Page 1

N째6 Mars-Avril-Mai

1


ROLL FAST N°6 Mars-Avril-Mai

Photographies : Edouard Sepulchre Textes et propos recueillis en collaboration avec Edouard Sepulchre

« Avec l’arrivée du Roller Derby en France,   c’est comme si on avait une terre glaise entre les mains.   On en fait ce qu’on veut » Reff Judge Fred (Arbitre)

Ce numéro a été réalisé avec Edouard Sepulchre, photographe et reporter qui a consacré deux mois de l’année 2011 à rencontrer des équipes de Roller Derby françaises : Paris, Orléans, Nantes, Rennes, Chartres, Bourges et Tours. Ce numéro présente une expérience vécue, des échanges et une série inédite. Nous avons été fascinés par la passion des filles, leur énergie, leur vestiaire et leur puissance. Merci.

est un magazine édité par l’agence BORN TO RUN - 142, rue Montmartre 75002 Paris. Tel : 01 42 36 10 50 www.borntorun.fr contact@borntorun.fr - Rédaction : Gwendaline Chauvin, Edouard Sepulchre. Photographies : Edouard Sepulchre - Direction artisitique : Nicolas Poirier/Matthieu Chanvrin. Ont collaboré à ce numéro : Vaï Vaï, Hawaii Surf Imprimeur : ONA Industria Gráfica - 948351014 - 31013 - Pamplona - Navarra. www.borntorun.fr/fast

2

1


What ?

Le Roller Derby est un sport américain de contact se pratiquant en quad sur un terrain de forme ovale, le but du jeu étant de permettre à la jammeuse de réussir à dépasser en un laps de temps donné les joueuses adverses sans sortir des limites du terrain et sans se faire projeter au sol.

2

3


A GOOD OLD STORY Du Roller Derby, les skateurs ne pourront pas dire que c’est une sous-culture. Historiquement, le sport tient la dragée haute à son cool cousin. Première apparition en 1930 aux Etats-Unis sous la forme d’une course d’endurance, le Roller Derby se fait vite rattraper par sa combativité. Le sport - mixte alors - développe ses stars, fonde sa culture, et explose. Dans les années 40, le Roller Derby est un sport spectacle sérieux et très apprécié, un objet de culture populaire anglo-saxon qui compte 40 000 pratiquants et trois soirées par semaine à la télévision. Indie versus Pop(ular) culture Dans les années 70, le Roller Derby disparaît pourtant sous la puissance indie du skate et du surf. C’est à Austin que l’on verra son grand retour dans les années 2000. Le débarquement en France se fait avant la Seconde Guerre mondiale sous la douce appellation de Roller Catch. Aujourd’hui, point de Hulk Hogan mais : + 50 équipes en France Des filles de 18 à 40 ans, sans critères de CSP 3 équipes à Paris ème Une place de 7 aux championnats du monde de Toronto en décembre 2011 522 ligues officielles et non officielles dans le monde. Le Roller Derby n’est pas une mode, c’est un sport, une effervescence, une incroyable énergie. Une culture indépendante qui se développe. Un bonheur.

4

5


MYTHE ET HEROINES “ Toutes les communautés se construisent autour d’un mythe. Pour les Roller-Derbistes françaises, ce fut Bliss sorti en 2010 dans les salles. L’héroïne Bliss Cavendar se rebelle contre l’autorité parentale et préfère le Roller Derby au concours de beauté local. ” 1950 : “ The Fireball ”, Tay Garnett 1972 : “ Derby ”, Robert Taylor “ Kansas City Bomber ”, Jerrold Freedman (avec Jodie Foster), “ Holly Rollers ”, Vernon Zimmerman 1975 : “ Rollerball ”, Norman Jewison “ Cash cash ”, Richard lester 2004 : “ Hell on Wheels ”, Pepe Danquart 2009 : “ Bliss ”, Drew Barrymore

HEELS ON WHEELS. 6

7


8

9


METAMORPHOSES DE FILLES ORDINAIRES “ Il y en a qui paient pas de mine et qui changent du tout   au tout quand elles sont sur la piste. ” Reff Judge Fredd (Arbitre)

“ Un défaut en société peut être une qualité   au Roller Derby. Chaque morphologie   a son avantage. ” Watzé (Arbitre).

Le Roller Derby laisse une grande place à l’histoire personnelle. « Chacun se crée une identité d’emprunt qui lui permettra d’évoluer dans un espace intermédiaire ». Les personnalités s’affirment et priment. Chacun assume sa différence et sort de soi. Les filles rejoignent une nouvelle communauté avec ses propres codes. Un univers au complet : langage, dress-code, couleur, graphisme. Un pur produit de la pop culture qui multiplie les références au cinéma américain, à la musique rock et aux cultures urbaines. Casque étoilé pour identifier les jammeuses. Noms qui sonnent comme une déclaration de guerre, ou un défi lancé à soi-même. Entre imaginaire et réalité. On s’attendrait presque à être capable de déterminer les points de vie et les points d’énergie de ces filles hors normes, plus puissantes que des super héros.

10

11


12

13


14

15


Licence to Wheel, PoKaOnTrash, Pixel Death, Catmikaze, Patty Bull’R.

16

17


Gally Berty #99

18

Meryl Strip Her #00

19


Orléans

Strike #26 “Le choix du nom a été très difficile, plusieurs idées me venaient en tête. Il fallait qu’il soit original, qu’il me corresponde et bien sûr qu’il ne soit pas déjà pris !   J’ai alors pensé à mes caractéristiques en tant que « fresh meat »: mon aisance à m’arrêter sur les murs ! Comme une boule de bowling, une fois lancée, on ne m’arrête pas ! Le numéro c’est tout simplement la date de ma naissance, mais aussi la date du jour où j’ai été à mon premier entraînement des Simones en tant que spectatrice, et que je me suis dit «je vais faire du roller derby» !   Ma derbynaissance quoi. Dans la vie, je suis en deuxième année de droit sans avis arrêté sur mon futur métier. J’aspire à travailler dans le milieu social, de la santé et du sport. Pour financer mes études, je suis assistante d’éducation dans un collège, je participe à l’accompagnement scolaire (aide aux devoirs). A mes heures perdues, je cuisine, j’élimine les folies de ma gourmandise dans une salle de sport, je crée des bijoux en pâte fimo, je tricote, je regarde des séries   à gogo et bien sûr, j’enfile mes patins pour progresser !”

20

21


22

23


Chartres

Paris

PRG Lollie Crash #8 19 ans, Terminale Littéraire “Mon nom de Derby a été choisi parce qu’il y a quelques années avec l’une de mes amies nous nous étions donnés comme noms Hell Trash & Lollie Crash. Ce nom m’est revenu, je trouvais ça assez représentatif du Derby, le côté féminin pour Lollie et le côté plus « chutes, coups & blessures » avec Crash et le 8 est tout simplement mon numéro favori.”

24

Absolut Vermine #28 “Vermine” parce que j’en suis une et que du coup j’ai le droit de dire plein d’atrocités ! Absolut sans “e” comme la vodka tatin qu’est quand même la boisson la plus succulente du monde ! #28 parce que c’est mon porte bonheur depuis que je suis petite: il ne peut rien arriver de mal à un 28 !” Oli Barbak #99 “Ce derby name m’a été donné par une amie après une discussion culinaire :  «on devrait t’appeler miss barbaque». Car oui en effet, j’adore la viande et je ne conçois pas un repas   sans viande ! De plus, il devenait urgent de trouver un derby name. #99 : Je ne suis pas une grande fan des mangas, mais j’en ai lu un il y a quelques années qui a retenu mon attention : GUNM, dont l’héroine (Gally) participe à un tournoi de Motorball qui est un sport mélangeant le rollerball et du combat entre cyborg ... Gally choisit un pseudonyme lors de ses matchs, l’Ange de la Mort et porte le numéro 99. Malgré sa taille (toute menue), elle réussit à battre tous ses adversaires en tirant des leçons et des techniques acquises lors des différents matchs.”

25


Rennes

Mademoiselle Chloé (coach) Profession : Responsable de production dans une entreprise de traitement de déchets. “Pourquoi j’ai choisi ce nom de derby : en réalité, j’ai changé il n’y a pas longtemps. Le premier que j’avais choisi était Dirty C’ en référence à Dirty Martini du Cabaret New Burlesque. Mais en me renseignant un peu, il s’est trouvé qu’une des Nantaises a un pseudo très proche de celui là. J’ai donc changé pour Mademoiselle Chloé. Chloé parce que c’est mon prénom (Maline ...) et Mademoiselle parce que je trouve que ça fait terriblement désuet et petite grand-mère, ce qui correspond plutôt bien à mon mode de vie.” Mon numéro : Alors j’en avais un que j’avais choisi complètement par hasard.   Mais je l’ai abandonné pour l’instant. Je me remets d’une très grosse blessure. Je ne peux pas remonter sur des roulettes cette année alors je coache l’équipe B et je suis   Co bench pendant les matchs avec le 2 ème Coach.”

26

Gara la-Garce #13 “Ma profession : reprise d’études en psycho à 26 ans après un parcours chaotique de petits boulots précaires, et du coup garde maternelle pour financer les études. Le surnom de Garce est quelque chose qui me suit depuis pas mal de temps, plutôt dans la signification « peste » et « fille qui a de la répartie, pas supra cool quand on l’embête et qui charrie ses copains/copines ». Je voulais un pseudo français, parce que j’estime que la langue de Molière est beaucoup plus jolie et beaucoup plus apte aux jeux de mots et aura plus d’impact qu’un nom en anglais. D’ou le « Gara La-Garce » trouvé,   ironie du sort, par mon copain. Je suis assez contradictoire comme personne, et peux aussi bien être très efficace dans mes actions que faire complètement n’importe quoi (stress - tête de cochon) c’est ce côté, porte-bonheur / porte-malheur, pile et face, que je voulais faire ressortir, et puis si un jour je tombe en match contre une bloqueuse redoutable qui est triskaïdékaphobique,   je m’en sortirai sans un bleu, haha !!”

27


28

29


loves Roller Derby

Parce qu’elles construisent leur passion. Parce qu’il s’agit d’une passion partagée. Parce qu’elles ne cherchent pas à rentrer dans un moule, mais cultivent leur personnalité et leur différence. Parce qu’elles aiment vivre leur vie. Parce qu’elles sont en équipe et partagent un vrai sens de la convivialité.

Go girls.

30

31


The Bad Dolls Roller Derby (Amiens) Brain Damage (Angoulême) Knee Breakers On Wheels (Territoire de Belfort) Zombitche (Clermont-Ferrand) The Velvet Sluts (Dijon) The Cannibal Marmots (Grenoble) The Switchblade RollerGrrrl (Lille) Lutece Destroyeuses (Paris) The Spiders’ Black Widows (Rouen) HellsAss Derby Girls (Strasbourg) Les Full Metal Punkettes (Tarbes)

32

33


NO ONE CAN STOP ME « Tomber 7 fois et se relever 8 »

“On se prend des gamelles, on joue des épaules, on essaie de se frayer un chemin et de s’extraire du groupe. On se fait éjecter quand les autres continuent. Il ne reste plus qu’à ravaler son orgueil et à se relever.”

34

“Le Roller Derby est au croisement des genres pour une génération qui veut tout : une féminité virile, une modernité rétro, une individualité à plusieurs,  une liberté disciplinée.”

35


NO TOMBOY “Il y a des ligues où il y a trop de filles bien foutues” Watzé (Arbitre)

“Au Derby, les hommes viennent pour les filles et restent pour le sport” Watzé (Arbitre)

Les Roller Derbistes affichent ouvertement leur féminité et leurs formes. La féminité est un atout affiché. Bas résille, short court, guêtre et make-up font partie de l’armure. Si la place est à la castagne, la femme est super puissante, les filles s’affichent comme telle. Aucun renoncement, tout au contraire. Les Rollergirls se débarrassent de tout conformisme social. Le Roller Derby rassemble des joueuses qui ne se satisfont pas de sports classés “Fille”, confie Marine jeune étudiante en parapharmacie surnommée Tank’n Doll.

36

37


38

39


Mojo Mama #8 38 ans, Graphiste “Mariée et maman depuis 2 ans, le RD est la première chose qui m’a permis de vraiment sortir de ma petite famille et de me sentir à nouveau fille et faire   un truc rien qu’à moi. Comme je suis la plus vieille de l’équipe, il m’a semblé   évident que Mama ferait partie de mon nom derby. Et j’avais ce morceau de Bobby Long dans la tête “mojo workout”. 8 : C’est un jeudi 8 que j’ai fait le truc le plus inimaginable de ma vie.   J’ai ri, souffert, stressé, hurlé, pleuré et me suis sentie épanouie en juste quelques heures. Je me suis dépassée comme jamais auparavant.”

40

41


Diy

DO IT YOURSELF “ Manger, Dormir, Derby ”

Le Derby n’est pas un sport, c’est un engagement. Tout reste à faire et c’est un esprit que partagent les filles. Faire. Un engagement intense porté par un esprit d’équipe rock et festif. Pas de dilettante.

42

43


UN SHOW “On vient pour le spectacle et ensuite on apprend les règles.” Strike#26

Made in US Présentateur harangueur de foules. Gradins rudimentaires, débardeurs à message. Le match est un spectacle et une démonstration de force dans la plus pure tradition américaine. Ça crie, ça roule, c’est sérieux. Le spectateur est partie prenante et s’associe aux tours de force de l’équipe. L’humeur est à l’audace, la puissance, l’humour et au partage.

44

45


LE PACK 5 joueuses chacune sur la piste 1 jammeuse 3 bloqueuses 1 pivot 1 piste circulaire LE PRINCIPE La jammeuse marque un point à chaque fois qu’elle dépasse un membre de l’équipe adverse. Les bloqueuses ont alors pour rôle de faciliter le passage de leur jammeuse et de bloquer celle de l’équipe adverse. DUREE 2x30 minutes BOOTCAMP No marines. Mais ce n’est certainement pas votre mère qui vous y conduira en voiture le mercredi. Camp d’entraînement où les plus expérimentées apprennent aux moins expérimentées à patiner, sauter, faire tomber les autres et à tomber sans se faire mal. DRESS CODE QUADS Protège-genoux Coudes Poignets Casque avec étoile pour identifier la jammeuse Protège-dents FRESH MEAT Les bleus DO NOT Utiliser ses mains Taper sous les hanches Au-dessus des épaules et dans le dos.

46

47


Mar’Gore #21

48

49


50

51


# past ISSUE # 15 décembre 2011, expo «Je suis parisienne»

FASTXMATHIEU CESAR

Crédit photo : Richard Bord - rdbord.blogspot.com / richardbord.com

Photographies : Edouard Sepulchre www.edouardsepulchre.com

52

Merci aux équipes : Les Simones, les Paris Roller Girls, Les Duchesses, Le Roller Derby Rennes, The Furies Berry, The Silly Geez, The Bumpy Girls, Les Lutèce Destroyeuses, Les petites morts, Roller Derby Toulouse, (Feu) Les Alternatives. Merci à l’oeil aiguisé d’Adrien Blanchat (The ABC) www.the-abc.fr

53


FAST est un magazine ĂŠditĂŠ par l'agence

142 rue Montmartre 75002 Paris tel : 01 42 36 10 50 www.borntorun.fr contact@borntorun.fr www.borntorun.fr/fast

FAST #6 "ROLL FAST"  

by Edouard Sepulchre

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you