Issuu on Google+

Fanny esslinger architecture portfolio


CV

FORMATION

fanny esslinger

2016

Diplôme d’architecte INSA Strasbourg (ENSAIS)

2012-2016

Master d’architecture INSA Strasbourg (ENSAIS)

2011-2012

Classe préparatoire scientifique INSA Strasbourg (ENSAIS) Baccalauréat S option Sciences de l’Ingénieur, mention très bien - Lycée Freppel, Obernai

Diplômée d’état en architecture

Adresse

17 rue de Lucerne 67000 STRASBOURG, FRANCE

2011

Téléphone

06 48 05 57 17

Adresse Email

fanny.esslinger@gmail.com

DIVERS

Nationalité

Française

Date de naissance 11-08-1993 Permis B

2016 2015 2011

Mémoire de PFE L’entre-deux Mémoire de recherches Prison : l’architecture de la discipline Prix de la vocation scientifique et technique des filles - Région Alsace


EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

COMPETENCES

2015

Stage en agence de 7 semaines Agence François Leclercq, Paris XX

Langues

2014

Stage en agence de 9 semaines GRUBA Arquitectos, Buenos Aires, Argentine

Français (l. maternelle) Anglais Allemand Espagnol

2013

Stage de 6 semaines sur chantier (gros-oeuvre) BTP LA FONTAINE, Alsace, France

Logiciels utilisés

2011

Employée de bureau à l’étude SCP SINGER & GRALL, Wasselonne, France

2008

Stage de découverte en agence d’architecture MUHLBERGER et associés, Altorf, France

Revit Photoshop AutoCAD InDesign ArchiCAD Illustrator Sketchup Rhinoceros 3D Artlantis studio Word-Excel-Powerpoint

INTERETS

Hobbies

Piano, guitare, musique, cinéma, photographie

Voyages

Europe, cote Ouest des Etats-Unis, Maroc, Turquie, Argentine, Chine

Sport

Ski, snowboard, longboard, fitness


S O M M A I R E

ECOTOURISME AU BENIN 14 ECOLE+GYMNASE 26 BELVEDERE 36 les charrettes 44 TRAVAUX PERSONNELS 50


06 CENTRE DE REINSERTION 22 LOGEMENTS COLLECTIFS 28 URBANISME 40 PASSERELLE 48 WORKSHOPS


PROJET DE FIN D’ETUDES

L’ENTRE-DEUX Etablissement pénitentiaire de réinsertion et de formation pour détenus en fin de peine, Elsau, Strasbourg Surpeuplées et dégradées, la plupart des prisons françaises ne permettent pas aux détenus d’effectuer leur peine dans la dignité et limitent les projets de réinsertion, faute de personnel et de moyens. Le recul sur les dernières années a par ailleurs permis de démontrer que les nouvelles prisons reproduisent les mêmes erreurs que leurs ancêtres vétustes, maquillées sous des coups de peintures et grillages nouvelle génération. C’est tout le système qu’il faudrait réformer. En attendant, plutôt que de déplacer le problème, on peut essayer de redonner une cohérence à la vie des détenus en proposant des établissements de réinsertion. L’architecte est l’un des acteurs principaux et détient le pouvoir d’apaiser la détention et de faciliter le retour à la liberté. C’est pourquoi j’ai choisi de travailler sur ce thème dans le cadre de mon PFE.


VIE EN SOCIETE

AUTOROUTE

ILL

MAISON D’ARRET

PARC PUBLIC

RESTAURANTS

RUE COMMERCANTE

LOGEMENTS DE ARRET DE FONCTION TRAMWAY

CANTINE PERSONNEL MAISON D’ARRET PARKING RELAI

Cinéma Restaurant Espace public Centre de formation Vie en communauté Mécanismes ordinaires Multiplication des activités

LE SITE COMME TRANSITION

RESPONSABILISATION Tenue d’un logement Libre-circulation Travail Autonomie Indépendance

MAINTIEN DES LIENS FAMILIAUX

ANIMER LE NO MAN’S LAND

Levée des appréhensions Proximité des transports Unité de vie familiale Parloirs Visibilité

IN RE

SE RT IO N

RECOUDRE LE CONTEXTE DE PART ET D’AUTRE


UN PROGRAMME TRANSITIONNEL

?

Je m’appuie sur le cas de la maison d’arrêt de Strasbourg, caractéristique du mal-être du parc pénitentiaire français. De plus, elle contribue à donner une mauvaise image du quartier dans lequel elle est implantée Je propose de créer un nouvel établissement accessible aux détenus en fin de peine, provenant de la prison de Strasbourg, dont le but est de faciliter la réinsertion grâce à la reconstitution des bases de la vie en société.

? LE PROJET A L’INTERFACE

MODIFIER LE RAPPORT A LA PRISON

Emploi du temps en maison d’arrêt

Le projet s’implante le long du mur d’entrée de la prison et réinterroge cette limite tout en qualifiant un espace jusqu’alors exempt de fonction à l’échelle de la ville : le parking de la prison. Le projet cherchera à faire le lien entre prison et ville, symbole du passage de l’un à l’autre, tant dans le sens de l’entrée que de la sortie. L’établissement est conçu pour permettre aux détenus de réamorcer le cours de leur vie, de reprendre des responsabilités et une vie d’adulte autonome tout en privilégiant les liens familiaux et les contacts avec le monde libre.

7H

12H

JOUR A

JOUR B

CELLULE

CELLULE

PARLOIR

SPORT

REPAS EN CELLULE

REPAS EN CELLULE

CELLULE

UN PROGRAMME DE QUARTIER

CELLULE

ACTIVITE CULTE

PROMENADE PROMENADE 20H

UN SYSTEME OUVERT AUX LIMITES CLAIRES

REPAS EN CELLULE

REPAS EN CELLULE

CELLULE

CELLULE


Emploi du temps dans le projet 7H

JOUR A

JOUR B

LOGEMENT

LOGEMENT

FORMATION / ATELIER

EMPLOI INTERNE

REPAS EN REFECTOIRE

REPAS EN REFECTOIRE

12H

ACTIVITE AU CHOIX ACTIVITE AU CHOIX PROMENADE PARLOIR

CULTE

LOGEMENT PROMENADE 20H REPAS EN UNITE

RESTAURANT

LOGEMENT LOGEMENT


PASSAGE RESIDENTS PASSAGES VISITEURS PROJET PASSAGE RESIDENTS HORAIRES DEFINIS PASSAGE DETENUS AUTORISES PASSAGE VISITEURS M-A PASSAGE VEHICULE

ILL ES FA M

ACCES PARKING FORMATION

PU BL IC

LIMITES

ACCES MAISON D’ARRÊT

FLUX VISITEURS FOURGON DETENU ENTRANT MAISON D’ARRÊT SORTANT PROJET SORTANT M-A

DETEN

US AU TORIS ES S ATE LIERS ZONES DE CONTROLE TRAJET DES DETENUS DE LA M-A TRAJET DES RESIDENTS VERS L’EXTERIEUR BRECHES PROGRAMMATIQUES M-A PROJET BRECHES PROGRAMMATIQUES PROJET EXTERIEUR

ACCE

RESIDENTS DETENUS AUTORISES ACCES SPORT

FLUX RESIDENTS LIVRAISONS PERS. MAISON D’ARRÊT PERS. PROJET

FLUX TECHNIQUES ZONE D’ARRÊT OBLIGATOIRE PUBLIC ZONE DE SÉCURITÉ

ACCES MAISON D’ARRÊT

FLUX TECHNIQUES

L’emploi du temps des détenus sera rythmé par toutes sortes d’activités mais aussi par un travail au sein de l’établissement ou le commencement d’une formation professionnelle. Cette dernière regroupe des ateliers qui seront accessibles aux détenus et au public, pour que chaque détenu puisse continuer son apprentissage une fois libre. A l’inverse des prisons hermétiques, le projet propose plusieurs types de contacts avec l’extérieur et cherche à avoir une identité publique : l’ouverture architecturale des bâtiments vers le contexte, une série d’espaces publics ou le restaurant tenu par des détenus en sont des exemples. Une double frontière délimite les espaces publics, ceux partagés entre détenus et public et l’espace de la maison d’arrêt, tout en permettant à celle-ci de profiter d’un cadre végétal et d’une façade urbaine. Par son implantation, le projet joue le rôle de promesse d’un avenir pour les détenus de la prison, tandis que celle-ci rappelle que tout abus de cette semi-liberté entraîne un retour arrière.


UNITE DE VIE - 6 PERSONNES

UNITE DE VIE - 4 PERSONNES

UNITE DE VIE - 2 PERSONNES


CULTURES SOLIDAIRES Centre de formation + Ecolodge participatif au lac Ahémé - Bénin Ce projet a été fait en collaboration avec la Maison du Bénin et l’ONG Tourisme Sans Frontière, dont l’action vise à promouvoir un tourisme durable qui profiterait autant aux locaux qu’aux touristes. La commande consistait en la proposition de projets sur les sites du lac Ahémé et du lac Nokoué au Bénin. Est né un processus de création étalé sur 6 mois : esquisses individuelles, choix de projets plausibles et approfondissements techniques par groupes jusqu’à la construction d’un prototype à l’échelle 1 sur place. Mon esquisse regroupe l’écolodge et un centre de formation pour proposer aux touristes de participer occasionnellement à la vie agricole au bord du Lac Ahémé et de contribuer au développement de l’économie locale d’une noble manière.


HABITAT TRADITIONNEL : DIVERSITE DES STATUTS DES ESPACES

ESPACES OUVERTS LUMIERE CONVIVIALITE ESPACES CLOS INTIMITE SECURITE

MATERIAUX ET USAGES

PRINCIPES DE VENTILATION

RECUPERATION DES EAUX PLUVIALES


Du regroupement des activités en résulte un ensemble compact qui s’inspire de l’architecture traditionnelle et s’articule autour de deux cours. La première symbolise le cœur de l’écolodge tandis que la seconde constitue un espace de détente où l’on peut retrouver les travailleurs lors de leurs pauses. On a ainsi des espaces de détente de statut différent : les patios pour profiter d’un microclimat en communauté ou les terrasses individuelles des chambres tournées vers la nature pour profiter d’un moment d’intimité. Le RDC en Briques de Terre Compactées, clos et frais, accueille les chambres et dortoirs tandis que l’étage en bambous ajourés baigne les espaces communs de lumière, les ventile, et offre une vue dégagée sur toute l’exploitation.


RECYCLES DE VIE Allier le permanent et le remplaçable dans la construction Travail en groupe avec Caroline BRANLARD, Colin GRAVOT, Solène MICHAUX et Coline PELLE Suite à une sélection de quelques projets, nous avons repris en groupe l’esquisse de Laetitia MAS. L’idée était de l’approfondir et de respecter les concepts fondateurs tout en les questionnant pour trouver des solutions techniques adaptées. Le projet prend place en bordure du lac Ahémé, et s’organise autour d’un écolodge et d’un centre de formation à l’agriculture. La répartition éclatée des différents bâtiments fait appel à la disposition du village, tandis qu’une grande toiture partagée entre les locaux communs (restaurant, accueil, etc.) offre une véritable centralité à l’écolodge, tout en créant de nombreux espaces extérieurs protégés.


Les toitures, éléments caractéristiques du projet, ont été travaillées en détail afin de recueillir les eaux de pluie mais aussi de favoriser la ventilation naturelle des locaux. Articulé autour de cheminements piétons en tomettes de terre cuite, longés par des rigoles de récupération des eaux de pluie, le projet met en avant la vie en extérieur, protégée du soleil et profitant de la brise du lac et d’une vue sur le splendide paysage. Les matériaux de ce projet diffèrent radicalement du point de vue de leur durée de vie, mais ont un point commun : ils sont présents localement en abondance. Ainsi, les pneus de récupération remplis de terre compactée forment les parois épaisses et structurelles et s’allient aux végétaux (chaume, bambou, bois, fibres végétales tressées) qui forment les toitures et les parois légères, dans une volonté de marier recyclable et remplaçable.


Nous avons développé en détail un module de deux chambres de l’écolodge, mais le système constructif employé s’applique à l’ensemble du projet. Récupérés en quantité, les pneus remplis de terre sont employés en tant que fondations et parois structurelles. Suite à la réalisation d’un prototype, il s’avère que l’ensemble est d’une solidité impressionnante. Les planchers et les parois mobiles sont réalisées en bois, tandis que la charpente légère en bambou est couverte de chaume. Ainsi, le choix de l’ensemble de ces matériaux est pertinent du point de vue de leur abondance sur le site, mais aussi pour leur coût : la construction est presque gratuite !


LOGEMENTS + CENTRE CULTUREL La vie en communauté Ce projet de logements s’inscrit au carrefour entre St Louis, Bâle et le Rhin et intègre un équipement public. En partenariat avec un étudiant en Génie Climatique et Energétique, ce projet devait intégrer une dimension écologique. J’ai choisi de développer mon projet à l’entrée de St Louis, à côté du bureau de douane parceque c’est un point stratégique dans le projet urbain prévu pour les prochaines années. Le site se situe au carrefour de la rue principale de St Louis, d’une piste cyclable longeant la frontière allant du Rhin jusqu’au parc de la gravière et d’une grande aire sportive accueillant des infrastructures et des écoles. Un futur arrêt de tram se trouvera également à cet endroit.

Le concept était et articulés par d raccrochent au c de jeu et des terr parmi les bâtime


t de penser un système d’habitations reliées par une circulation extérieure des espaces partagés, synonymes de vie en communauté. Les bâtiments se contexte d’une part par un travail de seuils côté rue, de l’autre par des espaces rasses côté parc. A la tête du système, une MJC dont les locaux se dispersent ents, rend la zone très active.


Salle de sport Buanderie

Caves

Salle de réception

Bureaux

Caves Bibliothèque Atelier

Caves

RGMT Buanderie

Salle d'attente

Salle de projection

Orientation RGMT

Danse

S. info

Salle de relaxation Vestiaire 1

Vestiaire 2

Administration

Musique 2

Réunion

Musique 1


Une réflexion autour des formes et volumes m’ont dirigée vers des bâtiments plissés et aux hauteurs variées, de sorte à capter un maximum de lumière quelle que soit la saison. Par ailleurs, ces formes créent une intériorité et des espaces de rencontre. La rue principale est actuellement bordée d’un talus où sont logées quelques maisons. Le projet vise à assurer la continuité de ce tissu urbain. De plus, il était important de cadrer la rue en installant une première ligne de bâtiments à l’échelle de la rue. Une seconde ligne crée une rue intérieure au niveau R-1, protégée du traffic routier.


Ecole + gymnase Bienvenue au village

Les espaces prennent do en bois, reliées par une c dans le parc tels des élém une manière d’apprendre s’approprier une ville mini réelle échelle de ville, de m

A l’inverse des boîtes en ci se fragmente, s’abaiss environnement naturel. Ce univers où les enfants se s école donne le sentiment d la séparation d’avec les pa

Le gymnase dialogue avec çade rideau permettant au sportives, reflets de l’agita Ce sont deux espaces dé nourrissent les uns des autr Ce projet s’inscrit sur une parcelle en friche de Strasbourg. Pour redonner vie à cet espace et valoriser les berges attenantes, je propose l’implantation d’un groupe scolaire et d’un complexe sportif au sein d’un parc. La topographie du site m’a dirigée vers des espaces semi-enterrés, permettant de garantir la sécurité des enfants sans créer une enceinte matérialisée par des murs.

Il me tenait à cœur d’imaginer une première expérience de la ville pour les enfants. Ainsi, l’école s’organise comme un village avec des rues principales et secondaires, des places correspondant aux cours de récréation, des bâtiments forts représentant les instances publiques et sociales ainsi que les maisons correspondant aux classes.


onc la simple forme de boîte coursive couverte et dépassant ments de mobilier urbain. C’est e aux enfants à se repérer et iature avant d’appréhender la manière ludique.

n saillie dans le parc, celuise et fait profiter l’école d’un ela correspond pour moi à un sentent à l’aise et où la maison d’être chez soi et dédramatise arents.

c la cour principale par une faux enfants de suivre les activités ation de la cour de récréation. éfouloir qui se regardent et se res.


URBANISME

FRONTIERES OUVERTES Rétablir le dialogue franco-suisse autour de la frontière Travail en groupe avec Colin GRAVOT, Raphaël FERREIRA et Camille DUVAL Le début de la quatrième année d’architecture est centrée sur un projet d’urbanisme en partenariat avec l’IBA Basel. Ce projet se concentre à St Louis, la commune française jouxtant Bâle, pivot entre la France et la Suisse. Il se déroulait en plusieurs phases, partant d’une analyse urbaine jusqu’à l’aboutissement d’un projet à l’échelle de l’architecture. Une analyse complète des deux villes a été faite par groupes d’étudiants, amenant à l’élaboration d’une stratégie urbaine pour le développement de la ville de St Louis. Mes collègues et moi avions à cœur de mettre en valeur un projet de parc autour d’une gravière au Sud de St Louis, véritable respiration pour les bâlois n’ayant plus d’espaces verts disponibles. Ainsi, nous avons travaillé sur une réunion entre la France et la Suisse autour de la frontière.


REPENSER LA FRONTIERE : favoriser le dialogue A l’Est, un travail de continuité du tissu Suisse a été imaginé, au sein même de jardins ouvriers très chers aux Bâlois. Une zone de bureaux francosuisses vient quant à elle proposer une alternative au géant campus Novartis au Nord. A l’Ouest, nous avons réfléchi à un travail de transition du tissu pavillonnaire français pour amener des immeubles jusqu’au parc en créant un front bâti et une véritable limite de ville. Pour mettre en valeur le futur parc, nous proposons un tissu rythmé par des trames végétales et minérales, de sorte à ce que le parc s’invite en ville. Les deux zones se rejoignent en une place centrale située sur la frontière, siège d’un futur arrêt de tram reliant les deux villes.

PARC DE LA GRAVIERE : le vert s’invite en ville NOUVEAU QUARTIER A ST LOUIS : faire d’un lieu de passage une destination


Un quartier traversant : corridors végétaux et minéraux

Gradation des gabarits vers le parc


URBAN PERMEABILITY Revitalisation urbaine à Târgu Mures, Roumanie Travail en groupe avec Clément SCHAAL, Laurence MOREL, Colin GRAVOT et FrançoisJoseph de SOLAGES

La ville de Târgu Mures, au centre de la Roumanie, souhaite un renouvellement urbain durable pour le quartier de Tudor Vladimirescu. Un workshop sur place a été organisé pour nous permettre de nous imprégner des lieux : nous avons été particulièrement sensibles à l’organisation en ilôts très marqués du quartier et à l’omniprésence de la voiture. Succession d’espaces non qualifiés mais connectés entre eux, nous avons souhaité hiérarchiser les vides, distinguer les différents types de mobilités et créer un fil conducteur végétal qui prend appui sur la rivière.


Notre réflexion s’organise en 3 grands thèmes : - La mobilité : avec la création d’une ligne de bus en site propre, de pistes cyclables et la hiérarchisation des flux, ces derniers sont plus sécures et leurs croisements sont simplifiés. Des parkings à étages sont créés et disposés en des points stratégiques pour désengorger les ilôts remplis de voitures et rendre ces vides à l’espace public piéton. - Les espaces publics : nous avons défini 3 échelles d’espaces publics (ville – quartier – îlot) de sorte à bien différencier les fonctions de chacun. Ensuite, nous avons ajouté des équipements qui structurent et cadrent ces espaces. Enfin, les cœurs d’îlots ont été réorganisés pour favoriser la vie en communauté. - La maille végétale : nous souhaitons appuyer la perméabilité du quartier face au végétal en utilisant la rivière comme entrée massive du végétal dans la ville et qui constituera un axe de promenade fort au cœur du quartier. Pour contrebalancer cet axe, de petits parcs plus intimes seront aménagés et le cœur des îlots est propice à la biodiversification grâce à un végétal varié et structurant mais aussi des jardins partagés.


P

P

P

P

P P

P

P

P

P


PROJECT

PROJECT

PROJECT

Representative block

Representative block

Representative block

Ne i g h b o u r ho o d ro ad s B lo ck s way s S he l te re d pa r k i n g Pe r i phe ra l pa r k i n g ke pt . Pe de s t r i a n p e r me a bi l i t y

New or renovated locales Shared courtyard

Structuring vegetation Wildlife corridor Play & meeting area Shared vegetable garden

E xisting block


BELVEDERE Nébuleuse orthonormée Travail en groupe avec Estelle ROUSSEL et Louis LAULANNE

L’INSA intègre des projets de structure. Nous avons imaginé un belvédère prenant sa place dans une petite forêt à St Louis. Notre volonté était de proposer une structure dans les bois, qu’on voit de loin comme un signal au-dessus des arbres, appelant la curiosité des passants. La structure s’inspire du Serpentine Pavilion de Fujimoto. Un module carré est répété pour créer une maille qui tantôt se resserre, tantôt se disperse. La forme du belvédère change lorsque l’on se déplace et la répétition des modules donne l’impression d’un maillage infini. Notre idée n’est pas de créer un arbre parmi les arbres mais plus subtilement, il s’intègre morphologiquement parmi la végétation par un langage et des usages communs (tronc, branches, feuillages) tout en créant un contraste de couleur et de matériau. Deux parcours ascensionnels sont proposés : le 1er, la lente ascension par l’escalier autour du tronc propose une découverte et un autre regard sur les arbres. On les aborde strate par strate jusqu’à les dépasser et laisser partir le regard au loin. Le 2ème propose une ascension plus rapide mais surprenante : en empruntant l’ascenseur, on découvre le paysage au sommet.

Intention architecturale

Principe

Café - concerts

Espace d'exposition

Ateliers créatifs

Jeux, auditorium


e structurel

Principe ascensionnel

Espace d'exposition

Réutilisations possibles

Bar

Bibliothèque, espaces de travail

Activités de relaxation

Restaurant

Ateliers pédagogiques

Salle de projection

Le belvédère se décompose en deux structures complémentaires. La première, un noyau contreventé autour de l’ascenseur portera les charges permanentes. Il s’agit ici d’une structure simple composée de 4 profilés métalliques contreventés par des croix de St André en câbles. Cette structure est brouillée par la structure secondaire qui supportera les charges d’exploitation. Le programme est réparti en 4 boîtes, reprenant encore l’idée du module carré. Nous avons imaginé des espaces interchangeables, de telle sorte à ce que le belvédère puisse s’adapter à toute demande, voire même à être démonté puis remonté ailleurs sous une autre forme.


accessible ascenseur

9800

5600

Toiture pour

1400

2000

Carré creux 160*160 acier 355, e : 6;5;4mm

5600

2000

1900

9500

1700

Structure autonome de l'ascenseur centr.

4000

2000

11400

3700

Equilibre asymétrique parfait des planchers

6300

2000

2000

5700

16000

2700

Plancher bois trad. Solives 120x240mm

Console acier 1,3m IPE 80 : 40*80mm

5000

4200

2230

2000

4470

3200

16000

1700

Poutre de rive bois : 150x300mm

8700

2000

IPE 300 encastrée acier : 160*300mm

5000

11400

2000

1700

Trémie d'escalier. Ep. dalle 400mm

IPE 300 encastrée inertie variable acier : 160x300mm 2300

2000

8700

4300


Bande rĂŠsiliente IPE 300


PLACE DE LA TOILE Quand la passerelle devient une place publique Travail en groupe avec Clément SCHAAL, Louis LAULANNE et Maximin TROUSSIER

A St-Louis, née du constat d’une ville scindée par l’autoroute qui rompt les flux piétons et crée une discontinuité du végétal, notre passerelle vise à tisser entre deux bouts de ville et créer un renouveau architectural entre des immeubles modernes défraîchis. L’idée de ce projet est de recoudre cette plaie par une multitude de liens, un ensemble de passerelles qui permettront la fluidité et le croisement des trajectoires tout en séparant les types de mobilités. Les points de rencontre constituent de petites placettes qui font de la passerelle un réseau de petits espaces publiques pour qu’elle ne soit pas qu’un lieu de passage mais aussi une destination.


Le projet développe une esthétique des flux : grâce à la courbure générale de la passerelle, on prend le temps d’observer les gens se croiser, et on porte un autre regard sur l’autoroute en apercevant les voitures passer en contrebas. En découle donc une structure lacunaire et bombée qui permet des jeux de lumière, de pleins et de vides qu’on ressent en passant sur l’autoroute, où la passerelle joue le rôle de porche d’entrée pour la ville de St Louis et Bâle.


WORKSHOP : Les CHARRETTES Chaque année à l’INSA, tous les élèves participent aux “charrettes”. Pour leur PFE, les futurs diplômés sont aidés de toutes les promotions d’architecture. Chaque équipe est composée de 5 étudiants, un de chaque année. C’est un temps fort dans notre apprentissage : notre travail change chaque année. On commence en tant que responsable maquette jusqu’à faire partie de l’équipe de conception pour enfin passer notre diplôme à notre tour. C’est un premier aperçu de la vie en agence, nous apprenons ainsi le travail en groupe, à avoir des responsabilités et à s’organiser, tout en créant des liens entre élèves de différentes années. Ce fut l’occasion de travailler sur des projets très différents suivant des méthodes propres à chaque diplomable.

MAQUETTES

2012 Piscine à quai, un tremplin pour St Strasbourg - Adèle Ribstein Maquettiste

2013 Les lieux de la folie, lieu de ré psychiatrique à Nice - Pierrick Albert Responsable maquette014


tarlette Ă 

ĂŠinsertion


EQUIPE DE PROJET < 2014 Aujourd’hui, tomates farcies ! Pour un urbanisme sur mesure au stade du Ray à Nice - Matthieu Darcourt Eléments de rendu, esquisse sous-sol, recherches matériaux > 2015 New York ville Narcisse Victor Michel Esquisse théâtre et musée, dessin des plans, axonométries


Avide de faire quelque chose de mes mains, j’ai participé à deux worshop visant à créer du mobilier en bois. Le premier était destiné à aménager un recoin de l’école en bibliothèque participative et en espace de détente. Le deuxième provenait d’une commande d’un marché de Strasbourg et consistait en de petits modules pour accueillir la buvette du marché.

WORKSHOP : mobilier en bois

Notre but était de récupérer un maximum de chutes de bois et de créer du mobilier multifonction. J’ai donc participé à la fabrication d’un bar comportant du rangement et d’un meuble comportant une assise de détente, des rangements pour les planches ou maquettes et un petit bureau.


EXPERIMENTATION: CONSTRUCTION D’UN MUR EN PNEUS Lors du projet Bénin, nous avons souhaité tester le principe constructif que nous proposions. Monter un mur en pneu : un jeu d’enfant ! Une première ligne de fondations est remplie de gravats et de pierres voire même de déchets type canettes. Celle-ci est normalement enterrée. Puis nous insérons du féraillage et plaçons les pneus suivants en quinconce. Une base de carton retient la terre que nous compactons dans les pneus. Pour réaliser les extrémités du pneus, nous avons scié le dernier pneu de sorte à ce qu’il englobe son voisin. Après un peu de pratique, c’est très simple à réaliser pour n’importe qui et le mur est définitivement solide, il ne bouge pas d’un poil !


travaux personnels : photos Chaque voyage me donne l’opportunité de capturer des souvenirs. J’aime passer du temps sur un sujet, accompagnée de mon vieil appareil photo argentique.


Fanny esslinger

m o c . l i 17 gma

57 @ r 5 e 0 g lin 06 48 s s e . fanny


Fanny Esslinger | Architecture Portfolio