Page 114

André et Carmen Bilodeau, les premiers convertis francophones dans la région de l’ est du Québec, qui ont deux enfants, sont baptisés en mars 1968.105 Le 6 décembre  1968, quand les Findlay sont mutés à un autre poste militaire, il y a environ quarante membres dans la branche. Mais d’autres familles membres quittent peu à peu et la branche connaît un déclin106 bien rapide, jusqu’à ce qu’elle soit démantelée. Elle demeure fermée pendant quelques années, jusqu’en 1976, quand la branche est réorganisée.107 Pendant les années suivantes, la branche de Chicoutimi perd un grand nombre de ses membres, qui partent pour d’autres régions de la province en raison du nombre très limité d’emplois dans ce coin bien isolé du Québec.108 98

John Olsen, le président de mission, organise la branche du « Groupe divers » en 1973, afin de s’occuper des besoins des membres de l’Église dispersés au Québec qui vivent à l’extérieur des frontières des branches existantes. Les membres de Noranda et de Val-d’Or, dans le nord-ouest du Québec, figurent parmi les groupes de saints des derniers jours dans cette branche. Les dirigeants des unités, sous la direction du président du Groupe divers, sont appelés pour diriger dans l’Église. Noël André Demers devient le dirigeant de l’unité à Noranda; Jean-Pierre Vallée est appelé à titre de dirigeant de l’unité à Val-d’Or.109 Le district de Québec (Québec) est créé le 25 juin 1978, seulement une semaine après la création du pieu de Montréal (Québec). Le district accueille les branches de la ville de Québec, de Chicoutimi et de Noranda,110 et d’autres saints en petits groupes éparpillés ici et là sur une vaste superficie. Réfléchissant à ces événements, Pierre-Paul Morin, premier président du district de Québec (Québec), dit : « Le district de Québec comprenait alors le grand Québec métropolitain, tout l'est du Québec jusqu’à Sept-Îles, le Saguenay–Lac-Saint-Jean plus au nord, ainsi que l'Abitibi. (En fait tout ce qui n'était pas inclus dans le pieu de Montréal.) À ma grande surprise, c'est moi qui ai été appelé comme président de district. Le président Owens (le président de mission) m’a dit, un peu à la blague, qu'il n'y avait pas beaucoup de candidats pour ce poste. Je pouvais le croire car à cette époque j'étais étudiant, sans emploi ni voiture et j'étais célibataire. Mais comme toujours le Seigneur a pris soin de tous ces détails. J'étais toutefois très inexpérimenté pour cette responsabilité, ayant été converti en 1974 et n'ayant à mon actif que la réalisation d'une mission à plein temps. Comme l’a si bien dit un jour le président Hinckley : “Le Seigneur prend des risques avec moi.”111 » Morin et d’autres dirigeants de l’Église éprouvent de la difficulté à servir dans le district de Québec. Le district ne comprend que quelques petites branches réparties sur de très grandes distances. La plupart des membres de l’Église sont des convertis qui ont besoin de formation et d’encouragement. Morin parcourt régulièrement en autostop des centaines de kilomètres pendant ses premières années dans la présidence avant d’avoir une voiture lui permettant de se déplacer plus facilement pour visiter les membres dans des branches dispersées.112 L’Église connaît une croissance dans d’autres régions aussi. Joseph Camille Rioux visite le pavillon de l’Église au site de l’Expo 67. Il est bien impressionné par ce qu’il y observe et veut en savoir plus. Son frère, Émilien, qui devient plus tard un patriarche de pieu et un travailleur au temple, recommande que l’on envoie des missionnaires à Rimouski. Le président de mission envoie les premiers missionnaires à Rimouski en janvier  1975.

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof