Page 1

FCGVIP N°3 - SAMEDI 24 SEPTEMBRE 2016

MAGAZINE PARRAINE PAR

FC GRENOBLE RUGBY vs PAU

« La meilleure des réponses est toujours de gagner sur le terrain. »

T.BIANCHIN/FCG

Bruno Cercley- Rossignol


FCGVIP

INTERVIEW

BRUNO CERCLEY ROSSIGNOL REJOINT LA FAMILLE ROUGE & BLEU !

Rossignol et le FC Grenoble Rugby ont signé cette saison un partenariat original. En effet, la marque historique et emblématique du ski français s’affiche aux côtés du FCG grâce à la voiture radiocommandée Chamonix qui guide nos buteurs vers les sommets. Retour avec Bruno Cercley, le président de Rossignol sur une association unique.

T

out le monde connaît la marque Rossignol, comment la présenteriez-vous ? Rossignol est une société historique, créée il y a plus d’une centaine d’années, aujourd’hui leader mondial du ski. Nous produisons de l’équipement d’hiver, avec un produit phare qui est le ski, mais aussi tout ce qui peut servir pour les sports d’hiver. Je pense aux fixations, aux chaussures, aux snowboards, aux skis de fond, aux masques, aux protections, aux bâtons... Mais depuis quelques années nous équilibrons notre activité sur d’autres saisons. Je dirais que nous descendons de la montagne dans la ville, notamment sur la partie textile. Enfin nous avons un troisième axe de développement, la diversification dans l’outdoor hors hiver. Nous avons d’ailleurs racheté deux sociétés. Time il y a quelques mois, qui est la Rolls Royce du vélo de course, et très récemment en trail running la société Raidlight en chartreuse. Pour résumer je dirais que Rossignol est un groupe d’outdoor, qui vient de l’hiver, nous sommes très fiers de ça et nous voulons rester un leader dans ce domaine, mais on est en train de désaisonnaliser notre activité. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours professionnel ? J’ai un parcours atypique car j’ai au départ une formation d’ingénieur aéronautique. J’ai toujours été passionné par l’aviation, je voulais être pilote de ligne. N’ayant pas pu l’être, je suis devenu ingénieur. J’ai travaillé dans le commerce de matériaux techniques, notamment en vendant de la fibre de verre et des polymères techniques, puis des céramiques et des fours verriers. Avant d’arriver chez Rossignol je dirigeais une division de Saint-Gobain très présente à l’international, j’ai toujours beaucoup voyagé. Je suis arrivé en 2002 dans le groupe... un peu par hasard, en ne connaissant pas vraiment ce business. Je faisais du ski 2 semaines par an comme bon parisien qui descend de la capitale. Je me suis retrouvé à diriger les différentes marques du groupe, Rossignol, Dynastar, Lange Look, et j’ai essayé de

FCGVIP PAU

trouver un avenir pérenne à cette magnifique entreprise. Il y a eu une période durant laquelle Quiksilver a racheté la société et je suis revenu à la barre 3 ans plus tard pour redresser l’entreprise alors dans une situation dramatique. Et depuis on s’appuie sur ce que l’on a mis en place à l’époque.

« La meilleure des réponses est toujours de gagner sur le terrain. » Cette période difficile trouve écho aujourd’hui au FCG C’est la vie de toutes les entreprises. Croire que tout va toujours bien est utopique, tous les dirigeants vous le diront, il y a toujours des moments forts et des moments faibles. La leçon que je tire de cette expérience, c’est qu’avoir des idées, ce n’est pas si difficile. Mais les mettre en application, les maîtriser, les contrôler et faire ça tous les jours pour ne pas dire jour et nuit, c’est ça la clef de la réussite. C’est dans l’exécution de la vision que l’on a que je trouve l’enjeu de la réussite. C’est ce qui a manqué à Rossignol à l’époque. Dans tout ce que l’on fait aujourd’hui on passe 99 % de notre temps sur les plans d’action, sur l’exécution et le contrôle, avec toujours le produit au centre de notre préoccupation. Le bon produit c’est la passion de nos équipes... Les clubs traversent des hauts et des bas, la première des choses quand c’est compliqué c’est de rester calme et c’est toujours dans l’adversité que les gens se révèlent. La meilleure des réponses est toujours de gagner sur le terrain Rossignol et le FCG sont des marques emblématiques de notre territoire, que représente ce lien pour vous ? Quand on est à Grenoble et que l’on travaille dans le sport, le fait que Rossignol rencontre le FCG est quelque chose de tout à fait naturel. L’inverse serait anormal. On est très connecté


Bruno CERCLEY, Président du Groupe Rossignol avec les avants du FCG et la Chamonix à l’entraînement au Stade Lesdiguières.

au territoire grenoblois, notre part de marché tourne autour de 80 % à 90 % sur les stations environnantes. Je crois que le sport est une forme de véhicule universel. Les entreprises ont un rôle social à jouer vis-à-vis du territoire. On doit défendre des messages positifs autour justement des valeurs du sport. Je suis d’ailleurs parrain de Sport dans la ville à Grenoble. Une association qui favorise l’insertion professionnelle par le sport. Être partenaire du FCG peut paraître un peu atypique ? C’est en fait une histoire de longue date. J’ai toujours été passionné de rugby et je viens régulièrement voir les matchs du club. J’ai des amis qui sont depuis longtemps présents aux côtés du FCG, mais au-delà de ça on s’est toujours dit avec le club qu’il y avait quelque chose à faire ensemble, que nous por-

« Le FCG est un parfait vecteur de communication, local, en lien avec notre histoire. » tions des valeurs communes très fortes. On voit toujours le ski comme un sport individuel, mais c’est tout sauf ça. On a une équipe course d’une quarantaine de personnes qui sont sur les pistes tout au long de la saison, c’est vraiment très proche d’une équipe de rugby, dans l’approche, dans la préparation, dans le culte de la performance. C’était naturel de se retrouver, mais jusqu’à présent nous n’avions pas trouvé la bonne justifi-

cation pour faire plus. En fait dans le cadre de notre ambition de descendre de la montagne dans la ville avec notre activité textile et tout particulièrement chaussure, on s’est dit il y avait quelque chose à faire. Pour ça le FCG est un parfait vecteur de communication, local, en lien avec notre histoire. Cette année avec la voiture radio commandée Chamonix qui apporte le tee aux buteurs on a trouvé le bon produit pour Rossignol et je crois que ce n’est qu’un début. Justement pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette « Chamonix » ? Je ne vous parlerais pas de la voiture, mais de la chaussure. Je suis quelqu’un qui est très proche des produits, j’aime m’impliquer dans ce que l’on crée, je la connais donc bien. Le concept était d’habiller nos pratiquants de ski après le ski dans la station et dans la ville. Quand on porte des vêlements Rossignol, on doit se dire que l’on porte les valeurs d’une marque emblématique. Tous nos produits sont conçus autour de cette image. C’est une chaussure dont les technologies viennent de la chaussure de ski, une chaussure vraiment technique avec une semelle antidérapante (probablement la meilleur au monde avec des charges de fibre de verre dans le caoutchouc). Elle dispose d’un appui 3 points comme dans les chaussures de ski, qui rendent la Chamonix très confortable et relaxante pour le pied. Sa membrane OutDry a l’intérieur lui permet d’être imperméable tout en étant respirante. Et ce qui ne gâche rien, c’est qu’elle est belle. C’est la chaussure idéale pour assister a des matchs en plein hiver.

FCGVIP PAU


FCGVIP

REPORTAGE

LA CHAMONIX GUIDE LES BUTEURS DU FCG Vous n’avez pas pu la manquer ! Son petit nom « Chamonix » son objectif, guider le FCG vers les sommets. À chaque pénalité ou transformation, elle jaillit du banc de touche de FCG, slalome entre les jambes des joueurs avec un seul objectif, rejoindre Jonathan Wisniewski ou Gilles Bosh au plus vite pour leur apporter le tee qui leur permettra de faire gonfler le score du match. Présentation de cette voiture aux couleurs de notre nouveau partenaire Rossignol. Cela faisait quelques années que le FCG et Rossignol cherchaient un moyen d’associer leurs images. Cet été ce rêve est devenu réalité avec la création de la Chamonix. Pour Nicolas Trichet, Directeur Commercial & Marketing du FCG, « C’est l’aboutissement d’un long processus, pouvoir associer Rossignol, une des sociétés les plus emblématiques de notre territoire, à notre Club c’est formidable. Nous avons trouvé avec cette voiture un lien fort, symbolique, qui trouve écho avec notre écosystème, la montagne. La Chamonix accompagne nos buteurs vers la réussite comme un guide de haute montagne les alpinistes vers les sommets ». Depuis le début de la saison la voiture apporte

donc à chaque tentative de but le tee aux buteurs « Rouge & Bleu » pour tous les matchs à domicile, mais aussi sur certaines affiches à l’extérieur, comme la semaine dernière à Castres. Le pilote et concepteur de cette voiture s’appelle « Roro ». Le Chamonix c’est un peu son bébé « À la base c’est une voiture radiocommandée classique. Un modèle électrique avec une grande autonomie, puissante et maniable. Rossignol a réalisé pour nous une chaussure version XXL une bonne taille 56. Nous avons dû adapter le châssis de la voiture, mais aussi changer ses amortisseurs et les durcir un peu pour supporter la charge de la chaussure. Mais c’est une voiture très maniable. J’ai aussi

« La Chamonix accompagne les buteurs du FCG vers les sommets ! » dû m’adapter au pilotage en bord de terrain, ce n’était pas évident au départ d’apprécier les distances et de trouver les bonnes trajectoires pour ne pas gêner les joueurs. Il a aussi fallu que l’on trouve une routine avec les buteurs pour ne pas perturber leur préparation. ». Le process mis en place est donc simple, la voiture apporte le Tee à Philippe Doussy l’entraîneur des buteurs qui le remet ensuite au joueur. Celui-ci peut donc rester dans sa bulle, se concentrer sur son coup de pied et ne pas se focaliser sur le véhicule. Force est de constater que pour l’instant ça marche puisque les buteurs du FCG sont à plus de 90 % de réussite dans cet exercice. Merci Rossignol !

FCGVIP PAU


Bruno CERCLEY et «RORO», le pilote de la Chamonix.

NOUS VOULONS RECRÉER LE LIEN ENTRE NOS JOUEURS ET NOS PARTENAIRES !

Modèle presenté

CHAMONIX BLACK EDITION 449 €

- Disponible du 41 au 47 - Tige Cuir - Membrane Outdry ® - Isolation Wintherm®

J.ROBERT/FCG

Toute la gamme de chaussures, Rossignol Sport Chic est disponible à partir d’aujourd’hui à la boutique du FCG au Stade des Alpes. La boutique du FCG est le seul point de vente de ces modèles sur l’agglomération. Vous pourrez essayer le modèle homme Chamonix décliné en 5 coloris (Brown, Light Brown, Black, Shiny Black, Black Édition) ainsi que la version féminine Megève dans notre corner Rossignol. Les tarifs varient de 395 € à 470 € en fonction des modèles. Toutes les tailles sont disponibles et après le choix de votre modèle vous recevrez directement chez vous ces petits bijoux (frais de port gratuit). Venez découvrir ce produit d’exception !

FCGVIP PAU


VOS MEILLEURS MOMENTS VIP S’IMPRIMENT AVEC

RETOUR SUR FCG - BRIVE

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

1 •LES DEMENAGEURS BRETONS / BMB Eric CORTE (3e à droite) Sébastien (à droite) et Nicolas BORDET (au centre). 2 • PORTALP Mohamed KEFS (au centre). 3 • SMMI Fabrice VAYSSADE (4e à droite) . 4 • BIASINI - BIAELEC / SOBECA Cathy BIASINI et Bruno WIECZOREK (à droite au 2nd plan). 5.SOCIETE GENERALE Perrine GILBERT (2e à droite). 6 • LIVE DECO Benjamin CUPILLARD (à gauche) et Aymeric JALABERT (2e à gauche). 7 • TERMAT TP Alexandre TERMAT (2e à gauche). 8.GBS / IMMOBILIERE VICTOR HUGO Sébastien BARBE (au centre) Jean-Claude MASCIULLI (à gauche). 9 • NET ALPINA Christophe DUBUS (2eà droite). 10 • COGEDIM Olivier SAMUEL (à gauche) et Frédéric BOYER (2eà droite). 11 • SINPARDE Eric GABRIELI (à droite). 12 • PATIS SERVICE Laurent NOBILE (à gauche).

FCGVIP PAU LA ROCHELLE


THE PLACE to BIZ ! Témoignage

Après avoir essayé plusieurs espaces situés à Grenoble ou dans les environs, j’organise maintenant la totalité de mes évènements au WTC car j’y trouve un esprit de service qui n’a pas d’équivalent ailleurs. J’apprécie la relation de partenariat que j’ai tissée avec l’équipe du centre de congrès du WTC qui répond rapidement à mes attentes et propose des solutions à mes problèmes. J’apprécie aussi ce lieu pour sa modularité. Il me permet d’organiser des formations pour 10 à 15 personnes dans des salles spacieuses avec vue sur l’extérieur, des sessions de 100 personnes au sein de l’atrium. De plus, la proximité du WTC avec la gare SNCF et les moyens de déplacement locaux (tram et bus en particulier) est un avantage réel que bon nombre de mes clients ou visiteurs indiquent dans leurs évaluations.” Alexandre Boutin, formateur Agile.

1

BÂTIMENT moderne et lumineux

12 SALONS équipés dont 8 modulables de 10 à 120 personnes FACILITÉ D’ACCÈS : tram A et B, gare SNCF, 600 places de parking

JOURNÉE D’ÉTUDE à partir de 47 € HT* *sur la base de 24 personnes. Voir conditions auprès de notre équipe commerciale.

Centre de Congrès du WTC Grenoble - World Trade Center Grenoble 5-7, place Robert Schuman - BP 1521 - 38025 GRENOBLE CEDEX 1

T. +33 (0)4 76 28 28 80 - F. +33 (04) 76 28 27 95

©Gilles Galoyer- Studio Jamais Vu !

ORGANISEZ VOS ÉVÉNEMENTS AU CENTRE DE CONGRÈS


PREMIER PARTENAIRE DU FCG

PARTENAIRES PRINCIPAUX

PARTENAIRES MAJEURS

PARTENAIRES OFFICIELS


FCGVIP

VESTIAIRE

INTERVIEW CROISEE

JEAN-PHILLIPPE GALLO VS BERNARD JACKMAN

Jean Philippe Gallo, partenaire du FC Grenoble Rugby avec sa société KARELIS a rencontré Bernard Jackman dans son bureau pour lui témoigner sa solidarité dans cette période difficile pour notre FCG. Bernard est ce que tu connais Jean Philippe Gallo ? Bernard Jackman : oui on s’est croisé il n’y a pas très longtemps, mais on a surtout discuté rugby... Jean-Philippe Gallo : je crois que ce qui peut le mieux me définir c’est que je suis grenoblois et un inconditionnel du FCG. Pour moi le Club ce sont des souvenirs d’enfance, lorsque mon père m’emmenait voir les matchs à Lesdiguières. Des souvenirs de match où nous, les enfants, nous étions assis dans l’herbe au bord du terrain. J’ai un peu joué au club et je me souviens de levers de rideaux avec l’équipe une qui étaient des moments magiques pour moi. J’ai du sang « Rouge et Bleu » qui coule dans un bras et violet dans l’autre car j’ai aussi joué à Vaulnavey... Mais le FCG c’est tout simplement mon club... Puis j’ai monté une entreprise, c’était un projet de vie. Notre métier c’est de vendre des périphériques pour faire de la traçabilité, comme des lecteurs de code barres lorsque vous recevez une livraison. Un jour Nicolas, que je connais depuis longtemps, m’a proposé de devenir partenaire. Au début ce n’était pas facile car j’étais surtout un supporter du Club. Je n’étais pas forcément le dernier pour lancer quelques noms d’oiseaux à l’arbitre. Avec un client ce n’est pas une attitude que l’on peut avoir... BJ : si si continue, on a aussi besoin de ça... (rires).

FCGVIP PAU

JPG : mais je suis surtout avec le FCG car j’aime le projet qui se monte ici. J’ai beaucoup souffert quand on est arrivé en finale du championnat de France en 93 que ce club n’arrive pas à prendre le virage du professionnalisme, ça m’a rendu très triste qu’un club en haut de l’affiche n’arrive pas à se structurer. C’était un gâchis terrible. Quand j’ai vu le travail qui a été fait par nos dirigeants, je me suis dit je dois les aider ! Je dois m’inscrire à mon humble niveau dans le projet. J’ai tellement critiqué et étais déçu par le passé que je me devais de m’impliquer. Pour une fois que nous avions des dirigeants qui avaient un vrai projet économique de développement, je ne pouvais pas faire autrement. C’est mon histoire avec le FCG.

« J’ai tellement critiqué et été déçu par le passé que je me devais de m’impliquer » Aujourd’hui le FCG lance une grande campagne de solidarité avec le Club, comment vous percevez cela ? JPG : j’ai beaucoup aimé le discours d’Éric Pilaud. Aujourd’hui le FCG c’est une entreprise. Et même si je suis un amoureux du rugby à l’ancienne, il faut en prendre conscience, le FCG est une entreprise qui doit être gérée comme une entreprise. Marc Chérèque a fait un travail formidable, il a redonné de la noblesse à notre club, l’a fait monter deux fois, ce qui n’avait jamais été fait avant et je lui suis énormément reconnaissant de ça. Aujourd’hui il passe la main à un chef d’entreprise, déjà


dans la maison « Rouge & Bleu » en qui il a confiance et je trouve ça vraiment bien de sa part, d’avoir suffisamment de recul de faire ça pour le bien du FCG. Le discours d’Éric m’a vraiment plu. Lorsqu’il dit « Un actionnaire n’est pas fait pour combler des déficits, mais pour investir dans l’avenir », il a raison ! Je suis en phase avec cette démarche qui est vraie dans ma propre entreprise. Aujourd’hui le club a identifié les problèmes, ne les cache pas, je me sens forcément solidaire de cette démarche. Comment je pourrais lâcher le club maintenant alors qu’il n’a jamais été aussi près de la vérité. Le monde du rugby a pour habitude de mentir, là c’est tout l’inverse et c’est tout à l’honneur du club, je suis donc là pour soutenir la démarche. BJ : je suis complètement d’accord et on ne vous remerciera tous, vous partenaires, mais aussi nos supporters jamais assez. Ce que vous êtes en train de faire pour nous est formidable et je suis sûr que les joueurs vous le rendront. Je suis ici depuis seulement quelques années, mais j’aime profondément ce club et je suis très attaché à ce qu’il représente. Je pense que l’on doit piloter ce club tant au niveau économique que sportif avec la même rigueur de management. Il faut que l’on soit de vrais professionnels dans nos têtes, mais avec un cœur amateur. Que l’on ne perde pas le lien avec le rugby d’en bas, celui de la campagne, de clocher comme vous dites. Que l’on soit imprégné dans nos tripes de cette culture de village, rugueuse qui nous rappelle d’où l’on vient. Être moderne sur l’aspect technique et amateur sur notre état d’esprit. Dans mon parcours j’ai connu exactement la même expérience avec la province du Connacht, quand du jour au lendemain la Fédération Irlandaise nous a dit, on ne va plus vous donner d’argent et supprimer votre province. Ça a été un acte fondateur du club. On est parti à Dublin pour manifester avec 8000 personnes, on a fait des efforts énormes et on a sauvé le club. C’était il y a 8 ans, tout le monde voyait le Connacht mort et l’année dernière ils étaient champions de la ligue celte. Il y

a un travail énorme qui a été fait pour remonter ce club en Top14, aujourd’hui on a une forme de crise de croissance, mais on va arriver à la surmonter tous ensemble et on va garantir un avenir radieux à ce club. JPG : je crois assez bien comprendre ce que peuvent ressentir les amoureux du FCG. Ce qui nous a fait mal ce sont les matchs de l’année dernière. On a ici une culture du combat, une volonté de défendre un territoire, qui ne s’est pas vu en fin de saison. On a toujours eu une culture du jeu d’avants, elle fait partie de nous. BJ : je suis quelqu’un qui souvent ne montre pas ses sentiments. Je pense que vous ne pouvez pas vous rendre compte de ce qui grondait en moi quand on a perdu ces matchs l’année dernière. J’ai joué toute ma carrière en première ligne, le combat c’est ma vie. Je peux vous garantir que l’on est en train de reconstruire cet état d’esprit, mais cela prend du temps, on ne peut pas juste se dire un matin, on va être costaud et défoncer toutes les mêlées du TOP14, ça ne se passe pas comme ça. Mais on travaille pour ça et on va y arriver ! Concrètement comment allez vous soutenir le FCG ? JPG : aujourd’hui mon entreprise fait partie d’un groupe et nous avons déjà augmenté notre partenariat à l’inter saison, c’est donc assez difficile de faire énormément plus, mais je veux être une sorte d’ambassadeur du club. J’en parle autour de moi, je cherche des solutions, je motive mes amis chefs d’entreprise ou tout simplement supporters en leur disant « Viens au stade, prends un abonnement solidaire, va à la boutique acheter un t-shirt pour tes enfants, bois une bière au stade ». La solidarité c’est ça ! Que chacun puisse faire à la hauteur de ses moyens ce qu’il peut pour le Club et que les joueurs sentent qu’ils sont soutenus sur le terrain. On doit tous avancer dans le même sens, c’est un cercle vertueux. C’est maintenant que l’on écrit tous ensemble les prochaines années du FCG, et je suis convaincu qu’elles seront brillantes.

FCGVIP PAU


LE CENTRE DE CONGRÈS RENOUVELLE SON PARTENARIAT ET SA CONFIANCE AU FCG

© J.Robert

NOUS VOUS ATTENDONS POUR TOUS VOS ÉVÉNEMENTS

SOIRÉES DE GALA, SÉMINAIRES, CONFÉRENCES, ASSEMBLÉES GÉNÉRALES…

Centre de Congrès du WTC Grenoble - World Trade Center Grenoble 5-7, place Robert Schuman - BP 1521 - 38025 GRENOBLE CEDEX 1

T. +33 (0)4 76 28 28 80 - F. +33 (04) 76 28 27 95

Profile for FC Grenoble Rugby

FCGVIP Pau  

FCGVIP Pau  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded