Page 50

Les pionniers mormons accordent beaucoup d’importance à la musique, à la danse, au théâtre, aux arts ménagers et au scoutisme. En 1909, la Opera House de Raymond, équipée d’une grande scène, d’un balcon et d’un plancher à ressort avec une plateforme basculante optionnelle, ouvre ses portes. La Opera House est tellement grande qu’elle attire non seulement les pièces de théâtre, les soirées de danse et les concerts de la localité, mais aussi des compagnies de théâtre ambulantes et des musiciens célèbres. (6:155) L’Église parraine aussi des pièces de théâtre, des soirées dansantes et des groupes musicaux. (6:156) Le scoutisme est introduit dans le sud de l’Alberta en 1914, la même année où il est incorporé au Canada par une loi parlementaire. Cette année-là, Louisa Grant Alston, de Magrath, devient la première cheftaine scoute au Canada et contribue à ce titre à former des dirigeants et à établir le mouvement scout ailleurs dans le sud de l’Alberta. (6:157) Des communautés de saints des derniers jours du sud de l’Alberta sont connues pour leurs grandes familles élargies, dont la plupart ont un héritage qui remonte aux pionniers. Ces familles vivent à proximité les unes des autres et sont unies par leurs racines dans l’Évangile, qui remontent à plusieurs générations. De fréquentes visites des dirigeants de l’Église de Salt Lake City pendant la période de colonisation, et les liens personnels et familiaux qui transcendent les frontières canado-américaines, permettent à l’Église du sud de l’Alberta de rester informée de ce qui se passe en Utah. Une spiritualité accentuée par la proximité d’un temple mormon (consacré en 1923) a une influence durable sur la force spirituelle des membres de l’Église dans cette région. (6:159) La culture mormone dans le champ de la mission Après la Deuxième Guerre mondiale, les membres de l’Église issus du milieu rural du sud de l’Alberta poursuivent la nouvelle tendance vers l’urbanisation et déménagent dans les grandes villes de l’Alberta, soit Calgary et Edmonton et, dans une moindre mesure, dans les grandes villes ailleurs au Canada. Ils emportent avec eux leurs compétences en leadership et leurs expériences de vie. Une grande partie de leurs 34

traditions sportives et culturelles est alors transférée à leurs nouvelles collectivités, mais ces saints se retrouvent dorénavant dans un environnement minoritaire, et le mode de vie communautaire des colons saints des derniers jours qui leur est unique ne peut être recréé. Dans les endroits où l’Église s’est bien établie après la Deuxième Guerre mondiale, le sport, les productions dramatiques, les soirées dansantes et le développement des talents relatifs aux arts ménagers y sont encore connus, mais ils sont souvent entrepris non seulement pour leur valeur intrinsèque pour les membres, mais aussi comme moyens d’interagir avec la communauté, d’améliorer la visibilité de l’Église et de lancer des campagnes de financement. (6:161)

Phil Tollestrup est l’un des nombreux mormons du sud de l’Alberta qui atteint un niveau d’excellence au basketball. Il figure en troisième place pour le plus grand nombre de points marqués lors des Jeux olympiques de 1976 à Montréal. Il joue dans l’ équipe nationale du Canada pendant huit ans. (Phil Tollestrup)

Panneau d’accueil que l’on voit en entrant en Alberta. Comme l’avait prévu John Taylor, le président de l’Église, les mormons qui arrivent en Alberta dans les années 1880 connaissent un traitement équitable de la part du gouvernement du Canada. (Darrel Nelson)

Plusieurs régions à travers le Canada, surtout les milieux ayant accueilli peu de membres du sud de l’Alberta et d’autres régions colonisées, commencent l’œuvre missionnaire, à l’aide d’un petit nombre de membres isolés et de petites branches sous la supervision des districts. Cette œuvre est administrée par les présidents de mission et effectuée par de jeunes missionnaires. Du porte-à-porte fait par les missionnaires, des « portes ouvertes », des réunions informelles et des veillées, ainsi que de nombreuses activités de collecte de fonds sont tous des moyens pour convertir et conserver les nouveaux membres de l’Église. Ces activités jouent un rôle prépondérant dans l’établissement de l’Église durant sa phase de démarrage dans ces régions. (6:162) Les activités culturelles et sportives sont reléguées au second plan du cœur de l’Évangile  – le renforcement de la foi. L’un des besoins les plus pressants pour les membres des nouvelles assemblées consiste à trouver des lieux de réunions.

Cette photo a été prise lors du 40e anniversaire de la crèche de Noël vivante en plein air qui a lieu à Kingston, en Ontario. Des spectacles de la nativité comme celui-là présentent un moyen à la fois connu et efficace pour les membres de l’Église de partager avec les autres la vraie signification de Noël, tout en renforçant l’idée que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est bel et bien une religion chrétienne. (Stephen Elliott)

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof