Page 1

Chapitre III

Petites histoires naturelles


Partie I

Quelques generalites sur les papillons

Petites histoires naturelles


La diversité des ailes

De papillon Pourquoi ?

Comment ?

Par sélection naturelle

Par bricolage évolutif

Les motifs d’ailes de papillons ont diverses fonctions adaptatives nécessaires à la survie ou à la reproduction.

CAMOUFLAGE Kallima ressemble à une feuille morte

Des mutations rares de certains gènes permettent la synthèse de nouveaux pigments ou l’expression à de nouveaux endroits : exploration de nouvelles combinaisons de formes et de couleurs. Fait surprenant : les ailes commencent à se développer à l’intérieur de la chenille ! A droite: proto-aile larvaire

AFFICHER UN DANGER Les couleurs vives d’Heliconius indiquent sa toxicité La “tête de hibou” d’Automeris le fait paraître plus gros, dissuadant ou détournant les prédateurs vers des parties non vitales

L’expression larvaire de certains gènes détermine les motifs adultes.

ACCOUPLEMENT Avant l’accouplement, la femelle Bicyclus évalue les ailes du mâle larve

adulte

larve

adulte

Expression d’un gène dans le centre et l’anneau externe de chaque ocelle

Texte : A. MARTIN

Expression d’un gène dans deux bandes centrales

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Le cycle de vie des

Papillons Les papillons font partie des insectes dont la larve ne ressemble pas du tout à l’adulte. On les appelle les insectes holométaboles. Ils vont ainsi vivre une métamorphose étonnante. L’exemple du Paon de nuit

1

Après l'accouplement...

2

... la femelle pond de nombreux oeufs...

3

... qui écloront

au bout d'une semaine ...

4

...libérant des chenilles

... dont l'occupation

affamées !...

principale sera la reproduction !

7

5 ... Après plusieurs semaines, ... 2 à 3 semaines plus tard, sortiront des papillons

6

celles-ci se transformeront en chrysalides...

Texte : JARDIN BOTANIQUE

adultes...

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


De l'oeuf au

Papillon Pour en savoir plus ! Des petits oeufs partout ... Après l'accouplement, la femelle dépose ses oeufs sur des plantes particulières, qui serviront de nourriture aux chenilles.

La chenille, une machine à manger Une fois sorties de l'oeuf, les chenilles passent la majeure partie de leur temps à se nourrir. Pour cela, elles sont dotées : - de pièces buccales puissantes pour mordre, arracher et mâcher. - d’un corps mou occupé en grande partie par le tube digestif.

Entre l’oeuf et le papillon, de grandes transformations vont avoir lieu : chenille gloutonne, métamorphose dans la chrysalide et éclosion.

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Comme une fleur qui s’ouvre ... Après un long emprisonnement, la chrysalide se déchire. Très vite, la tête apparaît, puis les pattes qui s'accrochent à la chrysalide pour tirer le reste du corps. Le papillon est alors tout mou et ses ailes chiffonnées. Cependant, il devra attendre encore une ou deux heures avant de s'envoler !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


La chrysalide des

Papillons Pour en savoir plus ! Ni vu ni connu !

Lorsque la chenille a fini de grandir, elle s'accroche sur une branche, le plus souvent la tête en bas, et se débarrasse de sa dernière mue. Son corps s'est alors transformé en chrysalide : c'est le moment de la nymphose, la chenille est en train de se métamorphoser en papillon !

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Lorsque la chenille est en chrysalide, elle ne peut plus bouger ! Il lui faut donc utiliser la ruse pour ne pas être repérée. Pour cela, certaines chenilles vont cacher leurs cocons, alors que d’autres vont essayer de se fondre dans le décor...

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


La morphologie des

Papillons oeil composé aile antérieure antennes

Pour en savoir plus ! Une trompe à rallonge ... Pour pouvoir accéder au nectar des fleurs, bien souvent au fond de la fleur, les papillons possèdent une bouche en forme de trompe géante qu’ils gardent généralement enroulée en vol et ne déroulent qu’une fois posés sur les fleurs.

Des yeux qui voient tout ... Comme bien d’autres insectes, les papillons possèdent des yeux à facettes. Toutes ces petites facettes reconstituent le monde qui les entoure sous forme d’une mosaïque. Ainsi, leur champs de vision approche les 360° !

trompe

aile postérieure

pattes

tête thorax adbomen

stigmates (orifices des trachées)

La morphologie du papillon peut se résumer en trois grands traits : une longue trompe, des yeux à facettes et des ailes constituées de milliers d'écailles.

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Des ailes et des couleurs ... Le papillon possède 4 ailes couvertes de petites écailles colorées, ce qui le classe dans l’ordre des lépidoptères. Lorsque ces écailles se détachent, elles ne sont pas remplacées. Chez de nombreuses espèces, on en compte plus d’un million !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


L'élevage des

Papillons Pour en savoir plus ! En élevage, les plantes à nectar étant souvent insuffisantes, on ajoute des compléments alimentaires :

- de l'eau miellée présentée dans des tubes au bouchon rouge, car cette couleur attire vivement les papillons.

Les papillons possèdent une longue trompe qui leur permet d'atteindre le nectar situé à la base des pétales des fleurs. Ce nectar, substance riche en sucre et en eau, fournit l'énergie indispendable pour leurs déplacements incessants.

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

- des fruits blets, pour certaines espèces de papillons friands de jus sucrés fermentés.

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Les défenses des

Papillons Pour en savoir plus ! Des méthodes pour se défendre : Le camouflage, en imitant la couleur et la texture d'un végétal (écorce, feuille...),

Gastropacha quercifolia

Kallima paralekta

ou au contraire en arborant des couleurs très vives, souvent signe de toxicité ! Les prédateurs ne s'y feront pas prendre à deux fois.

Plutôt que la fuite, souvent inefficace, les papillons ont choisi d’autres méthodes beaucoup plus originales pour se défendre : camouflage, avertissement visuel, mimétisme.

Graphium agamemnon

Et enfin le mimétisme. L’Atlas est un papillon qui a bien su tromper ses prédateurs. Pour éviter de se faire manger lorsqu’il butine, l’extrémité de ses ailes imite la tête d’un serpent ! De quoi intimider les plus téméraires des prédateurs.

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Attacus atlas

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


L'éclosoir

A papillons Pour en savoir plus ! Une fois les chenilles transformées en chrysalides, celles-ci sont collées une à une sur des baguettes de bois.

Elles sont ensuite placées à l'abri dans l'éclosoir où elles achèveront tranquillement leur transformation.

L'éclosoir est une enceinte comportant des conditions de température, d'humidité et de protection idéales pour l'éclosion des jeunes papillons.

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Lorsque les papillons seront nés, ils ne seront pas libérés immédiatement, mais seulement lorsque leurs ailes seront parfaitement durcies.

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Partie II

Les records des papillons

Petites histoires naturelles


Le papillon

Le plus grand Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Le Reine Alexandra Birdwing, qui habite en NouvelleGuinée, a une envergure allant jusquà 32 cm !

Alexandrae ornithoptera

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009

Le papillon

Le plus petit

Exilis brephidium

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Le Bleu Pygmée de l'ouest possède une envergure de 1,5 cm seulement !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Un papillon qui vit très

Longtemps

Danaus plexippus

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Le monarque "robe de deuil" peut vivre jusqu'à une année entière !!!

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009

Des papillons à durée de vie

Tres courte

Bombyx mori

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Les papillons du ver à soie ne vivent que quelques jours, sans même se nourrir !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Les papillons les

Plus rapides

Acherontia atropos

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Les sphinx (famille Sphingidae) sont les plus rapides des papillons. Ils peuvent voler jusqu'à 50 km/h !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009

Le papillon à la trompe

La plus longue

Xanthopan morganii

Texte : JARDIN BOTANIQUE - Illustration : F. Vyghen

Ce papillon possède une trompe qui mesure plus de 3 fois la taille de son corps (30cm environ) !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Partie III

Les plantes et les fourmis

Petites histoires naturelles


Les fourmis et les plantes Acacia cornigera Les épines creuses de cet arbre abritent des fourmis agressives qui en échange protègent la plante contre les animaux nuisibles. Ces insectes éliminent même des plantes grimpantes ou des plantes qui se développent trop près de l'arbre. L’acacia fournit aussi de la nourriture au niveau de petites protubérances riches en protéines, et situées sur les folioles.

La plante à urnes La plante à urnes (Dischidia pectenoides) a des feuilles creuses dans lesquelles nichent les fourmis. En échange, les fourmis entraînent avec elles de la matière organique qu'elles accumulent dans leurs nids et qui sera absorbée grâce à de petites racines adventives au niveau des feuilles. Un abri contre un peu de nourriture ! Les fougères myrmécophiles Les fougères épiphytes du genre Lecanopteris développent des rhizomes épais et creux dans lesquels vivent des colonies de fourmis. La plante profite des minéraux provenant de la décomposition des matières organiques en échange d’un abri préconstruit pour les fourmis !

Parmi les 300.000 espèces de plantes à fleurs, environ 500 ont établi une relation intime avec les fourmis. Pour certaines espèces, on parle de relation mutualiste, puisque chaque partenaire de cette liaison en tire un bénéfice. En voici quelques exemples : Les Rubiacées myrmécophiles Ces épiphytes forment à la base de leur tige un gros bulbe parcouru de cavités reliées par des couloirs dans lesquelles vivent les fourmis. La plante fournit un abri idéal pour les nids des fourmis, tandis que les fourmis protègent la plante contre les insectes ravageurs. Par ailleurs, les cadavres de fourmis fournissent des éléments nutritifs qui seront absorbés par la plante.

Le cécropia Cet arbre d'Amérique tropicale possède des troncs creux, habités par les fourmis. Juste au-dessus du point d'insertion des feuilles, la paroi du tronc est mince, donc facilement percée par les fourmis. Elles colonisent le tronc et protègent la plante des insectes ravageurs.

Texte : JARDIN BOTANIQUE

Pour en savoir plus !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Les fourmis granivores Des fourmis esclavagistes ! Certaines fourmis, comme Formica sanguinea sont de véritables esclavagistes. Elles attaquent les autres espèces de fourmis et pillent leur couvain qu’elles ramènent dans leur colonie. Une fois nées, les ouvrières esclaves ne se rendent compte de rien, et pensent être dans leur fourmilière d'origine. Elles se mettent donc tout naturellement au travail.

Des fourmis agricultrices ! D’autres fourmis, comme Atta, ont mis en place une forme d’agriculture. Elles coupent des morceaux de feuilles avec lesquelles elles tapissent certaines chambres de la fourmilière. Ces feuilles sont propices au développement d’un champignon qui retrouve dans la fourmilière des conditions idéales pour se développer. Il constitura ensuite l’essentiel de l’alimentation des fourmis ! Des fourmis éleveuses ! Les plantes ne sont pas les seules à bénéficier de la protection des fourmis. Certaines espèces ont su “apprivoiser” les pucerons ! Elles les protègent des prédateurs en échange d’un peu de miellat, liquide sucré sécrété par les pucerons. C’est le cas de Lasius niger.

Différents métiers pour les fourmis ! On retrouve différentes castes, plus ou moins spécialisées pour les tâches de la colonie. Dans cette colonie, on peut repérer les minors, plus petites, souvent affectées aux travaux dans la colonie, et les majors, aussi appelées soldats, à cause de leurs grandes mandibules très dissuasives. Elles ne s’en servent pourtant que rarement pour se battre, mais surtout pour casser les graines. Avec un peu de chance, vous pourrez aussi observer la plus grande de toutes, la reine !

Des fourmis moissonneuses ! Ces fourmis, appelées Messor barbarus, sont des fourmis moissonneuses. Elles se nourrissent essentiellement de graines qu’elles récoltent et qu’elles cassent pour fabriquer une sorte de pain, avec leur salive !

Texte : JARDIN BOTANIQUE

Pour en savoir plus !

Les fourmis sont des insectes sociaux formant des colonies pouvant atteindre plusieurs millions d'individus. On les classe dans l’ordre des hyménoptères, avec les abeilles et les guêpes. Elles ont peuplé la terre il y a plus de 120 millions d’années et on compte aujourd’hui plus de 12000 espèces !

EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009/2010 EVOLUTION ... REVOLUTION ! De Darwin à nos jours - EXPOSITION JARDIN BOTANIQUE DE LYON - 2009


Chapitre III

Fin


Evolution révolution de darwin à nos jours  

Partie 4 : histoire naturelle

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you