Page 92

mission et de district. Le président Heber J. Grant consacre le bâtiment en juin 1939. (13:372-73) Pendant la Deuxième Guerre mondiale, et même quelques années après la guerre, il y a moins de missionnaires américains, à cause de la conscription aux États-Unis. Les membres locaux sont alors appelés à servir comme missionnaires en Ontario. Les sœurs de la Société de Secours de la mission envoient des vêtements aux saints démunis de Grande-Bretagne et d’Europe, mais aussi aux mères donnant naissance aux enfants pendant la bataille d’Angleterre. (13:374)

Quand les missionnaires retournent dans les branches isolées d’Ontario après la guerre, ils se rendent compte que, en raison du manque de direction, seuls quelques membres sont restés pratiquants. Lorsqu’il est apôtre de l’Église, Elder Neal A. Maxwell essaie d’encourager les missionnaires qui ont peu de baptêmes à leur actif en leur disant que, pendant sa propre mission en Ontario en 1947, il n’a baptisé que deux personnes et

en a excommunié quatre – soit une perte nette de deux membres! Il leur écrit que, bien que cogner à des portes sans obtenir de réponse ait été difficile, cela lui a été bénéfique, car «  si quelqu’un a un succès sans faille, il n’aura jamais la possibilité d’apprendre [...] des moments de déception ». (13:376) Thomas S. Monson apporte des changements importants à la Mission canadienne lorsqu’il en devient président en 1959. Il définit trois objectifs : 1. Appeler les membres locaux aux positions de dirigeants et leur offrir la formation requise, relevant les missionnaires de cette responsabilité, ce qui leur permet de faire davantage de prosélytisme; 2.  Présenter et superviser un programme de construction de bâtiments et; 3. Améliorer l’efficacité des efforts missionnaires. Ce qu’il accomplit dans ces trois objectifs est tout à fait remarquable. L’un des dirigeants locaux de la prêtrise prédit que « cet homme va un jour devenir président de l’Église ». (13:377) Création du pieu de Toronto (Ontario) et croissance continue Le pieu de Toronto (Ontario) est organisé le 14 août 1960, sous la direction du président Monson. Il s’agit du premier pieu situé à l’est de l’Alberta et le 300e  pieu de l’Église. Quelque 2  250  membres, soit 92  % de la population totale du nouveau pieu, assistent à la session matinale de la conférence qui a lieu ce jour-là. William M. Davies est appelé comme président du nouveau pieu. (13:379) Pendant cette même année, dix nouvelles églises et un nouveau centre de pieu sont construits ou sont en cours de construction.

Nephi et Margaret Jensen, en compagnie des missionnaires et des membres de l’Église, sur les marches du siège social de la mission, situé au 36, avenue Ferndale (à l’hiver 1922). De gauche à droite : assis, Joseph D. Millerberg, président de la Conférence de Toronto; Margaret S. Jensen, présidente de la Société de Secours de la mission; Nephi Jensen, président de la mission. Première rangée : debout, Henry T. Williams, comptable de la mission; H. H. Smith, président de la Conférence d’Hamilton; Arling Gardner, secrétaire de la mission; Vera Egan, sténographe de la mission; Joseph S. Thurgood, Irma Christiansen, et Venice Bills. Les treize autres missionnaires sont dispersés dans le groupe, en partie composé des membres de la branche de Toronto. (Liahona)

Thomas S. Monson, dirigeant à la fois jeune et dynamique de la Mission canadienne entre 1959 et 1962, est accompagné par sa femme, Frances, et par leur jeune famille lors de son séjour au Canada. Leur fils cadet, Clark Spencer, né à Toronto, est assis sur les genoux de son père. (Church News)

L’ église d’Ossington. La propriété, qui mesure 88 pieds sur 297, est achetée en décembre 1937. Wilbur Webb est choisi comme architecte. Il travaille sous la direction de l’ épiscopat président de l’Église de l’ époque. Les frères Demelio sont les entrepreneurs. (Everett Pallin)

76

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof