Issuu on Google+


édito

Petite santé

C’

est un grand classique de la vie politique française. À chaque défaite électorale, son jeu de chaises musicales. Après la claque des municipales, place à un remaniement ministériel. Première

surprise, la santé fait les frais de ce nettoyage de printemps forcé et est reléguée à un secrétariat d’État. Un de nos confrères avait eu du flair en titrant, le 1er avril,

sur la disparition du ministère de la Santé. Un poisson d’avril prémonitoire.

Par Olivier Valcke, rédacteur en chef adjoint

Après avoir été adossée au Travail, à la Jeunesse et aux Sports, puis aux Affaires sociales, la santé disparaît donc de la carte des grands ministères. RIP. Émoi sur Twitter, indignation chez les professionnels de santé… avant qu’un communiqué du ministère ne rassure tout ce petit monde. La santé fait toujours partie des prérogatives de Marisol Touraine, reconduite dans ses fonctions. Il n’empêche, cet oubli n’augure rien de bon. Et n’arrange pas les affaires de nos syndicats, empêtrés dans les négociations. Nouveau mode de rémunération, suivi des patients asthmatiques, génériques : trois avenants décisifs pour l’avenir de la profession sont à ce jour bloqués pour cause de… remaniement. Aucune avancée significative n’est sortie de la dernière réunion avec l’Uncam, le 26 mars. Pire, les syndicats attendent un arbitrage ministériel sur plusieurs textes réglementaires pour engager la profession dans cette réforme. Un arbitrage espéré lors d’un comité de liaison État-officine qui a depuis été reporté, là aussi à cause du remaniement. La réforme est donc à l’arrêt alors que la baisse des marges et les niveaux d’endettement précipitent les procédures collectives (voir notre dossier p.  21). D’ici dix ans, entre 1 000 et 2 000 pharmacies devraient baisser leur rideau. La transformation du mode de rémunération n’est plus une nécessité mais une urgence pour endiguer la dégradation continue de l’économie officinale. Après la santé oubliée lors de la composition du gouvernement de Manuel Valls, espérons que la ministre (ou le secrétaire d’État) n’oublie pas les pharmaciens dans les semaines qui viennent.

avril 2014 • Pharma N°111 • 3


N° 111 • avril 2014 • cahier 1

thérapeutique socio-pro 21 Dossier Ma petite officine connaît bien la crise : états des lieux et solutions pour y faire face 26 Qualité Le financement des formations pour les employés de la pharmacie d’officine 29 Qualité Une méthode de suivi originale des patients asthmatiques 30 Merchandising  Un réagencement d’officine à petit prix en Loire-Atlantique

©© xavigm – istockphoto

50 Le jour où… … j’ai créé un pilulier connecté

suivre et traiter l’asthme infantile actualité Directeur de la publication : Antoine Lolivier Directrice du développement et de la publicité : Valérie Belbenoit Directeur de la rédaction : Antoine Lolivier Rédactrice en chef : Amélie Baumann-Thiriez Rédacteur en chef adjoint : Olivier Valcke Conception graphique : Laurent Flin Secrétaire de rédaction : Vincent Béclin Rédacteurs pour ce numéro : Guénolé Aubert, Julien Boyer, Baptiste Cubille, Antoine Deschildre, Anne Fellmann, Yves Michiels, Marie Simonot, Isabelle Tillie-Leblond Directrice de production et de fabrication : Gracia Bejjani  Assistante de production : Cécile Jeannin Publicité : Emmanuelle Annasse, Aurélie Barnier, Valérie Belbenoit, Catherine Colsenet, Philippe Fuzellier Service abonnements : Claire Lesaint  Photogravure et impression : Imprimerie de Compiègne, 2 Av Berthelot, ZAC de Mercières BP 60524, 60205 Compiègne cedex Pharma est une publication © Expressions Pharma 2, rue de la Roquette - Passage du Cheval-Blanc Cour de Mai - 75011 Paris Pour nous joindre : courrierpharma@expressiongroupe.fr Tél. : 01 49 29 29 29 - Fax : 01 49 29 29 19 RCS Paris B481 690 105 Commission paritaire : 0317 T 86202 ISSN : 2101-4752 - Mensuel Comité de rédaction et de lecture : Claude Arnoldi : pharmacien ; Irène Bakal : pharmacienne ; Anne Baron : pharmacienne ; Françoise Beaunier-Daligault : pharmacienne ; Catherine Boyer : pharmacienne ; Patricia Daligault : pharmacienne ; Damien Galtier : diététicien ; Emilie Lecorps : pharmacienne ; Aude Lepoutre : gastro-entérologue ; Philippe Lesieur : psychiatre ; Mme Maury : pharmacienne ; Marguerite Mouilleseaux : pharmacienne ; Elizabeth Muller : pharmacienne ; Pascal Poncelet : cardiologue ; Sylvie Rosenzweig : pharmacienne (réseau douleur-soins palliatifs) ; Gilles Traisnel : cardiologue ; Mr Vanpoulle : pharmacien.

4 • Pharma N°111 • avril 2014

6 Actus Les derniers faits marquants du monde officinal 12 E  ntretien Caitlin Sorrell, directrice d’Alphega Pharmacie Europe : « L’accompagnement du patient est dans nos gènes » 14 Rencontre Bernard Fontanille, médecin urgentiste et documentariste : « Une leçon d’humilité » 16 L’observatoire des pharmaciens Vos remèdes contre la crise 18 Reportage MaPharmacie, un concept d’officine innovant à Paris

thérapeutique 32 Lu pour vous Sélection d’articles parus dans la presse scientifique internationale 34 Dossier Suivre et bien traiter l’asthme de l’enfant 38 Cas de comptoir Jambes lourdes, une pathologie à ne pas négliger 42 Focus Norme HbA1c, une évolution thérapeutique au long cours

Gammes 46 Dermo Gros plan sur six pathologies accompagnées de vésicules 48 Nouveaux produits Médicaments, conseil et parapharmacie, zoom sur les dernières innovations des laboratoires

Retrouvez le bulletin d’abonnement en page 13 Cette publication comporte deux cahiers : cahier 1 (52 pages), cahier 2 « Spécial transactions » (8 pages). Assemblés à cette publication : deux bulletins d’abonnement (2 et 4 pages). En couverture : © elwynn - 123RF


Actualité profession

télex

Enquête

La pharmacie de demain selon le Croie Comment les clients perçoivent-ils la pharmacie ? Quelles sont leurs attentes ? Pour son premier anniversaire, le Cercle des réseaux officinaux indépendants sous enseigne (Croie) vient de publier une étude, véritable feuille de route pour les années à venir. Réalisée par l’agence Côté clients auprès de 1 057 Français, cette enquête indique que près de 9 personnes interrogées sur 10 fréquentent tout au plus deux pharmacies. Leur premier critère de sélection d’une officine ? La proximité avec leur domicile. Plus surprenant, la pharmacie peine à

6 800

C’est, en euros, le montant de la prime générique qui sera versée par l’Assurance maladie à chaque pharmacie début 2015, selon les estimations de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

encourager les comportements de prévention. Les visites pour des achats de prévention sont ainsi quatre fois moins importantes que celles pour des achats de soins. S’il y a peu de doutes sur la confiance en la croix verte, des efforts sont à entreprendre au niveau de l’image : 94 % des personnes interrogées estiment en effet que la pharmacie n’est pas au « goût du jour » et 60 % voudraient une amélioration de l’image prix. Enfin, 48 % des moins de 50 ans envisagent le pharmacien comme une alternative crédible au médecin sur certains services médicaux. •

84

C’est le pourcentage de professionnels de santé qui se disent satisfaits de leur exercice selon un sondage MACSF/ Enov Research réalisé auprès de 1 503 professionnels. Les pharmaciens ferment la marche du classement, seuls 75 % d’entre eux étant satisfaits de leurs conditions de travail.

Économie

Le marché pharmaceutique de ville poursuit sa récession

©© D.R.

Le cabinet d’études IMS Health a confirmé la baisse du marché pharmaceutique français de ville en 2013, avec – 2 % en valeur. L’année 2014 devrait suivre la même tendance. En revanche,

6 • Pharma N°111 • avril 2014

le marché pharmaceutique mondial poursuit sa progression, avec + 2,7 % enregistrés en 2013, soit 970 milliards de dollars. Tiré par les pays émergents, il devrait continuer à croître de 4 à 6 % par an entre 2014 et 2017. Les pays émergents devraient, pour leur part, maintenir une hausse annuelle comprise entre 8 et 10 % d’ici à 2017, tandis que celle des pays matures sera plus modérée, de l’ordre de 1 à 4 % par an. L’étude observe enfin que d’autres marchés apparaissent sur la scène pharmaceutique mondiale comme l’Algérie, la Colombie, l’Arabie saoudite, le Nigeria ou l’Afrique du Sud. •

Doctipharma.fr by Doctissimo Doctissimo lance Doctipharma.fr, un site d’e-commerce dédié à la vente de produits de parapharmacie et de médicaments sans ordonnance. À l’origine application pour smartphones géolocalisant les pharmacies ouvertes et de garde, Doctipharma étend son champ de compétences avec une vitrine e-commerce réservée aux pharmaciens. Pharmagora racheté C’est au cours du salon, fin mars, que l’information est sortie : Pharmagora a été racheté à NewsMed par CloserStill Media, un groupe anglais spécialisé dans les événements professionnels. La prochaine édition aura lieu les 21 et 22 mars 2015 sous le nom PharmagoraPlus. La publicité ciblée testée en Suisse Regarde l’écran et je te dirai quel produit te vendre ! À Zurich, une officine a mené une phase de tests avec un système doté de caméras à reconnaissance faciale. Un dispositif capable de cibler la publicité selon l’âge ou le sexe du client. Une stratégie marketing qui laisse sceptique la Société suisse des pharmaciens… 0,99 € le test de grossesse chez Pharmactiv… Suite à l’autorisation de vendre des tests de grossesse en GMS, Pharmactiv propose à ses adhérents des tests Pharméa à 0,99 € (prix de vente conseillé). Un pied de nez à la grande distribution ? « Une réponse appropriée pour faire face à une nouvelle concurrence », préfère Serge Carrier, directeur général. … et 0,79 € sur OCP Point Jusqu’au 30 avril, les clients de l’OCP peuvent bénéficier sur le site OCP Point du test de grossesse Pharméa au prix unitaire de 0,79 € HT, soit une remise de 60 % pour 10 unités achetées. De quoi proposer à la vente un test de qualité au prix symbolique de 1 € pièce. La dispensation à l’unité retardée Alors que l’expérimentation de la dispensation à l’unité devait débuter le 1er avril, on attend toujours les modalités pratiques. Officines concernées, éventuelle rémunération… le suspense demeure.


Actualité profession

nominations

Service

1001Pharmacies livre à domicile La plate-forme de vente en ligne 1001Pharmacies se lance dans la livraison de médicaments à domicile avec le concept 1001Pharmacies Express. Inauguré en région parisienne, ce service sera disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans toute la France dans le courant de cette année. Le fonctionnement est simple : via un formulaire sur le site 1001Pharmacies.com, le

patient envoie son ordonnance ou sa commande de médicaments à la pharmacie partenaire de son choix. Il règle ensuite les frais de livraison (à partir de 9 €) et le complément si les médicaments ne sont pas remboursés à 100 %. Selon un sondage réalisé par le site 1001Pharmacies, 83 % des Français sont favorables à un tel service de livraison à domicile. •

Quotas

La Cour de justice européenne fait sauter le verrou En cette période de remaniement ministériel, l’information est presque passée inaperçue. C’est pourtant un verrou que vient de faire sauter la Cour de justice européenne en remettant en cause la « limite rigide de ‘‘personnes toujours à approvisionner’’  », autrement dit les quotas de population pour la création d’une officine. La Cour avait été saisie en août 2012 par une pharmacienne autrichienne désireuse d’ouvrir une officine à Pinsdorf (3 687 habitants). Une création rejetée par l’Ordre autrichien au motif qu’elle n’approvisionnerait pas les 5 500 habitants requis, quota en vigueur dans ce pays. Autre argument retenu par l’Ordre, cette ouverture déséquilibrerait le réseau existant, une officine étant installée à Altmünster, commune limitrophe de Pinsdorf. La Cour de justice européenne a pris fait et cause pour la pharmacienne, rappelant qu’une « application uniforme des conditions liées à la densité démographique et à la distance minimale entre les pharmacies, fixées par la réglementation nationale aux fins de la création d’une nouvelle pharmacie, risque, dans certaines circonstances, de ne pas assurer un accès

approprié au service pharmaceutique dans des zones présentant certaines particularités démographiques ». La Cour évoque également le cas de personnes âgées ou à mobilité réduite résidant dans des zones rurales et en dehors du périmètre d’approvisionnement de la pharmacie existante. Pour ces dernières, «  l’accès aux médicaments peut s’avérer peu approprié étant entendu qu’une réglementation nationale ne prévoit aucune distance maximale entre le lieu de résidence d’une personne et la pharmacie la plus proche de celui-ci ». Après l’arrêt Blanco Perez et Chao Gomez, du nom de deux pharmaciens espagnols qui avaient contesté, en 2002, les conditions liées à la densité démographique et à la distance entre les pharmacies (à savoir un nombre minimal de 2 800 ou 2 000 habitants par pharmacie et une distance minimale de 250 m entre les pharmacies), ce nouvel arrêt de la Cour milite pour davantage de souplesse et de cohérence lors de la création d’officines. Une jurisprudence qui pourrait donner des idées à nombre de pharmaciens européens. •

Le sondage pharma/Celtipharm L’inscription du SMR sur les médicaments •Ê  tes-vous favorable à l’inscription du SMR sur les boîtes et les notices

des médicaments comme proposé par le ministère de la Santé ? OUI .................. 53 % NON ................ 47 % Étude réalisée par le département gestion de call center de Celtipharm, sur un échantillon représentatif stratifié de 400 officines françaises sélectionnées dans sa base de données (du 17 au 21 mars).

8 • Pharma N°111 • avril 2014

Michel Caillaud reprend les rênes de l’UNPF Jeu de chaises musicales à l’Union nationale des pharmacies de France. Michel Caillaud, l’ancien président, en reprend la direction trois ans après son départ. Élu en 2011, suite à la démission de Frédéric Laurent, Michel Caillaud avait quitté ses fonctions en 2012, remplacé par Françoise Daligault. Un nouveau président pour la CSMF Jean-Paul Ortiz succède à Michel Chassang à la tête de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). Ce néphrologue de 57 ans s’inscrit dans la continuité des positions défendues sous la présidence de Michel Chassang. Après trois mandats de quatre ans, ce dernier ne pouvait plus se représenter. Gilles Bonnefond rempile à la tête de l’USPO Réélu à l’unanimité à la présidence de l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), Gilles Bonnefond, titulaire à Montélimar, entame donc un deuxième mandat à la tête du syndicat. Une autre présidente pour le CISS Danièle DesclercDulac remplace Claude Rambaud à la présidence du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss). Membre du bureau depuis 2007, elle fut jusqu’en 1998 directrice adjointe de la CPAM Loiret. Claude Rambaud reste vice-présidente de l’association.

4 632

C’est le nombre de patients qui ont été sensibilisés au dépistage du cancer colorectal lors d’une campagne menée du 4 au 14 mars par Pharmagest et la Ligue contre le cancer.


Actualité profession

internet

Santé publique

La phlébite en campagne Selon une étude Ifop/Bayer menée en janvier 2014, deux Français sur trois ne connaissent pas les trois principaux symptômes de la phlébite. Cette pathologie tue pourtant une personne toutes les 37 secondes dans le monde, et touche une personne sur 1 000 en France, et 3 sur 1 000 après 75 ans. Afin de sensibiliser la population à ce problème de santé publique, Bayer Healthcare a développé une campagne de sensibilisation, à l’image de celle de l’an passé sur le thème de l’AVC. Ici aussi, une chanson entraînante

et un clip délivrent les messages principaux. Sur un air de reggae, le refrain explique « Douleurs, lourdeurs, gonflement de la jambe : la phlébite n’est peut-être pas loin, va rendre visite à ton médecin ». Un site Internet (http://laphlebite.fr) propose aussi des explications sur cette maladie, les chiffres, causes, symptômes, la conduite à tenir et les traitements. Enfin, des spots radio de 25 et 50 secondes seront diffusés et des livrets d’information, cartes et affiches sont également disponibles. •

parlement européen

La transparence des essais cliniques adoptée 594 voix pour sur 610 votants ! C’est presque à l’unanimité que les eurodéputés ont adopté un règlement qui oblige les laboratoires à publier les résultats de leurs essais cliniques… même s’ils sont peu concluants. Aboutissement d’un long combat des associations de patients pour plus de transparence, cette législation simplifie aussi les procédures nécessaires au lancement

des essais et renforce la coopération entre pays. Ce texte permet ainsi de déposer un dossier unique sur le portail de l’Agence européenne des médicaments afin d’obtenir l’autorisation pour lancer un essai clinique dans plusieurs pays. Autre avancée : le texte prévoit que les résumés détaillés des essais soient publiés dans une base de données accessible au public. •

agenda

Journée mondiale de l’asthme

Journée mondiale de la fibromyalgie

Mardi 6 mai Le thème de cette nouvelle édition est « Asthmatiques, 1-2-3, soufflez ! ». De nombreuses animations sont prévues dans l’Hexagone la semaine du 6 mai, aussi bien dans des groupes scolaires, associations ou centres hospitaliers que dans les pharmacies. Plus d’infos sur http://asthme-allergies.org/ actions/journee-mondiale-de-lasthme

Lundi 12 mai L’objectif de cette journée est de sensibiliser gouvernements, institutions et médias sur la situation des personnes atteintes de ce syndrome méconnu. Pour la 21e édition, cinq fibromyalgiques courront la Sénégazelle, une course à pied ayant lieu au Sénégal. Plus d’infos sur http://fibromyalgiefrance-journee-mondiale.e-monsite.com

Ils ont dit…

Nous croyons aux vertus du modèle indépendant et en l’harmonisation des pratiques et des points de vente au sein d’un réseau. Harmonisation, oui, uniformisation, non ! Rafaël Grosjean, président de Pharmodel et représentant 

du Cercle des réseaux officinaux indépendants sous enseigne (Croie)

Le Président l’a annoncé : il faut réduire les déficits et la dette. Pas pour Bruxelles, comme certains le disent, mais pour la qualité de notre économie. Quand le navire prend l’eau, on n’écope pas avec une petite cuillère. 

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales (et de la Santé)

10 • Pharma N°111 • avril 2014

Vu sur Twitter Coopération patients @cooppatients La santé représenté 12 % du PIB et n’a pas de ministre. Ça c’est du remaniement ! Véronique Hunsinger @vhunsinger Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, la santé n’est plus dans le titre officiel. Un oubli ou un(e) secrétaire d’État à venir ? DrMartyUFML @Drmartyufml Un gouvernement sans ministère de la santé pour une médecine sans médecin. Hugo @suprmariodraghi Il n’y a pas de ministère de la Santé mais il y a un ministère de la Forêt. Réjouissezvous biches et sangliers ! Vu sur Talent Pharmacie Les podcasts des 7es Rencontres de l’officine sont en ligne sur Talent Pharmacie ! Pour écouter ou réécouter le débat « Interprofessionnalité, voie de salut pour l’officine », la session « Améliorer sa rentabilité en 2014, est-ce possible ? » ou le débat « Automédication et vente en ligne », rendez-vous dès à présent sur le site www.talentpharmacie.fr Vu sur Facebook Une nouvelle page pour les Rencontres de l’officine ! Photos, infos, actus… et déjà la prochaine édition qui se prépare. Likez sans hésiter sur https:// www.facebook.com/rencontresdeofficine pour vous tenir informé sur le salon qui fait le buzzer la pharmacie.

1 850

C’est le nombre de pharmacies, indépendantes ou adhérentes à douze groupements, qui ont reçu, le 4 avril, leur certificat ISO 9001/QMS Pharma du bureau Veritas.


télex

Prévention

Nouveau souffle pour la BPCO En France, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) tue 16 000 personnes chaque année. Deux tiers des malades ignorent souffrir de cette pathologie alors qu’une détection précoce permettrait d’éviter des complications. En partenariat avec les syndicats de la profession (FSPF, USPO, UNPF), la Mutualité française a lancé, dans plus de 150 pharmacies du Nord-Pas-de-Calais, de Bretagne et de Rhône-Alpes, une expérimentation de détection de la BPCO. Huit mutuelles de la Mutualité française (Apréva, Eovi MCD, Harmonie, Unéo, Mutuelle de France plus, Radiance Groupe Humanis, SMH, Mutuelle d’entreprises Schneider

Electric) proposent à leurs adhérents âgés de 40 à 70 ans résidant dans ces régions de bénéficier d’une détection de la BPCO, après avoir reçu un questionnaire leur permettant d’évaluer leur risque. La détection sera pratiquée par le pharmacien et réalisée avec un spiromètre électronique. Les personnes « positives » seront ensuite invitées à se rendre chez leur médecin traitant, qui aura été, après consentement du patient, informé du résultat du test. Quelque 3 300 généralistes et pneumologues des territoires concernés ont été informés de cette démarche. Cette expérimentation fera l’objet d’un premier bilan d’ici à cet automne. •

Il a dit…

Cette séance a encore épaissi le brouillard qui entoure cette réforme. C’est du bricolage, sans fondations solides, qui expose la profession à de grands risques sans aucune garantie et ne prépare pas l’avenir du métier.  Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), 

à propos de la réunion du 25 mars entre les trois syndicats et l’Assurance maladie

Brevet solaire pour scolaires Le laboratoire La Roche-Posay, soutenu par le syndicat national des dermatologues-vénérologues (SNDV), propose une initiative originale : le « brevet solaire ». Ce kit d’éveil scientifique est d’ores et déjà disponible dans les écoles primaires, et est complété par un film pédagogique, un jeu de cartes, une bande dessinée ou des brochures (disponibles à l’officine également).

33

C’est le pourcentage d’étudiants qui ne se protègent pas lors de leurs rapports sexuels, selon une enquête de la mutuelle étudiante Smerep à l’occasion du Sidaction 2014, organisé du 4 au 6 avril.


entretien

Rencontre avec Bernard Fontanille

« Une leçon d’humilité » Du Japon au Brésil, ce médecin urgentiste est parti à la rencontre d’hommes qui guérissent et sauvent des vies. Un tour du monde qui a accouché d’une série documentaire sur Arte et d’un ouvrage.

Comment avez-vous choisi vos sujets de reportage ? Au départ, on est parti sur quarante sujets. Finalement, nous en avons retenu vingt, réalisés pendant près d’un an dans une quinzaine de pays, dont certains étaient incontournables : la Chine et ses plantes médicinales, le Brésil et ses chamans, l’Inde et ses guérisseurs… J’ai été accompagné par une journaliste scientifique, Marguerite Dollogue, qui m’a orienté vers des sujets et thématiques sous l’angle anthropologique. L’ouvrage, co-écrit avec Elena Sender du magazine Sciences et Avenir, est un complément scientifique aux documentaires. Votre démarche est intéressante car vous ne vous substituez jamais au soignant, guérisseur ou chaman. Était-ce un choix délibéré ?

14 • Pharma N°111 • avril 2014

en Chine avec le docteur Ho, célèbre herboriste de 91 ans, j’ai été frappé de constater que cet homme qui connaît les vertus guérisseuses – et parfois toxiques – de centaines de plantes, tolère la médecine moderne. Il n’interdira jamais à quelqu’un de se rendre à l’hôpital. L’autre enseignement, c’est le temps accordé aux patients. En Corée du Sud, j’ai rencontré une chamane, Soon-Shil Suh, qui prenait trois jours pour soigner une dame souffrant de dépression ! Elle l’a accompagnée au marché, a organisé une cérémonie, réuni toute sa famille… En France, c’est un miracle quand on réussit à accorder quinze minutes à un patient. L’autre différence fondamentale, c’est que la relation médecin/patient n’est pas scellée par le secret. Que ce soit en Inde, au Cambodge ou au Brésil, les consultations sont publiques. Le malade n’est pas marginalisé. En France, le patient sort souvent d’une consultation avec un arrêt de travail. D’emblée, il est exclu de la vie sociale.

©© D.R.

Pharma. Quelle est la genèse de ce projet ? Bernard Fontanille. En tant que médecin, j’ai eu la chance de beaucoup voyager pour encadrer des équipes lors de manifestations sportives (Raid Gauloises) ou de tournages (Rendez-vous en terre inconnue). À ce titre, je me suis rendu dans des régions reculées où sont pratiquées d’autres formes de médecine. Selon l’OMS, 80 % de la population a accès en première intention à des plantes pour se soigner. Lorsque je débarquais avec ma pharmacopée occidentale, les gens ne me comprenaient pas. Un jour, sur l’île de Siberut, en Indonésie, j’ai essayé de donner du paracétamol à un Mentawai. Son chaman le lui a interdit. Pour lui, c’était du poison. Ces échanges autour de la médecine, de la prise en charge du malade, ont bouleversé mes certitudes… et éveillé ma curiosité. J’avais comme idée de donner la parole à des détenteurs d’un savoir, dépositaires d’une tradition de soins. J’ai proposé le concept à la chaîne Arte, qui l’a accepté.

Dans ces pays, j’ai beaucoup regardé, échangé et essayé de comprendre le soignant. Le sous-titre de l’ouvrage résume d’ailleurs bien ma position : Rencontre avec ceux qui soignent autrement. J’ai tenté, du mieux que j’ai pu, de laisser de côté ma médecine cartésienne, de faire preuve d’humilité devant ces gens la plupart du temps analphabètes qui connaissent les vertus de centaines de plantes et sont capables de sauver des vies. Qu’est-ce qui ressort de ce tour du monde en termes de pratiques médicales ? En Occident, nous baignons dans le « tout médicament ». Je m’attendais donc à rencontrer des gens férus de rites, de croyances, où le magico-religieux est très présent. Si cela a été le cas parfois, la plupart du temps, j’ai été étonné par le pragmatisme de ces personnes qui soignent. Ainsi, lors de ma rencontre

Médecines d’ailleurs, Dr Bernard Fontanille et Elena Sender, Éditions de La Martinière-Arte Éditions, 2014

Y a-t-il une rencontre qui vous a profondément marqué ? Chaque rencontre est unique mais il y a une constante : les relations se nouent rapidement et le déchirement est le même à la fin. Je me souviens par exemple de ma rencontre avec Slindile Ntlego, une guérisseuse zoulou d’à peine 30 ans. Je suis arrivé dans le village peu de temps après la mort de sa mère. Elle m’a accueilli comme un frère. Le village, en émoi, préparait une cérémonie funéraire. Nous n’avons pas filmé. Après quelques jours, elle m’a dit qu’elle n’aurait jamais pu penser que son métier puisse intéresser un médecin occidental. Il en a été de même avec Jonas, un guérisseur indonésien. Cet homme qui vit dans le dénuement le plus complet donne tout aux autres. Ce fut une grande leçon d’humilité. Propos recueillis par Olivier Valcke


l’observatoire des pharmaciens

>> Vos remèdes contre la crise Trésorerie en berne, baisse des prix des médicaments… Les années passent et se ressemblent pour les titulaires. En France, une pharmacie ferme tous les trois jours. Quel est votre remède pour faire face à la crise ? Quelles solutions pour relancer votre activité ? Pharma et Pharmagest vous donnent la parole. Par Olivier Valcke

• Votre chiffre d’affaires a-t-il baissé en 2013 ?

• Quel est le secteur qui a le plus gros impact ? 48%

78%

La pression fiscale Les frais généraux (loyer...) en progression La masse salariale peu flexible

21%

Autres

14%

Titulaires

Titulaires

9%

1% Oui

Non

29%

Ne se prononcent pas

2014, nouvelle annus horribilis ? On espérait un léger mieux au niveau des trésoreries officinales. Ce ne fut visiblement pas le cas en 2013, puisque 78 % des titulaires interrogés ont vu leur chiffre d’affaires baisser. La pression fiscale s’est notamment accrue pour 48 % d’entre eux. Et les dernières tendances ne sont guère optimistes. Selon une enquête de l’OCDE publiée en décembre 2013, la France se classe au deuxième rang des pays où la pression fiscale est la plus forte.

• Suite au recul de votre chiffre d’affaires, vous avez… (plusieurs réponses possibles) Réduit la masse salariale (licenciements, horaires réaménagés, temps partiel…)

48%

Diminué les investissements

Augmenté vos ventes directes

40%

Réagencé votre pharmacie

10% 0

10

20

67% 3%

Autres

17%

Ne se prononcent pas

40%

Mieux maîtrisé vos stocks

50%

Renégocié vos prêts

43%

Mieux négocié les coopérations commerciales avec les labos

14%

Baissé les prélèvements personnels

• Concernant votre politique d’achat, vous avez… (plusieurs réponses possibles)

5%

Ne se prononcent pas

30

40

50

60

70

80

0

10

20

30

40

50

60

70

Prélèvements et stocks comme variables d’ajustement Quand ce n’est pas à sa rémunération qu’il touche (50 %), le titulaire taille dans sa masse salariale (48 %). La conjoncture économique ne se prête guère à des investissements (40 %). Côté politique d’achat, c’est sur les stocks que les efforts sont concentrés (67 %). L’augmentation des ventes directes et une meilleure négociation auprès des laboratoires sont également des parades à la crise.

16 • Pharma N°111 • avril 2014

80


• Selon vous, d’où viendra votre salut ?

(plusieurs réponses possibles)

Des génériques (primes de substitution, remises…)

64%

Des entretiens pharmaceutiques (patients sous AVK, asthmatiques…)

12%

D’une meilleure utilisation des logiciels de gestion

17%

D’une meilleure formation des équipes

40%

D’une meilleure gestion des frais généraux (électricité, téléphone, Internet, chauffage…)

40% 10%

Ne se prononcent pas

0

10

20

30

40

50

60

70

80

Face à la crise, les génériques, c’est automatique Les titulaires attendent beaucoup des génériques pour sortir la tête de l’eau. 64 % misent ainsi sur les primes de substitution et les remises comme leviers de croissance en 2014, loin devant la formation des équipes ou une meilleure gestion des frais généraux.

• Prévoyez-vous des investissements en 2014 ?

78%

Titulaires

1% 21% Oui

Non

Ne se prononcent pas

Pas d’investissements cette année La période est à la restriction budgétaire… Ainsi, 78 % des pharmaciens interrogés ne prévoient pas d’investissements dans leur officine en 2014. Une prudence, voire un attentisme, qui dure depuis quelques années. Pour rappel, en 2010, un sondage Pharma/ Pharmagest indiquait que 50 % des titulaires sondés prévoyaient un investissement inférieur à 1 000  euros.

Témoignages « De plus en plus de pharmacies ferment sans aucune réaction de l’État. Pourquoi ne s’attaque-t-il pas au réel problème : ces hôpitaux qui facturent des journées entières pour deux heures d’admission ? » Titulaire en Seine-Saint-Denis (93)

missions. Pour les entretiens AVK, après quatre mois, on me contacte pour me dire que les entretiens de l’année N seront réglés au premier trimestre N + 1… Vive l’administration française ! » Titulaire dans les Bouches-du-Rhône (13)

« Nous ne serons sûrement pas sauvés par un honoraire lié à la boîte, donc au volume, et encore moins par les nouvelles

« Il ne faut pas baisser les bras mais miser sur le conseil OTC, les formations et la fidélisation de la clientèle. N’attendons

pas demain pour retrouver notre image de marque. Charge à nous de nous positionner comme un acteur de santé public. » Titulaire dans les Hauts-de-Seine (92) « La profession est foutue. 20 % des officines vont disparaître. Les 80 % restants ? Ils seront rachetés par des groupes capitalistiques ou par Leclerc. » Titulaire dans le Nord (59)

Méthodologie : 58 titulaires interrogés entre le 28 février et le 6 mars 2014.

En partenariat avec


nouveaux produits

>> Zoom sur…

//////////////////////////

˕˕Actavis Lormétazépam 2 mg Boîte de 14 comprimés sécables Princeps : Noctamide Sildenafil 100 mg Boîte de 12 comprimés pelliculés Princeps : Viagra

xtandi • Enzalutamide • Inhibiteur des récepteurs aux androgènes • Traitement du cancer métastatique de la prostate résistant à la castration • Capsules molles dosées à 40 mg • Boîte de 112 capsules molles • Liste I • Prescription initiale hospitalière annuelle réservée aux spécialistes en oncologie ou médecins compétents en cancérologie • S MR important • ASMR III (modéré) • Prix public TTC : 3 374,48 euros • Remboursable à 100 % • Laboratoire Astellas Pharma

˕˕Biogaran Aciclovir conseil 5 % crème Tube de 2 g Princeps : Zovirax crème

Nouvelle molécule dans le traitement du cancer de la prostate métastatique L’enzalutamide, principe actif de Xtandi, est un

oublie de prendre la dose à l’heure habituelle, il

inhibiteur puissant de la voie de signalisation

doit la prendre aussi vite que possible. Si la dose

des récepteurs aux androgènes. Il inhibe

est oubliée toute une journée, elle ne doit pas être

la liaison des androgènes à leurs récepteurs,

rattrapée le lendemain.

la translocation nucléaire des récepteurs

La prudence est de mise chez les patients ayant

activés et leur fixation à l’ADN. Ces effets sont

des antécédents de convulsions ou des facteurs de

présents y compris en cas de surexpression des

prédisposition (AVC, tumeurs cérébrales…).

récepteurs aux androgènes ou dans les cellules

Par ailleurs, l’enzalutamide est un puissant

cancéreuses résistantes aux anti-androgènes. Ainsi,

inducteur enzymatique, pouvant altérer

l’enzalutamide freine la croissance des cellules

l’efficacité de nombreux médicaments.

prostatiques cancéreuses, pouvant induire leur

Les interactions sont nombreuses et touchent,

apoptose et la régression tumorale.

entre autres, des analgésiques, antibiotiques,

Xtandi constitue une alternative à l’acétate

anticoagulants, antiépileptiques, bêta-bloquants,

d’abiratérone (Zytiga) chez les hommes atteints

corticoïdes, hypnotiques… Elles concernent les

d’un cancer métastatique de la prostate résistant

molécules substrats des cytochromes CYP3A4,

à la castration et progressant pendant ou après

CYP2C9, CYP2C19, CYP1A2 ou l’UGT1A1.

traitement par docétaxel.

Les effets indésirables les plus fréquents sont

La dose recommandée est de 160 mg (soit

les bouffées de chaleur et les céphalées.

quatre capsules) en une prise quotidienne par voie

Xtandi fait l’objet d’une surveillance supplémentaire

orale. Les capsules doivent être avalées entières

qui permettra l’identification rapide de nouvelles

avec de l’eau, avec ou sans nourriture. Si le patient

informations relatives à la sécurité.

48 • Pharma N°111 • Avril 2014

L’info des génériques

˕˕Cristers Galantamine LP 8, 16 et 24 mg Boîte de 28 gélules à libération prolongée Princeps : Reminyl LP Tramadol LP 100, 150 et 200 mg Boîtes de 30 comprimés pelliculés à libération prolongée Princeps : Topalgic LP ˕˕Mylan Lévonorgestrel 1,5 mg Boîte de 1 comprimé Princeps : Norlevo

en bref…

//////////////////////////

Nouvelle formule nomade et tempérée pour le Lactobacillus reuteri Protectis de Biogaia – Listerine voit grand : parallèlement à deux nouveautés (Fraîcheur intense et format nomade pour Total Care), la marque entend recruter de nouveaux consommateurs et sera sponsor de la Coupe du monde de football, en juin – Nouvelle génération d’attelle de cheville chez Cizeta Orto : l’A2T ou attelle talo-tarsienne, qui permet le port en chaussures de ville – Noresun Gradual UV, gamme solaire « photoadaptative » de Noreva.


Arkofluides bardanepensée sauvage

Ménostick bouffées de chaleur

Liguées contre l’acné

Discret stick frais

Ces ampoules contiennent des extraits fluides de bardane sudorifique, régulatrice de sébum, désinfectante et antimicrobienne, anti-inflammatoire, et de pensée sauvage, dépurative, détoxifiante cutanée, calmante et sédative. Une ampoule par jour, à partir de 15 ans, en cure de 40 jours. Une sortie d’acné après trois semaines est normale et devrait être suivie d’une amélioration. Si les boutons reviennent, une nouvelle cure de 20 jours pourra être débutée. Déconseillé chez la femme enceinte.

Premier-né de la gamme « stick » de Ménophytea, ce topique s’attaque aux bouffées de chaleur de la ménopause. Anti-rougeurs, régulateur de la transpiration et à l’effet frais, ce stick permet une application discrète. Il mise sur un extrait de fleurs de nénuphar (le Sépicalm VG WP, pour abaisser la température cutanée), l’huile essentielle de sauge sclarée (régule la transpiration), le menthol (pour l’effet rafraîchissant) et l’huile de lin. À appliquer sur le cou et le décolleté. Effet non gras, ne tache pas. Parfum fleur d’oranger.

Boîte de 20 ampoules de 15 ml PPC : 12,20 € Arkopharma

Prix public : 9 € Ménophytea

Spedra Érection plus rapide et plus longue

L’avanafil est une nouvelle entité chimique dans la famille des IPDE5, et son profil pharmacocinétique semble montrer une action plus rapide dans le traitement de la dysfonction érectile et une durée prolongée, en raison d’une demi-vie de 6 à 17 heures, et donc une efficacité d’action audelà de 6 heures. La dose recommandée est de 100 mg par prise, pouvant être modulée entre 50 et 200 mg. Une prise par jour maximum.

3 dosages : 50, 100 et 200 mg Boîtes de 2, 4, 8 ou 12 comprimés Autour de 6 € le comprimé de 100 mg Menarini

Roc

Crème change 1 2 3

L’huile authentique

Renaissance de la marque

L’érythème fessier se prend une fessée

Laino sent bon le sable chaud

Pour son retour, Roc a recentré sa gamme sur les soins visage. Des actifs reconnus, une tolérance optimale, une efficacité objectivée par des tests cliniques sont les atouts annoncés des soins « haute performance ». Au total, seize références réparties en six segments pour la gamme Antiâge Pro, qui répond aux problématiques du vieillissement cutané mais peut aussi compléter des gestes de dermatologie esthétique. Un accompagnement sur le point de vente et en ligne complète l’offre. S’y ajoutent une gamme Roc Essentiels (sept références), une gamme solaire (Protexion +, treize références) et la gamme de déodorants Kéops (cinq références).

Fort de son programme de recherche Éveils et s’appuyant sur dix ans de recherche, Mustela propose une crème qui entend réparer et renforcer la barrière cutanée des tout-petits, de respecter le capital cellulaire de leur peau fragile et de tempérer les voies de l’inflammation mises en jeu dans l’érythème fessier. Le résultat est une crème à la triple action qui prévient, soulage et répare, aux ingrédients à 98 % d’origine naturelle, sans parfum ni conservateur. À conseiller dès la naissance, en couche épaisse sur un siège propre et sec.

Pour ses 60 ans, Laino s’offre un coup de jeune, qui passe par un logo revu et un nouveau segment, celui des huiles. Avec cette Huile authentique au parfum associant lotus, ylang-ylang et bois précieux, la marque propose un soin pour le visage, le corps et les cheveux riche en antioxydants et huiles nourrissantes. Olive, argan, amande douce et pomme s’y retrouvent dans une formule avec 98 % d’ingrédients d’origine naturelle. La marque propose aussi une huile d’argan en version pure ou parfumée et une huile d’amande douce vierge.

Tubes de 50 et 100 ml PVC : 4,95 € et 6,95 € Mustela

Flacon de 100 ml PPC : 15 € Laino

Avril 2014 • Pharma N°111 • 49



Pharma111 flip pharmagest