Page 1

RÉFLEXION SPÉCIALE À propos de la Conférence de Paix Internationale Le 17 octobre a eu lieu à la « Maison de la Paix » une conférence internationale, en présence de différents acteurs socio-politiques internationaux, et dont le but affirmé est de mettre le Pays Basque sur la voie de la résolution de son conflit politique. Cette conférence a réuni de nombreuses et prestigieuses personnalités de la Communauté Internationale, et son retentissement a été très important, aussi bien en Pays Basque, que sur le plan international. Les résultats de cette réunion revêtent une dimension historique, ainsi que nous voulons l’affirmer. La Gauche Abertzale veut remercier les participants pour leur honnêteté et pour l’important travail qu’ils ont mené, car sans leur aide, il nous serait pratiquement impossible de mettre en place des manifestations de ce genre. En effet, en organisant cet événement, en faisant naître une dynamique en faveur de la résolution, ils ont été capables de mettre le dernier conflit européen à l’ordre d’un agenda politique, chose encore impensable jusqu’à aujourd’hui. La gauche Abertzale est arrivée bien préparée à ce rendez-vous, à cette nouvelle situation engendrée par cette Conférence Internationale : en développant « Zutik Euskal Herria », nous avons été capables de changer le panorama politique depuis la racine, de soutenir et faire aller de l’avant le rassemblement des forces indépendantistes et souverainistes et de construire une relation honnête et de confiance avec les acteurs les plus élémentaires de notre pari politique, les citoyens, ainsi qu’avec les instances internationales. Les conséquences de la Conférence Voici la lecture politique de la Conférence Internationale que la Gauche Abertzale veut faire parvenir à ses militants et sympathisants, en en valorisant les conséquences : qu’amène la lecture faite à la fin de la Conérence Internationale, qu’amènent les 5 points donnés en conclusion ? Cette conférence a acté que nous nous trouvions en présence d’un conflit politique, conflit qui doit être résolu. Les personnalités présentes à cette con-

férence ont demandé à toutes les parties au conflit de prendre toutes les mesures nécessaires afin de lui trouver une résolution ; à ETA et aux gouvernements français et espagnol pour les secteurs qui les concernent, les conséquences du conflit entre autres ; et à tous les acteurs sociopolitiques du Pays Basque, qu’ils mettent le conflit sur la voie de la résolution à travers le dialogue politique. La Gauche abertzale est totalement en accord avec l’évaluation diagnostique qui a été faite, et avec la mise en place des 2 lieux de réunions qui ont été proposés. La Gauche Abertzale veut donc faire part de son adhésion la plus totale et la plus ferme avec les conclusions de la Conférence. En effet, nous pensons qu’une nouvelle ère politique vient d’être ouverte dans notre pays. Quelle valeur accordée aux conclusions de la Conférence Internationale ? Une valeur inestimable car elles donnent la possibilité de résoudre le conflit dans sont intégralité. Dans son intégralité voulant dire que nous parlons d’une résolution qui prendra en compte non seulement les conséquences du conflit mais également ces raisons. Pour ce qui concerne les raisons du conflit, il revient aux acteurs sociopolitiques basques, car il est important de s’appuyer sur la culture politique, de débattre du problème politique, de se mettre d’accord, puis de porter leur solution au référendum en laissant la réponse dans les mains des citoyens. Les thèmes à débattre sont au nombre de 2 : la reconnaissance du Pays Basque et son droit à décider. Donc les 2 clés principales pour la résolution du conflit se résume en un seul mot : Démocratie. La résolution démocratique est notre principale revendication, que nous soyons tous acteurs de cette résolution. Que tous les projets politiques puissent être entendus, y compris le nôtre, l’indépendance, seul projet politique qui n’a pas le droit de citer aujourd’hui. Ce pays a besoin d’un accord démocratique qui s’appuierait sur ces bases-là. Pour ce qui concerne les conséquences du conflit, il revient à ETA et aux gouvernements français et es-


pagnol de débattre de ce thème. Nous sommes sûrs qu’à partir d’aujourd’hui, les gouvernements vont faire tout leur possible pour ne pas aborder le problème dans son intégralité, qu’ils vont essayer de réduire la résolution à des seuls problèmes techniques, en méprisant, tel que nous le voyons dès à présent, les problèmes politiques et la résolution démocratique. Nos efforts vont donc se concentrer afin de faire face à ces comportements, afin de trouver une résolution définitive et juste au conflit qui nous secoue depuis toutes ces années. Pour cela nous avons besoin de deux instruments : la protection de la société basque et, en prenant l’exemple de la Conférence Internationale, de la pression internationale qui pourrait exister dans l’avenir. Une nouvelle ère Il est évident que la tenue de cette Conférence Internationale a ouvert une nouvelle ère politique en Pays Basque, une nouvelle ère qui va obliger tous les acteurs politiques à revoir leurs positions. De même, elle a permis que les yeux de la Communauté Internationale se tournent enfin vers le Pays Basque et sur le conflit que le secoue. La conséquence la plus visible de cette Conférence est la construction d’une nouvelle scène politique en Pays Basque, qui se mettrait d’accord sur un minimum démocratique (la reconnaissance du Pays Basque et son droit à décider), et ceci va être, à partir d’aujourd’hui, notre but principal : construire cette nouvelle scène politique, un Pays Basque démocratique. Il est clair que pour y arriver nous avons besoin de tous les acteurs sociopolitiques de notre pays, cela demande la participation de tous, ceux présents à la Conférence ou ceux qui n’y étaient pas : une résolution démocratique est l’affaire de tous, et le temps est venu que tous prennent leurs responsabilités. L’engagement de la Gauche Abertzale La Gauche Abertzale, en tant que force politique au service du Pays Basque, veut faire part de son engagement le plus total et de son honnêteté la plus complète dans ce processus de résolution : la Gauche Abertzale travaillera de façon active, avec la résolution démocratique du conflit comme but ultime, et dans les différentes phases de dialogue qui pourraient être organisées par qui que ce soit. Nous voulons profiter de cette nouvelle ère politique qui s’ouvre afin de trouver une solution au conflit, malgré

les difficultés ou les obstacles qui pourraient dresser les états sur notre route. Nous répétons notre idéologie indépendantiste : notre jeu est clair, et est surveillé par les instances nationales et internationales. Nous savons que les états n’auront pas la volonté de s’impliquer dans une résolution démocratique du conflit ; il nous revient donc de les y obliger, comme nous l’avons fait les 2 dernières années. En effet, durant les 2 dernières années, nous avons mené à bien différentes étapes qui nous ont amené à la situation actuelle : nous pouvons nous prévaloir de la pleine confiance des citoyens, ce qui a donné un nouveau souffle à notre projet indépendantiste. De grandes avancées qui sont à la hauteur de la réponse des états, qui agissent avec nervosité, avec toujours un train de retard sur la situation politique de notre pays. Nous, à notre travail. Nous devons continuer à nous battre pour obtenir le respect du droit des prisonniers politiques basques, et la légalisation, pour la mise en place d’un processus de résolution démocratique du conflit, pour la reconnaissance du Pays Basque et pour la défense de son droit à décider. Nous, la Gauche Abertzale, nous devons mener une importante lutte idéologique, surtout au moment de construire ce processus, en réunissant toutes nos forces pour une résolution intégrale. La Gauche Abertzale a su, en réunissant toujours plus de force autour d’elle, qu’elle a su et qu’elle saura dépasser la stratégie de blocage et de refus des états. Nous devons rassembler tous les secteurs en faveur de l’autodétermination autour du processus de résolution du conflit ; nous devons donc renforcer les revendications autour de la reconnaissance de la Nation et du droit à décider. De la même façon, l’activation populaire autour de la résolution intégrale du conflit est indispensable, mais elle ne doit pas être cantonnée à un axe de travail unique. Nous devons rassembler nos forces autour de tous nos axes de travail, et l’activation populaire est indispensable pour tous. L’engagement de tous est et sera nécessaire, comme il a été durant les décennies précédentes : la fin du conflit politique et de toutes ses conséquences, et la construction de la paix et de la liberté. Nous sommes sur le bon chemin, courage et en avant LA GAUCHE ABERTZALE LE 18 OCTOBRE 2011


RÉFLEXION SPÉCIALE  

À propos de la Conférence de Paix Internationale

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you