__MAIN_TEXT__

Page 1

ANGELIQUE DE NEUVILLE 4000 ANS DE BEAUTE

SPA

Fanny BRETAGNON


UNE EXCLUSIVITE ANTI AGING CENTER Belgium Rue vilain 14 n°19 1000 BRUXELLES tel.: +32 02 647 38 95

Découvrez dans deux espaces raffinés et luxueux votre rituel «Angélique de Neuville»

ANTI AGING CENTER SPA Rue Royale n° 83 1000 BRUXELLES tel.: +32 02230 06 00


L’

incroyable Reine Pharaon- Hatchepsout... La Reine Pharaon nait à Thébes vers l’an 1500 avant notre ère. De sang royal, elle va dès son plus jeune âge faire preuve d’une finesse d’esprit et d’une intelligence remarquable. Si bien que son père Thoutmôsis, lui même fils du Pharaon Amenhotep 1er, va très vite la désigner comme héritière légitime d’Egypte.

Thebes 1508 avant notre ère 3


4


Hatchepsout Reine et Pharaon Haute et basse Egypte

A

lors commence pour la jeune Princesse une éducation très stricte que vont lui procurer deux précepteurs proches du Roi. L’un, Ahmès Pen Nekbeth est un valeureux soldat, qui a su se distinguer par ses exploits guerriers dans de nombreuses batailles, tandis que l’autre Ahmnès fils d’Abana, intrépide explorateur, n’aura de cesse de lui conter toutes ses découvertes menées en des terres lointaines.

5


C

6

’est de ce précepteur qu’Hatchepsout retiendra davantage les leçons, puisque couronnée épouse Royale à la mort de son père et au décès de son époux (également son demi-frère), elle consacrera l’essentiel de son règne au commerce et à l’exploration, beaucoup plus qu’aux conquêtes guerrières. Hatchepsout règnera sur la haute et basse Egypte en qualité de Reine Pharaon régente de son fils à peine âgé de cinq ans, au décès de son Père le pharaon. Devenu Pharaon, Hatchepsout s’installe sur les rives droites du Nil à Thèbes et occupe l’un des plus beaux Palais de son Père qu’elle va entièrement rénover. Grande adoratrice d’Amon Ra, son palais jouxtera le temple qui lui est consacré. Afin d’assurer son autorité, lors des cérémonies religieuses, elle remplace la traditionnelle robe fourreau des reines par le pagne des pharaons et un postiche de barbe au menton. C’est cette image de Reine Pharaon travestie que retiendra l’histoire. Hatchepsout est une Reine-Pharaon avisée qui règnera sur la haute et basse Egypte vingt années durant. Elle sut s’entourer à merveille de loyaux conseillers et de dignitaires compétents.

Colonne d’Hathor, chapelle d’Hathor, temple d’Hatchepsout Deir El Bahari


L’histoire nous parle également d’un certain Senenmount fils de Ramose, qui tomba éperdument amoureux de la Reine. Loin d’être insensible à ses charmes, elle le nomma grand architecte, responsable des greniers et lui commanda pas moins de quatre expéditions au pays de Pount. Il y ramènera les richesses qui contribuèrent très largement à la grandeur de sa Reine. En fidèle adoratrice du Dieu Amon, Hatchepsout souhaite l’honorer par des rîtes incessants qui exigent une quantité phénoménale d’encens. Les caravanes Nubiennes rapportent les essences précieuses, mais pas toujours d’une qualité et d’une exigence royale. C’est l’une des raisons pour lesquelles Hatchepsout enverra ses joncques royales jusqu’au pays de Pount afin de s’assurer d’un approvisionnement règulier et qualitatif. D’après certaines sources historiques rigoureuses deux thèses s’affrontent pour localiser le pays de «Pount» : l’une consisterait à le situer en pointe, entre la Nubie, la Somalie et l’Ethiopie, mais les caravanes de dromadaires n’existant pas encore à cette époque, la thèse la plus probable est que le légendaire pays de Pount se trouverait dans la région de Kassala, à l’extrême Est du Soudan actuel.

Grand temple d’Hatchepsout Deir El Bahari site mortuaire

7


8

Les egyptiens aimaient porter des perruques tréssées , huilées et parfumées de myrrhe et d’encens


Les fouilles pratiquées dans cette contrée montrent que c’était un lieu de rencontres et d’échanges. Des marchandises provenant d’Afrique Noire, des denrées égyptiennes, des poteries koushites y étaient troquées, ainsi que des minéraux précieux, des métaux, de l’oliban, de la myrrhe, de la résine de térébinthe et autres aromates, des épices, de l’ébène, des peaux, des animaux vivants, notamment les babouins hamadryas, des girafes et du bétail. Hatchepsout ordonne donc pour l’une de ses principales expéditions d’armer cinq bateaux. Ces navires sont longs de 20 mètres, à bord plus de 210 hommes composés de trente rameurs, d’une troupe militaire et de l’équipage. Les voiles sont constituées d’un où plusieurs lais en toile de lin, solidement cousus entre eux, et parfois renforcés par des bandes horizontales de cuir. La voile est tenue entre deux vergues, commandées de l’arrière par deux écoutes, et hissées sur un mât double ou unique, généralement escamotable, taillé dans un tronc de conifère d’importation. Les bas reliefs du temple Deir el Bahari nous renseignent avec une multitude de détails sur ce que furent ces expéditions au pays de Pount et les trésors qui remplirent en son temps les ventres des navires de la Reine Hatchepsout. Les émissaires de la Reine Pharaon Hatchepsout, arrivent au pays de Pount et sont chaleureusement accueillis par le Roi et la famille Royale. A dos d’âne la Reine Africaine est d’une opulence «généreuse». Les scribes égyptiens rapporteront sur les nombreux papyrus royaux, que les maisons sont montées sur pilotis. Les huttes sont rondes et leurs sommets pointus. Le troc démarre... les précieuses marchandises des deux pays s’ échangent pour les Dieux Egyptiens et les divinités Africaines. Les Egyptiens achètent de l’encens et de la myrrhe pour honorer Amon, et offrent du lin et des étoffes finement tissées pour une déesse de la fertilité locale. Pour son dieu Amon, Hatchepsout veut des arbres vivants pour cultiver sur ses propres terres la précieuse résine. On reconnait ici toute sa sagesse. Les bas reliefs nous content également avec une précision d’horloger, la faune et la flore peuplant ce magnifique pays de Pount. L’explorateur Egyptien y rencontre des troupeaux de gazelles, des panthères somptueuses, des girafes, des singes, qu’il ramènera jusqu’a Karnak, vivants, pour honorer le dieu Amon.

9


10

Philae, ile d’Aguilkia- Haute Egypte


Le grand chef de tribu du pays de pount (Afrique Noire) décident d’accompagner le précieux chargement et d’honorer la grande Reine Pharaon en personne. C’est alors que, sur les rives du Nil, à Karnak, débarque un bien étrange et pittoresque convoi royal. Les prêtresses d’Amon toutes revêtues de leur immaculée robe rituelle, balancent leurs coupes emplies d’encens et d’essences de parfums rares, à la gloire de leur Dieu Amon. Hatchepsout, divine, majestueuse, pharaonique exulte... son dieu est honoré. A ses pieds royaux sont déposés encens, myrrhe, ivoire, or et arbres vivants, ébène et bois précieux. De l’electrum (alliage d’or et d’argent). Du Khol précieux pour farder de noir les yeux de la Reine et de tout son peuple, afin de se protéger des rayons ardents du soleil et des insectes. Des coffrets lourds d’écorces suintantes de résines aromatiques sont déposés aux marches du divin palais, Amon est honoré, soudain la cour centrale exale une odeur indéfinissable faite du mélange de tous ces trésors.

11


Joncque déssinée d’après des papyrus

12


C’est maintenant au tour des animaux exotiques d’être présentés au pharaon. Le peuple égyptien retient à peine son souffle, des cris de joie et d’allégresse, saluent la démarche chaloupée de deux couples de girafes. Est-ce la peur, l’étonnement ou bien tout simplement le respect dû à cette Reine grâce à qui ce spectacle est offert à leur dieu Amon, mais un grand silence, accueille soudain le déchargement de quatre magnifiques panthères. Seize autruches gambadent joyeusement autour d’une trentaine de cages où hurlent des singes de toutes tailles. «Sa Majesté Hatchepsout elle-même étendit ses bras, et répandit l’encens sur tout son corps.» «Sa fragrance était comme le parfum du dieu, son odeur se mêlait à celle de son dieu et sa peau, devenue dorée comme l’or fin, brillait comme les étoiles dans le palais des fêtes, à la face du pays tout entier. Tout le peuple exultait, acclamant le dieu Amon, rendant hommage à Maâtkarê en ses divines qualités».

Extrait du grand papyrus Harris : «la grande mer qui coule à l’envers»

13


Rituel d’Hachepsout Sur le papyrus sacré d’Âmon Ra il est écrit: Au cycle d’Akhet, quand les eaux du Nil inondent et fertilisent nos terres, le jour de la naissance d’Horus l’Ancien, sur trois périodes de nuits lunaires, de lait d’ânesse ou de chamelle tu enduiras toutes les parties de ton corps. A la décrue du Nil, au cycle de Peret, quand les roseaux frêles émergent de ses rives et que refleurissent les lotus, d’huile précieuse de nigelle bleue et de gingembre tu baigneras tes jambes et tes bras. A Chemou, dès que les blés murs emplissent les greniers, d’onguent de jasmins, de roses de Damas et d’or fin tu recouvriras tes pieds agiles et fins.

14


Rituel d’Angélique Double frictions chaudes au savon noir et eucalyptus. Mille et un effleurages énergisants aux éclats d’amandes et de géraniums d’Egypte Douceur et réhydratation au lait de chamelle ou d’ânesse. Enveloppement tiède à la Nigelle bleue et au gingembre. Massage aux huiles précieuses de jasmin pailletées d’or Beauté des pieds nuages précieux de crème nacrée aux roses de Damas Brume vaporeuse d’eau de rose. Durée: 105 minutes

15


Composition

Rituel Hachepsout revisitĂŠ par Angelique De Neuville

16


Savon noir à l’eucalyptus Crème douce aux éclats d’amandes et de géraniums d’Afrique. Lait de chamelle Nigelle bleue Gingembre Huile de jasmin pailletée d’or alimentaire Crème aux huiles essentielles de roses de Damas Eau de rose

Tous nos ingrédients sont 100% naturels Sans paraben, non testés sur les animaux, sans parfum de synthèse

17


S

émiramis, reine lègendaire d’Assyrie, serait née sur terre Cananéenne de l’union d’un mortel et de la déesse Derketô. Si la légende est chimérique, la réalité prend vie sous les traits de Sammouramat princesse Babylonienne qui loin de vivre confinée au harem exerça le pouvoir royal. De sa vie romanesque naquit la lègende de Sémiramis. Voici son histoire.

18


Tour de Babel

Babylone 800 ans avant notre 19 ère


20


Sémiramis Reine de Babylone

S

émiramis alias Sammouramat, reine légendaire de babylonie... La légende raconte qu’elle serait née d’une sirène et du fils d’Achille Caystros. Sa mère Derketô, assassine son mari et s’enfuit en l’abandonnant au fond d’un lac. Sémiramis ne devra sa vie qu’aux colombes qui volent lait et fromage pour l’aider à subsister. Devenue femme elle épouse un proche conseiller du roi Ninos. Ambitieuse et un peu sorcière elle prend la tête de 1000 soldats et s’empare d’une citadelle. Le roi Ninos éblouit, l’épouse après avoir tué son mari. Il meurt à son tour, Sémiramis règne sans partage quarante deux années durant. Elle construisit les jardins suspendus, merveilles du monde et fût une valeureuse guerriere.

21


Artefact sumĂŠrien

22


Artefact mésopotamien Assurbanipal, Nebuchadonossor, Shénacherib, tous règnent et contribuent à la grandeur de Babylone. Ville lumière de Mésopotamie située entre le Tigre et l’Euphrate. Babylone honore le dieu Mardouk, créateur tout puissant de la terre, des cieux et des hommes. Chaque année, durant les fêtes de l’Akittu, les dieux inférieurs viennent lui rendre hommage. La reine Sémiramis et ses prêtresses font des incantations et brûlent de l’encens dans chaque pièce du palais. Les ziggourats, et les nombreuses stèles vestiges d’un passé oublié, témoignent d’une splendeur à jamais engloutie par les sables.

23


24


Sémiramis mère de toutes les déesses et de toutes les légendes mesopotamiennes, à travers les siècles: en Phénicie elle devient Astarté, en grèce Aphrodite.

25


Rituel Sémiramis Au deuxième jour d’Arah Dumuzu, pour t’attirer les faveurs de la grande Déesse Adar, tes servantes te prépareront un onguent fait d’un mélange de cendres de hérisson encore chaudes, de sang de chauve souris et d’une roche blanche tendre réduite en poudre. Au commencement d’Arah Tisritum, afin de vénérer Shamah, tu t’enduiras les pieds d’une macération épaisse d’huile de noix dans laquelle auront macérés de jeunes lézards verts courants sous les pentes de son autel sacré.

26


Rituel Angélique Douce vapeur à la menthe fraichement coupée. Gommage apaisant et onctueux aux graines de figue de barbarie Massage long et voluptueux d’une huile de patchouli et ylang ylang Enveloppement d’une crème d’orge délicatement parfumée de musc floral Soin beauté des pieds et des mains au beurre de jeunes carottes et cumin noir Brumisation d’une eau rafraichissante de menthe verte. Durée du soin : 100 minutes

27


Composition

Rituel SĂŠmiramis revisitĂŠ par Angelique De Neuville

28


Menthe fraiche Graines de figues de barbarie Huile de patchouli et ylang ylang Crème d’orge parfumée au musc floral Jeunes carottes et cumin noir.

Tous nos ingrédients sont 100% naturels Sans paraben, non testés sur les animaux, sans parfum de synthèse

29


P

almyre, ville syrienne, 200 avant notre ère, la ville est une colonie Romaine. Pour comprendre Zenobie et Palmyre il faut comprendre Rome. Le chaos est alors total, l’Empereur Valérien est capturé par les Perses suite à une défaite durant la bataille d’Edesse. Par un incroyable concours de circonstances c’est l’époux de Zenobie, Odainath «grand Impérium» romain, qui, poursuivant les troupes ennemies perses remporte une victoire décisive. Il s’empare du butin mais ne parvient pas à liberer l’Empereur Valérien. Il s’autoproclame «Rois des Rois». Commence alors l’incroyable histoire de Zenobie.

30


Palmyre 260 avant notre31ère


32


Zenobie Reine de Palmyre

Z

enobie dut son ascension fulgurante à l’ambition sans limite de son mari Odainath. Née d’une famille de notables palmyriens mais de citoyenneté romaine. Très vite il se singularise par des faits d’armes et se fait remarqer par Rome. Il est alors nommé «Resh tadmor» (Chef de Palmyre) par l’Empire. Puis il devient Sénateur Romain de rang consulaire au titre d’« impérium» ce qui lui confère le droit de diriger des troupes romaines. Il va alors s’impliquer militairement et remporter de nombreuses victoires. Son influence est évidente. Et puis arrive la bataille entre les perses et l’Empereur Valérien. C’est une déroute catastrophique.

33


34


L’Empereur Valérien est fait prisonnier par les Perses, la solde militaire ainsi qu’une partie des coffres contenant les taxes sont dérobés. Odainath avec son fils Haîran poursuivent l’armée ennemie, s’emparent du butin et délivrent les concubines de l’Empereur. Par contre Valérien a disparu. Fort de cette éclatante victoire, Odainath marche sur Emese et exécute les usurpateurs Macrien et Quietus instiguateurs de cette révolte avec la complicité des Perses. Odainath va alors conduire son armée jusqu’au confins de la mésopotamie. Il devient aux yeux de Rome un personnage clé de l’empire en Orient. Rome le nomme «Restitutor d’Orient.» Les relations avec Rome sont encore au beau fixe, Rome a besoin de sa force et de son influence dans la région. Dorénavant Palmyre a sa cour.

35


36


Odainath se proclame alors Roi des Rois de Perse (pour ne pas offusquer Rome) Zenobie son épouse devient alors Reine des Reines. 267 Avant notre ère, Odainath et son fils Haîran sont assassinés. L’origine de ce double meurtre reste obscur: peut-être est-ce Rome, de plus en plus «agacée» par l’influence et l’ambition d’Odainath, ou encore sa famille en proie à des rivalités ou bien Zenobie elle même assoifée de pouvoir. L’histoire reste très floue sur les commanditaires de ce double assassinat. Zenobie entre alors en scène et devient Régente de Palmyre.

37


Zenobie est issue de famille noble Palmyréenne. Elle donne un fils à Odainath, c’est à ce titre qu’elle revendique et obtient sans difficulté la régence de Palmyre. Avec son fils, ensemble ils vont déployer au grand jour leurs ambitions, qui ne se bornent plus uniquement vers les provinces perses, mais dorénavant cible l’empire. Néanmoins, l’heure n’ est pas encore à la rupture totale avec Rome. Zenobie et son fils font partie de l’ élite hellenistique et sont parfaitement intégrés à l’Empire. Leurs conquêtes de territoires perses, arabes et adiabènes les mènent au titre de «Persicus Maximus» d’autorité quasi équivalente à celle de l’Empereur.

38


39


40


Puis au cours de l’année 270, le clan familial se soude et revendique une expansion militaire vers les plaines arabiques. L’ objectif étant alors de prendre le contrôle des provinces orientales au détriment du pouvoir de l’Empire. Puis c’ est au tour de l’Egypte et des provinces d’Asie mineure de tomber sous le joug palmyrien. Les victoires s’enchainent, Zenobie et son fils Waballath menacent maintenant ouvertement Rome, d’autant qu’elle vient de s’autoproclamer «Impératrice Augusta» et son fils «César Auguste». Le doute n’est plus permis. Rome se sent directement menacé. Aurélien nouvel empereur romain est beaucoup plus énergique que ses prédecesseurs. Il lève ses légions et reconquiert progressivement l’Egypte, la Cappadoce, la Bithynie ainsi que la Galathie. Les jours de Zénobie sont maintenant comptés. Elle essuie une cuisante défaite à Antioche, puis vascille à Emèse. Elle s’enfuit alors vers le sud où elle rejoint Palmyre pour y préparer sa défense. En vain, les troupes Romaines envahissent la ville et la font prisonnière avec son fils. L’histoire ne nous dit pas ce qu’il est advenue de cette Reine. Certains prétendent qu’Aurélien la traina enchainée jusqu’à Rome, d’autres qu’elle et son fils périrent noyés durant la traversée vers Rome. Mais il semblerait qu’elle fut exilée à Tivoli. La Venise du désert sera définitivement livrée aux sables, où seuls quelques monuments témoignent encore de son ancienne splendeur.

41


Rituel de Zenobie J’utilise quelques Résines à base d’orge de Libye broyées et malaxées longuement à des cornes premières de cerfs. J’ajoute délicatement à ce mélange des oignons de narcisse et du miel. Quand à mes cheveux, ils ont ces flamboyants reflets fauves grâce à un onguent de hêtres carbonisés malaxés cinq jours durant par mes esclaves avec de la graisse de jeunes chèvres. Pour éclaircir mon teint, mêlées au fenouil, à la myrrhe et aux roses séchées de Damas, j’ajoute à la gomme d’adragante et à la crème d’orge, de l’encens qui retend la peau et fait disparaître les rougeurs.

42


Rituel d’Angelique Friction vigoureuse reminéralisante aux sels de la mer morte de Jordanie. Délicieux enveloppement d’onguents précieux aux fleurs de safran Réhydratation émolliente des genoux, et coudes ainsi que douce beauté des pieds au léger beurre de cannelle et ses aromates. Moment d’infini apaisement par un subtil et long massage du corps avec une huile relaxante du dattier du désert parfumée à l’encens et la myrrhe. Ondée rafraichissante et hydratante de fleurs d’oranger Durée : 90 minutes

43


Composition Rituel Zenobie revisitĂŠ par Angelique De Neuville

44


Sels de la mer morte de Jordanie Fleurs de safran Beurre de canelle Beurre d’aromates Huile de dattier parfumée à l’encens et la myrrhe. Fleurs d’oranger.

Tous nos ingrédients sont 100% naturels Sans paraben, non testés sur les animaux, sans parfum de synthèse

45


D

estinée inimaginable que celle de Théodora. Fille d’un modeste montreur d’ours au cirque de Constantinople et déjà mère d’un enfant à vint cinq ans, cela ne l’empêche pas de séduire Justinien futur empereur et de devenir sa femme unique et légitime. Nous sommes en 525 de notre ère, Théodora est alors proclamée impératrice...

46


Byzance 500 ans de notre ère.

47


48


Théodora Impératrice de Byzance

T

héodora naît vers l’an 500. Strictement rien ne la prédestinait à devenir Impératrice et à régner sur Byzance. Et pourtant... Son père, ancien berger des montagnes décide de fuir sa misère et de tenter sa chance à Constantinople. Il emmène avec lui sa petite fille, son chien et son ours qu’il a apprivoisé après avoir tué sa mère qui menacait son troupeaux de chèvres. L’étrange équipage commence par mendier dans les rues mais ne tarde pas à se faire remarquer par le chef de la troupe du grand cirque de Constaninople, impréssionné par la frayeur de la foule face aux griffes de l’ours. Engagé, l’avenir de la famille est enfin assuré et bien au delà de toutes les espérances.

49


50

Mosaïque ornant l’église Saint Vital de ravenne (Italie du nord)


51


Mosquée bleue du Sultan Ahmed 1er. Edifiée en 1609 sur le site de l’ancien grand Palais de Justien et de Théodora

52


Théodora grandit et n’a aucun mal à trouver sa place au cirque. Sa grande beauté, son esprit agile la pousse à se lancer dans la tragédie, elle devient alors comédienne. Actrice très jeune, elle mène une vie libre et indépendante. Elle revendique sa liberté aussi bien pour disposer comme elle l’entend de son corps, que de son esprit. Elle est belle, très belle elle séduit tous les hommes qui la rencontrent. Sa vie non conformiste l’entraîne à avoir un enfant hors des liens du mariage. Mais rien n’arrête notre jeune Théodora. Elle va même jusqu’à se convertir au monophysisme, doctrine pourtant jugée hérétique. Justinien, de famille noble, tombe éperdument amoureux de la belle, lors d’une représentation que celle-ci donne à l’hyppodrome. Elle est magnifique, émouvante dans son rôle de tragédienne. Si lumineuse que Justinien la prend immédiatement pour maîtresse, l’élève au rang de praticienne et après quelques mois à peine, l’ épouse. Rien ne décourage Justinien, ni l’enfant illégitime, ni les origines modestes de Théodora, ni

sa conversion au monophysme, doctrine religieuse apostate professant une seule nature dans le Christ. A la mort de son oncle, Justinien est proclamé Empereur, Théodora, épouse lègitime, Impératrice. Il aura fallu moins de deux ans à Théodora, pour passer du simple statut d’actrice à celui d’Impératrice. Théodora possède une intelligence hors du commun, très vite son empereur de mari l’associe au pouvoir, comprenant tout l’interêt qu’il aurait à lui faire confiance. Jour après jour l’in fluence de Théodora augmente à Constantinople.

53


Théodora exerce une influence politique considérable sur l’empereur. Son instinct et sa stratégie politique est décisive lors de la sédition de Nika en janvier 532. Les deux factions opposantes de Constantinople: les bleus (issus de l’aristocratie) et les verts (franges populaires) unissent leurs forces et tentent de renverser l’empereur. Alors que les conseillers de Justinien l’enjoignent de fuir, Théodora, elle, lui conseille de rester et ordonne au général Belisaire d’acculer les insurgés dans l’hyppodrome qu’elle connait, et pour cause, comme sa poche. Il sont massacrés jusqu’au dernier. C’est une victoire éclatante pour l’empereur, le courage et la détermination de Théodora ne font alors plus aucun doute.

54


Théodora va être la première femme souveraine à faire reconnaître le droit des femmes. Faisant, entre autre, adopter des lois très strictes interdisant la prostitution. Elle modifiera la législation en vigueur sur le divorce, augmentant sensiblement les pensions accordées aux femmes divorcées.

55


Rituel de Theodora L’ église interdit l’usage des senteurs aux profanes, je me dois de montrer l’exemple et n’utilise donc mes pommades à la poudre de violette et d’iris qu’ à usage purement médicinal. J’affectionne tout particulièrement l’eau de romarin pour ma toilette. Mes pommes d’ambre me prémunissent contre l’apparition de furoncles et pustules. Quand à mes cheveux mes Dames me les rincent abondamment avec une décoction de clous de girofle, cela repousse à merveille les poux et parasites.

56


Rituel d’Angelique Nuage vaporeux d’une eau délicatement parfumée aux premières fleurs de l’ oranger sacré. Friction sous vapeur à la poudre de riz blanc aux essences de violettes Délicat rinçage aux éponges végétales et eau d’aloé vera. Effleurages d’huiles raffermissantes d’abricot et de figue de barbarie. Enveloppement d’une crème divine de musc blanc, de doux beurre d’aloés, d’argan et de cédrat. Massage long et revivifiant aux huiles de verveine et bergamote rythmé par des pressions lymphatiques de pochons aux plantes printanières. Nuage d’une fin de rêve aux fleurs d’oranger.

Durée 110 minutes

57


Composition Rituel ThĂŠodora revisitĂŠ par Angelique De Neuville

58


Premières fleurs d’orangers Poudre de riz blanc aux essences de violettes Eponges végétales à l’eau d’aloé vera Huille d’abricot, Huile de figue de barbarie Crème de musc blanc, Beurre d’aloès, d’argan et de cédrat Huile de verveine, huile de bergamote Pochons aux plantes printanières.

Tous nos ingrédients sont 100% naturels Sans paraben, non testés sur les animaux, sans parfum de synthèse

59


L

es peuples du Nord, de Scandinavie, du Danemark et de la Suède ont marqué le haut moyen-âge non seulement par des raids colonisateurs côtiers, allant parfois jusqu’aux côtes d’Angleterre, mais également par leur culture très affirmée et très particulière par bien des aspects. L’archéologie nous révèle aujourd’hui tout ce que cette civilisation a pu avoir de mythique dans ses us et coutumes. Dans notre réflexion sur le concept ANGELIQUE DE NEUVILLE SPA nous ne pouvions pas passer à coté de cette culture du bain et de la toilette d’une extraordinaire dimension.

60


Sognefjord 1100 de notre ère

61


62


Hallgerd Guerriere Viking

D

ans un moyen âge souvent caractérisé par la peste, les furoncles, la vermine, la famine et le choléra, les Vikings semblent épargnés de tous ces maux. Même si l’imaginaire collectif nous représente les Vikings comme des rustres barbares, grossiers sales et hirsutes, la réalité historique est toute autre. Bien au contraire, nous allons vous faire découvrir un peuple d’un incroyable raffinement, d’une hygiène à nulle autre pareille.

63


Les esclaves portaient les cheveux courts. Même les femmes étaient enrolées au combat

64


Les Danois, se peignaient les cheveux deux fois par jour, prennaient un bain deux fois par semaine et changeaient de vĂŞtements de laine deux fois par mois, et de linge courant deux fois par semaine.

65


Un ecclésiastique Anglais John de Wallingford, prieur de Saint-Fridswides, s’agace en plein XIV siècle que : « Ces païens de Danois, se peignent les cheveux deux fois par jour, prennent un bain deux fois par semaine et changent de vêtements de laine deux fois par mois, et de linge courant deux fois par semaine. Par ces coutumes ils ne cherchent qu’à séduirent les femmes anglaises de haute naissance.»

66


Habitation traditionnelle scandinave

67


68


En été, les bains et la toilette se faisaient communément dans les rivières et les lacs. Par contre chaque ferme disposait d’un espace entièrement consacré aux ablutions et chaque femme disposait d’un petit cabinet de toilette. La présence de nombreuses sources chaudes en Islande, facilitait grandement l’acheminement jusqu’au local du bain. On estime que les Vikings prenaient un bain, et changeaient à cette occasion de linge, au moins une fois par semaine, le samedi, était jour de lessive hebdomadaire. Les Vikings lavaient également leurs mains et leur visage, au moins sur une base quotidienne, généralement le matin au lever. Le Hávamál suggère par ailleurs que le nettoyage des mains avant les repas était coutumier. Les quelques représentations iconographiques qui nous sont parvenues des Scandinaves de cette époque montrent des barbes bien taillées et des cheveux souvent laissés libres mais peignés avec soin. Il semble clair, que le lavage régulier des mains et des cheveux était la norme, et qu’arrêter de rester propre n’était qu’un fait exceptionnel, peut-être réservé aux personnes en deuil. Il est dit qu’Odin, le roi des dieux, conserva ses cheveux sales en signe de deuil pour la mort de son fils Baldr.

69


Les recherches archéologiques tendent à prouver que l’accessoire le plus répandu et utilisé était le peigne, qui n’était pas seulement utilisé pour lisser et mettre de l’ordre dans les cheveux, mais aussi servait à éliminer toute la saleté ou la vermine, en particulier les poux. Les peignes étaient utilisés quotidennement et par toutes les classes sociales. Se peigner était une partie du processus de lavage des cheveux, car le peigne se passait dans les cheveux mouillés au cours du bain. Les peignes étaient réalisés, en une seule pièce à partir d’un morceau d’os ou d’ivoire. La majorité de ces peignes avaient des dents des deux côtés de l’axe central. La nécessité d’un morceau suffisamment grand de matière pour la fabrication d’un tel peigne nécessitait dans la plupart des cas qu’il soit fait à partir d’os de cétacés (baleines) ou en ivoire de morse, voir d’éléphant importé. Le choix du matériau était important, puisque les matériaux comme l’os et l’ivoire ont comme le bois, des veines, ainsi pour une résistance maximale, les dents du peigne devaient être taillées parallèlement à la veine de la matière. A l’âge Viking, il n’y avait pas de cotons-tiges pour nettoyer ses oreilles mais un cureoreille. Le cure-oreille pouvait être fait dans une grande variété de matériaux, en os, ivoire, en argent et autres métaux.

70


Les femmes portaient souvent le cure-oreille accroché à leurs robes pendu au bout d’une chaîne, pour l’avoir sous la main en cas de nécéssité. Les femmes Danoises et Scandinaves s’épilaient magnifiquement bien les sourcils.

Authentique «banïyäs»

71


La pince à épiler était aussi fréquemment portée de la même manière que le cure-oreille. Elle pouvait être faite en fer, en bronze, en argent, ou même en bois de cerf ou en os. Quand à leurs coiffures, elles étaient de plusieurs styles différents. Généralement, seuls les esclaves portaient les cheveux très courts. L’homme moyen portait probablement ses cheveux à longueur d’épaule ou dans le cou, et sa barbe poussait aussi longtemps que cela restait confortable pour lui. Un guerrier professionnel pouvait faire d’autres choix afin de minimiser le risque d’être attrapé par les cheveux ou la barbe dans le combat. L’observateur arabe Ibn Fadlan a noté que les hommes qu’il nommait «Rus» éclaircissaient leur barbe jusqu’à un jaune safran. Par conséquent, certains chercheurs pensent qu’il est probable qu’ils éclaircissaient de même leurs cheveux. Cette décoloration était accomplie en utilisant un savon fortement basique. Les femmes esclaves, comme leurs homologues masculins, étaient obligées de porter leurs cheveux coupés courts en signe de servitude. Les jeunes filles célibataires portaient les cheveux longs et lâchés, ou maintenus par un bandeau, en particulier pour des occasions solennelles. Parfois, elles nouaient leurs cheveux en tresses. Les femmes mariées portaient habituellement leurs cheveux réunis par un lien à l’arrière de la tête, ou enroulés au sommet de leur tête en un chignon, et couvraient souvent leurs cheveux d’un bonnet, d’un voile (hustrulinet) ou d’une coiffe.

72

Plusieurs sources historiques indiquent qu’il était obligatoire que les femmes scandinaves mariées portent un couvre-chef, mais l’archéologie ne semble pas réellement soutenir cette croyance car beaucoup de sépultures de femmes du IXème et du Xème siècle, à Birka et ailleurs, n’en contenaient pas du tout. Aujourd’hui on sait avec une quasi certitude, que les Guerriers Vikings se limaient les dents et se les teignaient en rouge pour effrayer les résidents côtiers lors de leurs raids et pillages. Le tatouage était également très répandu. Très certainement, pour inspirer terreur et panique. Le menu quotidien des Vikings se composait essentiellement de gruau, à base de céréales, de pain et de produits laitiers. La viande et le poisson restent des mets d’exception. L’hydromel (mjöðr en vieux norrois) est l’une des boissons alcoolisées les plus anciennes en Scandinavie. Dans les Sagas, l’hydromel est la boisson des poètes, de l’éloquence. Le service de l’hydromel s’illustre dans la littérature comme le devoir et la prérogative des rois. À la différence des ruches modernes, composées de cadres en bois amovibles, les ruches de l’âge Viking étaient des dômes de paille enroulés qui sont à l’origine de notre représentation iconographique de la ruche encore aujourd’hui, et qui exigeaient que les colonies d’abeilles soient décimées pour prélever la cire et le miel, soit par étouffage en brûlant une mèche souffrée, soit par noyade. Le précieux miel et propolis étaient alors récuperés à usage médicinal pour cicatriser les blessures et enrichir les «pommades» faites avec des pommes.


Les walkyries dans la mythologie scandinave étaient des jeunes filles armées de boucliers, des vierges guerrières de la terre qui, à l’instar des «einherjar,» survivent après la mort dans la valhöll. Comme elles l’étaient sûrement autrefois en tant que génie des morts, elles continuent d’être étroitement associées à Odin, mais désormais elles ont pour fonction d’intervenir dans la bataille et de décider ainsi du destin des hommes; elles deviennent donc des guerrières supra-terrestres qui exécutent la volonté d’Odin. La walkyrie est à rapprocher de la déesse guerrière celtique, la «Morrigan», qui peut prendre la forme d’un corbeau ou de la créature irlandaise «Badb» qui est à la fois une prophétesse prédisant le destin des hommes sur le champ de bataille.

73


Rituel D’Hallgerd Nous sommes habituées, nous les femmes du nord aux Bāniyās qui purifient et adoucissent notre peau. Nous n’hésitons pas à fouetter notre peau avec vigueur avec des veniks (rameau de bouleau) Les sciences des Runes, symbole de la sagesse des bois sacrés, nous conseillent de frictionner notre corps avec des huiles de genévrier. Quand à la blondeur de nos cheveux nous la devons à notre climat, par contre nous l’entretenons par des décoctions de camomille auxquelles nous ajoutons du vinaigre. Nous aimons tatouer notre peau pour effrayer nos ennemis. Nous bandons notre corps d’un onguent d’Angélique pour calmer nos blessures. Pour l’éclat de notre teint les anciennes préparent l’hiver un mélange de pomme et de lichen.

74


Rituel D’Angelique Douce exfoliation aux cristaux de sucre de lavande. Effleurages aux huiles fortifiantes de noisettes et grains de sésame Enveloppement et préparation rituelle aromatique aux racines de gingembre et douce sève d’écorce de bouleau. Beauté des pieds au beurre de chanvre parfumé à la fleur d’Angélique Massage tonique aux huiles fraiches de fenouil et menthol.

Durée 75 minutes

75


Composition

Rituel Hallgerd revisité par Angelique De Neuville

Cristaux de sucres de lavande Huile de noisettes Huile de grains de sesame Gingembre Sève et écorce de bouleau Beurre de chanvre Fleurs d’angélique Huile fraîche de fenouil Huile fraîche de menthe

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

76


Composition

Rituel ThĂŠodora revisitĂŠ par Angelique De Neuville

77


N

ous sommes en 1220 de notre ère. Gengis khan règne en maître absolu sur un empire gigantesque de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Cet homme illustre réunifit en quelques décennies des centaines de tribus nomades d’Asie centrale. Khulam Khatoum grandira dans l’ombre de son père et participera avec ses frères à l’expansion de l’héritage laissé par le grand Khan. Voici son histoire romancée...

78


Khamag Mongol 1227 de notre ère

79


80


Khulam Khatoum Themülun fille de Genghis Khan

L

’histoire nous dit très peu de choses sur la fille de Gengis Khan, qui ne retient que les exploits guerriers et politiques de ses frères. Et pourtant cette femme courageuse et fin diplomate mériterait de figurer en bonne place dans cette fresque historique au coeur des steppes de la Mongolie. Indépendante, à la mort de son père le grand Khan, elle maintient seule une vaste région composée de plusieurs dizaines de tribus nomades. Sa mère Börte de naissance noble est issue de la tribu turco-mongol des Khongirat. Promise dès l’âge de neuf ans à Tumüdjin (plus tard Gengis khan).

81


82 Steppes Mongolie orientale


Si l’on connait parfaitement les exploits guerrier du fondateur du plus grand empire d’Asie centrale, en revanche on ne connait pas grand chose sur la branche maternelle de Khulam. Sa mère Börte donnera neuf enfants au grand Khan. Cinq fils et quatre filles. Dans les steppes froides et arides les tribus rivales sont coutumières de rapts de jeunes filles. Börte n’échappe pas à cette règle, enlevée elle est faite prisonnière huit mois par la tribu des Merkit. De cet enlevement naitra un fils illégitime mais néanmoins reconnu par le Khan. Malgré de nombreuses concubines, Börte restera jusqu’à sa mort, l’ épouse principale du grand Khan. Khulam a considérablement étendu l’oeuvre de son père en controlant sur la route de la soie bon nombre de caravansérails. Elle protègera les caravanes et les marchands encourageant aussi la libre ciculation des biens et des personnes favorisant ainsi par des services administratifs efficaces une paix relative au sein de l’Empire. Avant Gengis Khan, la zone d’échange en Asie centrale était très limitée: Tabriz pour les tapis et Khwarezm pour la soie, en somme une zone très réduite, interdite d’accès par les marchands musulmans qui bloquaient les voies maritimes. Gengis Khan et ses descendant par la «pax mongolica» libère des régions entières jusqu’à là totalement fermées au commerce. L’Europe y verra l’occasion de s’ouvrir vers d’autres cultures, bien au dela des marchés d’orient arabique.

83


Gengis Khan

84


Gengis Khan part à la conquête du monde. Il s’aventure jusqu’aux confins de la chine et rallit les peuplades Ouïghours. Il enrichit son armée de plusieurs dizaines de milliers d’hommes. Il occupe et rase Pekin entièrement. Le règne de Gengis Khan est un règne sanglant de terreur constellé de massacres à répétition. La légende prétend du reste qu’il serait né tenant dans sa main un énorme caillot de sang, les chamans de sa tribu y auraient vu un signe de combat et de férocité acharnée. A l’âge de soixante douze ans, Gengis Khan meurt d’une mauvaise chute de cheval. Il laisse à sa descendance le soin de continuer l’expansion de son empire, ce qu’ils feront au delà de toutes les espérances. Toloui se voit remettre la Chine du Nord et exerce temporairement la régence suprême. Djaghataï, deuxième fils de Gengis Khan, se voit remettre le Turkestan avec notamment la ville de Samarkande. Ces fils vont conquérirent l’Ukraine, la Perse et la Hongrie. Batou, fils cadet de Dötchi va créer sur les bords de la mer Caspienne un puissant khanat qui va pendant près de trois siècles terroriser les Russes : «le khanat de la Horde d’Or.» En 1251, le fils aîné de Toloui, Mongka est élu grand khan. Jusqu’à sa mort en 1259, il va donner à l’empire mongol sa plus grande extension. Il confie à son frère Kubilaï le soin d’achever la conquête de la Chine. Kubilaï Khan va s’acquitter de sa tâche, réunifier la Chine et fonder la dynastie Yuan. C’est lui qui accueillera Marco Polo à Pékin. (voir page 308 rituel de Marco Polo)

85


Khulam Khatoum est à peine agée de sept ans à la mort de son Père Le grand Khan

86


87


Gengis Khan éprouvait une grande fierté à l’égard de ses filles. Il leurs légua de vastes portions de son empire. Pour les peuples qui tombaient sous domination mongol, les femmes présentaient une vision pour le moins inédite: elles montaient à cheval, tiraient à l’arc et certaines commandaient même des troupes de guerriers les menant au combat. Elles refusèrent catégoriquement d’adopter en Chine la tradition des pieds bandés. L’ épouse du troizième fils du Khan: Ögödeï, Töregën, règna dans la capitale mongol Karakorüm. Khulam Khatum était une guerriere émérite, très forte à la lutte, d’une agilité extrême elle battait des hommes plus forts et plus grands qu’elle. Enceinte de deux jumeaux, elle partit néanmoins au combat, remportat une victoire tout en gardant ses deux enfants.

88


89


90


91


Rituel Khuloum Khatoum - L’hiver, nous nous protégeons des morsures du vent et du froid par de la graisse de yak. Nous achetons régulièrement aux caravanes persanes du précieux miel des montagnes qui répare nos blessures de guerre. Nous confectionnons des baumes de cires de jojoba, de pâte de caramel au beurre mélangées à des cônes de sucres bruns et des herbes de vetiver. Nous apprécions tout particulièrement les fumigations de bois d’agar et de santal.

92


Rituel Angelique Douce exfoliation parfumée aux cristaux de sucres bruns délicatement parfumés aux essences de résine de vétiver. Délicieux enveloppement d’une seconde peau à la cire de miel et ambre grise Beauté des pieds avec la douceur d’un beurre raffiné au bois d’agar millénaire posé en frictions sur le dos et les reins. Abandon des muscles tendus, sous la pression d’un massage tonique à l’huile parfumée à l’ Attar ancestral de santal rose Brume rafraichissante au santal blanc et aloé vera Durée 105 minutes

93


Composition

Rituel Khulam Khatoum revisitĂŠ par Angelique De Neuville

94


Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

Cristaux de sucres bruns Essences de résine de vetiver. Cire de miel Ambre grise Beurre raffiné au bois d’agar Huile parfumée à l’attar de santal de rose Eau parfumée au santal blanc et aloé vera

95


V

énitienne de naissance, Caterina Cornero reine de Chypre, connaîtra les affres d’un règne difficile ponctué de complots, de trahisons et d’intrigues. Dernière héritière d’une dynastie, belle, frondeuse, Caterina n’aura de cesse de lutter pour son bonheur et sa liberté.

96


Venise 1450 de notre ère.

97


98


Caterina Reine de Chypre

C

aterina naît à Venise en l’an de grâce 1454. Son père Marco Cornaro, praticien Vénitien est écarté du pouvoir et exilé à Chypre après avoir défendu son frère accusé de malversations financières avec des banquiers et marchands, et de corruption auprès du sénat vénitien. Elevée derrière les murs d’un couvent à Padoue, elle connait une enfance paisible. En grandissant, ses traits s’affinent jusqu’à lui conférer une beauté qui va lui valoir d’être remarquée par le Roi Jacques II de Chypre...

99


Catérina quitte donc le couvent de Padoue dès sa majorité. Son père Marco Cornéro accumule une immense fortune à Chypre lors de son exil. Il est devenu prêteur sur gage. Ainsi il prête au royaume de Chypre des sommes abyssales que les deux rois successifs: Jean II et Jacques II ont peine à rembourser. Présentée à la cour du roi Jacques II, Caterina va très vite se singulariser par un esprit enjoué. Sa grande beauté subjugue le roi qui la demande en mariage à son père. Exilé, certes, mais toujours Vénitien. Venise voit alors dans cet éventuel mariage l’occasion de receuillir la couronne de Chypre. Caterina est donc intronisée «fille de la république». Le sénat lui octroie alors une dote digne d’une reine, son montant est fixé à plus de soixante mille ducats. Acte très interréssé, puisque dans l’hypothèse d’un décès prématuré de Catérina sans héritier, Venise pourrait alors revendiquer la couronne de Chypre. Le mariage est célébré par une belle après midi d’été, en l’absence des époux. Venise garantit à Chypre un soutien inconditionnel politique et militaire tout en maintenant la parfaite indépendance de Chypre.

100


101


102

Nous sommes à l’aube de la renaissance italienne, mais encore au moyen âge et son obscurentisme. Ce fût d’abord un phénomène économique qui s’amorce, selon certains historiens, dès le XIIe siècle à la suite de la première croisade. Les routes commerciales de l’Orient s’ouvrent aux marchands européens, à l’Italie, et plus particulièrement Venise au centre de la Méditerranée. Elle devient la plaque tournante du commerce entre l’Europe et l’Asie. Les cités marchandes italiennes s’enrichissent grâce au commerce de la soie et des épices. Un système bancaire moderne se crée et une nouvelle classe sociale voit le jour : la bourgeoisie. Le Florin (devise de Florence) devient la monnaie internationale du bas Moyen Âge. Cette richesse amène les cités italiennes (indépendantes et fières) à rivaliser entre elles dans le domaine de la culture des arts et des sciences. Chaque prince, pour apparaître plus puissant que son voisin, est prêt à dépenser des fortunes pour avoir les meilleurs artistes et les plus beaux monuments. Caterina, sera bien malgré elle au coeur de ses intrigues, de ses rivalités et de ses complots.


Jacques II meurt six mois à peine après son mariage avec Catérina. Malgré tout, de cet union nait un fils Jacques III. La couronne est alors revendiquée par la belle soeur de Caterina, Charlotte de Chypre. Venise soutient Caterina, le sénat lui envoie des mercenaires qui garantiront sa sécurité. Caterina va vivre des heures douloureuses ponctuées de complots de menaces et d’intrigues.

103


Les origines du royaume de Chypre: 1191 L’ile est conquise sur les Byzantins par Richard coeur de Lion. Revendu à Guy de Lesignan, ancien roi de Jerusalem. Après la disparition des dernières possessions franques en terre sainte, les templiers installent le siège de leur ordre à Chypre.

104


105


106


Au moyen age, prendre un bain, c’est faire la fête ! Si les thermes antiques étaient tombés en ruine, faute d’entretien, les croisés avaient rapporté d’Orient une vision éblouie des hammams, hérités des Romains et développés par les Byzantins. Au XIIe siècle, le recul de l’ascétisme et la mise en place d’un certain art de vivre réhabilitent le corps. Chevaliers comme simples bourgeois aiment à se délasser, nus et parfois en bonne compagnie, dans de grandes cuves entourées de rideaux, pour faire étuve.

On apprécie alors les «bains dit de modestie» savamment préparés par des bonnes femmes qui perpetuent ainsi un art et des connaissances botaniques ancestrales. Mi guerisseuses mi botanistes, elles passent malheureusement pour des sorcières, auprès d’un clergé osbcur et vindicatif. Elles font souvent l’objet de cruelles persécutions allant de la simple question (torture raffinée) jusqu’au buchet en place publique. Catérina tentera durant son règne de réhabiliter la science de ses botanistes, mais ne réussira pas à sauver des griffes du clergé vengeur la vie de son amie Gabriella Gentile.

107


Rituel Caterina De Chypre Nos alchimistes ont eu la brillantissime idée, d’associer de l’absolue de mousse de chêne à un beurre de vétiver. Son odeur est si subtile que tous nos courtisans en raffolent. Quand à nos dames d’atours, elles ne parlent que de poudre de violettes associée depuis peu par un herboriste, à un poivre rouge du Sultanat de Delhi. Macéré dans notre huile de Chypre le parfum qui s’en dégage est envoutant et magique.

108


Rituel d’Angélique Doux polissage du corps aux poudres d’iris et de poivre rouge Effleurages au lait de figues Enveloppement à la crème d’abricots des jardins de Chypre. Beauté des pieds au beurre d’Olive et de cyclamen. Modelage précieux aux huiles de Chypre, nuancé de doux pétales de camélia et d’une figue fraiche et juteuse.

Durée 75 minutes

109


Composition

Rituel Caterina revisitĂŠ par Angelique De Neuville

110


Poudre d’iris Poudre de poivre rouge Lait de figue Abricots des jardins de Chypre Beurre d’olive et de cyclamen Huile de Chypre Pétales de camélia Figue

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

111


C

e rituel SPA est magique... Les textures proposées durant ce soin exceptionnel de deux heures sont à l’image de son égérie : Douces, suaves et gourmandes. Derrière ce rituel SPA «bien-être» se cache Isabel Tecuipoch de Moctezuma... Dernière Princesse Aztèque. Une femme au destin insoupçonné.

112


Chichen Itza Yucutan

Tenochtitlan 1500 de notre ère 113


114


Dona Isabel Tecuipoch Moctezuma Dernière impératrice aztèque

1500

de notre ère. Tenocthitlan, magnifique vallée sur les bords du lac Texcoco. De part et d’autre de la ville, les marécages et les sables mouvants semblent former une barrière protectrice. Tenocthitlan, capitale impériale dynastique règne en maîtresse absolue sur le pays. L’Empereur Moctezuma II s’assure régulièrement d’ apaiser la colère des dieux par des rîtes sacrificiels. Ces coutumes sanglantes et cruelles vont précipiter sa perte et celle de toute une civilisation. En effet, pour s’acquitter de ses devoirs de souverain soucieux de la prospérité de sa cité, l’Empereur ne cesse de multiplier les sacrifices humains. De grandes cérémonies sont organisées pour glorifier Mère Nature, le soleil, les étoiles, la lune, tout est pretexte à des rites sacrificiels.

115


On espère la pluie, pour des récoltes abondantes, qu’à cela ne tienne... l’Empereur et sa cohorte de prêtres soumis et zélés ordonnent l’exécution par noyades de centaines d’enfants. De grandes tables sacrificielles sont dressées en haut des pyramides religieuses. Toute la population en semi-transe est réunie pour l’occasion. Les victimes, depuis des décennies sont, essentiellement constituées de prisonniers capturés lors de raids guerriers organisés pour alimenter les besoins rituels. Ce sont des centaines de tribus, villages et villes voisines qui voient au fil du temps leur population réduite en esclavage à seul fin d’assouvir les besoins sacrificiels. On écorche, on arrache les coeurs, pour l’abondance de pluies, pour que le soleil se lève chaque matin. L’Empire sombre progressivement et lentement dans une frénésie apocalyptique.

116


117


Chichen Itza Yucutan La légende millénaire prétend qu’un jour de la saison des roseaux le dieu «serpent à plumes» arrivera pour la mise en place d’un monde nouveau.

118


Chichen Itza Yucutan

119


Masque solaire en or

120


Calendrier civilisation prÊ colombienne Moctezuma est un empereur cruel qui a l’oreille des chamanes et des militaires. Les villages voisins agonisent et ne veulent plus fournir leur tribut de chair et de sang.

121


122


La légende millénaire prétend qu’un jour de la saison des roseaux le dieu «serpent à plumes» arrivera pour la mise en place d’un monde nouveau. Face au conquérant Cortez, c’est toute une civilisation qui va l’accueillir en sauveur et qui va en mourir.

123


124


Les raids à l’encontre des cités voisines se multiplient à une allure frénétique. L’objectif n’est pas d’exterminer sous la lance les vassaux, ni même de conquérir les cités d’or, Moctezuma n’en a cure. Les dieux réclament des têtes, de la chair humaine, des hordes d’enfants sacrifiés, des jeunes vierges écorchées vives. Tout est prétexte à l’organisation de rites sanglants. La terre devient acide, aride et polluée par l’amoncellement des milliers de cadavres. Les marais qui entourent la cité propagent des maladies mortelles. La civilisation est mourante. Alors surgit de ce chaos un abominable cercle vicieux. Les maladies contagieuses sont interprétées comme autant de colères divines engendrant plus de sacrifices. Les charniers se multiplient, la terre s’empoisonne, les pluies charient des tonnes d’immondices et de restes humains. Les récoltes deviennent, sous l’effet du poison, pestinentielles, calamiteuses...

125 L’homme jaguar


126 L’homme serpent


Et puis, comme l’a prédit la prophétie millénaire, accoste une flotte d’hommes étranges. Leurs énormes navires déchargent des bêtes étranges, qui courent vite, très vite. Ces hommes, des demi dieux, portent des armures qui reflètent les rayons ardents du soleil. Sur leurs têtes, des belles plumes blanches et de couleurs font penser, aux tribus et villages indigènes, qu’ils sont envoyés par leur dieu Quetzalcoatl, le serpent à plume. La prophétie a dit vrai, ils vont enfin être libéré de l’opression. Cortez, à la tête de seulement 600 hommes va en quelques mois anéantir toute une civilisation, lasse de rites sacrificiels barbares incessants. De 600 conquistadors, Cortez va féderer plus de 200 000 indigènes qui rallieront sa cause de mort et de destruction, persuadés d’obéir à un dieu venu pour les sauver.

La cité Impériale compte plus de 500 000 habitants. Elle résiste, tant qu’elle peut, mais l’histoire est en marche, le sang appelle le sang. Moctezuma II, son peuple et toute sa famille vont mourir sous le glaive de l’armée espagnole et sous les lances vengeresses des villages et cités voisines. Moctezuma n’a qu’un amour dans sa vie, sa petite fille Tecuipoch. Prisonnier, enchainé, dans un ultime sursaut impérial, il fait promettre à Cortez en échange de sa vie, d’épargner celle de sa fille Tecuipoch. Le regard de Cortez croise alors celui de la toute jeune enfant, Tecuipoch n’a que 6 ans. Ses yeux noirs aux contours lapis lazuli, d’un bleu profond plongent dans ceux du bourreau de son peuple... A cet instant, le miracle se produit, elle aura la vie sauve, ainsi l’a décidé Cortez.

127


S’ enchaine alors, pour Tecuipoch, rebaptisée Isabel par les frères Franciscains installés dans l’ancienne cité Impériale, une vie quasi monacale Donnée en mariage à son cousin survivant par lignée princière, Isabel va connaitre les affres d’une petite fille «marchandée» très tôt en qualité d’épouse pour satisfaire des besoins politiques divers. Isabel grandit dans la mission chrétienne. Ce que son père a défait dans le sang, elle le répare dans l’amour et la générosité. Isabel recueille les veuves, les orphelins, dispensant soins et nourriture. Elle grandit. Son destin reste néanmoins profondément marqué par la mort qui l’ entoure et rode autour d’elle. Ses maris (elle en aura 6) décèdent les uns après les autres de morts violentes ou de maladies. Et puis, de retour d’Espagne dix ans après sa victoire, Cortez revient... c’est alors que l’incroyable, l’impensable se produit. La petite fille de 6 ans a fait place à une femme magnifique et splendide. Ses traits sont d’une incroyable finesse, ses cheveux de jais tombent jusqu’au bas de ses reins. Ses yeux tantôt noirs, tantôt violines sont d’une beauté jusque là inconnue à la cour d’Espagne. Cortez tombe alors amoureux fou d’Isabel. Le bourreau de son peuple, de sa famille, de son père la supplie de l’aimer en retour.

128

De cette alliance illégitime et non consentie naitra une fille. Cortez bien que très amoureux d’Isabel, ne reconnaitra que sur le tard son enfant. Et pour l’heure, marié religieusement en Espagne, dans l’impossibilité d’épouser Isabel qu’il aime éperdument, Cortez n’aura de cesse de vouloir assurer un titre et une fortune à celle à qui il a tout pris, pour la couronne d’Espagne. Fatalité cruelle du destin, incroyable ironie du sort. Sa passion amoureuse devient obsessionnelle, dévorante, incontrôlable. Il organise un énième mariage, arrangé... mais cette fois-ci, Isabel agée de 21 ans, choisira son futur époux. Elle prendra pour mari légitime un aristocrate espagnol. Intelligente, elle s’assurera alors par cette union une reconnaissance officielle de ses titres, et de ses terres par la couronne d’Espagne. Moctezuma II avant de mourir avait, dans un ultime geste protecteur pour sa fille, reconnu la souveraineté espagnole. Par ce geste, sans le savoir il protégea sa lignée à travers les siècles.


La faune luxuriante du Mexique, une bio diversitĂŠ magnifique.

129


L’histoire à travers les vestiges archéologiques, nous donne des informations très précises sur l’usage du bain à l’époque pré-colombienne. En 1500 de notre ère quelques années avant l’invasion hispanique, le bain était considéré comme sacré. Ce bain de vapeur s’appellait le «temazcal». Il existe 2 styles différents de temazcal. D’abord, le temazcal de chaleur sèche où la construction du bain comprend des pierres d’origines volcaniques comme partie intégrante de la structure chauffée sur place. Ensuite «le Temazcalli» de chaleur humide où les pierres sont chauffées avant d’être introduites dans le temazcal à la température voulue pour le type de cérémonie choisie. Selon les aztèques, le temazcal représentait le centre de la Terre comme le ventre de notre mère procréatrice. La tradition voulait qu’en sortant, l’esprit puisse renaître plus libre qu’il n’est entré dans le temazcal. Le rituel permettait de passer tour à tour 4 étapes essentielles durant lesquelles on purifiait le corps mais aussi l’ esprit, sur le plan émotionnel, mental et spirituel. * D’abord, le guide ou chaman bénissait le lieu et chacun des participants avant de rentrer dans le temazcal. C’est l’étape de préparation. * La deuxième étape, qui représentant la première porte, consistait à chauffer les pierres au centre du temazcal et à y verser une infusion de plantes médicinales, émettant ainsi une importante charge de vapeur à l’intérieur. Le guide l’accompagnait de musique et de chants traditionnels. C’est l’étape la plus froide du temazcal (23-28 degrés). * La 2e porte était le moment où le chaman expliquait la philosophie du temazcal, les infusions sur les pierres chaudes continuaient et la température s’élevait alors à 35 degrés. * La 3e porte était considérée comme la plus chaude de toutes (on arrivait à 40 degrés) avec un pouvoir de guérison plus important.

130

Le chaman continuait d’utiliser les herbes médicinales. Les Aztèques utilisaient beaucoup de plantes médicinales et de fleurs. Chaque plante avait une vertu particulière, pour soigner à la fois le corps et l’âme. Le temazcal était plus qu’un moyen pour rester en bonne santé, c’était également une façon de bénéficier d’un bien-être, d’atteindre une sorte de plénitude et d’arriver à un accomplissement personnel. C’était une alternative pour guérir, se réaffirmer, se purifier et embellir sa peau. Dirigée par un Chaman, cette cérémonie curative se déroulait toujours dans des petits espaces clos dans lesquels les prêtresses créaient une ambiance de vapeurs à base d’infusions d’herbes médicinales et aromatiques qu’elles versaient sur des pierres volcaniques rouges vives portées à très hautes températures. Au moment où cette eau médicinale touchait la pierre, elle se transformait en vapeur hautement bénéfique, pas seulement pour combattre les innombrables infections mais aussi pour retrouver son « âme » et son esprit. Les infusions pouvaient contenir du romarin, de l’eucalyptus, des fleurs d’oranger, du camphre, du jasmin, du citron, du cèdre, du santal, de la cannelle, etc. Les ingrédients étaient toujours choisis en fonction de l’objectif à soigner. La médecine traditionnelle aztèque, à l’image de la médecine chinoise, séparait toutes les maladies en deux catégories principales : les chaudes et les froides. Le froid démontrait un manque d’énergie, le chaud : un excès de stress et d’énergie Le temazcal réunissait les deux, pour fédérer le parfait équilibre.


Autres bénéfices médicinaux : les chamanes prétendaient que le temazcal utilisé thérapeutiquement donnait d’excellents résultats dans le traitement des désordres féminins comme l’infertilité, les problèmes durant la grossesse, la purification du lait maternel ainsi que la fermeté de la peau. Cette pratique ancestrale était très répandue. La cité impériale comprenait un nombre important de petites cabanes en terre cuite pour un usage domestique populaire. Les personnalités de haut rang disposaient elles, de structures plus luxueuses et plus confortables. Isabel Tecuipoch Moctezuma continua toute sa vie durant à pratiquer cet usage du bain traditionnel. Quand elle su lire et écrire, enseignement transmis par les prêtres Franciscains, elle ne renonça jamais à la tradition de ses ancêtres. Voici les textes transmis à ses enfants que les archéologues retrouvèrent, et qui sont exposés dans le palais actuel des Tolédo-Moctezuma à Casares en Espagne: «Avec le Temazcal, nous invoquons la sagesse et les pouvoirs de guérison de l’Air, l’Eau, le Feu et la Terre, que nous reconnaissons et honorons comme les donneurs de la vie. C’est un moment de pouvoir dans notre vie, une opportunité de réconciliation avec nous-mêmes, avec toutes nos relations, avec la vie, la santé, le bien-être et notre chemin spirituel». «Nous construisons une petite hutte avec des branches, qui portent la mémoire des arbres. Un ventre circulaire, obscure et chaud. Nous allumons un feu qui porte la mémoire du soleil et ses pouvoirs de guérison. Nous y réchauffons des pierres que nous entrons ensuite dans le Temazcal. Ces pierres, porteuses de la mémoire de la graine du père, fécondent le ventre de la mère. Sur ces pierres nous déposons des plantes aromatiques et de l’eau, pour recevoir de cette manière la bénédiction de la nature, notre mère. Lorsque nous fermons la porte, un mouvement s’initie par l’intention, l’oraison, le chant et le silence par lesquels nous pouvons alors toucher le mystère de l’univers d’où nous pouvons renaître et recréer notre vie par une cérémonie de purification et de reconnexion avec nous-mêmes et avec tout ce qui nous entoure». Le Temazcal libère les toxines par la sueur, nettoie la peau, stimule les organes grâce à l’augmentation de la température et les battements du cœur, adoucit la douleur ; détend les muscles, aide à l’équilibre. Isabel est une femme miraculée. Sauvée in extremis d’une mort certaine, elle porta jusqu’à sa mort l’espérance de son peuple.

131


Rituel Isabela De Moctezuma Nous femmes Aztèques, sommes très attentives à notre corps, le ‘temazcal»est un bain de vapeur qui agît pour notre bien être physique et spirituel. Il symbolise la chaleur du ventre maternel. Pour purifier notre peau, nous appliquons le plus souvent possible de la poudre de guarana et de l’argile rose. Nous protégeons notre visage des morsures du soleil avec un beurre de fèves de notre arbre magique le cacaoyer. L’écorce broyée du mimosa calme notre peau, elle favorise la cicatrisation de nos blessures de guerre, ou des morsures de serpents. L’orchidée à vanille embaume nos maisons. Elle est aussi offerte en rites sacrificiels. En échange nos dieux stoppent le vieillissement de notre visage. Mais chut... les missionnaires franciscains pourraient s’offusquer de mes propos et les juger hérétiques. La tomalt (tomate) utilisée en lotion enlève définitivement les petits boutons et apaise les peaux rougies par le soleil. Enfin, enduire nos cheveux et notre corps de tepezcohuite répare et protège.

132


Rituel Angelique Détoxification par un gommage aux céréales de maïs et piments doux. Effleurages avec un fluide réparateur à l’argile rose et poudre de Tepezcohuite. Enveloppement énergisant aux fèves de cacao. Hydratation profonde d’un beurre gourmand de Tucuma, d’Urucum et de cacao. Long massage au nectar tiède de macérât de vanille et de cire d’abeille. Brume d’eau aromatique de Dona Isabel de Moctezuma

Duree : 120 minutes

133


Composition

Rituel Isabela de Moctezuma revisitĂŠ par Angelique De Neuville

134


Beurre de tucuma Beurre d’urucum Beurrre de cacao Macérât de vanille Cire d’abeilles

Céréales de maïs doux Piments doux Argile rose Poudre de tepezcohuite Féves de cacao concassées

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

135


D

estin hors du commun pour la Begum Jahanara, fille du grand Moghol. Nous sommes au milieu du 17 ème siècle à Agra. Ville dynastique des Mughuls. Petit paradis par la délicatesse de ses jardins et de son architecture si caractéristique de ses mausolés.

136


Agra 1600 de notre ère Le Taj Mahal

137


138


La Begum Jahanara

S

a mère Mumtaz Mahal vient de mourir. Son père le Shah Jahan, inconsolable va ériger un mausolé qui deviendra un des plus prestigieux monument mondial le «Taj Mahal». Poésie pure en marbre. Majesté et magnificence, sans rival, le Taj Mahal est le seul de son genre à travers le monde. Le Taj Mahal est considéré comme l’une des huit merveilles du monde.

139


140


Temple sur l’e141 au


142


Le Taj est le plus beau monument construit par les Mughuls, les dirigeants musulmans de l’Inde. Le Taj Mahal est entièrement construit en marbre blanc. Sa beauté architecturale étonnante dépasse tout en beauté, particulierement à l’aube et au coucher du soleil. Le Taj semble briller à la lumière de la pleine lune. Les matins brumeux, si on le regarde depuis la rivière Jamuna, il nous donne l’illusion d’être suspendu. L’ entrée principale, gardée avec de solides portes en argent, est un labyrinthe de broderies en marbre. La begum Jahanara va naître dans une famille déchirée par les rivalités. Son père Shah Jahan avait commencé son règne en tuant ses frères; Plus tard ce sont ses fils qui le renverseront. En 1657, son fils Aurangzeb menera une insurrection, triomphant de toutes les forces impériales, il capture son père et l’emprisonne dans le fort d’Agra.

143


Femme à ses ablutions rituelles dans le Gange

144

Bien que soeurs, Jahanara et Roshanara se vouent une jalousie féroce. La famille est alors divisée en deux camps, Jahanara et son père, et Roshanara et son frère Aurangzeb. Ces deux derniers s’adonnent à la sorcellerie pour tenter de renverser leur père. Les historiens soupçonnent le Shah Jahan d’avoir entretenu une relation incestieuse avec sa fille Jahanara. Le Shah estimant qu’il était naturel de manger le fruit de l’arbre planté. Roshanara va alors user de toute son influence auprès de son frère, défendant ses interêts jusqu’ à payer une fortune pour tout un réseau d’espions. Roshanara n’aura de cesse de conspirer pour le renversement et l’emprisonnement de son père. Jahanara est une femme brillante, distinguée et très cultivée. A la mort de sa mère elle prend en charge le harem impérial. Jahanara est une «Shatki parfaite». Sa mère était une «Shatki voilée». Durant plus de vingt années Jahanara gouvernera quasiment seule devenant ainsi une «Shatki légendaire.» Elle tient de sa mère sa beauté: jeune persane fine et racée, au teint de lys, aux lèvres de grenade et aux 144 boucles de jais dont les yeux sont comme des «prunes de velours vert». Mais Jahanara n’ est pas que belle, elle organise les fêtes au palais, elle conseille les architectes, elle réconforte les pauvres. La bégum Jahanara devient une des femmes les plus respectée de la cour Mogole. Elle écoute, elle ordonne aussi, elle légifère et elle règne. Mise à part sa beauté, Jahanara représente la tolérance religieuse personnifiée. Une fois son père Shah Jahan massacre des hindous et détruit 66 temples à Benares. Jahanara réagit contre la violence de son père, malgré tout le respect et l’admiration qu’elle lui voue, elle ne peut s’empêcher de s’opposer fermement à ses actes de massacre qu’ elle juge barbares et inutiles.


145 Ablution dans le Gange


Femme marchant dans le complexe des temples Jain à Jaisalmer, Inde du Rajasthan. Ces bâtiments sont construits dans le style Dilwara et sont dédiés à Rikhabdevji et Shambhavdev Ji, les ermites Jain connus sous le nom de ‘Tirthankars’. Sculptures artisanales de grès jaune. Du 12 au 15ème siècle, ces bâtiments religieux sont situés dans le fort de Jaisalmer.

146


Alors qu’à son époque la plupart des femmes passent leur temps au sérail, à jouir des bienfaits de leurs conditions, Jahanara s’occupe des arts, de littérature et de politique. Elle possède une magnifique bibliothèque: Elle étudie langue et littérature arabe, persane et turque, elle découvre la littérature sanscrite ainsi que les philosophes grecs Platon et Aristote.

Mehndi (tatouage au henné) est effectué sur les mains et les pieds de la mariée, la nuit avant la célébration du mariage. Connue sous le nom «mehndi ki raat» ou «la nuit du henné» .

147


Angélique de Neuville Spa vous invite au voyage à travers ce rituel envoutant... « Au jardin des épices je rencontre une poétesse, fille du Grand Moghol..» «Connais-tu mes poèmes qui vantent la beauté de nos divinités? Nos recettes de beauté sont aussi nombreuses que les étoiles dans le ciel.» «A Agra et bien au delà des rives du Gange, nos femmes entretiennent depuis des millénaires la surface de leur corps jusqu’au plus profond de leur âme. Par nos rituels, nous honorons et apaisons notre Dieu.» «Les racines de l’anatamüla» purifient l’eau et la parfume. Le «ritta» (arbre à savon) mélangé à «l’haritaki»» nettoie en douceur nos mains, nos pieds et notre corps. En saison froide le «jaudi (huile de civette)» que nous importons des terres hautes du Tibet nous réchauffe.

148

Les principes fondamentaux de l’Ayurveda : le microcosme et le macrocosme ; les cinq éléments : l’éther/l’espace, l’air, le feu, l’eau et la terre ; les trois doshas, dont l’équilibre ou le déséquilibre influe sur la santé…


149


L’un des principes fondamentaux de l’Ayurveda est de considérer le microcosme à l’image du macrocosme. En d’autres termes, l’infiniment petit, de l’être humain jusqu’à la plus infime des molécules qui le composent, est le reflet de l’infiniment grand, des planètes ou des galaxies dans le cosmos, et fonctionne selon les mêmes principes.

150


LES TROIS DOSHAS Ces états de matière, du plus subtil au plus concret, sont présents sous différentes combinaisons en toute chose et donc, dans le corps humain. C’est cette combinaison des cinq états de matière qui constitue les trois doshas ou humeurs biologiques : Vata, Pitta et Kapha.

151


Rituel Begum de Jahanara Pendant la saison chaude et humide, nous utilisons beaucoup la pâte de santal mêlée à de la coquille d’huitre réduite en poudre et de l’argile. La cendre d’arec associée à de la canelle nettoie nos dents et fortifie nos gencives. Pour nos cheveux nous utlisons le Bhingarâj qui les protège du temps et garde plus lontemps leur couleur brillante. La trace rouge que laisse le henné sur les paumes des jeunes mariés est une preuve d’amour. Il symbolise également la fécondité. Enfin chaque époux appose le «sindûr» sur le front de leur femme, honorant ainsi l’énergie divine des dieux.

152


Rituel Angélique Rituel de purification détoxifiant aux cinq épices Enveloppement d’une crème précieuse d’ambre et de jasmin Soin beauté des pieds au beurre de basilic sacré Massage ayurvédique aux huiles équilibrantes de menthe et de bergamote Application douce de pochons tièdes d’avoine associée au gingembre, à la citronnelle et la noix de muscade. Douce friction du cuir chevelu avec une huile aromatique coco et ylang ylang Brume d’eau de santal et de jasmin 120 minutes

153


Composition

Rituel Jahanara revisitĂŠ par Angelique De Neuville

154


Cinq épices : cardamone, ajwain, cumin, garam massala, poivre vert. Crème d’ambre blanche Crème de jasmin Basilic sacré Huile de menthe et de bergamote. Pochons d’avoine et de gingembre. Citronnelle Noix de muscade Huile aromatique de coco et d’ylan ylang Eau de santal et de jasmin

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

155


D

ans l’Europe entière on surnomma la cour de Louis XV: « la cour parfumée », pour l’admirer ou la stigmatiser… De fait, le XVIIIème siècle est le siècle des «lumières » mais aussi des « parfums » et globalement de l’élégance… Des parfumeurs comme Fargeon et avant lui Dejean nous ont laissé des traités précis sur l’usage des matières premières et les goûts en terme de fragrances du siècle.

156


Versailles 1756 de notre ère 157


158


LaMarquise de Pompadour

Née Jeanne Antoinette Poisson

L

e 30 décembre de l’an 1721, naît à Paris Jeanne Antoinette, fille du sieur Poisson. Cette fille de rôturier, va en moins de vingt années gravir les échelons royaux un à un, pour devenir l’une des figures les plus emblématiques des «favorites» Royales. Jeanne Antoinette est belle, très belle.

159


Versailles (château)

160


U

ne dentition parfaite, un sourire ravageur, une peau douce comme de la soie, un teint parfait de porcelaine, et surtout l’esprit vif et l’intelligence qui l’ est tout autant. Son humour et son érudition savamment acquis au couvent des ursulines, lui valent très vite d’être la coqueluche des salons parisiens. Avant de devenir Marquise de Pompadour, elle épousera Charles Guillaume Lenormand d’Etiolles. C’est au cour d’un bal masqué donné en l’honneur du mariage de Louis de France fils du Roi Louis XV que Madame d’Etiolles, déguisée en Diane Chasseresse va séduire le Roi. Louis XV en tombe follement amoureux, l’installe à Versailles et lui alloue des appartements privés. Elle «règnera» sur Versailles au côté de son Roi, par sa beauté et son intelligence, quasiment durant 20 ans. Très impliquée en politique de part la justesse et l’habilité de son esprit, elle rayonne et turbillonne en organisant fêtes et présentations à la cour d’érudits, artistes et hommes de lettres. Siècle des lumières, des arts et du parfum... Même si, sous des fragrances subtiles de musc, d’iris et de civette se cachent souvent, des effluves lourdes et crasseuses.

161


162


Découvrez sans plus attendre ses secrets de beauté: Nous commençons par «l’ eau de pigeon», un must de l’époque, censé donner un teint naturellement beau et frais. : «Prendre de l’eau de nénuphar, de melon, de concombre, du jus de limon (citron), une once de chaque; de la bryone, de la chicorée sauvage, des fleurs de lys, de bourrache, de fève, de chaque, une poignée; huit pigeons que l’on a haché; mettez tout cela dans un alambic avec du borax, du camphre, de la mie de pain, du vin blanc et du sucre. Laissez macérer 17-18 jours, puis distillez et recueillez l’eau d’évaporation.» Oupsss... les temps changent, Dieu merci. En effet, à la cour de Louis XV, l’extravagance et le ridicule atteindront des sommets. Robes aux volumineux paniers, rubans et dentelles à foison, maquillages outranciers, coiffures et perruques sophistiquées. A partir de 1770, celles-ci devinrent de plus en plus hautes et élaborées, allant jusqu’à s’ orner d’objets ou d’animaux.

163


La marquise de Pompadour, possédait une baignoire à Versailles... Malgré le fait que la religion ne concéda qu’à partir de 1760 l’usage du bain pourvu qu’on ne le prenne pas par volupté mais par nécessité.

164

En 1773, Paris comptait sept établissements où il était possible de «prendre des bains aromatiques de santé ou de propreté à différents prix» mais on y allait plus pour se guérir que pour se laver. Sous l’influence anglaise, une importance nouvelle fut donnée aux cabinets de toilettes; mais seuls quelques privilégiés possédaient des baignoires ; les moins favorisés pouvaient néanmoins en louer une à domicile, avec son contenu d’eau chaude, et l’aromatiser avec des flegmes ou avec des compositions plus complexes.


Le XVIIIème siècle est le siècle des lumières mais aussi des parfums et globalement de l’élégance… Des parfumeurs comme Fargeon et avant lui Dejean nous ont laissé des traités précis sur la composition quelquefois complexe des eaux de bain, de toilette et de parfums.

165


166


Les historiens rapportent la passion du Roi et de la Marquise pour les orangers, les bouquets de fleurs, les bains (la remise en état récente de la salle de bain à deux baignoires de la Pompadour à Versailles l’illustre bien), les pots-pourris etc. A Versailles dans les appartements privés et secrets du Roi, le parfum est partout, quand bien même certains auteurs soulignent la puanteur des parties communes que le Roi fuit… Le couple s’installe souvent ailleurs, et la Marquise règne alors en maîtresse absolue des plaisirs et notamment ceux de l’olfaction. On signale dans sa comptabilité, des dépenses pour les parfums de cinq cent Livres par an…rien que pour ses dépenses parfumées. C’est tout l’environnement qui est parfumé. On a ainsi retrouvé une recette de Madame de Pompadour pour les pots-pourris qu’elle distribuait dans toutes ses maisons et pour lesquels elle avait fait réaliser les magnifiques pots en porcelaine de Sèvres qui nous sont restés. Les boiseries et la colle pour les tissus et papiers sont parfumés également ! Fleurs fraîches et pot-pourris dans les pièces, sels pour le bain, sachets pour les armoires, tout se parfume: les vêtements, gants, mouchoirs et bien sûr perruques et cheveux poudrés au talc de racine d’iris. Le parfum qu’on se met sur le corps ne fait que compléter ce feu d’artifice olfactif.

167


Vers le milieu du siècle, dans toute la France, de nouvelles eaux de senteurs plus subtiles apparaissent, vantées dans toutes les brochures des parfumeurs.

Parfum du Roi et de sa favorite la marquise de Pompadour éléboré par Fargeon Ainé, créateur de la grande Maison Oriza: Orange, Néroli et Bergamote dominent la tête et le bouquet rassemble les fleurs préférées du couple : rose, jasmin, gardénia, lilas, violette, jacynthe, jonquille œillet, tubéreuse etc. L’iris et l’ambre donnent l’élégance à ce bouquet plus poudré pour la Marquise et plus orienté vers l’agrume pour le Roi. Le corps du parfum est toutefois identique…

168

Certaines comme l’eau Impériale, étaient recherchées pour leurs fragrances plus soutenues. Très vite, la concurrence se développe entre les parfumeurs, en particulier entre l’eau à la Pompadour, l’eau à la Duchesse, l’eau à la Maréchale et enfin la fameuse eau de Cologne, dont la formule est encore utilisée de nos jours. D’autres nouvelles eaux de senteurs, aux notes fraîches et gaies (appelées bouquets d’odeurs) étaient désormais recherchées par toutes les élégantes. Les senteurs les plus puissantes se nommaient «esprits perçants», mais leurs prix très élevés en restreignaient l’usage. Le commerce des parfums représentait déjà une activité importante. En 1755, Malouin recommande un mélange de térébenthine, d’essence de romarin, de carbonate de soude et d’eau de lavande. C’est sous Louis XV qu’apparait le premier bain moussant : il comporte différentes matières réduites en pâte, et placées dans trois sachets dont l’un était très odoriférant. (paquets de modestie) A la cour de Louis XV, l’usage était de changer de parfum chaque jour; tout le monde s’en couvrait de la tête aux pieds, «hormis les philosophes qui cherchaient à se distinguer par leurs mauvaises odeurs», dira plus tard Alexandre Dumas. On imprégnait de senteurs les habits et les mouchoirs, même les boiseries étaient parfumées avant d’être posées sur les murs des boudoirs


Recette de l’Eau d’Ange de la Marquise: Dans un flacon, versez 20 ml d’hydrolat de rose, 20 ml d’hydrolat de fleur d’oranger, 20 ml d’hydrolat de mélisse. Dans un petit récipient, versez 1 cuillère à café de teinture de benjoin et ajoutez 3 gouttes d’huile essentielle de citron zeste, 1 goutte de girofle, 1 goutte de cannelle.

169


Rituel Marquise de Pompadour

Pour masquer les odeurs putrides qui règnent un peu partout dans ce pa-

lais, j’ai pris pour habitudes de diffuser dans mes appartements quantité de cônes d’encens que mes dames de compagnie font brûler en permanence. Pour garantir auprès du Roi une bouche saine et tenter ainsi l’ardeur de ses baisers, je mâche régulièrement des plantes de menthe, de marjolaine ainsi que des fleurs de lavande. Comme le Roi, je prends un bain tous les jours, le matin. Mes baigneuses préparent à neuf heure mes deux cuves en cuivre toutes deux recouvertes d’un drap de percale. L’une pour mes lavements, l’autre pour un rinçage méticuleux. Mes « bains de modestie » sont systématiquement préparés avec des petits coussins garnis de poudres d’amandes, d’ écorces d’orange et de racines d’iris. Mes cheveux sont brossés et poudrés pour les dégraisser tous les matins. Mon visage blanchit grâce à des pommades préparées par mes parfumeurs et coiffeurs. Pour cacher mes petits boutons j’ appose régulièrement des mouches, petites pastilles de taffetas noires.

170


Rituel Angélique Brume hydratante d’eau de Hongrie. Royal et divin effleurage gommant aux sucres et roses de mai. Douces frictions hydratantes de gelée diaphane d’iris et de lys blancs. Onctueux enveloppement d’une crème douce parfumée au tendre lilas et à la rose de printemps. Beauté des mains et des pieds à partir d’un beurre fouetté de roses et de canelle. Délicat massage au tendre néroli Durée 130 minutes

171


Composition

Rituel Marquise de Pompadour revisitĂŠ par Angelique De Neuville

172


Eau de Hongrie Sucre roux Roses de mai Gelée diaphane d’iris Lys blancs Lilas Beurre fouetté de roses Canelle Néroli

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

173


L

orsque nous avons créé la gamme Angélique de Neuville Spa, notre objectif, outre d’affirmer une marque différente et ludique, était de plonger le public dans un univers surprenant et insolite. L’ ensemble de nos 16 rituels sont inspirés d’héroïnes féminines qui ont marqué, chacune à leur manière leur époque. Caohama est l’une d’entre elles.

174


Talhushatchee 1850 de notre ère

175


176


Cahoama panthere de l’Alabama

S

on peuple les Muskogees habitants des terres hautes situées au sud de l’Alabama et des rivières Chattahoochee et Séminole, affrontera en 1835 la plus terrible des épreuves. Celle d’être chassée de ses terres, déporté à des milliers de kilomètres pour être parqué comme des bêtes dans des réserves. Cette déportation s’est faite dans les larmes, et le sang. Des milliers d’Indiens creeks, cherokees, séminoles sont morts sur cette piste, de froid, de faim, de fatigue et d’épuisement.

177


178


Caohama nous raconte... «Je suis née aux heures encore chaudes d’une fin d’après midi d’automne. Ma mère est une femme médecine. Elle soulage de ses chants et de ses plantes tous les maux de notre tribu. Que ma terre est belle... Au hasard de mes cueillettes, je croise tous les animaux des rivières et des plaines. Mon peuple vit en parfaite harmonie avec Mère nature qu’il respecte. Nous vivons au rythme des saisons, et des transhumances du gibier que nous suivons d’un territoire à l’autre.»

179


Nous respectons les périodes où les femelles mettent bas, nous ne prélevons à la terre nourricière qu’une juste part pour nous nourrir et nous vêtir. L’ ours courageux des montagnes, l’aigle au regard percant, et le loup aux pattes agiles sont nos totems. Il en est ainsi depuis des milliers de lunes. Mais depuis «Kachina», mon coeur se brise, mon âme s’emplie de la peine et de la colère de mes frères et soeurs. Nos enfants meurent sur cette piste de la honte. Bientot nos larmes gonfleront le lit des rivières asséchées, pour emporter ces diables blancs qui ne sèment que la mort et le désespoir sur leur passage. Ils ont voulu nos terres, qu’ils ont acheté aux plus cupides d’entre nous pour des malles remplies de papiers dont nous n’avons que faire. Le grand manitou qui berce de sa sagesse l’esprit de nos ancêtres me murmure chaque nuit dans mes rêves, de fuir.

180


181


Entre 1831 et 1838, les Indiens sont déportés, et leurs terres cédées aussitôt aux colons. Les lois discriminatoires votées en Géorgie finissent par dissuader les plus courageux d’entre eux de demeurer sur un territoire exsangue...

182


183


184


Cette période fût un drame absolu, un véritable génocide, en voici la très stricte et triste chronologie: 29 décembre 1835 : Traité de New Echota : 300 à 500 des 17 000 Cherokees vivant à l’est du Mississippi (la délégation Ridge, menée par les Cherokees John Ridge et Elias Boudinot) signent pour l’ensemble de la nation un traité qui cède aux Etats-Unis leurs terres pour cinq millions de dollars, en violation des lois Cherokees, et sans un seul élu parmi eux. Le Congrès ratifie ce traité l’année suivante d’une voix, malgré les protestations de John Ross. Les 465 Cherokees signataires partent pour l’ouest en 1837. Mars 1838 : le philosophe Ralph Waldo Emerson proteste par une lettre envoyée au président Martin Van Buren contre ce traité. 18 mai 1838 : l’ échéance du traité de New Echota étant arrivée, le général Winfried Scott commence à faire rassembler les Cherokees dans 31 forts, avec uniquement les vêtements qu’ils portaient. Fin juillet 1838 : Ils sont ensuite rassemblés dans onze camps prévus à cet effet (dix au Tennessee, un en Alabama).

185


Environ 3000 Cherokees font route par voie fluviale à partir de juin, et arrivent jusqu’en septembre dans le Territoire indien. 16 octobre 1838 : Départ des Cherokees restant par les chemins. Ils parcourent 1750 km, atteignent le Mississippi en novembre, mais les 5000 derniers restent bloqués sur la rive Est tout l’hiver. Les premiers groupes arrivèrent en janvier à Fort Gibson. Mars 1839 : arrivée des derniers Cherokees. Environ 4000 d’entre eux au moins, 8000 au plus, sont morts en chemin, de froid, de faim ou dépuisement, le long de la Piste des Larmes. Juin 1839 : John Ridge et Elias Boudinot sont assassinés. Les quatre autres Nations civilisées furent déportées de la même manière, et connurent aussi leur piste des larmes. Ce nom vient des larmes de compassion versées par les Américains qui les voyaient passer devant eux. Quelques Cherokees réussirent à se cacher dans les montagnes, dont Cahoama, et des Séminoles dans les marais des Everglades. Cahoama sera l’une de ces victimes qui échappera par miracle à une mort certaine. Elle s’enfuira en emmenant avec elle un petit groupe de 15 femmes et enfants. Bien plus tard, devenu à son tour femme médecine, elle racontera à ses arrières petits enfants ce qui fût pour elle l’épreuve de sa vie: «Notre chef Opothle Yahola nous supplie de resister aux soldats blancs, de ne pas partir, de ne pas abandonner notre terre-mère nouricière.»

186


187


Q

uitter nos terres c’est trahir la mémoire de nos ancêtres, c’est aussi abandonner nos rites. Chaque ruisseau, chaque arbre est notre identité. Les soldats blancs sont venus un matin, las de nos hésitations et de notre résistance passive. Cette fois ci, ils nous chassent avec leurs bottes et leurs fusils, mêmes leurs cheveaux me font peur. Les enfants courent, hurlent, les guerriers pourtant si vaillants et si nobles veulent éviter le massacre, nous nous soumettons. Nous avons trop tardé, les soldats nous chassent dans une bousculade et dans un désordre chaotique. Nous courons dans tous les sens, affolés évitant les sabots, les coups de sabres et les balles perdues. Un petit groupe à cinq cent mètres de notre village, parmis lesquels nous reconnaissont d’autres tribus voisines, nous fait signe de les suivre, résigné. J’ai peur, mon coeur se serre à la vue des larmes de notre chef Opothle Yahola... Je marche depuis bientôt une heure, les températures de cet fin d’automne sont encore claimantes. Soudain je réalise que je suis pieds nus, que je n’ai pas eu le temps d’emporter quoi que se soit.

188

Ni couverture, ni habit, ni change et encore moins de nourriture. Je ne cherchais qu’à sauver ma vie. Nous marchons maintenant depuis des heures, à la fatigue vient s’ajouter le désespoir de l’inconnu. Où allons nous... ? que vont faire de nous les soldats? Fier, Opothle Yahola ouvre la marche en silence. Derrière lui les enfants rient bien que fatigués, inconscients du danger et du drame. Enfin, tard dans la nuit, les soldats donnent l’ordre d’arrêter le convoi et de camper. Mes pieds sont gonflés, en sang. Je suis trop épuisée pour avoir faim. J’ai soif, la poussière de cette marche infernale me ronge le dos, me brûle la gorge, mon ventre est en feu, je saigne.» Les femmes pleurent... Je me dirige vers les trois uniques chariots qui composent notre groupe. Nous sommes une soixantaine de frères et soeurs d’infortune. Quinze soldats armés nous encerclent en permanence. L’un d’eux me fixe du regard depuis notre départ, son regard empli d’envie me terrorise. J’ai perdu toute trace de ma famille. Je ne sais, ni où sont mes parents, ni, si ils ont survécu à l’assaut des soldats. Au fond de moi j’espère que mon mari viendra nous secourir. Parti à la chasse depuis deux lunes je suis certaine qu’il est déjà sur nos traces. J’implore les esprits qu’il en soit ainsi. Où allons nous? Les enfants sont pieds nus, les nuits sont glaciales. J’ai peur Nous ne pourrons pas aller bien loin si peu équipés.»


«Voila bientot plus de quinze jours et quinze nuits que les soldats se sont abattus sur notre village. Nous marchons toute la journée. Nous sommes faibles et sans énergie. Nos maigres ressources sont épuisées depuis trois jours. Les enfants ne pleurent plus. Pour certains, leurs petits yeux se sont à jamais fermés d’ épuisement et de tristesse.» Après s’être fait violé à trois reprises, Cahoama s’enfuit par une nuit très sombre. Il faisait très froid, elle franchit avec une dizaine d’enfants une petite rivière. Elle parcouru une dizaine de miles avant d’être miraculeusement recceuillie par une tribu encore libre. Plus de 4000 enfants moururent de faim et d’épuisement sur la piste des larmes entre 1835 et 1837

189


Rituel Cahoama Nous protégeons notre peau d’une pierre ocre que nous pilons et que nous mélangeons avec des beurres d’avocat ou avec les huiles que nous fabriquons. Cela nous protège du soleil, et notre peau devenue rouge n’en souffre plus. Nos soins soignent tant nos corps que nos cœurs et nos esprits. Je suis une femme médecine, gardienne de l’oracle du feu et de l’eau. Nous utilisons nos voix, nos chants pour apaiser et calmer les âmes en souffrance. Je travaille avec les pierres sacrées qui nous lient à la grande sagesse de « Mère-Terre ». Apprends à danser avec les épreuves et obstacles de ta vie, si tu veux progresser. N’ essaie pas de fuir les difficultés. Si tu rencontres un rocher sur ta route, contourne le... Un fleuve, glisse avec son courant, ne cherche pas à le remonter en arrière.. Pour nos rituels qui purifient nos corps et nos esprits, nous brûlons de la sauge blanche mêlée à du foin d’odeur, du genévrier et des branches de cèdre. La fleur de pissenlit jaune, macérée dans nos huiles, nous procure calme et soulage les irritations et blessures.

190


Rituel Angelique Brumisation d’eau pure d’aloé vera avec pose de serviettes délicieusement fraîches ou chaudes. Enveloppement corporel purifiant aux argiles ocres et rouges. Soin beauté des mains et des pieds aux beurres de cannelle et baies d’acaï Lotion aromatique de lavande et de thym avec massage bienfaisant de la tête. Massage décontractant aux huiles de plantes sauvages. Pose de pierres chaudes sur les centres énergétiques.

Durée: 75 minutes

191


Composition

Rituel Cahoama revisitĂŠ par Angelique De Neuville

192


Aloé vera Argile ocre et rouge Beurre de cannelle Baies d’acaï

Lavande Thym Huiles de plantes sauvages Pierres chaudes

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

193


M

agie d’un rite ancestral Raffinements, délices, luxe et volupté. Au pays des pivoines, du héron dormeur, de la grenouille pétillante, c’est toute une culture qui nous séduit par sa richesse qui n’a d’ égale que sa splendeur.

194


Himeji Castle 1900 de notre ère

195


196


Lady Hatsusebe

L

ady Hatsusebé vit dans une «okiya» dans la ville fleurie, depuis sa plus tendre enfance. C’est en qualité de «Shikomicos» qu’elle fût cédée à une «okasan» par ses parents très pauvres, dès l’âge de onze ans pour devenir futur «geisha». Des années durant Lady Hatsusebé fut éduquée pour maitriser parfaitement l’art du thé, celui de la danse, du chant et de la musique. Il lui fallut travailler dur pour rembourser son «okasan», sa mère adoptive. Le «mizuagé» (mise aux enchères de sa virginité) fût un véritable tournant de sa vie.

197


198 Forêt de bambous d’Arashiyama Kyoto


199


200


Lady Hatsusebé ne rayonnait pas uniquement par sa beauté singulière, si lointaine de nos références occidentales, mais plus par son art unique de la danse, sa maitrise si envoutante de l’air et de l’espace qui en fit en quelques heures seulement, une des geishas les plus en vue de la société Niponne. La petite «Maikos» est devenu une Reine...

201


202

Kendo, l’art japonais du sabre


Lady Hatsusebe naît dans un Japon en pleine mutation. Son protecteur est le fils d’un des derniers Samouraïs. À l’époque du féodalisme décentralisé (avant le XVIII s.), la plupart des samouraïs sont des cultivateurs qui accompagnent leur «daimyo» au combat : ils reçoivent pour leur allégeance, un salaire de riz. Ils ont également le privilège de porter deux sabres. Après l’introduction des armes à feu et la construction de châteaux forts, les samouraïs constituent une véritable cour à la résidence du daimyo. Son «protecteur» Toyotomi ne cultive plus l’art de la guerre, comme le pratiquaient ses ancêtres, mais celui du kendo et des affaires. Les armes à feux et l’ouverture du Japon vers l’Occident ont changé la donne.

203


Toyotomi est l’ennemi de Tokugawa, lui aussi dernier «shogun». Toyotomi vit dans un passé à jamais perdu... Celui des hommes d’honneur, courageux...Son père se battra, sans espoir de victoire, uniquement pour l’honneur affrontant les armes à feux du jeune empereur Muji. Le Japon en route pour une ère nouvelle balaye d’un revers de manche de kimono ce qui fut l’espace d’un millénaire toute la culture d’un peuple guerrier.

204


205


206


Un visage fardé de blanc ainsi qu’une partie du dos (excepté un bout de nuque laissé pure ), les joues, les yeux et les lèvres maquillés en rouge et pour finir les sourcils et contours des yeux tracés en noir à l’aide d’un charbon, le maquillage est terminé. Les maikos (apprenties geishas) devaient obligatoirement porter ce maquillage. Pour la coiffure, les maikos comme leurs ainées, sont coiffées de chignons traditionnels japonais. Pour les apprentis geishas, le chignon est fendu en deux et au milieu, une étoffe de soie rouge fixe le tout. Cette coiffure est appelée : chignon « en pêche fendue » (du japonais momoware ou wareshimomo). Ces chignons n’étaient pas réalisables par soi-même. Ainsi, toutes les semaines, les maikos/geishas devaient se rendre chez un coiffeur spécialisé. Pour éviter d’abimer prématurément leurs chignons, elles devaient dormir sur un repose-nuque, leurs cheveux très longs, ne devant sous aucun pretexte, toucher le sol.

207


208


Après une suite de gestes minutieux, on verse pour chaque invité trois cuillèrées de Matcha dans un bol, puis une louche d’eau chaude, on bat la mixture avec un fouet en bambou jusqu’à obtenir un liquide épais.

209


210


Les rituels ancestraux de beauté des geishas étaient multiples et précis : les dents devaient être laquées en noir pour se différencier des animaux. « L’Ohaguro » est obtenu par le délayage dans du saké ou du thé d’un mélange de limaille de fer et de noix de galle. Elles appliquaient au pinceau cette mixture plusieurs fois par jour. Pour obtenir une couleur noire et lustrée de leurs cheveux, elles veillaient à appliquer une décoction d’arbre de Judée. Pour satisfaire à l’ élégance suprême « d’o-shiroi » elles veillaient à blanchir leur visage grâce à la poudre de « Kona-o-shi- roi. »

211


Leurs sourcils étaient minutieusement épilés pour gommer ce qu’elles estiment êtrent d’ horribles petites chenilles.

212


213


Rituel Lady Hatsusebe

214

Tes sourcils tu épileras pour gommer ces horribles petites chenilles. Tu les redessineras plus haut sur ton front. Tu prépareras pour ce dessin délicat le « Mayuzumi ». Pâte onctueuse que tu obtiendras en broyant quatre petites pelures de châtaignes avec du charbon de paulownia ou un mélange de fleurs brulées, de la poudre d’or, du noir de fumée et enfin de l’huile de sésame. Tu donneras alors à ton trait la légèreté du rossignol, celle des nuages de printemps, la finesse du cocon de soie ou encore celles des antennes du papillon. Enfin, grâce au rouge de carthame (beni-bana) que tu appliqueras sur ta bouche, ton grain de peau apparaitra ainsi dans toute son immaculée transparence. Un léger rose « tonoko » tu poseras sur ton front, tes ailes du nez ainsi que le coin de tes paupières.


Rituel Angelique Douce exfoliation aux trois thés et poudre de bambou. Enveloppement du baume des concubines au yuzu, à l’huile de son de riz, thé vert et soie. Soin des pieds au beurre de cerise et à l’huile fine de coton Modelage Majestueux aux huiles impériales de prunes et de tubéreuses. Brume d’eau au thé vert rehaussée d’un soupçon d’aloe vera

95 minutes

215


Composition

Rituel Lady Hatsusebe revisitĂŠ par Angelique De Neuville

216


Trois thés verts Poudre de bambou Yuzu Huile de son de riz Extrait de cocon de soie Beurre de cerise Huile fine de coton Huile impériale de prunes et de tubéreuses. Aloé vera

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

217


La terre d’Aminatu, le Kaokoland est immense. Elle est délimitée au nord par le fleuve Kunéné, le fleuve frontière qui sépare la Namibie de l’Angola, au sud par la rivière Hoanib, à l’Est par l’Ovamboland et le bassin d’Etosha, à l’Ouest par le parc national de la côte des squelettes, la partie la plus sauvage et la moins accessible du désert du Namib.

218


Kaoko, Namibie 1920 de notre ère

219


220


Aminatu A

u pays de Kaoko, Aminatu grande prêtresse de Namibie fut une femme d’un courage exemplaire. Porteuse d’ espoirs de tout un peuple, elle affronta seule face à l’ ennemi cruel et perfide une terre inconnue, où elle sauva par son courage des dizaines d’enfants et leurs jeunes mères.

221


Nous sommes au début du XX siècle, Aminatu appartient au peuple «bantou». Voila maintenant plus de quatre siècles que ces tribus nomades «les Himbas», transhument au départ du Nil, traversant le Zimbabwe pour s’établir aux frontières de l’Angola et de la Namibie. Leurs pieds foulent cette magnique terre rouge, couleur naturelle ocre, ou bien est-ce le sang de ces milliers de victimes du premier génocide de ce début de XXième siècle. Les femmes himbas sont fières et belles, pubères elles arborent avec fierté leur poitrine insolente. En août 1904, le sud ouest Africain est occupé par l’Allemagne, le Génèral Lothar Von Throta, bras armé de Guillaume II décide de s’emparer des terres, d’exterminer les Héréros «himbas». Toutes âmes vivantes: hommes, femmes, enfants doit partir ou mourir. Ses propres paroles resteront à jamais gravées dans l’histoire des crimes contre l’humanité.

222


223


224


Les soldats Allemands exterminent tout sur leur passage, en quelques semaines, ce sont plus de 5000 civils qui sont ainsi exécutés. Systématiquement, les cahutes sont brulées, les enfants qui fuient, tombent sous les balles assassines. La terre devient rouge, c’est tout un peuple chassé de ses terres qui agonise. Aminatu rassemble en toute hâte, les enfants de son village, les hommes sont aux maigres paturages de ces contrées quasi désertiques. Trop tard, elle doit fuir, elle le sait, elle le sent. Le vent furtif lui a murmuré depuis trois jours la triste mélopée des âmes errantes lâchement brisées. Sans réfléchir Aminatu va fuir, le désert est son ami, il ne lui fait pas peur. Le fleuve Kunene, plus loin lui apportera de quoi remplir ses callebases et les quelques outres faites en peaux de chèvres. Elle sait que son peuple est en danger, les oiseaux se sont tus déja. Elle a si souvent courtisé la mort dans ses songes, qu’aujourd’hui c’est elle qui lui donne l’ordre de partir et d’emmener, ce qui deviendra le peuple de demain. Aminatu, pourtant si joyeuse a peur ce matin là, peur de l’inconnu. Elle ne connait que cette berge du fleuve. Elle doit fuir dans le désert d’Omaheke, très loin sur les terres du Khalahari. La mort lui a soufflé dans sa magie, de prendre avec elle toute l’eau qu’elle pourra emporter. Sur sa route trois puits ont déjà été empoisonnés par les troupes allemandes.

225


226


Dans sa fuite Aminatu, part avec quelques vaches et quelques chèvres, leur lait et leur sang réconforteront les plus faibles. Courageuse Aminatu. Elle se cache le jour, dans ses montagnes, calme les pleurs des enfants, réconforte les jeunes mères sur le point d’accoucher. Elle marche dans la fraîcheur de la nuit, préférant la cruauté des fauves plutôt que celle des hommes. Aminatu est devenue par son courage et sa force, la gardienne de tout un peuple. Elle fut sa voix, sa mémoire et sa fierté. Les tribus vivant aujourd’hui de nouveau sur leurs terres lui doivent l’intégrité de leurs coutumes ancestrales.

227


E

lle a gardé le feu, la voix et la mémoire de tout un peuple. Aujourd’hui sédentarisé au nord D’Opuwo, on devine ce qu’à pu être Aminatu cette grande prêtresse de Namibie. Ces femmes cultivent leur beauté en soulignant les formes de leurs corps par de la poudre d’hamatite mélangée à de la graisse de bétail. La terre d’Aminatu, le Kaokoland est immense. Elle est délimitée au nord par le fleuve Kunéné, le fleuve frontière qui sépare la Namibie de l’Angola, au sud par la rivière Hoanib, à l’Est par l’Ovamboland et le bassin d’Etosha, à l’Ouest par le parc national de la côte des squelettes, la partie la plus sauvage et la moins accessible du désert du Namib. Cette région est une des régions les plus inhospitalière. Le climat est rude, avec des températures très élevées en été (45°), une très courte saison des pluies (en général de Février à Avril), et un taux de précipitations annuelles très faible qui décroît d’Est en Ouest (300 mm par an à l’Est, 50 mm à l’Ouest). La végétation est très clairsemée et se rarifie en allant vers l’Ouest. Il s’agit d’une brousse arbustive de type savane à mopane, avec parfois des arbres plus importants comme le Baobab ou le Sycomore. Une grande variété d’aloès, d’Acacias, de Commiphoras et de plantes médicinales. Pasteurs semi-nomades, les Himbas vivent et pensent pour accroître le troupeau. C’est pour être aussi belles et aussi fortes que les vaches rousses, réputées être les plus résistantes, que les femmes Himbas se couvrent quotidiennement le corps d’ocre (otjize) et de graisse (omaze). Il existe plus de cinq cents mots dans le langage Himba pour désigner le bétail. Aujourd’hui encore, les Himbas tirent l’essentiel de leur subsistance de leurs troupeaux. Ils se nourrissent du lait des vaches et de viande.

228


229


230


Avec le cuir des vaches et des bœufs, les Himbas se confectionnent des ceintures, des besaces, des couvertures et des parures. Les jupettes des femmes sont faites de peaux de mouton. Mélangée à de la terre, la bouse de vache sert à construire des cases qui restent chaudes en hiver et fraîches en été. Par dessus tout, le bétail est un symbole de statut social. Un homme sans bétail, ou qui en possède très peu, n’est pas respectable. Le mot Tjimba, qui signifie Himba sans bétail, est considéré comme une injure. Mais plus que tout cela encore, le bétail est pour un Himba le moyen de se réaliser complètement, en tant qu’individu. Un Himba entretient une relation intime et unique avec chacune de ses bêtes. La production vivrière reste inexistante, car elle contraint les individus à une forme de sédentarisation. Les seuls espaces cultivés se trouvent autour du village du chef de circonscription qui forme avec sa famille un noyau sédentaire. Le travail des champs incombe aux femmes et la culture principale, voir unique est le mil. Les céréales ou le tabac leurs sont donnés en échange de quelques vaches ou chèvres. Pendant la saison humide, les Himbas vivent aux alentours des points d’eau temporaires. Ils se dispersent par tout petits groupes (parfois seulement une ou deux personnes) avec une partie du bétail et partent dans les montagnes en suivant la pluie, à la recherche de nouveaux pâturages. Leur parcours de pâturage varie d’une année à l’autre et il est impossible de donner avec exactitude le tracé de leurs migrations. Les Himbas essaient d’utiliser les points d’eau temporaires le plus longtemps possible et d’arriver le plus tardivement dans l’année autour des points d’eau permanents, afin que ceux-ci contiennent encore de l’eau à la fin de la saison sèche. C’est rarement le cas.

231


Les Himbas arrivent généralement dans les campements permanents à la fin du mois de Juin. Les campements sont alors beaucoup plus regroupés, et plus peuplés. C’est à cette époque-là qu’ont lieu la majorité des cérémonies. Pour le peuple Himba, qui est une société matriarcale, les femmes transmettent les droits de propriété et d’héritage. Propriétaires du troupeau, les femmes jouent un rôle essentiel dans la société. Leur structure sociale s’organise autour d’une double appartenance à deux clans : l’un patrilinéaire et l’autre matrilinéaire. Selon la croyance, chaque individu hérite son sang de sa mère, tandis qu’il reçoit ses caractéristiques spirituelles de son père.

232

Il en résulte, en pratique, que les droits de propriété, d’héritage et par extension, l’exercice du pouvoir économique sont régis par des règles matrilinéaires alors que les pouvoirs spirituels et politiques se transmettent de père en fils. Comme nous l’avons vu, traditionnellement les Himbas se teignent la peau en rouge avec une pommade réalisée à base de graisse animale, de cendre et de poudre d’hématite. Cet onguent leur permet de se protéger de l’ardeur du soleil, de la sécheresse de l’air, des insectes. Les femmes coiffent avec soin leur chevelure. La forme des tresses, et leurs accessoires donnent des informations sur leur situation sociale et familiale (mariée ou en âge de l’être…).

Après leur mariage, elles tressent leurs cheveux et adoptent le port d’un petit chapeau en peau de chèvre appelé « errembe ». Elles portent des bracelets de cuivre, des colliers et l’«ohumba» un coquillage blanc, symbole de fertilité. Chaque jour, les rituels de beauté sont immuables. Les femmes prennent l’hématite, cette pierre rouge qu’il faut une fois par mois aller extraire d’une carrière de la région quand on ne l’achète pas. Reste ensuite à la réduire en une poudre, la plus fine possible. Puis, elle est mélangée à de la matière grasse animale autrefois conservée dans une corne. Dans l’intimité de leur case, les femmes s’enduisent de la tête (chevelure comprise) aux pieds de cet onguent qui rend leur peau soyeuse et les protègent des rayons du soleil. Les enfants ont droit au même traitement. Les jupettes en peau de chèvre plissées sur les fesses découvrent juste le haut des cuisses. Chaque jour, le vêtement est graissé longuement pour éviter qu’il ne durcisse et rende la marche inconfortable. Puis, un petit brasero est allumé, on y dépose quelques plantes odorantes (bois des arbres mopane, tout autre parfum est proscrit) et on coiffe le tout d’un cône en branchages sur lequel est posé la jupette… C’est le pressing Himba… De lourds colliers ornent le coup des femmes. Lorsqu’il comporte un coquillage, c’est signe de fécondité et indique qu’elles sont en âge de procréer. Parmi les autres caractéristiques de l’ethnie, les coiffures. Chacune signifie quelque chose et porte donc un nom différent. Les femmes se tressent d’abord les cheveux avant de les enduire avec de l’«otjize ». Avant la puberté, les filles n’ont droit qu’à deux tresses, le nombre augmente la puberté passée. Puis vient «l’errembe», coiffe en peau de chèvre portée par les femmes mariées alors que «l’ekori» est porté pour le mariage ou les cérémonies.


233


Dès qu’elles ont leurs premières règles, une cérémonie est organisée en leur honneur. Les femmes Himbas reçoivent des colliers en métal et des bracelets assez lourds autour du cou et des chevilles. Le collier en fer est rempli de terre compactée. Pour les chevilles ceux-ci comportent des bandes verticales indiquant le nombre d’enfants : 1 bande pour un seul bébé, 2 bandes quand il y en a plus. La jeune fille porte une ceinture tant qu’elle n’est pas devenue mère.

234


235


Lorsqu’elles mettent au monde leur premier enfant, elles perdent le gros collier qu’elles portent autour du cou, on appelle cela « ombuena ». Lorsque la femme Himba attend son premier enfant, les parents de celle-ci lui ouvrent le collier pour signifier qu’elle va devenir maman et passer du stade de jeune femme à femme à part entière. Plus les Himbas vieillissent, plus ils portent de bijoux et notamment de bracelets aux chevilles. La femme himba n’utilise jamais d’eau et ne se lave donc pas tandis que les hommes qui accompagnent le troupeau, ont accès à des points d’eau occasionnellement. Pour faire sa toilette, elle procède donc à des fumigations quotidiennes. Le culte des morts ainsi que les funérailles ont une grande importance chez le peuple Himbas. Tous les membres de famille, proches et lointains sont réunis. Le rôle de la femme est paradoxal lors des funérailles : elles qui possèdent le bien de la famille et qui mènent la village à la baguette se retrouvent dans une position d’infériorité pendant la totalité de la cérémonie. Elles s’agenouillent et marchent à quatre pattes, accomplissent le rite et se retrouvent recluses dans une hutte jusqu’à la tombée du jour. Les hommes, pour leur part, assurent un rôle supérieur. De temps à autre, un homme s’avance vers la couronne de Mopan. En suçant les feuilles et en recrachant l’eau qu’elles contiennent, il purifi le lieu de la célébration... Le moment fort du Deuil est le sacrifice d’un taureau : L’abattage du taureau s’exécute par strangulation, pour conserver intacte la totalité de ses parties nutritives. Avant de cuire la viande, un vieux s’avance pour faire une divination concernant l’avenir du village. Il trouve son inspiration dans les viscères de l’animal. Les funérailles s’achèvent par la purification de ceux qui ont été en contact avec le défunt.

236


Dans l’intimité de leur case, les femmes s’enduisent de la tête (chevelure comprise) aux pieds de cet onguent qui rend leur peau soyeuse et les protègent des rayons du soleil. Les enfants ont droit au même traitement. L’intérieur de l’habitation est assez dégarni. Quand on y rentre, les hommes doivent gagner la partie gauche, tandis que les femmes la droite. Un feu à l’entrée sert exclusivement à l’éclairage-chauffage car la cuisine est réalisée ailleurs. Le lit est en cuir de vache, le sol souvent nu. Aucun meuble n’agrémente l’espace vacant.

237


Rituel Aminatu Pour nous protéger des rayons ardents de notre soleil et de la sécheresse de l’air et des insectes, nous enduisons toute la peau de notre corps d’Otjize et d’omaze. C’est une huile de beurre de vache et de poudre d’hématite, une ocre rouge. Même nos cheveux en sont enduits. Nous les roulons en tresses en fonction de notre âge et de notre rang dans le village. L’ eau ne touche pas notre corps, elle est trop précieuse dans ce désert et n’ est utilisée que pour boire et abreuver nos troupeaux. Pour garder notre peau saine et parfumée avec des plantes assainissantes, nous utilisons aussi des fumigations de bois des arbres mopanes.

238


Rituel Angelique Délicieuse et douce exfoliation au sable du désert et poudre de café du Cameroun. Emulsion lactée de fleurs d’hibiscus et kigelia africana Enveloppement terres d’Afrique (préparation de poudres d’épices) Savante application de beurres moelleux de karité sacré, kpangnan et cacao blanc du burkina Modelage réconfortant aux huiles de baobab et melon d’eau du Kalahari Brume d’eau d’aloe vera d’orange et de cannelle

Durée 125 minutes

239


Composition

Rituel Aminatu revisitĂŠ par Angelique De Neuville

240


Sable du desert Poudre de café du cameroun Fleurs d’hibiscus Kigelia africana Poudres d’épices terre d’Afrique Karité, kpangan Cacao blanc du burkina Huile de baobab Melon du Kalahari Aloé vera, orange, cannelle

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

241


V

éronique est une femme moderne. Libre, émancipée, elle assume avec quiétude sa féminité. Au-delà des stéréotypes, elle se considère citoyenne du monde. Pour Véronique la féminité et la beauté ne s’exprime pas uniquement qu’au travers des qualités physiques perceptibles de l’extérieur. Véronique est belle, forte des combats qu’elle mène, non plus pour des conquêtes territoriales, ou de pouvoir. Ses combats à elle sont les combats de l’amour, l’amour de sa planète avec tout le respect que cela implique. L’amour de son prochain dans toute la générosité et le partage qu’il convient de manifester vers la détresse, l’injustice et l’intolérance.

242


Newyork, Paris, Genève, Milan, Pékin, Londres, Dublin, Sydney, Dubaï, Moscou Quelque part sur terre en 2018

243


244


Veronique la contemporaine V

éronique assume ses choix. Ceux d’ élever ses enfants, de faire carrière, de s’ engager pour une grande cause, pourvu qu’elle soit en parfaite harmonie avec ses convictions. Véronique habite en ville ou pas. Ce qu’ elle aime par dessus tout, ce sont ses passions qu’ elle exprime au travers ses ambitions. Celles d’être peintre, styliste, agricultrice, mère au foyer, volontaire et engagée.

245


Paris

Moscou

Véronique est citoyenne du monde. Elle vit à Dubaï, Moscou, Paris, Newyork, Ouagadoudou, Geneve ou Bruxelles. Les rythmes effrénés des villes qui ne dorment jamais, la pousse a osé imaginer un monde différent. Véronique prend conscience de la fragilité du monde qui l’entoure. Ses engagements tournent de plus en plus autour des vrais combats, entre autre, ceux qui visent à sauver notre planete si fragile. Véronique a conscience qu’ elle ne fait qu’ emprunter le monde à ses enfants.

246 Londres


Dubaï

247


248 Fenêtres ouvertes sur notre si belle planète...


249


Véronique aime la vie, elle s’inscrit dans une positive attitude. Elle équilibre radieusement son univers, se fait de vrais amis avec qui elle partage ses convictions. Véronique aime par dessus tout son époque, persuadée qu’elle peut changer les choses... Volontaire et déterminée, Véronique s’engage.

250


251


Véronique s’engage... Quand elle écoute les grands Merlins, qui ne sont plus des enchanteurs, mais des druides qui nous informent et nous instruisent sur les risques liés au réchauffement climatique, l’ épuissement de nos réserves et de la biodiversité. Alors Véronique milite au quotidien, par des gestes simples, par des engagements qu’elle tient, pour elle et pour ses enfants. Alors Véronique n’hésite pas à prendre sa crosse de pélerin et apprivoise les réseaux sociaux pour faire circuler l’absolue nécessité d’agir. Véronique est solidaire, elle ne se cache plus derrière les poncifs : «on ne peux rien faire» « cela ne changera rien...» «ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’ océan.»Véronique sait que l’ océan est composé de milliards de gouttes, alors elle contribue et elle y croit. Elle ne détourne pas son regard de la pauvreté parce que cela l’agresse. Elle milite et elle s’engage. Véronique est belle, de cette beauté de l’intérieur, de cette âme magnifique qui se répand comme une lumiere mystérieuse sur la beauté de son corps.

252


253


254


Plus de conscience, moins d’individualité, plus de générosité, de respect et d’amour. Véronique sait que les femmes qui n’ ont que la beauté extérieure ne servent que de «models», par contre celles qui ont la beauté intérieure servent d’ exemples.

255


RituelVeronique Engagement Courage Solidarité Bienveillance Tolérance Humanité Respect

A

mour

256


RituelVeronique Gommage iodé au sable détoxifiant Modelage amincissant aux algues marines et spiruline Enveloppement chaud aux vertus drainantes et amincissantes Beauté des pieds à la douce lavande et au miel des montagnes Massage décontractant et désinfiltrant aux agrumes Brume d’eau aux effluves marines.

135 minutes

257


Composition

Rituel VĂŠronique revisitĂŠ par Angelique De Neuville

258


Sable dĂŠtoxifiant Algues marines Spiruline Lavande Miel des montagnes Agrumes: citron, mandarine, oranges

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testÊs sur les animaux

259


N

ous sommes en 3625 de notre ère... L’intelligence humaine n’a pas réussie à chasser ses démons. Inéxorablement, l’humanité a épuisé ses ressources terrestres. Le réchauffement climatique a atteint son paroxisme, les conséquences semblent irreversibles. Notre éco système c’est considérablement modifié. La biodiversité aussi. La vie risque de disparaitre à jamais... Dans ce chaos climatique et biologique les hommes ont changé radicalement leur concept même celui de la beauté. Suivons Polymorphosa femme du troisième millénaire.

260


Quelque part sur terre... Une oasis pour milliardaires 3625 de notre ère

261


262


Polymorphosa P

olymorphosa est une femme du troisième millénaire. La biodiversité telle que nous la connaissons au vingt et unième siècle a totalement disparue de la surface de la terre. Seules les manipulations génétiques et la procréation synthétique apporte l’illusion artificielle du monde végétal et animal. L’ expression même de la beauté s’ exprime au travers le polymorphisme. Chaque individus a la capacité de modifier son aspect au gré de ses envies. En 3625 95% de la population opte systématiquement pour des modifications génétiques temporaires animales ou végétales. L’ unique façon de rendre hommage à la biodiversité disparue.

263


264


Brûler des combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon) pour en tirer de l’ énergie émet des gaz à effet de serre tels que le CO2. Mais la déforestation et l’élevage produisent également de grandes quantités de gaz à effet de serre. Dès qu’ils sont présents dans l’atmosphère, ces gaz retiennent la chaleur du soleil, entraînant un réchauffement de la Terre. Les nombreux avertissements émis dès le vingtième siècle par plus d’un tiers de la planète n’a pas eu l’ effet escompté sur les politiques. Résultats: disparition totale de la calotte glacière et de toute forme de vie végétale et animale. Une température moyenne de 48° partout sur la planète. Hausse du niveau de la mer de plusieurs mètres avec disparition des villes côtières. Emigration massive de population luttant pour leur survie... Climat apocalyptique pour une humanité en perdition.

265


266


267


268


L’ axe de production de notre marque Angélique et Thibault de Neuville est d’utiliser des produits issus en grande partie de l’agriculture biologique, respectueux de leur environnement et de la biodiversité. Nos produits sont sans conservateurs et leur parfums sont 100% naturels. Notre engagement demeure une contribution et une démarche indispensable, à notre niveau, pour la préservation de notre environnement et le respect de notre biodiversité. Les enjeux sont majeurs, c’ est l’affaire de tous, militant ou pas, engagé ou pas. il y va de l’avenir de nos enfants et de notre planète nouricière. Indépendamment de ces enjeux capitaux, il nous a paru très interressant de vous livrer les réflexions de certains de nos philosophes, sociologues contemporains sur ce que pourrait être l’expression de la beauté dans les siècles futurs. Une projection d’anticipation qui porte un regard nouveau et totalement inattendu sur l’ esthétisme. Androgynie, polymorphisme, transhumanisme, transmutations génétiques de l’animal vers l’homme, invention de la programmation chromatique interchangeable de la peau humaine et enfin le cyber sapiens. Premier paramètre sociologique émis par Alexis Nouss professeur en littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille:

La population mondiale s’urbanise de plus en plus. La moitié des humains vivent aujourd’hui dans les villes. En 2050 70% des neuf milliards d’hommes qui peuplent notre planète vivront dans les villes. Téléscopages de genres, d’identités culturelles, de races, mais comme le souligne Alexis Nouss rien ne ressemble plus à un citadin qu’un autre citadin. On peut donc imaginer que chacun tentera de singulariser son apparence et que les canons de la beauté deviendront de plus en plus imprévisibles, incontrolables. Une chose est certaine, nous savons avec certitude que le développement des technosciences est aujourd’hui inéluctable. Nous sommes à l’aube de la révolution du numérique. Tout reste à faire. La réalité et l’espace virtuel sont reliés par des interfaces qui permettront à l’individu de se projeter dans des univers multiples au gré de ses envies. Il y a fort à parier que très bentôt de nouvelles techniques nous permettront de transformer nos corps presque aussi facilement que photoshop transforme nos photos. Demain l’humanité sera le métissage de l’histoire.

Il aura fallu des siècles pour que l’homme abandonne le fantasme de la pureté raciale. Que nous le voulions ou non, nous sommes tous le fruit de métissages interethniques, multiculturels. Demain les critères de beauté le cosmopolitisme nous poussera très certainement à mélanger des gènes humains à des gènes animales ou végétales par singularisme ou par esthétisme.

269


270


Difficile, alors ne pas rendre hommage à une bio diversité naturelle disparue, par un polymorphisme (changement, modification, altérations génétiques) rendu possible par les connaissances nano bio techno génétiques. La science génétique est déjà en marche. Mieux connaitre, aujourd’hui la cartographie génétique pour mieux apréhender demain les maladies et leur disparition. Gommer les imperfections et puiser dans la nature sa force et sa perfection. Mutation de l’extrême, techno naturalisme pour réinventer l’homme, le doter de qualités transhumaines. Juan Le Parc artiste, photographe, sculpteur nous livre sa réflexion toute particulière sur ce que pourrait être l’institut de beauté génétique de demain. Une refléxion artistique d’anticipation des plus interressante. Objectif: grâce aux biotechnologies appliquées au design humain répondre aux aspirations les plus intimes. Exemple des «xenogreffes» ou l’esthétique moléculaire pour changer les apparences. Le retexturage épidermique et capillaire, les implants cosméto-génétiques composés de tissus épidermiques en relief créés par clonages transgéniques et greffes sur n’importe quelle partie du corps. Et bien-sûr pour le polymorphisme, l’hybridation animale ou végétale aux choix. Devenir une femme papillon, un homme lion, une jeune fille rose.

271


Rituel Polymorphosa Depuis trois cents ans nous vivons à l’heure du clonage hybride avec les plantes et les animaux de jadis. Nous clonons leurs cellules aux nôtres afin d’obtenir des modifications intra et extras corporelles. Nous avons la capacité de nous transformer sans effort et à volonté pour changer nos apparences, en fleurs, en arbre mobile ou en animal de notre choix. Nous honorons ainsi le passé qui malheureusement par notre faute n’existe plus. Prend soin de Mère Nature. C’est là mon unique souhait et secret pour notre beauté future.

272


Rituel Angelique Brumisation apaisante de pelargonium. Gellée exfoliante aromatique énergisante au citron vert et algues des mers froides. Ondée hydratante de verveine. Enveloppement d’un beurre végétal de mangue enrichi d’huiles d’avocat et d’amandes. Pluie rafraichissante d’eau de romarin sauvage Douce enveloppe à l’aloe vera réparateur Massage et réflexologie plantaire à la fraicheur d’une huile de thé vert au cédrat et au pamplemousse.

Durée 120 minutes

273


Composition

Rituel Polymorphosa revisitĂŠ par Angelique De Neuville

274


Pélargonium Citron vert Algues des mers froides Verveine Beurre de mangue enrichi d’huiles d’avocat et d’amande Eau de romarin sauvage Aloé vera Huile de thé vert au cédrat et pamplemousse

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux.

275


E

space temps 5350. La terre telle que nous la connaissons aujourd’hui n’existe plus. L’espèce humaine a entièrement disparue, à l’exception de Terréa ultime survivante de l’humanité. Terréa est l’humanité, elle est omnipotente, elle est l’apha et l’oméga, immortelle

276


Espace temps: 5330 Quelque part dans l’univers

277


278


Terréa L’immortelle E

n 5350 Terréa est l’unique survivante de la race humaine disparue depuis deux mille ans. Terréa habite la galaxie de son choix. Son intelligence est sans limite. Avec ses 100 quadrillions de synapses qui ont démultiplié ses capacités cognitives et son inter-connectique, Terréa se moque de son corps.

279


280


Le soi est à la fois situé à l’intérieur et à l’extérieur de son corps. Terréa n’ est ni homme, ni femme, elle «est» simplement... Elle crée des nouveaux mondes. Terréa est à l’origine du futur.

281


Terréa cohabite avec toutes les espèces de vie du cosmos, qui la vénère car elle incarne une espèces à jamais disparue, qui n’a pas su préserver sa planète. Terréa est le symbole vivant de ce qui convient de ne pas faire. C’est dans ce sens qu’elle est unique et précieuse. Terréa est la gardienne du temps, l’alpha et l’oméga. Terréa est immortelle, elle n’a pas d’âge, elle se régénère et corrige instantanément ses défauts.

282


283


Rituel Terréa L’immortelle Les femmes qui ont la beauté extérieure servent de modèles, celles qui ont la beauté intérieure servent d’ exemples. Peu importe l’ apparence, la beauté est à l’intérieur. Aucune grâce extérieure n’est complète si la beauté intérieure ne la vivifie. La beauté de l’ âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps.

284


Rituel Angelique Gommage minéral aux pépites d’or Double enveloppe de lumière céleste. Modelage cosmique aux huiles opalescentes Beauté des pieds au beurre cosmique et au collagène. Brume d’ambre cristalline Pierres chaudes et froides posées en une carte du ciel et des étoiles sur le dos et les reins

Durée 120 minutes

285


Composition

Rituel TerrĂŠa revisitĂŠ par Angelique De Neuville

286


Huile opalescente pailletée d’or Collagène marin enrichi d’or alimentaire. Beurre de collagène Huile enrichie au collagène marin pailleté d’orAmbre cristalline Beurre enrichi au collagène marin Pierres chaudes Brume à l’ambre marine et au collagène marin. Tous nos produits 100% naturels,

sans paraben sans parfum de synthèse, non testés Tous nos produits 100% naturels, sans parabensur les animaux. sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

287


THIBAULT DE NEUVILLE Rituels pour hommes

288

SPA


289


Rien ne prédisposait la Grèce à devenir l’une des civilisations les plus remarquables de l’antiquité. Le pays est aride, le relief compartimenté, le climat rude l’hiver, chaud l’été. Peu de grandes plaines, sauf dans le Nord (Macédoine, Thessalie). Ailleurs, de petites plaines entourées de reliefs escarpés, où l’homme a dû s’accrocher pour tirer de quoi subvenir à ses besoins. Peu de ressources minérales, et notamment très peu de fer. Des communications malaisées par voie de terre. Mais partout, la mer pénètre profondément par toutes les échancrures du relief, une mer parsemée d’îles, où la navigation n’ est pas toujours facile, mais qui constitue la voie principale de tous les échanges et de tous les contacts. Léonidas roi de Sparte va offrir sa vie aux dieux pour sauver sa citée. Voici son histoire

290


Sparte 400 avant notre ère

291


292


Léonidas R

oi de Sparte, fils d’Ananxandridas II. Son nom reste à jamais gravé dans le marbre de l’histoire grâce à son courage et sa témérité contre les troupes Perses de Xerxes. La bataille des Thermophyles, même si c’est une défaite pour le Grec, demeure pas moins un exemple de courage et de dévouement exemplaire d’un roi pour son peuple et sa citée.

293


294


Défilé étroit situé en Phtiotide, entre la côte sud du golfe de Lamia et la chaîne du Callidrome, les Thermopyles sont considérées comme la porte de la Grèce centrale. Lors de l’invasion de Xerxès, les Grecs coalisés décidèrent, pour résister aux Perses, de placer dans ce passage une armée commandée par Léonidas, roi de Sparte. Grâce à un déserteur de l’armée grecque, les Perses purent contourner le défilé et prendre à revers les troupes de Léonidas. Si une partie des Grecs prit la fuite, Léonidas et ses trois cents Spartiates se firent massacrer sur place. Le sacrifice de Léonidas permit aux Grecs de prévoir une nouvelle ligne de défense.

295


Oracle de Delphe

L’ oracle de Delphe prévoie une défaite Spartiate face aux troupes Perses. Pour sauver Sparte un roi devra mourir. Fort d’une armée de 7000 hommes, Léonidas choisi de combattre uniquement avec sa garde rapprochée, 300 hommes ayant tous un héritiers.

296


La lègende raconte que Léonidas et ses hommes repoussent les attaques frontales des Perses les deux premiers jours, tuant approximativement 20.000 perses. Léonidas ne perd qu’une trentaine d’hommes. L’unité d’élite perse qualifie les Grecs d’Immortels.

297


Rituel Léonidas Thibault de Neuville Gommage Antique aux céréales d’ épeautre et coque de noix Massage Olympien au citron vert et mandarines des verges de Sparte, ponctué d’ambre marine. Masque corporel crèmeux d’ambre et de lavande Soin des pieds au beurre de Corinthe Brume d’hydromel Durée: 75 minutes

298


Composition

Rituel Léonidas revisité par Thibault De Neuville

Citron vert Mandarine Ambre Beurre au raisins de corinthe Hydromel

Tous nos produits 100% naturels, sans paraben sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

299


M

arco Polo est peut-être l’un des hommes les plus aventuriers de sa génération. Sa vie passionnante, et pas seulement en qualité de marchand oriental, est entièrement consignée dans son livre auto biographique «le livre des merveilles» qui lui vaudra de passer à la postérité pour des générations et très certainement encore des siècles à venir. Il aurait même influencé Christophe Collomb... C’est dire si sa vie fût passionnante.

300


Venise 1270 de notre ère Venise 1270 de notre ère

301


302


Marco Polo L

e jeune Marco Polo est adolescent lorsque son père revient, après une dizaine d’années d’absence, du comptoir vénititien Soudak à l’extrémité occidentale de la route de la soie. Il a entre les mains un accord signé du grand Kubilaï Khan en personne. Cet accord stipule que la famille Polo bénéficierait d’un monopole d’exportation commerciale vers l’occident en échange de l’envoi d’une centaine de savants, artistes et érudits occidentaux. Cet accord doit être ratifié par le pape en personne. Un deuxième voyage est immédiatement organisé Marco Polo sera du voyage. Il nous conte son incroyable histoire dans son livre des merveilles...

303


Marco Polo va parcourir la Perse, les grandes plaines d’Asie et rejoindre les routes caravanières qui le mèneront à la cour du Grand Khan Kubilaï, l’empereur mongol.

304


Citadelle Ark au Bukhara, OuzbĂŠkistan Route de la soie

305


306


En allant donc au nord de la ville de Cormos, vers Kerman, on trouve une belle et grande plaine, qui produit de tout ce qui est nécessaire à la vie ; il y a surtout du blé en abondance. Les habitants ont aussi des dattes et d’excellents fruits en quantité ; ils ont aussi des bains fort salutaires pour la guérison de plusieurs sortes de maladies.

Extrait du livre merveilleux de Marco Polo

Mausolée de Khoja Ahmed Yasawi, Turkestan, au Kazakhstan Mausolée de Khoja Ahmed Yasawi, Turkestan, au Kazakhstan. A l’époque de Marco Polo, celui-ci était lègerement plus petit.

307


Du royaume de Trimochaim et de l’arbre du soleil appelé par les Latins « l’arbre sec ». Extrait du livre des merveilles» Marco Polo Ayant laissé derrière soi la ville de Cobinam, on rencontre un autre désert très aride et qui, à huit journées de longueur, n’ a ni arbre ni fruit; le peu d’eau qu’il y a est très amère, en sorte que les juments même n’en peuvent pas boire. Il faut que les voyageurs en portent d’autres avec eux, s’ils ne veulent pas périr de soif. Après avoir passé ce désert on entre dans le royaume de Timochaim, où il y a beaucoup de villes et de châteaux. Ce royaume est borné au septentrion par la Perse. Il croît dans la plaine de ce royaume un grand arbre appelé l’arbre du soleil, et par les Latins l’ arbre sec. Il est fort gros, ses feuilles sont blanches d’un côté et vertes de l’autre; il porte des fruits faits en manière de châtaigne, mais vides et de couleur de buis. Cette campagne s’ étend plusieurs milles sans que l’on y trouve un seul arbre. Les gens du pays disent qu’Alexandre le Grand combattit Darius en cette plaine. Toute la terre habitée du royaume de Timochaim est fertile et abondante en plusieurs choses, le climat en est bon, l’air y est tempéré, les hommes y sont beaux, et les femmes encore plus belles ; ils sont tous mahométans.

308 Minarets de Bukhara


La province de Peim (Paï ou Baï), qui a environ cinq journées d’étendue. Elle est sujette du Grand Khan et renferme plusieurs villes et villages. La capitale s’appelle Peim, qui est arrosée par une rivière, où l’on trouve des pierres précieuses, à savoir du jaspe et des chalcédoines. Les habitants de ce pays-là révèrent Mahomet, et sont fort adonnés aux arts et au trafic ; ils ont de la soie en abondance, de même que toutes les choses nécessaires à la vie. C’est une coutume dans cette province que quand un homme marié est obligé pour quelques affaires d’aller en voyage et qu’il demeure vingt jours dehors, il est permis à la femme de prendre un autre mari, et le mari peut à son retour épouser une autre femme, sans que cela fasse aucune difficulté.

Extrait du «livre des merveilles» Marco Polo Kunya Arche de Khiva

309


De la ville de Caracorum et de l’origine de la puissance des Tartares. Après avoir passé le grand désert ci-dessus, on vient à la ville de Caracorum du côté du septentrion, d’où les Tartares ont pris leur origine. Car ils ont premièrement habité dans les campagnes de ce pays-là, n’ayant encore ni villes ni villages, et campant seulement où ils trouvaient des pâturages et de l’eau pour nourrir leur bétail. Ils n’avaient point non plus de prince de leur nation ; mais ils étaient tributaires d’un certain grand roi nommé Uncham, que l’on appelle communément aujourd’hui le grand Prêtre Jean. Mais s’accroissant de jour en jour et devenant plus forts, le roi Uncham commença à appréhender qu’ils ne se révoltassent contre lui. Pour empêcher leur trop grande puissance, il résolut de les séparer et de leur assigner différents pays pour se retirer. Mais les Tartares, ne voulant point se séparer, se retirèrent tous dans un désert du côté du septentrion, occupant un grand pays, dans lequel ils crurent qu’ils seraient en sûreté et ne craindraient plus leur roi, auquel ils refusèrent dès lors de payer tribut.

Extrait du «livre des merveilles» Marco Polo

310


Il y a trois journées en avançant vers le septentrion de la ville de Cianiganiorum jusqu’à celle de Ciandu, qui fut bâtie par le grand khan Koubilaï, lequel y fit construire un superbe palais de marbre enrichi d’or. Près de ce palais il y a un parc royal fermé de murailles de toute part, et qui a quinze milles de tour. Dans ce parc il y a des fontaines et des rivières, des prairies et diverses sortes de bêtes, comme cerfs, daims, chevreaux, et des faucons, que l’on entretient pour le plaisir et pour la table du roi, lorsqu’il vient dans la ville. Car il y vient souvent pour prendre le divertissement de la chasse ; il monte à cheval et mène avec lui un léopard apprivoisé, qu’il lance sur les daims, et qui, après avoir pris la bête, la porte aux gerfauts, à quoi le roi trouve un fort grand plaisir. Au milieu de ce parc il y a une maison bâtie avec des roseaux très magnifiques, étant dorée dehors et dedans, remplie de belles peintures ; elle est bâtie avec tant d’industrie que la pluie n’y peut faire aucun dommage. Cette maison peut se porter partout comme une tente, car l’on soutient qu’elle est attachée avec deux cents cordes de soie ; les roseaux dont elle est construite ont quinze pas de longueur et trois paumes d’épaisseur ; tout en est fait : les colonnes, les tables. Les assemblages et les couvertures.

Extrait du «livre des merveilles» Marco Polo

311


Rituel Marco polo Thibault de Neuville

Gommage poivre et cannelle à la poudre de noyaux d’olive Notes chaudes et épicées Massage à huile Vénitienne et à l’huile de calendula adoucissante Enveloppement Baume des Doges , vétiver tendre et boisé Soin des pieds au beurre de miel d’eucalyptus Brume Byzantine au cèdre bleu Durée 60 minutes

312


Composition

Rituel Marco Polo revisité par Thibault De Neuville

Poudre de cannelle Poudre de noyaux d’olive Mélange de 8 épices de la route des épices et de la soie Huile de calendula Vetiver Eucalyptus Ecorce de cèdre bleu Tous nos produits 100% naturels, sans paraben

sans parfum de synthèse, non testés sur les animaux

313


Sommaire: Hatchepsout Reine et Pharaon de la haute et basse Egypte

Sémiramis

page 4

Reine de Babylone

page 20

Reine de Palmyre

page 32

page 48

Zenobie

Théodora

Impératrice de Byzance

Hallgerd

page 62 Khulam Khatoum Themülun Fille de Gengis Khan page 80 Catérina Cornero Reine de Chypre page 94 Dona Isabel Tecuipoch Moctezuma Dernière Impératrice Aztèque page 114 Jahanara La «Begum» d’Agra page 138 La Marquise de Pompadour Favorite de Louis XV page 158 Cahoama Panthère de l’Alabama page 176 Lady Hatsusebe Butterfly du fuji ama page 196 Aminatu Grande prêtresse de Namibie page 220 Véronique La contemporaine page 244 Polymorphosa Jeune femme du quatrième millénaire page 262 Térréa L’immortelle page 278 Guerrièrre Viking

314


Leonidas Le spartiate page 292 Marco Polo L’ explorateur page 300 Références bibliographiques: page 316 Crédits photographiques page 318

Remerciements Merci à Roger Jean, mon époux sans qui la rédaction de ce livre aurait été impossible, un grand merci pour son infinie patience ainsi que ses conseils avisés. Merci à Jane Lanckbeen cosmétologue du Palais des Reines qui m’ accompagne depuis le début dans cette merveilleuse aventure Merci à Lara Dewinck, fidèle collaboratrice pleine d’attention, d’optimisme et de créativité. Merci à Cindy Arraiz pour sa rigueur, sa méthode , sa disponibilité et son sourire. Merci pour la gentillesse d’Aurore Collard, SPA Manager de l’Anti Aging Center SPA, merci d’être à mes cotés quotidiennement. Et enfin, merci à l’ensemble de mes collaboratrices pour leurs disponibilités et leur bel enthousiasme qu’elles ont su me manifester tout au long de la réalisation de ce livre. Secrétariat de rédaction: Cindy Arraiz Assistante de recherche iconographique : Lara Dewinck Assistante de production : Lara Dewinck Ce livre est édité par: ANTI AGING CENTER SPA www.antiagingcenterspa.com 83 rue Royale 1000 BRUXELLES TEL.: +32 2 230 06 00 pour la marque Angélique de Neuville SPA Dépot légal: D/2017/Fanny Bretagnon,éditeur2017

315


Références bibliographiques: Hatchepsout: Extrait du grand papyrus d’Harris: La grande mer qui coule à l’envers.

Texte du Ouadi HAMMANAT : expédition du chancelier Henou sous Seankhané Mentouhotep IV. J.LECLANT : A la quête du Pount- Archeologia- 1976 Sémiramis: Stéphnie DALLEY : The mystery of the hanging garden of babylon Oxford University 2013. Valentin NIKIPROVETSKY : professeur à l’université de Paris IV Sorbonne : Sémiramis , reine légendaire d’Assyrie. Zenobie: MauriceSARTRE : Palmyre, la citée des caravannes éditions Gallimard 2208. Maurice SARTRE et Annie SARTRE - FAURIAT t: Zenobie, de Palmyre à Rome éditions Perrin 2014. MyriamANTAKI : Souviens toi de Palmyre éditions Grassset 2003. A.B Daniel: Rine de Palmyre Xo éditions 2016 Théodora: Guy RACHET( archéologue etnhistorien) Théodora. Paolo Césaretti Historien, enseignant en civilisation Byzantine: Théodora Impératrice de Byzance. Jean HAECHLER : «les insoumises» 18 portraits de femmes exceptionnelles Hallgerd: B. ALMGREN : les vikings 1968. R.BOYER Les vikings et leur civilisation édition Perrin 2004. J.GRANT: les viking culture et mythes édition Evergreen 2008 Khulam Katoum: Louis HAMBIS Gengis Khan Presse universitaire de France 1973. jean Paul ROUX Histoire de l’Empire mongol editions Fayard 1993. Caterina de Chypre: Marcel BRION caterina Cornaro reine de Chypre éditions Albin Michel 1945. Aimable de FOURNOUX Caterina reine de Chypre éditions de Fallois 2005. Alvise ZORZI histoire de Venise, la république du lion librairie académique édition Perrin2004. Louis MAS LATRIE histoire de l’ile de Chypre sous les princes de la maison de Lusignan imprimerie impériale 1855. Isabela de Moctezuma: Thomas HUGH: la conquête du Mexique: la rencontre de deux monde, le choc de deux empires 1993 isbn 970-690-163-9. Gonzales ACOSTA ALEJANDRO : les herederos de Moctezuma. Donald E. CHIPMAN Moctezuma’s children aztec royalty under spanish rule1520-1700 La Begum Jahanara: Marguerite YOURCENAR en poésie : l’archéologie du silence Achmey HALLEY. un parfum de Taj Mahal Christian PETIT. William DARLRYMPHE: la citée des Djinns édition noir sur blanc. Ellison BANKS FINDLEY: Nur jahan, empress of mughal india. university d’Oxford ISBN 0-19-5074882. La Marquise de Pompadour: Edmond et Jules de Gongourt : Madame de Pompadour édition Firmin Didot 1888. Michel de DECKER : La marquise des plaisirs :Madame de Pompadour aux éditions Pygmalion. Elyzabeth de FEYDEAU : Jean Louis Fargeon, parfumeur de Marie antoinette dans la série les métiers de versailles aux éditions Perrin 2004.

316


Lady Hatsusebe:

YUKI INOVE « mémoire d’une geisha» ISBN 2-87730-163-X. MINEKO IWASAKI RANDE BROWN: Ma vie de geisha (ISBN 2-84098-898-4) Adraina BOSCARO, Marco Fagioli, Bonaventura RUPERTI, Paola SCROLAVEZZA, Marcello CECCHERINI et Enrico GIANNINI: l’art de l’amour au temps des geishas. Pinacothèque de Paris Cahoama: Angie DEBO Histoire des indiens des états unis édition Albin Michel 1994- Edith L’ESPRIT: la piste des larmes 1998- Bernard VINCENT le sentier des larmes, le grand exil des indiens cherokees édition Flammarion (isbn-2-08-210113-4) Aminatu: Eric ROBERT et Sylvie BERGEROT Himbas: tribu de Namibie édition Denoël 1989 ISBN 9782207236031- Sergio CAMINATA et Franco la CECIA, Himba édition F. Motta Milan 1997- David CAMPION et Sandra SHIELD where fire speaks : a visit with the himba Arsenal pulp press vancouver 2002 (isbn 1551521318) Polymorphosa: exploration: Isaac ASIMOV, Gilles CENAZANDOTTI,Michel HOUELLEBECQ, Kimiko YOSHIDA futurd et projections 100 000 ans de beauté éditions gallimard Leonidas: O.PICARD: les grecs devant la menace perse aux éditions SEDES- Jacqueline et Christian et Yohann le TALLEC: Léonidas, histoire et mémoire d’un sacrifice. Marco Polo: Alain GRAND BOIS les voyages de Marco Polo Bernard VALIQUETTE 1941Olivier WEBER: le grand festin de l’orient aux éditions Robert Laffont.- Pierre RACINE: Marco Polo et ses voyages aux édtions Perrin 2012.

317


Crédits iconographiques: Hatchepsout de la page 4 à 20 dans l’ordre : Guetty image photo atelier, sculpies, lorado, jsachez-bcm, joel10274, ajiravan, pictafolio, photovic, ndlinuit pictures, nerthuz, demzel 21, skynesher, maciek67, aksphoto, ccahill. Sémiramis de la page 21 à 32 dans l’ordre : renphotot, lorado, lenamet, egal, swisshippo, phil augustavo guetty image. Zenobie de la page 33 à 47 dans l’ordre: Diana Hirsch, Valentin Russanov, Stéphano Pelliciari, Sewr 11 guetty image. Théodora de la page 49 à 61 wwasana istock, seraficus, prmustapha, muhur, milos luskinga, kichigin, pesky, monkey. Hallagerd de la page 62 à 79 dans l’ordre : Créatistat, Mikael 1959, Lorado. Khulam Khatum de la page 80 à 98 dans l’ordre: Guetty image lorado, Coprid,Sstilane,Goddard photography, Patricia Guerrin, Elyzabeth M. Uggravo, Rawpixel. Caterina de la page 98 à 113 dans l’ordre: Bliznetsov, Radjiulian,Diana Hirsch, Barashenkowanton, Debra Millet, Ewg3d, Diana Hirsch, Benedek, Iconographic guetty image Isabela de Moctezuma de la page 114 à 137 dans l’ordre: istock guetty image Softlight, Carlos photo, Patrick Kosmider, De Palmer, Mustang 79, Maudib, Avanheertum, Nicrak, Agustavot, Filipefrazoa, Reptiles 4ALL, Ah design concept, Cgozzie. La begum Jahanara : dans l’ordre de la page 136 à 155 : Xavier Arnau- by heaven- Aluxum- Red tea - Triloks- Tunart -Alexander Novikov - Guetty images La Marquise de Pompadour: dans l’ordre de la page 156 à 176 : Pidjoe- N. fedorova-Dark bird77- Melissa fox-Alison Henley-Vladimir VinogradovAnna Babich- Guetty Images. Caohama dans l’ordre de la page 177 à 195 : Claudio Ventrella- Ski Serge n°1- Wing- Serrnovick- Stama toyoshi- Design west- Nina Henri- Studio AnnikaCstar 55- By air dyak- K. LenovaLady Hatsusebe: dans l’odre de la page 196 à 219 : Mura- Ga161076- Aluxum- Zeremski-Philipo Bacci- Cobalt- Super fly image- Torsakara-Digi Pub Flickr-Heibaihui- Kcline-Guetty images. Aminatu dans l’ordre de la page 220 à 243 : Simon Scafar- Lorado- Peerajit- Znm-Brytta- Skilpad- Bernard Bernhard Richter- Gim 42- African wayJosep maria Barres - BryttaVeronique la contemporaine dans l’ordre de la page 244 à 261: Carther- Coffe and Milk- Sj0509-Lumina stock- Yuri Yzhuravov- Mimage photographies- Fila Dendron- Opolja- Agnya Berkut- Young yuan- Chi chic- Shansche- KrugliSdytovamn- Petronked- NihailonilovanovicPolymorphosa dans l’ordre de la page 262 à 278: 300AD- Cobryn photos- Henvry- Uyrk- Yuri Arcurs- Val entyn volkov- Laremenko- HarshvardhanroyTeerea l’immortelle: Dans l’ordre de la page 279 à 286 : Best design- OGORR- Agsandrew- Sonercdem, Alex aldo- MarguaritaV- Ksenia pelevinaOciaciaLéonidas dans l’ordre de la page 287 à 296 : Dr bouz- Alessandro Guerriero- Masta 4650- Serrnovik- Diana Hirsh- Slava ZyryanovMarco Polo dans l’ordre de la page 297 à fin : Mme Emile- Ultra formats- Memindshot- Haloned- Ozbalci- OversnapNithid- Tarzan 9280- Something way- Prasit Chansarekorn.

318


Profile for Fanny Bretagnon

Angelique de Neuville SPA  

Angélique de Neuville est une marque SPA de 16 rituels soins corps historiques revisités, du paléolithique à l'âge moderne découvrez ces ri...

Angelique de Neuville SPA  

Angélique de Neuville est une marque SPA de 16 rituels soins corps historiques revisités, du paléolithique à l'âge moderne découvrez ces ri...