Page 123

Cette photo représente une réunion (la soirée familiale) chez George Eric et Catherine Jarvis, et illustre la diversité ethnique des saints à Montréal. (Catherine Jarvis)

George Eric Jarvis est le président du pieu de MountRoyal, à Montréal (Québec), entre 2004 et 2013. Sur cette photo de 2010, il est au centre avec ses conseillers, William Y. Kaufman (à gauche) et Sergio Morais (à droite). (Ronald Wong)

à remplir les sièges dans les paroisses et branches francophones et anglophones, surtout sur l’île de Montréal. Bien que le siège de l’Église ne conserve pas de données sur l’appartenance ethnique, quelques estimations approximatives sur la diversité dans l’Église au Québec peuvent être suggérées. Grâce aux données du recensement canadien, il est généralement reconnu que le nombre d’habitants ni anglophones ni francophones au Québec connaît une croissance attribuable à l’immigration. On pourrait donc supposer que cette tendance vers la diversité sera également manifeste parmi les membres de l’Église (voir le graphique Immigrants à Montréal). Cependant, il faut noter que les immigrants sont mieux représentés dans l’Église que dans la population générale. Du point de vue de l’ethnicité, les minorités visibles comptent pour environ 14 % de la population de Montréal mais, dans l’Église, le pourcentage de minorités visibles remonte à 40 %. En 2001, selon le recensement canadien, dans la région métropolitaine de Montréal, 1 135 des 2  825 membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours sont à l’origine de l’un des groupes suivants : Noirs (260 membres), Latino-Américains (705 membres), Asiatiques (105 membres), et d’autres ethnicités (65  membres). Une large majorité de ces membres viennent

d’Amérique latine. En fait, en 2001, dans la région métropolitaine de Montréal, les Canadiens d’origine sud-américaine représentent déjà 25 % de tous les membres de l’Église, ou presque. La diversité ethnique et linguistique parmi les saints des derniers jours dans la région métropolitaine de Montréal est plus répandue en 2001 que dans toute autre région métropolitaine canadienne – 40 % à Montréal, comparativement à 36 % dans la région métropolitaine de Toronto, et à 22 % dans la région métropolitaine de Vancouver.172 La composition ethnique de la population se reflète dans la langue principale de chacun des groupes dans le recensement canadien de 2001. Comme le montre le graphique Langue principale au Québec, environ 81 % de la population générale indiquent le français comme langue principale, 8 % de la population se proclament anglophones et 11 % s’identifient comme allophones, c’est-à-dire qu’ils ont pour langue maternelle une langue autre que l’anglais et le français. À travers toute la province, un peu plus de 50 % des membres de l’Église s’identifient comme francophones, c’est-à-dire que le français est leur langue maternelle, alors qu’environ 19  % s’identifient comme anglophones, et que 30 % de la population ont une langue maternelle autre que l’anglais ou le français.

107

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof