Page 1

PRÉINCLUS ME M PROGRA TRES ON 7es RENC ICINE DE L’OFF

2014

CE QUI VOUS ATTEND…


édito

Troisième âge,  deuxième vie M a grand-mère est formidable. Après avoir dédié sa vie à ses

enfants, puis à ses petits-enfants, elle consacre désormais son temps à ses congénères, ses « petits vieux » comme elle dit. À

84 ans, elle est membre de l’association Old’Up qui réunit des seniors « plus

si jeunes mais pas si vieux ». Sous la devise « Mobiliser les forces vives que les années n’ont pas éteintes », ce collectif propose à ses adhérents des formations,

Par Olivier Valcke, rédacteur en chef adjoint

des séminaires, des sorties culturelles… Objectifs ? Rompre avec l’isolement et affirmer la capacité d’autonomie de cette génération. Grâce à Old’Up, ma grand-mère a pris des cours d’informatique et sait utiliser un téléphone portable. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai reçu son premier texto. Avec de longues phrases. Sans fautes. Mais ma grand-mère a une autre particularité : comme 70 % des 75 ans et plus, elle est polymédiquée. Elle a un joli pilulier rose qu’elle sort discrètement à la fin du repas. Son autonomie fait l’admiration de la famille. Il n’empêche, un jour ses forces déclineront. Pour respecter l’observance de son traitement, elle aura besoin d’une personne qualifiée, d’un expert capable de repérer les interactions, d’un référent au quotidien pour toutes les questions médicales qu’elle sera amenée à se poser. Qui mieux que le pharmacien pour assurer cette mission ? Faut-il y voir un signe ? Alors que Teva vient de lancer un groupe de réflexion incluant des pharmaciens pour analyser les facteurs de non observance chez les patients âgés (voir page  7), l’Académie de pharmacie, dans un rapport, demande la parution des textes encadrant la PDA. Autre signe encourageant : le rapport Verger sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en Ehpad est en voie d’être rendu public. Avec le vieillissement de la population, le patient âgé devient une préoccupation des pouvoirs publics. Que ce soit à l’hôpital, en ville ou à domicile, la coordination des soins est en marche avec un seul enjeu : permettre à nos « aînés » de mieux vivre leur deuxième vie. Sûr que ma grand-mère appréciera. décembre 2013 • Pharma N°107 • 3


N° 107 • DÉCEMBRE 2013 • CAHIER 1 SOCIO-PRO

10 QUESTIONS SUR...

18 Dossier Quelles perspectives pour l’économie officinale en 2014 ? Les experts livrent leur vision 24 Génération manager Charlotte prépare et réalise les entretiens annuels d’évaluation 26 Back-office Zoom sur la prime génériques, un dispositif qui a fait ses preuves mais peine à convaincre 29 Rétrospective Retour sur l’année 2013, ses événements marquants et les nouveautés à retenir 50 Le jour où… … j’ai quitté l’officine pour devenir hypnothérapeute

THÉRAPEUTIQUE

©© MARIDAV – FOTOLIA

34 Lu pour vous Sélection d’articles parus dans la presse scientifique internationale

LES TROUBLES SEXUELS DE L’HOMME

36 10 questions sur… Les troubles sexuels de l’homme, de l’hypertrophie bénigne de la prostate à l’éjaculation précoce 38 Mémo conseil Marche à suivre en cas de gastro-entérite virale et spécialités à conseiller

Directeur de la publication : Antoine Lolivier Directrice du développement et de la publicité : Valérie Belbenoit Directeur de la rédaction : Antoine Lolivier Rédactrice en chef : Amélie Baumann-Thiriez Rédacteur en chef adjoint : Olivier Valcke Conception graphique : Laurent Flin Secrétaire de rédaction : Vincent Béclin Rédacteurs pour ce numéro : Julien Boyer, Clémence Clerc, Anne Fellmann, Marie-Hélène Gauthey, Rose Perrier, Pauline Schaepelynck, Marie Simonot Directrice de production et de fabrication : Gracia Bejjani Assistante de production : Cécile Jeannin Publicité : Emmanuelle Annasse, Aurélie Barnier, Valérie Belbenoit, Catherine Colsenet, Philippe Fuzellier Service abonnements : Claire Lesaint  Photogravure et impression : Imprimerie de Compiègne, 60205 Compiègne Pharma est une publication © Expressions Pharma 2, rue de la Roquette - Passage du Cheval-Blanc Cour de Mai - 75011 Paris Pour nous joindre : courrierpharma@expressiongroupe.fr Tél. : 01 49 29 29 29 - Fax : 01 49 29 29 19 RCS Paris B481 690 105 Commission paritaire : 0317 T 86202 ISSN : 2101-4752 - Mensuel Comité de rédaction et de lecture : Claude Arnoldi : pharmacien ; Irène Bakal : pharmacienne ; Anne Baron : pharmacienne ; Françoise Beaunier-Daligault : pharmacienne ; Catherine Boyer : pharmacienne ; Patricia Daligault : pharmacienne ; Damien Galtier : diététicien ; Emilie Lecorps : pharmacienne ; Aude Lepoutre : gastro-entérologue ; Philippe Lesieur : psychiatre ; Mme Maury : pharmacienne ; Marguerite Mouilleseaux : pharmacienne ; Elizabeth Muller : pharmacienne ; Pascal Poncelet : cardiologue ; Sylvie Rosenzweig : pharmacienne (réseau douleur-soins palliatifs) ; Gilles Traisnel : cardiologue ; Mr Vanpoulle : pharmacien.

4 • PHARMA N°107 • DÉCEMBRE 2013

ACTUALITÉ 6 Actus Les faits marquants du monde officinal 12 Entretien Christian Babusiaux, président de l’IDS : « L’ouverture raisonnée des données de santé est une chance » 14 L’observatoire des pharmaciens Où en êtes-vous des entretiens pharmaceutiques ? 16 Reportage Entrez dans l’ère de la polysensorialité avec la pharmacie de l’Aquarius à Paris

40 Cas de comptoir Urgences à l’officine : êtes-vous au point sur les techniques de réanimation ? 43 Molécule au microscope Montelukast, nouvel arrivé parmi les molécules génériquées

GAMMES 45 Matériel et soins Petits et grands progrès technologiques appliqués à la diabétologie 48 Nouveaux produits Médicaments, conseil et parapharmacie, zoom sur les dernières innovations des laboratoires

RETROUVEZ LE BULLETIN D’ABONNEMENT EN PAGE 10 Cette publication comporte deux cahiers : cahier 1 (52 pages) et cahier 2 « Spécial transactions » (4 pages). Piqué en cahier central de la revue : préprogramme des 7es Rencontres de l’officine (8 pages). Assemblés à cette publication : une invitation aux 7es Rencontres de l’officine (2 pages) et deux bulletins d’abonnement (2 et 4 pages). En couverture : © D.R.


ACTUALITÉ PROFESSION

télex

26e JOURNÉE DE L’ORDRE

« La coupe d’Hygie est pleine » pour Isabelle Adenot « Une profession en pleine dépression générale », « des pharmaciens stigmatisés, méprisés », « un climat difficile  ». Isabelle Adenot, présidente de Conseil national de l’ordre des pharmaciens (Cnop), n’a pas mâché ses mots lors de son intervention à la 26e Journée de l’Ordre. « Chaque pharmacien, jeune ou vieux, a le sentiment que le sol se dérobe sous ses pieds. L’un parce qu’il ne trouve pas de travail. L’autre car il se bat pour défendre la pérennité de son entreprise. Celui-ci

539

C’est le nombre de médicaments en rupture de stock selon les derniers relevés du logiciel DP-rupture de l’ordre des pharmaciens. L’ANSM n’avait pour sa part recensé que 45 spécialités manquantes.

parce qu’il est en proie au doute identitaire. Celuilà enfin parce qu’il se sent stigmatisé. » La présidente s’est également inquiétée de l’évaporation des diplômes et du manque d’attrait des étudiants pour le métier. « Aujourd’hui, près de 10 000 pharmaciens ont plus de 63 ans. Dans quelques années, cette génération passera le relais. Or, que constatet-on ? Un quart des jeunes diplômés n’exerceront pas. C’est dramatique pour l’avenir de la profession. » L’Ordre va s’atteler à cette question en diffusant prochainement à l’ensemble des jeunes pharmaciens (30-40 ans) un questionnaire. Les réponses recueillies serviront de feuille de route pour les prochaines années. Malgré l’absence de Marisol Touraine, Isabelle Adenot a tenu à mentionner les efforts réalisés pour se préparer aux «  nécessaires évolutions structurelles et économiques du métier.  » Ces derniers s’inscrivent dans la stratégie nationale de santé présentée en septembre par la ministre de la Santé pour combattre les inégalités de santé et d’accès au système de soins, et adapter notre système de santé aux besoins des patients (vieillissement de la population, développement des maladies chroniques, diversification des risques sanitaires…). •

26 000

C’est le nombre de brochures et fiches d’information sur les missions de santé publique, dépistage, prévention et soins de premier recours qui ont été commandées sur le site du Cespharm ces six derniers mois.

ENQUÊTE DE L’ANEPF

Manque d’encadrement, choix par défaut… la Paces au crible Lancée cet été par l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (Anepf ) à destination des étudiants de deuxième et troisième années, l’enquête nationale livre ses premiers résultats. Réalisée auprès d’un panel de 2 600 personnes, elle révèle que la filière pharmacie est souvent considérée comme un choix par défaut au sein de la première année commune aux études de santé (Paces). Ainsi, en 2012, un tiers des étudiants n’avaient pas pour premier choix pharmacie. Pour l’Anepf, «  la Paces a encouragé les stratégies de choix

6 • PHARMA N°107 • DÉCEMBRE 2013

au détriment de la motivation et de l’intérêt pour la filière ». Un phénomène également lié à un manque d’information sur la filière pharmacie. En effet, 90 % des sondés considèrent que les informations relatives aux études et au métier de la pharmacie ne sont pas suffisantes. Enfin, l’enquête a pris le pouls des stages officinaux et souligne par exemple qu’encore un quart des étudiants ne se sentent pas encadrés lors du stage d’initiation. Pire, à l’issue de leur stage, 60 % des personnes interrogées souhaitent se réorienter. •

DPC : plus de visibilité pour les formations Les professionnels de soins primaires (médecins, pharmaciens, infirmiers, kinés, dentistes…) manquent de visibilité sur les formations pluriprofessionnelles proposées dans le cadre du DPC… et le font savoir. « Aujourd’hui, le DPC, par sa lourdeur, ses contraintes administratives et juridiques et son absence de lisibilité, ne permet pas d’accompagner le développement de ces équipes de proximité », constatent sept syndicats, dont l’USPO. L’État a généré un dispositif qu’il ne maîtrise plus, ni dans sa finalité, ni dans ses objectifs, ni dans son pilotage. Ces formations doivent devenir une priorité et bénéficier de financements adéquats ». Art 50 toujours commercialisé L’agence européenne du médicament a publié la recommandation du Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac) de suspendre les AMM de médicaments à base de diacéréine dans l’Union européenne. Les laboratoires Negma font savoir qu’ils vont former un recours auprès du Prac et qu’en attendant la commercialisation d’Art 50 continue. Les 25 ans de Népenthès 500 congressistes, 1 000 participants et 50 laboratoires partenaires réunis à Monaco. Pour ses 25 ans, Népenthès a vu grand. Le groupement entend poursuivre son développement, avec le renforcement de l’activité grossiste interne (ouverture de deux platesformes), la mise en place d’un nouveau site Internet, et le doublement du nombre d’enseignes d’ici à 2017 pour atteindre le nombre de 700. Faux médicaments : l’Iracm s’engage en Afrique Les 22 et 23 novembre, l’Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments et la Fondation TattaliIyali, présidée par le Dr Lalla Malika Issoufou Mahamadou, Première dame du Niger, ont organisé à Niamey une réunion des Premières dames africaines pour lutter contre les faux médicaments. Objectif : développer un programme régional de formation des policiers et douaniers, travailler sur une meilleure utilisation des lois et traités et initier un programme de prévention à destination des populations.


ACTUALITÉ PROFESSION

TEVA

Améliorer l’observance chez les personnes âgées, une priorité C’est l’un des principaux enseignements de la crise du furosémide. Comment améliorer l’observance des personnes âgées sous polymédication ? Selon un panel de 250 études internationales, 10 % des hospitalisations chez les plus de 70 ans sont dues à des erreurs d’observance. La plupart des études démontrent également qu’un bon niveau d’observance (80 %) est rarement atteint. Illustration avec les traitements antidiabétiques ou cardio-vasculaires, où seuls 59 % des patients atteignent le seuil de 80 % de jours de traitement sur douze mois. Ce constat a incité les laboratoires Teva à réunir un groupe d’experts constitué de médecins, pharmaciens, Il a dit…

psychologues, chercheurs et représentants d’association de patients. Ceux-ci ont déjà identifié trois thématiques : la perception du médicament chez la personne âgée polymédiquée, l’acquisition d’informations par le patient tout au long de son parcours thérapeutique et l’amélioration du médicament (forme, couleur, notice, packaging…). Parallèlement, Teva lancera début 2014 une enquête sur ce sujet auprès de 1 000 pharmacies ainsi qu’une liste de quinze conseils pratiques pour bien prendre ses médicaments destinés aux patients. Enfin, Teva milite pour la création d’un module « Observance » au sein du programme d’entretien pharmaceutique. •

Spécial VIes Rencontres de l’USPO

Nous demandons simplement de remettre au même niveau le parcours de médication officinale avec le parcours “classique” – médecin, prescription, remboursement. S’il choisit le parcours de médication officinale, le patient ne doit pas être pénalisé financièrement.

50

C’est le pourcentage de Français qui estiment que la surconsommation de médicaments n’est pas liée à notre système de remboursement généreux (42 % ont répondu « non » et 10 % « ne sait pas ») selon l’Observatoire de la santé Le FigaroWeber Shandwick.

43

C’est le pourcentage d’étudiants en Paces qui ne connaissent pas la diversité des métiers de pharmacien avant de faire leur choix, selon l’étude menée par l’Anepf auprès de 2 600 étudiants en deuxième et troisième années de pharmacie.

Gilles Bonnefond, président de l’USPO

télex

CONGRÈS PHR

Le coup de gueule de Lucien Bennatan Au lendemain du congrès PHR de Marseille, Lucien Bennatan, président du groupement, nous livre son analyse de la situation. Tribune. « Les enjeux et conséquences d’une LFSS 2014, nous les connaissons mais ils méritent d’être rappelés : menaces sur les contrats de coopération, taxation du direct, dispensation à l’unité, substitution élargie aux biosimilaires, baisses des prix, donc répercussions sur les remises et les marges… Les préconisations de la Stratégie nationale de santé sont encore plus inquiétantes. Pas une fois, Madame Touraine ne parle du pharmacien, sauf en page 27 pour évoquer le tiers payant ! Par contre, l’organisation du parcours de soins, c’est le médecin généraliste, la prévention, c’est encore le médecin le pivot… Et pendant ce temps, le monopole s’étiole, les négociations sur le nouveau mode de rémunération sont retardées et les menaces de la vente directe pèsent sur de trop nombreux confrères. Pour clore le chapitre des évolutions inquiétantes, le patient, est un ‘‘je sais tout’’ de plus en plus informé, modifiant son parcours d’achat et cible de nouvelles technologies marketing.

8 • PHARMA N°107 • DÉCEMBRE 2013

Bref des changements s’imposent : adaptation des officines, du point de vente et du métier. L’État providence ne peut plus pourvoir à la croissance de l’entreprise officinale, le pharmacien ne peut pas être prisonnier du modèle conventionnel, il ne peut bâtir son business model uniquement sur le réglementé et sur le garanti par l’État. Il faut très vite aboutir à la mise en place d’une nouvelle rémunération : les pharmacies étouffent, crèvent de ce retard, et il faut stopper cette lutte fratricide syndicale. Les solutions existent. Le chemin menant à la sortie de crise nécessite un nouvel élan, avec une offre adaptée aux mutations du marché et des contraintes économiques, aux exigences des usagers, aux nouveaux codes de consommation. Il faut par exemple très vite faire évoluer nos entreprises, conclure pour que le mode de rémunération soit majoritairement lié à des honoraires, lutter pour que l’enveloppe globale destinée à l’officine soit en progression et imposer notre point de vue sur le parcours de soins. Au-delà de l’amélioration du présent, nous devons organiser une pratique nouvelle. » •

Baisse des prix des préservatifs Pour inciter les jeunes à mieux se protéger et favoriser la contraception, Marisol Touraine a annoncé, lors de la Journée mondiale contre le sida, une baisse de la TVA de 7 à 5,5 % sur les préservatifs au 1er janvier 2014. « Je souhaite que les fabricants jouent le jeu en répercutant cette diminution. L’économie se chiffrera à dix ou vingt centimes d’euro par boîte », a indiqué la ministre de la Santé.

nomination Un Français à la tête de Takeda Christophe Weber, 47 ans et président de la division « vaccins » du groupe britannique GlaxoSmithKline (GSK), prend les rênes de Takeda, premier laboratoire japonais. Docteur en pharmacie et titulaire d’un master en finance de l’université de Lyon, il a occupé diverses fonctions au sein de GSK en Europe, aux États-Unis et dans la région Asie-Pacifique. Il a été P-DG de GSK France de 2003 à 2008.


CONVENTION ALPHEGA

Ils ont dit…

Le patient au cœur des débats La Principauté de Monaco accueillait les 28 et 29 novembre la 6e convention européenne Alphega Pharmacie. Intitulée « Passion for Patients », elle s’est focalisée sur la compréhension du patient à l’officine. Approche psychologique du patient/consommateur, marchés émergents et nouvelles opportunités, importance de la marque, communication… durant deux jours, tables rondes et ateliers ont permis d’identifier les leviers pour améliorer la qualité des soins. Le réseau des pharmacies indépendantes d’Alliance Boots a célébré ses nombreux et récents succès à l’occasion de cette manifestation biennale. Parmi eux, la signature du millième adhérent Alphega Pharmacie au Royaume-Uni et le changement d’identité visuelle des pharmacies de l’enseigne Kring-apotheek aux Pays-Bas, qui devient Alphega Pharmacie. Caitlin Sorrell, directrice d’Alphega Pharmacy Europe, a également tenu à saluer la mise en place des entretiens pharmaceutiques dans les officines françaises. 80 % des pharmacies Alphega ont réalisé un entretien

pharmaceutique AVK. Plus de 1 000 adhérents au réseau venus de huit pays européens y ont pris part. Le rapprochement de Walgreens avec Alliance Boots fut l’autre objet de toutes les attentions. Kermit Crawford, président de la division Pharmacie, santé et bien-être de Walgreens, est venu partager ses observations sur l’évolution du métier de pharmacien en Europe et aux États-Unis. •

LE SONDAGE PHARMA/CELTIPHARM La lutte contre l’antibiorésistance C’est une priorité aussi bien au niveau national qu’européen. Que pensez-vous des mesures envisagées ? • Êtes-vous favorable à l’expérimentation de la délivrance à l’unité

dans les pharmacies sur certains antibiotiques dits « critiques » ? OUI ................................................. 30 % NON ...................................................70 % • Jugez-vous nécessaire la création d’un référent sur les antibiotiques

dans tous les établissements, y compris les maisons de retraite ? OUI ................................................. 56 % NON .................................................. 44 %  tes-vous favorable à la limitation de la durée de prescription et de •Ê

délivrance de certains antibiotiques les plus générateurs de résistance ? OUI ................................................. 84 % NON ................................................... 16 % Êtes-vous pour l’utilisation des tests rapides d’orientation diagnostique (Trod) par les professionnels de santé, pour parvenir à une réduction importante des prescriptions inappropriées d’antibiotiques ? OUI ................................................. 89 % NON ....................................................11 % Jugez-vous utile le lancement d’une campagne à destination du grand public et des professionnels par l’Assurance maladie sur Internet ? OUI ................................................. 58 % NON ...................................................42 % Étude réalisée par le département gestion de call center de Celtipharm, sur un échantillon représentatif stratifié de 400 officines françaises sélectionnées dans sa base de données (du 21 au 27 novembre 2013).

Spécial

VIes Rencontres de l’USPO

Nous sommes 66 millions à vivre avec des aléas de santé qui nous conduisent chez le pharmacien. C’est souvent aux pharmaciens que nous exprimons une première demande et auprès d’eux que nous cherchons une orientation. C’est la santé de premier contact. Christian Saout, ex-président du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss)

Le taux de substitution des génériques est proche de 86 % en France. Il est comparable aux meilleurs taux dans le monde. Il n’y a plus de marges d’économies dans ce domaine. Vincent Bildstein, président

d’IMS Health France

Environ 72 % des Ehpad sont approvisionnés par des officines de ville. La réalité du terrain se situe là : comment améliorer le rôle du pharmacien dispensateur ou référent ? Philippe Verger, directeur adjoint du CHU de Limoges

100 968 C’est le nombre de salariés des entreprises du médicament en 2012. Selon les prévisions du LEEM, il devrait tomber à 98 844 à la fin 2013.

DÉCEMBRE 2013 • PHARMA N°107 • 9


ACTUALITÉ PROFESSION

BUDGET

télex

Le PLFSS 2014 adopté Sans surprise, l’Assemblée nationale a définitivement adopté le 3 décembre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 par une majorité de 316 voix contre 233. Repoussé deux fois par le Sénat, mais voté en dernière lecture par l’Assemblée nationale, le projet de loi comprend l’article 12bis (devenu article 13) sur la taxation des ventes directes auprès des officines et l’article 37 (renommé

article 46) sur l’expérimentation de la dispensation à l’unité. Dans un communiqué, l’Uspo regrette que l’article 12bis ait été « maintenu malgré les appels à sa suppression de plusieurs acteurs de la chaîne du médicament et la signature par plus de 8 000 pharmaciens de la pétition lancée par l’USPO et l’UNPF.  » Le syndicat renouvelle également son opposition à la dispensation à l’unité prévue par l’article 46.•

DPC aux Rencontres Lors des 7es Rencontres de l’officine, vous pourrez assister à une session validante pour votre développement professionnel continu (DPC) organisée par l’Utip : rendez-vous le lundi 10 février au Palais des Congrès de Paris. Inscriptions sur le site www.rencontresdel’officine.org

L’UNPF défend un honoraire lié à la prescription

Prévention du diabète Alors que 65 % des Français déclarent avoir déjà cherché à savoir s’ils étaient atteints de diabète, 40 % estiment être mal informés sur cette maladie. L’étude Ifop initiée par Novo Nordisk a mis à jour une réelle soif de connaissance dans le domaine, notamment autour de la prévention et de l’alimentation. Pour y répondre, Novo Nordisk propose un service en ligne, dédié à la nutrition : « Comment bien manger ? ». http://diabete.fr/commentbienmanger

Après les propositions de la FSPF et de l’USPO, voici le projet d’évolution de la rémunération de l’Union nationale des pharmacies de France (UNPF). Le syndicat propose la mise en place d’un honoraire couplé à une lettre clé, revalorisé tous les trois ans, qui ne serait lié « qu’à la prescription et rien qu’à la prescription  ». Soit un honoraire qui porterait sur 550 millions d’ordonnances. D’un montant d’un euro par ordonnance, il

Sacs plastiques taxés La LFSS 2010 prévoyait une taxe sur les sacs plastique à partir du 1er janvier 2014. Cette taxe ne s’applique pas aux sacs plastiques biodégradables, constitués d’un minimum de 40 % de matières végétales en masse. Son taux est fixé à 10 € par kg, soit à titre indicatif environ 6 centimes par sac. À noter toutefois, avant de faire des achats de gros volumes et en urgence : le décret d’application n’est toujours pas paru.

RÉMUNÉRATION

permettrait, selon l’UNPF, d’introduire 12,5 % d’honoraires dans la marge totale de l’officine, tout en la déconnectant de la marge dégressive lissée. Le financement (550 millions d’euros) serait assuré par les génériqueurs, qui verseraient cette somme à l’Assurance maladie, qui la réaffecterait aux pharmaciens au prorata des ordonnances traitées. Autre proposition : la création d’un honoraire supplémentaire sur les produits dont le PFHT est supérieur à 2 000 €. Il serait versé aux pharmaciens en échange d’informations relatives à la bonne observance et à la tolérance des traitements. •

 !

Offre d’abonnement à q M. q Mme Nom :��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Prénom : ��������������������������������������������������������������������������������������������������������� Adresse d’expédition : ������������������������������������������������������������������������������������ �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

À nous retourner accompagné de votre règlement à : Expressions Pharma • 2, rue de la Roquette • Passage du Cheval-Blanc • Cour de mai • 75 011 Paris • Tél. : 01 49 29 29 29 • Fax : 01 49 29 29 19 • E-mail : courrierpharma@expressiongroupe.fr

E-mail :������������������������������������������������������������������������������������������������������������

Règlement q Chèque à l’ordre d’Expressions Pharma q Carte bancaire n° : Expire le : Cryptogramme : Signature obligatoire

FEUILLETEZ LES REVUES SUR W W W.PHARMASITE.FR

Pharma 107

4 JE M’ABONNE À PHARMA (10 N OS) q Abonnement ...................................................75 e TTC q Étudiant (joindre photocopie de la carte d’étudiant)...........50 e TTC q Abonnement à l’étranger (10 nOS) q DOM TOM & Union européenne............................................ 88 e TTC q Étranger hors UE................................................................... 98 e TTC

Code postal : Ville : ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Tél. : _ _/_ _/_ _/_ _/_ _ Fax : _ _/_ _/_ _/_ _/_ _


L’OBSERVATOIRE DES PHARMACIENS

>> E  ntretiens pharmaceutiques, où en êtes-vous ? Après de longs mois d’attente, la parution, le 27 juin, de l’avenant n° 1 de la convention nationale a marqué le coup d’envoi des entretiens pharmaceutiques. Premier bilan six mois après… Par Olivier Valcke

TITULAIRES

ADJOINTS

• Depuis la parution du décret autorisant l’accompagnement des patients sous AVK, avez-vous mis en place des entretiens pharmaceutiques ?

La profession répond présent ! Enfin une nouvelle positive : les pharmaciens ont bien intégré ce nouveau service. 79 % des titulaires ont ainsi mis en place de tels entretiens dans leur officine. Mieux, plus de 20 % des pharmaciens, tous postes confondus, ont déjà reçu plus de dix patients. L’organisation de ces entretiens constitue un véritable enjeu de santé publique. Comme le rappelait le texte conventionnel, « plus d’un million de patients sont traités par des AVK. On estime que chaque année les accidents iatrogéniques liés à la consommation d’AVK sont responsables de 17 300 hospitalisations et de 4 000 décès, soit la première cause d’iatrogénie en France. »

1% 20%

79%

TITULAIRES

Oui

Non

PRÉPARATEURS

Sans réponse

• Si oui, combien de patients avez-vous déjà suivis ?

20%

20% 37%

35%

11% 12%

ADJOINTS

TITULAIRES 9%

10% 21% Entre 1 et 5

Entre 5 et 10

14 • PHARMA N°107 • DÉCEMBRE 2013

25% Entre 10 et 15

Plus de 15

Sans réponse


• Pour l’heure, proposez-vous uniquement des entretiens pour les patients traités par AVK ? 6%

Les AVK, une priorité En attendant les patients asthmatiques, les pharmaciens se concentrent à 86 % sur le suivi des patients sous AVK. Dans les rares cas où ils diversifient leurs entretiens, c’est vers les diabétiques qu’ils s’orientent en priorité. 16 % déclarent ainsi suivre des personnes diabétiques et seulement 12 % prendre en charge les asthmatiques.

8%

86%

TITULAIRES

Oui

Non

Sans réponse

• Globalement, vous diriez que les patients suivis… 6%

TÉMOIGNAGES

7% 12%

20%

48%

4%

2% 6%

56%

2%

ADJOINTS

TITULAIRES 19% 18%

Adhèrent au projet

Sont intrigués

Demandent en priorité si c’est payant

Sont méfiants

Sans réponse

N’en voient pas vraiment l’intérêt

50 % des patients adhèrent au projet Ce n’est pas encore la mobilisation générale, mais six mois après le lancement des entretiens pharmaceutiques, une petite majorité de patients sous AVK adhère au projet. C’est au niveau de l’information que le bât semble blesser. Dans un sondage Ifop réalisé pour le groupe PHR, à la question « Quels services en officine répondraient le plus à vos besoins ? », seuls 19 % des Français citaient les entretiens pharmaceutiques en tête à tête dans un espace de confidentialité. A contrario, 48 % répondaient des conseils d’hygiène et de mode de vie.

Méthodologie : 126 titulaires, 57 adjoints et 10 préparateurs interrogés entre le 21 octobre et le 8 novembre 2013.

« Ces entretiens ne peuvent trouver un intérêt que pour les nouveaux patients. Une personne qui, depuis vingt ans, fait ses prises de sang et gère avec son médecin un dosage stable ne voit pas l’utilité de ces rendez-vous. » Titulaire en Vendée (85) « C’est vraiment de la connerie ! Il n’y a pas d’argent pour rembourser correctement les médicaments et il y a des gens assez idiots pour croire qu’il y en aura pour nous payer des entretiens pharmaceutiques !  » Titulaire dans les Côtes-d’Armor (22) « Démarche très bien reçue par les patients. Tous ont plus ou moins à apprendre sur leur maladie, leur traitement. Sur plus d’une vingtaine de personnes contactées, un seul avait déjà son carnet de suivi de l’INR... » Titulaire dans les Deux-Sèvres (79) « J’étais très réticente à mettre en place ces entretiens... A-t-on vraiment le choix ? Et j’ai complètement changé d’avis : j’y trouve un réel intérêt pour moi et mes patients car je suis surprise de leur faible degré d’information. » Titulaire dans le Cantal (15) « La mission de conseil a toujours fait partie de notre métier... et elle était gratuite ! Plutôt que de ‘‘valoriser’’ le conseil du pharmacien de façon aberrante, nos élus auraient mieux fait de remonter un peu nos marges ! » Titulaire dans le Var (83)

EN PARTENARIAT AVEC


MOLÉCULE AU MICROSCOPE

Montelukast, antiasmathique systémique Tombé dans le domaine public cette année, le Singulair représente un beau potentiel de substitution. Pharma fait le point sur cette molécule. Princeps : Singulair Présentations : Comprimés pelliculés à 10 mg, comprimés à croquer 5 mg et 4 mg,

sachets-doses de granulés dosés à 4  mg

HO CL

O

N

SMR important ASMR V (nulle) pour les sachets de poudre à 4 mg et les comprimés à 10 mg, ASMR IV (mineure) pour les comprimés à croquer 5 mg Liste I, remboursable à 65 % à partir de l’âge de 2 ans Prix : 27,87 € pour les princeps, 16,89 €

HO H3C

pour la plupart des génériques 1 Indications

4

Le montelukast est indiqué en traitement additif chez les patients présentant un asthme persistant léger à modéré insuffisamment contrôlé par corticothérapie inhalée et chez qui les bêta-2 mimétiques à action immédiate et de courte durée administrés à la demande n’apportent pas un contrôle clinique suffisant de l’asthme. Il est également préconisé en traitement préventif de l’asthme induit par l’effort, et peut apporter un soulagement symptomatique de la rhinite allergique saisonnière. 2

3

Posologie

Chez l’adulte et l’adolescent de 15 ans et plus, asthmatique, avec ou sans rhinite allergique saisonnière associée, la posologie préconisée est de 1 comprimé à 10 mg par jour. Chez l’enfant de 6 mois à 5 ans, elle est de 1 sachet de granulés à 4 mg par jour. De 2 à 5 ans, elle est de 1 comprimé à croquer à 4 mg par jour. Enfin, de 6 à 14 ans, elle est de 1 comprimé à croquer à 5 mg par jour.

Associations courantes

Le montelukast peut être ajouté au traitement en cours lorsque la corticothérapie inhalée et l’utilisation d’un bêta-2 mimétique de courte durée d’action « à la demande » pour le traitement des symptômes n’apporte pas un contrôle suffisant des symptômes. Le traitement par Singulair ne doit pas se substituer brutalement à la corticothérapie par voie inhalée ; il est en revanche possible de diminuer la prise de bêta-2 mimétique à la demande dès qu’une réponse clinique au montelukast est observée.

Mode d’action

Le montelukast est un anti-asthmatique antileucotriène. Il est antagoniste des récepteurs aux cystéinyl-leucotriènes, qui sont des eicosanoïdes au puissant effet inflammatoire et interviennent dans la physiopathologie de l’asthme et de la rhinite allergique.

5

Repère Pas d’ajustement Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les sujets âgés, les sujets présentant une insuffisance rénale ou une insuffisance hépatique légère à modérée.

S

Effets indésirables

Céphalées et douleurs abdominales sont des effets indésirables qui sont apparus fréquemment lors des études cliniques. Les infections des voies aériennes supérieures ont également été très régulièrement rapportées, mais elles l’ont également été dans le groupe placebo. 6

Contre-indications

La seule contre-indication est l’hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients. 7

Interactions

Le montelukast est métabolisé par le CYP3A4. Par conséquent, la prudence est requise, en particulier chez les enfants, lors de l’administration

CH3

concomitante de montelukast et de médicaments inducteurs du CYP3A4 comme la phénytoïne, le phénobarbital et la rifampicine. 8

Grossesse et allaitement

Le montelukast ne doit être utilisé pendant la grossesse et l’allaitement que si nécessaire. 9

Conseils

Rappeler que le montelukast ne constitue pas un traitement de la crise d’asthme. S’assurer que la forme délivrée correspond à l’âge et aux capacités du patient. Concernant les comprimés à croquer, il convient de respecter un délai d’au moins une heure avant ou deux heures après la prise alimentaire. Quant aux granulés, ils peuvent être administrés dans la bouche ou mélangés avec une cuillère de nourriture, de préférence semi-liquide froide ou à température ambiante (compote de pommes, glace, carottes, riz…). Le sachet ne doit être ouvert qu’au moment de la prise. La dose complète de granulés doit ensuite être administrée dans les 15 minutes. Même si les granulés ne sont pas destinés à être dissous dans un liquide, des boissons peuvent être prises après. Ils peuvent être administrés sans tenir compte du moment de l’ingestion alimentaire. Rose Perrier, pharmacienne

DÉCEMBRE 2013 • PHARMA N°107 • 43


NOUVEAUX PRODUITS

>> Z  oom sur…

L’info des génériques

//////////////////////////

˕˕Actavis Kétoprofène L.P. 100 mg Boîte de 20 comprimés sécables à libération prolongée. Princeps : Profénid L.P.

SENSODYNE PRO-ÉMAIL

• Nouvelle gamme contre l’érosion dentaire • Dentifrices, bain de bouche et brosses à dents • Dentifrices dosés à 1 450 ppm de fluor • Brosses à dents souple et extra-souple • Filaments des brosses à dents montés sur coussin de gel • Bain de bouche sans alcool, goût menthe fraîche • Prix de vente moyens conseillés : autour de 4 € • GlaxoSmithKline Santé grand public

Lutter contre l’érosion dentaire De plus en plus fréquente, l’érosion dentaire

certaines règles. Ainsi, il est délétère de se laver les

reste inconnue d’environ un tiers des Français.

dents avec une brosse à poils durs, de façon très

Ce processus irréversible est dû majoritairement

appuyée, surtout si une prise d’aliments acides a

à l’attaque chimique des aliments acides.

fragilisé l’émail juste auparavant. Avec cette nouvelle

Fruits, jus de fruits, mais également sodas (leur

gamme, Sensodyne entend donner des outils aux

pH est de 2,6 environ), vin, tomates, boissons

personnes souffrant d’érosion dentaire avec deux

énergétiques… autant d’aliments et de boissons

dentifrices fluorés pour renforcer l’émail, un pH

dont le pH acide est responsable d’agressions sur

neutre et une formule peu abrasive (y compris dans

la couche protectrice de la dent. Les signes d’appel

la formule blancheur). Le bain de bouche sans

sont une perte d’émail avec transparence de la

alcool peut, lui, être utilisé quotidiennement et sa

dent, un aspect terne et une hypersensibilité

texture plus visqueuse permet d’augmenter le

dentaire. Le premier traitement consiste à limiter

temps de contact avec les dents. Il est de plus sans

les facteurs d’érosion, et à diminuer le temps de

rinçage. La gamme se complète de deux brosses

contact entre les éléments acides et la dent. Le

à dents, l’une souple et l’autre extra-souple, pour

grignotage de fruits et le sirotage de jus ou sodas

un brossage tout en douceur. Enfin, un site internet

sont à proscrire. L’hygiène bucco-dentaire est le

(www.proemail.fr) diffuse informations et conseils à

second facteur important, mais il doit respecter

destination du grand public.

˕˕Cristers Irbésartan 75 , 150 et 300 mg Boîtes de 30 et 90 comprimés pelliculés. Princeps : Aprovel ˕˕EG Atovaquone/proguanil 250 mg/100 mg Boîte de 12 comprimés pelliculés. Princeps : Malarone Galantamine L.P. 8, 16 et 24 mg Boîtes de 28 gélules à libération prolongée. Princeps : Reminyl L.P. ˕˕Mylan Efavirenz 600 mg Boîte de 30 comprimés pelliculés. Princeps : Sustiva Doxazosine L.P. 4 mg Boîte de 28 comprimés à libération prolongée. Princeps : Zoxan Doxylamine 15 mg (conseil) Boîte de 10 comprimés pelliculés sécables. Princeps : Donormyl

EN BREF…

//////////////////////////

Innovair peut désormais aussi être pris à la demande en traitement des symptômes de l’asthme à la place du traitement de secours – Biogaran conseil propose Flustimex (paracétamol, maléate de chlorphénamine, acide ascorbique) – Baume lèvre et papilles à l’arôme de banane chez Kadalys – Préparation pour Grog Vitaflor, au design délicieusement rétro – Nouvelles saveurs dans la gamme Bonne nuit de Babybio dont carotte-potimarron-riz ou légumes variés-blé – Nouveau goupillon 2 en 1 Dodie pour biberons à col large et fabriqué en France – Crème Premium Lierac en édition limitée noir mat et or – Nouveaux savons liquides extra-purs chez Roger et Gallet, et nouvelles crèmes mains et ongles au beurre de karité.

48 • PHARMA N°107 • DÉCEMBRE 2013


NODÉ P

SÉRUM7 RENEW

Antipelliculaires sur mesure

Cosmétique des peaux matures

Il est parfois difficile de conseiller un antipelliculaire adapté en plus au type de cheveux du client. Bioderma répond à cette problématique avec une gamme de cinq shampooings destinés à traiter les états pelliculaires légers ou modérés (pellicules sèches), et déclinés selon le type de cuir chevelu ou de cheveux : volumateur, normalisant, apaisant pour cuirs chevelus sensibles ou irrités, purifiant (cheveux à tendance grasse) et restructurant. Tous contiennent un noyau commun d’actifs : climbazole, piroctone olamine et acide salicylique.

Cette gamme Renew s’adresse aux peaux matures des femmes ménopausées pour contrer rides profondes, taches brunes, manque de fermeté, teint terne et sécheresse cutanée. À noter : comme pour les autres soins de jour de Boots, la crème de jour Renew propose en plus de ses actifs spécifiques une protection anti-UV A et B.

Flacons de 200 ml, ppc : 7,10 € Flacons de 400 ml, ppc : 10,10 € Bioderma

Sérum rénovateur total Crème de jour restructurante Crème de nuit réparatrice Sérum yeux nouveau contour Prix de vente indicatifs : de 25 à 39 € Boots Laboratories

ARKOVITAL ACIDE FOLIQUE Réflexe avant la grossesse

La vitamine B9 a fait la preuve de son efficacité dans la prévention des malformations chez le fœtus. C’est pourquoi la HAS préconise la supplémentation chez toutes les femmes avant la conception. Une recommandation peu suivie à l’heure actuelle : 25 % des femmes seulement la respectent. Arkovital lance donc ici une complémentation à conseiller sans réserve dès le désir de grossesse et pendant les huit semaines suivant la conception, à raison de 2 gélules par jour. Peut aussi être conseillé comme stimulant du système immunitaire, à raison de 1 gélule par jour.

Boîte de 45 gélules, ppc : 3,90 € Arkopharma

GYNOPHILUS GEL MOUSSANT

COMPAIR C801KD

TRIPHASIC VHT ATP INTENSIF

Lavant prébiotique

Pneumatique pédiatrique

Longue vie aux cheveux

Pour compléter l’action des capsules vaginales Gynophilus, Besins Healthcare propose un soin d’hygiène intime dédié aux femmes connaissant un épisode d’irritation vulvaire : pendant ou après une mycose vaginale, en cas de sécheresse vaginale, de démangeaisons ou de sensations d’inconfort. Un extrait de Curculigo orchoides, aux vertus apaisantes et régulatrices de pH, est associé à un oligosaccharide, prébiotique favorisant la présence d’une flore saprophyte bénéfique. À conseiller pour la toilette intime.

Ce nébuliseur inclut la technologie Virtual Valve Technology : la conception de la chambre de nébulisation permet l’ouverture et la fermeture d’une valve virtuelle suivant la respiration du patient, ceci afin d’améliorer le dépôt du médicament dans les poumons et de faciliter l’inhalation. La taille des particules est de 3 µm, le taux de nébulisation de 0,3 ml par minute et le volume résiduel de 0,7 ml. Poids plume (270 g), peu bruyant et au design attrayant, il peut être utilisé avec un masque adulte, enfant ou bébé.

La nouvelle génération de Triphasic incorpore tout simplement la source d’énergie des cellules, à savoir l’adénosine triphosphate ou ATP. À la clé, une triple action sur les cellules de la papille folliculaire : stimulation du facteur de croissance KGF, meilleur ancrage du cheveu par augmentation de transcription de la fibronectine, amélioration de la survie du bulbe pileux. À appliquer sur le cuir chevelu deux fois par semaine pendant un mois en phase intensive, puis une fois par semaine pendant deux mois.

Flacon de 200 ml, ppc : NC Besins Healthcare

CompAir C801KD, pvp : de 85 à 100 € HT Kit de nébulisation enfant : de 12,93 à 18 € Omron

Coffret de 8 flaconnettes de 5,5 ml Ppc : 49,90 € René Furterer

DÉCEMBRE 2013 • PHARMA N°107 • 49

Pharma107 flippharmagest  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you