Filiale marocaine du Groupe MBS, la société Aliyate Al Maghrib est spécialisée dans l’automatisation et la robotisation des procédés industriels et dans la conception et la maintenance de lignes complètes pour l’industrie. L’entreprise exposera en avant-première au CFIA le robot palettiseur KUKA KR180 R3200 PA (KR Quantec). Utilisé en fin de ligne pour manipuler des charges allant jusqu’à 180 kg, ce robot permet de palettiser tout type de produit, du sac (farine, sucre …) aux packs de briques et bouteilles, en passant par les cartons. Sa capacité peut atteindre 27 cycles par minute. • Nombre d’axes : 5 • Charge supplémentaire : 50 Kg • Poids : 1.093 Kg • Commande : KR C4

CFIAFocus • Ifriquia Plastic. La palette Bled

A l’occasion de sa participation au CFIA Maroc 2012, Ifriquia Plastic lancera sur le marché une nouvelle palette baptisée « Bled ». Fruit de concertation avec ses partenaires et d’efforts permanents en termes de recherche et développement, la palette Bled de Ifriquia Plastic est destinée à la manutention agricole et agroalimentaire, répondant aux mieux aux attentes des utilisateurs.

• Witinox. Une gamme complète, du marquage par contact au jet d’encre haute résolution

Witinox, société spécialisée dans l’importation et la distribution des équipements en acier inoxydable, destinées aux applications dans les secteurs alimentaires, pharmaceutiques et cosmétiques, développe avec son partenaire Tiflex des solutions technologiques pointues pour le marquage, la traçabilité et le codage. Elle propose des imprimantes à jet d’encre haute résolution pour marquer l’unité consommateur, avec le jet dévié Hitachi et/ou les unités de regroupement avec HRP 170/340 petites hauteurs, ou HRP 1000 grandes hauteurs. Les imprimantes à jet dévié Hitachi sont économiques pour marquer, dater et numéroter tous les types de supports. Elles assurent une baisse importante des coûts d’exploitation pour les industriels. Performantes, robustes et faciles à utiliser, ces imprimantes sont facilement intégrables sur les lignes de conditionnement. Elles marquent de 17 à 400 mm, la plupart des polices utilisées sur tous types de supports et ce, jusqu’à une vitesse de 200 m/min. De plus, la gamme HRP propose un logiciel intuitif permettant une utilisation simple et ludique. Pilotables en réseau et disposant d’un large choix de connexions, les imprimantes HRP 170/340 et HRP 1000 sont la solution idéale pour la traçabilité des produits. Enfin, Witinox proposera également une autre gamme d’équipements, d’accessoires et de solutions lors du CFIA 2012.

• Multivac North Africa. Thermoformeuse pour emballages en film souple

La thermoformeuse R 095 de Multivac North Africa convient à la fabrication d’emballages de vente fraîcheur tels qu’on les utilise dans les rayons frais traditionnels des supermarchés ou dans les boucheries. Ces emballages en film souple MAP et sous vide répondent aux tendances actuelles du marché (emballages fraîcheur de petite taille mais de grande qualité. Simple d’utilisation et de faible encombrement (châssis de 2,10 m de long), la R 095 utilise des entraînements électriques pour le mécanisme de levage et les découpes, réduisant ainsi les coûts énergétiques. De plus, la R 095 ne nécessite aucun raccordement d’air comprimé ni d’eau de refroidissement. Cet avantage la rend facile à installer dans n’importe quel endroit et particulièrement intéressante pour les néophytes du thermoformage. Enfin, elle peut être équipée d’une interface permettant l’intégration de machines à découper, formant ainsi une ligne comprenant découpe et chargement automatiques dans un minimum de place.

40

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

• H2Orus. Solution alternative pour le traitement des eaux usées agroalimentaires Département spécialisé dans la problématique des pollutions de l’eau de la société Guelt, H2Orus présentera une « solution alternative » par rapport aux traitement lourds et coûteux des eaux usées en milieu agroalimentaire, avec des équipements basés sur le principe de l’électrocoagulation – floculation. Les stations de traitements modulaires et automatisées sont de faible encombrement. Les quantités de boues produites sont réduites avec une efficacité supérieure aux systèmes existants, ceci sans ajouts de réactifs. L’électrocoagulation-floculation divise par un facteur 4 à 5 l’apport extérieur de réactifs et de salinité par rapport à la coagulation chimique. L’eau traitée en conformité avec les normes de rejets, peut être soit réutilisée dans le process de production, ou évacuée en STEP ou encore en milieu naturel.


Ressources

Agriculture

Flambée des prix des céréales Année de toutes les calamités… Induite par la spectaculaire progression qu’ont connue les différents cours des produits agricoles durant ces derniers mois, notamment les céréales et le sucre, l’indice FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations) des prix des produits alimentaires s’en est vu fortement atteint. Avec plus 6% entre juin et juillet, cette flambée risque, d’après un grand nombre d’analystes, de perdurer et commence à s’installer dans le temps. Si l’indice proposé par la FAO mesure les fluctuations mensuelles des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base, il faudrait néanmoins rappeler que pendant que certains cours de matière première se sont envolés, d’autres sont restés pratiquement stables, spécialement ceux de la viande et du riz, qui ont enregistrés des fluctuations plus au moins modérées et qu’on pourrait qualifier d’acceptables. Mehdi OUZINE Ingénieur Agroéconomiste Economie et Management des Entreprises Agroalimentaires ouzine.mehdi@gmail.com

P

our comprendre la chose, direction les grands fournisseurs de céréales, Etats-Unis et Russie entre autres. Ainsi, la sécheresse historique qui a sévit dans ces deux pays a augmenté considérablement l’effet de pénurie, au point que le Département américain de l’Agriculture a abaissé ses prévisions de production mondiale pour la campagne en cours pour le maïs, le soja et par la même occasion pour le blé, dont le cours est fortement lié à celui des autres céréales. Rappelons aussi que le maïs est très sollicité pour la filière « bioéthanol ». D’ailleurs, sur ce volet, les voix s’élèvent de plus en plus au sein de l’Union Européenne (à l’instar du syndicat Confédération

42

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Paysanne) pour une réorientation des aides de la Politique Agricole Commune en direction des éleveurs plutôt que des agro-carburants. En effet, dans ce climat morose de crise, les éleveurs observent impuissants leurs coûts de production augmenter de manière très soutenue, sans pouvoir répercuter cette hausse sur les prix de vente des produits.

Un phénomène mondial

Ce qui caractérise cette flambée des prix provient également de son caractère « universel ». Les stocks de soja sont ainsi à leur plus faible niveau depuis plus de trente ans et sont marqués d’une baisse de plus de 10% par rapport à la production escomptée. Aussi, les rudes sécheresses observées dans l’Est de l’Union Européenne, le faible tonnage enregistré en Inde pour ce qui est du blé (15% de moins que

la moisson normale), les mauvaises récoltes en raison de la sécheresse en Russie (plus de 25% des exportations mondiales de blé) et les inondations qu’a connues l’archipel des Philippines (zone de production de riz) font que pratiquement toutes les céréales sont touchées. Quant à celles qui le sont un peu moins, elles sont entraînées dans ce mécanisme infernal par un effet boule de neige.

Recours à l’importation pour le Maroc

Au niveau national, la campagne de collecte du blé tendre se poursuit et a atteint 13,9 millions de quintaux à la fin de la première semaine d’août. Au Maroc, où l’approvisionnement en blé dur et blé tendre est une affaire d’Etat, plusieurs avis d’appels d’offres pour l’importation du blé tendre ont d’ores et déjà été lancés par l’Office national Interprofessionnel des Céréales et Légumineuses (ONICL) pour subvenir aux besoins du pays. Signalons que le Canada et la France (principaux fournisseurs pour le Maroc en blé tendre et blé dur) n’ont pas connu de problèmes accentués. Le rationnement de la demande devra donc en principe, à lui seul, induire l’absence ou non de pénurie. Mais c’est sans compter sur l’effet de la spéculation et des dysfonctionnements qu’elle opère sur le schéma d’approvisionnement.


Process

Equipements

IPA 2012 Les lauréats du concours de l’innovation Comme à chaque édition du salon IPA, les lauréats du concours IPA de l’innovation 2012 ont été sélectionnés pour l’excellence de leur technologie et de leur innovation dans l’industrie agroalimentaire. Le comité d’IPA a été particulièrement vigilant sur l’éco-conception des produits et des procédés, la productivité et la performance industrielle. Meriem EL HASSOUNI

S

ur les 11 nominés, le jury du concours IPA de l’innovation a récompensé 4 exposants dans 4 catégories : qualité hygiène, éco-innovation, équipement et contrôle et enfin procédés. La cérémonie de remise des prix, ainsi que l’annonce d’un 5ème Prix décerné par le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, auront lieu le 22 octobre 2012 sur le Forum Innovation Recherche d’IPA, le salon international du process et du conditionnement alimentaires.

Prix « qualité hygiène » IBL Specifik. Système de désinfection de surfaces par voie aérienne

STAMBIO permet d’effectuer une désinfection des surfaces par voie aérienne en saturant un volume jusqu’à 300m3, avec un produit désinfectant. Le désinfecteur réunit deux machines (vapeur et air comprimé) utilisables dans deux salles différentes. La désinfection est entièrement automatique et sans intervention humaine.

Prix « eco-innovation » Servinox. Vanne de lavage LPA est une vanne affleurante entièrement recyclable et certifiée 3A, montée en virole de cuve pour per-

mettre de nettoyer les zones d’ombre générées par les pâles d’agitation, des zones inatteignables et donc impossibles à nettoyer directement avec la boule de lavage principale de la cuve, réduisant ainsi jusqu’à 65% les cycles de NEP (temps, solutions, eau). L’efficacité de la LPA est garantie par un design sur-mesure adapté à l’équipement à nettoyer. Réalisée sur-mesure en fonction des plans de la cuve et de son mélangeur, la vanne permet un ciblage spécifique des zones à nettoyer.

Prix « équipement et contrôle » Handtmann. Unité de contrôle logicielle

La nouvelle unité de contrôle logicielle est installée sur l’ordinateur en production, entre la balance et la

machine de poussage. Ce logiciel, testé notamment en charcuterie, permet un gain de matière significatif, de l’ordre de cinq grammes par saucisse fabriquée, en activant la fermeture du poussoir à la seconde même où le poids de matière versée est atteint. Des gains importants sont ainsi réalisés à la fois sur les produits et sur l’optimisation de l’utilisation machine.

Prix « procédés » Clextral. Extrusion Porosification Technology

Clextral a présenté son procédé breveté Extrusion Porosification Technology (EPT) développé avec Murray Goulburn Coop et Inovo, qui améliore la texturation de poudres poreuses à partir de matières à haute viscosité. Des économies d’énergie significatives (20-40%) et de nouvelles propriétés fonctionnelles sont constatées selon les produits fabriqués. Un procédé qui a retenu l’intérêt pour ses bénéfices appliqués à l’industrie laitière.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

43


Process

Vêtements professionnels Les chaussures Les chaussures de sécurité font partie de l’équipement de protection individuelle, nécessaire et obligatoire dans certains secteurs d’activité dont l’agroalimentaire. Elles existent en de nombreux modèles afin de répondre aux différents risques présents sur le lieu de travail. Meriem EL HASSOUNI

C

ertains lieux de travail (laboratoires, atelier de production…) présentent des difficultés particulières. Les règles de sécurité imposent alors de porter des chaussures de protection adaptées. Ainsi, on trouve des modèles hydrofuges à utiliser en milieu humide, des modèles antidérapants en milieu huileux ou encore des modèles isolants qui protègent des températures extrêmes. Ces chaussures sont aussi conçues pour offrir le plus grand confort d’utilisation en absorbant les chocs talonniers et les vibrations.

Trois types de modèles

Dans les industries agroalimentaires, trois types de modèles de chaussures sont utilisés : les bottes, les sabots et les mocassins. « Traditionnellement, le blanc est d’usage dans les milieux de l’agroalimentaire, mais les demandes pour des modèles de couleur noire explosent, notamment dans la restauration », indique Jérôme Lembré, Responsable Marketing

44

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

et Communication chez Protec Nord, société spécialisée dans la sécurité et la santé au travail. Ces équipements de protection individuelle sont utilisés pour une multitude de services et applications agroalimentaires : • Les bottes : du modèle d’entrée de gamme tout PVC au modèle tout polyuréthanne, en passant par les modèles mixtes. Chaque modèle apporte son niveau de longévité, de légèreté ou d’isolation thermique en fonction des besoins. Ils affrontent durablement les conditions difficiles de l’agroalimentaire, et sont dotés d’une excellente résistance aux graisses animales ou végétales, aux produits de nettoyage ou de désinfection. Une semelle en PVC est ajoutée, dont la formulation chimique augmente la résistance aux projections de fluides agressifs et aux lavages successifs qui les fragilisent dans le secteur agroalimentaire. • les sabots : répondant aux attentes de protection, hygiène et confort des personnels des industries agroalimentaires. Généralement, ils sont

fabriqués en Lorica, sont lavables et très résistants. « Les sabots de protection ont des performances supérieures sur les agents chimiques, fréquemment utilisés dans les industries agroalimentaires », affirme Jérôme Lembré. • Les mocassins : chaussures professionnelles pour la propreté et les bactéries dans l’alimentaire, résistantes aux fluides et aux attaques bactériennes. Les mocassins sont dotés d’une semelle intérieure avec un système de ventilation d’air pour donner un maximum de confort. Les sabots et les mocassins sont utilisés pour les opérations courantes hors nettoyage. « Pour les opérations de nettoyage, il est conseillé de passer sur des bottes. Bien qu’imperméables, les mocassins s’avèrent inadaptés dans cette situation », ajoute M. Lembré.


Equipements

Bien choisir ses chaussures professionnelles

Pour choisir ses chaussures de protection, il convient de faire son choix en fonction des situations les plus fréquemment rencontrées. « L’utilisateur choisira son modèle en fonction de son confort et de l’activité pratiquée », annonce Jérôme Lembré. Les bottes sont à privilégier pour les opérations pour lesquelles, l’utilisateur évolue dans un milieu en présence constante d’eau. Les sabots permettent d’avoir une meilleure respiration du pied. Enfin, le mocassin agroalimentaire peut être avec ou sans lacets pour une meilleur tenue. Les trois types de chaussures sont généralement antidérapants. « Le nombre d’accidents et d’arrêts de travail dûs à des chutes par glis-

sades est important dans les IAA. Les sols et la présence de résidus glissants entrainent régulièrement des accidents pouvant être graves », explique Jérôme Lembré. Face à ce risque, ces chaussures de protection sont équipées d’une semelle hautement adhérente, notamment sur le sol gras et mouillé, diminuant ainsi les accidents par glissade.

Et si on parle réglementation… ?

Les chaussures agroalimentaires sont conformes à la norme EN 345-1 (ISO 20345). La norme préconise les caractéristiques minimales auxquelles doit répondre une chaussure de sécurité. Les chaussures de sécurité utilisées dans les IAA disposent alors de caractéristiques fondamentales comme : qualité et performance des matériaux constitutifs (cuir, doublure, semelles,…), résistance à la déchirure, à la flexion, à l’abrasion, imperméabilité à la vapeur d’eau et propriété antidérapante du semelage.

Les bonnes pratiques d’utilisation

Dans l’industrie alimentaire, les vêtements professionnels doivent éliminer tout risque de contamination. De la tête aux pieds, toute la tenue de travail relève des normes d’hygiène drastiques. Les chaussures de travail doivent être faciles à nettoyer et leurs semelles pouvoir supporter des bains répétés dans une solution antiseptique. Ces chaussures ne doivent jamais quitter le lieu de production, un vestiaire étant mis à disposition des employés.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

45


Process

Sleeves Plus qu’un emballage Inviolabilité ou visibilité ? Les deux… et plus. Le sleeve représente une solution qui a révolutionné le monde de l’emballage, et auquel de plus en plus d’agro-industriels ont recours.

© DCM Group

Siham HAMDI

L

’utilisation du sleeve a démarré dans les années 70 pour des applications industrielles simples : regrouper des produits en un seul packaging. Aujourd’hui, cet emballage a conquis l’industrie dans de nombreux secteurs, y compris l’industrie alimentaire, et fait l’objet actuellement d’études d’innovation, mais aussi d’impact environnemental.

Un emballage aux multiples tours

Le sleeve, parfois appelé manchon, est un emballage plastique principalement utilisé pour l’habillage des contenants, tels que les bouteilles, les flacons, etc., ou pour le regroupement de deux ou plusieurs produits. Habillage, étiquetage, personnalisation, inviolabilité, regroupement, promotion des ventes, … les fonctionnalités du sleeve sont multiples. En effet, cet emballage permet aussi d’assurer au consommateur l’inviola-

46

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

bilité du produit. De plus, il constitue en lui-même un support de communication et une étiquette comportant toutes les informations sur le produit. Côté marketing, le sleeve apporte de la valeur ajoutée au produit et constitue un booster des ventes. Selon Jean-Charles Fresnel, VicePrésident du groupe Sleever International, un sleeve doit être « beau et intelligent. » Imprimé ou pas, le sleeve offre une praticité d’utilisation aux industriels, grâce à sa pose facile qui permet d’éviter d’utiliser d’autres moyens (étiquette, colle, etc.). C’est donc aussi une solution écologique.

sage dans un tunnel de rétraction, à une température pouvant aller de 30°C jusqu’à 150°C. Ces deux types de sleeves peuvent être fournis à l’industriel à l’unité, pour une pose manuelle, ou en bobines prédécoupées, après tubing. Cette opération consiste à conformer le film en tube ou gaine par soudage, à le plier et à le conditionner en bobines. Ces dernières conviennent pour une pose automatique du sleeve. • Stretch sleeve La pose du sleeve étirable peut être automatique, semi-automatique ou manuelle. Il convient à l’habillage et aux contenants de grandes capacités comme les bidons, les seaux, les fûts…, mais aussi au groupage de produits. • Shrink sleeve Le sleeve rétractable convient à tout type de supports (plastique, métal, verre) et à toute forme. Sa rétraction s’effectue par chaleur, en faisant passer le produit dans un tunnel d’air chaud, de vapeur ou par infrarouge. A la sortie, le sleeve épouse la forme du contenant. Ce type de sleeves se distingue à son tour en sleeve mono-orienté, qui se rétracte dans un seul sens et s’applique généralement aux bouteilles et flacons, et sleeve bi-orienté, idéal pour le fardelage par exemple, puisqu’il se rétracte en long et en large.

Les différents types de sleeves

Impression : tout un processus

Il existe deux types principaux de sleeves : le sleeve étirable, ou stretch sleeve, qui se caractérise par son élasticité et son maintien sur le produit, et le sleeve rétractable ou shrink sleeve, qui se rétracte sur le produit par la chaleur ou par un pas-

L’impression est une phase de fabrication du sleeve qui consiste à imprimer en continu le film sur rotatives. Elle est en général réalisée sur la face qui deviendra, après tubing, la face interne du sleeve. Cette technique, appelée cello-émail, permet la


Emballages

L’impact environnemental

Démarche environnementale, valorisation énergétique… Dans un

contexte où le développement durable et l’économie sont à prendre en considération en industrie, le souci n’épargne pas le secteur des emballages. « Il faut inventer l’économie de demain » affirme Jean-Charles Fresnel, ajoutant qu’il faut amener de nouvelles solutions, telle qu’une technologie et une impression « solvant free ». Outre les principaux critères dont doit disposer un sleeve, à savoir l’aspect technique (utilisation, mise en œuvre), marketing (vente), et économique, certaines mesures environnementales doivent être prises en compte, notamment au niveau de la recyclabilité et de la revalorisation. Généralement fabriqués en polychlorure de vinyle (PVC) ou en polyéthylène téréphtalate (PET), les sleeves font l’objet d’études d’innovation visant leur fabrication avec des matériaux

plus conformes aux normes environnementales. « Il faut bannir tous les sleeves en PVC, et assurer la recyclabilité ! », insiste Jean-Charles Fresnel, qui affirme que le PVC devrait être remplacé par d’autres films. L’idéal est alors d’utiliser des matériaux à faible densité, tels le polyéthylène (PE), le polypropylène (PP) ou le polystyrène (PS). D’autre part, le développement durable passe aussi par la technologie. Les machines de fabrication et d’impression doivent en effet consommer moins d’énergie, avec l’optimisation du temps de process.

© Muller Martini

protection du décor imprimé contre tout type d’agression, et donne de la brillance au sleeve. Il existe différents types d’impression appliquée sur les sleeves : l’offset, impression humide à plat, réalisée par étalement homogène de l’encre sur le film, la flexographie, procédé d’impression en relief sur presses rotatives, et l’héliogravure, mode d’impression en creux réalisée par des procédés photographiques et chimiques. Par ailleurs, cette opération peut être réalisée en demiton, afin de restituer les dégradés de teintes, tout en respectant les exigences du graphisme (trichromie, quadrichromie). Elle peut être aussi effectuée sur 360°C pour les films à plat, avant leur transformation en gaine. Grâce à cette technique, les exigences graphiques sont respectées sur toute la circonférence de l’emballage.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

47


Process

Logistique

Rédiger un cahier des charges et réussir son externalisation Au Maroc, dans le secteur agroalimentaire, les échanges commerciaux en interne comme avec les partenaires étrangers restent sensibles à leur organisation logistique. A côté des handicaps traditionnels du commerce extérieur marocain, la position concurrentielle des exportateurs se trouve désavantagée par les faiblesses des chaînes logistiques à l’export.

A

fin de réduire ce handicap, les entreprises et leurs partenaires doivent prendre des décisions stratégiques portant sur une volonté de recentrage et d’alliance, où il s’agit de maîtriser les interfaces. En effet, le recentrage des entreprises entraîne la délégation d’autres opérations, non seulement celles considérées comme annexes telles que les opérations de transport, de conditionnement, d’emballage, de stockage… mais également d’opérations faisant partie du processus de fabrication de l’entreprise. Mais avant de déléguer ces opérations, les entreprises agroalimentaires doivent remettre à plat leurs processus logistiques qui aboutissent à la rédaction d’un cahier des charges.

L’externalisation logistique : une solution adaptée face à une incertitude commerciale Dans un premier temps, l’externali-

48

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

sation logistique se définit comme le fait de « confier tout ou partie d’une chaîne logistique, assurée préalablement en interne, avec un transfert éventuel de ressources, sur une durée de long terme, à un prestataire extérieur, dans un objectif de performance. » En d’autres termes, l’externalisation logistique se justifie d’autant plus aujourd’hui que le climat industriel est assez morose : baisse de la demande et de la productivité mondiale. Ainsi, pour les entreprises, l’incertitude commerciale devient de plus en plus présente. La récession économique actuelle n’est pas la seule justification à cette incertitude commerciale ; on pourrait également évoquer le changement du comportement du consommateur de façon générale, celui-ci étant devenu beaucoup plus expert, beaucoup plus exigeant et de fait beaucoup plus sensible à l’innovation, créant un taux de rotation des produits chez les consommateurs finaux bien plus important. En conséquence, l’externalisation logistique a pour but de diminuer, pour les entreprises, les effets de cette incertitude commerciale. Enfin, elle permet à l’entreprise de transformer ses coûts fixes en coûts variables, permettant ainsi de concentrer ses propres ressources

Driss HERRATI

Directeur Général d’Avenir Formation www.avenirformation.ma

Franck CERDAN

Directeur Général de MANORG www.manorg.ma

(financières et humaines) sur sa production et son savoir-faire.

Avantages et inconvénients d’une externalisation

La stratégie d’externalisation présente aussi bien des avantages que des inconvénients afin de réaliser des gains. En voici les avantages : - Réaliser des économies d’échelle, - Rester concentré sur son cœur de métier, - Transférer les investissements à un tiers (surfaces, équipements…) et définir un coût variable : maîtriser les coûts logistiques, - Améliorer la performance logistique en confiant le métier à un professionnel, définir un cahier des charges et un périmètre, - Accompagner sa croissance par de la flexibilité et de la souplesse. D’autre part, mis à part des avantages qui en font une stratégie efficace, l’externalisation de l’activité logistique présente des risques : - Perte de savoir-faire en interne, - Engagement contractuel sur une longue période : 5 ans, - Risque social lié au transfert, - Manque de contrôle sur la qualité de l’activité sous-traitée, - Difficulté d’une réelle maîtrise des coûts, - Apparition de nouveaux rapports de force entre l’entreprise et son prestataire se traduisant par une dépendance croissante, - Difficultés d’interfaçages des systèmes d’informations.

Gestion du périmètre de l’externalisation

Avant toute chose, le Responsable Logistique doit identifier avec préci-


© Luis Carreon

Process

sion : 1/ le périmètre en termes de produits : • Les obligations légales et de sécurité associées, • Le degré d’identification des produits (étiquette, identification, documents…), • Les caractéristiques physiques des unités logistiques (dimensions, poids, gerbabilité…), • Les caractéristiques de rotation des stocks de produits. 2/ le périmètre en termes de flux : depuis les fournisseurs, vers les clients, manutentions, logistique inverse… 3/ le périmètre en terme de processus logistiques (exécution, planification….) et/ou administratifs (approvisionnement, attention au client interne ou externe, facturation…) 4/ le facteur humain (ressources clés, risques et coûts…) 5/ les niveaux de traçabilité requis 6/ les règles de gestion du stock 7/ l’assurance des produits 8/ les cahiers des charges hygiène sécurité et qualité Le Responsable Logistique doit identifier les impacts du plan de croissance de son entreprise sur l’activité logistique externalisée en se basant sur : • La croissance de l’activité, • Le développement de nouveaux services au client, • L’extension géographique.

Elaboration d’un cahier des charges logistiques Un cahier des charges logistiques

50

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

est un document de base qui va permettre de déterminer les besoins du ou des futurs entrepôts. On y trouve plusieurs volets, à savoir : • Les conditions économiques du projet : on y renseigne la description de l’environnement de l’entreprise et ses objectifs par rapport à la stratégie logistique, les caractéristiques du niveau de service attendu et ses conditions économiques (coût attendu de l’investissement, le financement, les charges d’exploitation, le retour sur investissement…) ; • Les formats : ils décrivent les marchandises à stocker et manutentionner et leurs emballages (description, mesures, valeurs, conditions de conservation et de manutention) ; • Les prévisions de flux et leurs modalités : elles y précisent les cycles d’activité de l’entrepôt ou de la plateforme d’un point de vue quantitatif en

analysant les variations en cours de journée, les variations hebdomadaires, les variations saisonnières, les écarts absolus moyens ou les écarts types par rapport aux moyennes pour chacune de ces données ; • Les activités menées par l’entrepôt : elles doivent être décrites en détail (ainsi que les activités de traitement des retours) avec le personnel nécessaire, leurs conditions de travail, les horaires, les activités périodiques (inventaires) ou exceptionnelles (promotions) ; • La sécurité. N.B. : le cahier des charges logistiques doit expliciter les différents scénarii possibles avec leurs avantages et inconvénients et ceux qui sont à exclure d’office. De plus, un cahier des charges logistiques est indispensable : c’est pour cela qu’il faut y consacrer un certain temps. En effet, il est nécessaire qu’il se rapproche le plus possible de la réalité de l’activité pour pouvoir la gérer, autant pour le prestataire, qui doit mettre les moyens correspondants, que pour l’entreprise, car un grand nombre de celles-ci estiment très mal leurs coûts logistiques. Il ne faut négliger aucun point dans ce document car une fois l’installation effectuée, l’entrepreneur risque de se retrouver déçu si le prestataire ne

Procédure de réalisation d’un entrepôt ou d’une plate-forme


Logistique peut intégrer un paramètre oublié, ou si une ligne de coût est omise. En d’autres termes, le cahier des charges logistiques doit refléter deux logiques : - Une stratégie de marketing : elle doit prendre en compte la zone de chalandise, l’évaluation des flux, c’est-à-dire le budget consacré à l’activité, des stocks et leurs évolutions ainsi que les cycles, les délais de livraisons, les conditions

de préparation des commandes, les travaux supplémentaires. - Celle de la logistique : elle permet de déterminer les modes de stockage (stock moyen dont on a besoin pour fonctionner, nombre d’articles par commande, dimensions des produits, nombre de commandes à réaliser, fonctionnement avec les fournisseurs de manutention et de transport. Les deux aspects sont liés et aussi

importants l’un que l’autre. Cependant, il arrive assez souvent que le système informatique ne traite qu’un seul aspect ou bien que les systèmes informatiques qui les traitent ne permettent pas de les relier. La recherche des informations nécessaires est alors un travail qui peut demander un temps plus important et n’être souvent qu’approximatif.

Conseils d’expert

Par Laurent Majerus, Supply Chain Manager d’Ipsen Logistics et associé du cabinet CCELLOG Les multinationales et PME commencent aujourd’hui à s’organiser autour de normes logistiques incontournables : respect des dates de consommation et respect de la chaîne du froid. Qu’elle soit intégrée ou donnée en prestation, la chaîne logistique dans le secteur de l’agroalimentaire est gérée par des systèmes d’information de gestion des stocks (WMS) et dans le respect des normes de stockage liées au cahier des charges des produits de consommation. Les entreprises doivent garantir à la population marocaine et aux touristes, secteur de croissance défini par le Royaume, des produits de consommation frais avec des dates de consommation garanties. L’organisation logistique est en marche, tirée par l’organisation des centrales d’achat de la GMS. Pourquoi externaliser sa propre logistique ? L’externalisation, c’est se reposer sur 4 facteurs : - Facteurs économiques : par la diminution des coûts suite à la mutualisation. Changer les charges fixes en charges variables et ainsi entrer en maîtrise financière. - Facteurs stratégiques : en se recentrant sur son cœur de métier et de surcroit avoir accès à d’autres marchés. - Facteur de performance : par la technicité du prestataire expert qui se doit d’avoir une meilleure mesure de la performance et de recherche continue sous peine de

perdre son contrat. - Facteur social : par la diminution des risques en transférant les ressources humaines. Quels sont les freins ? Les problématiques et les freins pour l’évolution d’une logistique en propre sont liés à l’absence de ressources humaines, en parallèle d’arbitrages stratégique et financier. En revanche, en ce qui concerne les problématiques et les freins pour l’externalisation, nous pouvons avoir le sentiment d’une perception d’irréversibilité, une perte de savoir-faire, avoir l’impression de tomber dans une lourdeur de processus et des risques liés à la perte de confidentialité. Quelles sont les attentes ? Les principales attentes sont les mêmes ! Nous remarquons un avantage concurrentiel par la réduction et la maîtrise des coûts ainsi que la réactivité et flexibilité pour améliorer la qualité de la prestation. Les attentes pour une logistique en propre se matérialisent par la non-divulgation d’un savoir-faire, a contrario de l’externalisation qui met en avant la concentration sur le cœur business et la variabilisation des charges Quelles sont les contraintes de chaque type d’organisation ? Pour une logistique en propre : - L’apport d’un œil neuf est souvent impératif - Connaissance approfondie du métier - Conduite d’un projet de refonte

tout en continuant l’exploitation au quotidien - Arbitrages internes - Plafonnement des réductions de coût Pour une logistique externalisée : - Vraie connaissance des processus et des données économiques avant externalisation - L’adaptation des processus existants - Les investissements « IT » nécessaires - La constitution de l’équipe maîtrise d’ouvrage - Mesure des risques (dépendance) En résumé L’externalisation de la fonction logistique n’est pas la solution unique. C’est avant tout une décision stratégique qu’il faut prendre en connaissance de cause. Une externalisation cela ne s’improvise pas, cela se : - Mûrit - Prépare - Contrôle Quelques conseils Attention ! Il faut maîtriser votre processus avant de l’externaliser. - L’externalisation ne dispense ni de sa responsabilité ni de son contrôle - Cahier des charges incomplet et contrat mal négocié - Toujours viser le win-win - Risque social - Multiplication des interfaces et imbrication de l’ « IT », volet à ne surtout pas sous estimer

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

51


Qualité

Microbiologie rapide Coup de fouet à la microbiologie classique ! Réduire les délais entre la fabrication et la libération des produits, c’est le cheval de bataille des industriels depuis quelques années déjà. Après l’optimisation du process, les efforts déployés visent la réduction du temps dédié aux contrôles de sécurité alimentaire et de qualité. Aussi, les méthodes microbiologiques rapides constitueraient une réponse aux impératifs de productivité. Sarah OUSAID

en collaboration avec Asmaa ARROUB, Isolab

D

ans certaines industries comme en agroalimentaire, les méthodes d’analyses microbiologiques réglementées – basées généralement sur d’anciennes techniques - ne sont pas toujours en harmonie avec les exigences de productivité des entreprises, les résultats n’étant souvent disponibles qu’au bout de plusieurs jours... Pour y remédier, de nouvelles méthodes basées sur des techniques innovantes voient continuellement le jour, telles que : la purification des acides nucléiques par billes magnétiques, la cytométrie de flux, les tests de bioluminescence... Reposant sur la méthode classique (boite de Pétri), la microbiologie rapide est une alternative qui permet d’automatiser les analyses microbiologiques. « Au sein de nos laboratoires, nous avons recours à la méthode

52

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

de microbiologie classique. Néanmoins, lors de la haute saison où il est incommode d’attendre 48 heures pour libérer les produits, nous utilisons aussi la méthode d’ATPmétrie qui, bien qu’elle soit dédiée à l’analyse des surfaces et des eaux de rinçage, nous permet d’avoir une indication sur la qualité microbiologique de nos produits », affirme le Responsable de Laboratoire d’une unité de production d’eaux minérales embouteillées.

Un système basé sur des technologies éprouvées

Cette technique repose sur le suivi des changements de caractéristiques chimiques du milieu liquide Étape 1 Inoculer une cartouche prête à l´emploi

de croissance dans lequel les microorganismes cibles se multiplient. Ces changements sont détectés par des indicateurs colorés d’activités métaboliques (pH, activité rédox et enzymatique, production de CO2), détectés à leur tour par photométrie à l’aide de l’unité optique du système et analysés à intervalles prédéterminés. Les résultats sont affichés par code couleur avec un système d´alerte. Spécifique à chaque microorganisme, les fioles brevetées du système sont dotées d’une zone semi-fluide séparée du milieu de culture liquide, éliminant ainsi toute interférence optique par l´échantillon ou par la turbidité microbienne. La sensibilité de la technologie varie d’un seul organisme par fiole à 108 UFC/ml (limite supérieure).

Trois étapes à suivre

Le système de microbiologie rapide est constitué d’un incubateur, d’un logiciel et de cartouches. Cette méthode non destructive permet l’obtention de résultats microbiologiques précis et reproductibles en temps réduit, en fonction de la consigne

Étape 2 Placer la cartouche dans l´appareil

Étape 3 Renseigner les données d´identification dans le logiciel


© soleris TM

QHS

que l’utilisateur fournit à l’automate : test présence/absence, semi-quantification (dénombrement au seuil) ou quantification (nombre d’UFC présentes dans l’échantillon).

Gain en temps et en qualité des résultats

De manière générale, les méthodes de microbiologie traditionnelles imposent un flux de travail comprenant des dilutions en série, inoculation des géloses, incubation, lecture,

transcription et enregistrement des résultats avant la rédaction du rapport. Il en découle quelques points faibles relatifs notamment à l’intensité de la main d´œuvre requise, à la longueur des délais avant l’obtention de résultats et à la gestion manuelle des données et de la documentation. A ces inconvénients, la microbiologie rapide apporte des palliatifs grâce à ses multiples atouts. Dans de nombreux cas, l’appareil fournit des réponses le jour même (préparation de l’échantillon en moins de 2 minutes et durée de l’analyse réduite entre 14 et 18 heures avec une détection de problèmes dès les premières heures après incubation). « Lancez les analyses dans l’après midi et récupérez les résultats le lendemain matin, avec un jour d’avance, les productions sont ainsi bouclées plus rapidement », affirme un opérateur industriel. Ainsi, l’utilisateur bénéficie d´une meilleure cadence de production, d´une réduction des stocks, d´une durée de conservation optimale des produits périssables et

d’une réduction du coût de stockage et de la main d´œuvre. « C’est un grand avantage, surtout pour les produits en attente de libération. Le temps d’attente passe alors de 5 à 2 jours tout en assurant une mise sur le marché de produits sains et de grande qualité », témoigne Lori Ledenbach, Chercheur Principal Adjoint au Centre de Recherche et de Développement, Kraft Foods. Avec à l’amont une préparation d’échantillon d’une grande simplicité, l’automate offre des résultats intéressants en termes de sensibilité, précision, reproductibilité et facilité d´utilisation. « Une cartouche déleste les laborantins de nombreuses tâches. Elle leur permet une meilleure organisation de travail, réduit le nombre d’équipements à gérer et par conséquent amoindrit les coûts », atteste Nabil Guennouni, Directeur Général de Isolab. C’est en raison de tous ses avantages que la technologie de microbiologie rapide rencontre aujourd’hui un franc succès dans les quatre coins du monde.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

53


Marchés

Produit - Distribution - Design - Lancements - Nutrition

Distribution

Attractivité des pays émergents

Le Maroc tombe à la 27ème place Dans la 11ème édition du Global Retail Development Index (GRDI) réalisé par le cabinet de conseil AT Kearney, le Brésil conserve la tête malgré une concurrence accrue parmi les pays émergents. Le printemps arabe et la crise ont affecté plusieurs pays de la région MENA (Middle East – North Africa), notamment le Maroc, qui recule de 7 places. Rappelons que le Royaume avait occupé la 6ème place du classement en 2008.

54

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Le Maroc recule mais conserve un potentiel

Le Maroc recule cependant de 7 places par rapport au classement 2011 (sur base comparable) et se retrouve dans la catégorie « priorité faible ». Hausse du risque pays, mais aussi déficit commercial et croissance en ralentissement chez les principaux partenaires commerciaux du Royaume en sont la cause, en dépit d’une bonne croissance économique. AT Kearney rappelle toutefois qu’il existe toujours

un potentiel pour les formats de distribution moderne, qui ne représentent encore que 10 à 15% des ventes. « Les acteurs se préparent à leur expansion en testant de nouveaux formats et des magasins alimentaires très discount », conclut le cabinet. Enfin, il est important de saluer l’entrée dans le classement du premier pays d’Afrique sub-saharienne (hors Afrique du Sud) : le Botswana. Une entrée annonciatrice d’un marché africain de plus en plus attractif !

Classement des 30 pays émergents les plus attractifs selon le GRDI 2012 Rang 2012 1 2 3 4

Priorité haute

5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

Priorité moyenne

15 16 17 18 19 20 21 22 23 24

Priorité faible

25 26 27 28 29 30

Pays Brésil Chili Chine Uruguay Inde Géorgie Emirats Arabes Unis Oman Mongolie Pérou Malaisie Koweït Turquie Arabie Saoudite Sri Lanka Indonésie Azerbaïdjan Jordanie Kazakhstan Botswana Macédoine Liban Colombie Panama Albanie Russie Maroc Mexique Philippines Tunisie

Variation de rang / 2011 = = ì +3 î -1 î -1 Nouveau ì +1 Nouveau Nouveau î -3 ì +8 î -7 î -4 î -4 ì +6 î -1 Nouveau Nouveau î -5 Nouveau ì +8 î - 10 ì +1 ì +2 î - 12 î - 15 î -7 î -6 î - 13 î - 12

Note totale 74 65 64 63 61 61 61 59 59 58 57 57 53 53 53 53 52 51 51 50 48 48 48 47 47 46 45 44 43 43

Le classement des pays émergents selon leur attractivité pour les distributeurs mondiaux est calculé selon 25 variables regroupées en 4 paramètres, comptant chacun pour 25% de la note finale : le risque pays et affaires, l’attractivité du marché (ventes au détail par habitant, démographie, urbanisation, environnement réglementaire), la saturation du marché (part du commerce moderne, présence de distributeurs internationaux…) et enfin le degré d’urgence à investir dans le secteur.

(Source : AT Kearney)

P

our AT Kearney, le marché de la distribution devient réellement « global ». En effet, en cette période de crise, les géants mondiaux de la distribution voient depuis 5 ans leurs résultats croître 2,5 fois plus vite sur les marchés émergents que sur leurs marchés domestiques. Par ailleurs, des marchés de taille plus modeste, restés jusqu’à présent confidentiels, font leur apparition dans le classement : Géorgie, Oman, Mongolie… L’Amérique du Sud, avec en tête le Brésil mais aussi 6 autres pays dans le classement, reste toutefois une région très dynamique et présente les meilleure résultats en terme de risque pays et de potentiel du marché. Quant à la région MENA, les tendances vont vers « la croissance des marques de distributeurs et du e-commerce », révèle le rapport. Les marchés devenant matures, les MDD constituent effectivement un relais de croissance et représentent aujourd’hui 10% des ventes, soit 3% de plus qu’il y a 3 ans. Quant au e-ecommerce, il gagne de plus en plus la confiance des consommateurs, grâce notamment aux medias sociaux et à l’amélioration de la logistique. Sur les effets du printemps arabe, AT Kearney estime que les conséquences n’ont pas été les mêmes pour tous les pays : « si les révolutions arabes ont impacté négativement de nombreux pays comme la Tunisie (-12) et l’Egypte qui sort du classement, d’autres nations ont mieux résisté (Maroc, Arabie Saoudite) voire augmenté leur attrait à l’instar des Emirats Arabes Unis (+1) et surtout Oman et la Jordanie qui ne figuraient pas dans le top 30 en 2011. »

Florence CLAIR


Petites Annonces JH Manager de commerce en grande distribution 7 ans d’expérience

Homme 38 ans cherche poste de Directeur Commercial dans l’agro-alimentaire.

BAC + 4 en Technologie Alimentaire

Diplôme :

Licence en chimie

Ingénieur Commercial H-E-M option Marketing.

Cherche poste stable comme Responsable Commercial

MBA de l’ISCAE Gestion Des Entreprises.

Tél. : 06 67 44 41 81 E-mail : benahm77@hotmail.com

Pour déposer vos petites annonces Contactez-nous au 05 22 54 47 27 ou par email : contact@foodmagazine.ma

10 ans d’expérience en grande distribution + 6 ans Directeur Commercial Agro-alimentaire. E-mail : mohamedagroali@yahoo.fr Tél. : 06 61 42 07 64.

Bulletin d'abonnement

Abonnement Maroc : 250 DH Etranger : 80 € Maghreb : 50 € Modalités de paiement : chèque ou virement à l'ordre de Silvestri Media Compte : N° 022780 000087 0005104145 74 Banque : SGMB Agence Casa M.youssef Code Swift : SGMB - MAMC

Bulletin à compléter et à nous retourner accompagné de votre chèque ou d'une copie du virement à : Silvestri Media 119 avenue des FAR - Espace Sofia, B1 - 20000 Casablanca Tél : + 212 522 54 47 25/27 - Fax : + 212 522 44 14 05 Email : contact@foodmagazine.ma FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

55


Maroc

Marchés Linea Jus 0% Sucre Nectar à base de jus de fruits frais sans sucre ajouté avec un apport en calcium et en vitamines, adapté aux personnes qui font attention à leur ligne. Fabricant : Copag - 50% de pur jus de fruits (orange, ananas, mangue, pêche, fruit de la passion), eau, édulcorants utilisés pour régime sans sucre, citrate de calcium, vitamine A, C et E. - Références : cocktail, orange. - Boissons. - Poids : 260 g. - Prix: 3 DHS.

Thamar Miel pur et naturel d’origine 100% végétale, récolté selon la tradition sur les étendues marocaines de Missour. Fabricant : Thamar - Epicerie - Références : jujubier sauvage, romarin sauvage, forêts d’eucalyptus, fleurs d’oranger, euphorbe, thym sauvage, lavande. - Poids : 250 et 450 g. - Prix : 79,50 et 149,50 DHS.

Aiguebelle Zoom Boules de céréales enrobées de chocolat au lait. Fabricant : Compagnie Chérifienne de Chocolaterie - Céréales 30% (farine de blé, farine de blé malté, sucre, amidon de blé, extrait de malt d’orge, poudre de lait écrémé, sel), sucre, beurre de cacao, lait en poudre, masse de cacao, émulsifiant : lécithine de soja, agent de brillance, vanilline. - Confiserie. - Poids : 25 g. - Prix : 2,42 DHS.

Maroc

Flash Wondermint 12 chewing gum à la menthe poivrée en étui en carton. Nouvel emballage. Fabricant : Maghreb Industries - Sucre, glucose, base de gomme, arôme de menthe poivrée, glycérine. - Confiserie. - Poids : 30 g. - Prix : 2,70 DHS.

Valencia Essentiel Premium Anti-Ox Nectar de fraise et fruits rouges. Nouvelle gamme Santé et Bien-être. Fabricant : Agro Juice Processing - Purée de fraise, cassis, canneberge, framboise, acide citrique, pectine, eau, sucre. - Boissons. - Volume : 1 l. - Prix : 12,90 DHS.

56

Carle Filets de Sardines à l’huile végétale Filets de sardines sans arêtes farcies Distributeur : Bimex Négoce - Sardines, huile végétale, légumes, épices, sel. - Références : huile végétale, sauce tomate et huile d’olive. - Epicerie. - Poids : 115 g. - Prix : 5,30 DHS.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

Sucrévia 126 morceaux de sucre 100% Stévia. Fabriquant : Sucrunion - Rébaudioside A 98%, agent de charge naturel : erythritol. - Epicerie. - Poids : 252 g. - Prix : 126,5 DHS.

Excelo Genova Originale Authentique Génoise à l’italienne à la vanille. Fabricant : Best Biscuit Maroc - Sucre, farine, graisse végétale, œufs, cacao, lactosérum, glycérine, huile végétale, lécithine de soja, pyrophosphate acide de sodium, bicarbonate de sodium, mono et di-glycérides, sel, sorbate de potassium, acide citrique, poudres levantes, acide sorbique, arôme artificiel. - Références : vanille, cacao. - Biscuiterie. - Poids : 22 g. - Prix : 0,79 DHS.

La Prairie Classique Margarine de table aux 7 vitamines et au calcium. Tartine & Cuisson. Fabricant : Margafrique - Corps gras végétal, eau, sucre, sel, mono-diglycérides végétales, lécithine de soja, calcium, amidon, sorbate de potassium, antioxydant, acide citrique, arôme, β-carotène, 7 vitamines (A,B6, B2, B1, E, D et B12). - Crémerie. - Poids : 250 g. - Prix : 7,46 DHS. Mido Nectar Classique Nectar d’ananas pasteurisé. Fabriquant : Citruma pour Damandis - Eau, jus d’ananas à base de concentré, sucre, acidifiant E330, arôme naturel. - Références : ananas, orange, pêche, mangue, cocktail. - Boissons. - Volume : 1 l. - Prix : 9,75 DHS.

Levure Rafiaa Levure boulangère en poudre. Se dissout facilement au pétrissage et fait bien monter la pâte. Fabricant : Lesaffre Maroc - Levure (Saccharomyces cerevisiae), agent de réhydratation (E491). - Epicerie. - Poids : 10 g.

Knorr aux herbes 8 bouillon-cubes aux plantes aromatiques et à l’huile d’olive. Fabricant : Unilever Maroc - Sel, exhausteur de goût (monosodium glutamate E621), graisse de palme hydrogénée, extrait de levure, arôme de basilic, huile d’olive extra vierge, oignon en poudre, persil, oignon torréfié, origan, ail en poudre, laurier, thym, arôme d’ail. - Epicerie. - Poids : 8x9 g. - Prix : 7,70 DHS.

Donnez de la visibilité à vos produits Envoyez vos nouveautés à s.ousaid@foodmagazine.ma

Cette sélection de nouveaux produits du Maroc est une veille marketing de FOOD Magazine.


Monde

R&R Lentilles Cuisinées Lentilles cuisinées à la moutarde à l’ancienne et aux fines herbes : estragon, ciboulette et persil. Accompagne parfaitement les viandes. Fabricant : Raynal & Roquelaure - Sauce cuisinée : eau, moutarde à l’ancienne : 3% du poids net (eau, graine de moutarde, vinaigre de vin blanc, sucre, épices), crème fraîche de Normandie, carottes, moutarde de Dijon (eau, graines de moutarde, vinaigre d’alcool, sel), arôme, oignons, farine de blé, fines herbes : 0,5% du poids net (ciboulette, persil, estragon), sucre, sel, poivre. Lentilles précuites : 42%. - Références : moutarde à l’ancienne & fines herbes, fondue d’échalotes & vinaigre balsamique. - Epicerie. - Poids : 410 g. - Prix : 1,45 €. JAPON

Calpis Morningurt Yaourt à boire pour le matin, à la sauce aux pommes. Fabricant : Calpis - Sirop de maïs au fructose, lait écrémé en poudre, lait, lait fermenté, sauce aux pommes, sel, acidifiant, stabilisant (polysaccharides de soja, pectine), arôme, émulsifiant, édulcorant (aspartame, phénylalanine, acésulfame K). - Crémerie. - Volume : 0,5 l. - Prix : 0,85 €.

DANEMARK Starbucks Frappuccino Lowfat Coffee Drink : Mocha Chocolate Flavour Café au goût de chocolat moka, à faible teneur en matière grasse. Fabricant : Aala - Lait 75%, mélange Starbucks café arabica (eau et extrait de café) 18,8%, sucre 6%, graisse de cacao en poudre réduite 0,2%, arôme de café naturel, acidifiant (carbonate de potassium). - Boissons. - Volume : 0,25 l. - Prix : 2,41 €. Cette sélection de nouveaux produits du monde est issue de la base de données INNOVA.

BELGIQUE Knorr Cup A Soup Tomaten met Croutons Soupe de tomate aux croûtons en trois sachets individuels. Fabricant : Unilever - Purée de tomate en poudre 36%, amidon de pomme de terre, sucre, croûtons 9,5%, vermicelle 7,3%, sel, oignon en poudre, levure, bouillon végétal concentré, ail, graisse végétale, céleri, glucose, protéine de lait, carotte, persil. - Epicerie. - Poids : 3 x 200 g. - Prix : 1,55 €.

Monde

FRANCE Oh Céréales Saveurs d’Orient 2 galettes à base de quinoa rouge et de pois chiche. Riches en protéines et en manganèse et sources de fibres. Se consomment chaudes ou froides. Fabricant : Crêperie Jarnoux - Quinoa rouge, boulgour, pois chiche, épices Médina - Références : Saveurs d’Orient, Saveurs d’Antan, Légumes du Maraîcher, Escapade Méridionale. - Poids : 2 x 100g. - Prix : 2,95 €.

Lancements

TUNISIE Dago Almond Flavored Syrup Sirop aromatisé à l’amande dans une bouteille en verre. A diluer avec 6 litres d’eau. Fabricant : Soriac - Sucre, eau pasteurisée, arôme d’amande, benzoate de sodium E211, colorant E171. - Boissons. - Volume : 1 l. - Prix : 1,25 €. Forest Juice Jus de Fraises Surgelé Jus de fraises surgelées 100% naturel. Fabricant : Forest Juice - Fraises, eau, sucre. - Boissons. - Volume : 1 l. - Prix : 1,71 €.

EGYPTE Ceren Sour Cherry Jam Confiture de cerises halal. Fabricant : Omrat - Cerises, sucre, glucose, acide citrique E330, pectine E440. - Epicerie. - Poids : 380 g.

Americana Minced Molokhia Molokhia fraiche hachée congelée Fabricant : Americana - Molokhia verte fraiche. - Surgelés. - Poids : 400 g. - Prix : 0,59 €.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

57


Marchés Droit de la consommation et de la distribution au Maroc

Quel impact pour votre activité ? Depuis quelques années, la législation applicable aux métiers de la distribution ne cesse d’être complétée, et la multiplicité des textes applicables la rend de plus en plus difficile à appréhender pour les professionnels du secteur. Franck DAUTRIA Conseil Juridique Monceau Juridique & Fiscal fdautria@monceaujuridiquefiscal.com

Un droit polymorphe et à « géométrie variable »

On peut s’interroger sur l’étendue exacte de ce que l’on peut entendre lorsqu’on évoque le droit de la consommation et de la distribution. A l’analyse, au fil des années, les textes se sont peu à peu organisés autour de cinq axes majeurs : • 1er axe : La distribution et la concurrence Affectant notamment le secteur de la distribution, est apparue la loi n° 06-99 sur la liberté des prix et de la concurrence. Celle-ci s’intéresse notamment aux pratiques anticoncurrentielles ou restrictives de concurrence, aux opérations de concentration économique, et régit le Conseil

58

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

de la Concurrence. • 2ème axe : La protection du consommateur La loi n° 31-08, édictant des mesures de protection du consommateur, a enfin été adoptée, et publiée au Bulletin Officiel du 7 avril 2011. Ce texte fut longtemps attendu, puisque les premières moutures en avaient été élaborées par le gouvernement Youssoufi en 2000… Cette loi apporte de nombreuses innovations, en de multiples domaines : - Expression d’une obligation générale d’information du consommateur ; - Protection du consentement du consommateur, notamment par l’instauration, dans certains cas spécifi-

ques, d’un droit de rétractation d’une durée limitée ; - Généralisation de l’interdiction de publicité mensongère ou trompeuse (existant déjà pour certains vecteurs de communication, notamment en matière de radio-télédiffusion, avec la loi n° 77-03) ; - Formalisation de l’autorisation de publicité comparative ; - Mise en œuvre d’un dispositif tendant à éliminer les clauses abusives ; - Organisation des principes de garanties, légale et conventionnelle ; - Et, last but not least, définition du rôle des associations de protection des consommateurs, accompagnée de mesures précises tendant à éliminer les risques de conflits d’intérêts, et à leur donner réelle capacité de défendre efficacement les consommateurs. De même, d’autres textes ont pour volonté générale ou catégorielle de concourir à la protection du consommateur. Sans exhaustivité aucune, on peut citer : - La loi n° 24-09 relative à la sécurité des produits et des services, renforçant, pour certains produits et services, une obligation générale de sécurité, définissant leurs conditions de mise à disposition sur le marché, les organismes d’évaluation de la conformité et la surveillance du marché ; - La loi n° 17-88 relative à l’indication de la durée de validité sur les conserves et les boissons conditionnées ; - La loi 28-07 relative à la sécurité


Droit

sanitaire des produits alimentaires, régissant notamment les conditions de mise sur le marché des produits alimentaires et des aliments pour animaux ; - La loi n° 25-08 portant création de l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA)… • 3ème axe : Des textes spécifiques relatifs aux produits alimentaires Ce volet est bien évidemment extrêmement riche, qu’il s’agisse de la durée de validité des aliments en conserve, des additifs alimentaires, des eaux, boissons et alcools, des matières grasses, des fromages, des jus de fruits et légumes, des crustacés, de la farine, du pain, des crèmes glacées, des produits laitiers, du café et du thé, des viandes et produits à base de viande, du sel, du vinaigre, des œufs, etc. • 4ème axe : Des textes spécifiques au vecteur de communication utilisé pour la diffusion d’une publicité commerciale, sont apparus depuis quelques années. On peut à titre d’exemple rappeler la loi n° 77-03 relative à la communication audiovisuelle, les cahiers des charges des différentes chaînes de télévision et de radiophonie, sans oublier de mentionner la jurisprudence fournie du Conseil Supérieur de la Communication Audiovisuelle (CSCA) depuis maintenant huit ans… • 5ème axe : Les sanctions relatives au non-respect des textes Ce panorama, s’il n’a pas prétention à l’exhaustivité, serait particulière-

ment incomplet si l’on ne rappelait pas le nombre important de dispositions « répressives » destinées à sanctionner les manquements constatés. Ces sanctions sont contenues dans la loi cadre 1383 relative à la répression des fraudes sur les marchandises, mais également dans le volet répressif développé par la plupart des textes que nous avons cités. L’ensemble de ces textes constitue peu à peu un corpus, certes disparate, certes encore parfois incomplet, mais de plus en plus élaboré, et qui ne cesse de se développer, tendant à protéger le consommateur, et à encadrer les activités, notamment, de production et distribution alimentaires. De surcroît, ce droit peut être considéré comme étant fortement à géométrie variable pour chacun des intervenants économiques, en fonction de leur activité : production et/ ou distribution, produits sur lesquels ils travaillent, modes de commercialisation, et même de communication commerciale…

Cette tendance ne fera que s’amplifier au cours des prochaines années… Il s’agit, on l’a dit, d’un droit qui se construit, accompagnant le développement économique du Royaume. Comme tout droit en gestation, on peut certes parfois lui reprocher, ici ou là, telle ou telle imperfection ou inadaptation, mais ce corpus juridique poursuit systématiquement un but unique et louable : organiser le marché en y apportant clarté et information. Par cette volonté d’information, d’organisation et de clarté, ce droit contribue au développement du secteur formel. Il ne faut donc pas que ce dernier le considère exclusivement comme un poids ou un

frein au développement de l’activité commerciale.

Mais le développement de ce droit est tributaire de moyens et d’actions...

De moyens, bien évidemment, notamment pour les organismes de contrôle, en termes de développement des effectifs, de moyens de formation et information, etc. Mais d’actions, également, de la part de différents intervenants : - Une affirmation des associations de consommateur, dont les moyens ont été définis par la loi 31-08 relative à la protection du consommateur ; - Une nécessité d’information du public sur les risques et problématiques de l’informel, particulièrement en matière alimentaire, et ce, par la presse, généraliste et spécialisée, et notamment par diffusion radiophonique ; - Et enfin, pour que les textes soient à la fois applicables et utiles, il est indispensable que les principaux acteurs du secteur formel soient également contributeurs à ce processus. Davantage que subir cette tendance lourde de développement des textes législatifs et réglementaires en la matière, les différents intervenants ont intérêt à y participer, y apporter leur expérience, et à devenir de véritables acteurs dans l’élaboration du droit de la consommation et de la distribution. C’est donc dans ce cadre extrêmement vaste, et complexe, que nous aurons l’occasion, dans les prochains numéros, de développer certains aspects spécifiques des législations susceptibles d’affecter les métiers de l’alimentaire et de la distribution… MONCEAU JURIDIQUE & FISCAL est un Cabinet de Conseil Juridique qui a notamment développé un département en matière de droit de la consommation et droit de la distribution. Il intervient en qualité de conseil et/ou de formateur auprès de groupes et acteurs reconnus du secteur de la distribution et de la grande distribution.

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

59


L’Entreprise du mois 1

2

Banchereau Maroc

Prend une nouvelle dimension Filiale de Zalagh Holding dédiée à la fabrication de charcuterie de volaille, Banchereau Maroc représente le maillon aval de ce groupe intégré dans l’aviculture. En quelques années, il a permis à la marque Dindy de se positionner comme un challenger de poids sur le marché marocain de la charcuterie. Grâce à son outil de production performant, Banchereau a même attiré l’attention d’une célèbre marque étrangère, Bordeau Chesnel. Florence CLAIR

Q

ue de chemin parcouru en à peine 40 ans ! Tout est parti en 1974 à Fès de la création, par Mohammed Chaouni Benabdallah et son fils Fouad, d’El Alf, l’une des premières usines d’aliments de bétail au Maroc. Quelques années plus tard, pour compléter leur offre, ils fondent le couvoir Couvnord. C’est le début de l’intégration. Après la création de sociétés de négoce en matières premières (notamment Graderco) au début des années 90, il faut attendre la fin des années

60

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

2000 pour voir le groupe Zalagh franchir une étape importante en s’intéressant cette fois à l’aval : il s’agit du rachat en 2007 de la société Eldin, spécialisée dans l’abattage et la transformation des viandes blanches (essentiellement de dindes). « C’est à partir de ce moment que nous nous sommes intégrés avec l’élevage, l’abattage et la charcuterie », explique Mustapha Slimani, Président du Directoire de Zalagh Holding. De son côté, Banchereau Maroc, joint-venture créée en 2006 en-

tre Lesieur Cristal et le charcutier français Banchereau SAS, connait des difficultés et ferme. En 2009, les groupes Zalagh Holding et Al Atlas (famille Laâbi), alors en pleine préparation de leur fusion en Atzal Holding, saisissent l’opportunité et rachètent cette unité de charcuterie. « Cet achat répondait à un impératif industriel : regrouper l’activité charcuterie dans un seul outil performant, chacun des deux groupes possédant des sociétés (respectivement Eldin et Mavi) opérant à la fois dans l’abattage et dans la charcute-


Banchereau Maroc 3

1- L’usine, située dans la technopole de l’aéroport Mohammed V, disposera prochainement d’une capacité de production de 50 T/jour. 2- Pour la fabrication des pâtes fines, en plus du système classique de cutter, Banchereau Maroc s’est équipé d’une installation Cozzini, assemblage d’un hachoir, d’un mélangeur et d’un affineur, qui permet d’obtenir des rendements 3 à 4 fois supérieurs. Une première au Maroc. 3- Poussage et clippage des boyaux.

rie, alors que ce sont deux activités complètements différentes », précise M. Slimani. Une stratégie qui permet d’obtenir une taille critique. Enfin, en octobre 2011, la famille Chaouni rachète la participation de la famille Laâbi, avec le soutien d’investisseurs américains. Atzal Holding retourne à la dénomination sociale Zalagh Holding. Aujourd’hui, selon M. Slimani, « Zalagh Holding est le seul groupe intégré sur toute la chaîne avicole, de la fourniture de matières premières pour la nutrition animale à l’élaboration de charcuterie, en passant par les usines d’aliments du bétail, les couvoirs, l’élevage, l’abattage et la découpe. » Il emploie 1.200 personnes et génère un chiffre d’affaires global de 4 milliards de Dirhams.

Nouveau départ pour Banchereau Maroc

Après l’acquisition de Banchereau Maroc, « la reprise en main et la restructuration industrielle prennent

18 mois », révèle M. Slimani. Le temps nécessaire aux transferts d’expertise entre les 3 sociétés Eldin, Mavi et Banchereau. Les deux sociétés restantes se spécialisent chacune sur son cœur de métier : l’abattage et la découpe pour Eldin, la charcuterie pour Banchereau. Le groupe en recueille désormais les fruits puisque Banchereau se positionne comme n°2 du marché de la charcuterie et connait depuis 2011 une croissance à deux chiffres. En tant que branche d’un groupe totalement intégré, Banchereau Maroc ne transforme donc que les viandes livrées par Eldin, ce dernier s’approvisionnant lui-même auprès des élevages du groupe et des éleveurs agrégés (à hauteur de 70% de ses besoins) ou auprès d’éleveurs sous contrat (30%). La traçabilité des produits est donc garantie et maîtrisée tout au long de la chaîne. Conçue initialement pour fabriquer 5 Tonnes par jour de charcuterie haut de gamme, Banchereau Maroc

dispose désormais d’une capacité de 35 T/jour ; une capacité qui sera encore augmentée pour passer à 50 T/jour dans les 6 prochains mois, un investissement étant en cours pour améliorer le process et installer une extension. Deux lignes de thermoformage seront également mises en route très prochainement. Marche en avant, respect des températures dans chaque salle… l’ensemble du process est certifié ISO 22000 depuis 2010. Une cer-

Dates clés

2006 : Création de Banchereau Maroc, joint-venture entre Lesieur Cristal et Banchereau SAS 2009 : Rachat de la société Banchereau Maroc par Zalagh Holding 2010 : Certification ISO 22000 2010 : Lancement des rillettes Bordeau Chesnel / Dindy 2012 : Extension des capacités de production

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

61


L’Entreprise du mois 4

5

6

7

Banchereau Maroc 8

8- Fardelage des cartons.

4- Sertissage des luncheons avant cuisson/stérilisation. 5- Entrée de l’usine, avec lavemains et lave-bottes.

6- Salle de fabrication. 7- Cuisson en autoclave pour les boyaux et les conserves. L’usine dispose également d’une cellule de fumaison.

tification ISO 9001 est en cours et Banchereau Maroc est sur les rangs pour obtenir prochainement le label « halal ».

Une gamme qui s’enrichit

Banchereau Maroc, qui commercialise et distribue elle-même ses produits, est présente sur tous les canaux : distribution moderne et traditionnelle, restauration. L’usine produit toute une gamme de charcuterie de volaille et de bœuf : saucissons, mortadelles, saucisses cuites (type Hot Dog et Strasbourg), charcuterie fine, luncheons… sans oublier les produits tranchés sous vide. Ils sont essentiellement commercialisés sous la marque phare du groupe, Dindy, mais aussi sous les marques Toro et Nzaha. La R&D ne chôme pas et l’entreprise développe de nombreuses nouveautés. Ainsi, « nous avons été précurseurs en 2011 avec les mortadelles aux fines herbes, aux petits légumes, au fromage, ou encore avec le saucisson panaché ail/olives/piment », affirme Abdelhadi Ninia, PDG de Banchereau Maroc. La société dispose également dans son giron d’un produit développé en partenariat avec une marque phare.

62

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012

En effet, juste après la fusion de Zalagh et Atlas, Bordeau Chesnel, référent français des rillettes, contacte le groupe. Plutôt que d’exporter ses produits au Maroc, il est en effet à la recherche d’un partenaire industriel auquel il pourrait apporter son expertise technologique et sa célèbre marque. « La coopération entre les deux groupes a abouti au développement de rillettes avec un goût marocain », explique El Hassane Jabrane, Directeur Production et R&D de Banchereau Maroc. « Bordeau Chesnel a réalisé des audits techniques très sévères et nous sommes très fiers de les avoir passés », ajoute Abdelhadi Ninia. Après validation du process par le partenaire français, Banchereau lance en 2010 des rillettes de poulet rôti (goût « M’Quelli ») en co-branding Bordeau Chesnel / Dindy. Pour toucher un public plus large, une version en plus petit conditionnement (conserve de 65 g) est commercialisée depuis novembre 2011. Et même si ce type de produit, nouveau pour le Maroc, reste encore une niche, l’entreprise compte développer encore la collaboration avec Bordeau Chesnel. « Des discussions sont en cours pour

d’autres produits », déclare Mustapha Slimani.

Prochain défi : l’export

Autre voie de développement dans la ligne de mire : l’export. Après s’être focalisée sur le marché local et avoir réalisé quelques exportations en Mauritanie, l’entreprise s’intéresse désormais de près au marché sub-saharien. « Une équipe Banchereau est actuellement en tournée en Afrique de l’Ouest », indique d’ailleurs M. Slimani. Quant au marché européen, qui recèle également un grand potentiel pour la charcuterie halal, Banchereau Maroc s’y attelle d’ores et déjà, anticipant l’ouverture attendue de la barrière sanitaire. « L’export est notre plus grand défi à l’avenir. Nous en avons la capacité et la qualité », conclut M. Ninia.

Chiffres clés

• Capacité de production : 35 T par jour, prochainement 50 T/jour • 110 employés permanents • 185 employés saisonniers • Superficie de l’usine : 3.600 m2 • 25 camions frigorifiques


FOOD Mondain Inauguration de Marocarne, salon international des viandes rouges, le 6 juillet 2012 à Casablanca

Sur le stand de Copag (de g. à dr.) : Hammou Ouhelli, Président de la FIVIAR, Zaid Annasser, Directeur production animale chez Copag, M’hamed Loultiti, Président de Copag, Aziz Akhannouch, Ministre de l’Agriculture, Mohammed Mediani, Directeur unité chez Copag, et Abdelmounaim El Mokhtari, Responsable technique Copag Elevage.

Sur le stand de l’Argentine (de g. à dr.) : Omar Iraqi Housseyni, Agent de promotion des investissements de l’Ambassade d’Argentine au Maroc, Hammou Ouhelli, Pablo Martin Piñeiro Aramburu, MinistreConseiller à l’Ambassade d’Argentine, et Aziz Akhannouch.

Sur le stand de Casa Viande (de g. à dr.) : Aziz Akhannouch est accueilli par Dr Ahmed Daoudi, Directeur R&D chez Koutoubia, Tahar Bimezzagh, PDG de Koutoubia, et Brahim Bouchahraine, Directeur d’Exploitation de Casa Viande.

Remise de prix à des étudiants lors de la 2ème édition de la Conférence économique d’Attijariwafa bank, le 23 juillet 2012 à Casablanca De g. à dr. : Nizar Baraka, Ministre des Finances et de l’Économie, l’un des étudiants primés, Miriem Bensalah-Chaqroun, Présidente de la CGEM, et Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa bank.

Lancement de la campagne « Atfal Wa A7lam », à Casablanca le 5 septembre 2012 De g. à dr. : El Mostafa Yaqouti, Directeur du Village d’enfants SOS Dar Bouazza, Omar Bennis, Directeur ComInauguration du 29ème hypermarché Marjane, le munication et Affaires Publiques chez Coca-Cola Maroc, 27 juillet 2012 à Taza Ouassila El Bakkali, Responsable Relations Publiques chez De g. à dr. : Mohammed Fettal, Gouverneur de la province Mc Donald’s Maroc, Samia Bouchareb, Directeur Général de Taza, et Mohamed Lamrani, PDG de Marjane Holding, de Coca-Cola Maroc et Afrique Equatoriale, Sergio Codocoupent le ruban. nyer, Directeur des Relations Publiques Equatorial CocaCola Bottling Company, Najat M’rabet, Membre du Conseil d’Administation de l’Association Marocaine des Villages d’Enfants SOS Maroc, Béatrice Beloubad, Directrice Nationale Villages d’enfants SOS Maroc, Mohammed Bellaouchi, Membre du Conseil d’Administration de l’Association Marocaine des Villages d’Enfants SOS Maroc, accompagnés des enfants du Village Dar Bouazza bénéficiant de l’Opération Saada - Atfal Wa Ahlam.

64

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012


Délices d’initiés Marjane Ouverture d’un concept de gros et demi-gros Coupant court aux rumeurs ayant circulé sur la fermeture des rayons alcool dans certains de ses hypermarchés, le top management de Marjane nous a confirmé que les caves des magasins d’Aïn Sebaâ, Khouribga et Marrakech Massira avaient fait l’objet d’un réaménagement et d’un changement de destination depuis début septembre. « Cependant, il s’agit d’une décision commerciale afin de tester un concept dédié aux familles nombreuses, avec de la vente en gros et demi-gros, ce qui nécessite des caisses distinctes », explique-t-on du côté de Marjane Holding. Le groupe rappelle également que ce nouveau service est déjà opérationnel depuis quelques mois au Morocco Mall, un hypermarché qui n’a jamais servi d’alcool, tout comme ceux de Derb Sultan et Salé. « Pour l’instant, tous les autres hypermarchés fonctionnent normalement », assure l’enseigne. Il semblerait donc que Marjane ait choisi de renforcer sa stratégie commerciale envers les classes populaires. Une démarche qui s’inscrit dans la tendance du moment.

Sicopa Certification en cours Sicopa, Société Industrielle de Conserve et de Production Agricole, est aujourd’hui en cours de certification BRC et IFS Version 6 pour ses lignes de fabrication d’olives marinées en poches, olives standards (noires ou vertes) en saumure en boites et en poches, mini poivrons vides sucrés, mini poivrons farcis au fromage/ thon/ anchois et olives noires à la grecque sous vide.

Dindy / Bordeau Chesnel Bientôt des nouveautés ! Le partenariat entre Banchereau Maroc et le leader français de la rillette Bordeau Chesnel avait abouti en 2010 au lancement de rillettes de poulet rôti en co-branding Dindy / Bordeau Chesnel. Forts de cette première expérience, les deux partenaires sont actuellement en cours de réflexion pour élaborer de nouveaux produits. A suivre !

Magri Elevage Nouvel acteur de la filière laitière La société Magri Elevage, opérant dans l’importation du bétail, a récemment lancé une unité de fabrication de fromage frais de régime, mozzarella, ricotta, crème fraîche et beurre. Magri Elevage, qui vient de démarrer la production, commercialisera ses produits auprès des superettes, restaurants et pizzerias. La nouvelle offre sera lancée sous la marque « Yolait ».

Zones industrielles Un 4ème parc pour la CFCIM ! Après ceux de Bouskoura, Ouled Salah et l’année prochaine Berrechid, la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM) vient d’être retenue comme meilleur projet pour la réalisation d’un parc industriel de 60 ha à Berrechid.

Les managers qui bougent EACCE

Mohammed Ziati a fait valoir ses droits à la retraite début juillet 2012. Il occupait la fonction de Chef du Département Relations Extérieures et Communications à l’EACCE (Etablissement Autonome de Contrôle et de Coordination des Exportations).

Chambre de Commerce, d’Industrie et de Service de Casablanca

Hassane Berkani a été reconduit à la présidence de la CCIS (Chambre de Commerce, d’Industrie et de Service) de Casablanca pour 3 ans (2012-2015).

Margafrique

Nabil Lahlou vient de quitter la société Margafrique, où il exerçait en tant que Responsable Marketing. Son successeur n’était pas connu à l’instant où nous imprimions.

66

FOOD MAGAZINE N° 47 15 Septembre - 15 Octobre 2012



FOOD Magazine N°47 - Septembre 2012