Page 98

l’Université McGill, en 1996. Par la suite, en 1997, elle suit des stages, d’abord en Soins de santé maternelle et infantile. Elle pratique actuellement la médecine familiale au Centre local de services communautaires (CLSC), un centre de santé intercommunautaire à Côte-des-Neiges, au centre-ville. Ce centre, où elle enseigne aussi à des stagiaires de premier et de deuxième cycle, accueille de nombreux immigrants. Elle travaillait auparavant au Centre de médicine familiale Herzl, à l’Hôpital général juif et à l’Unité de soins palliatifs à l’hôpital Royal Victoria. Elle gère également une clinique d'obstétrique pour l’enseignement aux résidents. Elle a de nombreux appels dans l'Église. En compagnie de son mari, elle est codirectrice du Conseil de coordination des affaires publiques pour la région de Québec-Ottawa et directrice adjointe du Comité des affaires publiques dans la région nord-est de l’Amérique du Nord. (Catherine Jarvis)

C’est dans ces conditions, après plus de cinquante ans de présence de l’Église au Québec, que le nombre de membres en 1969 s’élève à 1 1464 et ce, presque exclusivement parmi la population minoritaire anglophone. L’Église obtient une reconnaissance légale seulement le 1er octobre  1967.5 Personne n’aurait jamais prévu qu’au cours des cinquante  années suivantes, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Québec connaîtrait une croissance décuplée, d’abord parmi la majorité francophone et, plus tard, parmi les immigrants au Québec. À la fin de 2015, l’Église au Québec comprend une mission, trois pieux et trente-sept paroisses et branches, et 11 406 membres.6 Ajoutons à cela des services d'aide à l'emploi, un programme de séminaire et un programme d’institut en pleine croissance, cinq centres d’histoire familiale et un temple. Le présent chapitre documente la croissance de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Québec. Il présente l’histoire de l’Église au Québec depuis ses débuts ainsi que l’évolution de la société québécoise, qui a fait naître un désir pour des idées nouvelles, incluant la religion, ce qui permet à l’Église de croître et de prospérer. Ce chapitre dépeint également le dévouement et les sacrifices faits par les membres et les missionnaires de l’Église. Ce sont surtout leurs actes désintéressés qui sont les moteurs de la croissance de l’Église dans la province. L’héritage du 19e siècle Avant de présenter l’établissement de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Québec au 20e siècle, la présente section examinera les premières influences connues des saints des derniers jours et soulignera le patrimoine de foi laissé par les premiers missionnaires et les premiers membres au 19e siècle. Les missionnaires de l’Église se rendent au Québec dans les années 1830 et 82

1840 et font quelques convertis. Hazen Aldrich et Horace Cowan sont les premiers missionnaires à prêcher au Québec. Entre le 8 juillet et le 17 octobre 1833, ils organisent une réunion au Bas-Canada, probablement près de la frontière canado-américaine. Par contre, ils ne signalent aucun baptême pendant cette période.7 Cependant, en juillet 1835, Jeremiah et Sarah Sturtevant Leavitt, et plus de vingt membres de leur famille, acceptent l’Évangile, à Hatley, au Québec, au nord de la frontière du Vermont. Ils quittent peu après le Québec à destination de Kirtland, en Ohio, pour y rejoindre le groupe principal des saints des derniers jours. Plusieurs membres de la famille Leavitt sont baptisés peu après leur arrivée à Kirtland.8 Il est important de noter que, quelques années plus tard, Thomas Rowell Leavitt, le plus jeune fils de Jeremiah et de Sarah Sturtevant Leavitt, sera l’un des premiers colons à Cardston, en Alberta.9 Tout comme la famille Leavitt, les quelques premiers convertis du Québec quittent la province pour rejoindre le groupe principal de l’Église, en Ohio ou à Nauvoo. Entre 1847 et 1863, nombre de ces saints traversent les plaines jusqu’en Utah.10 Jessie Crosby et Benjamin Brown, missionnaires de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, se rendent à Montréal et à Québec en juin  1844. Ils y remarquent tous deux l’influence de la religion catholique dans la vie quotidienne et, bien qu’ayant prêché à deux reprises à Montréal, ils ne signalent aucun baptême pendant cette période.11 Les prêtres catholiques leur ont interdit de prêcher dans la ville de Québec.12 L’ Église se concentrant sur son établissement dans les régions montagneuses de l’ouest des États-Unis, les efforts missionnaires au Québec et dans d’autres secteurs de l’est diminuent. On ne rapporte aucun membre de l’Église au Québec pendant

Dans les années suivant la création de la Mission canadienne en 1919, les missionnaires œuvrent régulièrement au Québec. Cette photo montre onze missionnaires devant le théâtre Rialto, le lieu de rencontre de la branche de Montréal dans les années 1930. (Ray Sawyer)

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof