Issuu on Google+


i

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente Le FARA en 2009

Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA) 12 Anmeda Street, Roman Ridge PMB CT 173, Cantonments, Accra, Ghana 2010


© 2010 par le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA) Le FARA encourage l’utilisation judicieuse du présent document. Il recommande une citation fidèle de l’œuvre. FARA (Forum pour la recherche agricole en Afrique), 2009. Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: le FARA en 2009. Accra, Ghana. 28 pp.

Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA) 12 Anmeda Street, Roman Ridge PMB CT 173, Cantonments, Accra, Ghana Téléphone : +233 302 772823 / 779421 Fax : +233 302 773676 Email : info@fara-africa.org Site web : www.fara-africa.org ISBN 978-9988-1-3637-9 (print) ISBN 978-9988-1-3638-x (pdf)

BluePencil Infodesign • Hyderabad, India • www.bluepencil.in Pragati Offset Pvt Ltd • Hyderabad, India • www.pragati.com


Table des matières

Avant-propos

iv

Remerciements

iv

Fonctions d’appui en réseau

1

FAR 1 : Plaidoyer et mobilisation de ressources

2

FAR 2 : Accès à la connaissance et aux technologies

5

FAR 3 : Politiques et marchés régionaux

10

FAR 4 : Renforcement des capacités

13

FAR 5 : Partenariats et alliances stratégiques

16

Suivi et évaluation

18

Aperçu de la situation financière − 2009

20

Le Conseil exécutif du FARA 2009

21

Personnel du FARA 2009

22

Acronymes et abréviations

24


iv

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

Avant-propos Le présent rapport est le résumé des principales réalisations opérées par le Secrétariat du FARA en collaboration avec ses partenaires durant la période du rapport qui va de janvier à décembre 2009. Il est structuré suivant les cinq fonctions d’appui au réseautage (NSF) et le suivi et évaluation en utilisant les productions contenues dans le Plan opérationnel et à moyen terme (MTOP) (2008-2012). Malgré les sérieuses contraintes financières, des progrès considérables ont été réalisés dans la Dr Denis Kyetere Dr Monty P Jones mise en œuvre d’importantes activités, principalement à travers des liens Président du Directeur Exécutif Conseil exécutif du et des synergies entre les NFS et à travers des travaux effectués en étroite FARA collaboration avec les partenaires clés et les acteurs en utilisant le principe de subsidiarité. Le progrès le plus important a été réalisé à travers la mise en œuvre d’activités à échéance déterminée.

Remerciements Le Secrétariat du FARA remercie ses parties prenantes, notamment les organisations sous-régionales, (OSR), les gouvernements nationaux, les systèmes nationaux de recherche agricole, (SNRA), les universités, les réseaux politiques, les acteurs de la société civile (les agriculteurs, les ONG et les acteurs de la société civile), les prestataires de services consultatifs, les hautes institutions de recherche (HIR) et les centres internationaux de recherche agricole (CNRA) qui ont œuvré à la mise en œuvre des activités au programme au cours de la période visée par le rapport. Le Secrétariat salue tout particulièrement la contribution des partenaires au développement du FARA, principalement la Commission Européenne (CE), la Banque africaine de développement (BAD), les gouvernements du Canada, du Danemark, de la France, d’Italie, de la Hollande et du Royaume-Uni ; et la Fondation Syngenta au financement des activités qui ont permis les réalisations mentionnées dans le présent rapport. Le Secrétariat exprime également sa reconnaissance au Conseil exécutif du FARA pour avoir soutenu, facilité et assuré la surveillance et une orientation stratégique de ses travaux ; à la Commission de l’Union Africaine (CUA) et aux Secrétariats de l’Agence de planification et de coordination et de la Communauté économique régionale du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) pour le soutien politique et organisationnel dont a bénéficié le FARA en tant qu’institution chef de file du Pilier IV du Programme détaillé de développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA) ; et au personnel du Secrétariat pour avoir mis en œuvre, coordonné et facilité les activités ayant conduit aux résultats présentés dans ce rapport.


1

Fonctions d’appui en réseau Les cinq Fonctions d’appui en réseau du FARA (NSF) correspondent bien aux résultats que le FARA espère atteindre. Tout comme les résultats, ces fonctions sont liées entre elles pour satisfaire la mission du FARA qui consiste à soutenir les organisations sous-régionales de recherche (OSR) dans le renforcement des capacités de l’Afrique en matière d’innovation agricole.


2

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

NSF 1 : Plaidoyer et mobilisation de ressources Le NSF 1 est relatif au plaidoyer et à la mobilisation de ressources au nom des parties prenantes du Forum. Il coordonne également le rôle de premier plan du FARA en matière de mise en œuvre du Pilier IV du PDDAA. Ainsi, le NSF 1 tient les NSF informés des processus du PDDAA. En retour, les NSF 2 à 5 apportent une contribution dans les secteurs ayant rapport avec leurs domaines. Chose très importante, le NSF 1 fournit des informations relatives aux principes clés du Cadre de productivité agricole en Afrique (CPAA) et conduit la mobilisation de ressources pour soutenir les propositions conduisant à la réforme des systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA).

Points saillants des réalisations Réalisation N° 1 : Le Pilier IV du PDDAA s’intéresse aux accords et programmes nationaux et sous-régionaux de productivité agricole du PDDAA ayant été effectivement soutenus • A facilité l’approfondissement de l’engagement et de la relation avec la Commission de l’Union Africaine (CUA) et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). Le Secrétariat a conduit les travaux préparatoires d’une réunion des ministres africains de l’agriculture pour plaider en faveur d’investissements plus accrus dans la recherche agricole, le développement et le renforcement des capacités. Le NSF 1 a contribué à l’élaboration d’un document de synthèse pour le Sommet de l’UA organisé du 30 juin au 2 juillet et conduit les préparatifs pour la Journée du PDDAA en juin. À travers ces actions, le Secrétariat a aidé à veiller à ce que la Déclaration du sommet comporte une clause appelant à un investissement plus accru dans la recherche agricole pour le développement (RAD) et pour le renforcement du soutien à la base d’informations et de connaissances scientifiques et techniques d’Afrique. • A aidé à faire avancer la mise en œuvre du Pilier IV du PDDAA dans les sous-régions du Marché commun d’Afrique Orientale et Australe (COMESA) et de la Communauté économique des états d’Afrique Centrale (CEEAC) en co-organisant des ateliers (avec le COMESA en mars et avec la CEEAC en novembre). • A développé un projet de stratégie de plaidoyer et de mobilisation de ressources pour le FARA. Un atelier de consultation a été organisé en mars pour obtenir la contribution des acteurs en faveur de cette stratégie. • A contribué au Groupe d’experts de référence (GER)1 de la CEDEAO/CORAF/WECARD 1 Suite à une réunion des partenaires organisée à Pretoria en février 2010, il a été décidé de la composition du GER en tant que groupe d’experts pour apporter une assistance technique pour soutenir la mise en œuvre du Pilier IV, le


NSF 1 : Plaidoyer et mobilisation de ressources

• En sa qualité de membre du groupe inter pilier, il a contribué à l’élaboration et à la finalisation du Guide du PDDAA qui présente la façon dont les processus du PDDAA sont mis en œuvre. • A identifié les insuffisances dans la mise en œuvre du Pilier IV et des principes du CPAA dans les programmes d’investissement du Burundi, d’Éthiopie, du Ghana, du Liberia, du Rwanda et de la Sierra Leone et fait des recommandations pour veiller à ce que ces insuffisances soient comblées dans les compacts de ces cinq pays. • A aidé le Ghana et la Sierra Leone à intégrer les principes du CPAA dans leurs stratégies et plans d’investissement. • A contribué à l’évaluation de haut niveau du programme d’investissement du Rwanda par les institutions africaines et les partenaires au développement en identifiant les insuffisances dans les dispositions pour les priorités du Pilier IV et en approuvant le document.

Développement et l’encadrement des pays du CORAF/WECARD pour représenter les intérêts du Pilier IV dans leurs pays respectifs. Pour ce qui est de l’ASARECA, il a été proposé que les points focaux des pays membres soient chargés de représenter les intérêts du Pilier IV.

Chose très importante, le NSF 1 fournit des informations relatives aux principes clés du Cadre de productivité agricole en Afrique (CPAA) et conduit la mobilisation de ressources pour soutenir les propositions conduisant à la réforme des systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA).

3


4

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

• A contribué à l’élaboration d’une feuille de route pour l’expansion du programme ouest africain de productivité agricole (WAAPP) à d’autres pays de la CEDEAO. Réalisation N° 2 : Plaidoyer en faveur d’investissements accrus dans les systèmes pour faciliter l’équité du genre dans l’accès à la connaissance et à la technologie par les gouvernements et institutions africains L’étroite relation de travail qu’entretient le FARA avec la CUA et l’UA/NEPAD a aidé à améliorer notre plaidoyer en faveur de la RDA aux plus hauts niveaux.

Le NSF 1, en qualité de membre du groupe de travail sur les questions du genre au Secrétariat du FARA a joué un rôle déterminant dans la planification et la mise en œuvre de l’atelier de sensibilisation sur le genre au Secrétariat. Réalisation N° 3 : Appui à la politique factuelle de la RAD au sein du PDDAA A contribué à une réunion de partenariat de haut niveau sur le PDDAA organisée par la CUA en marge de la réunion de la Loi sur la Croissance et les Possibilités Economiques en Afrique (AGOA) organisée au Kenya en vue de renforcer l’échange d’informations entre les pays et d’explorer les opportunités commerciales. Réalisation N° 4 : Processus de réforme du SNRA effectivement soutenu • A financièrement aidé le Mozambique à recruter des consultants pour apporter une assistance technique à la réforme de son système national. • A entamé des discussions préliminaires avec le Ghana et le Liberia sur l’élaboration de propositions pour les réformes des SNRA. • A contribué au développement du plan d’action pour la création du Centre de coordination de la recherche et du développement agricole en Afrique Australe (CCARDESA) Réalisation N° 5 : Les ressources pour soutenir les plateformes d’innovation et les alliances régionales ont été mobilisées pour les priorités du Pilier IV du PDDAA En raison du manque de financement, aucune activité spécifique n’a été mise en œuvre pour cette réalisation durant la période du rapport.

Conclusion a. L’étroite relation de travail qu’entretient le FARA avec la CUA et l’UA/NEPAD a aidé à améliorer notre plaidoyer en faveur de la RDA aux plus hauts niveaux. b. Bien que nos excellentes relations avec les communautés économiques régionales (CER) aient ouvert des portes permettant d’assurer un soutien à la mise en œuvre du PDDAA dans nos pays membres, il faudrait développer sous la direction du NEPAD une stratégie en vue de l’engagement avec les CER. c. Il faudrait assurer une plus forte collaboration avec les autres principales institutions du Pilier pour assurer un soutien harmonisé aux pays dans la mise en œuvre du PDDAA. d. Nous devons nous engager le plus tôt possible avec les états pour assurer une assistance technique opportune à l’élaboration de leurs programmes d’investissement.


5

NSF 2 : Accès à la connaissance et aux technologies Le NSF 2 facilite l’accès des parties prenantes à la connaissance et à la technologie dont ils ont besoin pour l’innovation. Ces initiatives, caractérisées par un accent particulier sur les femmes et les organisations féminines, s’inspirent des forces des OSR et du SNRA à travers une plateforme continentale et des liens sur le continent africain et au-delà. Le NSF 2 facilite également les liens avec les initiatives internationales pour les économies d’échelle dans le développement d’outils appropriés d’information et d’apprentissage dont ont besoin nos parties prenantes pour accéder et utiliser de façon efficace et efficiente les connaissances pour conduire les innovations. En 2009, nombre de nos activités en cours ont été mises en veilleuse en raison de sérieuses contraintes financières. Les réalisations présentées ci-dessous viennent pour l’essentiel d’activités soutenues par les quelques principales sources de financement.

Points saillants des réalisations Réalisation N° 1 : Identification et diffusion de directives pour le développement de stratégies nationales sensibles au genre visant à l’amélioration de l’accès à la connaissance et aux technologies • Sur la base de leur engagement et des progrès réalisés en matière de partage de la connaissance et de capacité, deux pays, à savoir le Ghana et la Zambie ont été identifiés comme ayant un bon potentiel pour tester les concepts d’apprentissage. Des plans d’action de mise en œuvre du projet de directives dans les deux pays ont été élaborés en collaboration avec les acteurs concernés, y compris l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture (FAO). • Six centres d’informations des NSF ont bénéficié d’une formation et d’un soutien réguliers en gestion du contenu de leurs pages Web. • Le FARA a été choisi pour conduire le processus de Cohérence dans l’information pour la recherche et le développement agricoles (CIRDA) en Afrique. Vingt-quatre points focaux des systèmes régionaux d’information et d’apprentissage agricoles (RAILS) ont validé les principes et les actions du processus de la CIRDA. Les domaines prioritaires du programme mondial sur l’échange d’informations et de connaissance ont été identifiés. • Onze points focaux de Diffusion des nouvelles technologies agricoles en Afrique (DONATA) ont relevé les principaux défis en faisant la promotion de la Plateforme d’innovation d’adoption de la technologie (PIAT) qui a nécessité le développement d’un cadre pour guider la mise en place de la plateforme et le développement de stratégies pour promouvoir les technologies.


6

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

Réalisation N° 2 : Identification et diffusion de bons outils sensibles au genre pour faciliter l’accès à la connaissance et la diffusion des technologies • En 2009, les chaînes de communication du FARA présentaient les statistiques ci-après : - Le portail du FARA a reçu 3.000 visiteurs par mois. - Le bulletin électronique a enregistré 2.161 abonnements. - Le Blog du FARA a eu 344 entrées et 1.000 visiteurs par mois. - Six groupes-D ont été formés pour les consultations en ligne.

Le NSF 2 facilite l’accès des parties prenantes à la connaissance et à la technologie dont ils ont besoin pour l’innovation.

• Huit pays ont reçu des ordinateurs et des fournitures ont été acquises, 6 étaient en phase de négociation de contrats, 7 avaient des avis de non-objection en suspens de la Banque africaine de développement (BAD), 12 étaient en phase d’évaluation des soumissions et 4 pays avaient très peu de réponses. • Le site Web eRAILS a été lancé et est opérationnel dans 24 pays avec 416 visiteurs par mois. Il comporte 1.262 pages. Soixante membres de l’équipe d’apprentissage du RAILS ont validé les concepts d’apprentissage utilisés pour développer le eRAILS. Trois membres des OSR du groupe de travail du RAILS ont été engagés pour concevoir et développer le site Web et 19 membres du RAILS et 15 points focaux de DONATA ont testé le premier prototype eRAILS. Un


NSF 2 : Accès à la connaissance et aux technologies

guide d’administration d’eRAILS en anglais et en français a été élaboré et mis à la disposition des utilisateurs et des administrateurs nationaux. • En mai, trente quatre points focaux du RAILS et de DONATA ont reçu une formation en cartographie des résultats. Le groupe a examiné les réalisations attendues, réelles et possibles et la façon dont ils pourraient mobiliser leurs propres réseaux dans leurs pays. • Neuf pays ont continué avec l’IIAT et partagé leurs leçons en mai 2009 avec la plateforme de DONATA. Des directives d’exploitation pour la mise sur pied des IIAT ont été développées et partagées avec tous les points focaux de DONATA. Réalisation N° 3 : Appui à un meilleur accès aux chaînes de communication des résultats de la politique et les informations sur le marché • Vingt acteurs du FARA ont validé l’évaluation des services consultatifs aux agriculteurs en utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC) y compris l’industrie de la téléphonie mobile. Au moins cinq organisations internationales ont utilisé le rapport comme référence pour les futurs investissements. • La Consultation mondiale sur la recherche agricole pour le développement (GCARD) en Afrique et la consultation en ligne du RAILS et le renforcement des capacités de la recherche et du développement agricoles en Afrique (SCARDA) ont été facilités. La GCARD et le rapport des discussions en ligne du RAILS ont été mis à disposition dès que la demande en a été faite. • Les affiches du RAILS ont été acceptées au Forum scientifique de Wageningen, en Hollande et au sommet des Chefs d’état tenu en Éthiopie. Un article sur le RAILS a été inclus dans l’édition spéciale de l’Association internationale des spécialistes de l’information agricole (AISIA). Les deux publications ont permis à la communauté internationale de prendre conscience des activités du RAILS. Le Système a été présenté au Forum mondial sur les systèmes d’information agricole d’où des recommandations ont été préparées pour être soumises en mars 2010 à la GCARD à Montpellier. Réalisation N° 4 : Appui à l’intégration de la gestion de la connaissance sensible au genre dans les institutions de la RAD en Afrique • Les centres d’information des NSF ont été identifiés et les personnes focales formées à contribuer au contenu des outils de communication du FARA. • La politique des TIC sur l’utilisation judicieuse des équipements des TIC et les moyens de communication au sein et hors du secrétariat du FARA a été approuvée. Un réseau local (RL) a été créé et des équipements de conférence internationale vidéo et audio ont été installés au Secrétariat. La connexion internet du Secrétariat a été actualisée à 1 mégabit. • Trois points focaux du RAILS des OSR ont facilité des discussions en ligne impliquant tous les 53 pays d’Afrique. Les résultats de ces discussions en ligne ont été diffusés dans les pays et aux points focaux du RAILS.

Le NSF 2 facilite également les liens avec les initiatives internationales pour les économies d’échelle dans le développement d’outils appropriés d’information et d’apprentissage dont ont besoin nos parties prenantes pour accéder et utiliser de façon efficace et efficiente les connaissances pour conduire les innovations.

7


8

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

• Une consultation en ligne de la GCARD Afrique a été préparée à l’intention de 500 participants venus de 65 pays. Les priorités à la recherche ont été identifiées et insérées dans l’atelier du F2F et dans le rapport du Forum mondial pour la recherche agricole (GFAR). • AfricaAdapt a procédé au lancement de son site Web interactif et s’est rallié au système de suivi et évaluation. • Onze étudiants en Maîtrise es Sciences ont poursuivi leurs études et 12 étudiants supplémentaires ont été choisis pour l’année académique 2010. Réalisation 5 : Mise en place d’une plateforme africaine pour faciliter l’accès équitable entre hommes et femmes à la connaissance et les technologies • Les équipes d’apprentissage du RAILS ont été créées et regroupées en quatre catégories sur la base de la performance des personnes focales, des institutions focales, des équipes nationales et de l’existence du programme de travail. Trois points focaux du RAILS des OSR ont facilité des discussions en ligne impliquant tous les 53 pays d’Afrique. Les résultats de ces discussions en ligne ont été diffusés dans les pays et aux points focaux du RAILS.

• Des IPTA de DONATA ont été créés au Kenya et en Tanzanie et sept pays se sont engagés avec le CORAF/WECARD pour créer l’IPTA. Les systèmes d’information du RAILS, de DONATA et d’AfricaAdapt ont été rationnalisés en vue d’assurer des liens et de garantir la complémentarité. • Une proposition de mise en place de système de connaissance avec les agriculteurs en Afrique subsaharienne (ASS) a été présentée au Fonds international de développement agricole (FIDA). Une proposition de CANEVAS a été soumise à la Commission Européenne (CE) et constitue le résultat de l’inventaire des nouveaux services consultatifs renforcés aux agriculteurs à travers les consultations en ligne du F2F. • Le FARA et le Forum Africain des services de consultation agricole (AFAAS) ont discuté des complémentarités des programmes de travail, principalement avec les NSF 2 et 5.

Conclusion a. La multiplication des consultations et discussions en ligne a compensé le manque de financement. Cela a assuré une communication plus rapide et une prise de décisions concertée entre les membres du groupe de travail du RAILS et de DONATA. De même, une importante consultation en ligne a été prévue pour la GCARD Afrique. b. Malgré les nombreuses consultations, les points focaux nationaux ont exigé beaucoup de conseils et de facilitation dans la mise en œuvre des activités du projet. Des directives et des cadres sur la façon de mettre en place les équipes et les plateformes ont été développés, mais il faudrait assurer leur validation régulière et leur actualisation pour répondre aux diverses capacités des partenaires. c. La complexité des politiques de la BAD exige une meilleure coordination au sein du Secrétariat et à la BAD. Des outils ont été développés pour surveiller les divers progrès de chaque pays et région récipiendaire. L’exemple en est la cartographie des résultats pour lier le cadre


NSF 2 : Accès à la connaissance et aux technologies

des résultats du POMT du NSF 2 et ses projets. Les indicateurs de progrès ont considéré non seulement les réalisations quantitatives mais aussi l’évaluation des résultats qualitatifs indispensables à la gestion des connaissances (GC). d. Les principes de subsidiarité ont été appliqués en fonction des capacités des organisations partenaires. Ceci fut indispensable à la mise en œuvre du RAILS et de DONATA, qui a varié par région et était caractérisée par différentes approches de gestion. L’utilisation des principes a permis une meilleure intégration des projets dans les structures et stratégies institutionnelles des OSR.

La complexité des politiques de la BAD exige une meilleure coordination au sein du Secrétariat et à la BAD. Des outils ont été développés pour surveiller les divers progrès de chaque pays et région récipiendaire.

9


10

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

NSF 3 : Politiques et marchés régionaux

Le NSF 3 vise trois objectifs spécifiques : 1. Contribuer à une meilleure productivité agricole, à une meilleure compétitivité et à de meilleurs marchés en Afrique par la promotion et la facilitation d’analyse politique et de marché en vue de fournir aux décideurs des options et outils basés sur des preuves en vue d’une prise informée des décisions. 2. Fournir des informations pour autonomiser et doter les délégués africains de capacité en négociation de traités commerciaux et environnementaux internationaux. 3. Améliorer un large accès au marché des produits agricoles.

Points saillants des réalisations Réalisation N° 1 : Outils et approches de formulation de politiques appropriés (sensibles au genre) et d’options décisionnelles fusionnés et diffusés • Un rapport a été publié suite à l’élaboration des Politiques régionales et la consultation des acteurs du marché sur le développement du contenu du NSF 3. • Les Politiques régionales et stratégie de marché 2009–2010 du NSF 3 ont été élaborées. • Production du document de partenariat stratégique FARA-Centre européen de gestion de la politique de développement (CEGPD). • Un Protocole d’accord a été élaboré et signé entre le FARA et la Fondation pour la démocratie en Afrique (FDA) pour faciliter les processus politiques entraînant des améliorations viables dans la productivité agricole à grande échelle, la concurrence et les marchés. • Documents de conception élaborés durant l’année 2009 : - Aborder les questions et relever les défis de politique foncière en Afrique : aide à la mise en œuvre de la Déclaration des chefs d’état et de gouvernement africains sur le cadre et les directives de politique foncière en Afrique : soumis à la Banque islamique de développement ; - Partenariat stratégique entre le FARA et l’ECDPM pour soutenir la mise en œuvre de la politique régionale et des initiatives de marché du FARA en vue d’améliorer la productivité agricole à grande échelle et la concurrence en Afrique ; - Dialogue politique sur la promotion de l’accès aux marchés régionaux et internationaux en Afrique Orientale et Australe (AOA) et en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC), y compris (i) l’intégration des résultats des dialogues politiques régionaux dans


NSF 3 : Politiques et marchés régionaux

le processus de table-ronde du SRIAA ; (ii) l’analyse des impacts des subventions de l’agriculture par l’étranger et mesures du SPS en matière de production agricole dans les régions du COMESA, de la CEDEAO et de la CEEAC ; et (iii) définition des priorités pour la recherche agricole en Afrique subsaharienne : proposition de collaboration entre le FARA et l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) Réalisation N° 2 : Compilation et partage d’informations relatives à la politique stratégique et aux questions de marché pour le commerce régional et l’innovation • Quatre notes d’orientation ont été produites dans le cadre des Séries de notes d’orientation ministérielles : - Viser les marchés des produits du bétail africain ; - Impact des subventions sur les cotonculteurs ouest-africains ; - Modèles de changement dans la production rizicole en Afrique : implications pour l’élaboration de la politique du riz ; - Modèles de changement dans la production du maïs en Afrique : implications pour l’élaboration de la politique du maïs. • Une série mensuelle régionale sur les politiques et renseignements commerciaux (RPMII) a été initiée en juin 2009 pour compiler et diffuser les informations relatives à la politique commerciale et agricole aux parties prenantes du FARA. • Un répertoire des institutions politiques nationales et régionales du FARA a été produit et continue d’être régulièrement mis à jour. • Le projet de renforcement des capacités en vue d’une gestion saine de la biotechnologie en Afrique subsaharienne (SABIMA) financé par la Fondation Syngenta a complété le Module 1 de la formation en encadrement de la biotechnologie dans deux des six pays du projet (Ghana et Nigeria). Cette formation a posé les bases de la compréhension des principes d’application au développement de produits. La formation dans les quatre autres pays (Burkina Faso, Kenya, Malawi et Ouganda) a été prévue pour le début de l’année 2010. La formation dans le Module 2 (réponse aux situations d’urgence, communication des questions de biotechnologie et élaboration de politique d’encadrement) et dans le Module 3 (procédures de vérification et d’audit) a également été prévue pour l’année 2010. Le projet de rapport d’enquête sur l’état de la biotechnologie en ASS a été soumis pour examen. Réalisation N° 3 : Appui au renforcement des capacités en négociations politiques et commerciales • Le NSF 3 a reçu un étudiant stagiaire venu de l’Institut d’études sur le développement (IED), Université de Sussex. Il a révisé la documentation sur les questions d’ordre politiques du SPS, compilé les informations chronologiques sur les denrées alimentaires stratégiques et préparé un rapport sur l’impact des subventions sur la productivité cotonnière en Afrique de l’Ouest.

Le NSF 3 vise à contribuer à une meilleure compétitivité et à de meilleurs marchés en Afrique par la promotion et la facilitation d’analyse politique et de marché pour fournir aux décideurs des options et outils basés sur des preuves en vue d’une prise de décision informée.

11


12

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

Le NSF 3 a poursuivi la mise en œuvre des activités ne nécessitant pas des fonds considérables, telles que l’élaboration notes d’orientation, l’actualisation de la base de données, la compilation d’informations pour le répertoire des institutions de politiques nationales et régionales et l’élaboration de PA, de notes de conception et de TdR.

• Un document de conception et les termes de référence (TdR) ont été élaborés pour l’organisation de séminaires de formation à l’intention des négociateurs commerciaux en AOC et en Afrique Orientale. Réalisation N° 4 : Appui à l’intégration de l’analyse de la politique et du marché dans les programmes d’agronomie Un document de conception et des TdR d’institutionnalisation de l’analyse de la politique et du marché dans le programme de cours des institutions d’enseignement supérieur ont été élaborés. Par la suite, des discussions ont été initiées avec le NSF 4 sur les institutions potentielles des états membres du SCARDA en vue d’améliorer les programmes de cours. Réalisation N° 5 : Élaboration d’options politiques sensibles au genre pour appuyer les systèmes d’innovation et les approches de chaine de valeur à travers des partenariats entre plusieurs acteurs En raison de contraintes financières, aucune action n’a été initiée dans le cadre de cette activité durant la période couverte par le rapport.

Conclusion Au cours de la réunion du Conseil d’Administration du FARA en octobre 2009, la Stratégie du NSF 3 a été approuvée, donnant le feu vert à la résolution d’un certain nombre de problèmes régionaux d’ordre politique et commercial qui affectent l’agriculture africaine. Le défi majeur rencontré durant la période du rapport fut l’approbation du financement par les bailleurs de fonds. Le NSF 3 a poursuivi la mise en œuvre des activités ne nécessitant pas des fonds considérables, telles que l’élaboration notes d’orientation, l’actualisation de la base de données, la compilation d’informations pour le répertoire des institutions de politiques nationales et régionales et l’élaboration de PA, de notes de conception et de TdR. Il faudrait initier un examen de l’approche de financement en travaillant par l’intermédiaire des organisations de la société civile (OSC) et les ONG. En outre, l’approche du réseau des OSC du FDA pour le plaidoyer peut également assurer un soutien nécessaire.


13

NSF 4 : Renforcement des capacités

Le NSF 4 a continué à se pencher sur son rôle premier de centre de connaissance sur le renforcement des capacités agricoles africaines �� travers le maintien d’une base de données des experts et des activités. Une nouvelle initiative sur l’Université, les affaires et la recherche dans l’innovation agricole (UniBRAIN) a été approuvée pour un financement venant de Danida. Aux nombres des principaux points saillants du projet sur le Renforcement des capacités de recherche et de développement agricoles en Afrique (SCARDA) on peut citer entre autres l’évaluation à mi-parcours (EMP) demandée par les bailleurs de fonds et l’atelier sur les stratégies et l’apprentissage de l’ensemble du programme (SAP) qui répondait aux recommandations contenues dans le Rapport d’EMP. Un plan d’action révisé du SCARDA est sorti de la SAP avec des stratégies clés pour la mise en œuvre des diverses activités transsectorielles. Un nouveau système de gestion a également été institué pour améliorer la planification trimestrielle, les procédures de budgétisation et de gestion. Cela a entraîné un changement dans le régime de financement qui passe du financement d’arriéré à la capitalisation provisionnelle. Ce premier décaissement de fonds dans le cadre du régime de capitalisation provisionnelle est intervenu le 20 décembre.

Points saillants des activités Output 1: Des actions sensibles au genre visant au renforcement des capacités institutionnelles et humaines en matière d’innovation agricole en Afrique ont été pilotées et documentées • Une note conceptuelle a été élaborée pour les consultations censées finaliser la Stratégie de renforcement des capacités du FARA. En raison des retards accusés dans l’obtention de l’avis de non-objection, le développement de la stratégie de renforcement des capacités a également été reporté à 2010. • Le NSF 4 a poursuivi sa mission de plaidoyer en faveur d’un investissement accru et harmonisé, d’une réforme institutionnelle et de l’évolution des institutions de renforcement des capacités. • En collaboration avec ses partenaires du SCARDA, le NSF 4 a donné suite aux recommandations de l’EMP et développé un plan d’action révisé pour la mise en œuvre du SCARDA. Cela a fourni un nouveau cadre logique, un plan de gestion des performances et une stratégie de gestion des changements ainsi qu’un plan d’action pour la communication, le genre et le suivi. Un nouveau système de gestion a également été développé. • Des plans stratégiques de développement des capacités de gestion de la recherche agricole (GRA) ont été élaborés au sein de toutes les OSR. Les approches du CORAF/WECARD et de la SADC/FANR étaient similaires, ce qui implique le développement de plans d’action devant être renforcés par des cours techniques détaillés et complétés par l’encadrement et l’approfondissement des analyses institutionnelles. Ils n’ont pas pu être mis en


14

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

œuvre en raison du manque de fonds. L’approche de l’ASARECA impliquait une approche organisationnelle du système visant à améliorer la GRA dans les institutions focales tel qu’assurée par un unique prestataire de services. Réalisation N° 2 : Méthodes et outils améliorés d’enseignement et d’apprentissage sensibles au genre y compris des TIC développés et diffusés • Le NSF 4 a élaboré et soumis au FIDA une proposition en collaboration avec l’Institut international de recherche sur l’élevage (ILRI) en vue du développement d’un module sur le lien de la recherche avec l’action. D’autres sources de financement ont également été recherchées. • En collaboration avec le Réseau africain d’éducation en agriculture, en agroforesterie et les ressources naturelles (RAEAARN), le FARA a élaboré des études politiques de la technologie africaine (ATPS) et le Consortium africain de l’industrie agricole (PanACC). Le projet UniBRAIN a été assuré grâce au financement de DANIDA. La phase préparatoire a été achevée avec succès et la mise en œuvre est prévue pour janvier 2010. • Dans le cadre du projet du SCARDA, les études de l’industrie agricole sur les insuffisances en matière de compétence des agronomes diplômés ont été achevées au Burundi, au Malawi, au Mozambique et au Rwanda. Réalisation N° 3 : Appui au développement des capacités en vue d’une meilleure qualité de la science en RAD • Dans le cadre du projet du SCARDA, tous les 77 étudiants en Maîtrise ès Sciences venus des institutions focales de l’ASARECA et du CORAF/WECARD et essentiellement de la SADC/FANR ont été placés dans des universités – 73 dans les sous-régions et 4 au Royaume-Uni. Tous les étudiants de l’ASARECA et du CORAF/WECARD ont terminé leur première année de cours et commencé leurs projets de recherche. L’inscription des étudiants de la SADC a été quelquepeu retardée, mais tous ont été admis à partir de décembre à l’exception d’un étudiant qui sera inscrit à l’Université du Ghana en 2010. • Le CTA est en train de collaborer avec le SCARDA dans l’administration de cours de rédaction scientifique et d’élaboration de proposition au sein de la SADC. Réalisation N° 4: Les compétences en matière de facilitation de la mise sur pied de partenariats sensibles au genre et du soutien d’alliances stratégiques ont été insérées dans les programmes de cours. • Le FARA a poursuivi son plaidoyer en vue d’inciter les universités à s’adapter au programme de cours du PDDAA. Les analyses institutionnelles des institutions focales du SCARDA ont révélé le manque de capacité à soutenir et à travailler avec les partenariats. Des informations supplémentaires relatives à ces insuffisances et à bien d’autres ont été recueillies par les études conduites par le SCARDA sur l’industrie agricole. • Les études demandées par l’industrie agricole ont été achevées au sein de l’ASARECA et dans certains pays de la SADC. Une méthodologie et des TdR des études sur l’industrie agricoles ont été développés au sein de la SADC et le CORAF et ont été approuvées par les prestataires de services.


NSF 4 : Renforcement des capacités

• Les résultats de l’étude sur l’industrie agricole ont été partagés avec 53 vice recteurs et doyens des facultés d’agronomie d’Afrique. • Le FARA a abrité entre les universités et le NEPAD un dialogue initial qui a contribué à l’engagement des universités et institutions supérieures au processus du PDDAA.

Conclusion Les principaux défis rencontrés pendant la période visée par le rapport en matière de mise en œuvre des plans du SCARDA sont dus aux retards permanents dans le financement, aux difficultés de rapports et d’approvisionnement des prestataires de services. Le SCARDA a souffert pendant presque un an de conduite minimum des activités en raison des contraintes rencontrées après son inauguration. Le projet a relevé ces défis par la révision des systèmes de gestion et la mise en place de mécanismes de planification et d’évaluation pour répondre aux conditions de préfinancement des bailleurs de fonds. Le décaissement des fonds par le Département britannique du développement international (DFID) en décembre 2009 a suscité un regain d’intérêt au SCARDA par les institutions focales de mise en œuvre. D’importants efforts ont été initiés par les OSR en vue d’assurer une réalisation maximum en fixant la date de clôture du projet au 30 juin 2010. Le FARA et ses partenaires de mise en œuvre ont exprimé leur espoir de voir le DFID approuver une prorogation gratuite en vue d’assurer l’achèvement du projet. Plusieurs leçons ont été apprises au cours de la période ayant fait l’objet du rapport. L’une est que dans les initiatives continentales complexes impliquant plusieurs organisations partenaires à divers niveaux, il faudrait au début procéder à un examen afin de définir les rôles et responsabilités dévolus aux partenaires et au système dans son ensemble en vue de la planification technique et financière, des prises de décision et des rapports. L’autre est que la conception des ateliers de formation devrait garantir l’implication pleine et entière des institutions hôtes et des institutions participant à la planification et à l’exécution de l’atelier. Mais une autre encore est qu’il faudrait déployer davantage d’efforts pour garantir un bon équilibre entre les sexes.

Plusieurs leçons ont été apprises au cours de la période ayant fait l’objet du rapport. L’une est que dans les initiatives continentales complexes impliquant plusieurs organisations partenaires à divers niveaux, il faudrait au début procéder à un examen afin de définir les rôles et responsabilités dévolus aux partenaires et au système dans son ensemble en vue de la planification technique et financière, des prises de décision et des rapports.

15


16

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

NSF 5 : Partenariats et alliances stratégiques

Le NSF 5 a facilité la formation de partenariats qui ont regroupé divers experts et des capacités indispensables à l’atteinte des objectifs du FARA. Ses activités au cours de l’année 2009 comprennent les principales fonctions à échéance déterminée qui sont contenues dans le Programme Challenge pour l’Afrique subsaharienne (PC ASS). La Phase 2 de la Plateforme pour un Partenariat Afrique-Europe pour la Recherche Agricole pour le Développement (PAEPARD) a été approuvée pour être mise en œuvre en 2010.

Points saillants des réalisations Réalisation 1 : Les bonnes pratiques en matière d’amélioration de l’efficacité des institutions de la RAD (y compris les organisations féminines) à travers les partenariats et alliances stratégiques ont été regroupées et diffusées • Les activités de recherche entreprises sur les 36 plateformes d’innovation mises en place sur les trois sites pilotes de formation du PC ASS se sont poursuivies avec un certain nombre d’exemples de réussite partagés avec les partenaires tels que les centres du GCRAI et d’autres partenaires clés. • Le FARA a continué à mettre en projet le concept de recherche agricole internationale pour le développement (IAR4D) à travers le Livre Blanc du FARA sur l’IAR4D et par la formulation de stratégies pour la formation et l’engagement des partenaires aux plateformes d’innovation. • Une stratégie a été développée pour des alliances et partenariat stratégiques pour l’IAR4D. Réalisation 2 : Amélioration de l’égalité d’accès des hommes et des femmes aux informations relatives aux processus et gestion des partenariats et alliances stratégiques • Quatre éditions de la revue ‘Inside SSA-CP’ ont été produites et distribuées aux parties prenantes. • Un système de portail Web a été développé et représente un centre de données pour les activités de recherche du PC ASS. • Un Bulletin électronique intitulé Travaux de partenariat encourage l’échange d’informations. Réalisation 3 : Des approches de partenariats sensibles au genre en vue de l’engagement des décideurs en faveur des questions relatives à la politique des petits exploitants agricoles et à la chaîne des produits alimentaires ont été identifiées et diffusées


NSF 5 : Partenariats et alliances stratégiques

• Trois articles de journal sur les approches sensibles au genre visant à susciter l’engagement des décideurs en faveur des questions relatives aux petits exploitants agricoles dans le PC ASS étaient en cours de révision. • Les stratégies utilisées pour engager les décideurs sur les plateformes d’innovation à travers le PLS ont été documentées. • Un réseau d’échange de pratiques sur l’engagement des décideurs en faveur des plateformes d’innovation a été initié. Réalisation 4 :Des directives visant au renforcement des capacités en innovation agricole à travers des partenariats et alliances stratégiques ont été élaborées et diffusées • Le FARA a continué à élaborer, à améliorer et à diffuser des directives pour le renforcement des capacités à travers des partenariats et alliances stratégiques qui ont été testés sur le terrain à travers des activités de formation. • Le FARA a participé à huit initiatives internationales au cours desquelles les directives de renforcement des capacités d’innovation à travers des partenariats et alliances stratégiques ont été partagées avec les partenaires. Réalisation 5 : Efficacité accrue dans le fonctionnement des plateformes d’innovation et appui aux alliances stratégiques • Le FARA a continué à assurer un appui financier et technique aux acteurs clés par l’organisation de trois importants ateliers : la Fédération panafricaine des organisations d’agriculteurs (PAFFO), les organisations du secteur privé pour l’agriculture en Afrique de l’Ouest et du Centre (INTERFACE) et le Forum des industries agricoles (en collaboration avec l’EMRC). • La proposition du PAEPARD II a été approuvée et un partenariat sud-sud a été initié avec l’EMBRAPA en vue de faciliter l’échange de connaissances, de compétences et d’expérience en innovations agricoles entre l’Afrique et le Brésil.

Conclusion Presque toutes les activités prévues dans le cadre des programmes à échéance déterminée ont été conduites à leur fin. L’approbation tardive du MDTF a retardé la mise en œuvre de plusieurs importantes activités dont certaines ont été repoussées à 2010. Dans le PC ASS, la lente mise en œuvre des activités par certains des groupes de travail est due à la mobilité du personnel et au manque de stabilité institutionnelle ainsi qu’à la méconnaissance de l’IAR4D. Certains groupes de travail et certains partenaires ont requis plus de temps que prévu pour se conformer aux procédures et protocole de recherche conjointement élaborés pour justifier le concept de l’IAR4D.

Ses activités au cours de l’année 2009 comprennent les principales fonctions à échéance déterminée qui sont contenues dans le Programme Challenge pour l’Afrique subsaharienne (PC ASS). La Phase 2 de la Plateforme pour un Partenariat Afrique-Europe pour la Recherche Agricole pour le Développement (PAEPARD) a été approuvée pour être mise en œuvre en 2010.

17


18

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

Suivi & évaluation

La fonction de S&E au FARA vise à suivre et à rapporter les progrès dans la mise en œuvre des initiatives et degrés d’atteinte des objectifs définis dans le cadre et le plan de suivi de la performance. Les réalisations attendues dans l’AWP 2009 étaient la conception et la mise en œuvre du système de S&E du FARA. Le spécialiste du S&E arrivé au FARA en avril 2008 est parti en avril 2009. Son successeur a pris fonction en octobre 2009.

Points saillants des réalisations Réalisation 1: Conception et installation du système de S&E du FARA • Les plans de S&E du Secrétariat comprenaient de développement d’un modèle pour le NSF 1 et l’élaboration de plans pour le NSF 4. Les indicateurs du NSF 4 contenus dans le MTOP se sont révélés inappropriés. Aux nombre du soutien apporté au SCARDA on peut citer une révision du document du plan de gestion de la plateforme élaboré par l’Institut des ressources naturelles (IRN) et la conception des tableaux d’indicateur de performance pour les institutions focales. Le spécialiste du S&E a pris part à une séance de discussion sur le cadre logique du projet du SCARDA durant l’EMT à la mi-février et s’était activement impliqué dans la planification de l’atelier d’évaluation et d’apprentissage. • L’appui à au NSF 2 s’est concentré sur les projets de DONATA et de RAILS financés par la BAD. Le FARA a aidé les négociations avec le NRI en février en vue de finaliser les dispositions contractuelles pour la prestation de services de S&E au projet par le NRI. Durant ces négociations, l’unité de S&E a non seulement dirigé l’examen et la discussion de la proposition technique en vue d’instruire l’élaboration du contrat avec le NRI, mais a également assuré le suivi de la révision de la proposition technique et des préparatifs de l’atelier de conception du S&E. • Le développement du cadre de S&E du FARA a été finalisé et présenté à la quatrième réunion du Conseil en mars. • Entre octobre et décembre, le spécialiste de S&E a révisé le cadre de S&E du FARA, actualisé un document de travail sur la stratégie pour validation. Le document a été présenté à la cinquième réunion du Conseil en octobre. Se basant sur les discussions tenues au cours de cette réunion, l’unité de S&E a organisé à l’intention de tous les NSF un atelier au cours duquel les directives sur les bonnes pratiques et la stratégie de S&E proposée au FARA ont été présentées et discutées. Un atelier de consultation des acteurs sur la stratégie de S&E prévue pour novembre a été reporté à février 2010 en raison des retards dans le respect des procédures du MDTF. • En novembre, le responsable S&E a pris part à la 5e réunion de la Plateforme de partenariat au cours de laquelle il a été confié à l’unité de S&E la mission de diriger le développement


Suivi & évaluation

du Cadre de responsabilité mutuelle (CRM) du PDDAA. Grâce au travail accompli avec un consultant du DFID et un représentant du NEPAD, un cadre conceptuel de MAF a été développé aux niveaux national, continental et mondial.

Conclusion Le développement et la mise en œuvre de la stratégie et du plan de S&E du FARA devraient mener à la réalisation de progrès considérables durant l’exercice 2010. Les importants amendements apportés au cadre original de S&E ont été soumis à l’approbation du Conseil.

La fonction de S&E au FARA vise à suivre et à rapporter les progrès dans la mise en œuvre des initiatives et degrés d’atteinte des objectifs définis dans le cadre et le plan de suivi de la performance. Les réalisations attendues dans l’AWP 2009 étaient la conception et la mise en œuvre du système de S&E du FARA.

19


20

Contribuer à bâtir une Afrique rÊsiliente: Le FARA en 2009

Aperçu de la situation financière − 2009 Les activitĂŠs du FARA au cours l’exercice ont ĂŠtĂŠ financĂŠes par deux sources principales de financement. Les activitĂŠs de base du SecrĂŠtariat (qui comprennent les Fonctions d’appui en rĂŠseaux, les Fonctions essentielles permanentes et la gestion des programmes) sont financĂŠes Ă  travers le Fonds fiduciaire multi-donateurs (MDTF) tandis que les activitĂŠs Ă  ĂŠchĂŠance dĂŠterminĂŠe (AED) sont financĂŠes Ă  travers des accords bilatĂŠraux conclus avec diffĂŠrents partenaires au dĂŠveloppement. L’accord MDTF a ĂŠtĂŠ conclu le 4 septembre 2009 entre la Banque mondiale et le FARA. Deux accords ont ĂŠtĂŠ signĂŠs : un pour le FARA et l’autre pour l’AFAAS. Tous deux sont entrĂŠs en vigueur Ă  partir de cette date avec une pĂŠriode rĂŠtroactive d’un an Ă  compter de la date de signature de l’accord par le FARA. Les accords ont ĂŠtĂŠ respectivement signĂŠs pour 17 244 320 $ US (du 4 septembre 2001 au 31 dĂŠcembre 2013) et 1 529 310 $ US (4 septembre 2009 au 30 juin 2011) pour le FARA et l’AFAAS. Les recettes totales pour l’exercice ĂŠtaient de 16 443 034 $ US dont des recettes de subvention d’un montant de 16 302 592 $ US (28% pour le SecrĂŠtariat et 72% pour les activitĂŠs Ă  ĂŠchĂŠances dĂŠterminĂŠe) et d’autres recettes diverses s’Êlevant Ă  140 442 $ US. Les dĂŠpenses totales nettes encourues au cours de l’exercice s’Êlevaient Ă  15 907 444 '$1,'$ $ US dont 3 069 718 $ US ĂŠtaient destinĂŠs au SecrĂŠtariat 86'$ &,5$' 6\QJHQWD *)$5 (moins la couverture des frais gĂŠnĂŠraux d’un montant de 615 ,WDO\ ,'5& 0'7) 204 $ US) et 12 837 727 $ US pour les activitĂŠs Ă  ĂŠchĂŠance &,'$ 0'7) $I'% dĂŠterminĂŠe. '),' &,'$ 

(&

(& $I'% ,WDO\ 6\QJHQWD 86'$

'),'

'$1,'$ &,5$' *)$5 ,'5&

RÊsumÊ des rÊsultats financiers pour l’exercice clos le 31 dÊcembre 2009 (Chiffres en $ US)   SecrÊtariat Produits d’exploitation   Subvention des bailleurs de fonds 4 571 809 Autres recettes 140 442 Montant total des produits d’exploitation 4 712 251 Solde de fonds reportÊ de 2008  -1 540 121 Fonds totaux disponibles pour 2009 3 172 130 DÊpenses DÊpenses totales 3 684 922 Recouvrement des coÝts indirects -615 204 DÊpenses nettes 3 069 718 Solde net 102 412

AED

Total

  11 730 783 0

  16 302 592 140 442

11 730 783 7 496 863  19 227 646

16 443 034 5 956 742  22 399 776

12 837 727 0 12 837 727 6 389 919

16 522 648 -615 204 15 907 444 6 492 332

Les financements au cours de l’exercice provenaient du MDTF, du Royaume-Uni (DFID) qui a fourni son appui au SecrÊtariat, au SCARDA et au SADC MAPP, de l’Union europÊenne (à travers le FIDA) et de l’Italie qui a fourni son appui au PC ASS. La Banque Africaine de DÊveloppement (BAD) a fourni son soutien aux projets RAILS et DONATA à travers une subvention dÊnommÊe  Promotion de la Science et de la Technologie pour le DÊveloppement Agricole en Afrique . Les autres bailleurs de fons qui ont soutenu les activitÊs du FARA au cours de l’exercice sont Syngenta Foundation (projet SABIMA), DANIDA (UniBRAIN), GFAR (Consultations de la GCARD), CIRAD (bioÊnorgie), USDA (Norman Borlaug Fellowship) et le CRDI à travers l’Institute of Development Studies (Africa Adapt). La CE a Êgalement apportÊ son appui à Biocercle, Specific Support Action et la Phase II du PAEPARD qui commence à partir de janvier 2010. Le FARA est reconnaissant à tous ses partenaires au dÊveloppement mentionnÊs dans ce rapport pour leur contribution.


21

Le Conseil exécutif du FARA 2009

Le Conseil d’administration du FARA : De gauche à droite, Assis : Lucy Muchoki, Tiémoko Yo, Denis Kyetere, Monty Jones , Debout : Désiré Porquet, Ephraim Mukisira, Paco Sérémé, Abebe Haile Gabriel, Amor Chermiti, Abdoulaye Papa Seck, (Ne sont pas sur la photo : Adnan Gabriel, Seyfu Ketema, Sylvie Mbog, Margaret Nyirenda et Alan Tollervey).

Denis Kyetere

Profession Phyto généticien

Tiemoko Yo

Zootechnicien

Amor Chermiti Adnan Gibriel

Spécialiste de la nutrition animale Ingénieur agronome

Seyfu Ketema Sylvie Mbog

Phyto généticien Directeur de Programme

Fonction Président, et Président du comité Audit et Finances Vice-président et Président du Comité du Programme Membre du Comité du Programme

Lucy Muchoki Spécialiste Marketing Margaret Nyirenda Économiste Désiré Porquet Banquier

Membre du Comité Audit et Finances Membre du Comité du Programme Membre du Comité Audit et Finances Membre du Comité du Programme Membre du Comité du Programme Membre

Papa Seck

Membre du Comité du Programme

Paco Sérémé Abebe Haile Gabriel Alan Tollervey Monty Jones

Économiste agricole, spécialisé en politique agricole Phytopathologiste Économiste agricole Conseiller pêche et faune aquatique Phyto généticien

Membre du Comité du Programme Membre du Comité Audit et Finances Membre du Comité Audit et Finances Membre du Comité du Programme, et du Comité Audit et Finances

Représentant CORAF/ WECARD

Nationalité Ouganda

Durée 2007–10

Côte d’Ivoire

2007–10

Afrique du Nord

Tunisie

2007–10

Afrique du Nord

Libye

2006–09

ASARECA ONG

Éthiopie Cameroun

Secteur privé SADC-FANR Organisation des producteurs agricoles Partenaires scientifiques

Kenya Malawi Côte d’Ivoire

2007–10 2008–11 (2e trimestre) 2006–09 2007–10 2007–10 (2e trimestre) 2007–10

CORAF/WECARD Union Africaine

Burkina Faso Éthiopie

Groupe des bailleurs de fonds Secrétariat FARA

Sénégal

2007–10 2008–10 (1er trimestre) Royaume-Uni 2007–10 (2e trimestre) Sierra Leone 2002–12


22

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

Personnel du FARA 2009 Bureau du Directeur Exécutif

Diane Ziekah

Secrétaire bilingue

Monty P Jones

Directeur Exécutif (DE)

Joyce Amoo Norman

Aide-comptable

Aggrey Agumya

Conseiller technique du DE

Sidi Sanyang

Cadre supérieur /Responsable du projet de la BAD (jusqu’en mai)

Francisca Forson

Agent par intérim du service des conférences et de la logistique

Gifty Battuta

Assistante Protocole

Brenda Semevo

Chargée des affaires juridiques

Essi Gotah

Assistante personnelle du DE

Lilian Eyison

Assistante par intérim, Conférence et logistique

Christiana Ayine

Assistante Personelle du DE - Protocole

Tanko Dombo

Chauffeur

Osman Baba

Auditeur interne

Robert Botchway

Chauffeur

Josiane Gaveh

Agent de l’approvisionnement

Prosper Agbley

Coursier

Christabel Essel

Traductrice adjointe principale

Ernestina Asebri

Agent principal de nettoyage

Assistante d’Approvisionnement

Musa Zakaria

Gardien

Agartha Kokoi

Agent principal de nettoyage

Cynthia Nangsob

Agent de nettoyage

Cynthia Doggu

Agent de nettoyage

Noah Bakuuro

Agent de nettoyage

Eunice Clarke

Agent de nettoyage

Juliana Walter

Coursier

Muna Osei Bonsu

Emmanuel Kwesi Appiah Chauffeur

Bureau du Directeur exécutif adjoint Ramadjita Tabo

Directeur Exécutif adjoint

Bocar Diagana

Spécialiste du Suivi & évaluation (jusqu’en avril)

Leonard Oruko

Spécialiste du Suivi & évaluation (à partir d’octobre)

Daina Amene Anyomi

Secrétaire bilingue principale

Ressources Humaines, Finances et Administration

NSF 1 : Plaidoyer et mobilisation de ressources Samira Hotobah-During

Directeur

Catherine Yondo Toco

Secrétaire bilingue principale

Emily Nwankwo

Directeur

NSF 2 : Accès à la connaissance et à la technologie

Ama Asenso

Directeur, Ressources humaines et Administration

Myra Wopereis-Pura

Directeur

Johnson Ukpong

Contrôleur financier

Dady Demby

Chargé de programme RAILS

Mark Etsibah

Comptable principal – Opérations

Francois Stepman sensibilisation

Spécialiste en Communications et

Patience Sackey

Protocole

Ifidon Samuel Ohiomoba Responsable PSTAD (depuis juin)

Mary F Gbolie

Agent du service des conférences et de la logistique

Jacqueline Nnam

Agent chargé du partage des connaissances

Vesta Nunoo

Comptable principal – Projets

Mary Gbolie

Comptable par intérim – Financement et analyse financière

Yaa Owusu-Bennoah

Chargé de l’information et de la communication

Wisdom Gadagoe

Agent administratif

Hylante Tabiou Malkaye Assistant principal TIC Joelene Anom

Secrétaire bilingue


Personnel du FARA 2009

Emmanuel Tambi

Directeur

Alain Ange

Odularu Gbadebo

Analyste des politiques et marchés

Christabel Essel

Secrétaire bilingue principale

Walter Alhassan

Consultant ABBPP et coordinateur SABIMA

Mariam Sanni

Secrétaire bilingue

Hawawu Adamu

Assistante de projet – SABIMA

Ama Kesewa Ofori

Secrétaire bilingue principale

NSF 3 : Politique régionale et marchés

NSF 4 : Renforcement des capacités Irene Annor Frempong

Directeur

Kennedy Ojijo

Chargé du Programme Renforcement des capacités

Ralph Kaufmann

Consultant

Merline Mensah

Secrétaire bilingue

NSF 5: Partenariat et alliances stratégiques

Conseiller technique français (à partir denovembre)

Projet JIRCAS Tetsuji Oya

Représentant JIRCAS

Aimee Nyadanu

Secrétaire bilingue

John Ninyen

Chauffeur

Personnel de la maison d’hôte Christopher Kobila

Agent de nettoyage (jusqu’en juin)

Emmanuel Agbovey

Homme à tout faire (jusqu’en juin)

Elizabeth Awuvoe

Cuisinière (jusqu’en juin)

Halidou Yoda

Cuisinier (jusqu’en juin)

Robert Adjevi

Cuisinier (jusqu’en juin)

Adewale Adekunle

Directeur

Fatunbi Oluwole

Chargé de programme PC ASS

Eugenie Njanda

Traductrice/Interprète (jusqu’en janvier)

Gloria Essilfie

Personne ressource PC ASS (jusqu’en mai)

Evado Mensah

Assistante personnelle du DE (jusqu’en septembre)

Solomon Bangali

Personne ressource PC ASS

Jean-Claude Legoupil

Conseiller technique français (jusqu’en février)

Catherine T Yondo

Secrétaire bilingue principale (jusqu’en avril)

23


24

Contribuer à bâtir une Afrique résiliente: Le FARA en 2009

Acronymes et abréviations AARINENA

Association des institutions de recherche agricole du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ABBPP Cadre politique de biotechnologie et de biodiversité d’Afrique Agence canadienne de développement international ACDI Forum africain des services consultatifs agricoles AFAAS Alliance pour une révolution verte en Afrique AGRA Africa Harvest Biotechnology Foundation International AHBFI Assistant Personnel AP Conseil de recherche agricole du Nigeria ARCN Gestion de la recherche agricole ARM Association pour le renforcement de la recherche agricole ASARECA en Afrique de l’Est et du Centre Licence ès Sciences BSc Banque africaine de développement BAD Commission Européenne CE Communauté Économique Européenne CEE Plan de gestion des changements CMP CORAF/WECARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles / West and Central African Council for Agricultural Research and Development Département du Développement International (RoyaumeDFID Uni) Propagation des nouvelles technologies agricoles en DONATA Afrique Docteur Dr Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest CEDEAO Directeur Exécutif (FARA) DE Forum européen sur la recherche et le développement EFARD agricoles Initiative européenne pour la recherche et le EIARD développement agricoles Cadre de productivité agricole africaine FAAP Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et FAO l’agriculture FARA Forum pour la recherche agricole en Afrique Fonds international de développement agricole FIDA Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole GCRAI Internationale Forum mondial pour la recherche agricole GFAR L’Honorable Hon. IAR4D Recherche agricole intégrée pour le développement Centre international pour la fertilité des sols et le IFDC développement agricole IITA Institut international d’agriculture tropicale Groupe intergouvernemental sur les changements IPCC climatiques

ISICAD

Systèmes d’information pour la coopération internationale en matière de recherche agricole et de développement rural KKM Kano–Katsina–Maradi million m MA Maîtrise de Lettres (diplôme supérieur) Programme international de productivité agricole MAPP Fonds fiduciaire multi donateurs MDTF Plan opérationnel à moyen terme MTOP Organisation sous-régionale d’Afrique du Nord NASRO Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique NEPAD Fonction d’appui en réseau NSF organisation non gouvernementale ONG Organisation des Nations Unies ONU Organisation sous-régionale de recherche agricole OSR Organisation de coopération et de développement OCDE économique Platforme de partenariat africain-européen pour la recherche PAEPARD et le développement Programme Challenge pour l’Afrique Subsaharienne PC ASS Programme détaillé de développement de l’agriculture en PDDAA Afrique Doctorat PhD Produit intérieur brut PIB Programme de Productivité agricole en Afrique de l’Ouest PPAAO Recherche et développement R&D Système régional d’information et d’apprentissage agricole RAILS Ressources Humaines RH Royaume-Uni RU Renforcement des capacités pour une gestion saine de la SABIMA biodiversité en Afrique subsaharienne Communauté de Développement de l’Afrique Australe SADC SADC-FANR Communauté de Développement de l’Afrique AustraleDirection de l’Agriculture et des Ressources Naturelles SAFGRAD Bureau de recherche et de développement des céréales vivrières en zone semi-aride (UA) Programme pour le Renforcement des Capacités pour la SCARDA Recherche et le Développement Agricoles en AfriqueSE Son Excellence S&E Suivi et évaluation Institut sierra léonais de recherche agricole SLARI SNRA Système(s) national (aux) de recherche agricole Technologies de l’information et de la communication TIC Dollars américain $US Union Africaine UA États-Unis d’Amérique USA ZARI Institut zambien de recherche agricole



FARA Annual Report 2009