Page 1

Les élus de la FASE Il n’y a jamais eu de changements positifs sans des luttes populaires. C’était le cas en 1936 lors du Front Populaire avec les congés payés ; en 1945 avec la création de la Sécurité Sociale et le droit de vote des femmes ; en 1968 avec l’augmentation du SMIC de 40%, la reconnaissance du syndicat dans l’entreprise et un recul du chômage ; le cas encore en 1973 avec l’IVG et le mouvement féministe. Aujourd’hui, un grand élan populaire est nécessaire pour élaborer et imposer des solutions démocratiques aux forces de la finance, aux exploiteurs des grandes entreprises. C’est pour favoriser ce mouvement et le faire entendre jusqu’à l’Assemblée Nationale que la FASE présente des candidates et candidats aux élections législatives. Les luttes populaires, les assemblées dans les entreprises et les quartiers peuvent devenir des lieux où se prend le vrai pouvoir sur le cours des évènements.

v C’est pourquoi, les

députés participants à la FASE :

u

u

seront en permanence avec vous non seulement pour vous dire APRÈS ce qu’ils auront voté au Parlement mais pour examiner avec vous AVANT comment intervenir pour vous faire entendre jusqu’au Parlement. liés à vous, ils seront indépendants de toute notion figée de « majorité parlementaire  ». Avec le groupe du Front de Gauche, ils combattront la droite. Ils s’opposeront à toute mesure qui aggraverait les effets de la crise du capitalisme pour le plus grande nombre. Ils agiront pour constituer des majorités d’idées en lien avec les mobilisations populaires. Ils feront des propositions pour favoriser une transformation sociale et écologique.

Avenir du Front de Gauche : La FASE propose de discuter ouvertement de l’avenir du Front de Gauche. Il faut le maintenir, le consolider, le doter de perspectives qui ne soient pas uniquement électorales, et l’élargir. La priorité doit être donnée à la participation individuelle directe, dans le cadre de collectifs citoyens, sans être obligatoirement encarté dans l’une des organisations du Front. Inventons ensemble des formes politiques nouvelles. Pour en savoir plus sur les propositions de la FASE : www.lafederation.org. Les FRALIB : ils luttent pour des emplois utiles ! (photo : www.jacqueslerichomme.fr)

7 exigences pour maintenant Elisez des députés Front de Gauche ! La FASE s’inscrit dans la dynamique du programme du Front de Gauche. Elle développe ses propres analyses et soumet ses propositions au débat public. Vous souhaitez participer à la Fase, connaître votre collectif local. Prenez contact : contact@lafederation.org participe au

Fédération pour une alternative sociale et écologique

Par centaines de milliers nous avons pris part à la campagne du Front de Gauche. Sans cette dynamique nouvelle, la défaite de Nicolas Sarkozy n’aurait pas été possible. L’élection de François Hollande précipite l’heure de choix radicaux. Ces choix doivent devenir concrets. La FASE, avec le Front de Gauche, poursuit sa campagne pour les législatives. Un rapport de force doit exister à l’Assemblée Nationale : mobiliser pour de véritables alternatives sociales et écologiques, rompre avec les logiques capitalistes. Voila qui changerait vraiment !

Oui il faut un groupe de députés du Front de Gauche le plus nombreux possible Nos députés feront bloc contre la droite évidemment. Mieux : le rôle de ce groupe indépendant sera de participer à consolider les mobilisations, porter des solutions fortes et liées aux ruptures indispensables, à la résistance face à la logique capitaliste. Ce groupe soutiendra des discussions dans le pays, fera des propositions à l’Assemblée Nationale, contribuera à porter une dynamique politique qui déplace les relations actuelles entre les institutions et les mobilisations.

Nous savons que l’essentiel est la volonté de construire une autre culture politique et un autre rapport aux institutions et aux mobilisations. Nos députés ne vont pas soutenir des « mesures » de « bonne gestion ». Au contraire, ils feront les propositions nécessaires pour une politique de transformation sociale et écologique. Ils soutiendront toutes les initiatives qui répondront aux urgences pour vivre mieux, et s’opposeront à toutes celles qui tourneraient le dos aux exigences populaires.

À ceux qui pensent que les exigences que nous présentons « coûteraient trop cher », nous répondons : ces mesures sont bénéficiaires à tous les niveaux. Oui, il faut changer l’usage des richesses : sur le plan financier, écologique, social. Oui à une politique de lutte pour l’égalité, contre les discriminations, pour la paix.

Les 10 et 17 juin, soutenez le changement : votez pour des députés du Front de Gauche La FASE 20 rue Chaudron, 75010 - Paris www.lafederation.org contact@lafederation.org

Porteurs du programme l’Humain d’abord, les candidats de la FASE s’engagent publiquement sur 7 points. Avec un fil conducteur : favoriser les mobilisations, accélérer autant que nous pouvons le dépassement de la dissociation entre « luttes sociales » et « politique ».

pour une alternative sociale et écologique www.lafederation.org

participe au


Les 7 exigences de la FASE 1

Des mesures urgentes contre la misère

La droite a fait le sale boulot. Les plus riches ont accumulé des sommes inouïes. A l’autre bout : 8,5 millions de pauvres vivent avec moins de 954  € par mois, seuil de pauvreté. Le SMIC dépasse à peine 1 000 €. Mais 1/3 des travailleurs au SMIC sont à temps partiels ou en emplois précaires et 80 % d’entre eux sont des travailleuses. Leurs « réformes » ont attaqué les retraites par répartition. La pauvreté gagne du terrain dans toutes les classes d’âge. Le minimum vieillesse plafonne à 742 €, le RSA à 474 €. Ces revenus de misère permettent bas salaires, petits boulots et précarité. Des besoins fondamentaux comme celui de se loger décemment sont inaccessibles pour un grand nombre : 10 millions de personnes sont touchées par la crise du logement, écrit le rapport 2012 de la Fondation Abbé Pierre.

Les candidats FASE-Front de Gauche v s’engagent à défendre :

u

le SMIC à 1 700 € pour 35h00 par semaine, et une revalorisation des retraites, des minima sociaux et des indemnités chômage ; u la régularisation des travailleurs sans-papiers pour en finir avec cette exploitation honteuse qui permet de faire pression sur les salaires de tous ; u une remise à plat des aides aux entreprises. La suppression des exonérations qui incitent aux bas salaires ; u la revalorisation des salaires dans la fonction publique tenant compte des pertes accumulées depuis 10 ans ; u des mesures afin de rendre le logement accessible à tous, renforcement de la loi SRU, baisse des loyers, application de la loi de réquisition des logements vides, suppression des lois et des mesures qui encouragent la spéculation ; u des mesures contre l’emploi précaire : contrôle du recours aux CDD et intérim, sur-cotisations sociales, critères d’éligibilité aux marchés publics... ; u des mesures fortes contre les discriminations à l’encontre des femmes ; u l’abrogation de toutes les mesures qui ont permis le démantèlement du système de santé et le non remboursement des soins (médecins, hôpitaux, médicaments).

2

L’Europe est notre continent. Reprenons-la aux banquiers !

Toute l’Europe s’enfonce dans la crise ; les populations en font les frais. Aucune solidarité n’est mise est place. Ceux qui disent que la Grèce a été aidée sont des menteurs. Les sommes versées vont dans les poches des banques et les peuples subissent les plans d’austérité. Nous avions rejeté le Traité Constitutionnel Européen en 2005 par référendum. Nous voulions une Europe sociale et démocratique, pas une Europe du « marché libre et non faussé ». Méprisant la démocratie, Sarkozy a fait adopter le traité de Lisbonne. Les parlementaires socialistes auraient pu l’en empêcher mais ils se sont abstenus. François Asensi, Patrick Braouezec et Jacqueline Fraysse, députés FASE, avec les parlementaires du Front de Gauche, ont été les seuls à s’y opposer. La menace est aujourd’hui plus lourde encore. Le pacte budgétaire hérité de Merkel et Sarkozy voudrait imposer à tous les pays de l’UE l’austérité permanente : une discipline militaire des budgets nationaux, sous le contrôle d’une autorité supranationale de technocrates. Renégocier ce traité, « y inclure un volet croissance », n’a aucun sens. Nein ist das nicht ! Non c’est non !

v Les candidats FASE-Front de Gauche s’engagent à défendre :

u

un référendum immédiat sur le traité « Merkozy ». C’est au peuple de décider ; u une mesure simple pour sortir de la tenaille des marchés financiers : que la Banque Centrale Européenne (BCE) prête directement aux États ; u une fiscalité juste, redistributive et efficace : prendre l’argent à ceux qui en ont trop (capital et gros patrimoines) permettra de répartir autrement les richesses pour bien vivre tous ; u un pôle public financier pour utiliser l’argent au service de l’intérêt général ; u le contrôle public et citoyen des banques ; u un moratoire et un audit sur toutes les dettes publiques. Les citoyens ont le droit de savoir à quoi a servi leur argent ! Les dettes illégitimes doivent être annulées et supportées par leurs seuls responsables. C’est vrai en Grèce comme en France et dans toute l’Europe. Oui à la solidarité, non au pillage capitaliste.

3

Égalité et solidarité : vive les services publics !

Santé, école, petite enfance, transport, culture, sécurité, justice, services postaux... Les gouvernements libéraux ont imposé baisses de dépenses et gestion « compétitive » dans tous les domaines. Cela se traduit, tant dans les territoires ruraux qu’urbains, par un recul des services publics. Qui en pâtit ? Les classes populaires, salariés, retraités, jeunes, chômeurs. Trop de femmes doivent supporter une double journée. Et que dire de l’Éducation Nationale ? Du Ministère de l’Intérieur si instrumentalisé ? Ou de la Justice en crise à tous les niveaux : pénitentiaire, tribunaux, protection de la jeunesse,... Les services publics sont indispensables pour les besoins de la population et l’égalité de toutes et tous et pour un aménagement équilibré des territoires. Mais aussi pour la transition écologique de nos modes de production et de consommation.

v Les candidats FASE-Front de Gauche s’engagent à défendre :

u

l’abrogation de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) et la fin de la gestion libérale des services publics (privatisation, critères de gestion, évaluation...) ; u une démocratisation des services publics : la participation et le contrôle des citoyens doivent permettre de définir les missions et les orientations, la tarification, les investissements ; u une redéfinition des missions des services publics répondant à l’intérêt général et à l’égalité d’accès et de traitement ; u les mesures qui permettront à la protection sociale (sécurité sociale, retraite, santé) de relever d’une logique de solidarité nationale et non d’une démarche individuelle et marchande ; u la titularisation des 800 000 agents précaires de la fonction publique.

4

Paix et désarmement : en finir avec les « va-t-en guerre »

La situation de la Grèce, 4ème importateur d’armes au monde, est caricaturale de ce point de vue. Il est un domaine que Sarkozy et Merkel ont oublié dans les sacrifices ignobles qu’ils ont imposés aux grecs : les dépenses militaires. Bizarre ? Non ! Les industries militaires allemandes et françaises sont les principales bénéficiaires des achats d’armement de ce pays. Ailleurs, la guerre fait rage. En Afghanistan, en Côte d’Ivoire, en Lybie... La France a fait feu de tout bois ces dix dernières années. Pourquoi ? Sarkozy prétendait vouloir mettre un terme à la Françafrique. Il

l’a renforcée. Sa soumission aux intérêts US l’a conduit à ignorer le sort tragique que fait subir le gouvernement israélien aux Palestiniens, à stigmatiser l’Iran par des pressions économiques et militaires, alors qu’il a renforcé des liens intolérables avec les pires dictatures comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite.

v Les candidats FASE-Front de Gauche s’engagent à défendre :

u

La sortie de l’OTAN et le retrait des troupes françaises d’intervention ; u le contrôle citoyen de l’armée ; u des initiatives gouvernementales pour le désarmement nucléaire ; u une réforme de l’ONU renforçant son rôle en incluant des pouvoirs accrus pour l’Assemblée générale ; u la création d’assemblées démocratiques dans les divers continents et grandes régions pour aller vers la disparition de l’OMC et un contrôle par l’ONU des normes sociales et environnementales sur les productions et le commerce.

5

Des droits politiques pour tous. En finir avec les mesures racistes et sécuritaires

Les immigrés ont été instrumentalisés. Depuis 10 ans, Sarkozy a tout embrouillé : immigrés, français, musulmans, insécurité, terrorisme. Pour finir, la naissance d’un concept raciste et débile : les «  musulmans d’apparence  ». Non, il n’y a pas d’ennemi de l’intérieur en France ! Cessons de faire peur, d’opposer les citoyens entre eux, avec des débats absurdes sur l’islam, les mosquées, le niqab ou le hallal. Le fondement du peuple de France n’est ni ethnique, ni confessionnel, il est politique. Comme les immigrés, les pauvres et les jeunes de banlieue ont été désignés comme « classes dangereuses » par une politique de contrôle social et policier. Sous couvert de sécurité, les droits individuels et les libertés ont été remis en cause. Sous couvert de mesures « de prévention » de la délinquance ou de la fraude, c’est une véritable guerre contre les principales victimes du libéralisme qui est menée. La laïcité, elle, ne progressera que par la généralisation des droits pour toutes et tous.

v Les candidats FASE-Front de Gauche s’engagent à défendre :

u

une réforme du code de la nationalité pour un droit du sol dès la naissance ; u le droit à tout résident étranger, en France depuis 5 ans, de bénéficier de la nationalité française ; u un rétablissement du droit au regroupement familial ; u le droit de vote et d’éligibilité à toutes les élections pour toute personne résidant depuis quelques années sur le territoire ; u l’abrogation des lois racistes et sécuritaires votées par la droite ; u une réorientation de pôle emploi pour les droits des chômeurs.

6

Une urgence : renforcer le droit des salariés dans l’entreprise

Une évidence : les actionnaires ne pourront jamais se passer de la force de travail des salariés. Les salariés, eux, peuvent se passer des actionnaires. C’est la propriété des moyens de production qui donne des pouvoirs immenses, à la fois sur les vies humaines et sur l’avenir de la planète. Nous savons que François Hollande n’a pas prévu d’affronter ce problème. Mais ce sont les députés qui feront la loi et les mobilisations qui créeront les rapports de forces. Nos députés ne se contenteront pas de gérer un système boiteux.

v Les candidats FASE-Front de Gauche s’engagent à défendre :

u

des droits nouveaux pour les salariés et leurs représentants sur l’organisation du travail, la santé au travail et sur les grands choix stratégiques de l’entreprise ; u des formes de propriété alternatives à la propriété capitaliste avec le droit à la reprise des entreprises avant toute cession, des aides financières, techniques... ; u un redéploiement des aides aux entreprises : plutôt que d’utiliser l’argent public pour subventionner des grands groupes, les aides doivent aller vers les coopératives ouvrières, l’économie sociale et solidaire... ; u une instauration de visas sociaux et écologiques aux frontières. Ce ne sont pas les personnes qu’il faut contrôler aux portes de l’Europe comme si nous vivions dans une forteresse, ce sont les marchandises et les capitaux ; u une modification des règles des marchés publics pour donner la priorité aux options sociales et écologiques.

7

Écologie : vite la transition énergétique

En 2002, Jacques Chirac avait déclaré, au sommet de la Terre à Johannesburg : «  notre maison brûle et nous regardons ailleurs  ». Oui il y a urgence  ! Mais qu’ont-ils fait en 10 ans  ? Le réchauffement climatique menace l’équilibre de la planète. Les activités humaines consomment chaque année 1,5 planète. Des bouleversements écologiques sont en cours et seront bientôt irréversibles  : épuisement des ressources, pollution, migrations... Autant dire que la Terre ne supportera pas longtemps ce mode de vie capitaliste et productiviste qui est l’œuvre d’une minorité. Nous avons conscience que les changements nécessaires sont un immense défi qui est lancée à l’Humanité toute entière. Nos propositions de rupture avec le capitalisme vont dans ce sens : la paix, de nouvelles relations Nord-Sud, la répartition des richesses et les mesures contre la misère, l’appropriation sociale des moyens de production et d’échanges, la transition énergétique, la planification écologique. Il faut interroger l’utilité sociale et écologique de la production, la qualité du travail, la valeur d’usage des produits.

v Les candidats FASE-Front de Gauche s’engagent à défendre :

u

une priorité des normes écologiques dans les projets de production et dans les logements (constructions et rénovations) ; u les deux axes de ruptures nécessaires à la transition énergétique : un débat sur le nucléaire avec un référendum, et le développement massif des énergies renouvelables accompagné des économies d’énergie ; u la création d’un pôle 100 % public (EDF, GDF-Suez, Total, Areva,...) de l’énergie et le contrôle du coût de l’énergie, notamment par l’instauration d’un tarif social ; u une planification écologique pour créer les engagements entre collectivités locales, syndicats et réseaux des entreprises (PME notamment) ; u une législation permettant de sortir progressivement du secteur marchand des « biens communs » de l’humanité, comme l’eau.

Pour faire avancer ces exigences, la FASE propose que se développent des assemblées citoyennes ou des collectifs Front de Gauche, associant toutes et tous, des « ateliers législatifs  » auprès des élus du Front de Gauche, animant ainsi le débat public.

7 exigences pour les législatives  

Par centaines de milliers nous avons pris part à la campagne du Front de Gauche. Sans cette dynamique nouvelle, la défaite de Nicolas Sarkoz...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you