__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

DISTRIBUTION DE LA PRESSE NATIONALE

CITÉ INTERNATIONALE DES ARTS DU CIRQUE

Après près d'un an de lutte, les ex-salariés de la SAD ont signé, mi-avril, un bail pour de nouveaux locaux industriels situés sur la commune de Chaponost. Ils vont enfin pouvoir reprendre officiellement la distribution de la presse nationale. Et ce, sous une nouvelle bannière : une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), baptisée "Oyé ! Distribution". PAGE 5

La Métropole de Lyon a acté le projet de construction, au Grand Parilly, de la Cité internationale des arts du cirque, sur une superficie estimée entre 7 000 et 10 000 m2. L'association qui le porte réunit l’école de cirque de Lyon, actuellement située à Ménival, et la compagnie MPTA (Les mains, les pieds et la tête aussi).

Vénissieux en piste

PHOTO RAPHAËL BERT

“Oyé”, enfin la victoire

PAGE 12

N° 709 du 21 avril au 4 mai 2021

www.expressions-venissieux.fr

Vénissieux, terre de Jeux

COVID-19

Un contexte anxiogène qui touche les enfants P. 3

PROCÈS DE L'AMIANTE

La justice retient Forte du label “Ville active et sportive”, Vénissieux rejoint la communauté l'individualisation "Terre de Jeux 2024". La ville va pouvoir faire vivre des émotions uniques des plaintes P. 4 aux habitants, en lien avec les olympiades Paris 2024. PAGE 16

TERRITOIRE ZÉRO CHÔMEUR

Des promesses, mais des interrogations

PHOTO RAPHAËL BERT

P. 9 à 11

Le conseil municipal de Vénissieux a validé l'adhésion de la ville à l'association Territoire zéro chômeur de longue durée. Que peut-on attendre de ce dispositif ?


ACTUS

2

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

VACCIN

ÉPIDÉMIE DE COVID

Vite, trouver sa dose

Retour en classe pour les plus jeunes

Deux sites internet recensent les doses de vaccins au Covid-19 disponibles autour de chez vous. Ces outils, indépendants et gratuits, connaissent un véritable succès et sont devenus indispensables.

Le 26 avril prochain, les enfants

mune. Ainsi entre le 6 et le 9 avril

mentaires vont retrouver le che-

ont été accueillis chaque jour de

des classes maternelles et élémin de l’école, après quinze

jours de vacances précédés

d’une semaine d’école à distance.

Pour les collégiens et les lycéens,

la scolarité à distance reprendra pour une semaine, le président

de la République ayant évoqué pour eux un retour en classe dès

le lundi 3 mai. Il faut espérer que le dispositif “École à la maison”

fonctionne correctement afin que chaque élève puisse suivre les cours dans de bonnes conditions : ce qui fut loin d'être le cas entre le 6 le 10 avril, les ensei-

gnants et les élèves ayant dû faire face à de nombreuses diffi-

cultés entre lenteurs et bugs techniques.

PHOTO M-F.P.

Pendant la fermeture des écoles,

T

les enfants de personnels priori-

À Vénissieux, l’offre monte en puissance. Depuis la mi-avril, le centre de vaccination installé dans la salle Joliot-Curie reçoit chaque semaine quelque 1 500 doses. rouver un rendez-vous

site internet en mars 2020,

D’un autre côté, on retrouve

cela peut vite devenir un

chiffres de la pandémie avec,

médecin et deux développeurs

pour se faire vacciner,

casse-tête et il faut être sur tous

les fronts pour réussir à en bénéficier. Pour faciliter l’accès à ces

doses, deux sites mettent à disposition des outils très simples

d’utilisation. Deux plateformes

indépendantes et gratuites, qui rencontrent déjà un véritable succès.

Guillaume Rozier est aujourd’hui une référence en matière

de Covid. C’est lui qui a lancé un

“Covid Tracker”, qui recense les

entre autres, les taux d’incidence, les tensions hospitalières

ou encore le nombre de nouvelles

niveaux

contaminations mondial,

aux

national,

régional, et même départemental. Il y a peu, l’ingénieur en

informatique a présenté un nouvel outil sur son site nommé “Vite ma dose !”.

EVITER LES GASPILLAGES

Face à la difficulté de nombreux

Français à trouver un créneau libre de vaccination, il a choisi de centraliser les rendez-vous

disponibles par département,

sous réserve bien sûr d’éligibilité.

Avec “Vite ma dose !”, les intéressés peuvent retrouver tous les rendez-vous proposés par les sites Doctolib, Maiia, Keldoc et

PHOTO RAPHAËL BERT

Ordoclic, ce qui peut être d’une

grande aide. Mais comme le rappelle le site, “Vite Ma Dose ! n'est

pas un outil officiel, n'est pas exhaustif et ne remplace pas une recherche manuelle”.

“Covidliste”. Ce site, créé par un informatiques, est ouvert à tous

les Français volontaires, contrairement à “Vite ma dose !”. Il n’y a donc pas besoin de faire partie

des personnes éligibles à la vaccination. Il suffit de s’inscrire en indiquant son nom, prénom, numéro de téléphone et son

adresse. La personne rejoint alors une liste et devra attendre

d’être contactée par SMS. On lui communiquera un horaire et un centre de vaccination où elle pourra se rendre.

Le but de “Covidliste” est d’éviter tout gaspillage dans les doses

de vaccins. Avec cette méthode,

si un rendez-vous est annulé ou s’il y a un surplus de sérum dans

les flacons, il peut alors être utilisé et aucune dose n’est gâchée.

Ce site rencontre un énorme succès puisque plus de 400 000 vo-

lontaires se sont déjà inscrits, en seulement quelques jours.

g

POUTCHIE GONZALES WWW. COVIDTRACKER . FR / VITEMADOSE ET WWW. COVIDLISTE . COM

taires ont été admis dans sept groupes scolaires de la com-

ce sont environ 150 enfants qui

la maternelle au CM2. Ce dispo-

sitif d’accueil a été maintenu pendant les vacances pour environ 200 enfants. Une vingtaine

de tout-petits ont été admis dans

deux crèches : Musicaline et Carrousel.

Concernant l'épidémie, elle reste

stable, en plateau haut. Selon

l’Agence régionale de santé, 3 821 patients étaient hospitalisés dans notre région à la date

du 17 avril , dont 681 en réani-

mation. Le taux d’incidence à Lyon baisse très légèrement passant de 569 début avril à 466 le 15 avril En matière de vaccina-

tion, plus de 17 % des habitants du Rhône ont reçu une première injection. Dans les EHPAD, 99 %

des résidents ont reçu la pre-

mière dose, et 70 % la seconde. g

M.F.

"PAS DE PROFIT SUR LA PANDÉMIE"

Michèle Picard soutient l'initiative européenne À Vénissieux, la vaccination

un million de signatures avant

centre de la salle Joliot-Curie,

147 590 signatures avaient été

avance. L'ouverture mi-mars du avec trois lignes de vaccination

disponibles, a permis de changer d'échelle. Depuis le 12 avril, 1500 doses sont livrées chaque

semaine. Si la campagne progresse dans notre commune et plus globalement en France, en

Europe et dans les pays développés, c'est loin d'être le cas dans le reste du monde.

Afin que “la Commission européenne prenne des mesures pour

faire des vaccins et des traitements anti-pandémiques un bien

public mondial, librement accessible à tous”, 225 réseaux et organisations ont lancé une Initiative

citoyenne européenne (ICE).

Pour qu'elle soit officiellement prise en compte, elle doit obtenir

le 1er mai. Ce mardi 20 avril, recueillies.

En amont du dernier conseil

municipal, Michèle Picard a

indiqué qu'elle soutenait personnellement cette initiative.

“La mise en concurrence des vaccins au pays le plus offrant ou

encore le blocage des exportations ne sont pas acceptables, at-elle précisé devant les élus

vénissians. La coopération doit

être développée au niveau mondial en mobilisant toutes les

capacités de production nécessaires et en remettant les vaccins et traitements sous contrôle public.” g

G.L. POUR SIGNER L'INITIATIVE, SE RENDRE SUR HTTPS://NOPROFITONPANDEMIC.EU/FR/


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

3

SANTÉ

Les effets délétères des confinements sur les enfants

L

Selon les professionnels de santé, la pandémie de Covid-19 est source d’anxiété, de stress et de troubles de l’apprentissage chez les plus petits. Rencontre avec Camille Christou, psychologue au Point accueil écoute familles (PAEF) de Vénissieux. es spécialistes notent de manière générale une aug-

À SAVOIR

mentation des pathologies

psychiatriques dans la population,

Le Point accueil écoute familles (PAEF), propose un accompagnement psychosocial des enfants vénissians et leur famille rencontrant des difficultés (scolaires ou familiales, guidance parentale, problèmes de santé, isolement). Il accueille les enfants âgés de 0 à 11 ans et leur entourage. Permanences : 19, rue VictorHugo, le mardi de 16h15 à 19h30 et le mercredi de 9h30 à 18h30. Rendez-vous auprèsdu service d’hygiène et de santé de la mairie au 04 72 21 44 10. Pour les 12 à 25 ans en souffrance psychosociale et leur entourage, le Point accueil écoute jeunes (PAEJ) propose un accompagnement sur rendezvous, au 06 23 97 83 04, dans les mêmes locaux que le PAEF.

des symptômes de dépression aux troubles anxieux sévères. Les prin-

cipaux concernés sont les soi-

gnants épuisés, les personnes

isolées ou encore celles ayant

affronté un deuil brutal. Mais aussi les plus jeunes. Au début de l’épi-

démie, quand les scientifiques ne

connaissaient pas encore le rôle

des enfants dans la propagation du virus, on les a beaucoup culpabili-

sés. Ils se sont inquiétés de trans-

et leurs grands-parents. On s’est

aussi rendu compte que le téléenseignement, qui n’est pas du tout

adapté aux enfants en difficulté, a engendré des situations explosives dans les familles : les enfants

voyant leurs parents comme des enseignants de plus.

ANXIÉTÉ, TROUBLES DU SOMMEIL ET DE L’ALIMENTATION

Depuis mars 2020, toutes les équipes médicales ont constaté une

augmentation du stress et des

pathologies enfantines. Camille

Christou, psychologue au PAEF (Point accueil écoute familles) à Vénissieux, l’observe lors de ses

consultations : “Nous faisons face à une augmentation des troubles du comportement (anxiété, troubles du sommeil, de l’alimentation) et d’ap-

prentissage”. Par rapport au mal-

être des enfants, le Covid a joué un

PHOTO RAPHAËL BERT

mettre le Covid-19 à leurs parents

sentes des violences, peut dévelop-

ses proches. Les parents ont perdu

montre optimiste : “Les enfants

est nécessaire de prendre soin de

importants”. En revanche, les

imaginatifs et créatifs. Parfois en

dialogue proposé par les adultes,

hésiter à consulter. Être humain

per des troubles anxieux encore plus enfants mal à l’aise à l’école ont pu apprécier le confinement. “Ils étaient rassurés à la maison. Certains ont eu énormément de difficul-

tés à retourner en classe, par peur du virus.” Concernant les appren-

tissages, les parents ont parfois

pées des difficultés relationnelles avec les fratries.

À celles-ci, s’ajoutent les violences

intrafamiliales : “Un enfant confiné qui vit dans une famille où sont pré-

ont une capacité d’adaptation. Pour prendre soin d’un enfant, il

c’est accepter d’être faillible”. g

MICHÈLE FEUILLET

CONSEIL LOCAL DE SANTÉ MENTALE Fruit d’un partenariat entre les

talité, à l’isolement, à la perte de

familiales et de couples, l’isole-

de baisser les exigences, le risque

et l’Association recherche han-

confondues.”

cultés financières.” Les psycho-

vraies tensions. Je leur demandais étant de s’énerver contre l’enfant.”

UN CONTEXTE ANXIOGÈNE

gène pour les enfants. “Si les

certaines familles se sont dévelop-

Cependant, Camille Christou se

ils surmonteront cette épreuve. Ils

être de super profs. Ce qui créait de

confinement, les parents ont voulu

soucis financiers, une présence ont été néfastes à l’enfant”. Dans

d’ailleurs l’ont bien compris.”

soi. En cas de besoin, il ne faut pas

Écouter pour orienter

Difficile de séparer les mesures de

devant les écrans trop importante,

panne, on peut les y aider. Certains

vont remonter la pente et grâce au

baissé les bras. “Dès le premier

rôle déclencheur : “La précarité des

familles, les logements exigus, les

des habitudes, il faut qu’ils soient

confinement du contexte anxio-

parents et les adultes qui les entou-

rent ne sont pas rassurés, les enfants sont stressés. En cette

période, il est difficile de se projeter.

C’est pourquoi au PAEF, on met des

mots sur les choses. Il faut accepter d’exprimer ses émotions : la peur,

la colère, la tristesse de ne pas voir

Villes de Saint-Fons, Vénissieux dicap et santé mentale (ARHM) rattachée au centre hospitalier

Saint-Jean-de-Dieu, le Conseil local de santé mentale (CLSM)

soutient et porte de nombreuses actions dont l’objectif est d’apporter une aide aux

habitants en mal-être. “Des réunions post-confinements ont été

organisées aux centres sociaux

lien social, toutes tranches d’âge

La Métropole, également partenaire du dispositif, organise par

ailleurs des permanences de

soutien pour celles et ceux qui présentent des difficultés en lien avec la pandémie et le

Covid. “De décembre 2020 à

février 2021, 32 personnes différentes y ont été accueillies pour 98 rendez-vous au total, précise

des Minguettes, indique Salomé

la coordinatrice. Elles ont solli-

Les Vénissians y ont fait part de

virus générant la crainte, l’an-

Cassé, coordinatrice du CLSM.

leurs difficultés liées à la paren-

cité ce point écoute du fait du

goisse, mais aussi les difficultés

ment, la perte d’emploi, les diffilogues sont en mesure d’orienter les demandeurs pour une prise en charge par d’autres professionnels de santé. g

M.F. POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC UN PSYCHOLOGUE : - MAISON DE LA MÉTROPOLE, 2 BIS AVENUE MARCELCACHIN , LE LUNDI (07 64 78 83 43) ET LE VENDREDI (07 64 78 83 39) - MAISON DE LA MÉTROPOLE, 3 BIS PLACE GRANDCLÉMENT, LE JEUDI (07 64 78 83 39) - OU PAR MAIL : POINT.ECOUTE.VENISSIEUX@GRANDLYON .COM


4

ACTUS

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

PROCÈS DE L'AMIANTE À RENAULT TRUCKS

VÉHICULES À HYDROGÈNE

La justice retient l'individualisation des plaintes

Symbio va équiper le premier utilitaire de série au monde C'est une première mondiale.

une autonomie supérieure à

taires de série du groupe Stel-

lement, ndlr) de trois minutes

Fin 2021, des véhicules utili-

Dans le dossier prud'homal qui opposait 1 200 salariés à Renault Trucks, le tribunal a choisi d’individualiser les décisions, et non de rendre un jugement global. Une décision “surprenante” et “pas à la hauteur”, selon l'APER.

lantis (Peugeot Expert, Citroën

Jumpy et Opel Vivaro), fonctionnant à l'hydrogène, seront commercialisés. Et c'est à Vénis-

sieux, dans l'unité de production de la société Symbio, située

sur l'ancienne implantation Bosch du boulevard Joliot-

Curie, que sera fabriquée la pile

à combustible de 45 kW, complétée par trois réservoirs d'hydrogène,

véhicules.

qui

équipera

les

Le système retenu par le groupe

Stellantis, baptisé "Mid-Power

Hydrogen Fuel Cell Zero Emission", repose sur l'association

hydrogène-électrique. "Réunis-

sant le meilleur des deux technologies, ces véhicules peuvent

se recharger à la fois en électricité et en hydrogène pour un plus ARCHIVES RAPHAËL BERT

grand confort d'utilisation, avec

E

400 km et un refueling (ravitailseulement", dans

presse.

un

détaille

Symbio

communiqué

de

"Avec Stellantis, nous collaborons pour offrir au marché le premier véhicule utilitaire zéro

émission répondant aux exigences de la production en série",

se félicite Philippe Rosier, président-directeur

général

de

Symbio. Avant de préciser que

"le site de Vénissieux permet de

produire immédiatement aux standards automobiles".

En 2023, l'entreprise déménagera à Saint-Fons, sur un site beau-

coup plus vaste, pour passer à "la production grande série". À l'ho-

rizon 2030, Symbio prévoit de produire 200000 systèmes hydro-

gène par an destinés à l'ensemble de l'industrie automobile. g

G.L.

INFO-COMMERCE

nviron 1 200 salariés de

nante, qui n’est pas à la hauteur”,

tées et 4 jugées irrecevables. Un

Charréard, petits commerces pour grands services

et RVI) — qui avaient

Réparer.

pour Jean-Paul Carret puisque,

Malgré une période peu pro-

la fermeture de la boulangerie

partout, tout comme les per-

velle enseigne Vival a trouvé sa

chose faite : le premier rayon

Au total, 474 plaignants ont été indemnisés alors que 665 plaintes ont été déboutées et 4 jugées irrecevables. Renault Trucks (ex Berliet

porté plainte contre le groupe pour préjudice d’anxiété après avoir été exposés à l’amiante sur

le site de Vénissieux de 1964 à 1996 — attendaient ce verdict

depuis plusieurs mois, voire plu-

sieurs années. Après de nombreux reports en raison de la

crise sanitaire, le tribunal des

Prud’hommes de Lyon a rendu

sa décision le 8 avril. Et celle-ci

pour l’association Prévenir et “On ne sait pas comment la juge a pris sa décision, commente

Jean-Paul Carret, président de

l’association APER. On a l’impression qu’ils ont relu la conclusion de Renault Trucks et qu’ils ont fait un copié-collé.”

JUSQU’À 10 000 EUROS D’INDEMNISATION

“La juge a décidé de dédommager

est loin de convenir aux plai-

seulement les employés de la fon-

reconnaissance globale pour les

poursuit-il. L’indemnisation a été

gnants, qui réclamaient une 1 200 dossiers.

En effet, le tribunal a choisi d’examiner les plaintes au cas par cas, ce qui avait été demandé

par l’avocate du constructeur de

véhicules industriels. Une décep-

tion et une décision “surpre-

derie et des autocars/autobus,

calculée en fonction de leur ancienneté, et peut aller jusqu’à 10 000

euros.

Les

autres

demandes ont pour la plupart été

déboutées.” Au total, 474 plaignants ont été indemnisés alors

que 665 plaintes ont été débou-

délibéré qui paraît étonnant selon lui, “l’amiante se trouvait sonnes malades”.

Mais pour le président de l’APER, il y a toutefois du positif à retenir

dans cette décision. “La direction a quand même été condamnée par

la juge. Elle a reconnu la culpabilité de l’employeur qui n’avait pas

respecté les règles et n’avait pas protégé ses salariés.”

Même s’il attend le retour de tous

les salariés concernés par la

plainte, Jean-Paul Carret n’entend pas s’arrêter là. Il prévoit

de se concerter avec les plaignants et de faire appel de certaines des décisions, notamment pour les employés déboutés. g

POUTCHIE GONZALES

pice au commerce, une nouplace début avril, au 41 de l'avenue

Jacques-Duclos,

à

quelques mètres du stade Laurent-Gérin.

La

marque

du

groupe Casino y propose désormais une épicerie d'appoint

appréciée par les habitants du quartier, qui s'évitent le centreville ou les queues de Carrefour

quand il manque du beurre, ou quelques repas.

légumes

pour

le

Lors de l'inauguration des

immeubles Novatio, au pied

desquels s'est installée l'épicerie, la mairie s'était engagée à réinstaller un point de vente de

pain dans un quartier qui en manquait cruellement depuis

de la rue Saint-Exupéry. C'est du Vival offre baguettes et croissants approvisionnés par

la boulangerie Sultan du boulevard Ambroise-Croizat. Épicerie et viennoiseries viennent ainsi rejoindre les services de

la pharmacie du Charréard, les

cabinets d’un médecin généraliste, d'un ostéopathe et de trois infirmiers. g


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

5

DISTRIBUTION DE LA PRESSE NATIONALE

Les ex-salariés de la SAD ont réussi à forcer le destin ! n signant, le jeudi 15 avril,

E

a essuyé plusieurs refus avant de

locaux industriels situés sur

durée dans le parc d'activités du

de la distribution de la presse natio-

aussi compliqué. Mais on nous

Après quasiment une année de lutte acharnée, les anciens salariés de la SAD vont pouvoir reprendre officiellement la distribution de la presse nationale via une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC), baptisée "Oyé ! Distribution". pouvoir signer ce bail de longue

un bail pour de nouveaux

Dôme, à Chaponost. Si la Métropole

la commune de Chaponost, les ex-

ou la Région avaient clairement

salariés de la SAD ont franchi le der-

porté le projet, ça n'aurait pas été

nier écueil vers la reprise officielle

demandait en quelque sorte de faire

nale dans la région. Le déménage-

nos preuves en trouvant un nouveau

ment du matériel depuis les locaux

point de chute. Ce qui est quand

de la rue Sentuc, à Vénissieux, se

même choquant car ce n'est pas un

fera dans les toutes prochaines

projet privé, il s'agit de faire vivre la

semaines. Puis la Société coopéra-

distribution de la presse nationale

tive d'intérêt collectif (SCIC) “Oyé!

dans la région, une activité qui revêt

Distribution” verra le jour. Elle

un intérêt démocratique majeur. Eh

prendra le relais de la régie provi-

bien maintenant, c'est fait!"

soire “Distribue & vous”, que les

La Métropole, les Villes de Vénis-

salariés avaient créée au printemps

sieux et de Saint-Priest devraient

2020, suite à la liquidation de leur

délibérer prochainement pour

PHOTO RAPHAËL BERT

entreprise (filiale de Presstalis),

acter leur prise de participation

pour permettre aux journaux de

dans “Oyé ! Distribution”. “Nous

retrouver le chemin des kiosques

appelons toutes les autres collecti-

après six semaines d'interruption, sauvant au passage 41 emplois.

Cette victoire qui conclut une année

Cette victoire qui conclut une année de lutte acharnée, les ex-SAD ne la doivent qu'à eux-mêmes.

de lutte acharnée, les ex-SAD ne la

riales et acteurs privés du secteur

trer dans cette aventure collective

quitter le site de la rue Sentuc, ils

le soutien de la Ville de Vénissieux

mier déclic: les Messageries lyon-

capitaux publics et privés.

procédure d'expulsion depuis le

doivent qu'à eux-mêmes — hormis

qui leur était d'emblée acquis. Un à un, ils ont levé les obstacles qui s'éle-

vaient sur leur route. En commen-

çant par occuper leurs locaux, puis

en multipliant les initiatives pour donner du crédit à leur projet, inter-

pellant élus, collectivités territo-

de la presse. En octobre 2020, pre-

naises de presse (MLP) acceptent

d'entrer au capital de la future SCIC

mixant participation des salariés,

10 mars, après une décision du tri-

bunal judiciaire rendue le 9 février.

"NOUS APPELONS

à hauteur de 4 %. Un mois plus tard,

TOUTES LES COLLECTIVITÉS

mettre 100000 euros dans le panier.

Mais les salariés butaient toujours

Saint-Priest qui s'est engagée à en-

Enjoints dès l'automne dernier de

la Métropole de Lyon promet de Plus récemment, c'est la Ville de

étaient même sous le coup d'une

“C'était l'ultime obstacle, et là encore

À NOUS REJOINDRE"

sur la question centrale des locaux.

on s'est débrouillé seuls, souligne entre joie et colère Guillaume

Dumoulin, délégué CGT et cheville ouvrière de ce combat épique. On

vités à en faire de même, ajoute Guil-

laume Dumoulin. En premier lieu

la Région Auvergne Rhône-Alpes, les villes de Lyon, Villeurbanne… Garantir de façon pérenne la distri-

bution de la presse dans la région

est un enjeu public, pour le débat démocratique, pour la liberté de la

presse, mais aussi pour soutenir les petits commerces diffuseurs de presse.” g

GILLES LULLA

INSERTION ET SENSIBILISATION

De jeunes Vénissians restaurent leur tour Pendant les vacances scolaires,

Et le résultat est impeccable. On

trong, est avant tout “d’intégrer les

sélectionnés pour repeindre le

dégradations qui marquaient la

prennent soin de leur habitation”,

bas de la façade extérieure de la tour

21,

sur

le

boulevard

Lénine. Nissoity a 16 ans. Elle a postulé au programme pour se “faire un peu d’argent de poche et

s’occuper pendant les vacances”. En effet, pour 20 heures de travail

réalisé, les jeunes sont rémunérés 140 euros en chèque vacances.

ne voit plus aucune trace des

tour. Keletigui, lui, a 21 ans et est

très fier de son travail : “Avant,

tout le bâtiment était dégradé

autour et maintenant c’est plus propre.”

Le but de cette opération, menée en collaboration avec le bailleur

Lyon Métropole Habitat (LMH), la

Ville et la Régie de quartier Arms-

jeunes et les sensibiliser pour qu’ils explique Laëtitia Lakhal de LMH.

Rafik Chergui, responsable des Chantiers Jeunes à la Ville de Vénissieux, se réjouit du dispositif : “Ce programme porte ses fruits. Le plus important ce n’est pas la qualité du travail mais leur comportement, je suis fier d’eux”. g

P.G.

PHOTO P.G.

six jeunes Vénissians ont été


6

ACTUS

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

LOGEMENT SOCIAL

SÉCURITÉ

Vers la réhabilitation des “Placettes"

Police municipale : 307 mises en fourrière en trois mois

La résidence dite “Les Placettes”,

“Même s'il y a eu quelques tra-

Gabriel-Rosset, aujourd'hui gé-

devenu une cité fantôme, estime

rée par le bailleur Lyon métro-

pole habitat (LMH), est située en

contrebas du pont Berliet, le long des voies de chemin de fer. Une trentaine de familles y occupent

un espace de vie en quête de

réhabilitation. “Ce ne sont pas que les façades et les volets qui sont à relooker”, s'indigne une

jeune femme qui, avec une quinzaine de voisins, a décidé d'exprimer son mécontentement. Et

d'énumérer les maux qui s'amplifient au fil des années : éclai-

rages extérieurs défectueux, toitures usées, aires de station-

nement insuffisantes, espaces

verts à l'abandon, d'autres trans-

formés en déchetterie et, en bout de résidence, des cheminements

boueux en temps de pluie.

vaux ces dernières années, c'est

notre interlocutrice. On se sent

délaissés. Dans les années quatre-

vingt, il y avait un gardien, on avait une petite salle de réunion

ou d'animation, il y avait même

une petite association de locataires, il y avait de la vie.”

Contacté par nos soins, Lyon

métropole habitat se veut rassurant. Le bailleur rappelle

qu'une somme de 10 000 euros a été débloquée l'an dernier

pour des travaux sur les chaudières individuelles gaz et les

bouches de VMC. Et surtout, il annonce un chantier à hauteur de 145 000 euros, cet été, pour

la remise en état de l'intégralité

des volets des pavillons, le nettoyage et démoussage des toitures, la révision des chéneaux, le remplacement des descentes

d'eaux pluviales ainsi que la

Au 1er trimestre, la police municipale a effectué une vingtaine d’interpellations pour défaut de permis de conduire, conduite en état d’ivresse ou refus d’obtempérer.

programme de 61 000 euros est

Le maire et son adjoint à la sécurité,

faut de permis de conduire,

dont 60 véhicules qui étaient sta-

pour la rénovation des éclai-

lièrement les chiffres de l’activité

d’obtempérer ; et deux autres pour

domaine privé.

réfection des auvents. Un autre prévu en 2022, notamment

rages extérieurs. Un cabinet

d'études a par ailleurs été mandaté pour réaliser un audit sur

l'ensemble des espaces extérieurs. Enfin, un devis est à PHOTO RAPHAËL BERT

PHOTO RAPHAËL BERT

ex-patrimoine de la SA d'HLM

l'étude pour des reprises ponctuelles de la chaussée et des

cheminements défectueux en temps de pluie. g

D.Y.

Jean-Maurice Gautin, publient régu-

de la police municipale. Voici les

résultats (non exhaustifs) obtenus

au cours du premier trimestre 2021. Dans le cadre du respect des mesures liées au contexte sanitaire,

près de 200 procès-verbaux ont été

établis pour non-port du masque ou non-respect du couvre-feu.

En matière de sécurité routière, on relève 20 interpellations pour dé-

conduite en état d’ivresse, refus conduite de deux-roues volés. Par

ailleurs, la police municipale a dressé 3718 procès-verbaux pour des infractions routières ou de sta-

tionnement, dont 1382 par le biais de la vidéo-verbalisation.

Concernant les autres interventions

sur voies et espaces publics, il faut

retenir en premier lieu le chiffre de 307 mises en fourrière de véhicules,

tionnés sans droit ni titre sur le On mentionnera enfin le chiffre de 87 évictions d’individus pour nui-

sances et tapages lors de visites de parties communes dans des rési-

dences de divers quartiers de la ville. Ainsi que 37 interpellations suivies d’une mise à disposition de

la police nationale, notamment pour infractions aux stupéfiants. g

G.L.

TRAVAUX

La place Ennemond-Romand en habits de printemps

et pavés, confirme l’un des chefs de

terrassement de la société NGE, qui

boucle le chantier. Fin avril, début

18 mois de travaux, la place Enne-

tie sud, sans oublier la création de

nue multi-espace avec deux aires de

fesseur-Roux et Ernest-Renan.

mond-Romand a fière allure, deve-

jeux pour ados et tout-petits, un mail

mai, tout devrait être achevé, hormis

traversant pour accéder au collège

devront attendre l’automne.”

Roux, une piste à bosses pour trotti-

quelques plantations basses qui Menée par la Métropole de Lyon, l'opération visait à “réunifier et redy-

namiser les espaces qui étaient jusque-là émiettés, tout en redimen-

sionnant voiries et carrefours.” Après

Balzac par la rue du Professeurnettes et vélos, la plantation de 80

arbres et d’espaces végétalisés,

l'aménagement d’une zone pour

boulistes, un nouvel agencement de l’espace dédié au marché sur la par-

bandes cyclables sur les rues Pro-

Initialement évalués à 1,6 million

d’euros, les travaux avoisinent au final les 2,5 millions, “pour un programme ambitieux qui va métamor-

phoser le cadre de vie des riverains

et usagers”, comme l’avait souligné le maire Michèle Picard au conseil de métropole de septembre 2018. g

D.Y.

PHOTO RAPHAËL BERT

“Il nous reste à poser enrobés, ghorr


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

7

MARCHÉ DES MINGUETTES

CONCERTATION

“Le tri effectué par les forains est efficace”

Une Métropole plus solidaire et plus verte? Donnez votre avis

Depuis la fin du mois d'octobre, les forains du marché des Minguettes sont priés de trier leurs déchets. Une initiative portée par la Métropole dont Jean-Maurice Gautin, adjoint au maire en charge des marchés, dresse un bilan positif.

Depuis que la nouvelle majorité “verte-rose-rouge” a pris les commandes de la Métropole

de Lyon, elle a déjà procédé à

deux modifications du Plan

local de l'urbanisme et de l'habitat (PLU-H), le principal document de planification. Une

troisième évolution, “plus marquante et plus marquée”, est en préparation. Elle donne lieu à

une concertation qui s'est

ouverte le 13 avril et se refer-

espaces extérieurs, les vues…

Quand on lit les nombreux

renouvelée du développement

mera le 20 mai.

objectifs poursuivis à travers cette modification n°3, on s'a-

perçoit qu'on est bien au-delà

d'une simple retouche adminis-

guettes. Quelques mois plus tard,

liore, aussi: 11 % des déchets étaient

Le matin, trois gros compacteurs

place le tri sur le marché des Minquel bilan en tirez-vous?

Notre satisfaction, c'est que les

forains est déjà efficace. Il s'amédéclassés au premier bilan réalisé.

forains s'y sont mis sans trop de pro-

- Et pour les déchets hors alimen-

peu compliqué au départ. Au 16 jan-

Les trois quarts des produits pou-

blèmes, même si cela a pu être un vier, c'est-à-dire au bout de trois mois et demi, le taux de remplissage

des bacs de bio-déchets s'affichait à

hauteur de 59 %, ce qui équivaut à 41 tonnes de fruits, légumes et fleurs, collectées et valorisées. Sur

un an, on arrive donc à un pronostic de 144 tonnes collectées.

- Est-ce un tri “efficace”?

Sur les 41 tonnes, on ne constate que

5% de déchets déclassés, ce qui

taire et fleurs?

vant être triés le sont. C'est bien, puisque cela représente en cumulé 45,7 tonnes de cartons, 27 tonnes de

cagettes en bois et 16 tonnes de tout-

venant. Sur un an, 148 tonnes de cartons, 88 tonnes de cagettes et 53tonnes de tout-venant sont anti-

cipées. On espère atteindre 90 à 95 % de produits triés. La Métropole, por-

teuse du projet, voudrait atteindre

100 %, mais il faut être raisonnable dans un premier temps.

forains s'organisent-ils ?

arrivent, mis à disposition par le groupe Pizzorno. Chaque forain

vient récupérer ses bacs et les

remplit au fur et à mesure de la journée. Un agent reste sur place

pour les accompagner et répondre aux questions, s'il y en a. Il y

a eu un gros travail pédagogique : les résultats sont bons, le

surnettoyage en fin de marché est en nette baisse. Les habitants peuvent se réapproprier plus

vite les lieux. Tout le monde est gagnant. g

Le dossier est consultable dans

favoriser le développement

pole et à l'hôtel de la Métropole

EN PRATIQUE

toutes les mairies de la Métro(rue du Lac dans le 3e), et sur

transports en commun ; maîtri-

jeparticipe.grandlyon.com

tions, leur taille, leur hauteur

avis ou formuler une proposi-

ser le rythme des construcet leur intégration dans les quartiers existants ; conserver

les espaces agricoles et naturels des secteurs jusque-là

dévolus aux extensions à vocation économique ; maintenir

l'activité économique dans le tissu urbain par la création de

secteur de mixité entre habitat et

artisanat ;

réserver

des

emprises pour les équipements publics répondant aux besoins

des habitants ; ou encore favo-

riser les approches bio-climatiques et le confort d'usage des constructions notamment sur

PROPOS RECUEILLIS PAR GREGORY MORIS

dien.

le rééquilibrage territorial en autour des gares et des axes de - Concrètement, comment les

implications sur notre quoti-

LA CONCERTATION

matière de logement social et

signifie que le tri effectué par les

métropolitain qui aura des

trative. Il s'agit — la liste n'est pas exhaustive — de : renforcer

- C'est à l'automne qu'a été mis en

Bref, une approche fortement

les matériaux, l'énergie, la taille

des

logements,

les

Il est possible de déposer un tion de modification du PLU-H :

- sur les cahiers mis à disposition en mairie et à l’hôtel de la Métropole,

- en ligne sur jeparticipe.grandlyon.com,

- par mail à concertationpluhmodification3@grandlyon.com,

- ou par courrier postal à la Métropole de Lyon.

Une réunion publique est à suivre le jeudi 6 mai, sous forme d'ate-

liers, à partir de 18h30, sur jepar-

ticipe.grandlyon.com. L'enquête

publique aura lieu à l'automne 2021 pour une approbation de la modification n°3 courant 2 022 g

G.L.


8

ACTUS

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

OFFRE PÉRISCOLAIRE

FRAC NUMÉRIQUE

Accueil du mercredi : le matin aussi

Des dons pour des projets locaux Elles sont contentes, Nahla et

Espoir du Soudan, pour sa part,

groupe Parent'thèse et la seconde

“avec leurs enfants”. “Certaines

Nour. La première représente le

l'association Espoir du Soudan.

Toutes deux, ce 8 avril, étaient au centre associatif Boris-Vian (CABV) pour recevoir des ordinateurs por-

tables et des tablettes, dans le

cadre du Frac numérique, des mains de Lucio Campanile et de

Corine Romeu, respectivement

président et directrice du CABV.

“Ces dons, précise Corine Romeu, ont été récupérés grâce à des fondations et des entreprises.”

“Nous sommes huit mamans, com-

mence Nahla, enseignante en reconversion, et nous voulons

PHOTO RAPHAËL BERT

aider la parentalité, mener des ate-

liers avec une conseillère familiale, Jalila Larhbali. Grâce à ces ordina-

teurs, le CABV nous accompagne,

Un sondage auprès des familles a montré la forte attente d’un accueil de loisirs, le mercredi en journée et en période scolaire. L’offre périscolaire va s’élargir à la

pensable de faire évoluer ce dispo-

1076 places sont d’ores et déjà pré-

le mercredi de 8 h30 à 17 h30 au

en effet de répondre à l’ensemble

à la journée. Comme pour la restau-

sein des maisons de l’enfance. Les

élus ont pris cette décision lors du conseil municipal du 6 avril. Actuel-

lement, la ville de Vénissieux pro-

pose aux familles d’enfants sco-

larisés dans les établissements publics ou privés, un accueil de loi-

sirs uniquement le mercredi aprèsmidi entre 13h30 et 17h30.

Depuis le retour de la semaine des quatre jours en classe, il était indis-

sitif. L’offre actuelle ne permet pas des besoins des parents. Un son-

dage mené auprès des familles a du reste clairement montré la forte

attente d’un accueil de loisirs le

mercredi en journée et en période scolaire.

Cet accueil sera mis en place dans les maisons de l’enfance et antennes périscolaires sur l’ensemble du ter-

ritoire dès septembre 2021. Il

inclura le déjeuner et le goûter.

vues: 464 à la demi-journée et 612

ser des activités ludiques à ses

élèves. Alors quand on lui a offert

Kosmopoli’t, il n’a pas hésité une seconde à partager cette découverte

avec sa classe de bac pro cuisine. Ce jeu interactif, créé par le labora-

toire de linguistique du CNRS de Lyon, invite les participants à se

glisser dans la peau d’un serveur, d’un maître d’hôtel et d’un cuisinier

mettra au cuisinier.

Avec ce jeu, le professeur a décou-

vert de nouveaux talents chez ses

élèves. “Certains ont de larges connaissances dans les langues étrangères, remarque Jean-Chris-

tophe Watelet, ils en comprennent

Nour se réjouit de ce don qui va permettre à ces dames de mieux

communiquer entre elles. Beau-

coup suivent au CABV des cours de français mais aussi de découverte et d'initiation aux outils numériques. “Nous faisons également

du

soutien

scolaire,

reprend Nour. C'est trop génial

de travailler avec le CABV et d'être ainsi soutenues.” g

subvention de la CAF.”

J-C.L.

de l’année 2021-2022 débuteront fin avril. g

M.F.

chir sur l’organisation des tâches temps de travail, le service, la com-

munication entre les différents métiers.

Le professeur envisage désormais de mettre Kosmopoli’t en applica-

tion au lycée Hélène-Boucher. “Les linguistes du laboratoire pourraient se faire passer pour des clients et

venir nous parler dans des langues étrangères, affirme-t-il, et ensuite on

quatre ou cinq. Plus tard, ils sont

pourrait mettre en pratique les nou-

c’est une sorte d’entraînement.” Mais

P.G.

voués à travailler avec des touristes,

femmes et des familles.”

Les inscriptions pour le périscolaire

dans la restauration comme le

au maître d’hôtel qui, lui, la trans-

formation sur les droits des

lassitude ou de décrochage.

Dans leur langue maternelle, ils

plateau a pris l’habitude de propo-

Emploi et le CIDFF, le centre d'in-

manifeste des signes récurrents de

Jean-Christophe Watelet, profes-

veur, qui la communiquera ensuite

avec des organismes tels que Pôle

notamment le mercredi, si l’enfant

ce jeu aide aussi les élèves à réflé-

Hélène-Boucher. Ce féru de jeux de

Nous les avons mises en relation

le nombre de services périscolaires,

dans un restaurant. Face à eux, les vont dicter leur commande au ser-

pouvoir reprendre des études ici.

se réservera la possibilité de limiter

Apprendre par le jeu, c’est une

seur de mathématiques au lycée

universitaires au Soudan et vont

selon le quotient familial. La Ville

L’apprentissage par le jeu clients viennent du monde entier.

Romeu, avaient eu des parcours

ration scolaire, les tarifs seront fixés

LYCÉE HÉLÈNE-BOUCHER méthode souvent employée par

naise. Nous bénéficions aussi d'une

d'entre elles, remarque Corine

PHOTO JC-L

rentrée prochaine avec un accueil

ainsi que la Maison de quartier Dar-

rassemble près de 80 femmes,

velles façons de cuisiner.” g

MONDE ASSOCIATIF De nouvelles subventions votées en conseil municipal Début avril, le conseil municipal

des structures, ont été portées à la

velles subventions aux associa-

Pour cette “séance de rattrapage”,

de Vénissieux a accordé de nou-

tions, pour un montant total de 4640 euros. “Le conseil municipal

du 1 février avait délibéré sur les er

subventions de fonctionnement

aux associations pour l’exercice 2021, rappelait Véronique Fores-

tier, adjointe au maire en charge du dossier. Or, depuis cette date,

des demandes qui n’avaient pu être étudiées dans les délais de traite-

ment habituels du fait du contexte

sanitaire et du calendrier modifié

connaissance de l’administration.” France Alzheimer Rhône perce-

vra ainsi une subvention de 450 euros; l'Amicale des locataires des 24 et 26, rue Paul-Verlaine de

190 euros; Règles élémentaires de 2 000  euros ; et La tête haute je soutiens Marin de 2000 euros éga-

lement. Ces subventions, ainsi que les précédentes, seront ver-

sées en une seule fois au mois de mai. g

G.M.


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

9

Créée en 2017 à Villeurbanne, l’entreprise à but d'emploi Emerjean a été la première du département à intégrer le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD)..

TERRITOIRE ZÉRO CHÔMEUR DE LONGUE DURÉE

Que faut-il en attendre ? Le 6 avril, le conseil municipal a voté en faveur de l’adhésion de la Ville à l’association Territoire zéro chômeur de longue durée. Mais les élus n’ont pas caché leurs réserves : au-delà d'un nom "quelque peu vendeur voire démagogique" selon le maire, quelles réalités se cachent derrière ce dispositif né en 2017 ? DOSSIER RÉALISÉ PAR : GREGORY MORIS. PHOTOS : RAPHAËL BERT.

U

ne demande d’adhésion,

trois ans, et le lancement du dis-

restent

périmentations

mais des questions qui en

suspens.

Mardi 6 avril, le conseil municipal de Vénissieux a affiché sa

volonté de voir la Ville de Vénis-

sieux rejoindre l’association Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD).

Celle-ci déploie depuis 2017 un

dispositif qui doit notamment permettre de réduire le nombre de chômeurs longue durée dans

les communes adhérentes. L’État avait ouvert en décembre 2020

le processus de candidatures de nouvelles communes. Depuis

ritoire, expliquait Nicolas Porret,

positif, ce sont une dizaine d’ex-

adjoint au maire en charge de

menées en France — dont une à

du commerce. (…) La Ville de

qui

ont

été

Villeurbanne.

“L’objectif de l’expérimentation

est de montrer qu’il est possible,

à l’échelle d’un territoire, sans surcoût pour la collectivité, de

proposer à tout chômeur de

longue durée qui le souhaite, un

emploi à durée indéterminée et à

temps choisi, en développant et finançant des activités utiles et

non-concurrentes des emplois

existants, pour répondre aux

besoins des divers acteurs du ter-

l’économie sociale et solidaire et Vénissieux souhaite marquer son

intérêt pour le dispositif, formaliser son engagement et en évaluer la faisabilité en adhérant à l’association.”

Rappelons que l'un des principes

fondamentaux du dispositif est de contacter les chômeurs de

longue durée des territoires participants, et d’inclure ceux qui le

souhaitent — et uniquement ceux-là — dans la démarche, en

fonction de leur savoir-faire. Sur >>>


DOSSIER

10 >>>

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

le plan du financement, le TZCLD

à l’unanimité, l’opposition reg-

redoubler d’efforts dans les quar-

les dépenses sociales liées au chô-

démarche.

Car c’est peu dire qu’au sein de

propose de réaffecter au projet

mage de longue durée des personnes concernées, lesquelles

rettant “le retard” pris dans la

la majorité, la participation de

“ENCORE DES INCONNUES”

viendront s'ajouter au chiffre

“Les chômeurs de longue durée

d’emploi (EBE) créée pour l'occa-

tiels à mobiliser et à valoriser,

d’affaires de l’entreprise à but

sion. Par exemple, lorsqu’un ancien chômeur de longue durée

est embauché dans une EBE,

l’État verse 18 000 euros par an à l’entreprise pour subventionner

son CDI. À terme, l'objectif étant

que le chiffre d’affaires de l’en-

ont des compétences, des potencommentait le maire de Vénissieux, Michèle Picard. Il faut

lever les obstacles, les accompagner dans leurs démarches, leur

redonner confiance aussi, pour ouvrir le chemin vers l’emploi ou

la formation. (…) L’adhésion de

treprise grandisse suffisamment

notre ville est une première étape.

de l’aider.

inconnues, en matière de finance-

pour que l’État n’ait plus besoin “Cette adhésion constitue une

première étape permettant de collecter davantage d’informations sur la mise en œuvre possible du

projet en bénéficiant du retour

d’expériences d’autres collectivités adhérentes, ainsi que d’une

formation en continu tout au long

de la mise en œuvre du projet”, précisait l’élu au commerce. Une

proposition d’adhésion qui a été

adoptée par le conseil municipal,

Il reste encore devant nous des ment, notamment des locaux, dont l’expérimentation a besoin,

pour développer et diffuser les

projets. Nos services et nos par-

tenaires vont s’y atteler, en inscrivant ce dispositif dans la

perspective des conséquences économiques

et

sociales,

de

l’après-crise sanitaire. État, collectivités,

partenaires

tiers populaires notamment.”

écono-

miques, tout le monde devra être

présent à ce rendez-vous, et

la Ville au dispositif soulève certaines interrogations — au-delà

de son nom, “quelque peu vendeur voire démagogique” selon le maire. Quel lieu d'installation pour la future EBE ? Avec quels

partenaires, et quels finance-

ments publics ? Quelle intégration pour les futurs salariés, dont certains sont éloignés de

l'emploi depuis des années ? Quelles

perspectives

d'em-

bauche dans une entreprise

“classique” pour les bénéficiaires ?

Quelle

concurrence

avec le tissu économique local ? Quelles attentes en matière de rentabilité ?

Autant de questions auxquelles

Vénissieux devra, comme les

autres bénéficiaires du dispositif, répondre au fur et à mesure

des avancées d'un projet qui n'a pas besoin de se faire un nom, mais de rassurer…

g

L’Entreprise à but d'emploi Emerjean regroupe une véritable diversité de métiers.

EN CHIFFRES

Quel bilan pour les territoires zéro chômeurs ?

La Ville souhaite pour le dispositif son engagement la faisabilité en a

Nicolas Porret, adjoin de l’économie sociale

Du mieux, et ce tous les ans. Depuis l'adoption du projet de loi en 2016, le dispositif Territoire zéro chômeur de longue durée concerne 10 territoires, partout en France. Et il s'est concrétisé de différentes manières selon les zones. reize entreprises à but d'em-

T

demi) et présentent un âge moyen

selon ses besoins. Ensuite, ce n'est

d'économies par salarié. Un rap-

celles d’investissement (achat des

et quatre sociétés coopéra-

muniquées lors du vote par l'As-

activités utiles qui n'existent pas,

finances et des affaires sociales

rentabilité du projet. Ce que

dans des secteurs d'activité très

toires. Mais ils génèrent déjà des

ploi (EBE), neuf associations

tives d'intérêt collectif (SCIC) ont été créées, avec plus de 1 110 per-

sonnes embauchées depuis 2017

variés. Par exemple, à Thiers (Puy-

de-Dôme), “Actypoles” s’occupe de

l’entretien des espaces verts. À

Paris, l’EBE “XIII Avenir” propose

des petits travaux de bricolage et

de la réparation de vélos. Plus près de Vénissieux, “Emerjean”, à Vil-

leurbanne, multiplie les offres de

de 44 ans — selon les données com-

semblée nationale, à la rentrée de

septembre 2020, de l'extension du projet à cinquante nouveaux terri-

revenus pour l'entreprise, avec un chiffre d'affaires global qui continue de croître, pour atteindre envi-

ron 5 000 euros par ETP (Équivalent temps plein).

TROIS HYPOTHÈSES CENTRALES ET UN DÉBAT

services, pour les particuliers

Dans le cadre de son extension,

(voir ci-contre).

sieux, le dispositif reste structuré

comme pour les professionnels Les salariés bénéficiaires sont en moyenne privés d’emploi depuis 53,9 mois (environ quatre ans et

dont pourrait bénéficier Vénis-

autour de trois hypothèses. Tout d'abord, personne n'est inemploya-

ble : tout le monde peut travailler

pas le travail qui manque: il y a des par manque de rentabilité notam-

ment. Enfin, ce n'est pas l'argent qui manque : les fonds existent

pour financer la suppression de la privation d'emploi (RSA, alloca-

tions-chômage), lesquels peuvent être combinés aux économies réa-

lisées par les finances publiques lors du retour à l'emploi (via l'aug-

mentation des montants perçus au titre des cotisations et des impôts par exemple).

Le bilan des territoires zéro chô-

meur de longue durée se veut donc

port des inspections générales des publié l’année dernière concluait, lui, à un résultat un peu moins positif. Selon ce rapport, dont la métho-

mistes Atterrés, qui affirme dans un texte publié par Mediapart que

les exonérations de cotisations

pour les finances publiques (éco-

de 27 milliards d’euros à l’État. Soit

Quart-Monde, les gains directs nomies et recettes directes ou indi-

vidualisables) s’élèvent plutôt à environ 5 000 euros par personne et par an (2 600 euros d’économies

directes en prestations sociales et chômage, et 2 400 euros en divers impôts).

Dans Les Échos, l’économiste Pierre

Cahuc a pour sa part critiqué le

Monde, à l'origine du projet en

toutes les dépenses ne sont pas

2016, prévoyait ainsi 13 000 euros

conteste le collectif des Écono-

dologie a été contestée par ATD

positif… mais n'en est pas moins

source de débats. ATD Quart-

locaux, etc.). Affectant, de fait, la

coût de l’opération, estimant que

prises en compte, notamment

sociales coûtent chaque année plus un montant par salarié bien plus élevé que l’opération “Zéro chô-

meur”. “L'expérimentation TZCLD

produit de la valeur économique, de

la valeur d’usage et de la démocratie

dans l’espace de la production, assure ainsi le collectif. Plus que son prétendu coût, ce que redoute Pierre

Cahuc, c’est l’expérimentation d’une forme d’organisation et de valorisa-

tion de la production alternative à celle du capital.” g


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

11

À VILLEURBANNE SAINT-JEAN

“Un tremplin pour les salariés”

A

Le quartier Saint-Jean, à Villeurbanne, fait partie des dix premiers territoires, en France, à avoir mis en œuvre le dispositif zéro chômeur de longue durée. Retour d’expérience. u sein de ce territoire, sur-

PLUS DE 90 SALARIÉS

appréciable parce que cela nous

dans la vie locale (les salariés ont

plus de 90 à travailler pour Emer-

À Emerjean, le budget global de l’en-

du quartier une assistance à l’utili-

tout connu dans l'agglomé-

Comme Sophie, ils sont désormais

Puces du Canal, c'est à travers l'EBE

jean, tous en CDI, souvent à temps

ration pour abriter les

(Entreprise à but d'emploi) Emer-

jean que le projet TZCLD s'est concrétisé. Elle propose de nom-

breuses prestations, pour les parti-

culiers comme pour les professionnels : retouche-couture, onglerie,

petits travaux à domicile, soutien scolaire, embellissement des inté-

rieurs, conciergerie d'entreprise,

lavage de véhicules, réparation de vélos…

“Nos

activités

sont

construites de manière collective,

avec les bénéficiaires du dispositif,

complet — s'ils en ont émis le sou-

hait — et au SMIC. “Je suis employée

par Emerjean depuis deux ans et

demi, explique la jeune femme. Le principe ici, c'est la polyvalence. Cha-

cun doit être capable d'accomplir plusieurs tâches. Certains peuvent

être spécialisés, mais nous sommes encouragés à dépasser notre zone de confort et notre domaine de compé-

tence initial. Il y a une bonne

ambiance de travail aussi, c'est

motive encore plus à apprendre.”

treprise dépasse de peu le million d’euros. Un tiers du chiffre d’af-

faires est issu des activités créées, quand les deux autres sont versés

par la collectivité et l’État, selon les principes du Territoire zéro chô-

meur. “L'activité d'Emerjean est en constante progression, assure Ber-

trand Foucher. Cela prouve bien que

nous répondons à des besoins réels, concrets, de la population de Vil-

leurbanne et au-delà. Nous nous impliquons d'ailleurs au maximum

par exemple proposé aux habitants

sation de l’application et de la borne Vélo’v, dans le cadre d'une commande passée par la munici-

palité pour promouvoir l'utilisation de ce service, ndlr). Nous souhai-

tons, in fine, qu'Emerjean soit un

tremplin pour nos salariés, vers des emplois stables et mieux rémunérés.

Notre objectif est d'éloigner notre

public de la précarité, pas de l'y enfermer, sans autres perspectives à court et moyen terme qu'un emploi aidé.” g

explique Bertrand Foucher, prési-

dent d'Emerjean. Nous veillons tou-

jours à ne pas entrer en concurrence frontale avec des entreprises clas-

siques du secteur, puisqu'il ne s'agit pas de déshabiller Pierre pour habil-

marquer son intérêt f, formaliser t et en évaluer adhérant à l’association.

nt au maire en charge e et solidaire et du commerce.

ler Paul. La dimension sociale du projet est importante. Nous propo-

sons des parcours de formation à nos salariés, avec l'objectif d'amélio-

rer leur employabilité dans le sec-

teur privé, qui pouvait être assez limitée

au

embauche."

moment

de

leur

Au conseil municipal Djilannie Benmabrouk Groupe "Réponses Nouvelles" (majorité) : “Notre candidature devra lever certains écueils. En effet, créer des activités, recruter, manager une EBE, intégrer et faire évoluer ses salariés, tout en s'assurant que ceux-ci ne font pas concurrence aux acteurs locaux, ne sera pas une mince affaire. Les défis à relever pour mener à bien un tel projet sont majeurs, et créer massivement des activités nouvelles fortes en main-d’œuvre constitue un défi stratégique. (...) Il nous faudra construire des projets, mobiliser des partenariats, définir un lieu d'installation, identifier des financements nationaux et métropolitains.”

Christophe Girard Goupe "La République Partout Pour Tous" (opposition) :

Fatma Loucif Hamidouche Groupe "Union des Vénissians Indépendants" (opposition) :

Aude Long Groupe "L’Écologie à Vénissieux" (majorité) :

Aurélien Scandolara Groupe "Communiste et Républicain" (majorité) :

“Enfin! Cela fait des années que nous avons identifié l'intérêt de ce dispositif astucieux et porteur de sens (...). Vous n'aviez jusquelà jamais fait acte de candidature. Nous vous l'avons reproché dans nos documents de la dernière campagne municipale et nous l'avions, pour notre part, inscrit dans notre programme pour Vénissieux. Pourquoi, jusqu'à aujourd'hui, avez-vous eu tant de désintérêt pour une solution allant dans le sens de la dignité des personnes en chômage longue durée?”

“Vénissieux a malheureusement 40 % de chômage (24 % en réalité selon les dernières données de l'Insee, ndlr). L'association Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée a eu un bilan positif et a diminué la société d'assistance, laquelle a été remplacée par une société de travail. (...) La reprise d'un travail rejaillit sur toute la famille. C'est un projet qui fait revivre un territoire. (...) Vénissieux aurait pu se réveiller plus tôt et profiter de cette opportunité. Je regrette ces années perdues, mais mieux vaut tard que jamais.”

“Le dispositif s'inscrit avant tout dans une dynamique de territoires, qui font le choix politique d'opter pour une organisation économique n'excluant personne. L'emploi est ainsi considéré comme un filet de sécurité, et autant que possible, comme un tremplin. Il permet de transformer un coût social pour les finances publiques en un investissement durable, humain et inclusif.”

“L’essentiel se joue dans l’économie, avec le rôle central des entreprises et notamment des grandes entreprises et de leurs investissements. (…) On ne fait pas reculer le chômage en augmentant la précarité, en supprimant le droit du travail, et en individualisant les énormes besoins de formations professionnelles dus aux évolutions technologiques. C’est pourquoi nous sommes attentifs au contexte de cette démarche, et souhaitons que la Ville soit attentive au contenu et aux conditions de mise en œuvre."


12

CULTURE

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

CITÉ INTERNATIONALE DES ARTS DU CIRQUE

En piste ! Après un comité de pilotage ce 2 avril, la Métropole de Lyon vient d'acter le projet de construction, au Grand Parilly, de la Cité internationale des arts du cirque. sera en charge de la maîtrise d’ouvrage.”

COÛT D’INVESTISSEMENT

Le projet de CIAC est actuellement estimé entre quinze et

vingt millions d'euros. La Métropole s’engagerait à hauteur de

sept millions, avec un premier

versement déjà acté de deux millions. Celle-ci précise : “L’État

(Ministère de la Culture – DGCA et

DRAC Auvergne Rhône-Alpes), très volontariste sur ce projet, souhaite

PHOTO D’ILLUSTRATION ARCHIVES RAPHAËL BERT

l’inscrire au Contrat de Plan État

Région, tout en considérant que la

Métropole doit être cheffe de file. La Région a manifesté son intérêt pour le projet mais n’est pas en

mesure de signifier son engagement en raison de l'approche du

D

scrutin des Régionales. Nous attendons donc la signature du

A l’occasion du défilé de la dernière Biennale de la danse de 2018, une initiation aux arts du cirque a été proposée aux Vénissians par la compagnie Virevolt ans le secteur du Grand

la CIAC au Grand Parilly réunit

sieux qui l’accueillera. Les parte-

le Puisoz, se sont suc-

par Nadège Cunin et actuelle-

férents scénarios pour définir qui

Parilly, autrefois appelé

cédé depuis une trentaine d'années plusieurs projets d'agglo-

mération sans qu'aucun ne voie

le jour. L'aménageur privé Lionheart s'étant porté acquéreur de

la parcelle, le nouveau quartier

a vu progressivement la nais-

sance d'Ikea, de bureaux, d'habitations et, prochainement, de Leroy

Merlin.

Restait

une

réserve foncière de 20 000 m 2 ,

située le long du périphérique,

du côté de la station de métro Parilly. La Métropole vient de

prendre sa décision : elle accueillera, sur une superficie estimée entre 7 000 et 10 000 m , la Cité 2

internationale des arts du cirque (CIAC).

Il avait été un temps question de

Saint-Genis-Laval, où cette Cité

du cirque aurait pu s'implanter,

mais rien n'avait été validé lors de la mandature précédente.

En cours de préfiguration, l'association qui porte le projet de

l’école de cirque de Lyon, dirigée ment située à Ménival, dans le

naires étudient actuellement dif-

CPER, prévue en septembre, pour finaliser le plan de financement.”

Une fois achevé le montage financier, il faudra désigner un maître d’œuvre.

Puis

procéder

aux

études et aux travaux. L'ouver-

ture est, pour l'instant, prévue pour 2025.

Que trouvera-t-on dans la CIAC ?

Des lieux de créations et de répétitions et, peut-être — mais cela n'est pas encore sûr — un lieu de

représentations. Il était également question d'accueillir quel-

ques étapes du festival utoPistes, mis en place dans l'agglomération par MPTA.

Tout reste à inventer et il s'agit surtout de ne pas brûler les

étapes. Comme nous l'a si bien

précisé Nadège Cunin, “le projet

est en phase d'étude et la communication officielle ne pourra pas se faire avant six mois". Et tous les

partenaires savent que le dossier

n'entrera réellement en piste que

lorsque sera définie la participation de l'État. Que l'on ne connaîtra

pas

avant

septembre. g­­

le

mois

de

JEAN-CHARLES LEMEUNIER WWW.MPTA.FR WWW.ECOLEDECIRQUEDELYON.COM

cinquième arrondissement de Lyon, et la compagnie MPTA (Les mains, les pieds et la tête aussi)

Michèle Picard : “Une vraie chance pour la ville”

pas un inconnu à Vénissieux

"En ce qui concerne la réserve fon-

sents, un volet santé et rééduca-

bureaux. En outre, nous ne sommes

présenté plusieurs spectacles

Michèle Picard, maire de Vénis-

autre équipe prend la direction et

la CIAC s'étendra sur quelque

de Mathurin Bolze. Lequel n'est puisque le trampoliniste a déjà sur la scène du théâtre. Citons

en 2009 Deux hommes jonglaient

dans leur tête et, l'année suivante, Ali, dans lequel Mathurin

était associé au jongleur unijambiste Hedi Thabet.

À ces deux structures, école du cirque et MPTA, s'ajoutent les

partenaires publics : Direction

régionale des affaires culturelles

(DRAC), Région et Métropole de

Lyon. Selon le service de presse de la Métropole, “la Ville de Lyon

est totalement impliquée dans le

pilotage du projet : elle est le partenaire principal de la compagnie MPTA et de l’école de cirque de

Lyon, ainsi que la Ville de Vénis-

cière du Grand Parilly, explique sieux, nous avions travaillé avec

l'Office municipal du sport (OMS)

sur un équipement d'agglomération qui ne serait pas seulement vénis-

sian. Sur les trois projets étudiés par l'OMS, un concernait le sport et le handicap. D'autant qu'à Vénis-

sieux, nous avons accueilli le mon-

dial d'athlétisme paralympique en 2013. Dans le cadre des J.O., il était possible d'obtenir des subventions."

Le maire de Vénissieux présente donc à David Kimelfeld, alors pré-

sident de la Métropole lyonnaise,

ce projet sportif qui… avance peu. Voilà qu'à la fin du mandat précé-

dent, la Métropole ajoute même, au sport et au handicap déjà pré-

tion. Puis, après les élections, une

l'exécutif se décide finalement…

pas contraints par l'espace puisque 10 000 m2 et que la réserve foncière

pour une Cité internationale des

en fait 20 000. L'agglomération

la PPI (Programmation plurian-

genre. Les arts du cirque prennent

arts du cirque (CIAC). D'autant que nuelle des investissements) est for-

tement changée. "Plus politique" selon les termes de Bruno Bernard, nouveau président écologiste du Grand Lyon.

"Je n'oppose pas ce projet à celui qui le précédait, remarque Michèle Picard, et je suis satisfaite de l'ar-

rivée de la CIAC sur notre territoire.

Le Grand Parilly présente plusieurs

avantages : une bonne desserte par les transports en commun et la

mixité du quartier, avec ses enseignes, ses logements et ses

avait grand besoin d'un lieu de ce de l'ampleur. Le cirque s'est renou-

velé et propose des télescopages entre le sport, la culture, les arts et

le spectacle. Cette cité du cirque pourra donc construire des parte-

nariats avec nos équipements cul-

turels, tels que La Machinerie, les arts plastiques ou l'école de

musique, mais aussi avec nos clubs sportifs. Elle est une vraie chance pour notre ville. Le travail est à présent devant nous." g­­

PROPOS RECUEILLIS PAR J-C.L.


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

13

RCP

Deux bédés et un clip

Actualité bien pleine pour

aussi l'homme de confiance de

RCP. Rappelons, pour la petite

vers l'histoire d'un jeune foot-

Loulou Dedola et son groupe

histoire, que c’est dans le

défunt quartier Démocratie, au siècle précédent, qu’est né

le groupe Raze City Plage, connu aussi sous ses initiales

RCP. Toujours mené par Loulou Dedola, RCP revient avec

un nouveau clip, Back to Lagos.

On retrouve un Loulou bien PHOTO RAPHAËL BERT

en forme et une musique

pêchue qui rend toujours un bel hommage à l'Afrique tant

aimée par le groupe et plus particulièrement au peuple nigérian et à sa capitale. Ce

En 2014-2015, l’opération “Mosaïques urbaines” a réuni artistes et habitants. Ici, au lycée Hélène-Boucher.

clip est sorti en avril sur YouTube.

BIZARRE ! FAIT LE MUR

Les fresques du futur

O

Bizarre ! se relance dans l'aventure du graff. Fin juin, l’équipement culturel vénissian réunira artistes et habitants autour de la réalisation de plusieurs fresques sur le thème du futur. n se souvient qu'en 2014-2015, le projet

1Port), des Vénissians pourront créer leurs propres

habitants et artistes autour de grandes

d'échange et de réflexion entre artistes graffeurs et

"Mosaïques urbaines" avait rassemblé

fresques murales. Pilotée par Bizarre !, cette "galerie

à ciel ouvert" avait débuté avec le travail de Lucie

fresques sur la thématique du futur. “Des temps jeunes sont organisés afin d'intégrer les participant.e.s dans le processus créatif, lit-on sur le site

Albon à l'IME Jean-Jacques-Rousseau, qui était aussi

de Bizarre ! En fonction des tranches d'âge et des

Herriot. Elle fut suivie par Nelio à la maison de

des questionnements tels que “comment je m'ima-

intervenue à la médiathèque, puis rue Édouard-

l'enfance Jules-Guesde et à l'îlot Ravel, Don Mateo

à la maison de l'enfance Joliot-Curie, à Monmousseau et à Léo-Lagrange, THTF au lycée Hélène-Boucher, Evazesir à Darnaise et Bruce Clarke rue Pierre-Semard.

L'équipement vénissian se relance dans l'aventure

du graff avec “Bizarre ! fait le mur”. Le projet est

porté par La Machinerie, qui regroupe Bizarre ! et

le Théâtre de Vénissieux, et par plusieurs parte-

naires : les centres sociaux des Minguettes, Sauvegarde 69, la maison de l’enfance Jules-Guesde, la maison de quartier Darnaise, le Lieu Ressources

(foyer Les Tilleuls), la maison de l’enfance Joliot-

nouveau talent, celui de scénariste de bande dessinée, dont nous avons déjà parlé.

Cou sur coup, il vient de sortir

deux nouveaux albums. Le premier, Le Sarde (Glénat), le

balleur que le Sarde réussira

à faire entrer à l'OL, le scénario nous embarque dans un polar urbain entre les gangs,

le foot et la quête de rédemption.

Le sport est également au cen-

tre du Combat du siècle, dessiné par Luca Ferrara. Nous sommes à New York, le 8 mars

1971, où doit se tenir, au Madison Square Garden, un combat

historique,

celui

med Ali.

Deux parcours différents vont

s'entremêler, celui d'un enfant

des champs de coton de Caroline du Sud et celui d'un écolier du Kentucky, un bagarreur contre un technicien, sur

lesquels planent les combats

politiques de cette Amérique ségrégationniste. g

17 février. Le deuxième, Le

J.-C.L.

Combat du siècle (Futuropolis), le 10 mars.

Dessiné par Lelio Bonaccorso, Le Sarde débute à Lyon, où le personnage ainsi surnommé

tient un resto branché. Il est

qui

oppose Joe Frazier à Moha-

LE SARDE, LOULOU DEDOLA, LELIO BONACCORSO, GLÉNAT, 104 PAGES , 19 EUROS . LE COMBAT DU SIÈCLE LOULOU DEDOLA, LUCA FERRARA, FUTUROPOLIS , 112 PAGES , 19 EUROS . BACK TO LAGOS : HTTPS ://YOUTU.BE/DRWIICBCK-M.

envies, le thème du futur favorisera le débat autour gine ?”, “comment j'imagine mon quartier, ma ville, ma planète ?”...” Parmi les artistes participant aux ateliers, le nom de Khem est également cité.

Un calendrier a déjà été mis en place, soumis bien

évidemment aux contraintes sanitaires évoluant au fil du temps. Citons quelques dates, même si elles

PANDÉMIE

Les équipements culturels s'adaptent

restent sujettes à caution.

Les locaux de l'école de musique

dis de 10 à 17 heures. Elle n'est

et 24 juin au cours desquels on irait voir les fresques

public jusqu'au 26 avril. Les ate-

vice de presse en ligne du site

Des parcours seraient ainsi mis en place les 21, 23

déjà réalisées lors de "Mosaïques urbaines" et on inaugurerait les nouvelles, créées pour "Bizarre ! fait le mur". g

JEAN-CHARLES LEMEUNIER

Curie et l'IME Jean-Jacques-Rousseau.

Avec l'aide d'artistes (Martin, Rese et le Vénissian

Mais Loulou s'est trouvé un

la mafia calabraise et, à tra-

RENSEIGNEMENTS : 04 72 50 73 19 (DU

MARDI AU VENDREDI, DE

14

HEURES À

18 H 30).

Jean-Wiener sont fermés au liers Henri-Matisse reprendront en présentiel pour les primaires la semaine du 26 avril.

Jusqu’au vendredi 30 avril, les

bibliothèques Anatole-France et La Pyramide seront fermées. La

médiathèque Lucie-Aubrac ainsi

que la bibliothèque Robert-Des-

À SAVOIR Incertitudes de programmation Au vu des incertitudes qui pèsent encore sur la réouverture des lieux de spectacle, le Théâtre de Vénissieux annonce d'ores et déjà le report de la soirée Shake It. Prévue le 30 avril, elle a été repoussée au 21 mai. De même, le spectacle de l'ensemble Tactus et de l'école de musique, Bang!, programmé le 12 mai, est annulé. Pour le reste de la quinzaine, Panique au Bois Béton reste pour l'instant à l'affiche le 5 mai à 14h30 à Bizarre! Quant à la création tirée de La Fontaine, Les Fables ou le Jeu de l'illusion, elle est toujours prévue le 7 mai à 20 heures au théâtre.

nos continuent de vous accueillir aux horaires habituels.

La médiathèque Lucie-Aubrac est

ouverte

les

mardis

de

10 heures à midi et de 14 à 19 heures ; les mercredis de 10 à

19 heures ; les jeudis et vendredis de 14 à 19 heures ; les same-

plus en mesure d'offrir le serLeKiosk, le fournisseur arrêtant

cette plate-forme. La médiathèque met tout en œuvre pour

proposer à nouveau de la presse en ligne dans les meilleurs délais.

La bibliothèque Robert-Desnos est

ouverte

les

mardis

de

14 heures à 18 h 30 ; les mercredis de 9 h 30 à 12 heures et de 14 heures à 18 h 30 ; les jeudis de

16 heures à 18 h 30 ; les vendredis de 14 heures à 18 h 30 ; les samedis de 9 h 30 à midi. g

J.-C.L.


14

CULTURE

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

JOUR DU LIVRE

Le poète et l'élue O

Du 5 au 10 avril, le Jour du livre a multiplié les captations numériques. Dont cette rencontre entre le maire de Vénissieux et le poète en résidence Arnaud Savoye. rganisateur tous les ans

nalités du passé vénissian. Ainsi

livre, l'Espace Pandora se

nant Louis Dupic dans le parc du

demandait comment allait se

dérouler cette nouvelle édition

bloquée par les contraintes sanitaires. Sachant mieux qu'un chat

retomber sur ses pattes, l'associa-

tion vénissiane a multiplié les captations (lectures à la médiathèque

ou à Pandora) et inventé de nouveau rendez-vous. Telle cette conversation

entre

Michèle

Picard, maire de Vénissieux, et

Arnaud Savoye, poète en rési-

a-t-il remarqué la plaque concer-

FIN DE RÉSIDENCE

même nom et il en appelle à “cette

leçon d'histoire sur le plan national”. Il évoque encore le maire Ennemond Romand, assigné à

résidence en 1939 lorsque le parti communiste devient illégal puis

interné à Saint-Paul sous le régime pétainiste. “Vénissieux me

PHOTO RAPHAËL BERT

avec la Ville du Jour du

l'a appris”, reconnaît Arnaud Savoye.

LA MÉMOIRE DE VÉNISSIEUX

dence auprès de l'Espace Pandora,

“D'où notre projet de Maison des

construire dans une époque qui

photos. “Elles donnent des visages

direction Communication de la

N'oublions pas que Vénissieux fait

Elle évoque le camp de Vénis-

si une main de cette époque se ten-

filmés par Charles Salignat de la mairie.

De cette ville qu'il a, dit-il, appris

à aimer, Arnaud Savoye veut en savoir davantage. Lui qui, venant

d'un milieu rural, adore les déambulations, s'interroge sur les nombreux

espaces

verts

ils

représentent 44 % de la ville,

indique Michèle Picard —, “les ter-

rains de foot sauvages” qu'il qualifie de “très beaux” et les

habitants qu'il trouve “émouvants”.

“En arrivant ici, témoigne le poète,

je voulais pouvoir respirer la ville,

rencontrer la population. Vénissieux est très chaleureuse. Les gens ont la parole facile. Ils viennent se

confier et prennent conscience que je m'intéresse à leur ville.”

Arnaud a également voulu en

savoir plus sur quelques person-

mémoires, répond Michèle Picard. partie des villes les plus bombardées et qu'elle a obtenu la croix de guerre en 1945. Passé et présent

se croisent souvent et, en 2015, plusieurs bombes anglaises et

manque tellement de repères.”

sieux, d'où furent sauvés in extremis quelque 108 enfants juifs en 1942, et dont l'historienne Valérie

Perthuis-Portheret a retrouvé des

dait

vers

un

jourd'hui.”g

enfant

d'au-

JEAN-CHARLES LEMEUNIER

américaines ont été déterrées à

l'occasion de travaux. Vénissieux s'est libérée d'elle-même, grâce à

ÉCOLE DE MUSIQUE

toire est une addition d'époques

Coup de pouce du conseil municipal

une insurrection populaire. L'hisdifférentes et nous avions inscrit

le projet de Maison des mémoires

Au conseil municipal du 6 avril,

culturels, la musique et son

darité passe par le dédommage-

pu aboutir et j'espère qu'il pourra

ration tarifaire et la modification

rement touchés par la crise. À

nos élèves."

dans le mandat 2014-2020. Il n'a

se concrétiser. Il y aurait la mémoire de la Résistance et de la Déportation,

celle

du

monde

ouvrier, celle de l'époque gallo-

romaine, celle de l'immigration… Le passé donne une direction au

présent et il est important, pour les enfants d'aujourd'hui, de se

un rapport concernait "l'exonédu règlement intérieur pour les

usagers de l'école de musique". Pour expliciter ce choix, Michèle

Picard insistait sur l'importance

de la culture et de la création qui

se retrouvaient, du fait de la pandémie, "au bord du précipice". Et

condamnait au passage "ce discours démagogique, que l'on entend depuis des années, comme

quoi le livre, la scène, la fiction, le

spectacle vivant ne seraient pas de première nécessité".

Pour aller dans le sens du rapport, le maire donnait quelques

chiffres : “La culture fait vivre 1,3 million de personnes, dont

600 000 emplois directs, et on PHOTO RAPHAËL BERT

à ces personnes du passé, comme

C'est par la rencontre avec Michèle Picard qu'Arnaud Savoye a conclu sa résidence à Vénissieux. Le poète drômois, qui vient de publier Couple à La Rumeur libre, fut, il l'a répété, enchanté de son séjour. Et frustré aussi, tant les contraintes de la pandémie l'empêchèrent de concrétiser tout ce qu'il aurait voulu réaliser dans notre commune. Il l'a promis, il reviendra. En attendant, on pourra voir le résultat de ses ateliers d'écriture exposé à la médiathèque, au sol et sur les murs. Comme une ultime déambulation du poète. Et se plonger dans son recueil amoureux célébrant le couple, ce "lieu où s'entremêlent passé, présent, avenir".

estime que la production culturelle dans notre pays représente

à peu près 3 % du Produit intérieur brut.”

Parmi les nombreux secteurs

enseignement ont été particulièl'école Jean-Wiener, les adultes

ne sont plus autorisés à venir en

cours depuis le 16 octobre 2020.

Aucun élève n'a eu accès à l'établissement pendant le deuxième confinement, c'est-à-dire entre le

16 octobre et le 4 janvier. Et du

16 janvier au 22 février, le couvre-feu a interdit les cours audelà de 18 heures. Ceux-là ont repris pour les mineurs depuis le 23 février.

L'école de musique a ainsi perdu une centaine d'élèves avec la pan-

démie, en particulier les débutants et ceux ne pouvant — ou ne vou-

lant — bénéficier d'un suivi en ligne. "Ma première réaction,

reprenait Michèle Picard, est de

dire: une fois la pandémie derrière

nous, il nous faudra ramener ces jeunes et enfants vers la musique. Mais aujourd'hui, l'heure de la soli-

ment et l'exonération tarifaire de Le conseil municipal a donc voté, pour les élèves encore inscrits, l'exonération du troisième trimes-

tre de cotisations de l'année sco-

laire en cours. Les majeurs et les élèves inscrits en Découverte et Éveil bénéficieront de l'exonéra-

tion supplémentaire du second trimestre.

Enfin, les usagers qui avaient réglé

en une seule fois leur cotisation au mois de décembre (tarifs amateurs et cotisation inférieure à 80 euros)

pourront obtenir une exonération de 50 % de la cotisation 2021-2022

ou, s'ils ne se réinscrivent pas, le remboursement de 50 % de leur

cotisation 2020-2021. Le règlement

intérieur de l'école a, de fait, été modifié. Y a été intégrée "la possi-

bilité d'exonération tarifaire en cas d'un service réduit". g

J.-C.L.


Histoire

eXPressioNs / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

15

Les fermes au sang bleu Sous l’Ancien Régime, Vénissieux appartenait bien peu aux Vénissians. Les paysans louaient les fermes qu’ils cultivaient à des seigneurs au sang bleu, Lyonnais pour la plupart.

“É

cuyer, secrétaire du

rie, à tel point qu’il n’a pas hésité

ronflants

ments d’exploitation, une mai-

à faire construire à côté des bâti-

Roi” : de ces titres se

pare

son de maître pourvue d’un

messire Alexandre Constant. Ce

colombier, un privilège réservé

Lyonnais habite l’immeuble Tolo-

aux membres de la noblesse. Il

zan, tout à côté de l’hôtel de ville

peut ainsi venir régulièrement

de la place des Terreaux, et mal-

inspecter ses champs, tutoyer les

gré ses titres de noblesse, il fleure

domestiques agricoles comme on

encore un tantinet la roture. L’un

tutoierait des enfants, passer ses

de ses ancêtres proches a acheté

nuits dans sa maison de cam-

une charge officielle, qui l’a proTABLEAU DE PIETER BRUEGHEL LE VIEUX, LES MOISSONNEURS (1565)

pulsé derechef parmi les aristocrates du XVIIIe siècle. À présent

parvenu dans le gotha de la ville des canuts, messire Constant veut

absolument tenir son rang. Il arbore sur ses mains pâles des

veines au sang bleu, de cette couleur propre à la noblesse, qui la démarque des campagnards aux

bras brunis par le travail au

soleil. Surtout, comme tout seigneur ou tout grand bourgeois de la ville, il prend soin d’investir

dans la terre. Où, mieux qu’à Vénissieux, placer son argent ? Notre commune a l’extrême

tre de nos hospices civils. Évi-

mier, écuries, troupelliers [ber-

plans et l’élèvera du mieux qu’il

plus de 2 000 hectares de surface,

cultivent pas eux-mêmes leurs

lier garni de pressoirs, terres,

récoltera sur les champs ou

offre des grands domaines à ne

plus savoir qu’en faire. Celui de

Champagneux, à cheval sur La Guillotière et le Moulin-à-Vent, aujourd’hui hôpital Saint-Jean de Dieu, est ainsi la propriété

d’Anne-Catherine de Laurencin, épouse du seigneur de Jonage. La

grosse ferme de Chaponay, assise

au début de l’avenue de la Répu-

demment, tous ces privilégiés ne

domaines vénissians. Ils comp-

Serre cultivera ces biens en “bon

cruellement de terres.

étaient les siens. Il labourera les

du village qui, eux, manquent

Loyer annuel : 14 000 livres, 12 poulets, 6 chapons et une bonne tonne et demie de pommes de terre.

tume du pays”, moissonnera le blé, plantera des saules et des

peupliers sur les parcelles à

proximité du Rhône, s’occupera

reux détenteurs d’une centaine

fait le voyage depuis Lyon, et se

rains de foot ! Le mas du Mas, près du Puisoz actuel ? Lui est

aux Dereylieu, des bourgeois

proches du pouvoir seigneurial tout

au

long

des

XVIIe

et

Messire Alexandre Constant a trouve

maintenant

chez

le

notaire de Vénissieux, où il a

rendez-vous avec un agriculteur cossu en lequel il a toute confiance, Claude Serre. Les deux conviennent d’un “bail à

XVIII e siècles. Même le clergé

ferme”, autrement dit de la loca-

notamment l’Hôtel-Dieu, l’ancê-

“consistant en maison pour le fer-

détient son cortège de terres,

père de famille”, comme s’ils

champs “suivant l’uzage et cou-

Dimanche 7 novembre 1784.

d’hectares, soit plus de cent ter-

prés, vignes”. Pendant neuf ans,

tent pour ce faire, sur les paysans

blique, appartient quant à elle

aux seigneurs de Vénissieux, heu-

geries], fenil , granges, caves, cel-

tion du domaine de Constant,

des arbres fruitiers du verger et des mûriers pour nourrir les

vers à soie, élèvera un troupeau de moutons, quelques vaches et trois ou quatre chevaux pour

tirer charrues et charrettes et, surtout, prendra bien soin des

vignes du maître : il devra, précise ainsi le bail, “arracher la vigne vieille à La Coursière

attendu qu’il y manque une

grande partie des ceps, à condition qu’il la replantera de bons

sera possible”. Tout ce que Serre

obtiendra du bétail, lui appartiendra et pourra être vendu sur les

marchés

de

Lyon.

En

échange, le fermier versera à son propriétaire

un

rosse vers sa demeure lyonnaise.

Claude Serre lui, n’est pas perdant

au

change.

Certains

domaines vénissians se louent à

des conditions bien moins avantageuses que son bail à ferme :

pourvues d’un “bail à grangeage”, ces “granges” se payent

par un partage des récoltes, 50 % pour le propriétaire, 50 % pour

le “granger” (un métayer), qui ne

gagne qu’un piètre revenu par

rapport au travail rendu. Ainsi en va-t-il pour le domaine de

À cette époque, les nobles arborent sur leurs bras pâles la couleur bleue des veines, qui les démarquent des campagnards aux bras brunis par le travail au soleil.

avantage d’être à proximité

immédiate de Lyon et, avec ses

pagne, puis repartir avec son car-

loyer

assez

élevé, 14 000 livres par an, soit à peu près dix ans de salaire d’un ouvrier agricole. S’ajoutent à ce

loyer douze poulets, six chapons, et une bonne tonne et demie de

pommes de terre. Et n’oublions

pas les corvées : de temps en

temps, Serre prendra sa charrette et portera des produits de

la ferme à Lyon, jusqu’au domicile de messire Constant. Ce dernier est aux anges. Son beau domaine de Vénissieux a tout de

la ferme modèle, à la pointe de

Grange-Rouge, au Moulin-à-Vent, et sans doute aussi pour celui de

Grange-Blanche, à l’emplacement de l’actuel hôpital ÉdouardHerriot de Lyon. À présent, le

notaire a presque terminé son acte. Fermier et propriétaire

trouvant chacun leur avantage, messire Constant et le laboureur

Claude Serre conviennent de faire durer leur bail deux fois

plus longtemps qu’initialement prévu, jusqu’au 11 novembre de

l’an 1800. Sauf que l’histoire en

décida autrement. La Révolution française poussa Messire Constant à se séparer de sa belle

ferme vénissiane. Elle fut achetée… par les principaux paysans du village, si ce n’est même par

Claude Serre, son propre locataire. C’est justice. g

l’agriculture du siècle des Lu-

ALAIN BELMONT

mières. Il la bichonne comme un

marquis le ferait avec sa seigneu-

SOURCES : ARCHIVES

DU RHÔNE,

3 E 11 447 À 11 478.


16

SPORTS

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

JO DE PARIS 2024

Vénissieux labellisée “Terre de Jeux 2024” “T

Forte de son label “Ville active et sportive” obtenu en 2019, Vénissieux rejoint officiellement la communauté “Terre de Jeux 2024”. Un référent sera désigné pour faire le lien avec le comité d’organisation des Jeux Olympiques. erre de jeux 2024” est

vecteur fondamental d’éducation,

comité d’organisation

sport pour toutes et tous, et le

de culture et de vie sociale. Le

un label créé par le

meilleur niveau possible pour

Paris 2024 et destiné aux communes

qui

s’engagent

chacun.”

dans

“On va devoir rassembler toutes

l’aventure des Jeux Olympiques

les forces vives du mouvement

avec leurs habitants. La Ville de

sportif prêtes et désireuses de par-

Vénissieux vient de l’obtenir offi-

ticiper à cet événement interna-

ciellement. “Sur les trois objectifs

tional, commente Nacer Khamla,

fixés, la commune a déjà engagé

l'adjoint aux sports vénissian. Et

de nombreuses actions”, explique

mettre en place un groupe de tra-

le comité d’organisation.

vail autour de l'OMS, des clubs,

Ces objectifs sont au nombre de

des EPJ, des centres sociaux, du

trois : partager les émotions du

CRESS, tout en continuant à déve-

sport, mettre plus de sport dans

lopper le sport dans les écoles, du

le quotidien des habitants, ani-

primaire au lycée. Nous allons

PHOTO ARCHIVES RAPHAËL BERT

mer et faire grandir la commu-

proposer des animations autour

nauté de ceux qui sont passionnés par les Jeux.

du sport et du handicap, en s'appuyant sur Olympiakos par exem-

Entre l’organisation de grands

ple, qui reflète bien l'esprit “Terre

événements comme la Foulée

des Jeux”. L'objectif est d'aboutir

vénissiane ou la Fête du sport et

de la jeunesse, la richesse et la diversité de son offre sportive (quelque 80 structures qui réunissent 11 000 licenciés), et la qualité

de ses équipements, la commune

Paris 2024. “Grâce à ce label, sou-

ligne le comité d’organisation, la

était en effet un candidat idéal.

Ville va pouvoir partager ses

ludique et sportive” en 2013, puis

concitoyens des émotions uniques,

Elle avait déjà été labellisée “Ville “Ville active et sportive” en 2019.

Vénissieux devra désigner un référent qui fera le lien avec

à un bouquet final sportif. Bien

dotée en infrastructures spor-

Proposée par la Ville aux plus jeunes, Olympiakos reflète l’état d’esprit qui anime Terre de jeux.

bonnes pratiques, faire vivre à ses

grâce au coup de projecteur unique des Jeux.”

“RASSEMBLER LES FORCES VIVES DU MOUVEMENT SPORTIF”

leur permettre de découvrir des

L’occasion

bilité exceptionnelle à ses actions

fondamentaux de l’approche

sports et, au final, donner une visi-

pour

le

maire,

Michèle Picard, de rappeler les

vénissiane : “Nous mettons au cœur de notre politique sportive

l’accès du plus grand nombre. Un sport porteur d’épanouissement

personnel, d’enthousiasme, de

partage, d’échanges interculturels et intergénérationnels. Un sport

tives, Vénissieux pourrait également candidater afin d'intégrer la

liste officielle des centres de pré-

paration aux Jeux qui accueilleront des délégations étrangères

pendant la durée de l'Olympiade.” g

facteur d’équilibre et de santé,

G.L. ET D.Y.

LA FÊTE DU SPORT ANNULÉE

VÉNISSIEUX FOOTBALL CLUB

Et de trois

“Arrêtons de tirer sur la ligue”

Après l'annulation de la Fête du

de l’annuler une fois encore… “au

raison d'un violent orage, cette

jours préoccupante”.

sport et de la jeunesse en 2019 en manifestation organisée en parte-

nariat avec l’OMS et des associa-

tions sociales et sportives, qui attire en moyenne deux milliers

de personnes au mois de juin, avait été une deuxième fois déprogram-

mée en 2020 pour cause de Covid. Et sans trop attendre, la munici-

palité a pris les devants et décidé

regard de la situation sanitaire tou-

Avec le conditionnel de rigueur qu'impose l'épidémie, la Ville pour-

rait toutefois, dans le cadre de la Journée mondiale olympique et paralympique du 23 juin, organiser

une journée autour du sport sur la

base des trois piliers “bouger, apprendre et découvrir”. g

D.Y.

Un collectif de clubs amateurs a

centaines de clubs, le Vénissieux FC

Et de rappeler que les clubs n'ont

de la ligue de football Auvergne

signataire de cette lettre. Son pré-

l'oublions pas, toutes les associa-

adressé un courrier au président Rhône-Alpes pour avoir “davantage de transparence et de commu-

nication sur la situation financière et sanitaire qui impacte les clubs”. En brandissant une menace: “Nous

ne paierons pas le deuxième appel

de cotisations tant qu'une rencontre n'aura pas été organisée”. Dans ce

collectif qui revendique plusieurs

est cité. Sauf que le VFC n'est pas sident,

Jean-Pierre

Chaix,

le

confirme: “Jamais nous n'aurions fait cela. Tirer sur la ligue, je ne cau-

tionne pas. Elle est garante d'un

budget à respecter. D'ailleurs, avec plusieurs présidents de clubs, on

travaille en lien avec les instances

pour trouver des moyens de mieux traverser la crise.”

pas été livrés à eux-mêmes : “Ne

tions ont bénéficié en octobre

d’une aide à hauteur de 10 euros par licencié grâce à un fonds de

solidarité initié par la fédération,

les ligues et districts. À Vénissieux, on a en outre bénéficié

d'une subvention de 23 000 euros de la Ville.”

g

D.Y.


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

17

ALVP JUDO

Du tatami de Guimier au ghorr de Parilly La pratique sportive indoor est la plus pénalisée par les contraintes sanitaires. François Marie-Claire, responsable sportif de l’ALVP judo, a trouvé la parade avec des séances d’entretien au parc de Parilly. QUESTIONS À

François Marie-Claire Responsable sportif de l’ALVP judo

“Garder le contact avec les jeunes” N’est-ce pas frustrant

Des satisfactions tout de même ?

- Bien évidemment. Mais c’était

pas mal de jeunes, quelques

de s’entraîner en extérieur ?

ou ça, ou rien. On a adapté notre pratique au protocole sanitaire

imposé. L'objectif est avant tout de permettre à nos élèves de se

dépenser beaucoup, d'apprendre un peu et de se retrouver le plus souvent possible.

vous oblige quand même à respecter les règles de distancia-

Des séances en plein air ont été programmées dès le mois de janvier au stade de Parilly. epuis près de quatorze

suite des activités s’est imposée

mercredi après-midi et samedi

ciplines indoor ont subi

Depuis octobre dernier, François

avec les séances techniques et

mois, l’ensemble des dis-

de plein fouet la crise sanitaire : arrêt de la pratique sportive lors

du passage en mode confinement, réouverture partielle des

gymnases, puis couvre-feu et enfin reconfinement. À l’instar

du karaté, du taekwondo, du

kajukenbo, du full- contact et du kick boxing, autant de sports de

combat exercés dans la ville, le

judo a dû se serrer la ceinture. “On a proposé des solutions de

repli, explique François Marie-

Claire. En fait, je n’avais pas trop le choix : soit je tirais le rideau sur

la saison sportive, comme ont dû

le faire certains dirigeants de

clubs, soit je mettais tout en

œuvre pour garder des liens avec nos licenciés, en leur proposant

des séances en extérieur, au

moins deux fois par semaine au

d'elle-même.”

a mis en place un système d’informations pratiques sur son blog

(http://alvpjudo.canalblog.com), quasiment au jour le jour. Les

annonces et propositions de rendez-vous ont défilé : passage de

grades début décembre, cours autorisés dans le dojo à la mi-

décembre, puis fermeture, diffusion d'une vidéo pour apprendre

à faire un nœud de ceinture, entraînements à Parilly… Histoire

de démontrer que les judokas ne

sont pas frileux, en 2021, les

séances en plein air ont été pro-

grammées à partir de la mi-janvier. Une seule a été annulée in

extremis en raison de la météo, lors d'un samedi trop pluvieux.

“S’ADAPTER À CE CHANGEMENT DE DÉCOR”

parc de Parilly. Et, chez la plupart

Bien évidemment, toutes ces

envie de se bouger que la pour-

Parilly, deux jours par semaine,

des judokas, il y avait une telle

séances proposées au stade de

matin, n’ont rien de comparable

tactiques habituellement animées au dojo du gymnase Jean-

Guimier. “Il a fallu s’adapter à ce changement de décor. Au menu,

échauffement près du stade, puis

exercices s’appuyant sur des ateliers ludiques basiques, qui sont

les fondamentaux du judo. J’ai

essayé de transposer quelques

Uchi Komi (répétition de mouvements, ndlr) qu’on travaillait sur

tatami, en proposant des exercices inventifs sur le ghorr, près du stade d’athlétisme. Outre les

plots pour faciliter des exercices

tion, et à éviter les contacts…

- Pas seulement. On ne peut s’entraîner sur un espace public,

comme les abords du stade du Rhône, que par groupes limités

à six personnes. C'est paradoxal

quand on sait qu'il n’y a plus de

parents du bureau ont même donné la main sur certaines

séances. D’un point de vue personnel, j’ai pu valider et finaliser

mon 5e dan. Mon coéquipier de

club, Olivier, m’a servi de partenaire de stage.

Avez-vous perdu beaucoup de licenciés depuis mars 2020 ?

- Entre 60 et 70… J’espère qu’on ne va pas connaître de nouveaux abandons à la rentrée. Pour

l’heure, on ne sait pas grand-

chose sur le retour à une vie sportive à peu près normale.

PROPOS RECUEILLIS PAR D.Y.

limitation du nombre de pratiquants quand on évolue au sein d’équipements sportifs recevant du public (EPR). Ici, à quelques

mètres du stade, sommes-nous en EPR ? Quoi qu’il en soit, pour

PHOTO DROITS RÉSERVÉS

PHOTO D.Y.

D

Proposer des séances ludiques

- Avoir pu garder le contact avec

éviter tout risque, on constitue

des petits groupes, les sportifs

n’ont pas de contact entre eux, et je porte le masque.

de courses, nous avons utilisé des

rance et de vélocité orientés sur

impossible de respecter à la lettre

duo, du travail de renforcement

Les jeunes de moins de dix ans

mente-t-il avec philosophie. Il

élastiques pendant les ateliers en

utile pour les projections : un

élève tire sur l’élastique avec mouvement résiste…”

d’épaule,

l’autre

Étudiante à l’UFR Staps de Villeurbanne et licenciée à l’ALVP,

Julie dirige des ateliers d’endu-

les appuis et les déplacements. apprécient, certains se lâchent et affichent une logique baisse de concentration. On est plus dans

la dépense physique en plein air que dans une séance technique

sur tatami. François remet gentiment un peu d’ordre. “Il est

la distanciation physique, comfaut bien admettre qu'on perd un

peu en enseignement technique. Mais il nous reste malgré tout le

plaisir d’être ensemble et de conserver du lien.” g

DJAMEL YOUNSI


18

SPORTS

Mercredi 21 avril 2021 - n° 709 / EXPRESSIONS

FOUAD EL MASSOUDI

“Une soif de titres” Venu s'installer à Vénissieux il y a quelques années pour se rapprocher du club de boxe de Feyzin que tient l'ancien vénissian Karim Harzouz, Fouad El Massoudi (34 ans) n'entend pas raccrocher les gants. SON ENFANCE

SON AVENIR

“On était sportif dans la famille, mon

“À 34 ans, j’ambitionne encore un

d'abord été footballeur de niveau

ger. J'ai pris de l'âge, mais j'ai com-

frère aîné faisait de la boxe, moi j'ai

titre majeur en France ou à l'étran-

régional à l'US Courpère (Puy-de-

mencé assez tard la boxe. Et je

Dôme). Il faut le reconnaître, j'étais

compense le poids des ans par une

un garçon assez agressif. Et à huit-

approche différente des entraîne-

neuf ans, je me suis lancé dans la

ments et des combats. Je mise plus

boxe pour canaliser cette énergie

sur la puissance. J'ai la chance de

débordante. Je jouais au foot, et je

pouvoir compter sur des sparring-

faisais de la boxe. J'ai arrêté trois

partners de qualité comme Nizar,

ans plus tard la boxe, pour y revenir

un boxeur pro de Feyzin. On va à

vers 17ans. J'ai pris une licence à

Parilly, en face de Renault Trucks,

l'AS Monferrand, club omnisports.

dans un espace qui nous sert de ring.

Mon frère, de neuf ans mon aîné,

Du lundi au samedi, j'enchaîne du

n'a jamais voulu que je pratique le

fractionné, du sac, des footings…

noble art…”

Avec la crise sanitaire, il est difficile

de trouver des adversaires en France. En mai, je devrais disputer

SON PARCOURS

un combat en Hongrie, et un autre

“Mon frère Ismaël a été six fois

un mois plus tard en Espagne.” g

champion de France, champion

d'Afrique, et surtout champion du monde WBA au Maroc, notre pays

d'origine. Une ceinture obtenue en juillet 2011, devant 50000 specta-

teurs, sur la célèbre place du marché

de Jamaâ El Fna à Marrakech… Moi,

RECUEILLI PAR DJAMEL YOUNSI par Karim Harzouz, que mon frère connaissait bien.”

SON TITRE

j'ai dû quitter mon club de l'ASM

“En 2019, je suis enfin devenu cham-

ser dans un club qui me permettrait

Douai, face à Barthélémy Lefebvre.

pour voir autre chose, pour progres-

d'obtenir des titres, ce qui était mon objectif. J'ai profité de ma formation de conducteur de bus pour rejoin-

dre Lyon, sachant que j'aurais plus

de chance d'y trouver un emploi. J'ai été muté à Caluire car j'ai voulu tra-

vailler dans l'équipe du matin, à par-

tir de 6 heures, afin de pouvoir m'entraîner

l'après-midi.

J'ai

d'abord habité à Villeurbanne. Puis à Vénissieux pour me rapprocher

de la salle de boxe de Feyzin tenue

Vénissieux Énergies par

pion de France des super-welters à

Ce que je recherchais depuis mes débuts pros en 2011. J'ai un palma-

rès équilibré, avec une vingtaine de

succès pour une dizaine de défaites. Mais il devient de plus en plus diffi-

cile de combattre en France. Ce qui ne m'a pas empêché de trouver des

combats à l'étranger, souvent contre des espoirs. Je me suis imposé face au Polonais Patryk Szymanski, à l'Al-

lemand Davide Doria, à l'Arménien Gennady Martirosyan en Bulgarie...”

EXPRESS JEUX OLYMPIQUES Le Comité national olympique et sportif français a dévoilé la liste des candidats aux rôles de porte-drapeau de la délégation française, dont Mélina Robert-Michon et Renaud Lavillenie font partie. Nouveauté cette année: ils seront deux, un homme et une femme. "Les J.O. sont l’aboutissement d’une carrière sportive”, a commenté la discobole. FOOTBALL Passeuse inspirée sur l'ouverture du score de Macario, mais sortie à l'heure de jeu, Amel Majri a dû se contenter d'assister sur le banc à la défaite (2-1) et à l'élimination de l'OL en quarts de finale de la coupe d'Europe face au PSG. À la décharge des Olympiennes qui n'ont pu reprendre l'entraînement collectif que vendredi dernier, une douzaine d'entre elles a été touchée par la Covid-19 depuis trois semaines, ce qui avait conduit au report de ce quart de finale.

VÉNISSIEUXÉNERGIES

LE RÉSEAUDE CHALEUR

DE LA VILLE DE VÉNISSIEUX ÉVOLUE D’une longueur de 34 km, le réseau de chaleur Vénissieux Énergies fournit chau age et eau chaude sanitaire à plus de 12 600 logements et 52 autres sites vénissians (enseignement, santé, bureaux, industrie, bâtiments publics...). Grâce à une interconnexion avec le réseau de chaleur Grand Lyon Centre Métropole, de la chaleur excédentaire, produite lors de l’incinération des déchets ménagers par l’Usine de Traitement et de Valorisation Énergétique de Lyon Sud, est récupérée en été et à l’intersaison. Le réseau de Vénissieux est labellisé éco-chaleur et permet une réduction de 21 600 tonnes de CO2émises, soit le retrait de 11 500 véhicules de la circulation de Vénissieux.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.venissieux-energies.fr


AU QUOTIDIEN

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

LISTES ÉLECTORALES

MENUS DES RESTAURANTS SCOLAIRES

Inscriptions jusqu'au 7 mai Après avoir lancé une consultation

venissieux.fr rubrique "démarches

DES PROCURATIONS

maires de France lors du week-end

- par courrier avec le formulaire à

Par ailleurs, il faut signaler que le

renvoyer à la mairie accompagné

nouvelle procédure numérique inti-

aussi inattendue qu'inédite des des 10 et 11 avril, le gouvernement

a finalement décidé de maintenir au mois de juin l'organisation des élec-

tions régionales, mais de les décaler

d'une semaine aux dates des dimanches 20 et 27.

Si vous venez d'emménager à Vénissieux ou de changer d'adresse à l'in-

térieur de la commune, vous avez jusqu'au 7 mai inclus pour vous inscrire sur les listes électorales.

Trois solutions s'offrent à vous :

- par Internet sur www.servicepublic.fr rubrique "Élections", ou sur

19

administratives",

télécharger sur venissieux.fr et à de justificatifs d'identité et de domicile,

- en vous présentant directement à l'hôtel de ville ou dans les mairies de quartier du Moulin-à-Vent et de Vénissy.

Si vous avez des doutes, il est possi-

ble de vérifier votre inscription sur les listes électorales et le bureau de

vote auquel vous êtes rattaché sur venissieux.fr, rubrique "Démarches administratives".

DÉMATÉRIALISÉES

ministère de l'Intérieur a lancé une

tulée "Maprocuration", qui permet désormais de faire sa demande en ligne depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone.

Trois étapes sont nécessaires :

d'abord effectuer sa demande en ligne après s'être authentifié sur

FranceConnect, puis se rendre au commissariat ou à la gendarmerie

MENUS DU 25 MARS AU 6 AVRIL Lundi 26 : Menu BIO : Salade verte* / œuf dur* / vinaigrette maison*, Raviolis aux légumes du soleil*, Fromage*, Compote de fruits*, Pain* Mardi 27 : Radis / beurre demi-sel, Filet de poisson pané / citron, Petits pois à l'anglaise, Fromage, Éclair au chocolat, Pain* Jeudi 29 : Salade verte / dés de fromage / vinaigrette maison, Sauté de volaille sauce suprême ou Pané de petits légumes, Mélange boulgour et poireaux, Île flottante et crème anglaise, Pain* Vendredi 30 : Tarte au fromage*, Filet de poisson sauce safranée, Courgettes persillées*, Fruit de saison, Pain* Lundi 3 : Salade verte* / vinaigrette maison, Lasagnes végétales (haché de pois sauce tomate*), Fromage blanc nature, Pêches au sirop, Pain* Mardi 4 : Pizza au fromage*, Filet de poisson sauce Nantua, Haricots verts persillés*, Fruit de saison, Pain*

(*) PRODUITS BIO. LA RÉGIE DE RESTAURATION PEUT ÊTRE AMENÉE CES MENUS SONT CONSULTABLES SUR LE SITE WWW.VENISSIEUX.FR

À MODIFIER LES MENUS.

pour valider son identité, enfin être

informé par courrier dès que votre mairie a validé votre procuration. g

BON À SAVOIR Finances publiques

CONSEILS DE QUARTIER Élections des délégués : les candidatures sont ouvertes Les candidatures pour devenir délégué de quartier

mations...” Pour chaque quartier, 15 délégués sont

sieux, de toutes nationalités, âgés de 16 ans et plus,

27 mai, et en bureaux de vote le samedi 29 mai —

sont ouvertes. Ainsi, tous les habitants de Vénispeuvent proposer leur candidature, sur le site Internet de la Ville*. Il suffit pour cela de présenter un justificatif de domicile de moins de 3 mois.

“Les délégués de quartier constituent le lien entre

les habitants, les élus et les services de la Ville, rappelle-t-on à la mairie. Ils peuvent formuler des observations, des propositions et être associés au

montage des projets d'intérêt général : aménage-

ment de place de quartier, plan de circulation, ani-

élus. Les élections auront lieu en ligne du 13 au

Depuis lundi 12 avril 2021, le centre des Finances publiques de SaintPriest (dont dépend Vénissieux) est ouvert au public lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h45 à 12h15 et de 13h30 à 16 heures, uniquement sur rendez-vous. Renseignements au 04 78 20 08 27. Possibilité de payer par téléphone au même numéro, ou via le paiement de proximité auprès des buralistes agréés.

PRATIQUE

si les conditions sanitaires le permettent.

Numéros rapides d’urgence

Boffet, vice-présidente de la Métropole de Lyon,

Violences conjugales, victime ou témoin : 3919

Rappelons, par ailleurs, qu’un débat avec Laurence

sera organisé ce 29 avril à 18 heures. Il aura pour thème la participation citoyenne et sera diffusé

Samu : 15 / Police secours : 17 / Pompiers : 18

sur Internet. Il sera possible pour les habitants de

Urgences médicales MAISON MÉDICALE DE GARDE

le sujet.

Ouverte de 20 heures à minuit (les samedis de midi à minuit ;

poser des questions, de réagir et de s’exprimer sur

*WWW.VENISSIEUX.FR

17, place de la Paix - 04 72 50 04 05 - appel préalable au 04 72 33 00 33 les dimanches et jours fériés de 10 heures à minuit).

PHARMACIES DE GARDE

3237 Résogardes (0,34 €/minute)

ACCÈS AU DROIT

“Point justice”, un point c’est tout Le ministère de la Justice a annoncé le lancement

rêt de tous les individus en France, afin qu’ils puis-

férentes permanences d’informations juridiques.

et obtenir des informations gratuites et confiden-

d’un nouveau label, le “point justice”, fusion de difDorénavant, il ne sera plus possible de trouver les

points et relais d’accès au droit (PAD et RAD), les

maisons de justice et du droit (MJD) ou les antennes

de justice (AJ). Cette nouveauté se veut dans l’inté-

sent identifier plus simplement le réseau judiciaire tielles. La volonté du gouvernement est de guider

l’usager vers la justice de proximité pour qu’il

puisse être “informé, aidé et orienté pour faire valoir plus facilement ses droits”.

Rédaction: 9 rue Aristide-Bruant 69200 Vénissieux. Téléphone: 0472511812. Mail : redaction@expressions-venissieux.fr Site du journal : www.expressions-venissieux.fr Paraît un mercredi sur deux sur papier recyclé.

Directrice de publication : Delphine Peyre. Rédacteur en chef : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 18 12. Rédacteur en chef adjoint : Grégory Moris ✆ 04 72 51 76 65. Secrétaire de rédaction : Alain Seveyrat ✆ 04 72 51 76 84. Journalistes : Michèle Feuillet ✆ 04 72 51 76 63. Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 18 12. Poutchie Gonzales ✆ 04 72 51 18 12. Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62. Photographe : Raphaël Bert. Assistante de gestion : Krisztina Papp. Chargé de publicité : Boris Miachon ✆ 04 72 90 95 98 Éditeur : Régie autonome personnalisée du journal Expressions. Fabrication : IPS - 01 600 Reyrieux ✆ 04 74 08 96 96. Distribution : Codice - 69 200 Vénissieux ✆ 04 72 33 04 30. Abonnement : 45 euros par an. Prix au numéro : 1 euro. Tirage 33 500 exemplaires. ISSN : 1151-0935

CENTRE HOSPITALIER MUTUALISTE LES PORTES DU SUD

2, av. du 11-novembre-1918 - 04 72 89 80 00 TOP MUNICIPAL Médiation - prévention. standard ouvert 24 h./24 - 365 j./an 04 72 51 52 53


PORTRAIT

EXPRESSIONS / Mercredi 21 avril 2021 - n° 709

20

JEAN-PAUL CARRET

La lutte au cœur Porte-parole et président de l'APER, l'association qui défend les salariés de Renault Trucks opposés au constructeur après avoir été exposés à l'amiante sur le site de Vénissieux, Jean-Paul Carret a été, tout au long de sa carrière professionnelle, un homme de lutte(s). Rencontre.

À

quoi ça tient, une car-

retrouver leurs postes, mais R-VI

des chemins que l'on

lement mené la plus grande action

a été condamnée. Nous avons éga-

rière professionnelle ? À

collective de France de lutte contre

emprunte, et à des chemins dont

les discriminations syndicales. Et

on se détourne. “Je suis entré à

je ne compte plus les batailles

l'école Berliet en 1968, se sou-

contre les plans de suppressions de

vient ainsi Jean-Paul Carret. À

postes…”

l'époque, il y avait des concours

La dernière grande bataille pour

pour rejoindre les écoles profes-

les droits des salariés Renault

sionnelles. J'avais le choix : Ber-

Trucks est toujours en cours : c'est

liet, les transports en commun

celle pour la reconnaissance du

lyonnais… J'ai choisi Berliet,

préjudice d'anxiété, subi par

pour les perspectives profession-

nelles que m'offrait la forma-

PHOTO RAPHAËL BERT

tion.”

Résultat ? Une carrière remplie

de luttes, de combats syndicaux.

“Et ce, dès le départ. Après avoir obtenu mon CAP mécanique générale, en 1970, j'ai été affecté

à l'usine de Monplaisir. On m'a

dit 'ne t'y habitue pas, ils veulent la fermer'. Eh bien, ça leur a pris

Même en dehors des murs de Berliet, Jean-Paul Carret aura poursuivi son engagement au service des salariés. Il siégera ainsi pendant 27 ans au sein des conseils d’administration des Assedic et de Pôle Emploi. “ME MONTRER DIGNE

DE LA CONFIANCE DONNÉE”

un moment, puisque j'y suis resté,

Pilier de l'ACO (Atelier central de

C'est en effet en 1986 que Jean-

retrouve, après une formation, à

avec d'autres, jusqu'en 1986 !”

Paul Carret rejoint l'usine de

Vénissieux. Ce qui aurait bien pu ne

jamais

arriver :

“Salarié

engagé, syndiqué à la CGT, j'étais délégué du comité d'entreprise,

secrétaire du CE, toujours prêt à me mobiliser pour mes collègues.

Ils ont essayé plusieurs fois de

me muter à Vénissieux, avec l'espoir de m'intégrer à un plan de

suppression de postes. Ça aurait été plus facile qu'à Monplaisir :

là-bas, étant un peu moins connu, mon départ aurait fait moins de vagues. Mais je ne me suis jamais

laissé faire. Je suis resté jusqu'à

la fin de l'usine de Lyon 8 e et

lorsqu'il a fallu partir à Vénissieux, mon poste était assuré.”

l'outillage) à Monplaisir, il se l'ajustage. Et continue à s'engager

pour la défense des salariés. “Les copains m'ont sollicité pour être

délégué syndical, se rappelle-t-il.

Au fur et à mesure des transferts de Lyon à Vénissieux, mon réseau

s'est reformé sur le site historique

de l'entreprise. Et puis, on avait

mené des batailles communes

entre les deux sites, on se connaissait un peu. Alors j'ai poursuivi

mon engagement avec la CGT. J'ai

eu un certain nombre de mandats pendant ma carrière : trésorier du comité d'établissement, élu au comité de groupe… C'était pas mal de responsabilités, beaucoup de travail. Mais je me suis donné à

fond pour me montrer digne de la

confiance qui m'était donnée.”

Et ce, y compris en dehors des

DE NOMBREUSES BATAILLES

nées étaient bien chargées ! Souvent, je partais à 5 heures du

matin, pour ne rentrer qu'après

23 heures. Et puis, il faut se souvenir de ce qu'était le syndicalisme à

l'époque. Il n'y avait pas les mails,

pas les portables. Alors pour communiquer, il fallait tracter. Mais

avant de tracter, il fallait rédiger les textes, les taper à la machine à

écrire, puis produire les tracts à distribuer. Tout ce que l'on peut

faire en une heure maintenant, ça

en prenait alors beaucoup plus !

Mener une lutte, cela prenait du temps et de l'énergie”

exposition

à

l'amiante. Voilà quelques jours, le

tribunal des Prud'hommes a choisi d’individualiser toutes les

décisions, et non de rendre un jugement global (voir notre article

page 4). Une décision “surprenante” et “pas à la hauteur”, selon

début des années 2000 lorsqu'il a

toutes les grandes luttes de Ber-

de retraite d'Humanis. “Les jour-

pour

avec d'autres, de participer à

au conseil d'administration des

gera aussi au bureau de la caisse

1996

le président de l’association Pré-

Pourtant, cela ne l'empêchera pas,

Assedic et de Pôle Emploi. Il sié-

et

CONTRE DES PLANS SOCIAUX

murs de Berliet : Jean-Paul Carret restera également pendant 27 ans

quelque 1 200 salariés entre 1964

liet, devenue R-VI puis Renault

Trucks. “On a souvent dit que Berliet était une entreprise familiale,

où le patron se préoccupait de ses

employés. Mais au gré des rachats et des prises de participation au

venir et Réparer (APER), née au fallu structurer et organiser le

combat. “Les dossiers se sont multipliés, les témoignages de salariés

aussi, se souvient Jean-Paul Carret. Cela a pris une ampleur

énorme, nous avons été accompagnés, notamment par la 525e mu-

capital, cela n'a pas plus été le cas

tuelle de R-VI. Nous avons pu

dans les lignes de production, mais

trouver une organisation pour

ici qu'ailleurs. Les Berliet passaient

ils n'étaient plus ceux qui commandaient ! Je me souviens de toutes les luttes, comme la 'bataille des

21', dans les années 1990. On s'est battus pendant deux ans pour faire

réintégrer 21 salariés injustement

licenciés. On dormait même dans une caravane devant l'usine, et on improvisait des actions au jour le jour. À la fin, ils n'ont pas pu

obtenir par la suite des locaux, et répondre au défi que représentent

ces plaintes. Aujourd'hui, nous n'avons pas été entendus comme

nous l'espérions. La décision de la

justice ne nous semble pas juste. Mais on ne lâchera pas.” Ce n'est

pas, historiquement, le genre de la maison. g

GRÉGORY MORIS

Profile for Expressions

Expressions 709  

Expressions 709  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded