Page 163

Figure 19.2 Répartition des missionnaires saints des derniers jours, juillet 2014

Le paysage religieux au Canada Depuis la Seconde Guerre mondiale, le « paysage religieux  » au Canada a changé radicalement, comme l’illustre la figure 19.3. Il connaît trois tendances principales : un déclin général de l’appartenance religieuse au Canada, une migration du protestantisme traditionnel vers des dénominations chrétiennes plus conservatrices ou vers une renonciation à toute identification religieuse, et une augmentation du nombre de religions non chrétiennes. (19:554-55) En 1951, 96 % des Canadiens se disent chrétiens : catholiques/orthodoxes, à 45,6 %; protestants traditionnels, à 47,5  %; autres dénominations religieuses chrétiennes, à 2,9  %, parmi lesquelles des dénominations religieuses conservatrices minoritaires, par exemple, les Églises évangéliques et fondamentales libres, les Témoins de Jéhovah, l’Église adventiste du septième jour et les saints des derniers jours. Il y a seulement une religion non chrétienne connue – le judaïsme – qui comprend 1,7 % de la population. Environ 0,5 % de la population ne se réclamait d’aucune religion. (19:555) Figure 19.3 Le paysage religieux au Canada : 1951, 1981, 2011

En 2011, seulement 67 % des Canadiens s’identifient au christianisme (catholiques/orthodoxes, 40,7 %; protestants traditionnels, 15,9 %; et « autres » chrétiens, 10,7 %). Bien que l’affiliation au catholicisme soit à la baisse et que l’appartenance au protestantisme traditionnel soit en profond déclin, le nombre de saints des derniers jours, comme d’autres groupes chrétiens plus conservateurs de cette catégorie, connaît une croissance continue. L’ appartenance de la population à des religions non chrétiennes, notamment le judaïsme, la foi bahá'íe, le bouddhisme, l’hindouisme et les groupes parareligieux, s’élève à 8,8 %. Près d’un quart de la population (23,9 %) se dit « sans religion », soit la catégorie ayant la croissance la plus rapide. (19:556-57) La religiosité d’après-guerre aux États-Unis et au Canada : une étude comparée Tout comme en fait foi la situation au Canada décrite ci-dessus, l’identification au christianisme est en déclin aux États-Unis : de 92 % de la population en 1955 à 72 % en 2015. De la même façon, l’affiliation aux religions non chrétiennes est en croissance aux États-Unis – de 6 % en 1955 à 8 % en 2015. À l’instar du Canada, la tendance à ne se réclamer d’aucune religion est passée de 6 % en 1955 à 17  % en 2015. Cette disposition envers la désaffiliation religieuse est plus marquée chez les nouvelles générations, autant au Canada qu’aux États-Unis. (19:558-61) Figure 19.4 Affiliation religieuse aux États-Unis, 1948–2015

La participation aux pratiques ou aux services religieux au moins une fois par mois (un seuil particulièrement bas) est en déclin dans les deux pays. Aux États-Unis, le pourcentage de la population qui participe aux services est passé de 54 % en 1986 à 46 % en 2012. Au Canada, le taux de participation baisse à 27 % en 2011, bien loin du 43 % noté en 1986. Ce déclin de la pratique religieuse dans les deux pays peut figurer parmi les causes du ralentissement du taux de croissance du nombre de saints des derniers jours depuis les années 1990. (19:559-62) Malgré le déclin de l’affiliation religieuse que connaissent les deux pays, la croyance en Dieu ou en un esprit universel  – bien qu’elle soit en baisse aussi  – demeure 147

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof