{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

THE STUDENT

MAGAZINE 2 0 1 9 - n ° 3 1

BILINGUAL www.eyes-on-europe.eu

1989-2019

EST-OUEST, UNE FRACTURE DÉPASSÉE ?

WHERE DOES EUROPE STAND THREE DECADES AFTER THE BERLIN WALL?


EYES ON EUROPE

EDITORIAL

D

ear readers, The magazine’s editorial team has approached the main dossier from different perspectives: 30 years after the Fall of the Iron Curtain, debates about social dumping, EU enlargement, and other issues addressed in this edition reveal persisting divisions and underline the evolution and limits of the European Union.

If we could choose a day to travel back in time, the 9th of November 1989 would certainly be one of the dates to come to our mind. Imagine this incredible atmosphere, strangers embracing each other, overcome with joy! We and our fellow students were too young to experience the fall of the Berlin Wall on that mythical night, yet we still feel its weight and are aware of its influence on the course of history. Not only was Germany reunited after the dissipation of the ‘Death Strip’ that had separated families and friends for 28 years, but the entire European continent was radically transformed in the following years.

December 2019 also marks the end of a decade and gives us the opportunity to look ahead, tackling the issues of the future. Our editors discussed how to deal with 5G, with the rise of China, and how Europe’s banking union could be completed. They experienced first-hand that Europe could sometimes learn from its smallest Member States such as Estonia when it comes to digitalization. And they did not shy away from controversial debates on European Identity, the “European Way of Life”, and gender (im-)balance in European politics.

The end of the 80’s was a time when courageous citizens all over the continent fought for more freedom, democracy, and better living conditions: from Poland’s Solidarność movement to Romania’s violent revolution, Europe was reshaping itself.

If you wish to go beyond the magazine, we encourage you to follow our website and social media pages to join our community and keep posted on additional articles and events. You are more than welcome to give us feedback and share your thoughts with us.

We, the editors-in-chief of Eyes on Europe, are particularly sensitive to this historical event, as we would not have been born if this event had not unfolded. Both our respective parents would not have had the opportunity to meet if the Iron Curtain had remained; as both our fathers, one from the German Democratic Republic and the other from Yugoslavia, had spent their youth in communist countries.

Enjoy the reading and join the debate!

Frederic Göldner & Elena Bajrić

3


EYES ON EUROPE

SOMMAIRE 1989-2019: EST-OUEST, UNE FRACTURE DÉPASSÉE ? Interview with Igor Göldner, journalist from East Berlin 30 ans après la chute du mur de Berlin, que reste-t-il de la fracture Est Ouest ? Social dumping. An issue dividing the East from the West Trente ans après la chute du mur de Berlin, la politique d’élargissement de l’Union européenne est-elle toujours une priorité ? Germany and the AfD 30 years after the fall of the Berlin Wall: still a divided country?

5 6 9 11 14

POLITIQUE Portrait de l'Estonie, la société digitale par excellence Protecting our European way of life: a Commission that should unite, and instead divides

17 19

SOCIÉTÉ Identités européenne et écossaise : le mariage est-il possible ? What Europe is there without women?

22 25

ÉCONOMIE 5G as the next security challenge of the European Union A German Plan to complete the Banking Union ?

27 29

ACTION EXTÉRIEURE Les nouvelles routes de la soie : une Europe désunie dans la diversité ? Interview de George Dassis “L’avenir ne doit pas être pire mais meilleur" Nos activités en quelques mots

32 35 38

4


1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? / EYES ON EUROPE

“AT FIRST, I WAS VERY SKEPTICAL AND DIDN’T TRUST THE WHOLE THING” Our editor-in-chief Frederic did not have to look far to find someone to bear witness about the fall of the Berlin Wall and its consequences. He interviewed his father, Igor Göldner, who grew up in the GDR and is today a journalist in Potsdam (near Berlin). Q : You were in your mid-20s when the wall came down. How did you experience the Wende [the “turning point,” period around 1989]?

Q: And what about November 9, how did you experience this night? IG : November 9 completely turned my life upside down and changed everything – for the better. But I didn't know that at that time. When I sat in front of the TV with my parents in Berlin on that evening, I couldn't believe my eyes. What was happening? At first, I was very skeptical and didn't trust the whole thing. I didn't immediately run to the border but waited a few days. I didn't want to believe that this highly equipped regime would just give in. I was afraid that the next day everything could be over and the Wall would be closed again. But that didn't happen,and I'm still very happy about that today.

IG : First of all, it was an extremely exciting time, the outcome of which was always uncertain. In the spring of 1989, many were dissatisfied, and it was already palpable. Despite Michael Gorbachev’s reforms in the Soviet Union, nothing happened in the GDR. Then, the border between Hungary and Austria fell in summer, and many people, including friends of mine, left the country. The situation became increasingly critical, and nobody knew at that time whether the government would not resort to the «Chinese solution» of Tiananmen Square and violently repress the protests.

Q: To what extent have East and West Germany bridged the divide after 30 years? IG : Many people, including myself, imagined unification would be easier. Dreams of a new Germany quickly burst for many whose first encounter with the West was their own unemployment. I experienced the complete collapse of a country from which barely anything remained. It was a takeover by the West. Many had no idea what it meant to question their own identity and everything they had done before reunification. The generation of my parents had a particularly hard time as they were basically left with nothing and had to start from scratch in their mid-fifties. A lot of East Germans experienced insults and humiliations and did not feel taken seriously. That continues to have an effect today. There are documented structural disadvantages for East Germans with regard to pensions, income, and wealth. It's strange, but today I feel more"East German"than 30 years ago. Even if many in the West don't understand that.

Q : What were key moments for you? IG : Definitively October 9, 1989, in Leipzig. I was studying there at the time. In the evening, one of the largest Monday demonstrations was planned, and nobody knew how it would end. Many were afraid, including me, as there had been rumors that the state would strike back this time. Hospitals were on alert. But the protest remained peaceful until the end, and that was perhaps the great miracle of the time. On this day, the highly armed state apparatus did not intervene – that was a turning point! Q: What did you hope for, and was it already about reunification of East and West Germany? IG: No. Calls for German unity came much later. Like for many others, the protests were for me about opening the country, about a better GDR. Without political paternalism, without paternalism,with truly free elections. I wanted to travel wherever I wanted. I wanted freedom of opinion and freedom of the press. I wanted to read all the books and see all the films I wanted.

Frederic Göldner is a second-year master student at the ULB’s Institute for European Studies.

5


EYES ON EUROPE / 1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ?

TRENTE ANS APRÈS LA CHUTE DU MUR DE BERLIN, QUE RESTE-T-IL DE LA FRACTURE EST-OUEST ? Au soir du 9 novembre 1989, le mur de Berlin cède sous l’action de la foule, ouvrant la voie à la réunification des deux Allemagne et avec elle, des deux Europe. Trente ans après ces évènements, quel héritage reste-t-il de la bipolarisation qui aura marqué au fer de lance une époque ? Si le constat d’une fracture ne peut, à certains égards, être écarté, les pays d’Europe de l’Est et de l’Ouest sont tenus de faire face sans discrimination à la même menace des percées populistes et nationalistes.

encouru une perte de plus de 10% de sa population depuis 2004. Ces éléments tendent à prouver que les tendances démographiques divergent drastiquement parmi les pays européens. Tandis que d’une part certains s’interrogent quant à la gestion d’une population grandissante, d’autre part, l’heure est à la réflexion quant à l’attractivité du pays.

DÉMOGRAPHIE ET ESPÉRANCE DE VIE, UNE FRACTURE LATENTE

L

a relance du processus européen engagé depuis le traité de Maastricht et les efforts déployés en matière d’intégration n’ont pu satisfaire pleinement l’ambition de convergence économique. Force est d’observer que de nombreuses disparités témoignent aujourd’hui de la persistance d’un écart Est-Ouest. Conséquemment aux élargissements européens de 2004 à 2013, onze pays post-communistes ont intégré l’Union européenne (la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et la Lettonie). Depuis 1989, la plupart de ces derniers ont fait face, en plus du vieillissement de la population rencontré dans la majorité des états européens, à un déclin démographique. Celui-ci s’explique par une baisse de la fertilité mais davantage, et cela est plus symptomatique, par une émigration forte de la population, notamment jeune. En moyenne une décroissance de 7% de la population est observable depuis 1989, la Bulgarie, la Lettonie et la Lituanie présentant les dégressions les plus significatives avoisinant les 20%. La chute est de 16% en Estonie et Roumanie, 11% en Croatie, 8% en Hongrie et 3% en Pologne, pays le plus densément peuplé parmi les onze précités. Ces dépopulations contrastent considérablement avec les tendances relevées dans la majorité des états européens qui rencontrent, a contrario, un accroissement de leur population de 13% en moyenne, sur la même période, bien qu’un ralentissement récent soit à mentionner dans les pays méditerranéens (Grèce, Portugal, Espagne et Italie). Au sujet de l’émigration à présent, il est à noter que la population issue d’anciens pays du bloc de l’Est installée dans d’autres états européens a été multipliée par cinq de 2004 à 2017. En 2017, les flux sortants les plus substantiels provenaient de Pologne et de Roumanie, cette dernière ayant

Par ailleurs, les disparités Est-Ouest s’expriment, en outre, significativement au regard de l’espérance de vie. Cet indicateur du niveau de vie que d’aucun pourrait penser homogène au sein de l’Union européenne témoigne à l’inverse de grandes inégalités. En effet, tandis que celle des 28 Etats membres s’élève à 80,9 ans, la moyenne des anciens états du bloc communiste n’atteint, quant à elle, que 77,14 ans. Si cette différence peut sembler mince, notons qu’à l’exception de la Slovénie, avec une espérance de vie de 81,2 ans, tous ces pays se situent en deçà de la moyenne européenne (eurostats, 2017). En outre, les années de vie en bonne santé tendent également à souligner la persistance d’un écart. Tandis que la moyenne européenne est de 64 années de vie en bonne santé, la moyenne des pays d’Europe de l’Est est seulement de 58,96 ans et seule la Bulgarie s’en dégage (66,2 ans).

POLARISATION NORD-SUD, L’AUTRE CONTRASTE A l’égard du taux de chômage et des ressources financières, si une fracture est mesurable au travers de l'Europe, elle ne se situe pas tant entre Est et Ouest mais fragmente plutôt Nord et Sud. En matière de chômage, les pays de l’Europe de l’Est se situent, effet, pour la majorité, en deçà de la

moyenne européenne (6,8% de la population active en 2018) à l’exception de la Croatie (8,4%) et de la Lettonie (7,4%). Les pays qui présentent les taux de chômage les plus élevés de l’Union Européenne

6


1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? / EYES ON EUROPE sont les pays méditerranéens qui portent encore, de manière la plus marquée, les stigmates de la crise économique de 2008 (10,6% en Italie, 15,3% en Espagne et 19,3% en Grèce). Le constat en ce qui concerne le chômage de longue durée est le même.

réalisé quant à lui un score historique de 6,34%, l’AfD allemand a été crédité de 11% et le FPÖ autrichien a remporté, quant à lui, 17,2% des suffrages. La formation d’extrême droite au Parlement européen, «Identité et démocratie», revigorée, a vu son nombre de sièges passer de 23 en 2007, à 41 en 2014 pour en occuper finalement 73 lors de cette présente législature.

Selon des données de l’Observatoire des inégalités de 2018, l’Europe est par ailleurs très hétérogène sur le critère de la pauvreté, sans qu’un gradient EstOuest ne soit remarquable. Si 17,3% des Européens souffrent de privation matérielle et d’exclusion sociale, la Roumanie (25,3%), l’Espagne (22,3%) et la Grèce (21,2%) sont les plus touchées, suivies de près par l’Italie (20,6%) et le Portugal (19%). De même, au travers de l’Union, 32,3% des Européens se déclarent être dans l’incapacité de faire face à une dépense imprévue. Cette incapacité touche près de la moitié de la population en Grèce, en Croatie, à Chypre, en Lettonie et en Lituanie.

A l’origine de ces succès : inégalités, inutilité économique et crise de la représentation Bien que certains observateurs préfèrent à l’inquiétude, la relativisation du constat d’une résilience démocratique, se pose la question des causes du récent succès rencontré par ces partis d’extrême droite. Les particularités nationales ne peuvent être écartées, toutefois, un terreau fertile commun a favorisé l’émergence de ces mouvements. Selon Thierry Chopin, docteur en sciences politiques, les facteurs qui expliquent la force des populismes sont avant tout nationaux. Le contexte économique d’ouverture internationale est à l’origine d’un sentiment de déstabilisation. La crise de 2008 a affecté très différemment les Etats Membres de l’UE et a creusé les inégalités préexistantes. La convergence économique espérée grâce aux processus d’intégration ne s’est pas pleinement réalisée. Nous assistons à un rejet de la thèse de la «mondialisation heureuse» portée par les « élites ». La croissance des inégalités couplée à une mobilité (des capitaux, personnes et zones d’attractivité) jugée insupportable a fomenté ce que Pierre-Noël Giraud appelle une «crainte d’inutilité économique». En résulte, selon ses propos, une «errance des conflits économiques» des laissés-pour-compte à la recherche de l’ennemi à l’origine de leurs maux.

EST ET OUEST ÉGAUX FACE À LA MONTÉE DES POPULISMES Paysage du populisme en Europe Ailleurs en Europe, force est de constater que l’élan des partis d’extrême droite a également maculé le paysage politique lors de ces dernières années et ce, de manière généralisée bien que contrastée. Viktor Orbán en Hongrie, se targuant d’être le porte étendard d’un conservatisme national, hostile à la mondialisation (et par extension « protecteur de ses échoués »), multiplie les discours populistes et se prévaut de la défense d’un nationalisme économique. Sa réponse violente à la crise migratoire a laissé peu de doutes quant au manque de modération de sa ligne (ré-établissement d’une frontière matérielle en Europe faite de murs barbelés, autorisation de tirs à balles réelles sur les migrants qui traversent illégalement la frontière). Ailleurs, lors des élections législatives du 10 novembre dernier, la formation ultra-nationaliste de droite radicale Vox a réalisé une percée en Espagne, devenant la troisième force politique du pays. En Italie, la Ligue de Matteo Salvini se revendique souverainiste, identitaire et populiste. Ce parti, à l’extrême droite de l’échiquier politique, eurosceptique et xénophobe a réalisé un score historique lors des élections législatives de 2018 ouvrant, de la sorte, son accès au pouvoir. Cette formation est, par ailleurs, arrivée en tête lors des élections européennes (34,6%) de même que le Rassemblement national (RN) conduit par Marine Le Pen sorti victorieux (23%). Le Jobbik hongrois a

D’autre part, les mouvements migratoires sont perçus par certains comme étant incontrôlés et les politiques d’intégration insuffisantes. De nombreux auteurs s’accordent quant à la conclusion que les nouveaux ennemis désignés, et grâce auxquels l’extrême droite trouve son écho, sont désormais la mondialisation et l’étranger. La nouvelle extrême droite s’est débarrassée des thèses ouvertement nauséabondes de la supériorité ethnique pour prôner, à présent, de manière insidieuse, un particularisme culturel fondé sur un « nativisme différencialiste » (Hans-Georg Betz). Ce nouvel angle défendrait un repli identitaire de défense et de protection contre la « menace de l’altérité ». En raison de frustrations économiques, les identités nationales, ethniques et religieuses deviennent un refuge. La guerre de Syrie et l’afflux de réfugiés qui s’en est suivi ont entériné les tensions entre états favorables à cette immigration

7


EYES ON EUROPE / 1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ?

@ Mat Brown

(l’Allemagne en particulier) et ceux hostiles à une solidarité imposée, et à ce qu’ils considèrent comme une injustice de plus dans une Europe à deux vitesses, qui n’aurait su veiller à leur intégration (groupe de Višegrad). S’ensuit ce que Thierry Chopin appelle une panique démographique qui s’inscrit dans un populisme dit patrimonial, c’est-à-dire la crainte de perdre, en plus de son patrimoine matériel, l’immatériel également (mode de vie et valeurs).

l’Europe. Toutefois, il serait erroné de conserver une vision bipolaire de l’Union européenne qui, à de nombreux égards, voit davantage se creuser un fossé Nord-Sud, très éloquent depuis la crise économique de 2008. Si les pays de l’Union Européenne font donc face à des urgences disparates, celle de la recrudescence populiste et nationaliste est en revanche commune. Il est désormais question d’être à la hauteur du défi de la résistance démocratique, dans un esprit d’unité européenne, à convoquer ardemment, et à cultiver dans un momentum de crise identitaire.

Selon celui-ci, nos sociétés, de plus en plus âgées, seraient davantage réfractaires et craintives quant aux transformations qui s’opèrent et au travers desquelles elles ne se reconnaîtraient plus, encourageant le regain des thématiques religieuses séculaires. Enfin, il est également question d’une crise de la représentation et d’une crise de la confiance à l’égard d’une bureaucratie qui, précédée par des scandales de corruptions, inspirerait désormais la méfiance. L’alternance droite gauche semble ne pas transcender un statu quo jugé insoutenable et dès lors, les partis d’extrême droite font figure de seule alternative. Pour conclure, des divergences structurelles témoignent, aujourd’hui encore, d’une fracture persistante entre pays de l’ex-bloc communiste et pays de l’ouest de

Lyna Ali-Chaouch est étudiante en Master 1 Relations internationales à l’ULB

8


1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? / EYES ON EUROPE

SOCIAL DUMPING AN ISSUE DIVIDING THE EAST FROM THE WEST Fifteen years after the “Big Bang” enlargement, social dumping remains one of the most contentious issues of the European Union. Western countries are blaming Eastern countries for creating unfair competition by dropping low wages, whereas Eastern countries are accusing the West of wanting to protect its labour market. The dividing issue is making it difficult for Europe to unite.

S

ocial dumping is a popular term in political debates, often used by nationalist leaders and anti- EU supporters. Often seen as a side effect of open borders and free movement of workers, Westerners are afraid of the negative impact social dumping has on their welfare systems. Eastern European countries, such as Hungary, Bulgaria, Poland, and Romania, have far lower minimum wages than all Western countries. The situation makes Eastern countries an attractive place for foreign direct investment and for the hiring of cheap labour.

In his state of the union speech of 2017, Jean-Claude Juncker claimed: “in a Union of equals, there can be no second class workers. Workers should earn the same pay for the same work in the same place.” It was clear that with his statement, Juncker was siding with the protection of Western workers. Initially, posted workers were only required to be paid the host country minimum wage. With the same pay for same work principle, employers would have to pay posted workers a salary equivalent to national workers.

During the European elections of 2019, nationalist parties ran on that issue, demanding increased protections of their national workers. Also in an attempt to fight social dumping, certain European parties, especially centre-left, supported the idea of a European wide minimum wage. However, the proposal is being met with high scepticism as it would be difficult to agree on a middle ground with such a deep gap between West and East. According to Eurostat, Bulgaria’s minimum wage is as low as 250 euros a month, whereas Luxembourg’s is almost eight times higher.

SAME PAY FOR SAME WORK @ Flickr

With a public growing uneasy on the issue of social dumping, it became evident that steps needed to be taken. In 2016, France took a leadership role in reforming the posted workers directive. Posted workers are hired from national firms and posted in a foreign country to deliver a service for a limited amount of time, therefore not being subjected to host countries’ labour law. France being one of the biggest receivers of posted workers, along Belgium and Germany, its president Emmanuel Macron faced high political pressure to bring reforms to the directive.

Jean-Claude Juncker : " ... in a Union of equals, there can be no second class workers."

9


EYES ON EUROPE / 1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ?

" Eastern countries having fewer resources, they must remain competitive in order to attract direct foreign investments."

Recently, leaders from these countries have been raising minimum wages. Poland’s conservative party has announced in September a plan for raising the Polish monthly minimum wage to PLN 2,600 (about 6oo euros). Wage increases are also experienced in the Czech Republic and Hungary, due to high levels of productivity.

Although posted workers account for only 2 million European citizens, reforms were met with strong opposition. However small, the reform attempts show how dividing the issue was, with a European Parliament being split between the East and the West. Hungary and Poland called the reform Western protectionism, arguing that the new rule would only burden their economy. In the end, Macron did manage to bring about some changes to the directive, which will come into force in 2020. Yet, critics argue

While economists applaud the increase in wages, others warn of the long-term negative effects. Some of the negative consequences concern potential bankruptcy of small businesses and automatization replacing human workers. Simply raising wages is not enough, Eastern workers need to gain higher skills in order to compete with Western workers. In other words, investment has to be made in workers’ education and not just in their wages. Closing the pay gap between the East and the West might suppress the problem of social dumping inside the European Union, yet will it be sufficient to sustain working places in the East?

that the reform was beside the point and will do little to resolve the issue. CLOSING THE GAP In order to resolve the issue of social dumping, one solution is clear: wages must go up. Nevertheless, wage-settings have to be done in a way that do not affect the economy of those poorer countries. Eastern countries having fewer resources, they must remain competitive in order to attract direct foreign investments. As a result, these countries have been locked in a vicious cycle of low wages, although showing the highest level of productivity.

Kristin Heidebroek is a first year Master student in European Studies

10


1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? / EYES ON EUROPE

TRENTE ANS APRÈS LA CHUTE DU MUR DE BERLIN, LA POLITIQUE D’ÉLARGISSEMENT DE L’UNION EUROPÉENNE EST-ELLE TOUJOURS UNE PRIORITÉ ? La politique dite « d’élargissement » a certainement été l’une des priorités les plus rapidement mises en place par l’Union européenne. D’abord pensée dans une optique d’unifier économiquement le continent, elle a ensuite été étendue à des objectifs de réunification politique, sociale et idéologique. Toutefois, la politique d’élargissement semble avoir montré depuis quelques années les premiers signes avant-coureurs d’un essoufflement… Ce faisant, la concrétisation des règles économiques européennes doit alors faire l’objet d’un accord entre la CEE et l’État candidat.

RÉTROACTES

Dans ce contexte, la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Danemark intègrent la CEE en 1973. La Grèce la rejoint quant à elle en 1981, tandis que l’Espagne et le Portugal y sont admis en 1986, le tout formant ainsi l’Europe des Douze.

Les débuts de l’intégration européenne dans les années 1950

L

e 18 avril 1951, l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas signent le traité instituant la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) ; l’Europe des Six est née. Quatre ans plus tard, les ministres des Affaires Étrangères de la CECA adoptent une résolution témoignant de la volonté des Six à « franchir une nouvelle étape dans la construction européenne par la création d’institutions communes ». Ainsi, deux traités sont signés le 25 mars 1957 à Rome en vue d’instaurer la Communauté Économique Européenne (CEE).

En 1989 a lieu la chute du Mur de Berlin, avec toutes les conséquences politiques, idéologiques et sociales qui y sont liées. Presque systématiquement, des vagues d’immigration déferlent sur l’Europe de l’Ouest et plusieurs candidatures d’entrée dans la CEE sont présentées. Néanmoins, les Douze souhaitent d’abord concrétiser le traité de Maastricht, lequel finit par instituer une « Union européenne » après son entrée en vigueur le 7 février 1992. L’Union européenne n’est toutefois pas en reste ; elle doit forcément s’adapter au changement radical du paradigme européen : un vent de libertés souffle en Europe, l’économie n’est plus le seul objectif symbolique à garantir et de nouveaux critères d’adhésion sont établis.

L’âge d’or de la politique d’élargissement : des années 1960 aux années 2000 Les Traités de Rome sont les précurseurs de nombreuses politiques du droit européen actuel ; pensons simplement à la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux. Pour ce qui nous concerne, peut-on notamment y lire un article 237, lequel formule une phrase à l’allure simple mais au contenu très symbolique : « Tout État européen peut demander à devenir membre de la Communauté ». Cet article fonde ni plus ni moins les premières volontés de l’Europe des Six à s’étendre sur le continent européen.

C’est ainsi que, en 1993, l’Europe des Douze se réunit à Copenhague et y définit de nouveaux critères d’adhésion (ci-après, « les critères de Copenhague »). Confirmés par le Conseil européen en 1995, ces critères sont les suivants : « des institutions stables garantissant la démocratie, la primauté du droit, les droits de l’homme, le respect des minorités et leur protection » (critère politique) ; « une économie de marché viable ainsi que la capacité de faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché intérieur de l’Union » (critère économique) ; « la capacité d’assumer les obligations de l’adhésion, notamment de souscrire aux objectifs de l’union politique, économique et monétaire » (respect de l’acquis communautaire).

Toutefois, dans les années 1950, cet objectif se limite à une simple réunification sur le plan économique. À ce moment, seuls sont ainsi pris en compte la qualité d’État au sens du droit international et le caractère européen dudit État, lequel est fondé sur la base d’une appréciation géographique ou politique.

11


EYES ON EUROPE / 1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? C’est dans cette nouvelle configuration que l’Autriche, la Finlande et la Suède intègrent l’Union en 1995. Chypre, l’Estonie, la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, la Slovénie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et Malte deviennent membres effectifs en 2004.

LA POLITIQUE D’ÉLARGISSEMENT DEPUIS LES ANNÉES 2000 : QUELQUES AVANCÉES NOTABLES Tout État désireux d’adhérer à l’Union européenne doit donc remplir l’équivalent de six critères. Au niveau procédural (article 49 du Traité sur l’Union européenne), chaque État doit adresser sa candidature au Conseil des Ministres en vue de se faire reconnaître formellement le statut d’État candidat. Seulement après cette reconnaissance peuvent alors commencer les négociations d’adhésion, lesquelles donnent, à terme et le cas échéant, un traité d’adhésion.

En 2006, à l’occasion d’un « consensus renouvelé sur l'élargissement » en vue de réaffirmer cette politique, un quatrième « critère de Copenhague » est établi par le Conseil européen : la capacité de l’Union européenne à assimiler de nouveaux membres tout en maintenant l’élan de l’intégration européenne. En 2007 entre enfin en vigueur le Traité de Lisbonne, lequel ajoute un dernier critère d’adhésion à l’Union : «le respect des valeurs visées à l’article 2 [du traité sur l’Union européenne] et l’engagement à les promouvoir». Dans ce cadre, la Roumanie et la Bulgarie intègrent l’Union européenne en 2007, la Croatie la rejoint en 2013, formant ainsi l’actuelle Europe des Vingt-huit.

L’État candidat ne devient effectivement État membre de l’Union européenne que lorsque le traité d’adhésion entre en vigueur. À cette date, l’État candidat doit être capable d’appliquer l’entièreté du droit européen dans son ordre juridique national, ce qui explique les nombreuses négociations durant le processus d’adhésion d’un État candidat, lequel devra adapter son droit interne au droit européen durant tout ce temps.

“Tout État désireux d’adhérer à l’Union européenne doit remplir l’équivalent de six critères”

À l’heure actuelle, des négociations d'adhésion ont été lancées avec la Serbie en janvier 2014, avec le Monténégro en juin 2012 et avec la Turquie en octobre 2005. L’Albanie et la République de Macédoine du Nord sont officiellement devenues des États candidats depuis juin 2014 pour la première et depuis décembre 2005 pour la seconde.

@ Tibor Fazks

12


1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? / EYES ON EUROPE Enfin, la Bosnie-Herzégovine a présenté une demande d’adhésion en février 2016 et le Kosovo a conclu un «Accord de stabilisation et d’association», entré en vigueur en avril 2016. Pour l’heure, nul ne peut affirmer quelle voie l’Union européenne prendra respectivement à l’encontre de chaque État mentionné. Toutefois, force est de constater que le « consensus renouvelé sur l'élargissement » établi en 2006 par le Conseil européen est encore d’actualité. AUJOURD’HUI… ET DEMAIN : UN ESSOUFFLEMENT DE LA POLITIQUE D’ÉLARGISSEMENT ? De manière transversale, les institutions imaginées dans les années 1950 ne convenaient plus pour vingt-huit. À côté du thème de l’élargissement durant ces septante dernières années, il y a eu le thème de l’approfondissement institutionnel, avec l’idée de rénovation constante des traités européens pour être certain que, malgré le nombre croissant d’États membres, les mécanismes institutionnels resteront opérationnels. Tel a été l’enjeu de l’intégration européenne sous le prisme de la politique d’élargissement, tout du moins jusqu’à très récemment.

explique également une certaine réticence de la part des États membres à en voir d’autres intégrer le processus d’intégration européenne trop rapidement. Il n’est pas question ici de justifier ou de réfuter concrètement l’adhésion d’un nouvel État dans l’Union européenne. Toutefois, en termes d’enjeux, il n’est pas bien difficile de conceptualiser des questions plus fondamentales qui tiennent à l’essence même de la politique d’élargissement.

“L’UE n’est plus capable d’assumer une politique d’élargissement aussi forte que dans ses débuts” De manière pragmatique, comment les critères d’adhésion peuvent-ils encore être pris au sérieux considérant qu’ils ne sont pas (ou plus) respectés par certains États (s’agissant de la crise économique et financière en Espagne, en Grèce et au Portugal ; ou encore concernant la crise de l’État de droit en Hongrie et en Autriche) ? Au regard de ces différentes crises, comment l’Union européenne pense-telle pouvoir être capable de continuer à assumer une politique d’élargissement, si tant est que les négociations actuellement menées aboutissent ?

Depuis la fin des années 2000, l’Union européenne n’est plus capable d’assumer une politique d’élargissement aussi forte que dans ses débuts, dans la mesure où les processus de négociation et d’adhésion semblent fortement ralentis. Ce phénomène peut s’expliquer par deux raisons.

Prudence et réalisme doivent donc être de mise à l’avenir ; c’est finalement là tout l’enjeu de l’intégration européenne sous le prisme de la politique d’élargissement. Alexandre Van Gyzegem est étudiant en Droit public et international (Master 2) à l’Université libre de Bruxelles

D’une part, il faut noter l’absence d’un moteur suffisant à une perspective actuelle d’élargissement ; les années 1950 ont été propices à un élargissement conséquent sur le plan économique et la chute du Mur de Berlin a permis de réunir, sous l’égide des grandes libertés fondamentales, un nombre important de nouveaux États membres. Aujourd’hui, il semble qu’il n’y ait plus aucune raison suffisamment puissante pour justifier un tel élargissement. D’autre part, beaucoup avancent que l’Union européenne s’est précipitée dans ce processus et que certains États n’auraient jamais dû la rejoindre en raison de leurs différences – jugées – trop flagrantes. En outre, d’aucuns estiment qu’il devient de plus en plus difficile (aussi bien matériellement que conceptuellement) de gérer à plusieurs une organisation internationale aussi poussée que l’Union européenne. Cette double tension (précipitation-complexité)

13


EYES ON EUROPE / 1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ?

GERMANY AND THE AFD 30 YEARS AFTER THE FALL OF THE BERLIN WALL: STILL A DIVIDED COUNTRY? In Germany, the right-wing extremist party “Alternative für Deutschland” is considerably stronger in the former communist East of the country than in the West. Is this an indicator for a persisting East-West division, what are the origins of this development, and what lessons are there to learn for Europe? socio-economic factors, another one on the identity dimension and the feeling to be left behind as “second-class citizens”.

THE RISE AND RADICALIZATION OF THE AFD

E

SOCIO-ECONOMIC ISSUES AND IDENTITY POLITICS

ven though the phenomenon of the Alternative für Deutschland (AfD) is not confined to the East of Germany, it is striking to look at a map of AfD support: whereas the party won an average of 21,9 percent in the former German Democratic Republic (GDR) federal states (Länder) in the 2017 federal election, it was only 10,7 percent in the rest of the country. Moreover, the most radical and controversial frontrunners come from East German Länder. Investigative journalists revealed that Andreas Kalbitz, AfD frontrunner in the Land of Brandenburg, had clear ties with neo-Nazi groups and joint multiple events of right-wing extremists in the past. Yet, he was able to double his party’s result from 2014 in this year’s elections, becoming the second political force in Brandenburg with 23,5 percent of the votes.

The lack of large prosperous cities, industry and employment opportunities in many rural regions of the Eastern Länder is the result of economic mismanagement in the GDR and a rapid transformation after the fall of the Wall. The government of chancellor Helmut Kohl (19821998) pushed for reunification at all costs in 1990. Retrospectively, some East Germans were feeling rather being attached to than united with West Germany at the time. Collateral damage of the transformation from planned to market economy was inevitable and led to mass unemployment in the East. Even high-skilled people no longer saw opportunities to climb the social ladder, and many of them left for the West. Numerous companies went out of business following privatization and restructuring. Many of them were overtaken by Western companies, emphasizing the perception that greedy capitalists were exploiting the East and swallowing companies that could have continued to be productive. The Treuhand (“Trust Agency”), the agency responsible for restructuring and privatizing thousands of companies with millions of employees, has been widely criticized for its controversial role both by the extreme right and left.

«Collateral damage of the transformation from planned to market economy was inevitable and led to mass unemployment in the East» His colleague Björn Höcke, a former history (!) professor, has on numerous occasions used Nazi rhetoric, probably not accidentally referring to a “thousand-year Germany” and infamously criticizing Berlin’s Holocaust Memorial as a “monument of shame.” Considered by his opponents as a fascist, Höcke has also led his party to almost a quarter of the votes as frontrunner in the Land of Thuringia in recent elections. The fact that his right-wing fraction Der Flügel (“the wing”) increasingly radicalized the party over the last few years does not seem to have damaged but rather has fueled popular support in East Germany. This raises the question of what makes the AfD in the East more successful than its counterpart in West Germany. Several factors need to be considered. One explanation is based on

Even though historians have recently conducted new analyses and cautioned against scapegoating the agency, the AfD has exploited the victim myth and managed to portray itself as the party of East German interests. It positions as the “alternative” to the mainstream parties that have supposedly abandoned their own people. Whereas part of the AfD's electorate is supporting xenophobic and extremist views, many other voters see it as a vehicle to protest and point out their problems: brain drain of young people, lacking infrastructure in rural regions, little attention from

14


1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ? / EYES ON EUROPE their government. These people simply ignore the extremistright-wing dimension of the AfD because of the frustration that makes them feel left behind as the losers of the post-1989 transformations.

considerably underrepresented in leading positions of the country. Except for Chancellor Merkel and President Gauck, both former GDR citizens, only a few politicians in holding key positions grew up in the East. A 2019 study by University of Leipzig found that overall, only 4 percent of leading positions in the economic, judicial, scientific and political sectors are

AfD voters’ alienation from and distrust in mainstream politics, media, and institutions is to a certain extent linked to persisting social and economic problems yet also fueled by perceptions and emotions. They feel like they have been condescended by (West) Germany and their work during the GDR regime has been disrespected. The AfD has understood the potential of winning these discontent citizens, promising them to take particular East German interests seriously. It is instrumentalizing East Germans to play classical identity politics, dividing society into different groups. Not only does the AfD present itself as patriots who defend their cultural heritage against the “liberal elite” of mainstream parties/institutions that supposedly stand for migration and multiculturalism. It also appeals to a specific East German identity, claiming to be in the tradition of the 1989 activists who pursued regime change. Thus, the AfD delegitimizes and “others” different groups that allegedly threaten the traditional way of life: migrants; cosmopolitan, urban elites; and center-left politicians who supposedly no longer represent their people’s interests. The success of the AfD in East Germany raises the question to what extent the party simply uses emotions to spread false fear of modernity, globalization, and migration, and to what extent real problems exist and need to be taken seriously. In terms of the East-West divide, what gaps have persisted until today?

« Only 4 percent of leading positions in the economic, judicial, scientific and political sectors are held by East Germans» held by East Germans even though they represent 15 percent of the population. Among 102 heads of division of Germany’s federal ministries, only three originally come from East Germany. Up to today, not a single university in the entire Republic is headed by an East German. This blatant underrepresentation can certainly be linked to economic factors, yet it also indicates that having an East German background might not be helpful to pursue a top job in the Federal Republic. It is therefore not surprising that many East Germans might feel left behind or even considered as “secondclass citizens.” Some of them regret that the country in which they grew up disappeared within several months in 1990 even though some elements of the educational system and other sectors could have been adopted in the Federal Republic. The difficulties to integrate East Germany in the existing economic system and the way social mobility was blocked for many East Germans in their new home country led to an identity crisis. Feeling deprived of their dignity and honour, many East Germans first voted for Die Linke (“the Left,” successor of the GDR’s socialist party) and now turn to the AfD to make their voices heard. It remains questionable whether the AfD could offer constructive solutions and improve people’s daily lives. Considering that almost all leading figures interestingly come from West Germany, it seems absurd that Björn Höcke speaks of “we” when he makes references to the people who flocked to the streets in 1989. Yet, the right-wing party has certainly touched a sore spot and achieved that 30 years later, Germany has a frank debate about its reunification and the transformations that came along with it.

THE EAST-WEST DIVIDE

Not all statistics are gloomy: 20 years ago, unemployment used to be almost 10 percent higher in the East than in the West; today, the gap is only two percent. Pensions in the East are on average higher than in the West. On the other hand, average salaries remain significantly higher in West Germany, and the five last positions of a ranking published by a government agency are held by the five Länder of the former GDR (excluding Berlin). A significant gap also remains in terms of economic productivity: a 2016 study by the German Leibnitz Institute shows that 464 of the 500 largest German companies have their headquarters in the West.

AND WHAT LESSON FOR EUROPE?

In addition to these economic discrepancies, a crucial issue to many East Germans is the fact that they are

For Europe, Germany can be a warning of how rocky the path to unification can be, but at the same time, 15


EYES ON EUROPE / 1989-2019: est-ouest, une fracture dépassée ?

« Only 4 percent of leading positions in the economic, judicial, scientific and political sectors are held by East Germans » it is an example of how much can be done when solidarity and political will are given. A lot has been achieved, and economic and political transformations have been quite successful in many regions. Moreover, citizens today have more freedom of expression and civic rights, in contrast to a widespread perception. On the other hand, Germany has not achieved to completely bridge the differences between East and West in the past 30 years,despite its wealth and political will to unify.

have different national interests is complicated. Ceding power to a common political union is hardly conceivable where a country clings to national sovereignty at all costs. Moreover, considering that on average less than one percent of Member States’ economic power is spent for the EU, a far greater effort would need to be made in order to bridge not only the economic divide between Eastern and Western Europe but also between the north and the south, between rural areas and cities. A task for generations to come – if they are willing to pursue it.

Looking at East-West divisions at European level, the challenge of unification appears much more difficult, and major impediments remain. Building solidarity among nations who speak different languages and

Frederic Göldner is a second-year master student at the ULB’s Institute for European Studies.

16


POLITIQUE / EYES ON EUROPE

PORTRAIT DE L'ESTONIE, LA SOCIÉTÉ DIGITALE PAR EXCELLENCE 1989-2019 : en l’espace de trente ans, l’Europe a vu (re)naître une multitude de pays, de cultures et de peuples de l’Est, affranchis du régime communiste et prêts à s’unir à l’Europe de l’Ouest pour décider d’un avenir commun. Parmi eux, l’Estonie a connu une trajectoire surprenante, en misant très tôt sur le digital et en devenant une figure avant-gardiste dans la maîtrise du cyberespace.

I

l y a un peu plus d’un an, le 24 février 2018, la République d’Estonie fêtait son centenaire. Si ce pays balte de 1.3 million d’habitants compte l’un des plus anciens peuples d’Europe – 11 000 années d’histoire estonienne – il est pourtant l’une des plus jeunes démocraties européennes. En cause : une occupation à maintes reprises du pays par des puissances autoritaires. Peu après avoir déclaré son indépendance en 1918, l’Estonie voit immédiatement débarquer les troupes allemandes dans sa capitale Tallinn, qui seront remplacées à la fin de la Première Guerre mondiale par l’Armée Rouge. De nouveau occupée par le IIIe Reich de 1941 à 1944, puis récupérée par l’URSS au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’Estonie a dû attendre 1991 pour restaurer son indépendance. Ces septante années d'annexion alternée entre domination allemande et soviétique ont néanmoins insufflé au petit pays balte le désir de construire un nouvel état puissant, fier, autonome et…ultra-moderne, dépassant de loin les avancées technologiques de ses voisins européens. UNE E-GOUVERNANCE AU SERVICE D’UNE SOCIÉTÉ DIGITALISÉE Au sein du pays qui a vu naître Skype, règne un principe fondamental : l’accès à Internet est un droit, et tout citoyen doit pouvoir en disposer. En résulte un système de e-gouvernance où 99% des services publics sont accessibles en ligne. Grâce à leur carte d’identité électronique – qui remplace toutes autres pièces d’identité telles que le permis de conduire ou la carte vitale – chaque résident estonien peut se connecter à une plateforme en ligne depuis laquelle il a accès à une multitude de services : déclarer ses impôts, ouvrir un compte bancaire, immatriculer sa voiture, créer une entreprise, etc. Cerise sur le gâteau: le vote en ligne, pour un Estonien, n’est non pas un idéal lointain mais une réalité acquise depuis 2005 ; lors des élections européennes en mai 2019, 46,70% des électeurs ont voté depuis leur domicile. Avec une

17

telle accessibilité et rapidité des services publics (trois minutes en moyenne pour une déclaration d’impôts en ligne), il n’est pas difficile d’imaginer à quel point Internet est devenu un symbole de liberté et de démocratie pour ce pays post-soviétique. Peu après son indépendance obtenue vis-à-vis de l’ex-URSS, le gouvernement estonien ne s’est pas fait attendre pour mettre en marche une nouvelle e-société : dès les années 1990, l’Estonie lance ses premiers projets de politique digitale et se dote d’une Autorité de l’Information, chargée de la sécurité de l’information. En effet, si les citoyens estoniens peuvent jouir d’une telle liberté digitale, c’est parce que le gouvernement incarne le responsable légal de la protection de leurs données personnelles, et en tant que tel, se doit d’assurer un haut niveau de confiance et de sécurité dans l’usage qui est fait de ces données. LA CYBERSÉCURITÉ, ENJEU CRUCIAL D’UNE SOCIÉTÉ DIGITALE La cybersécurité est un mot dont le sens demeure peut-être vague pour de nombreux Européens, mais pas pour les Estoniens. En 2007, le pays subit une vague de cyberattaques aux effets politiques et sociaux dévastateurs, révélant la vulnérabilité des serveurs informatiques publics et privés. Dès lors, le gouvernement prend conscience de l’existence de cybermenaces et conséquemment, de l’importance de la cyberdéfense. Dans une société où les citoyens partagent une masse considérable d’informations personnelles avec les autorités, assurer un environnement digital sécurisé constitue une priorité, afin de protéger leur vie privée. Contrairement aux champs de bataille classiques, la guerre cybernétique affecte directement la vie des civils, en attaquant les systèmes informatiques qui régulent leur vie quotidienne. D’une responsabilité gouvernementale, la cyberdéfense en devient une compétence militaire: il s’agit de défendre l’intégrité de l’État face à des ennemis virtuels mais non moins dangereux.


EYES ON EUROPE / POLITIQUE et monde virtuel, les lois qui s’appliquent à l’un sont également valables à l’autre. Cette interprétation permet ainsi d’apporter un premier degré de régulation au cyberespace. En outre, le centre de cyberdéfense à Tallinn est également réputé pour son exercice annuel « LockedShields ». Cet exercice de cyberdéfense simule une cyberattaque sur les systèmes de sécurité d’un pays fictif. Les Etats membres, organisés en équipes, ont pour mission de venir en aide à ce pays et le protéger. Il s’agit d’un défi collectif lancé aux experts nationaux afin de s’entraîner à se défendre contre des cybermenaces de haut niveau et de renforcer leurs compétences en cybersécurité, dans l’optique d’être mieux préparés en cas de réelle attaque dans leurs pays respectifs.

UN ÉTAT PIONNIER EN MATIÈRE DE CYBERSÉCURITÉ Étant le premier pays à faire face à ce nouveau type de menace sécuritaire dès 2007, l’Estonie cherche à tirer la sonnette d’alarme auprès de ses voisins et alliés. Elle obtient le soutien de l’Union européenne et de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), grâce auxquels elle développe de manière intensive sa politique de cyberdéfense dans la décennie qui suit. Il en résulte la création d’un Centre d’Excellence de Cyberdéfense Coopératif, ouvert en 2008 et accrédité par l’OTAN. Regroupant des experts issus de 25 pays différents, ce centre consacre l’éminente expertise de l’Estonie en matière de cybersécurité, puisque ses locaux se situent à Tallinn. Œuvrant à la fois pour la recherche, la formation et l’entraînement, le Centre d’Excellence a permis à l’Estonie de drainer une multitude d’activités favorisant une meilleure coordination des politiques de cyberdéfense. Parmi ses projets phares, on peut distinguer le Manuel de Tallinn, un guide proposant une transposition du droit international aux cyber conflits. Le cyberespace a généralement tendance à être perçu comme une sorte de Wild West sans foi ni lois. Au contraire, ce manuel se fonde sur l’affirmation selon laquelle, du fait d’une frontière poreuse entre monde physique

En conclusion, au-delà de l’admiration que peut susciter l’Estonie pour son degré de digitalisation, ce pays balte fait figure d’exemple au sein de l’UE pour son avancée en matière de cybersécurité. Dans un contexte de menaces de plus en plus envisageables émanant de la Chine et de la Russie, le Vieux Continent a grand intérêt à mettre en lumière l’exemple estonien auprès de ses autres Etats-membres afin d’être prêt à affronter la nouvelle bataille du XXIe siècle : la conquête du cyberespace. Eléna Bajrić est étudiante en deuxième année de master à l’Institut d’Etudes Européennes.

@ NATO CDCOE

18


POLITIQUE / EYES ON EUROPE

PROTECTING OUR EUROPEAN WAY OF LIFE: A COMMISSION THAT SHOULD UNITE, AND INSTEAD DIVIDES A new mandate is about to begin for the European Commission: Ursula von der Leyen is ready to take the reins of Juncker’s Presidency. In her College of Commissioners, the name of Margaritis Schinas has raised many eyebrows. More precisely the title of his dossier: he was designated as the European Commissioner for “Protecting the European Way of Life”. This choice of wording sparked controversies and an institutional and ideological debate: do we really need to protect a way of life from others? And most importantly: do we, as Europeans, even have a particular way of life? Food for thoughts on the European identity debate is served. with the EU’s migration and asylum policy. Here the A DECISION THAT CAUSED TROUBLE TO VON DER LEYEN’S NEW COMMISSION

problems begin: the EU has been presenting itself as an open and inclusive society, but how can this be explained if we say that we need someone to protect our European way of life? Protect from whom? From immigrants? To many, this risks playing into the farright, populist rhetoric that politicians like Viktor Orbán use to distance themselves (as “Europeans”) from “the other”, meaning migrants. Guy Verhofstadt, member of Renew Europe and passionate proEuropean, was among the first ones to condemn the new title. In a tweet, the centrist-liberal politician asserted that this wording would match Orbán’s rhetoric on immigration, going against EU values and principles. His position was backed by many other political families: from the Socialists and Democrats (S&D) to the Greens, who even defined the choice as an “abomination”. Even the soon-to-be former President of the Commission, Jean-Claude Juncker showed his dissent in an interview for Euronews, alongside with NGOs like Amnesty International. This is how controversial the subject is.

W

hen President-elect Ursula von der Leyen presented the list for her soon-to-be European Commission back in July 2019, she probably wasn’t aware she was going to attract that much attention with one of her choices. After all, that doomed expression, the “Protecting the European way of life” at the centre of so much controversy, wasn’t her creation; Manfred Weber, the leader of the European People’s Party (EPP) and also former candidate to the Presidency of the Commission, had already used the same wording in the past. Weber gave it a valuesdriven connotation, notably advocating for the defense of EU values in the European societies. And so did von der Leyen, who later justified her word choice “Protection” by referring to the safeguard of values as her primary motif. In addition, it is a great advantage for her Commission, that such a sensitive Portfolio is in the hands of a man of great experience inside the European Institutions, Margaritis Schinas. The Greek politician is a former Member of the European Parliament (MEP), who in the last five years has served as the Chief Spokesman for the Juncker Commission. In Brussels, he’s a well respected figure, who’s been serving the Institutions for most of his life. Married to a Spanish EPP Official and fluent in four languages, he truly seems to embody the definition of European. Who could possibly be better suited to protect this alleged European way of life?

"...55% of Europeans define themselves only secondly as European citizens." Secondly, the debate goes beyond the concrete Portfolio Schinas is going to run. It’s not only about the job per-se but about the wording. Does in reality a unique European way of life exist? Before calling for the necessity to protect it, we should reflect on its definition. This brings us to the debate on the existence of a common European identity, a topic that has long been discussed by civil society and academia.

However, criticism hit hard. Two main issues are at stake. First of all, Schinas’ portfolio will cover four policy areas: migration, security, employment and education, meaning the Commissioner would deal

19


EYES ON EUROPE / POLITIQUE

@ Flickr

By introducing such a title inside the Commission, it would seem we have finally understood what being European really means, what makes “us” different from the rest of the world. But have we really?

defend it properly during his Confirmation Hearing at the European Parliament on October 3, 2019. During the hearing, MEPs again expressed their concerns and strong disagreement. Dutch MEP Sophie in ‘t Veld (from Renew Europe) referred to the wording as being “divisive” and “excluding people”, requesting to change the title. She was also backed up by the Greens, who further defined the name as “simply unacceptable”. Members of the Socialist camp; Democrats Party (S&D) agreed with them, with only the EPP actually supporting the decision. Nevertheless, Schinas defended the title throughout the hearing: he refused to see it as a “threat” or to look at it in terms of “us versus them culture,” rejecting any association with the populists. On the contrary, he recalled that Europe was “diverse, open and inclusive”. Moreover, he emphasised the Protection of the European values listed in the Treaties, showing coherence with his President’s line.

VON DER LEYEN AND SCHINAS: “IT MEANS THE PROTECTION OF EUROPEAN VALUES” Due to the amount of criticism coming from several parties, both the President-elect Von der Leyen and the Commissioner-designate Schinas have had to justify their positions. Von der Leyen first defended her choice by stressing the importance of European values. She declared that the title is not about protection but rather about respecting individuals, stating : “Our way of life is holding up our values and the beauty and the dignity of every single human being is one of the most precious values”. She has even posted an image on her Twitter account, showing all the European values enshrined in Article 2 of the Treaty of Lisbon, recalling that the “European way of life” is about values. At the same time, Margaritis Schinas has always stood by his future President’s choice. He had the chance to

In the end and despite the Parliament’s approval of Schinas’ nomination, the title was changed. On November 13, 2019 a Commission statement announced the new name: Schinas’ Portfolio was transformed from the “Protection” to the “Promotion of the European Way of Life”.

20


POLITIQUE / EYES ON EUROPE Surely, this sounds as a victory for the Left Europarties and a concession from von der Leyen, who had for months refused to yield to the pressure and adjust the wording. Eventually, she did modify it; but this doesn’t make it less important to address the questionat the heart of the discussion: is there a real European Way of Life?

raises the question of how we can protect a European way of life if Europeans seem to be more attached to their own national way of life. Moreover, von der Leyen and Schinas’ words recalling a connection between the protection of the “European Way of Life” and the protection of our “European values” remain vague because each nationality has its own unique values. European societies seem to be too varied to define only one set of values for all of them. For example, Hungary’s infringements upon the rule of law show how complicated the matter is, because sometimes Member States might disrespect the values enshrined in the Treaties, or even interpret them in a significantly different way. If European countries remain divided on their understandings of European values, doubts persist over their ability to define together a common European Way of Life.

EUROPEAN WAY OF LIFE AS A UNIQUE EUROPEAN IDENTITY? The entire debate is based on an already highly controversial and complicated topic, the existence of a unique European identity. While some EU leaders emphasise the existence of an alleged identity shared by all the Europeans, most academics tend to disagree, even claiming that “European identity is an illusion”. To this day, a final response to the discussions hasn’t been found and the debate remains ongoing. However, we can also try to dig into the question by considering the opinions of those directly involved: to what extent do Europeans feel European? The Eurobarometer, the Commission’s main survey instrument, might provide an answer. In 1992 (the year of the Maastricht Treaty and the introduction of the European Citizenship), most Europeans considered themselves as European, confirming that a European identity exists. Yet, national and European identities might overlap. The 2018 Standard Eurobarometer on European Citizenship indicated that 55% of Europeans fall into the category of those who define themselves first and foremost as nationals of their respective country and only secondly as European citizens. About 6% see themselves first as European citizens and then as their country’s nationals; only 2% of Europeans would classify themselves as “European only”. This

To conclude, changing the name from the Protection to the Promotion of the European Way of Life may have solved the political and institutional debate, but it certainly hasn’t ended all the controversies. What we have come to understand is that there’s more than just the political consequences: it is a matter that touches upon the heated debate on European identity. Some might think that von der Leyen’s word choice implies that we clearly know what European identity is and that we need to protect (or promote) it. Yet the problem is that we don’t, and we have many indicators for that. Now we just have to wait: this new Commission’s mandate is about to begin, and we’ll see what Margaritis Schinas will do to be up to this already controversial job. Francesca Canali is a second-year Master’s student at the Institute for European Studies (ULB).

21


EYES ON EUROPE / SOCIÉTÉ

IDENTITÉS EUROPÉENNE ET ÉCOSSAISE : LE MARIAGE EST-IL POSSIBLE ? Dans une Union européenne où grandit l’euroscepticisme, le gouvernement écossais, avec à sa tête le Scottish National Party (SNP), se démarque en se montrant aujourd’hui europhile. Cette tendance a été confirmée lors du vote pour le « Brexit », où le « remain » l'a emporté. Une indépendance au sein de l’Union européenne est aujourd’hui l’objectif porté par cette nation, mais est-elle réalisable ?

@ Flickr

Ce tournant politique ne l’a pas empêchée, en 2014, d’organiser un référendum sur son indépendance. Bien que le peuple se prononça à la majorité contre, il fut la concrétisation de plusieurs années de lutte pour l’indépendance écossaise, menée par le Scottish National Party. Ce dernier connut en effet un essor dans les années soixante, au moment où la question de l’adhésion du Royaume-Uni dans l’Union européenne commençait à être débattue. Il est aujourd’hui un des partis majeurs en Ecosse. C’est en 2007 qu’il gagna les élections parlementaires pour la première fois et put organiser sept ans après le référendum sur l’indépendance.

DU SENTIMENT IDENTITAIRE ÉCOSSAIS À L’ENVIE D’INDÉPENDANCE

«

L’Écosse, vieille nation, jeune Etat » est le titre donné par Jacques Leruez à l’un de ses ouvrages. Chercheur associé au CERI et spécialiste des institutions du Royaume-Uni, il affirme que «les Écossais sont patriotes de cœur mais unionistes de raison ». Ces deux citations mettent en exergue la complexité écossaise. Bien qu’ayant une culture propre, l’Écosse est rattachée au Royaume-Uni depuis 1707, date à laquelle elle perdit son indépendance. Ce n’est qu’après les réformes institutionnelles de décentralisation menées par Tony Blair ainsi que la création d’un parlement écossais à la fin du XXème siècle que l’Écosse se retrouva autonome dans des domaines comme l’agriculture ou la pêche normalement dévolus à Londres.

Plusieurs raisons ont été mises en avant et continuent de faire force lors des débats publics. Elles peuvent être résumées en quatre points principaux. Des raisons identitaires prédominent. La culture et l’histoire communes à la nation écossaise pourraient expliquer son envie indépendantiste. Le dialecte diffère notamment, et comme expliqué précédemment, l’Écosse n’est rattachée au

22


SOCIÉTÉ / EYES ON EUROPE Royaume-Uni que depuis le début du XVIII siècle. Des questions économiques sont aussi mises en avant, et l’on peut facilement citer la question du pétrole présent dans la mer du Nord. La légitimité démocratique ainsi que la bonne gouvernance sont des arguments récurrents.

LE BREXIT : UNE RUPTURE ?

La thématique de l’indépendantisme écossais a été relancée après les résultats du « Brexit ». Elle n’est donc pas un sujet passé, mais bel et bien d’actualité. L’Écosse, comme l’Irlande du Nord, s’est prononcée contre une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. En effet, une fois le Royaume-Uni sorti de l’Union européenne, quel avenir pour une Ecosse dont les ressortissants ont voté à 62% pour y rester ? L’identité du Royaume-Uni s’est toujours distinguée de l’identité européenne et l’euroscepticisme n’est pas un sujet nouveau en Grande-Bretagne. Cependant, l’Ecosse se distingue de ses voisins en adoptant depuis quelques années une politique largement europhile. On pourra par exemple mettre en avant la possibilité pour tout citoyen européen de réaliser son Bachelor gratuitement dans les universités écossaises. Or, de nombreux spécialistes expliquent l’échec du référendum de 2014 en raison des craintes économiques, mais aussi par une réticence de la part de la population écossaise à se voir sortir de l’Union européenne. Une fois le Brexit entériné, cette dialectique n’aura plus raison d’être. Les cartes ont donc été totalement rabattues. L’argument du précédent “non” quant à la peur de quitter l’Union européenne en cas d’indépendance ne prévaudra plus. COMMENT EXPLIQUER L’ENGOUEMENT EUROPÉEN D’UN PARTI DIT NATIONALISTE ? Aujourd’hui, les principaux partis nationalistes d’Europe sont opposés à l’intégration européenne, voire aux traités européens eux-mêmes, comme le parti du Front national en France ou le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP). Cependant, la logique des partis régionalistes et minoritaires est différente. En reprenant les mots de Roccu Garoby, « ces partis nationalistes sans États » sont généralement progressistes. Le SNP, bien qu’ayant des revendications nationalistes, se distingue en étant de centre-gauche et en proclamant son attachement à

l’Union européenne depuis la fin des années septante jusqu’à aujourd’hui. La question est d’autant plus d’actualité que d’autres mouvements minoritaires demandent leur indépendance au sein même de l’Union européenne, comme c’est le cas en Catalogne. La thématique de l’Union européenne est devenue une composante majeure de la stratégie des partis régionalistes comme le Scottish National Party, pour différentes raisons. Une Union européenne plus forte et une intégration plus poussée riment avec l’affaiblissement de la souveraineté des Etats, ce qui constituerait une chance pour le mouvement d’obtenir plus de pouvoir. Des questions économiques sont bien évidemment avancées, l’accès au marché unique européen est mis en avant par le SNP comme un atout et une chance pour l’Écosse.

“Quel avenir pour une Ecosse dont les ressortissants ont voté à 62% pour rester dans l’Union ?” ET DU CÔTÉ DE L’UNION EUROPÉENNE ?

L’Union européenne s’est déjà prononcée quant à une possible indépendance, que ce soit la Catalogne ou l’Écosse. Le nouvel État fraîchement indépendant ne sera pas directement considéré comme pays membre de l’Union européenne. Bien au contraire, il devra faire une demande d’adhésion à l’Union européenne et devra être accepté à l’unanimité des pays membres. Cependant, l’Union européenne aurait changé de regard quant à la question écossaise depuis le référendum de 2014. Herman Van Rompuy, ancien président du Conseil européen, a publiquement indiqué qu’une demande d’adhésion de la part de l’Ecosse pour rejoindre l’Union européenne serait sérieusement considérée en cas d’indépendance obtenue. Alors que la présidence Barroso émettait des doutes quant au référendum de 2014, le vent semble tourner à Bruxelles en faveur du gouvernement écossais. Le choix du Royaume-Uni de quitter l’U.E a altéré l’opinion européenne quant à son indépendance. A noter que l’ombre catalane est largement reprise comme argumentaire contre une accession de l’Écosse dans l’U.E car elle serait vectrice de légitimations. Mais ces deux cas diffèrent en plusieurs points. Le RoyaumeUni a accordé un référendum en 2014 à l’Écosse, et

23


EYES ON EUROPE / SOCIÉTÉ ce dernier s’est déroulé avec l’accord du RoyaumeUni, contrairement à la Catalogne où l’Espagne parle de “coup d’État”. L’État espagnol a d’ailleurs récemment condamné certains indépendantistes à des peines allant de 8 à 13 ans d'emprisonnement. L’élargissement requiert l’unanimité des Etat membres au sein du Conseil européen, et l’Espagne pourrait bien être le plus récalcitrant.

européenne devra par ailleurs gérer cette situation inédite. Suivra-t-elle le dicton qui l’a façonnée à savoir “La liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes” ou la crise catalane émiettera-t-elle tout espoir ? Le futur accord sur le Brexit et ses dispositions seront inexorablement une variante déterminante. Le Brexit exacerbe les tensions entre les différentes identités au Royaume-Uni. L’Irlande du Nord, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Angleterre ne sont maintenant unis au sein d’un même Royaume que par les institutions.

Mais la question n’est pas figée et dépendra du futur deal concernant le Brexit. L’adhésion de l’Écosse à l’U.E si un soft Brexit concernant les frontières au sein du Royaume-Uni est privilégié.

Mina Pécot-Demiaux est étudiante en première année de master en études européennes au sein de l’IEE.

La concrétisation d’une future Ecosse indépendante est de plus en plus plausible. Dans un récent sondage, le “oui” pourrait pour la première fois l’emporter et serait un tournant non seulement pour l’Écosse, mais aussi pour un futur Royaume-Désuni ? L’Union

24


SOCIÉTÉ / EYES ON EUROPE

WHAT EUROPE IS THERE WITHOUT WOMEN? Despite the increasing number of female MEPs in the 2019 European elections, decision-making in the European Union is still predominantly carried out by men. In an EU where women constitute more than half of the population, some may argue that their voice is not being appropriately heard, with the serious implications for democracy that this entails. But can the EU really afford to have its democratic legitimacy questioned more than it already is?

@ pixaby

UNDERREPRESENTATION OF WOMEN IN

men (from the Greens/EFA and GUE/NGL).

THE EUROPEAN PARLIAMENT

While 40% of female members is above average for EU and non-EU national parliaments, women are still underrepresented, and the EP is still not a trustworthy reflection of the composition of European society, where more than half (51%) of the population are women.

T

he appointments of Ursula von der Leyen and Christine Lagarde as the first female presidents of the European Commission and the European Central Bank, respectively, mark a historic year for female representation in the European Union (EU). Besides, the number of female Members of the European Parliament (MEPs) has increased by four points compared with the last parliamentary term and reached 40%. The percentage has doubled since 1989 and has come a long way from the first elected European Parliament (EP) in 1979, when only 16% of the MEPs were women. Moreover, there are more women in top jobs within the EP: 8 out of the 14 vice-presidents and 12 out of the 22 committee and subcommittee chairs are female.

" The design of democracy has excluded women since the beginning." The Member States (MSs) are not obliged by EU law to impose quotas, but 10 out of the 28 do so in different variables and with dissimilar outcomes. Eastern Europe does generally worse and has less female MEPs: Cyprus, whose six MEPs are men, is the greatest exponent. Nevertheless, Finland and Sweden, two MSs which do not enforce quotas, are the only countries with more female than male MEPs. The European Union has acknowledged on several occasions the need for parity in EU politics, and the European Pact for Gender Equality 2011-2020 encourages the participation of women in decision-making “in order to make full use of all talents.” But why is this so important?

However, since the first European elections, only two women have been presidents of the EP: Simone Veil in 1979 and Nicole Fontaine in 1999, meaning a total of sixteen male and two female presidents since 1979. Before this year and the composition of the first elected Parliament, all fifteen presidents were men. Moreover, and regarding the seven political groups of the EP, there is only one female President (from S&D) and two female co-presidents paired with two

25


EYES ON EUROPE / SOCIÉTÉ THE IMPORTANCE OF WOMEN IN DECISION-MAKING POSITIONS

THE IMPLICATIONS OF THE LACK OF WOMEN FOR EUROPEAN DEMOCRACY

Women are not a minority but, as already mentioned, constitute half of the population of the EU. Thus, if they are as competent and educated as men, why are they lacking in the political arena worldwide? The explanation to this is very complex: a mix of traditional gender roles, which characterise women as child bearers and have historically relegated them to the private sphere in contraposition to men belonging in the public sphere and acting as breadwinners; the struggle for women of work-life balance (based, again, on gender roles); a sexist political culture…

The design of democracy has excluded women since the beginning. From ancient Greece to the French Revolution, political citizenship was denied to women, who were relegated to the private sphere until the mid-20th century. Most European women were not allowed to vote less than 100 years ago. In contrast, the ideal of democracy in the 21st century includes women in both active and passive suffrage, and exclusion based on gender is forbidden by law. Nonetheless, if not de jure, this discrimination exists de facto everywhere. And the European Union cannot afford to lose democratic legitimacy anywhere if it wants to deal with the narratives about its alleged democratic deficit. Unlike most nation-states, whose right to exist is not questioned by anyone, the EU’s is. Because of that, it needs more democratic safeguards, and having issues with the representation of half of its population is definitely not the way to go.

The Beijing Declaration of 1995 (the Platform for Action for the empowerment and advancement of women of the UN) establishes that the participation of women in decision-making positions is a necessary condition for gender aspects and women’s interests to be taken into consideration when drafting and proposing policies, since women create and redefine political priorities and provide much-needed gendered perspectives on mainstream issues.

This is especially serious in the case of the European Parliament, the only European institution directly elected. Better said by its president, David Sassoli, in a recent speech, “the European Parliament is the basis of legitimacy for the European democratic system”.

This is important as gender mainstreaming, or “the process of assessing the implications for women and men of any planned action” is the official policy strategy of the EU for gender equality. The gender perspective is, otherwise, often overlooked because of the assumed gender neutrality associated with men. Nevertheless, it is important to note that, while a feminisation of politics is a necessary condition for gender mainstreaming, these two aspects do not have a causal link and partisan affiliation is usually more significant.

A European Parliament that reflects the composition of society in an accurate way and takes effectively into account the priorities of half of the European population cannot but strengthen democracy, especially at a time when Euroscepticism and nationalism are rising. Lucía Zurro Sánchez-Colomer is a second-year Master student at the Institute for European Studies of the ULB.

The European Parliament resolution of 13 March 2012 on women in political decision-making calls to action in order to achieve parity. It encourages the possibility of establishing measures that can both be legally binding — like affirmative action — or non-binding, for instance awareness and education campaigns. Nowadays, with the rise of nationalism and antifeminist far-right populism in almost every European country, progress towards gender equality is stalling or even regressing, as shown by the Gender Equality Index of the EU for 2019. That is another reason why encouraging the presence of women in policymaking positions is essential.

26


ÉCONOMIE / EYES ON EUROPE

5G AS THE NEXT SECURITY CHALLENGE FOR THE EUROPEAN UNION 5G is the next step to advance digitalization. While it could bring many advantages, the fact that there is currently an open door to Huawei to invest in Europe and around the world bears risks. Fears of espionage, lack of data protection and privacy are the most prominent ones. This article aims to clarify the different actors involved, the risks but also the benefits that could result from 5G.

5

G is the abbreviation of fifth generation wireless network. It succeeds the fourth generation, called 4G. In our connected world, almost all electronic devices can connect to the Internet cellular network. Smartphones, satellites, computers inter alia, need this “virtual” connection to fully function. To work, this connection requires hardware installations that can be controlled by the company that installed them. This causes geopolitical tensions and security challenges, raising the question of how to win the race for progress while respecting privacy and data protection. The European Union is still seeking a common position on this issue.

between the two. Indeed, 5G promises to be 10 to 100 times faster than the current 4G. The EU will have spent about 130 billion euros over the period from 2014 to 2020 for Research, Technological Development and Innovation, and Access to Information and Communication Technologies. The deployment of autonomous car fleets, the automation of ports such as Antwerp, Le Havre or Rotterdam, video surveillance cameras, inter alia, are on the agenda. According to an economic impact analysis by the American company IHS Markit (Information Handling Services) in 2017, 5G will have generated 12.3 trillion dollars in revenue and created 22 million jobs by 2035.

The Internet allows us to inform us, watch movies, and buy clothes and flight tickets. But to access the Internet, we need one thing: a connection. The latter can come from a hotspot, a Wi-Fi terminal or 4G. Almost all our smartphones today have a component in their core that allows us to connect wherever we go. The connection rate provided by 4G is today considered good but imperfect. 5G will therefore be widely marketed in the European Union by 2020.

This is where the tensions arise. If a member state wants to benefit from 5G, it is advisable to buy and install relay equipment on its soil. The problem is that the most powerful and advanced companies on the issue come from China and no longer from the United States as it had been the case for a long time. It is Huawei, the Chinese giant, which holds a sort of monopoly. The first tensions between the United States and China arose in 2012 and culminated in late 2018 when the Wall Street Journal revealed that the United States had asked its allies to stop all collaboration with Huawei. Indeed, Australia decided a few months ago to ban Huawei from its soil. To understand the origins of these tensions, it is necessary to look at the presidency of Huawei. Its president, Ren Zhengfei, is a former Chinese army engineer and has been a member of the Chinese Communist Party since 1978. He received the support of the Chinese government, which wants Huawei to encourage its employees to collect ‘sensitive information’ in exchange of a reward. Indeed, it is a copy-paste of the methods used by the Chinese Communist Party on its population.

5G is already used in several sectors such as information, logistics, chemical laboratories, medicine, and even in the military. But every technical advance has its advantages and disadvantages. It represents a threat to personal data protection and our privacy but also to sensitive and military information. Why? Because the relays installed and used to make 5G work belong to telecommunications groups such as Huawei, which have not adopted the transparency policies of the European Union (EU) such as the respect of the rights of the private life and data protection.

INTERNET WAR: THE ORIGIN OF TENSIONS

What worries Europeans and Americans in particular is that the Chinese government has the right to access data from all Chinese companies for “security reasons”. Since 2013, Huawei has implemented a system of financial bonuses for its employees if they provide useful stoleninformation. In recovered emails

As we will see, there is currently a “digital war", deriving from tensions between the United States and China, placing the EU in an awkward position

27


EYES ON EUROPE / ÉCONOMIE from Huawei USA, it says: "You are encouraged and could possibly earn a bonus to collect and transmit to Huawei China confidential information about our competitors."

Having set a date of release for 2020, the EU tries to buy time. First, the EU must respond to pressure coming from operators such as Ericsson, Nokia and Orange. Secondly, different groups such as Apple, Google, LG and Sony are preparing the offensive of the latest 5G-compatible phones on the market, as the latter were exhibited at the CES (Consumer Electronics Show) 2019 in Las Vegas. It is the largest trade fair for technological innovation in consumer electronics.

WHAT CHALLENGES FOR THE EUROPEAN UNION? Certainly, the EU cannot miss the economic benefits it would get from the setting up of 5G. Although it has asked the Beijing government for clarification, forcing Huawei's president and Chinese Prime Minister Li Keqiang to react publicly to these security concerns, the EU is in a complex situation. The Huawei controversy has a strong political dimension because of the trade war between China and the United States and the various scandals around it. Donald Trump’s speech on April 12th, 2019, forced the EU to choose a side. For now, the latter is rather on the side of the Americans because of the security concerns raised. In its article “Without Naming Huawei, E.U. Warns Against 5G Firms From ‘Hostile’ Powers”, the New York Times writes that if we pull all functions of a 5G network, it could put entire countries at risk. Indeed, no member state wants to endorse a foreign power to establish infrastructure and technologies that could be a security threat.

To sum up, the economic, social and political benefits of 5G are too important for the EU to remain side-lined. It cannot economically afford to be late on its arrival, indirectly ceding its benefits to nonEuropean companies. The EU should be as tough against Huawei as it has been against Facebook on political and industrial espionage issues. This requires certain safeguards on data security and concrete policies. The contemporary issue of 5G is linked to a broader debate about the trade-offs between progress and security. What is more important? It relies on the member states to choose. Thomas Rambaud is a second-year master student at the Institute for European Studies.

28


ÉCONOMIE / EYES ON EUROPE

A GERMAN PLAN TO COMPLETE THE BANKING UNION? On 7 November 2019, the Eurogroup has welcomed a new initiative by Olaf Scholz, the German finance minister, in the view of unlocking the completion of the banking union. For years, such completion has been subject to polarised views with regards the way to carry out the setting-up of the last pillar of the banking union: the Deposit Guarantee Scheme. This article aims at explaining why European states have so much difficulties to agree on a proposal, what the German initiative entails and what the next challenges for the European Union are.

I

f we had to describe the status of the banking union today, we would compare it to a car that is missing a wheel. Maybe the car could make a few kilometres without its last wheel, but at some point, the entire car will break down. This illustrates perfectly the three - and not four - wheels, usually called pillars, of the banking union. Despite the reiteration of the importance of its completion by politicians, the banking union is still missing its last pillar: The European Deposit Guarantee Scheme. This obviously is the hardest part of the process for Member States, especially for the ones that are in great financial and economic shape, as this would require a high level of solidarity. The Deposit Scheme actually aims at protecting depositors’ deposits. This means that if a bank is resolved, but also even if a bank goes into bankruptcy or insolvency, the money that people put into the bank would always be returned to them. The original idea would be to create a pan-European insurance funded by all Euro-zone Member States that would come into play every time a bank fails anywhere in the Euro Area. The proposal for such a risk-sharing mechanism however encountered strong resistance at European level, especially from a group of states led by the Netherlands calling itself the « New Hanseatic League ». Those states argue that risks should be reduced in the less financially sound Member States before any attempt to share the risks altogether would be carried out.

end of the world has not happened. On the contrary, rather than destroying it, the crisis has given rise to an ever-closer integration in the Economic and Monetary Union. One of the main objectives of the overhaul at European level aimed at tackling the main actors that contributed to the disruption of financial stability: banks. During the sovereign debt crisis, Europe realised that banking management was sorely lacking regulation and supervision. Those flaws needed to be remedied and eventually gave birth to the European banking union. What was not really correctly understood before the crisis is that having a single integrated market entails interdependence. This means that what happens in one Member State has consequences for all others. This problem was very much disregarded before the crisis and exactly explains what the aims of the first two pillars of the banking union are. The Single Supervisory Mechanism, the first pillar, deals with banking supervision. It was set up specifically to tackle the pre-crisis discrepancy between banking supervision and the European banking sector which was highly integrated. In other words, because supervision was decentralised, meaning that each Member State was supervising its national banks, it failed to efficiently supervise panEuropean banks (those that had an international scope and were providing services in more than one Member State). A bank such as the Dutch ING, operating not only in the Netherlands but also in Belgium, Italy and France, was only supervised by the Dutch authorities. This was problematic as national authorities simply did not have the necessary means to efficiently supervise pan-European actors and thus only focused on ING operations in the Netherlands. Therefore, they never got a full picture of what was going on. With the introduction of the Single Supervisory Mechanism, it was decided to subordinate all banks of the Euro Area to the European Central Bank, which becomes the sole entity responsible for supervision.

ADDRESSING THE FLAWS OF THE EUROPEAN BANKING SECTOR PRE-CRISIS When the sovereign debt crisis erupted at the end of 2009, many doomsayers speculated the collapse and the end of the Eurozone. The vicious cycle between sovereigns and banks and the original flaws in the design of the Euro were seemingly condemning the single currency project as a whole. Yet, ten years later, the Euro is still standing and has not collapsed. The

29


EYES ON EUROPE / ÉCONOMIE While the first pillar deals with crisis prevention, the second concerns crisis management. This means that rather than focusing on setting up a framework to prevent banks from failing, you focus on what happens when a bank actually fails. The Single Resolution Mechanism fulfils this function. It is the European answer to the core problem of the sovereign debt crisis: the vicious cycle between sovereigns and banks. When a bank fails, especially one of the larger banks, this has enormous consequences, not only economically but also socially. For this reason, it was inconceivable for Member States to let their large national banks fail; they thus started to bail them out with taxpayers’money. This move deepened the crisis as it highlighted another problem: Governments’ finances were not as sound as they seemed. The objective of European reforms was to break that link between banks and sovereigns. The Single Resolution Mechanism set up a procedure called «Resolution». This procedure aims at the proper and orderly winding-up of a bank in order to be sure that the failure of such bank has the least domestic impact possible.

European Deposit Guarantee Scheme. The underlying rationale for this is that pooling money would make the system more resilient to shocks. In practice, this would work like an insurance. Every Member State subscribes and when the need is required, the European insurance steps in. So, in the case where one of the Member States faces a banking resolution or insolvency, the insurance fills the gap and reimburse depositors with the money pooled in the European deposit scheme. This way, depositors will always be able to get their money back while not damaging national funds. Here is the problem of risk reduction proponents. Indeed, those Member States, including the New Hanseatic League, fear they would need to pay for the “bad students” among Member States. They are afraid of not benefitting from this European deposit scheme because they are more financially sound Member States with less risks of default. This is the reason why they first want a reduction of the risks by less financially sound Member States before any integration may happen at the level of deposit schemes. WHAT DOES THE SCHOLZ INITIATIVE PROPOSE TO UNLOCK THE COMPLETION OF THE BANKING UNION?

WHAT ABOUT THE THIRD PILLAR? What happened after the setting up of the first two pillars? Well, nothing much. Since 2014 and the setting up of the Single Resolution Mechanism, the banking union is in standstill. At least with regards to a complete European deposit scheme. In 2015, the European Commission introduced a proposal based on a Directive to bring national deposit schemes closer. But, as underlined earlier, the polarisation between risk reduction and risk sharing has been locking the completion of the process since. Such an incomplete union may be very dangerous. Indeed, all the deposit schemes are currently decentralised, meaning that each Member State has its own deposit scheme. The problem is that when a large bank fails, the national deposit scheme may have severe difficulties to reimburse depositors and eventually default. This risk is still present today and may have disastrous financial and social consequences. Even though we have the first two pillars of the banking union, there is still some room for banks to collapse. That is why it is of paramount importance to complete the banking union.

On the 7th October 2019, the European Central Bank hosted a banking conference in Frankfurt where German finance minister Scholz presented the initiative of a European reinsurance deposit scheme based on repayable loans within a broader package of reform proposals. The idea is to create a scheme which would step in only when national deposit schemes have been exhausted. This would mean to create a complementary European deposit scheme in addition to national schemes. Such a proposal was warmly welcomed especially because the German state was firmly standing against risk-sharing mechanisms before any risk reduction. Indeed, Germany formerly prevented the setting up of a pan-European deposit scheme. It argued that German citizens should not insure depositors of other riskier parts of the Eurozone. The President of the Single Supervisory Board (the organ responsible for managing the Single Supervisory Mechanism within the European Central Bank) Andrea Enria stated that such initiative was a positive step and might result in the necessary political impetus to eventually complete the long-incomplete banking union. Scholz himself stated that such proposal was «no small step for a German finance minister».

The solution advocated by risk sharing proponents is to integrate national deposit schemes together into a

30


ÉCONOMIE / EYES ON EUROPE

“What was not really correctly understood before the crisis is that having a single integrated market entails interdependence”. @ pixaby

The fact is, as pointed out by Leonid Bershidsky, writer at Bloomberg opinion, that the proposal is not as far-reaching as it seems, nor as generous with regards European depositors. Indeed, if a Member State has exhausted its national deposit scheme, this would mean that it would probably already receive assistance from the European Stability Mechanism. German taxpayers will not be paying anytime soon for other European depositors. This very much contrasts, as stated by Olivier Guersent, the European Commission’s Director General for financial services, with the original Commission proposal which envisaged the gradual integration of national deposit schemes into a common European scheme. And this is not only a little ambitious proposal but also raises the issue that Germany will only agree on the reinsurance scheme under certain conditions, such as the revision of the sovereign debt treatment.

Scholz remains however optimistic and hopes to reach an agreement or at least a roadmap by the end of the year. He sees a window of opportunity when the new Commission and the new Parliament start their mandate in order to resume work on the matter. One may wonder why such a move was carried out only now as Germany was standing starkly against such a scheme. This is even more surprising as Scholz’s initiative comes up in a context where German citizens already perceive Southern Europe as a burden that they needed to bail out after the financial crisis. In addition, it also endangers political harmony between SPD and CDU, partners that used to be on the same foot on this matter.  Angela Merkel seems to be as positive as her finance minister, underlying in a statement made in Rome, that the initiative shows Germany’s willingness to move towards the completion of the banking union and start negotiations on the third and last pillar. Anyway, it remains to be seen whether or not actions will follow words or if Germany is merely paying lipservice.

Nevertheless, the proposal may not be able to secure a sufficient majority in Berlin in order to pursue negotiations at the European level. Yet, the first objective on the agenda is to establish a road map by the end of the year in the view of reaching a political agreement in the future. Such agreement, as stated by Andrea Enria, because of the expected length of negotiations, would unlikely be concluded before the end of his term, which ends in 2024.

Minh Luca Wang is a Master student at ULB’s Faculty of Law.

31


EYES ON EUROPE / ACTION EXTÉRIEURE

LES NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE : UNE EUROPE DÉSUNIE DANS LA DIVERSITÉ ? L’Union européenne et la Chine sont aujourd’hui deux des plus grandes puissances économiques mondiales et constituent, l’une pour l’autre, des marchés de tout premier plan. Compte tenu de la volonté chinoise de (re)devenir pour le centenaire de la révolution de 1949 le centre névralgique du monde, un bras de fer a lieu entre les deux puissances. L’Europe ne semble pourtant pas avoir forcément la main dans ce jeu. Les nouvelles routes de la soie, initiées en 2013 par Xi Jinping, en sont un exemple concret. douce, certains diront moins entreprenante. C’est en tous cas un changement de ton que l’histoire des relations sino-européennes retiendra, qu’il fut suivi d’actes significatifs ou pas.

RELATIONS SINO-EUROPÉENNES : PARTENARIAT STRATÉGIQUE OU RIVALITÉ SYSTÉMIQUE ?

D

epuis la fin des années 70 et l’ouverture de la Chine à l’économie mondiale, la position européenne à l’égard de ce pays a toujours été empreinte à la fois de méfiance et d’intérêt. D’une méfiance d’abord envers la nature ambiguë de son système politique qui, tout en arborant une dictature fondée sur des principes marxistes, semble désormais acquis aux préceptes du capitalisme libéral. C’est cette duplicité et cette forme d’opportunisme chinois qui, aujourd’hui encore, nourrissent une certaine méfiance. A cet égard, cette célèbre phrase de Deng Xiaoping, ancien président chinois, illustre bien cette ambivalence : « Peu importe que le chat soit noir ou blanc du moment qu’il attrape des souris ». Ainsi, les principes idéologiques importent peu pour les leaders chinois du moment que leur pays attire les investisseurs étrangers et se donne les moyens de (re)devenir au plus tôt le centre du monde. A côté de cela, l’Europe en général a toujours accueilli avec intérêt les perspectives économiques ouvertes par la Chine, nouvel atelier du monde, qui sut, en un laps de temps jamais vu dans l’histoire, se hisser au rang de grande puissance économique.

LES NOUVELLES ROUTES DE XI JINPING

C’est en 2013 que le président Xi Jinping présenta les fameuses nouvelles routes de la soie. Si d’abord ses déclarations à cet égard passèrent plutôt inaperçues, les nouvelles routes devinrent rapidement l’outil principal de l’expansion chinoise à l’étranger et l’objet d’intérêts économiques majeurs pour de nombreux pays. Ces routes, nommées plus techniquement ‘Belt and Road Initiative’, forment un ensemble de liaisons maritimes, routières et ferroviaires serpentant principalement à travers l’Asie, l’Europe et l’Afrique bien que le projet en lui-même ne connaisse pas de limites géographiques.

“L’Union a, peut-être naïvement, jusqu' il y a peu toujours qualifié la Chine de ‘partenaire’.” En réalité, cette initiative consiste en des investissements massifs dans le développement d’infrastructures de transports le long de différentes voies de passage et vise, selon la Chine, à atteindre plusieurs objectifs clairs. En effet, il aspire tout particulièrement à renforcer la connectivité entre les pays participants et à promouvoir ainsi leur coopération dans tous les domaines. Ce grand marché prétend ainsi travailler à l’établissement d’une croissance durable et à la création d’un environnement favorable à l’innovation. Ce processus d’intégration régionale est donc présenté par les Chinois comme un projet dont les résultats devraient bénéficier de manière égale à l’ensemble des pays y prenant part.

Les relations entre l’Union européenne et la Chine n’ont cependant jamais été sans vagues. Le refus européen d’accorder à la Chine le statut d’économie de marché, l’application usuelle de mesures antidumping envers elle ou encore l’embargo sur les ventes d’armes n’en sont que quelques exemples. Malgré ces difficultés, l’Union a, peutêtre naïvement, jusqu’il y a peu toujours qualifié la Chine de ‘partenaire’. L’année 2019 fut cependant un tournant majeur à cet égard. En effet, la Commission européenne qualifia pour la première fois la Chine de ‘rival systémique’. Si cette appellation fut en Chine assez mal accueillie, beaucoup virent en elle un réveil européen, une rupture avec l’ancienne approche plus

32


ACTION EXTÉRIEURE / EYES ON EUROPE

@ pixaby

“L’Union, en preux chevalier libre-échangiste, voit d’un bon œil cette amélioration de la connectivité économique”

L’EUROPE PARTAGÉE ENTRE INTÉRÊT ET MÉFIANCE La position européenne à l’égard des nouvelles routes de la soie a toujours été très volontariste. L’Union, en preux chevalier libre-échangiste, voit d’un bon œil cette amélioration de la connectivité économique et souhaite qu’elle et ses entreprises y jouent un rôle actif. La participation à ce projet ne va cependant pas sans conditions. En effet, celle-ci devrait coïncider pour les dirigeants européens avec la négociation d’accords assurant le caractère gagnant-gagnant du projet. Avancer sur la question de la réciprocité de l’accès des entreprises européennes au marché chinois reste pour l’Union primordial. En effet, de grandes parties de l’économie chinoise demeurent encore aujourd’hui difficilement accessibles aux investisseurs étrangers. L’Europe quant à elle est beaucoup plus ouverte. Il semble donc que la capacité des entreprises européennes à profiter équitablement des nouvelles routes de la soie et plus largement du marché chinois en soit amoindrie. Avancer sur ce sujet est une condition sine qua non pour l’UE.

D’autre part, l’Union européenne et les ÉtatsUnis ont aussi émis certains doutes quant à la bienveillance de la Chine. Si tous deux ne remettent pas fondamentalement en cause les bénéfices économiques attendus du projet, ceux-ci peuvent difficilement être détachés de leur dimension politique. Certains craignent en effet que les pays participant à l’initiative ne subissent une sorte de processus de ‘vassalisation économique’ qui les soumettent inexorablement à la Chine. Compte tenu du lien parfois ténu existant entre le parti communiste et les entreprises chinoises, la crainte d’investissements étayés sur des buts purement politiques reste présente. Cet ancrage chinois pourrait donc aussi poser des questions sécuritaires majeures. Il n’est également pas improbable que des

33


EYES ON EUROPE / ACTION EXTÉRIEURE pays, à la suite d’investissements massifs, finissent par faire les frais d’une ingérence chinoise dans leurs affaires politiques. Plus largement, l’expansion chinoise pourrait à terme déstabiliser l’hégémonie occidentale et remettre en cause l’ordre mondial tel qu’il existe aujourd’hui.

UNE UNION DÉSUNIE

Si l’Union considère nécessaire d’user de son poids politique pour négocier des termes favorables avec la Chine, il semble cependant que cette dernière conserve un avantage significatif à cet égard. En effet, l’UE reste une entité politique relativement faible qui peine à établir une vision à long terme de ses objectifs. Ses divisions internes, presque naturelles, et sa difficulté à rassembler en son sein autour de positions communes la désavantagent par rapport au pays du milieu. L’Union ne pense pouvoir profiter des nouvelles routes qu’en négociant et en coordonnant par la même occasion les politiques de ses Etats membres. La Chine quant à elle possède un pouvoir fort et unifié, bâti sur une vision à longterme de ses objectifs. Seule l’adoption de positions et de stratégies communes permettrait à l’UE de se mesurer à elle et d’en obtenir des concessions. Aujourd’hui et dans le contexte des routes de la soie, l’Union peine cependant à forger cette unité. Mars 2019 fut en ce sens pour l’Europe une claque monumentale. L’Italie, grande courroie du projet européen, fut le premier pays du G7 à s’inscrire dans l’initiative chinoise. Le drame pour l’Europe est que cet évènement n’est pour ainsi dire qu’un exemple parmi d’autres de cette stratégie chinoise ayant pour

effet de diviser les pays européens. De fait, la Chine a longtemps tenté d’interagir avec différents niveaux de pouvoirs, aussi bien au niveau européen qu’au niveau national. C’est ainsi qu’elle créa en 2012 le forum 16+1 rassemblant 16 pays d’Europe de l’Est. Elle tenta aussi mais vainement de créer un autre groupe en Europe du sud. C’est l’unité même de l’UE qui, par cette stratégie, est remise en cause. Le problème est que, pour pouvoir faire face à la Chine, l’Union ne peut se permettre de cultiver en son sein des voix dissonantes qui amoindrissent sa capacité à user de son influence dans le monde. En définitive, les gains économiques obtenus par la participation des pays de l’Union européenne à l’initiative chinoise dépendront en grande partie de leur capacité à s’unir et à adopter des positions communes. La Chine est un pays au pouvoir grandissant. Si l’Europe souhaite profiter des routes de la soie et plus largement de ses relations avec la Chine, elle devra passer au dessus des divisions qui la tiraillent afin d’obtenir de ce pays des concessions. Pour conclure cet article, il semble opportun d’évoquer l’un des grands esprits du siècle dernier, Paul Valéry, qui, en 1919 dans son ouvrage intitulé La crise de l’esprit, écrivit ces fameux mots : « L’Europe deviendra-t-elle ce qu’elle est en réalité, c’est-àdire un petit cap du continent asiatique ? Ou bien l’Europe restera-t-elle ce qu’elle paraît, c’est-à-dire la partie la plus précieuse de l’univers, la perle de la sphère, le cerveau d’un vaste corps ? ». La question est posée. Europe, ton sort est entre tes mains !

34

Maxime Henrion est étudiant en première année de Master en études européennes à l’Institut d’Etudes Européennes de l’Université Libre de Bruxelles.


EYES ON EUROPE

« L’AVENIR NE DOIT PAS ÊTRE PIRE MAIS MEILLEUR » INTERVIEW DE GEORGES DASSIS SUR LES SOLIDARITÉS EUROPÉENNES .

Suite aux différents panels et conférences organisés par l’Institut d’Études Européennes sur la Solidarité Européenne (6-7 juin et 5 Septembre 2019), deux de nos rédacteurs ont rencontré Monsieur Georges Dassis, Ancien Président du Comité économique et social européen (CESE), sur plusieurs thèmes liés à la solidarité européenne : le Brexit, bilan de la dernière législature de l’UE et points d’amélioration pour le futur de l’Europe.

-I 25137/E © U/sreg o G Da,si EESC n edis rP t 2015-2018 - 534th n elP yra Sen ois - diM Temr n eR lawe

Q : Selon votre point de vue, en tant qu’ancien Président du Conseil Économique et Social Européen, avez-vous l’idée qu’on peut être fier de l’Europe  actuelle ? Sommes-nous en meilleure forme qu’il y a 5 ans ? Georges Dassis : Oui nous pouvons être fiers de l’Europe. L’Europe existe, la paix persiste et cette dernière n’est jamais garantie à priori. L’Europe a connu des progrès indéniables sur le plan de l’intégration, de la solidarité (fondement de cette Union européenne) et sur le plan social sur ces cinq dernières années, même si c’est insuffisant. La jeune génération, la vôtre, a la chance d’être née dans un régime de libertés d’expression, d’association, dans des nations démocratiques. Il y a un bien-être partagé et garanti par la paix. Moi qui suis né au début de la guerre civile grecque (1946-1949), j’ai ainsi vu 3 générations qui n’ont pas connu de guerre.

Cette paix provient de l’existence même de cette Union européenne, autrefois Europe des six qui avait rapidement reçu des demandes d’élargissement : la Grèce en 1961 suivie par le Portugal et l’Espagne. Ces accords d’associations avaient été jusqu’alors gelés du fait que ces pays étaient des dictatures. L’ Union se voulait déjà la protectrice des libertés démocratiques. Nous sommes en meilleure forme qu’il y a cinq ans grâce au Plan Juncker et surtout à la personnalité de Jean-Claude Juncker, avec qui j’ai eu la chance de travailler durant mon mandat de Président du CESE. Il y a donc eu un renouveau car cette Union avait des principes et des fondements : un de ces fondements était la solidarité, incarnée par exemple par le Fonds Social Européen. Sa mission était de réaliser une «  égalité des chances  » entre les Etats membres qui présentaient de fortes disparités au fil des élargissements.

35


EYES ON EUROPE

“Culturellement, historiquement, politiquement, l’île britannique fait partie intégrante du continent européen.”

Q : L’Europe sociale est-elle l’un des seuls moyens efficaces de relancer l’idée européenne ? GD  : C’est un moyen très important, ce n’est pas le seul et il n’est pas suffisant. En quelques mots je dirais que l’UE était à la base une union économique, le social était accessoire mais il a commencé à prendre une plus grande place mais il reste encore beaucoup à accomplir. Ayant eu l’unanimité des membres du CESE, j’ai proposé un revenu minimum. Je pousse surtout pour une assurance chômage européenne. Selon moi, si cette assurance existait au niveau européen, on garantirait à ces habitants de pouvoir survivre sur place. Ainsi on éviterait des mouvements de migrations importants. Cette mesure serait bénéfique à des degrés différents dans tous les pays européens. Dans l’immédiat il devrait y avoir une vraie politique européenne de défense. Malgré tous les efforts de Federica Mogherini et toute sa bonne volonté, que j’ai ressentie au travers de nos discussions, elle a fait avec « les moyens du bord ».

Ainsi tous ces actes concrets de solidarité ont eu un réel succès. Mais en 2008 nous avons subi les conséquences catastrophiques d’une crise financière ‘importée’ rappelons-le. Les chefs d’États et de gouvernements, en plus du rôle de la Commission qui aurait pu être meilleur, ont largement oublié ce concept fondateur. Certains pays qui se portaient bien, comme l’Allemagne, se sont enrichis sur le dos de pays en difficulté comme la Grèce, l’Irlande ou le Portugal. En effet le contexte de crise entraîna une fermeture des pays membres sur eux-mêmes. En prenant un exemple précis : ce fut le FMI qui acceptait de prêter de l’argent à la Grèce avec des conditions acceptables au lieu de l’Union européenne. Selon moi il n’y a pas de place pour penser de manière égoïste, nous devons progresser et avancer ensemble et ne pas chercher à être un pas en avant des autres.

Q : Que pensez-vous d’un commissaire chargé de défendre le mode de vie européen ? Selon vous, y a-t-il un mode de vie européen ?

Heureusement Jean-Claude Juncker est arrivé. J’avais commencé à l’époque une critique constructive sur le Plan Juncker où j’avais poussé pour que les investissements soient plus élevés. Son plan est selon moi un succès et voilà pourquoi je pense que nous sommes en meilleure forme qu’il y a cinq ans.

GD : On a fait beaucoup trop de bruit sur cette question, à mon avis c’est maladroit, parce que ça peut être interprété d’une manière différente. C’est quoi le mode de vie européen ? C’est des pays qui sont démocratiques, garantissent les droits de l’homme, l’état de droit, la liberté syndicale et cetera. Un pays, pour qu’il adhère à l’UE doit remplir des critères, mais pas seulement des critères de développement économique mais il doit aussi respecter les acquis communautaires, il doit respecter les principes et les valeurs de l’Union européenne. Si on s’intéresse aux migrants par exemple, on ne peut pas accueillir 50 millions de migrants économiques, ce n’est pas possible, par contre, nous avons l’obligation morale, mais aussi légale d’accueillir les vrais réfugiés, ceux qui fuient l’oppression, la guerre, la mort. En nous penchant du côté judiciaire, les pays membres sont liés par leur signature de la convention de Genève de 1951. Cette dernière permit d’accueillir les réfugiés du bloc soviétique et plus particulièrement les Hongrois après 1956. Il est donc paradoxal qu’aujourd’hui, le gouvernement hongrois refuse d’accueillir le moindre réfugié et travaille avec la Turquie pour la conservation des réfugiés sur son territoire.

Q : Le Brexit est-il alors la conséquence directe d’un manque de solidarité européenne ? GD  : J’ai pris position en faveur d’un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Le référendum a donné le résultat que l’on connait. Mais bien que je ne sois pas anglophone, j’avais senti, lors de mes voyages au Royaume-Uni, un réel attrait pour le projet européen. Cependant il y a toujours des personnes pour rappeler les choses qui ne fonctionnent pas au sein de l’UE. Et les personnes qui ne sont pas expertes ont tendance à croire et à écouter ces critiques comme étant sacrées. Pour moi depuis l’adhésion du Royaume-Uni, il n’y a jamais eu une décision importante où ce dernier n’a pas mis un frein. C’est triste, car culturellement, historiquement, politiquement, l’île britannique fait partie intégrante du continent européen. En 2016 nous nous demandions ce qu’allaient devenir les Anglais des institutions européennes et trois ans et demi plus tard, ils ne sont toujours pas sûrs de sortir. En regardant le passé il faut se dire que l’avenir ne doit pas être pire mais meilleur.

36


EYES ON EUROPE Q : Pour finir, une question un peu plus personnelle, si vous aviez un conseil à donner à de jeunes étudiants, quel serait-il ?

grandioses, mais il faut penser à soi et à autrui. Il faut aider celui qui se porte moins bien à aller mieux. Vous avez aussi un intérêt immense à faire connaitre cette Union européenne, à la critiquer, à l’améliorer mais non pas la démolir. Les critiques doivent être constructives. Il ne faut pas tomber dans le piège des populistes, que ce soit d’extrême gauche ou d’extrême droite qui mettent sur le dos de l’Europe tout ce qui ne va pas. Vous ne devez pas tomber dans leurs jeux, vous devez combattre les fake news, pour rétablir la vérité et encourager l’Union européenne.

GD : D’abord, il faut rester optimiste, mais pas un optimisme stupide  : il faut se dire que rien ne viendra jamais tout seul, il ne faut pas rester inactif. Il ne faut pas penser qu’aujourd’hui est plus difficile qu’hier car c’est faux. Hier et dans ma jeunesse, c’était pire. Il faut participer à la vie citoyenne, il faut avoir des projets, pas forcément des projets

Jean-Stanislas Bareth est étudiant en première année à l’Institut d’Études Européennes. Après un bachelier en sciences politiques à l’ULB durant lequel il a pu écrire pour le magazine étudiant Eyes on Europe, il continue d’approfondir ses connaissances sur l’Union européenne avec le master en études européennes. Thomas Rambaud est étudiant en deuxième année à l’Institut d’Études Européennes. Après deux années passées à l’ULB en sciences politiques, il a réalisé une année Erasmus en Suède à Uppsala. Aujourd’hui en deuxième année du master en études européennes, il continue d’écrire son mémoire et de publier des articles pour Eyes on Europe.

37


EYES ON EUROPE

NOS ACTIVITÉS JANE 2019 Le 13 septembre, Eyes on Europe avait un stand lors de la Journée d’accueil des nouveaux étudiants (JANE) au campus Solbosch. Nous avons eu l’occasion de faire de la promotion pour notre projet et commencer le recrutement de nouveaux membres de l’équipe.

Partnership with BXFM

On 9th October, our editor-in-chief Frederic accompanied Brussels’ radio channel BXFM at the European Week of Regions and Cities, conducting and translating interviews with EU employees, award winners, and citizens from across Europe.

38


EYES ON EUROPE

Interview with MEP Lena Düpont (CDU/EPP)

On 5 th November, we had the opportunity to interview Lena Düpont, German MEP from the Christian Democratic Union (CDU/EPP) at the European Parliament. We asked her about her personal career path, conservative values, and wide-ranging policy issues such as EU enlargement and climate change.

La Chute du Mur de Berlin : de l’événement à l’histoire

Le 18 novembre, Eyes on Europe a organisé conjointement avec l’IEE-ULB un visionnage de reportages réalisés en 1989. A cette occasion, les journalistes Jean-Marie Chauvier et Willy Estersohn sont venus témoigner de leur expérience des événements de novembre 1989.

39


EYES ON EUROPE

USNATO Press Tour in Tallinn, Estonia From 12 to 15 November, ouf editor-inchief ElĂŠna was invited to participate to a press tour in Tallinn organised by USNATO on the topic of cybersecurity. She had the opportunity to visit cyber defence facilities, such as the Cooperative Cyber Defence Centre of Excellence, and meet some key governmental actors, such as the Estonian permanent Secretary at the Ministry of Defence or a cyber security analyst at the Estonian Information Authority.

40


THE TEAM

Conseil d'administration Romain Biesemans - Co-président Louise Robinault - Co-présidente Hermine Sam - Secrétaire générale Eléna Bajrić - Co-rédactrice-en-chef Frederic Göldner- Co-rédacteur-en-chef Rinor Sojeva - Responsable RP Angélique Nikoué - Fundraiser Rédaction Alexandre Van Gyzegem Jean Stanislas Bareth Minh Luca Wang Thomas Rambaud Kristin Heidebroek Mina Pécot Demiaux Maxime Henrion Lyna Ali-Chaouch Francesca Canali Lucía Zurro Sánchez-Colomer Relation Publiques Soline Malburet Eva Ribera Juliette Nesson Merle Stegmann Elena Sisto

Community Managers Amandine Tyckaert Laura Sabato


Profile for Eyes on Europe

1989-2019 : Est-Ouest, une fracture dépassée ?  

Where does Europe stand three decades after the Berlin Wall ?

1989-2019 : Est-Ouest, une fracture dépassée ?  

Where does Europe stand three decades after the Berlin Wall ?

Advertisement