Issuu on Google+

Très-Cloîtres,

la plaque-tournante des savoir-faire Chloé de Lavaissière + Fanny Cacaud Projet de fin d’études - ENSAG - Juin 2012 Directeur d’études : Hania Prokop Studio «Architecture, entre usages et paysages urbains»


Sommaire. Introduction

........................ p 1

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres

........................ p 3

Des orientations statégiques à différentes échelles Une zone peu attractive pour le chaland du centre ville

............................. p 4

Parcours et habitudes des habitants

............................. p 5

Une confrontation entre automobiles et piétons Ambiances des espaces nord Conclusion

Stratégie urbaine

............................. p 3

............................. p 6 ............................. p 12 ............................. p 27

........................ p 29

Positionnement

............................. p 29

Requalification de l’espace public Localisation générale

............................. p 31

La rue Très-Cloîtres La rue des Minimes Les passages couverts La place Edmond Arnaud La rue du Vieux Temple La rue Ste Ursule

Programme Un trait d’union entre l’artisanat de loisirs et de nécessité: des ateliers publics à Très-Cloîtres. Référence programmatique : Dynamo à Zurich.

Projet architectural

Implantation de l’édifice Le cadastre

............................................. p 32 ............................................. p 33 ............................................. p 34 ............................................. p 36 ............................................. p 38 ............................................. p 40 ............................................. p 42

........................ p 45 ............................. p 45 ............................. p 46

........................ p 49 ............................. p 49 ............................................. p 50


Les voieries Idées directrices de composition urbaine

............................................. p 51 ............................................. p 52

Principes architecturaux La volumétrie

............................. p 56

La répartition programmatique Les circulations La matérialité

Edifice Plan masse

Vues perspectives Elévations Plans Coupes Vue aérienne Espaces publics

............................................. p 56 ............................................. p 57 ............................................. p 58 ............................................. p 59

............................. p 60 ............................................. p 60 ............................................. p 61 ............................................. p 62 ............................................. p 64 ............................................. p 69 ............................................. p 72 ............................................. p 74

Conclusion

........................ p 77

Remerciements

........................ p 78

Bibliographie

........................ p 79


212


Introduction.

L’analyse thématique des espaces vides que nous avons réalisée dans la cadre du mémoire commun, nous a révélé une scission entre les usagers au Sud et au Nord de la rue Très-Cloîtres. Nous avons pu constater que celle-ci était liée à divers paramètres. En premier lieu, nous avons remarqué des expériences spatiales contrastées mais également une offre d’activités et de services différente. En effet, le Sud présente une grande variété de commerces (cafés, librairies, antiquaires..) attractifs pour un plus grand nombre, habitants du quartier mais également usagers du centre ville, alors que le Nord offre essentiellement des services (MJC, Maison des Habitants, ODTI...) dédiés à un public plus restreint. Cette distinction, associée à des spatialités spécifiques, permet de comprendre la ségrégation d’usages et d’usagers observée lors de notre analyse. Le manque de rayonnement et d’attractivité du Nord est également lié au fait que le passant, ne connaissant pas le secteur, ne s’aventure pas dans ce réseau de flux complexe. De plus, les espaces publics de cette zone sont fortement investis par les habitants du quartier (de tous âges, mais surtout de sexe masculin), ce qui donne l’impression d’un territoire approprié au point de se retrouver fermé aux habitants extérieurs. Les personnes étrangères au quartier ne s’y engagent alors, la plupart du temps en automobiles, que pour traverser le quartier. L’ensemble de ces constats nous ont donc amenées à analyser plus précisément le quartier nord de Très-Cloîtres afin de mieux comprendre les raisons de son enclavement et de proposer une stratégie urbaine appropriée, se fondant sur l’existant et ses potentiels insoupçonnés. Cette stratégie s’organise en deux axes fondamentaux: retisser un lien social perdu par le biais d’un équipement catalyseur de rencontres et d’échanges et requalifier les parcours. Le programme de cet équipement s’inscrit dans la réalité du contexte: un artisanat ancré dans l’identité historique du quartier, ne bénéficiant aujourd’hui qu’à une élite alors que celui-ci pourrait constituer un réel support d’entraide. C’est la raison pour laquelle nous proposons l’implantation d’ateliers publics afin de permettre aux habitants du quartier mais également extérieurs de se retrouver au sein d’un édifice partagé pour échanger compétences et savoir-faire. Cet équipement permettra de créer des passerelles entre les usagers; de plus, il dotera le quartier Très-Cloîtres d’une offre de services de qualité, lui permettant ainsi de rayonner à l’échelle de l’agglomération. Ce mémoire vous propose, tout d’abord, une déambulation dans le quartier, puis l’explication de notre stratégie urbaine qui se concrétise dans la proposition d’un nouvel équipement: Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

1


2

Analyse des espaces nord de la rue Très-CloÎtres


Analyse des espaces nord de la rue très-cloîtres. Des orientations stratégiques à différentes échelles.

G nO RE

2

E bL

1// Le quartier Nord de Très-Cloîtres appartient au secteur 2 de la ville de Grenoble. Cela signifie qu’il est administrativement relié au quartier de l’Ile verte, au quartier Saint Laurent, et aux différents quartiers du centre ville. (Mutualité, quartier de Bonne...)

2// Dans la pratique, il n’existe que peu de liens entre le quartier Très-Cloîtres et les autres quartiers. Des liaisons doivent à ce titre être affirmées afin de relier physiquement et non plus seulement sur le plan administratif ces différents pôles de vie : stratégie se jouant à l’échelle de l’agglomération.

3// La rue Très-Cloitres est liée physiquement à la place Notre-Dame, centrale dans la vie et l’animation du centre historique. Pourtant, aucune liaison d’usage ni d’ambiance ne relie Très-Cloîtres à Notre Dame, le mur d’enceinte du musée de l’Ancien Evéché signe une frontière vécue entre la place et la rue.

4// A l’est de la rue Très-Cloîtres, le secteur de la Cité Administrative est une enclave urbaine peu attractive, retranchée derrière de hauts murs.

5// Les extrémités de la rue Très-Cloîtres sont donc peu attractives et peu engageantes. De plus, le quartier Très-Cloîtres est assimilé à sa rue principale et l’on s’aventure peu dans son épaisseur nord. L’enjeu consistera à rendre cette épaisseur attractive: en rendant lisibles ses entrées et en implantant des activités qui l’animent.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

3


Une zone peu attractive pour le chaland du centre ville.

Au nord, les services sanitaires sociaux, les structures associatives, les activités culturelles que le quartier accueille n’ont pas de “vitrine” sur la rue. Elles se signalent peu dans le paysage urbain, habitant les étages de certains bâtiments, ayant leur entrée en retrait, ou ne marquant leur présence au niveau de la chaussée que de manière discrète voire ambigüe. AU NORD

SERVICES

Habitants du quartier

Rue Très-Cloîtres // Dualité spatiale & des usagers

AU SUD

ARTISANAT Usagers extérieurs

Au sud, l’activité commerciale et artisanale anime au contraire les rez-de-chaussée, attire les chalands, rythme le parcours des passants.

4

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Parcours et habitudes des habitants.

Carte du rayonnement des activités selon les usagers Concernant les Hommes : Activités attirant des usagers à dominante masculine Rayonnements Rayonnements intenses mais ponctuels Concernant les Femmes : Activités attirant des usagers à dominante féminine Espaces parcourus par les femmes Concernant les Jeunes : Activités attirant de jeunes usagers Rayonnements intenses mais ponctuels

rue

Trè s

-Cl

oit

res

Les activités présentes au Nord du quartier ne drainent pas les mêmes usagers qu’au Sud et ne génèrent pas la même animation dans l’espace public. Les activités attractives pour les hommes (mosquée, bar...) ont un rayonnement plutôt ponctuel et statique. Les activités attractives pour les femmes

(maison des habitants, crèches...) occasionnent quant à elles des flux pendulaires. Autrement dit, les femmes ne prennent pas de pause dans l’espace urbain. Elle se déplacent d’un point à un autre, alors que les hommes assurent une présence plus ou moins permanente dans l’espace public.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

5


Une confrontation entre automobiles et piétons. Mais pour qui?

Outre la pratique différente des espaces publics selon les usagers que nous venons d’évoquer, le Nord du quartier est dans son ensemble peu amène pour le piéton. L’espace qu’il pourrait investir manque de lisibilité, de commodités et d’agréments. La place que prend la voiture dans l’espace public y est pour beaucoup.

Espace public nord de nuit.

Espace public nord de jour.

Photomontage exprimant l’illisibilité des espaces nord.

6

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


// exemple : la rue des Minimes Usage théorique

Espaces piétons Parkings Voie automobile

Usage pratique

Espaces résiduels Parkings Voie appropriée par les piétons

* L’espace utilisé par la voiture occupe une place essentielle dans la rue des Minimes au détriment du piéton. Celui-ci est invité, en théorie, à circuler sur les côtés de la rue, sur des trottoirs étroits entre des potelets et le pied des immeubles. * En réalité, le piéton n’emprunte pas les zones lui étant dédiées mais s’approprie toute la voirie: confusion des usages dûe à l’illisibilité du site.

Coupe 1

Coupe 2

Coupe 3

rue

Trè s

-C

loi

s

2

3 4 5 6

1

ru

e

Coupe 4

tre

7

Coupe 5

8

Coupe 6

Tr è

s-

Cl

oi

tre

s Coupe 7

Place de l’automobile Place du piéton

Coupe 8

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

7


L a p l a c e d u p i é t o n .

Le parcours dédié au piéton est très maitrisé. Il circule entre potelets métalliques bas et des immeubles de moyenne hauteur. Le piéton subit en permanence sur la durée de ses parcours, un saut d’échelle assez important.

8

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

9


L ’ a u t o m o b i l e .

Autorisée sur le site, la voiture l’investit aussi de façon anarchique, ce qui contribue à l’illisibilité de l’espace. Elle occupe le moindre espace disponible et dispute au passant celui qu’il pourrait s’approprier.

10

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

11


Ambiances des espaces nord.

L’illisibilité dont pâtissent les espaces publics au Nord du quartier Très-Cloitres tient à de nombreux facteurs. La place que prend la circulation et le stationnement automobiles en est un. D’autres facteurs interviennent et sont à explorer dès lors qu’ils sont des leviers sur lesquels jouer d’un point de vue projectuel. Ils offrent des pistes en matière

12

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres

d’aménagements urbains et de propositions programmatiques. Mais afin d’en faire un support de travail, nous devons étudier cette zone Nord tout particulièrement, en décrivant les expériences spatiales qu’elle suscite.


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

13


L a s i g n a l é t i q u e .

La signalétique est exclusivement dédiée aux interdictions concernant les automobiles. On compte alors très peu d’indications directionnelles = trop peu d’invitations à parcourir le site (?)

14

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

15


Lalumièrenaturelle.

Le nord du quartier connait de nombreux effets lumineux tout au long de la journée, donnant du relief aux surfaces lisses des façades ou des sols...

16

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

17


Lalumièreartificielle.

Une variété de dispositifs lumineux urbains sont mis en place sur le site, mais l’effet produit ne contribue pas à l’aménité des lieux. La lumière artificielle est efficace mais très peu chaleureuse...

18

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

19


// exemple 1

Lumière blanche // éblouissante // position haute // nombre : 1

Une lumière trop intense et trop haute. La position démeusurément haute de la source lumineuse alliée à son intensité, nous donne l’impression d’être “sous un mirador”. Cela ne nous incite pas à faire une pause dans l’espace public.

// exemple 2

source

Lumière jaune // éblouissante// position basse // nombre : 1

Unelumière dérangeante. L’intensité, la teinte, et l’effet de la source lumineuse sur les façades voisines interrogent sur la qualité de vie des habitants dont les fenêtres se voient noyées par la lumière artificielle toute la nuit.

20

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres

source


Lumière blanche // source diffusant une lumière adaptée // position semie-haute// nombre : 3

// exemple 3 Unelumièreadaptée. Contrairement à l’exemple précédent, l’éclairage cicontre profite de plusieurs sources lumineuses, chacune peu intense, ce qui permet de préserver les fenêtres voisines d’une lumière artificielle dérangeante.

// exemple 4

source

source source

Comparaison de deux passages couverts dôtés du même éclairage artificiel

Unelumièredétériorée. La détérioration d’une des sources de lumière influe sur l’ambiance du lieu. On remarque ici que multiplier les sources de lumière, c’est aussi prévenir : pannes, vandalisme ou autre détérioration de l’ambiance lumineuse.

Passage couvert au 7 rue Très-Cloitres, ayant une des sources de lumière momentanément hors d’usage

Passage couvert au 9 rue Très-Cloitres, ayant la totalité des sources de lumière qui fonctionnent

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

21


L a v é g é t a t i o n .

La végétation est très présente sur le site. Totalement artificialisée et très maitrisée, elle ne joue qu’un rôle d’agrément assez pauvre. Elle ne parvient pas à adoucir l’identité minérale du quartier et participe, en plus, à la ségrégation spatiale quant elle est utilisée comme limite physique.

22

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

23


L ’ a r t u r b a i n .

Paradoxalement, on trouve moins de tags et de graffs dans le quartier Nord que dans le centre ville. Le site regorge plus d’interventions artistiques urbaines à même les murs, utilisant des pochoirs, technique noble de l’art de rue.

24

Analyse des espaces nord de la rue Très-Cloîtres


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

25


26

Analyse des espaces nord de la rue Très-CloÎtres


Conclusion.

L’analyse des espaces nord du quartier Très-Cloîtres nous a permis de mettre en avant certains éléments pouvant expliquer le manque de lisibilité de ce quartier. Tout d’abord, nous avons constaté que la nature des activités influait sur le type d’usagers mais également sur l’occupation de l’espace public, entre rayonnement statique et flux pendulaire. L’omniprésence de l’automobile contribue, quant à elle, à l’illisibilité du site. Cependant, cette analyse plus sensible nous a surtout permis de mettre en évidence la richesse patrimoniale, la qualité de l’art urbain et le rôle prépondérant de la lumière et de la végétation dans l’ambiance du quartier. Ces constats effectués, il nous semble alors primordial de nous en inspirer pour nourrir nos propositions d’aménagement urbain.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

27


28


Stratégie urbaine. Positionnement.

Considérer ce territoire de projet comme un tout, qui jouit de nombreux parcours inédits en lien les uns avec les autres, c’est la base sur laquelle nous nous appuyons pour intervenir sur le site. En effet, notre stratégie globale se fonde sur la richesse et les potentiels insoupçonnés de l’existant. Le quartier se caractérise par sa complexité spatiale, qui pourrait tendre vers une lecture difficile des espaces, donc une impression de désordre, plutôt négative. Nous voyons cette complexité comme une richesse, qu’il faut requalifier ponctuellement, mais aussi et surtout, dont il faut s’inspirer. En effet, cette complexité doit se donner à vivre aux usagers du centre ville, elle abrite en effet un potentiel de nouvelles destinations urbaines pour le passant. Pour l’instant, seuls les habitants du quartier jouissent de ces inédits spatiaux : en terme de parcours alternatifs, en terme de stationnement sauvage, ou encore de manière illicite en profitant “des angles” pour mener certains trafics. Ces espaces atypiques, domestiqués par les habitants du quartier, peuvent être appropriables par tous à condition qu’on les travaille en réseau. Ces parcours doivent inter-connecter les lieux qu’ils relient tout en étant eux-mêmes empruntés pour les expériences urbaines qu’ils proposent. Nous souhaiterions un trajet sans fin, sans demi-tour mais aussi - pratique oblige sans détour! Ces parcours requalifiés auront pour point de convergence un édifice architectural, à la confluence des réseaux viaires, au droit d’un noyau urbain à la croisée des tissus. Cette localisation permet de ne rien détruire du contexte existant. C’est en cela que notre intervention se veut minimale. Nous nous sommes posées la question de savoir comment l’implantation d’un équipement attractif à un endroit stratégiquement choisi pourrait permettre de dynamiser les parcours et créer des liens. Pour nous, la complexité spatiale du quartier est en partie responsable de son enclavement - mais aussi et surtout de sa richesse ! - c’est pourquoi elle pourrait également être l’outil de son désenclavement.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

29


me Da treNo ce Pla

Rue

du

le

mp

x Te

u Vie

Couvent des Minimes

Ru

eT rès

-Cl

oît

res

Rue de

s Minim

es

Rue

Centre-ville

Ste

Urs

ule

Place Edmond Arnaud

Légende

* Reconnecter le quartier à la place Notre Dame et au centre ville. * Renforcer les connexions entre les quartiers & les usagers. * Redonner une identité & une vraie qualité aux rues des Minimes, Vieux Temple & Ste Ursule. * Travailler les parcours en réseau dans la profondeur du nord de la rue Très-Cloîtres. * Créer un ensemble de placettes offrant des points de vue et des temps de pause. * Valoriser le patrimoine. * Implanter un nouveau programme fédérateur à la confluence des réseaux viaires.

30

Stratégie urbaine


Requalification de l’espace public.

Comme nous venons de le dire, pour répondre à notre objectif de désenclavement du quartier Très-Cloitres, nous proposons deux actions complémentaires : - implanter un équipement attractif au coeur de la partie Nord - qualifier les rues, passages, placettes entre la rue Très-Cloîtres et l’immeuble en S. Les interventions que nous proposons sur l’espace urbain ont pour objectif de valoriser le contexte et ses inédits spatiaux en les rendant attractifs pour le plus grand nombre de passants dans ces espaces - habitants du quartier, habitants des alentours, employés de la cité administrative ou usagers du centre ville. Pour ce faire, nous avons identifié plusieurs rues qui pourraient drainer cette mixité d’usagers dans les espaces nord et sur lesquelles nous proposons d’intervenir.

La rue Très-Cloîtres

La rue des Minimes

Les passages couverts

La place Edmond Arnaud

La rue du Vieux Temple

La rue Saint Ursule

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

31


Localisation générale.

Ru

eT rès

Stratégie urbaine

d

Rue des Minimes

-Cl

32

le

p Tem

oît

res

Rue

Sain

te U

rsul

e

Rue d u l’Herm Comman dant inier

Rue

ieux uV


La rue Très-Cloîtres.

Signaler

Attirer le passant Végétaliser

Porte d’entrée

rue

Trè s

-C

loi

tre

La rue Très-Cloîtres fait office de frontière entre deux secteurs nord et sud très différents comme nous l’avons montré dans l’analyse thématique des espaces vides. Les arcades côté Nord ne sont pas investies naturellement par le piéton, les rez-de-chaussées se vident, les activités qu’ils abritent ne drainant pas

s

assez d’usagers. Nous avons donc choisi d’une part, de requalifier les arcades, d’autre part de mettre en valeur les activités du rez-de-chaussée, tout en travaillant sur la signalétique et la réintroduction d’une certaine nature urbaine.

Analyse des espaces vides

33


La rue des Minimes.

rue des Minimes

Piétonniser

Piste cyclable

Végétaliser

Traversée paysagère

La requalification de la rue des Minimes passera par plusieurs interventions. Il nous paraît utile de supprimer l’accès libre aux véhicules motorisés dans cette rue. Nous voudrions règlementer leur accès par le biais de bornes rétractables. Cette règlementation d’accès à la voiture permettra aux piétons de jouir d’un par-

34

Stratégie urbaine

cours entièrement dédié aux modes de déplacement doux. Les constats faits précédemment sur la végétation du site nous poussent à travailler un aspect paysager fort au sein de cette rue. La carte ci-contre détaille précisément les différentes interventions.


Rénovation de la place "des trois bancs" afin d'offrir un vrai espace extérieur pour la future mosquée ainsi qu'un espace public qualifié.

Mise en valeur du patrimoine historique (chapelle + cloître) grâce à des dispositifs lumineux (projection d'images sur les murs, inspiration street art).

Traversée piétonne & paysagère.

Accès à la rue Très-Cloîtres par les passages couverts.

Nous proposons, dans le cadre de la revalorisation du patrimoine, de jouer avec des projections de lumière à même les murs aveugles. Ces projections pourraient aussi servir de décor pour certaines performances artistiques.

Patrimoine

Réseau de 3 placettes permettant la requalification des arrières cours et de l'accès aux passages couverts. Elles offrent des points de vue sur les bâtiments historiques. Equipées de mobilier urbain, même revêtement au sol & principe lumineux que pour les passages couverts.

Nous proposons, dans le cadre de la requalification des placettes, d’installer des assises publiques. Mobilier urbain qui permettrait les temps de pauses dont nous avons parlé ci-dessus. Le jeu de lumière à même le sol permettrait de rendre l’espace plus accueillant qu’il ne l’est actuellement : “sous les projecteurs”...

Placettes

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

35


Les passages couverts.

erts

passages couv

Diversifier

les

Signaler

Lumière

Art urbain

usagers

Les passages couverts au rez-de-chaussée des bâtiments Nord de la rue Très-Cloitres sont jusqu’à présent réservés au piétons, mais pas n’importe lesquels. Seuls les habitants du quartier les empruntent. Les promeneurs du centre ville ne s’y aventurent pas...

36

Stratégie urbaine

Une meilleure signalétique de ces accès invitera à les parcourir davantage. Par ailleurs, les ambiances actuelles au sein de ces passages sont peu encourageantes. Travailler sur l’éclairage de ces espaces permettra de les rendre plus avenants.


Etat des lieux.

Libre d’accès, et offrant une perspective sur la rue Très-Cloîtres, ces passages n’invitent pourtant pas l’usager étranger au quartier à s’y engager. La présence de carrelage au sol rend le statut de l’espace ambigu : est-il public ou privé? Aucun élément ne signale sa présence, ce qui brouille davantage sa lecture. L’absence de lumière artificielle positionne la lumière naturelle comme principale source lumineuse qui se diffuse de manière limitée à travers le passage.

Proposition:

Une signalétique claire invite les usagers à emprunter ces espaces. Cette signalétique peut être imaginée à même le mur, afin de s’inspirer des interventions artistiques, existant dans le quartier. Concernant l’éclairage, on pourrait imaginer un dispositif comprenant plusieurs sources lumineuses afin de prévenir les dégradations ou les pannes sans que cela entraîne une absence temporaire de lumière. L’éclairage viendrait du sol ce qui permettrait de requalifier son revêtement actuel.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

37


La place Edmond Arnaud.

pla c Edm e ond

Se rencontrer

Se restaurer

Végétatliser

Arn

aud

Equipement projeté

Traversée paysagère

1

La place Edmond Arnaud est scindée en plusieurs espaces ayant des usages différents (cf analyse générale des espaces vides). Plan de repérage

38

Stratégie urbaine


La requalification du parcours entre la rue TrèsCloitres et le Nord du site, via la place Edmond Arnaud, passe par un travail sur les porosités entre les deux espaces. Une barre de logements crée actuellement un masque entre la place et le site de l’équipement projeté. Afin de créer une percée visuelle et physique entre la place Edmond Arnaud et le site de l’équipement projeté, nous envisageons de créer un passage couvert (1) à l’endroit d’un local inoccupé. Le passage permettrait de mettre en relation les deux espaces, mais aussi de réinsuffler une dynamique de traversée, là où une récente restructuration du quartier a supprimé ce principe de porosité.

élément scindant l’espace rue TrèsCloitres

espace assimilé à la rue Très-Cloitres

espace lu comme appartenant à la place Edmon Arnaud

Coupe longitudinale: scindée en deux pas de lien avec les arrières-cours.

Proposition: connexion physique et visuelle.

Photomontage de la place Edmond Arnaud requalifiée.

La requalification de la place Edmond Arnaud passe par la mise en place d’un revêtement homogène (des dalles minérales) présent sur l’ensemble des espaces piétons du site. Nous aimerions également souligner les différentes parties de la place par un travail sur des ambiances spécifiques. Nous aimerions, en outre, rénover l’espace de desserte des logements en renforçant son statut privé. Ainsi des assises et une végétation qualifiée viendraient intimiser cette partie de la place. L’espace approprié par le café est conservé tandis que l’accès à la rue Ste Ursule accueillera un alignement d’arbustes pour mettre en scène l’entrée de l’équipement projeté.

Photomontage des dessertes de logement.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

39


La rue du Vieux Temple.

Place Notre-Dame

Piétonniser

rue

du

x ieu

V

Piste cyclable

Piétonniser la rue du Vieux Temple, actuelle desserte secondaire peu empruntée par la voiture, permettra de la raccorder à l’espace piéton de la place Notre Dame. Cela engagera les usagers de cette place à pratiquer ce nouveau prolongement comme une sorte d’appel vers un réseau plus intime.

40

ple

Tem

Stratégie urbaine

Cette piétonnisation ne passe pas par la suppression radicale de la voiture. L’ accès aux véhicules motorisés sera réglementer par le biais de bornes rétractables. Cela permet aux résidents du quartier de jouir d’un passage privé, sur le modèle des rues des Beaux -Tailleurs, du Fer à Cheval.


Photomontage de la rue du Vieux Temple.

Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

41


La rue Ste Ursule.

rue

Ste

Ursu

le

Piste cyclable

La rue Sainte Ursule est en lien direct avec la rue Commandant l’Herminer. Principalement utilisée par les automobiles, elle est aussi l’accès le plus rapide au Nord du site. C’est pour ces deux raisons que nous proposons qu’elle reste accessible aux véhicules motorisés de façon règlementée, comme la rue du Vieux Temple.

42

Stratégie urbaine

Piétonniser

Porte d’entrée

Cela permettra de maintenir une desserte automobile au nord du quartier. Le long de cette desserte, les piétons et les cyclistes bénéficieront d’un accès clair et sécurisé. Cet espace sera en continuité directe de la piste cyclable longeant la rue Commandant l’Herminier et offrira à ses usagers un parcours cyclable clairement indiqué et délimité.


PROJET

Photomontage de la rue Ste Ursule.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

43


44


Programme.

Un trait d’union entre l’artisanat de loisirs et de nécessité: des ateliers publics à Très-Cloîtres. Notre stratégie urbaine consiste à valoriser la richesse patrimoniale du quartier en requalifiant les parcours et les traversées qu’il propose. Implanter un équipement catalyseur d’échanges et d’usages, à la confluence des parcours décrits ci-avant permettra aux usagers de les pratiquer plus volontiers et plus quotidiennement afin de rejoindre un lieu autour duquel pourront converger les intérêts des habitants et des personnes extérieures au quartier.

L‘artisanat a longtemps fait vivre les habitants du quartier. Aujourd’hui, de nombreuses professions libérales liées à l’économie créative - architectes, graphistes, éditeurs, ingénieurs audio visuels ...- ont investi le sud du quartier, se partageant cet espace avec des artisans d’art et des professions de “seconde-main” - bouquinistes, antiquaires, fripiers...- Au nord, les services liés à la solidarité ne génèrent à proprement parler aucun échange autre que celui, unilatéral, entre assistants et ayants droits. Echange qui n’est synonyme ni d’animation urbaine, ni de vie économique significative. Nous proposons de dôter le nord du quartier d’un nouveau programme à même de créer un trait d’union entre l’artisanat de “loisirs” et l’artisanat de “nécessité”. En effet, “l’artisanat” attire des amateurs en mal de loisirs, en mal d’occupations, en mal de divertissements... Mais, pour beaucoup de personnes précaires, “l’artisanat” apparait aussi comme une alternative lucrative et ludique au chômage ou à l’inactivité professionnelle. Certains ont ainsi besoin d’espaces pour fabriquer ou remettre en état des objets en vue de les vendre pour arrondir leur fin de mois, quand d’autres aimeraient jouir d’un espace où développer, sur le mode du loisir, du passe-temps, leur goût pour le bricolage, pour la couture ou le travail du bois, du métal, etc... Des ateliers publics peuvent ainsi devenir un espace fédérateur pour une diversité d’usagers n’ayant ni les mêmes revenus, ni les mêmes aspirations, mais qui peuvent se rencontrer autour d’un même désir de faire, de fabriquer, d’inventer. Accessibles librement, ces ateliers seraient des lieux de rencontres et d’entraides autour de deux espaces fonctionnels distincts. D’une part, nous avons pensé un lieu où des machines-outils seraient mis à la disposition des usagers. C’est, à proprement parler, l’espace “atelier”. D’autre part, nous avons pensé - en axant notre réflexion sur l’artisanat de nécessité-, à un lieu équipé d’ordinateurs et d’une connexion internet. Cet espace permettrait aux usagers de l’atelier de vendre via divers sites, leurs propres créations.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

45


Référence programmatique : Dynamo à Zurich. Notre programme s’inspire de celui du Dynamo, centre des jeunes de Zurich. Ce lieu produit à l’année des projets culturels. Musique, danse, théâtre, graphisme, photographies sont des propositions faites par Dynamo. L’endroit est soutenu par la ville, permettant ainsi de trouver des sponsors et d’obtenir différents soutiens financiers.

Atelier métal Dynamo, Phalt Gmbh architekten, 2009, nommé au Prix Acier.

La raison pour laquelle “Dynamo” nous intéresse plus particulièrement,c’est que ce centre culturel propose des Ateliers axés sur l’artisanat. Ouverts à tous, ces ateliers permettent de travailler le métal,de pratiquer la couture. Cette offre permet sourtout à une multiplicité d’usagers d’avoir accès à du matériel mutualisé, qu’ils n’auraient jamais pu se procurer individuellement. De plus, cette expérience permet de faire se rencontrer des personnes socialement éloignées, qui se voient rassemblées, le temps d’un projet commun, ou qui se croisent au quotidien dans l’atelier, chacun venant y travailler sur son projet personnel...

46

Programme


L’intérêt que nous portons à ce projet n’est pas seulement programmatique. Les ateliers du Dynamo ont su se faire une place dans l’espace urbain tout en contribuant à sa requalification.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

47


48


Projet architectural. Implantation de l’édifice.

Les ateliers publics s’implantent sur un noyau urbain. Un noyau urbain a pour particularité d’être situé à la convergence de plusieurs tissus (trois tissus dans le cas présent), de ne pas disparaître et d’avoir la possiblité de se transformer. Aujourd’hui, ce noyau “verrouille” le territoire, mais demain, il “l’articulera”. En effet, le terrain qui nous intéresse est actuellement occupé par le stationnement automobile. Il se trouve délimité par les clôtures des équipements et des logements voisins. De la même manière que Dynamo est venu se greffer au site, nous tentons nous aussi d’épouser les contraintes du contexte en déverrouillant les parcours requalifiés qui convergent tous vers ce noyau urbain.

Tissu urbain moderne

Tissu urbain traditionnel

Tissu urbain en îlots ouverts

Vue aérienne du site d’implantation, à la jonction de trois tissus de différentes époques.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

49


Limit

Le cadastre.

ch ran ef e

ch ran ef

Limit

La parcelle libre, actuellement utilisée en parking bute au Nord, sur la cour actuelle de la crèche et au Nord-Est, sur la haie séparative du parking privé de l’immeuble en S .

e

nch

ra ef

Limit

e anche

Limite fr

Carte de repérage du site

Crèche

Immeuble en S

Parking

Parking privé

ra ef

Limit e

nch

ra ef

e

nch

Limit

nch

ra ef

Limit

e

La crèche, est aujourd’hui hors d’usage. C’est pourquoi nous nous permettons de passer outre cette limite, en considérant sa cour de récréation dans l’emprise du projet. Nous n’y construirons rien, mais utiliserons cet espace afin de dessiner une place publique.

anche

e

nch

ra ef

Limit

he

c ran ef

Limit

he

Projet architectural

c ran ef

50

Limit

Le passage entre le parking privé de l’immeuble en S et les bâtiments au Sud, est très étroit, créant un goulot peu engageant vers le quartier. Or, le parking privé de l’immeuble en S se situe sur une “zone à requalifier“ d’après la carte ZPPAUP de la Métro de Grenoble. C’est pourquoi nous nous permettons de déplacer cette limite physique afin de gagner de l’espace. Cette modification entrainera la suppression de 16 places de parking, à négocier avec la copropriété en contrepartie de la place publique qui pourra y prendre place.

Limite fr

Limit

e fr a

nch

e


Les voiries. Les parcours requalifiés correspondent aux voies automobiles actuelles. En effet, malgré la piétonisation explicitée dans la partie “stratégie urbaine”, nous souhaitons conserver le tracé des voiries rue du Vieux Temple et rue Sainte Ursule afin de per-

acc

ès r

égl

em

mettre un accès réglementé aux véhicules motorisés et d’y ajouter une piste cyclable. Cette voirie permettra donc un recul naturel entre les Ateliers Publics et les bâtiments existants.

ent

ée

t pi

ste

cyc

lab

le

La rue Ste Ursule

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

51


Idées directrices de composition urbaine. La surface ainsi dégagée de proposer une place publique.

nous

permet

son contexte. En effet, d’une architecture moderne en décalage avec son contexte, cet édifice fait partie des “objets architecturaux” posés sans lien avec leur environnement. Nous avons pris le parti de conserver cet édifice, mais aussi de le reconsidérer dans l’ensemble du paysage urbain environnant.

La Maison des Habitants et les Ateliers Publics se feront face de part et d’autre de cette place. Ce dialogue reconnectera la Maison des Habitants avec

Maison des Habitants

Place publique

R

CE PLA

SU ADE FAÇ

La Maison des Habitants

52

Projet architectural


Les nouvelles limites de projet permettent aussi de dégager de l’espace face à la Poudrière: recul propice à la valorisation de cet édifice du XVII ème, classé au patrimoine. Se positionner en retrait permettra de créer un parvis et d’instaurer un dialogue entre ce

monument historique et les Ateliers Publics. Une mise en tension, un point de vue, une relation, seront alors créés. Notons que la façade du nouvel équipement se positionnera selon la même orientation que la Poudrière afin de réaliser la mise en tension escomptée.

FACADE SUR RUE

CE PLA SUR E AD AT FAC EL IER SP UB LIC S

Poudrière

La Poudrière

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

53


ble

ycla

ec pist

e

am

re D

ot ce N

pla

ce

pla

r

fa

sur

mu

e çad

pe

rcé

ev

isu

elle

ue

rue

Trè s

- C loi tre s

façade sur rue

techniq


r mu

Ces mises en tension entre les Ateliers Publics et deux éléments remarquables du contexte - la Maison des Habitants et la Poudrière -, entraînent une “double orientation” de l’édifice. Pour construire cette double orientation, nous proposons deux volumes distincts reliés par deux entités : un volume dynamique s’adossant à un mur technique. Les deux volumes distincts sont en dialogue avec le tissu urbain ancien, au sud. . Le mur technique, long et fin, résonne avec la silhouette de l’immeuble en S, au nord

techni

que

Le S

Vue sur la Bastille

Façade sur la rue Façade sur la place

Vue sur la Poudrière VOLUME DYNAMIQUE

Maison des Habitants

Place publique

Ateliers Publics

Poudrière

Cette coupe montre la mise en tension de l’édifice avec son contexte bâti remarquable, tout en guidant la vue sur le paysage lointain au Nord : la Bastille.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

55


Principes architecturaux. La volumétrie. Schéma volumétrique

Deux volumes autonomes mais imbriqués, aux dimensions différentes Volume dynamique Volume fin et long

La volumétrie du projet propose une synthèse du contexte architectural par l’utilisation de deux typologies. Du côté du S, un long volume, fin et long, vient asseoir le bâtiment tout en respectant le mouvement du S. Du côté de la rue Ste Ursule, nous retrouvons deux volumes autonomes qui viennent s’aligner sur la voierie tout en offrant des jeux de décalages pour permettre des vues entre les volumes.

56

Projet architectural


La répartition programmatique. Ateliers légers

Schéma volumétrique de la répartition programmatique

Ateliers lourds Mur technique Volume dynamique: circulations + mezzanines

Comme nous l’avons dit précédemment, deux volumes d’ateliers s’organisent autour d’un volume dynamique central. Celui-ci abrite l’accueil ainsi qu’un espace dédié à l’exposition et la vente des artefacts réalisés au sein des Ateliers Publics. Les ateliers dits “légers” (poterie + bijoux/couture) sont orientés sur la place pubique, bénéficiant ainsi de la lumière du nord, homogène et diffuse, et de la vue sur le grand paysage. Les ateliers dits “lourds” (bois + métal) donnent sur le parvis de la Poudrière. Ils bénéficient d’une plus grande hauteur sous plafond pour permettre l’utilisation de matériaux plus encombrants. Ils sont situés en prise directe avec la rue du Commandant l’Herminier pour des raisons de logistique et de déchargement.

mur te chniq

ue

Place publique

tions +

circula

nines

mezza

volume ique dynam o-vente xp

terra

sse lo

isirs

cafété ria atelie r bij. c out. atelie r pote rie

il-e accue

Rue du Commandant l’Herminier

étal

er m

ateli

ois

er b

ateli

il

ava

e tr

ed rass

ter

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

57


Les circulations. Schéma volumétrique des circulations

Circulations

- un escalier principal situé dans le volume dynamique central permet de desservir tous les niveaux d’ateliers et les passerelles également situées dans ce volume. - des passerelles connectent les ateliers aux locaux techniques et se dilatent pour donner les mezzanines des ateliers. - deux ascenseurs situés dans le mur technique desservent les ateliers mais également les terrasses. - deux escaliers de secours, également localisés dans le mur technique permettent de connecter directement les niveaux d’ateliers (notamment les mezzanines).

58

Projet architectural


La matérialité. Schéma volumétrique de la matérialité

Bois Verre Béton clair

La matérialité est pensée afin de renforcer les intentions volumétriques et la répartition programmatique mais s’appuie également sur la richesse du site.

L’utilisation du bois pour les deux volumes d’ateliers permet de renforcer leur autonomie tout en reconvoquant un langage propre à l’artisanat. Le choix du bois est également justifié par sa forte présence sur le site et sa connotation méditerranéenne.

Les espaces d’accueil et de circulation sont traités en verre afin d’offrir une homogénéité au volume de distribution. Le verre permet d’offrir une transparence créant ainsi des percées visuelles fortes entre l’équipement et le contexte (ex: percée de la place Edmond Arnaud jusqu’au S)

Le volume du mur technique est en béton. Situé en limite parcellaire, il dialogue de manière privilégiée avec le S et le tissu moderne par sa forme et son matériau.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

59


Edifice.

Plan masse.

ple

x

Vieu

Tem

Place Edouard Roux

Pist

ec yc

lab

le

Rue

du

Ru

e

Rue des Minimes

Trè

s-C lo ît

Parvis de la Poudrière

re

s ste

urs

ule

on

d

Piste cy

clable

aud

Rue du

Pla c Arn e Edm

Cmt l’H

ermin

ier

Rue

N

0

5

10

15 20

Le plan masse ci-dessus exprime comment l’implantation des Ateliers Publics permet de créer un dialogue entre le projet et les éléments remarquables du contexte (la Maison des Habitants et la Poudrière). Nous avons décidé de traiter cette mise en tension par le biais d’un volume dynamique central, recousant ces deux orientations. De plus, cette implantation permet de créer deux espaces publics de qualité, faisant face au éléments bâtis énoncés précedemment, instaurant ainsi une continuité dans l’intervention.

60

Projet architectural


Vues perspectives. Vue depuis le S Nous pouvons remarquer l’importance du mur technique qui profite d’une relation particulière avec l’immeuble en S qui le borde. Sa façade pourrait être l’objet d’un usage libre par les habitants du quartier mais également les usagers du centre-ville.

Vue depuis la Maison des Habitants Les autres volumes qui composent le bâtiment jouent d’une implantation visant à capter les flux, au niveau des espaces publics mais également au sein du bâtiment.

Vue depuis la place Edmond Arnaud Nous pouvons remarquer que l’entrée principale de l’édifice se situe au bout de la place Edmond Arnaud, dans le volume dynamique. Par sa transparence, celui-ci offre une percée visuelle qui permet de connecter l’avant et l’arrière du bâtiment.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

61


Elévations.

Elévation vue de la Poudrière

0

5

10

15

Elévation vue de la Maison des Habitants

0

5

10

15

62

Projet architectural


Elévation rue Ste Ursule

0

5

10

15

Les élévations montrent la matérialité ainsi que la volumétrie du projet qui entrent en résonnance avec le contexte. Ainsi, le volume dynamique, abritant circulations et mezzanines des ateliers, est transparent et homogène afin de percevoir ce volume comme un tout. Les parois en verre sont rythmées par des poteaux métalliques et redivisées par des menuiseries dont l’agencement est aléatoire. Ce découpement permet de souligner la verticalité du projet. En outre, les deux volumes d’ateliers sont recouverts d’un bardage bois, perforé à certains endroits pour apporter lumière et ventilation sans entrer en interférence avec le contexte, rue Sainte Ursule. Au niveau des deux espaces publics, des lames de bois sont disposées sur la tranche, également aléatoirement, pour offrir lumière et cadrage sur le paysage. Le mur technique recouvert d’un revêtement en béton est perçé ponctuellement, sur le modèle des ouvertures de la rue Sainte Ursule, au niveau de la cassure du mur. Ceci permet une continuité visuelle entre l’entrée du bâtiment et le S et assure une ventilation naturelle à l’ensemble de l’édifice.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

63


Plans. RDC //

0

5

10

15

Atelier poterie

Accueil/expo/vente

Atelier métal

Le RDC propose un espace d’accueil, d’exposition et de vente. Le volume de gauche abrite l’atelier poterie tandis que celui de droite accueille l’atelier métal. Le mur technique contient, quant à lui les escaliers de secours, les espaces de stockage, les sanitaires ainsi que les ascenseurs.

64

Projet architectural

Vue de l’entrée


R+1 //

0

5

10

15

Atelier bijouxcouture

Atelier bijoux/couture

Mezzanine atelier métal

Mezzanine atelier métal

Au R+1, nous remarquons que les circulations, contenues dans le volume dynamique, se dilatent pour former les mezzanines des ateliers bijoux/ couture à gauche et métal à droite. Dans le mur technique, nous retrouvons la même organisation spatiale qu’au RDC à l’exception des points informatiques qui se superposent aux stockages.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

65


R+2 //

0

5

10

15

Cafétéria

Atelier bois

Au deuxième étage, nous retrouvons la cafétéria, côté place, et l’atelier bois, côté rue commandant l’Herminier.

66

Projet architectural

Vue de l’atelier bois


R+3 //

0

5

10

15

Terrasse loisirs

Cafétéria

Mezzanine atelier bois

Au R+3, la dilatation des circulations permet d’offrir un second niveau de cafétéria et un accès à la terrasse loisirs, à gauche. Tandis qu’à droite, les circulations forment la mezzanine de l’atelier bois.

Vue de la mezzanine de l’atelier bois

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

67


R+4 //

0

5

Salle de conférence

Terrasse travail

Le dernier étage accueille une salle de conférence, située au dessus de la cafétéria ainsi que l’accès à la terrasse travail, partiellement couverte.

68

Projet architectural

10

15


Coupes.

Mezzanine Atelier bois

atelier bois

Mezzanine Atelier métal

atelier métal

Coupe transversale

0

5

10

15

0

5

10

15

Mezzzanine atelier bois Cafétéria

Coupe longitudinale

Atelier bois

Atelier bijoux/couture

Mezzanine métal

Atelier poterie

Atelier métal

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

69


Coupe transversale technique

70

Projet architectural


Concernant la thermique et les questions de développement durable, nous avons pris en considération l’écoulement des eaux, la ventilation naturelle ainsi que la protection solaire.

Schéma de structure

Schéma d’évacuation des eaux

Ainsi, le volume dynamique est perceptible comme un seul et même volume. La réalité technique en est tout autre. Les contraintes climatiques (pluie, neige...) oblige nt la surface en toiture à adopter une pente. Ne souhaitant pas que cet impératif induise une trop forte modification dans la perception du volume dynamique, nous avons procédé à un découpage des menuiseries. Chaque module de menuiserie est indépendant des autres et adopte une pente qui lui est propre. Cela permet l’écoulement des eaux pluviales de façon subtile et efficace, comme le montre le schéma ci-contre. L’eau de pluie s’écoule donc en trois descentes différentes. La toiture du volume dynamique connait une autre technicité liée aussi au climat. La structure métallique du bâtiment se compose de poteaux-poutres en «I» recouverts d’une capote métallique. Les poutres en toiture abritent un capteur thermostat solaire dans la profondeur de leur forme structurelle.

Schéma de principe de ventilation naturelle et de protection solaire

La toiture du volume dynamique connait une autre technicité liée aussi au climat.

Ce capteur permet d’évaluer la température extérieure, et donc de déclencher les deux systèmes climatiques du bâtiment : les stores (protection solaire) et l’ouverture des menuiseries zénithales (ventilation naturelle).

La structure métallique du bâtiment se compose de poteaux-poutres en I recouverts d’une capote métallique. Les poutres en toiture abritent un capteur thermostat solaire dans la profondeur de leur forme structurelle. Ce capteur permet d’évaluer la température extérieure, et donc de déclencher les deux systèmes climatiques du bâtiment : les stores (protection solaire) et l’ouverture des menuiseries zénithales (ventilation naturelle).

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

71


Vue aĂŠrienne.

72

Projet architectural


Très-CloÎtres, la plaque-tournante des savoir-faire

73


Espaces publics.

Comme nous l’avons dit précédemment, notre intervention consiste en l’implantation d’un équipement public associé à une requalification des espaces vides. Cette requalification comprend un changement de revêtement, une végétalisation ainsi que l’installation de mobilier. Concernant les revêtements, nous avons choisi d’utiliser deux revêtements différents: * un revêtement en pavés pour les zones motorisées contrôlées * un revêtement en dallage d’auberoche pour les zones exclusivement piétonnes. L’utilisation de ces deux revêtements permet d’unifier et de donner une meilleure lecture d’ensemble au quartier. L’orientation des revêtements varie car elle s’adapte à aux lignes fortes du bâti. De plus, nous avons porté un soin particulier à la végétation. Nous avons décidé d’implanter des arbousiers dans les espaces strictement publics et des arbres de Judée dans les espaces plus privés (ex:intimisation des dessertes de logement) Les arbres permettent de créer des appels visuels, de souligner les tracés et parcours et d’asseoir les places et parvis. Quant au mobilier, il est disposé de manière à orienter le regard sur le patrimoine et créer des micro-lieux de convivalité. De plus, il permet d’empêcher le stationnement sauvage.

74

Projet architectural


Vue de l’entrée de la rue des Minimes Sur cette portion de la rue des Minimes, nous remarquons l’utilisation des deux revêtements ainsi que l’alignement des arbres qui souligne le parcours de la traversée paysagère. Nous apercevons également la place des «trois bancs», intimisée par les arbres de Judée. La disposition du mobilier incite à la contemplation du patrimoine (couvent des Minimes).

Vue de la place Edouard Roux La place est divisée en un espace minéral et végétal. Nous constatons que les arbres permettent d’asseoir la place et créer une limite physique et visuelle moins forte que celle crée par la haie actuelle. Le mobilier est orienté en direction du cloître et forme parfois des espaces plus propices à la conversation.

Vue du parvis de la Poudrière L’aménagement du parvis reprend celui de la place Edouard Roux et offre une continuité avec la poudrière, grâce au revêtement et la géométrie.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

75


76


Conclusion.

L’ensemble de notre propositon qui associe un travail de requalification des espaces publics, nourrie par notre analyse des espaces vides, et l’impantation d’Ateliers publics vise à valoriser la richesse du quartier Très-Cloîtres, malheureusement insoupçonnée. Nous souhaitons ainsi offrir à Très-Cloîtres une nouvelle identité, fondée sur l’artisanat et les savoir-faire. Celle-ci lui permettrait d’être plus attractif et de rayonner à l’échelle de l’agglomération pour devenir un quartier réputé, faisant partie intégrante du centre-vile, où des usagers de divers horizons pourraient se rencontrer. Car rappelons-le, l’enjeu principal de Très-Cloîtres réside dans son désenclavement et l’atténuation de ses frontières, non seulement physiques mais surtout sociales. Ce travail nous a permis de nous confronter à des problématiques spatiales et humaines, ancrées dans notre société actuelle, où l’individualisme et la ségrégation prévalent sur l’entraide et la rencontre.

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

77


Remerciements. Nous …

… remercions tout d’abord le quartier Très-Cloîtres, ses habitants, pour avoir su nous inspirer et nous fasciner pendant une année. Nous remercions l’ensemble des enseignants du master « Architecture, entre usages et paysages urbains » : Hania Prokop, pour son investissement et sa motivation sans faille quant à notre réussite. Agnieska Karolak, pour sa particularité, son point de vue plastique, et ses encouragements. Antoine Félix-Faure, qui par sa présence nous a permis de côtoyer un architecte renommé. (merci encore pour la visite du Musée de Grenoble) Fred Guillaud, pour la liberté qu’il a laissé à notre instinct durant la phase de conception . Cécile Léonardi, pour sa capacité à s’emparer de nos propres motivations et envies, mais aussi pour sa bonne humeur communicative. Nous remercions également nos collègues de studio, et tout particulièrement «l’équipe Très-Cloîtres» pour ce travail collectif et cette aventure éprouvante!

Je …

Je …

Je remercie Patrick Thépôt et ma tante Marie-Hélène pour avoir participé à mon tournant scolaire, m’encourageant à rejoindre l’ENSAG.

Je remercie mes amis pour leur fidélité et grâce à qui j’ai pu me construire en tant qu’architecte, au travers de beaux débats.

Je remercie Vincent Michel, pour nos discussions passionnées et passionnantes concernant différentes thématiques de l’architecture.

Je remercie particulièrement mes colocataires, Laura et Alice, qui ont rendu ces cinq dernières années inoubliables.

Je remercie mon père, pour m’avoir transmis certains de ses traits de caractères, me permettant d’en être là aujourd’hui.

Je remercie ma famille qui m’a donné l’optismmisme et la persévérance nécessaires pour arriver au terme de mes études.

Je remercie Hamam et Noune, pour les Tea Times, et leur soutien à toute épreuve.

Je remercie enfin Marc, d’être si compréhensif et présent dans ma vie.

… remercie tout d’abord Cacaud, initialement une amie, ce PFE aurait cruellement manqué de glamour sans elle.

… remercie tout d’abord De Lav, qui a su rendre ce PFE si plaisant et pour toutes ces heures «angéliques» de travail.

Je remercie enfin Gring, pour me supporter, dans tous les sens du terme.

Chloé

78

Remerciements

Fanny


Bibliographie. Ouvrages.

ARDENNE Paul, Un art contextuel, Champs Arts, Flammarion, 02/09 Bidou-Zachariasen Catherine, Retours en ville. Des processus de gentrification urbaine aux politiques de revitalisation des centres, Descartes & Cie, 01/03 BIONNE Cecilia, Centres culturels, Actes Sud 10/2009 BONNEMAISON Sarah & Ronit EISENBACH, Installations by Architects, Princeton Architectural Press, 2009 BOUCHAIN Patrick, Construire autrement: Comment faire?, Actes Sud, 10/2006 Garnier Jean-Pierre, Une violence éminemment contemporaine : Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires, publié en 2010. LEFEBVRE Henri, La droit à la ville, 3ème édition, 04/2009 MASBOUNGI Ariella, Penser la ville par l’art contemporain, Editions de la Vilette, 04/2004 MORRIS William, L’art et l’artisanat, Rivages, 05/2011 PANERAI Philippe, Formes urbaines de l’îlot à la barre, Parenthèses, 11/1997 SENNET Richard, Ce que sait la main, la culture de l’artisanat, Albin Michel, 01/2010 SEIDEL Florian, Architecture Materials: wood/bois/holz, Evergreen, 08/2008

Sites internet. www.atelierspublics.fr www.cma-isere.fr www.dynamo.ch www.ecoledelapaix.org www.grenoble.fr www.herault-arnod.fr www.landezine.com www.toyo-ito.co.jp

Très-Cloîtres, la plaque-tournante des savoir-faire

79



Mémoire PFE - Fanny Cacaud