Page 10

Dossier

EYES ON EUROPE

de 50% d’ici 2050 par rapport Ă 1990, ce qui reste ambitieux. D’après le porte-parole de la DG Environnement, ÂŤ l’adoption des conclusions du Conseil ­°°°Ž>Â“ÂœÂ˜ĂŒĂ€jVÂ?>ÂˆĂ€i“iÂ˜ĂŒĂ•Â˜Â…>Ă•ĂŒ`i}Ă€j`iVÂœÂ˜ĂƒiÂ˜ĂƒĂ•Ăƒ parmi les États membres, la Haute ReprĂŠsentante et la Commission sur l’importance et l’urgence d’adresser stratĂŠgiquement le changement climatique Âť. ÂŤ Les États de l’Union se sont accordĂŠs sur une rĂŠduction de 50% d’ici 2050 par rapport Ă  1990 Âť.

LES AMBITIONS DE L’UNION EUROPÉENNE Selon la DG Environnement, les ambitions de l’UE visent Ă ce que ÂŤParis aboutisse Ă  un accord international robuste Âť qui respecterait plusieurs critères. Tout d’abord, il devrait ÂŤ crĂŠer un cadre lĂŠgal commun qui s’appliquerait Ă  tous les États Âť et devrait ÂŤ inclure des objectifs clairs, justes et ambitieux pour tous les États Âť. En ce qui concerne la mise en Ĺ“uvre de cet accord, il conviendrait d’ ÂŤ examiner et de renforcer de façon rĂŠgulière les objectifs des États Âť, et d’Êtablir des mĂŠcanismes d’accountability, pour faire en sorte qu’ils rendent compte de leurs actions entre eux et envers les citoyens. La volontĂŠ de l’UE de signer un accord contraignant, toutefois, risque d’être contrariĂŠe par d’autres pays ayant des prioritĂŠs diffĂŠrentes. Les États-Unis, par exemple, qui sont le deuxième pollueur mondial après la Chine, s’y opposent. Barack Obama serait en effet obligĂŠ de prĂŠsenter un tel accord devant le Congrès majoritairement rĂŠpublicain, qui y serait certainement hostile. C’est pourquoi les États-Unis ÂŤĂ€ÂžÂ˜iÂ˜ĂŒĂ•Â˜ĂƒĂžĂƒĂŒm“iÂŤÂ?Ă•ĂƒyiĂ?ˆLÂ?iÂœĂ™VÂ…>¾ÕiĂŒ>ĂŒĂƒi wĂ?iĂ€>ÂˆĂŒ`iĂƒÂœLÂ?iVĂŒÂˆvĂƒÂŤĂ€ÂœÂŤĂ€iĂƒ`iĂ€j`Ă•VĂŒÂˆÂœÂ˜`iĂƒjÂ“ÂˆĂƒĂƒÂˆÂœÂ˜Ăƒ]k“i`>Â˜ĂƒViV>Ăƒ]ˆÂ?v>Ă•ĂŒĂ€i“>À¾ÕiĂ€¾ÕiÂŤ>Ă€ rapport au protocole de Kyoto, qui n’avait mĂŞme ÂŤ>ĂƒjĂŒjĂ€>ĂŒÂˆwjÂŤ>Ă€Â?iĂƒĂŒ>ĂŒĂƒÂ‡1Â˜ÂˆĂƒ]Ă•Â˜i}Ă€>˜`i>Ă›>˜cĂŠe aurait lieu. ÂŤ Les États-Unis prĂ´nent un système plus Ä H[LEOH|

BONN : DE NOMBREUX DÉFIS FONT SURFACE Alors que la COP21 s’approche Ă grands pas, la ÂŤ Bonn Climate Change Conference Âť (19-23 OcĂŒÂœLĂ€i xÂŽ ÂœĂ€}>Â˜ÂˆĂƒji `>Â˜Ăƒ Â?i V>`Ă€i `i Â?> 1Â˜ÂˆĂŒi`

Nations Framework Convention on Climate Change ­1 

ÂŽ > Â“ÂœÂ˜ĂŒĂ€j ¾Õi `½>Ă•ĂŒĂ€iĂƒ ˜œ“LĂ€iĂ•Ă? `jwĂƒ devront ĂŞtre affrontĂŠs lors de la COP21. Le porte-paĂ€ÂœÂ?i`iÂ?>  Â˜Ă›ÂˆĂ€ÂœÂ˜Â˜i“iÂ˜ĂŒ>>vwÀ“j¾ÕiÂ?iĂŒiĂ?ĂŒi obtenu après la rencontre ÂŤ prĂŠsentait des lacunes en ce qui concerne plusieurs prioritĂŠs importantes pour plusieurs parties, y-compris l’UE Âť. En effet, plusieurs membres du G77, qui regroupe 134 pays i˜Ă›ÂœÂˆi`i`jĂ›iÂ?ÂœÂŤÂŤi“iÂ˜ĂŒ]ÂœÂ˜ĂŒ>vwÀ“j¾ÕiÂ?iĂŒiĂ?ĂŒi ˜iÂŤĂ€i˜>ÂˆĂŒÂŤ>ĂƒĂƒĂ•vwĂƒ>““iÂ˜ĂŒi˜VÂœÂ˜ĂƒÂˆ`jĂ€>ĂŒÂˆÂœÂ˜Â?iĂ•Ă€Ăƒ intĂŠrĂŞts. De plus, des tensions autour du concept de decarbonisation sont apparues, certains États entendant par lĂ une ĂŠlimination complète des ĂŠmisĂƒÂˆÂœÂ˜Ăƒ] `½>Ă•ĂŒĂ€iĂƒ Ă•Â˜i Ă€j`Ă•VĂŒÂˆÂœÂ˜ ÂŤ>Ă€ĂŒÂˆiÂ?Â?i° ˜w˜] ĂƒiÂ?œ˜ la Commission, le texte qui a ĂŠtĂŠ adoptĂŠ Ă  Bonn a ĂŠtĂŠ ÂŤ reconnu par toutes les Parties en tant que base ÂŤÂœĂ•Ă€Â?iĂƒ˜j}ÂœVˆ>ĂŒÂˆÂœÂ˜Ăƒ`jwÂ˜ÂˆĂŒÂˆĂ›iĂƒ]“>ÂˆĂƒˆÂ?}>Ă€`i`iĂƒ options politiques clĂŠ ouvertes et demande encore une quantitĂŠ considĂŠrable de travail avant et durant la confĂŠrence. Âť

Š Le Centre d’Information sur l’Eau

QUID DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ? La sociĂŠtĂŠ civile sera conviĂŠe Ă la confĂŠrence, sans pour autant avoir la possibilitĂŠ de participer activement aux nĂŠgociations. C’est pourquoi des “i“LĂ€iĂƒiĂ?ĂŒĂ€k“i“iÂ˜ĂŒˆ˜yĂ•iÂ˜ĂŒĂƒ`iÂ?>ĂƒÂœVˆjĂŒjVÂˆĂ›ÂˆÂ?i se sont rassemblĂŠs dans la ÂŤ Coalition 21 Âť. Cette plateforme rassemble plus de 130 organisations, des syndicats aux associations de solidaritĂŠ internationale, en passant par des organisations confessionnelles, des ONG de dĂŠfense des droits humains, de l’environnement, ou encore des mouvements soVˆ>Ă•Ă?° iĂƒ>VĂŒiĂ•Ă€Ăƒ>vwÀ“iÂ˜ĂŒ¾Õi ViĂƒ˜j}ÂœVˆ>ĂŒÂˆÂœÂ˜Ăƒ] si elles sont une ĂŠtape nĂŠcessaire, ne seront pas suf-

-9-

Eyes on Europe #23 - La COP 21 a-t-elle été écologiste ?  
Eyes on Europe #23 - La COP 21 a-t-elle été écologiste ?  
Advertisement