Page 99

plusieurs décennies à partir des années 1840, quand les derniers membres de la famille Leavitt quittent le Québec pour rejoindre le groupe principal des saints des derniers jours aux États-Unis. Par la suite, comme les autres membres de la famille, ils traversent les plaines pour se rendre en Utah en 1863.13 La région est du Canada se trouvait à l‘intérieur des limites de la Mission des États de l’est, organisée en 1893.14 Les archives anciennes montrent qu’avant 1914, les missionnaires se trouvaient de manière sporadique à Montréal. Il leur était interdit de distribuer de la documentation au sujet de l’Église, sauf par la poste, ce qui a entravé l’œuvre de l’Église.15 Implantation de l’Église dans les quartiers anglophones du Québec Le 1er juillet 1919, Nephi Jensen est appelé comme président de la nouvelle Mission canadienne, basée à Toronto,16 et les missionnaires commencent à œuvrer de façon permanente à Montréal. En 1920, il y a six missionnaires à temps plein. L’arrivée de deux familles membres de l’Église, venues des îles Britanniques, à Montréal en 1920 – Frederick et Annie Lamb, et Robert et Jeannie Berryman – crée le noyau de la croissance de l’Église. Les missionnaires commencent à donner régulièrement des cours de l’école du dimanche chez la famille Lamb à partir d’avril 1921. Le petit groupe accueille les amis de l’Église, parmi lesquels Edith Poyser Sydenham, la première à être convertie et baptisée au Québec depuis la création de la Mission canadienne.

Le 30 octobre 1921, James McCance, Cornelius O’Riordan et David Lamb, l’un des plus jeunes membres de la famille Lamb, sont baptisés et confirmés membres de l’Église et ce, durant une période où les missionnaires utilisent fréquemment des bains publics pour baptiser les gens.17 McCance fait partie du premier groupe d’hommes à être ordonnés prêtres au Québec.18 Comme on l'a déjà vu, durant cette période, l’œuvre missionnaire s’effectue presque exclusivement parmi les populations anglophones du Québec. Les missionnaires se concentrent presque uniquement sur Montréal et se rendent parfois dans d’autres communautés anglophones, comme Ormstown, Huntingdon, Lennoxville, Cowansville, Sherbrooke, et des petits villages près de la frontière américaine.19 Dans un grand nombre de ces villages, ils ont du mal à obtenir la permission de faire du prosélytisme. C’est seulement à partir du 27  octobre  1925, par exemple, que la ville d’Outremont leur accorde cette permission, et seulement à condition qu’ils aient un permis leur permettant de faire du prosélytisme.20 Le 16 septembre 1928, Charles H. Hart, président de la Mission canadienne, organise la branche de Montréal, première branche de l’Église au Québec. James McCance est appelé comme président, avec Frederick Lamb et Harold  A.  Peterson comme conseillers. La nouvelle branche se réunit dans une salle louée au 5711, avenue Park.21 Pendant les dix-sept ans où McCance est président, la petite branche croît lentement. Leur premier «  Bal vert et or » a lieu en 1939; en 1941, ils tiennent leur première

83

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof