Page 112

la conférence de pieu, ainsi qu’à d’autres dirigeants lors du séminaire des présidents de mission, à Provo, en Utah.91 Étant donné la croissance rapide de l’Église parmi la population francophone du Québec et la création de plusieurs nouvelles branches, le besoin de bâtiments pour les saints des derniers jours devient criant. En 1975, Wayne Owens acquiert de la Congrégation des Sœurs de St-Paul l’immeuble Lacordaire (situé sur le boulevard Lacordaire, au nord du boulevard Métropolitain, dans le secteur de Saint-Léonard, au nord-est de Montréal). Cet immeuble a servi à la fois de résidence et de maison de retraite pour les sœurs. C’est dans cet immeuble qu’Elder Thomas S. Monson tient les réunions du samedi 17 juin 1978, et effectue des entrevues en vue de créer le pieu le lendemain. L’annonce du nouveau pieu est faite ailleurs, dans un autre bâtiment.92 En 1977, le président Owens amène quarante dirigeants de la prêtrise du district de Québec à Kingston, pour visiter le bâtiment qui avait récemment été construit, pour leur donner une vision de la façon d’utiliser les bâtiments de l’Église pour le bénéfice de ses membres. Roy A. Prete, qui offre des services de traduction pendant cette visite, note que « les frères francophones sont émus de cette expérience.93 » À la suite de l’incendie survenu à l’église située sur le boulevard Saint-Joseph en 1979, l’Église acquiert l’immeuble de la rue Gilford qui abrite la Fraternité des services de police de Montréal. Cet immeuble est situé à côté de l’ancienne église du boulevard Saint-Joseph et en face de la station de métro Laurier-sud. Il abrite l’église à l’époque, et encore aujourd’hui. De plus, le pieu de Montréal (Québec), et le pieu de 96

Mount-Royal, de Montréal (Québec), l’utilisent tous deux. Cet immeuble accueille actuellement les branches des jeunes adultes seuls de Saint-Laurent et de Laurier, en plus d’être le siège de la mission.94 Plusieurs années plus tard, en 1987, quand Michel J. Carter devient le deuxième président du pieu de Montréal (Québec), il travaille fort pour la construction d’autres bâtiments au Québec. Sous sa direction, plusieurs églises sont construites, parmi lesquelles le centre de pieu de Montréal (Québec), situé de manière stratégique près du pont Jacques-Cartier, à proximité du trafic routier accédant au pont.95 La ville de Québec et l’est du Québec En 1966, une assemblée de trente membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se réunit au Club de Curling Cambrai, dans la ville de Québec.96 Trois ans plus tard, en 1969, la branche de la ville de Québec est créée. Karl W. Devenport, missionnaire d’âge mûr d’Idaho, est appelé comme président de branche. L’année suivante, après le déménagement de Jerald Izatt et sa famille à Québec, Izatt devient le nouveau président de branche. Sous sa direction, on porte une attention accrue à l’utilisation de la langue française dans les réunions et à l’élargissement de l’influence de la mission dans les régions à l’extérieur de Montréal. Izatt offre également un mentorat à Georges L. Bourget, qui se convertit à l’Église en 1971, à Québec, et qui devient, plus tard, le premier président de mission appelé au Québec.97 À la fin des années 1960, l’Église s’établit dans quelques petites communautés du nord-est du Québec. Demoine A.  (Tex) Findlay est affecté à Bagotville, sur la base de l’Aviation royale du Canada en 1965. Quand il arrive à Bagotville, en compagnie de sa femme, Joyce, et de leurs deux filles, il n’y a aucune branche de l’Église organisée dans le village. Quand deux familles américaines membres de l’Église emménagent dans le quartier, la branche de BagotvilleChicoutimi est créée. Tex Findlay devient président de branche. La nouvelle branche dépend de la branche de Montréal.99 Le petit groupe tient des réunions dans les maisons des membres, puis à la chapelle de la base de Bagotville.100 Les missionnaires

Le chœur de femmes de la branche d’Hochelaga en 1974. Le chœur est composé de quatorze femmes de la Société de Secours de la branche d’Hochelaga portant les robes qu’ elles ont cousues elles-mêmes. Elles chantent régulièrement pendant les réunions du dimanche. (Nicolas Athanassi)

Profile for FCI_Digital_ISSUU

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof  

HistoryofLatterDaySaints_051619 Softproof