{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

La dernière séance

INDUSTRIE

CONSEIL MUNICIPAL

L’ancien site Bosch se remplit

Il y a deux ans, le groupe Bosch annonçait la vente de plus de la moitié de son site. Rebaptisé "Usin Lyon Parilly" par la Métropole, le site entend aujourd’hui incarner l’industrie du futur. Trois arrivées sont annoncées, notamment l’équipementier isérois Symbio, fabricant de piles à hydrogène pour véhicules électriques.

Les élus vénissians étaient réunis le 3 février pour la dernière séance de la mandature avant les élections municipales et métropolitaines des 15 et 22 mars prochains. Deux sujets majeurs étaient à l’ordre du jour : le budget de l’année 2020 et le nouveau programme de renouvellement urbain du quartier MinguettesClochettes (NPNRU). PAGE 3

PAGE 2

N° 685 du 12 au 25 février 2020

www.expressions-venissieux.fr

Le grand retour du vélo Après être tombé en désuétude, l’usage du vélo revient en grâce depuis une quinzaine d’années. Lyon part de loin mais refait rapidement son retard sur les agglomérations vertueuses. Et Vénissieux n’est pas en reste. DOSSIER PAGES 9 À 11

MUNICIPALES

Le torchon brûle entre droite et extrême droite. P. 4

MOBILITÉ

Trottinettes lyonnaises, ateliers vénissians. P. 8

ESCRIME

La jeunesse au pouvoir

PHOTO RAPHAËL BERT

PHOTO DJAMEL YOUNSI

P. 16

La 20e édition du circuit national d’épée de Vénissieux, le 2 février dernier au gymnase Anquetil, aura été marquée par le triomphe de la jeune génération. Sur les huit premiers de la compétition, aucun n’est âgé de plus de 25 ans. Autant dire que les quadras vénissians ont souffert.


2

ACTUS

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

INDUSTRIE

SOLIDARITÉ

Trois arrivées sur le site Bosch

Les Restos chez Ikea, une soirée magique

PHOTO RAPHAËL BERT

Des fabricants de piles à hydrogène, de pianos électroniques et de logiciels s’installent sur l’ancien site de Bosch, désormais baptisé “USIN Lyon Parilly”.

Le 28 janvier au soir, Ikea avait pri-

mentale d’Ikea. On a vu des dames

dîner spectacle à 268 bénéficiaires

des jeunes dire qu’ils étaient reçus

vatisé sa cafétéria pour offrir un

des Restos du cœur, dont plusieurs dizaines de Vénissians. Au menu : petits toasts, saumon, riz, légumes,

café gourmand, tours de magie et bonne humeur.

“Nous menons cette opération pour

la 3e année consécutive, après deux PHOTO DR

éditions dans l’ancien magasin de

Saint-Priest, explique la directrice de

I

l’établissement, Catherine Arnoux.

Porté par la Métropole, le projet “USIN Lyon Parilly” doit occuper 64 000 m2 de surface bâtie, après l’achat de la plus grande partie du site historique de Bosch à Vénissieux. l y a deux ans, le groupe

d’un millier d’emplois d’ici

plus de la moitié du site de

clés à la SERL à l’automne der-

Bosch annonçait la vente de

Vénissieux qu’il occupe depuis 1947. De “réorganisations” en fermetures pures et simples,

l’ex-fabricant de pompes à injection diesel et de modules photovoltaïques, qui employait encore

un millier de personnes en

2008 ne compte plus aujourd’hui que 53 salariés en activité.

2026. Bosch aurait dû laisser les

auparavant à la fabrication de

nier mais la dépollution des sols

Bosch puis par Sillia VL), de 2012

sous les bâtiments n’est pas

encore achevée. Le directeur du site, Marc Baeumlin, évoque une signature fin 2020. Un retard qui

n’empêche pas les premières

arrivées d’entreprises sur place.

PILES À HYDROGÈNE

L’acheteur de ces 11 hectares est

La plus importante est celle de

mixte chargée de l’aménage-

Détenue à parts égales par les

la SERL, la société d’économie ment du Grand Lyon, associée à

la Caisse des dépôts et à la Caisse d’épargne

Rhône-Alpes.

La

Métropole veut reconvertir les

lieux en “campus pour l’industrie

l’équipementier isérois Symbio. groupes Michelin et Faurecia, la PME va faire construire à Saint-

Fons la plus grande usine européenne de piles à hydrogène pour véhicules électriques. La

du futur”, baptisé “USIN Lyon

pose de la première pierre aura

quinzaine d’entreprises indus-

fin d’un chantier qui devrait

Parilly”. Objectif : accueillir une

trielles ou en cours d’industrialisation aux côtés de Boostheat (96 salariés), arrivée en 2016 et

de l’association La Ruche Industrielle. À la clé, la (re)création

le bâtiment de 5 000 m2 consacré

lieu le 10 mars. En attendant la

durer 4 à 5 ans, Symbio a signé un bail avec le groupe Bosch pour lancer sa production à

Vénissieux. Selon nos informations, Symbio s’installera dans

panneaux photovoltaïques (par à 2017. Plus de 80 salariés sont attendus temps.

dans

un

premier

Deux autres sociétés emménagent dans les anciens locaux de Robert Bosch Diesel. C’est chose

faite pour Adèle H Music. Créée

Une quarantaine de salariés se sont portés volontaires. Ce sont eux qui ont

tout préparé, qui accueillent et servent nos convives.”

“On est juste ravi de faire plaisir à nos invités. C‘est leur soirée, s’enthou-

siasme Ouahiba Benderradji, orga-

nisatrice et membre du service Responsabilité sociale et environne-

d’un certain âge danser en arrivant, comme des footballeurs. Il y avait des lumières dans les yeux des enfants !”

“Nous sommes partenaires d’Ikea depuis 2010. On apprécie la convivia-

lité et l’esprit d’équipe qui animent à

la fois Ikea et nos bénévoles. Ceux qui

sont venus aux repas précédents en gardent un souvenir ému et n’ont qu’une envie, revenir, explique Ber-

trand Magnon-Pujo, ancien président

des Restos du Rhône. Ce sont des gens

qui ont peu l’habitude de sortir, et pour certains que je connais, c’est la pre-

mière fois qu’ils vont au restaurant.” Son successeur, Jean-Marc Prot, ne dit pas autre chose : “Les gens se sen-

tent complètement à l’aise. Rendezvous l’année prochaine !”

g

A.S.

GRAND PARILLY

3 Brasseurs : la mousse a coulé

en 2015 par le lyonnais Chakib

Haboubi, la TPE a inventé et fabrique le premier clavier

numérique pliable au monde, le

Phoenix. En installant son atelier à Vénissieux, elle vise une production annuelle de mille

pianos d’ici à cinq ans et la création d’une trentaine d’emplois. Enfin, en juillet prochain, la

dizaine de salariés d’une société

qui conçoit des logiciels (notamment pour Bosch et Amazon)

Déco, musique, éclairage soigné… L’ambiance était festive, le 29 janvier

bureaux du boulevard Marcel-

du quartier Grand Parilly. Lors de son discours, le maire a souligné la

s’implantera dans d’anciens Sembat. g

FRANÇOIS TOULAT-BRISSON.

dernier, pour l’inauguration officielle des 3 Brasseurs, le premier restaurant

démarche citoyenne de l’enseigne, qui a recruté une quinzaine de Vénissians via Pôle emploi.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 12 février 2020 - n° 685

3

CONSEIL MUNICIPAL

Un dernier conseil avant l’élection L

Deux sujets majeurs étaient à l’ordre du jour de la dernière séance du mandat : le budget 2020 et le programme de renouvellement urbain du quartier Minguettes-Clochettes. es élus vénissians étaient

d’investissement (un peu plus de

Monmousseau, et la construction

nier à valider le budget

en 2020), tout en gelant les taux

et des familles. "Nous le regrettons

appelés le 3 février der-

2020, décider du niveau de la fiscalité locale, et voter les subventions

aux

associations

et

14 millions d’euros sont prévus

de fiscalité depuis 2016 (après

conseil était aussi le dernier de

ment

municipales des 15 et 22 mars

prochains. Et certains dans l’opposition, à l’image de Christophe Girard et Lotfi Ben Khelifa, ont

regretté que le budget soit soumis au vote sans attendre le résultat

des urnes. Mais Vénissieux ne fait pas exception en la matière. La

grande majorité des communes agit ainsi.

Le débat autour du budget 2020 a été la copie conforme de

celui du 17 décembre dernier sur les orientations budgétaires (lire

Expressions n° 683). L’adjoint aux

finances, Bayrem Braïki, a décrit "une situation saine, équilibrée,

avec de réelles possibilités d’agir pour l’avenir". De fait, en dépit

d’une baisse importante des dotations de l’État au cours du mandat 2014-2020, Vénissieux est

parvenue à réduire son endettement et maintenir ses capacités

Pierre-Alain Millet pour le groupe

des élus communistes. "Cet engagement important est cinq fois

SÉRIEUX BUDGÉTAIRE"

Si l’opposition, notamment l’UDI,

la mandature avant les élections

somme énorme", a considéré

"L’HEURE EST AU

classique pour le premier conseil

municipal de l’année. Sauf que ce

évidemment, mais c’est déjà une

une hausse de 5 %).

établissements publics rattachés

à la ville. Un "paquet financier"

d’une nouvelle Maison des fêtes

supérieur à celui pris pour la première phase du PNRU entre 2005

a pointé un manque d’investissedans

les

et 2015. C’est le projet le plus

équipements

conséquent sur le territoire du

publics, les chiffres présentés par

Grand Lyon", a fait valoir Idir

la majorité municipale reflètent

Boumertit (LFI), adjoint au maire

une gestion rigoureuse. Mais ils

en charge du Grand projet de

ne présentent en rien une garantie pour l’avenir. Le maire,

Michèle Picard, puis sa première

En dépit d’une forte baisse des dotations de l’État, Vénissieux est parvenue à réduire son endettement et maintenir ses capacités d’investissement

d’ailleurs pas manqué de le sou-

vernement voulait faire des com-

ce projet auquel nous avions

par l’État, face aux incertitudes

tiques d’austérités menées au

dernier (lire Expressions n° 673),

adjointe, Yolande Peytavin, n’ont

ligner. Face au tour de vis imposé

sur le maintien des compensations financières après la suppression de la taxe d’habitation, la prudence reste de mise.

munes des fusibles pour les poliniveau national."

MINGUETTES-CLOCHETTES : UN PROJET À 455 MILLIONS

"L’heure n’est pas aux promesses

L’approbation du nouveau pro-

miracles démagogiques, a déclaré

urbain (NPNRU) du secteur Min-

mensongères ni aux solutions

le maire, l’heure est au sérieux

budgétaire et à l’anticipation de

probables contraintes." Et sa première adjointe de s’interroger :

"Jusqu’à quand le niveau de ser-

vice que nous offrons à la population pourra-t-il être maintenu ?

[...] Tout se passe comme si le gou-

gramme

de

renouvellement

guettes-Clochettes

constituait

l’autre "gros morceau" de ce

conseil. L’expression s’impose

s’agissant d’un projet de plus de 450 millions d’euros, qui va se

déployer sur les quinze prochaines années. Impossible de détailler ici l’énorme contenu de

consacré un dossier spécial l’été

juste avant que les élus de Vénissieux, Saint-Fons et la Métropole

n’aillent défendre leur copie à

Paris, devant l’agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU).

À l’issue de ce rendez-vous, l’ANRU

a

décidé

d’accorder

134 millions d’euros sur un maxi-

mum possible de 180. Sur l’ensemble des travaux prévus, trois

chantiers n’ont pas reçu le soutien de l’agence nationale : la démolition-reconstruction de la

piscine Delaune, la création d’une

halle couverte pour le marché de

ville.

L’opposition s’est abstenue, à l’exception du groupe de Christophe

Girard qui a approuvé la délibération, tout en estimant que la

somme obtenue était le signe d’un "fiasco". Mais selon l’élu de droite, plus que de financements c’est

d’une "dynamique sociale" que manque la Politique de la ville.

Précisant sa pensée, l’ex-villiériste a pourfendu "la gauche [qui]

a toujours sapé les repères sociétaux, en premier ceux de la famille

et de l’éducation, mais aussi de

notre culture, faisant le lit du communautarisme".

"J’ai l’impression d’entendre Maréchal nous voilà", a ironisé PierreAlain Millet. g

GILLES LULLA


4

ACTUS

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

MUNICIPALES

MUNICIPALES

Le Dr Dureau veut "poser le bon diagnostic"

Déambulation écologiste

senté à la presse les grands axes du

adjointe d'Europe Écologie Les Verts, Marc Soubitez (Génération Écologie)

Le mardi 28 janvier, une dizaine de partisans de la liste “Pour Vénissieux, une nouvelle ère, un nouvel air” a sillonné le quartier de Parilly sous une pluie battante. La tête de liste Sandrine Perrier a mené cette “déambula-

tion”, en compagnie notamment de Sandra Régol, secrétaire nationale

Le 6 février, Pascal Dureau a pré-

et Nathalie Dehan (tête de liste écologiste dans la circonscription métro-

programme et quelques-uns des

politaine Lyon Sud-Est). Au fil des rues, les militants ont relevé les réalisa-

membres de sa liste "Vénissieux

tions municipales jugées positives

demain". Une liste qui se revendique

L’occasion aussi de dénoncer l’aménagement du Puisoz Grand Parilly avec

qu’elle "rassemble des insoumis, des

ses grandes enseignes commerciales, “des multinationales symboles de la

écologistes, des socialistes, des démo-

sur-consommation et d’un modèle en déclin, pas irréprochables sur le plan

crates et des citoyens de la société

civile qui ont à cœur de défendre la

PHOTO RAPHAËL BERT

social-écologie".

Son programme "s’appuie sur trois piliers que sont la justice sociale, la croissance verte et la démocratie permanente" et entend "restaurer l’am-

bition à Venissieux". Parmi les

“Vénissieux demain” souhaite créer un Observatoire de la délinquance

"actions phares" évoquées par le candidat et son équipe, les proposi-

de maintenir ces agents en doublons

missariat aura refusé d’enregistrer.

tions sur la sécurité (M. Dureau pré-

désarmés de la police nationale, nous les recentrerons sur leur vraie mis-

on ne pose pas le bon diagnostic, on

avec celles de ses adversaires. "Plu-

tôt que de participer à la surenchère pratiquée par ceux qui veulent mul-

tiplier les effectifs de la police muni-

cipale sans dire comment ils finan-

ceraient cette promesse, et plutôt que

sion, qui est d’appliquer une tolé-

rance zéro contre les incivilités, ce qui nous gâche la vie au quotidien" a expliqué le candidat.

“Vénissieux demain” souhaite créer

un Observatoire de la délinquance, qui prendra les plaintes que le com-

fiscal ou social, et qui contribuent à dévitaliser les centres-villes”. g

"Je suis bien placé pour le savoir, si ne prescrit pas le bon traitement", lance le Dr Dureau.

Éducation, démocratie locale… Le

PHOTO RAPHAËL BERT

fère le mot de "sérénité") tranchent

(composteurs, cédez-le-passage

cyclistes...), mais aussi les incivilités d’automobilistes aux abords de l’école.

sans étiquette tout en rappelant

détail des propositions est accessible sur le site de la liste, à l’adresse venissieuxdemain.fr.

g

F.T-B.

MUNICIPALES

BRÈVES DE CAMPAGNE

LR et RN rejouent accords et désaccords

Nouveau soutien pour la liste menée par Michèle Picard pour les municipales. Après le PCF, La France insoumise, le Parti socialiste, la Gauche républicaine et socialiste, c’est Place publique, le parti lancé en

Selon Damien Monchau, tête de

désirs pour des réalités”.

âge et de son état de santé”. “En

2018 par plusieurs personnalités de gauche, dont Raphaël Glucksmann,

nal (RN, ex-FN) aux élections

agression” n’aura pas tenu long-

chau se comporte comme un vul-

La liste “Lutte ouvrière” conduite par Marie Seemann tiendra une réunion

l’abus de faiblesse” estime Chris-

Gérin).

Dénonçant “un courrier particu-

liste "de large rassemblement des forces de gauche" le samedi 15 février

chau entend porter plainte pour

La liste "Pour Vénissieux, écologique et solidaire", conduite par San-

tions visant à détourner des suf-

18h30, au foyer Marcel-Sembat (11, boulevard Marcel-Sembat).

M. Girard “à cesser de jouer les

par Michèle Picard sur la circonscription des Portes du Sud organise sa

Même réthorique du côté du

La liste “Vénissieux demain” conduite par Pascal Dureau tiendra son

M. Monchau “est l’allié de

avenue de la Division-Leclerc).

liste du Rassemblement natiomunicipales de Vénissieux de mars prochain, un accord entre

sa formation et le candidat

investi par Les Républicains,

Christophe Girard, prévoyait de fusionner leurs deux listes au

second tour, après une campagne où les deux parties

devaient “s’abstenir de s’attaquer”. Contacté par Expressions,

M. Monchau précise que cet accord a été conclu lors d’une

Cet éventuel “pacte de nontemps.

Le

communiqué

4

de

février,

presse

un

de

Damien Monchau dénonce “les

basses manœuvres de Christophe Girard” pour l’empêcher

de constituer une liste. En cause, un courrier daté du 31 janvier

2020, envoyé aux colistiers de M. Monchau lors du scrutin de

2015. Signé “Christophe Girard, candidat de la droite”, il décrit

M. Monchau comme “quasi

rencontre entre M. Girard et le

absent du terrain”, lui reproche

Antoine Mellies, le 16 octobre

de conviction”, l’accuse de “favo-

délégué départemental du RN,

2019, à Chassieu. De son côté,

M. Girard admet avoir rencontré le responsable du RN, mais “pour le mettre en garde contre

les pratiques de M. Monchau”, et dément le reste : “il n’y a jamais

eu d’accord, Monchau prend ses

“son manque d’implication, voire

riser l’abstention et la dispersion des voix”. La lettre de M. Girard

évoque la présence, sur la liste

conduite par M. Monchau en

2015, d’un candidat jugé “incapable de formuler un quelconque consentement en raison de son

l’incluant sur sa liste, M. Mon-

qui soutient le maire sortant.

gaire démarcheur pratiquant

publique le 14 février à 18 heures, salle Albert-Rivat (8, boulevard Laurent-

tophe Girard.

La liste "Vénissieux 2020" conduite par Michèle Picard présentera sa

lièrement odieux” , Damien Mon-

à 10 heures, salle Irène Joliot-Curie (68, boulevard Irène Joliot-Curie).

“divulgation de fausses informa-

drine Perrier, présentera son programme et ses candidats le 20 février à

frages”. Le candidat RN appelle

La liste “Pour une métropole des communes et des citoyens” conduite

idiots utiles de Madame Picard”.

réunion vénissiane le 4 mars à 18 heures, salle Joliot-Curie.

candidat LR, qui estime, lui, que

meeting le lundi 9 mars à 18 heures, Maison des fêtes et des familles (20,

Michèle Picard qui détruit notre

ville”. M. Girard présente la missive comme “un courrier privé, une invitation à discuter” avec

ses destinataires et souhaite se “ recentrer sur la campagne”.

g

F.T-B.

BON À SAVOIR Notre rubrique “Élections 2020” rend compte des campagnes pour les municipales et métropolitaines des 15 et 22 mars prochains, sur la base des informations et invitations qui nous sont adressées par les candidats à : redaction@expressions-venissieux.fr Une présentation complète des candidats et de leurs programmes sera faite dans le numéro du mercredi 11 mars, quelques jours avant le premier tour.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 12 fÊvrier 2020 - n° 685

5

NOUVEAU BACCALAURÉAT

ECOLE ERNEST-RENAN

"Nos Êlèves sont des cobayes"

Deux mois sans accompagnant pour des Êlèves handicapÊs

A

tion de handicap). Seulement deux

l’Êcole, NoÊmie Jouve (FCPE), a

l’entrÊe de l’Êtablissement. Deux

Êcrit à l’inspecteur d’acadÊmie

enseignants sur trois intervenant en

pour demander leur remplace-

classe de 1re ont observĂŠ le mouve-

ment, rappelant que “la privation

ment, mais ils n’Êtaient qu’une poi-

prolongĂŠe de ce soutien a des consĂŠ-

gnÊe à s’être rassemblÊs sous une

quences rĂŠellement nĂŠgatives pour

PHOTO RAPHAĂ‹L BERT

banderole "Jacques-Brel en colère".

la qualitĂŠ des apprentissages, mal-

Cause de leur mÊcontentement : les

grĂŠ le professionnalisme des ensei-

E3C, autrement dit les ĂŠpreuves de

gnants. Pour la rÊussite de chaque Êlève en situation de handicap, l’as-

langues vivantes et mathĂŠmatiques), qui comptent pour 30Â % de la note

Fin janvier, professeurs et lycĂŠens ont exprimĂŠ leur mĂŠcontentement

finale du baccalaurĂŠat nouvelle for-

mule. Pour manifester leur opposi-

exagÊrer, j’ai senti de la panique dans

tant moins de sens avec des Êlèves

tion,

les rangs. En Êtant moins pressÊs, en tenant compte de l’avis des ensei-

nent presque tous de collèges classÊs

la

surveillance des examens. Ces der-

niers ont toutefois pu avoir lieu, l’administration

ayant

pris

ses

dispositions et mobilisĂŠ du personnel administratif.

Les enseignants dĂŠnoncent Ă la fois

la forme et le fond de ces E3C. La forme, pour le manque de prĂŠpara-

tion et la prÊcipitation. "Je n’ai pu organiser qu’un seul entraÎnement en

temps rĂŠel, dĂŠplore CĂŠcile ThĂŠnot,

professeur d’espagnol. C’est très dur pour les Êlèves, ils ne sont pas prêts." Sa collègue Catherine Martel, pro-

fesseur d’allemand, abonde : "Sans

gnants, on aurait pu faire les choses beaucoup mieux. Mais lĂ , on a le sen-

timent que nos Êlèves sont traitÊs

comme des cobayes. Il y a une forme de violence dans la mise en place de la rĂŠforme du bac."

Les profs soulèvent Êgalement des questions de fond. "Quel sens cela at-il d’Êvaluer les jeunes à ce moment de l’annÊe ? reprend Catherine Mar-

tel. Ils n’ont qu’un trimestre derrière eux. Et l’an dernier, ils ont suivi une

seconde ancienne formule, donc pas

adaptĂŠe au nouveau baccalaurĂŠat."

comme ceux de Jacques-Brel, qui vien-

en ĂŠducation prioritaire, et qui ont

gnants. "Ce sont les Êlèves qui trin-

quent, dĂŠnonce Bernard Bagagia,

toujours se battre avec l’inspection acadÊmique pour

obtenir

les

moyens auxquels les Êlèves ont droit."

Une première remplaçante est arrivÊe de l’Êcole Georges-LÊvy le 15 janvier, mais à mi-temps. Fina-

lement, le 3 fÊvrier, l’inspection

acadĂŠmique a rĂŠ-affectĂŠ deux AESH Ă Ernest-Renan, avec la mĂŞme enveloppe horaire que prĂŠ-

cĂŠdemment. Un soulagement au

goĂťt amer, pour Sacha Tarassioux, un parent d’Êlève. “Comme les rem-

placements sont organisĂŠs entre ĂŠcoles de la circonscription, Ă effec-

tif constant, ça revient à dÊshabiller Pierre pour habiller Paul, si Paul

fait plus de bruit. Ce système ne fait

que gÊrer la pÊnurie sur le dos des enfants !� g

M.F. ET F.T-B.

parer à l’examen final. Les Êlèves de centre-ville ont les bagages pour s’en

sortir lors de ces ĂŠpreuves anticipĂŠes, pas les nĂ´tres."

En plus de leur mouvement de grève, les enseignants ont rÊdigÊ un

communiquÊ à l'intention des parents d’Êlèves oÚ ils rÊaffirment

leur opposition à "ces Êpreuves injustes qui renforcent les inÊgalitÊs entre les Êlèves et entre les lycÊes". g

Pour Christine ThÊnot, "cela a d’au-

G.L.

La prĂŠsence des aidants est indispensable aux enfants en situation de handicap

Des sportifs libanais à Sembat À l’occasion du championnat aca-

BON À SAVOIR Inscriptions scolaires en maternelle : jusqu’au 30 avril Pour les inscriptions en première annÊe de maternelle (enfants nÊs au plus tard le 31 aoÝt 2018), les prises de rendez-vous sont ouvertes jusqu’au 30 avril en s’adressant directement au service Êducation de l’hôtel de ville (3e Êtage) ou en tÊlÊphonant 04 72 21 45 56 (de 8h30 à 17 heures).

dĂŠmique UNSS de circuit training, des lycĂŠens originaires de Baabda, Ă cĂ´tĂŠ de Beyrouth, ĂŠtaient rĂŠcem-

ment accueillis Ă la citĂŠ scolaire Sembat-Seguin. Les 23 lycĂŠens liba-

NouveautĂŠ cette annĂŠe : il est aussi possible de prendre rendez-vous en ligne sur le site de la mairie : www.ville-venissieux.fr, rubrique Enfance jeunesse.

nais ont fait ce dÊplacement à l’in-

vitation de Sophie Bret, directrice

rÊgionale de l’Union nationale du sport scolaire (UNSS). Ils ont paral-

lèllement dÊcouvert le Vieux Lyon, des matches de l’OL et de l’ASVEL.

Confirmation du cĂ´tĂŠ des ensei-

portement. C’est usant de devoir

besoin de plus de temps, pour se prĂŠ-

RENCONTRE

le musĂŠe gallo-romain, et assistĂŠ Ă

sistance humaine est primordiale�.

SNUipp-FSU. Sans aide, certains

ARCHIVES RAPHAĂ‹L BERT

sĂŠchĂŠ

et 24 pour l’autre). Problème : l’un

conseil des parents d’Êlèves de

de grève le jeudi 30 janvier, devant

ont

(20 heures par semaine pour l’un

Le 13 dĂŠcembre, la prĂŠsidente du

Brel ont organisĂŠ un nouveau piquet

profs

postes sont affectÊs à l’Êcole

dĂŠcembre 2019, et non remplacĂŠs.

fesseurs du lycĂŠe Jacques-

les

enfants ont rĂŠgressĂŠ dans leur com-

depuis mi-novembre et dĂŠbut

le lundi 27Â janvier, les pro-

(histoire-gĂŠo,

(Accompagnants d’Êlèves en situa-

et l’autre Êtaient en arrêt-maladie

près un premier dÊbrayage

continu

directeur de l’Êcole et syndicaliste

huit Êcoliers ont besoin d’AESH

Les professeurs du lycÊe Jacques-Brel ont refusÊ fin janvier d’assurer la surveillance des Êpreuves communes de contrôle continu (E3C) du bac, qu’ils dÊnoncent à la fois sur la forme et le fond.

contrĂ´le

Au groupe scolaire Ernest-Renan,

       

Documents à prÊsenter : livret de famille ou copie intÊgrale de l’acte de naissance, justificatif de garde de l’enfant pour les parents divorcÊs ou sÊparÊs, justificatif de domicile de moins de trois mois ou attestation d’hÊbergement, carnet de vaccination ou de santÊ.


ACTUS

6

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

INITIATIVE

PERMACULTURE

Du soutien pour les aidants

Jardinons autrement !

L

Les acteurs de l’aide aux aidants, accompagnés par la Métropole de Lyon, ont décidé d’unir leurs forces pour créer une offre complète et facile d’accès. orsqu’on accompagne un

proche malade, âgé ou en situation de handicap, il n’est

ARCHIVES RAPHAËL BERT

pas toujours facile de trouver du soutien. Et pourtant, les chiffres sont

là : sur le territoire de la Métropole de Lyon, on recense 160 000 aidants

dont 35 000 consacreraient plus de

50 heures par semaine à leur

ARCHIVES RAPHAËL BERT

proche. Ils sont entre 69 % et 97 % à déclarer être impactés par la situa-

tion d’aide dans leur vie de famille, professionnelle, financière… Plus

surprenant : deux tiers d’entre eux disent ne jamais avoir reçu d’infor-

Sur le territoire de la Métropole de Lyon, on recense 160 000 aidants

rien que dans l’agglomération, près

à Lyon. Centre de ressources pour

vendredi de 11 heures à 19 heures,

aidants existent.

et par les 90 adhérents de l’associa-

midi.

mation sur les aides existantes. Or,

de 200 services dédiés aux proches

Pour remédier à cette situation, le Grand Lyon vient de créer "Métro-

pole aidante". Joignable sur internet (www.metropole-aidante.fr) et par téléphone (04 72 69 15 28), elle pro-

pose aussi un lieu physique d’ac-

cueil, d’écoute, d’information et d’orientation au 292, rue Vendôme

les aidants, animé par trois salariés tion, il permet des entretiens avec

des professionnels, des temps de rencontre et de partage entre

aidants, mais aussi des formations, des ateliers, des conférences et évé-

nements tout au long de l’année. Il

est ouvert au public le lundi de

et le samedi matin de 9 heures à Cette démarche unique en France

réunit une centaine d’organisations et bénéficie du soutien financier de la Métropole de Lyon, de l’Agence régionale de santé (ARS) Auvergne Rhône-Alpes et du groupe Apicil. g

14 heures à 19 heures, du mardi au

M.F.

Et si l’on cultivait en s’appuyant

système."

tiquant la permaculture ? Cette

nue au compost, au purin d’ortie

pleinement sur la nature, en pramanière de jardiner "écolo" est

utilisée depuis des années par les

amateurs du jardin de la Passion, au pied des tours de La Darnaise. "La permaculture regroupe les pratiques du jardinage biologique,

rappellent Karima, Salmata, Evelyne et Abdel, des habitués du jar-

din. Mais la démarche va plus loin, elle ne profite pas seulement au

jardinier mais à toute la terre, à tous les êtres vivants. En un mot,

la permaculture prend en considération la biodiversité de chaque

Ni engrais ni pesticides, bienve-

et au travail manuel. “On utilise le râteau, la pelle et la binette

depuis des années. On plante des

légumes, mais aussi des fleurs pour attirer les insectes. On fabrique notre propre compost. On

apporte nos déchets alimentaires de la maison et des habitants nous en donnent aussi. Il faut entre huit mois et un an au compost pour que nous puissions l’utiliser. Et nous

fabriquons aussi notre purin d’ortie pour fertiliser les sols." g

M.F.

CONSOMMATION

Courses en Vrac

LABEL CIT’ERGIE

Vénissieux sur le podium régional Cit’ergie est un programme créé

ment et au développement dura-

des villes de la région Auvergne

nement et de la maîtrise de l’éner-

renouvelé pour les quatre pro-

noble.

par l’Ademe (l’Agence de l’environ-

gie) qui récompense les collec-

tivités pour la mise en œuvre

d’une politique climat-air-énergie ambitieuse. Les labels Cit’ergie étaient décernés fin janvier à Bor-

deaux, lors des assises euro-

péennes de la transition énergétique.

La Ville de Vénissieux, labellisée

depuis 2016, était représentée par Pierre-Alain Millet, adjoint au loge-

ble. La municipalité a vu son label chaines années. En 2016, la com-

mune avait obtenu un taux de 55 % (le label est décerné au-des-

sus de 50 %) pour la politique

menée en faveur du contrôle et du suivi des consommations, de la rénovation thermique, du développement des énergies renouve-

lables… Cette année, sa note s’est élevée à 61 % du maximum possi-

ble, ce qui la place en 3 position e

Rhône-Alpes derrière Lyon et Gre-

L’adjoint au maire a pris soin de remercier Cécile Vigouroux, responsable du service environne-

ment municipal, et Marie-Joseph Omer, responsable du service énergie, "qui sont les deux anima-

trices de l’énorme travail réalisé dans la mairie, avec les référents

Au centre social de Parilly, l’association Vrac propose à ses adhérents un

services". g

Le 3e mardi de chaque mois, les bénévoles accueillent les riverains venus

développement durable de tous les

G.L.

achat groupé de denrées de qualité, souvent bio, locales et sans emballage. récupérer les produits commandés en ligne. Plus d’infos au 04 78 76 41 48.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 12 février 2020 - n° 685

INFOS COMMERCE

LA PYRAMIDE

Déco sur-mesure

Privés de courrier

U

En ce début d’année 2020, Vénis-

sieux accueille un nouvel artisan

Un défaut de sécurité des boîtes aux lettres a privé de courrier les locataires d'une tour pendant un mois.

d’art. Aurélie Carré, qui excelle en

tapisserie d’ameublement, a laissé derrière elle le monde de la banque

ne

et de la com', pour se laisser rattra-

seule

lettre

vous

manque et tout est dépeu-

per par sa passion. Après une suc-

plé. Pendant près d’un

cession de stages nécessaires à

mois, le courrier des 80 locataires

métier peu répandu, la Maison

de-la-Résistance est resté bloqué

l’acquisition des savoir-faire d’un

de la tour 69 de la rue des Martyrs-

Carélie est née. D’abord à Décines

au bureau de poste. Motif ? Un

où les machines à coudre se sont

défaut de sécurité des boîtes aux

rejoindre le parc Préssensé, à Vénis-

mon atelier.” Pas besoin donc de

Aurélie Carré a trouvé ici l’espace

sur-mesure. “Que ce soit pour des

sieux, parfait pour son activité.

nécessaire pour travailler ses pièces de tissus hors normes, un parking

disponible pour ses visiteurs et une localisation idéale pour ses dépla-

cements. “L’accès au périph' est par-

fait pour mes fournisseurs et mes

livraisons sur toute la métropole, et

le bus juste à côté, me donne accès à

tout Lyon pour visiter mes clients. Petit plus : j’habite à quelques pas de

vitrine sur rue pour cette artiste du rideaux, des banquettes, des cous-

sins, à destination des professionnels ou des particuliers, le sur-mesure se fait toujours chez le client. Ne serait-

ce que pour l’éclairage particulier à chaque lieu, qui joue inévitablement sur la couleur du tissu.” g

MAISON CARÉLIE - 06 77 64 69 84. CONTACT@MAISON-CARELIE.COM WWW.MAISON-CARELIE.COM

et plus étoffés, la nouvelle

ce 5 février, l’enseigne référence

produits de meilleure qualité en

Pas d’affolement pour les habitués, les murs et l’équipe sont

toujours là. Sauf que pour vous accueillir, ils portent désormais les couleurs orange et violette de

la grande marque de distribution

britannique B & M. Pas beaucoup plus d’une semaine de fermeture a été nécessaire pour transfor-

mer le magasin et accueillir les nouveaux produits du distribu-

teur. Avec des rayons plus grands

enseigne souhaite proposer des

gardant les prix discount qui ont fait le succès de Babou. En plus de la stabilité des prix, tout est

fait pour que l’ambiance commerçante et de proximité du magasin

perdure.

peut ouvrir les boîtes avec une pièce

de monnaie”, nous avait expliqué le 30 janvier une habitante, Arlette

Lamy. Son bailleur, Lyon Métro-

pole Habitat (LMH), avait assuré “être conscient du problème”, mais

lui suggérait de se rapprocher des services de La Poste. Ce que

Près de quatre-vingt personnes n’ont pas reçu leur courrier dans leurs boîtes pendant un mois.

faire. “À 77 ans, je vis toute seule,

voient vers le bailleur, alors que le

services la pose des serrures par

ne s’occupent pas de moi. J’attends

et du droit me dit au contraire de

qui est intervenue cette fin de

Mme Lamy s’était empressée de

des revues auxquelles je suis abon-

Quel Vénissian n’a jamais dit : de l’allée des Savoies n’est plus.

inefficace, n’importe quel enfant

mes enfants et mes petits-enfants

Babou passe sous pavillon britannique “C’est vers Babou”. Mais depuis

lettres. “Le blindage est totalement

Stéphane

PHOTO ALAIN SEVEYRAT

installées provisoirement, avant de

7

née, des courriers administratifs et personnels, confiait-elle en exhi-

bant sa dernière facture reçue le

conciliateur de la Maison de justice joindre La Poste.”

Contacté par nos soins, le bailleur a assuré que les boîtes aux lettres

étaient “forcément aux normes”. Le

2 janvier. S’il faut que j’aille à

service communication de La

récupérer, c’est vraiment pénible.”

dysfonctionnement : “Après que les

chaque fois dans le centre pour les Mais pas de réponse satisfaisante de côté de La Poste. “Ils me ren-

Poste a en revanche reconnu un boîtes aux lettres ont été changées

par le bailleur, il incombait à nos

n’est donc plus nécessaire de se rendre au centre courrier, mesure temporaire

prise

travaux.” g

le

temps

des

ALAIN SEVEYRAT

Raimu (du 2 au 40), le boulevard

Irène-Joliot-Curie, le boulevard Marcel-Sembat, et la rue Louis-

nous aime bien en retour. Il y a

Jouvet.

une ambiance conviviale que l’on

Les propriétaires sont invités à

retrouve dans peu de magasins de

maintenir leurs animaux autant

cette envergure. Et ça, on ne veut

que possible à leur domicile pen-

pas que ça change”. Un nouveau

dant la campagne de capture, de

défi donc, mais qui semble bien

8 heures à 14  heures et de

engagé puisque les deux pre-

19 heures à 23 heures.

miers jours d’ouverture ont

Les chats capturés portant une

accueilli pas moins de 10 000 visi-

identification,

bles, un rayon alimentaire a fait

Les propriétaires sont invités à maintenir leurs animaux autant que possible à leur domicile pendant la campagne.

timide, il a vocation à s’agrandir

Afin de gérer l’errance animale

chats errants vivant en groupe,

à petits prix. g

Ville mène jusqu'au 6 mars 2020

taire connu. Ils seront stérilisés

DES SAVOIES .

samedi matin (1er février, ndlr). Il

rues de l’Industrie (du 1 au 49) et

aimons bien notre clientèle et elle

B & M – 6, ALLÉE

l’ensemble du courrier dès ce

dans le périmètre délimité par les

une affaire personnelle : “Nous

pour offrir les grandes marques

avons pu de nouveau distribuer

Campagne de stérilisation des chats errants

nouveau directeur B & M, en fait

son apparition. Pour le moment

semaine dernière. De fait, nous

QUARTIER JULES-GUESDE

Rivoal, ex-directeur Babou et tout

teurs. Parmi les nouveautés nota-

l’intermédiaire de notre prestataire,

dans le quartier Jules-Guesde, la

une campagne de capture des

non identifiés et sans propriépuis relâchés sur leur lieu de vie

décelable

sur

place, seront relâchés. Dans le cas contraire, le propriétaire sera

invité à récupérer son animal au refuge SPA de Brignais et devra prendre à sa charge les frais de dossier et de garde.

g

G.L.


ACTUS

8

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

EN CHIFFRES À Lyon : ● Un parc de 4 000 trottinettes ● 3 300 trottinettes disponibles ou utilisées "chaque jour à un instant T" ● 430 000 utilisateurs revendiqués, ayant effectué en moyenne 11 trajets À l’international : ● Lime est présent dans

une centaine de villes PHOTOS RAPHAËL BERT

● Chiffres d’affaires :

400 millions de dollars ● Les trottinettes Lime ont

déjà parcouru 100 millions de trajets.

Lime emploie 35 personnes à temps plein, dont un tiers de Vénissians.

DÉPLACEMENTS

Trottinettes lyonnaises, ateliers vénissians Installée à Vénissieux depuis octobre 2018, la succursale rhodanienne du géant californien Lime gère un parc global de 4 000 trottinettes en libre-service. Aux critiques de ses détracteurs, elle oppose une démarche protectrice de l’environnement et en phase avec les besoins de la société.

E

n quelques mois, elle est

état, les petits deux-roues noirs et

travaillent

avec

soit un chiffre d’affaires moyen de

ne connaît même pas le nom, le pré-

de la trottinette électrique

recharge, avant de passer une der-

cette main-d’œuvre s’ajoute la qua-

tion, Lime a versé 3 millions d’eu-

sateurs." Certaines données seront

devenue le leader lyonnais

en libre-service. Installée à Vénis-

sieux depuis octobre 2018, la suc-

cursale rhodanienne du géant californien Lime gère un parc de

4 000 deux-roues. C’est dans un

entrepôt discret de 900 m2 que la

quasi-totalité des opérations de maintenance et un tiers des

recharges de batterie sont réalisés. Le travail ne manque pas : l’entreprise revendique 430  000 utilisa-

teurs lyonnais, ayant effectué chacun onze trajets en moyenne.

"Les trottinettes sont déposées par

les chauffeurs devant la porte du bâtiment. Elles sont ensuite ame-

verts pourront accéder à la nière fois au crible de l’application embarquée. Charge alors au chauf-

feur de la scanner, de l’embarquer

et la déposer à l’endroit souhaité.

"Au fil de l’eau, nous récupérons des pièces sur les modèles en réparation

pour les utiliser sur d’autres, reprend Antoine Bluy. Nous utili-

sons donc peu de pièces détachées neuves. Et les trottinettes ont fina-

lement une durée de vie moyenne de

neuf mois à un an, pour environ

2 000 kilomètres parcourus à raison de cinq trajets par jour."

ANCRAGE LOCAL

nées sur l’aire de diagnostic, détaille

Sur le site vénissian, 35 salariés se

Bluy. Tout est vérifié : les freins, les

minuit, pour un salaire oscillant

le responsable du site, Antoine lumières, les accessoires de visibi-

lité, la capacité d’accélération, le

GPS. Si tout est bon, elles traversent le local pour aller au rechargement.

Celles qui sont défectueuses sont

réparties dans les différents postes

de maintenance." Une fois remis en

relaient entre huit heures et entre 1 400 et 2 500 euros net en

régulièrement

nous", explique Antoine Bluy. À rantaine d’entreprises sous-trai-

tantes — soit environ 50 salariés.

Elles sont chargées du ramassage,

du déploiement et d’une partie de

trottinettes laissées à l’abandon sur

rie", précise le manager. Car depuis le début de l’année, la société lyon-

naise ne travaille plus avec les auto-entrepreneurs et les micro-

entrepreneurs, désormais poussés à fonder des sociétés commer-

ciales. Un système qui permet notamment

à

l’entreprise

de

s’adapter aux variations du mar-

ché, sensible aux caprices de la météo. "En hiver, le trajet moyen est

de 1,2 km, alors qu’il monte à 1,8 en été, indique Antoine Bluy. Dès l’ar-

ses prestataires passera donc de 85

que nous connaissons bien car ils

ET DÉCONGESTIONNER LA VILLE"

font aussi du VTC ou de la message-

embauchés à temps plein : un tiers sont des gens formés par nos soins,

"DÉCARBONER

Régulièrement pointée du doigt

d’une à quinze personnes. Certains

rivée des beaux jours, l’effectif total

en CDI, les autres en intérim. "Ce

ros à ses sous-traitants lyonnais.

la recharge. "Ce sont des TPE-PME

fonction des primes, liées notam-

ment aux horaires. Tous sont

215 euros. Depuis son implanta-

des personnes salariées par Lime et

à 150 environ." La veille de notre

entretien, chaque prestataire avait effectué en moyenne 43 recharges,

pour les dommages causés par les les trottoirs ou pour les comporte-

ments parfois dangereux de ses clients*, Lime oppose à ses détrac-

teurs un modèle de développement vert, en phase selon elle avec les

besoins de la société. "C’est un mode de transport silencieux qui décar-

bone et décongestionne la ville avec

de l’électricité verte et locale, assure Antoine Bluy. Nos premiers utili-

taires électriques sont arrivés à Paris, et le nôtre ne devrait pas tarder. Quant à l’appel à des sous-trai-

tants locaux pour la récupération

des trottinettes, il diminue notre

nom, le genre ou l’âge de nos utili-

en revanche prochainement utili-

sées dans un objectif sécuritaire.

Actuellement en phase de test, un système à base d’intelligence arti-

ficielle utilisera les coordonnées

GPS, temps de trajet, parcours, vitesses et niveaux d’accélération

pour évaluer la probabilité d’une circulation sur le trottoir. "Il se contentera dans un premier temps d’avertir l’usager, et lorsque le sys-

tème sera parfaitement au point, il

ralentira le moteur", assure Antoine

Bluy. Dans certaines rues piétonnes lyonnaises – rue de la République par exemple – la vitesse de l’engin est d’ailleurs déjà automatiquement bridée à 5 km/h par le GPS.

ALAIN SEVEYRAT

empreinte carbone et augmente

(*) ÉVOQUANT "UNE GÊNE GRANDISSANTE", LE MAIRE DE VILLEURBANNE, JEAN-PAUL BRET, A PRIS EN OCTOBRE DER-

Lime ne collecte ni ne revend

NIER UN ARRÊTÉ INTERDISANT LE STATIONNEMENT DES

notre efficacité." Et de rappeler que aucune donnée personnelle. "On

g

TROTTINETTES ÉLECTRIQUES EN LIBRE-SERVICE SUR LES TROTTOIRS DE SA COMMUNE, EFFECTIF AU 1ER NOVEMBRE.


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 12 février 2020 - n° 685

9

PRATIQUE DU VÉLO

Sur la pente ascendante Mauvaise élève de l'Europe – surtout si on la compare aux pays nordiques – la France ratrrape doucement son retard pour la pratique régulière du vélo. Lyon est une des agglomérations les plus dynamiques dans cette remontée. Et Vénissieux n'est pas en reste. DOSSIER RÉALISÉ PAR : GILLES LULLA ET FRANÇOIS TOULAT-BRISSON PHOTOS : RAPHAËL BERT

L

e test est instructif. Sur votre moteur de

Certaines villes comme Bordeaux, Grenoble ou

puis lancez la recherche images : apparaît

remontée, se rapprochant des champions euro-

recherche préféré, entrez le mot "cycliste"

tout un peloton de coureurs casqués, moulés

dans des maillots et cuissards colorés. Entrez maintenant fietser ("cycliste" en hollandais) : surgissent alors des femmes et des hommes de tout

âge, évoluant en tenue de ville dans un milieu urbain.

Strasbourg, ont pris de l’avance dans cette

péens que sont Copenhague et Amsterdam. Mais

globalement en France, selon une étude de l’Insee publiée en 2017, seuls 2 % des actifs vont travailler à vélo, contre 26  % aux Pays-Bas et 10 % en Allemagne.

À Lyon, ce taux était de 6 % intra-muros, et de

Au pays de la Grande Boucle, le vélo est encore

2 % pour l’ensemble de l’agglomération. La capi-

un mode de déplacement. À partir des années

retard. Le lancement de Vélo’v en 2005, l’amé-

perçu comme un sport et un loisir, pas comme

cinquante, quand les prolos ont commencé à délaisser leur biclou pour sauter dans une auto, le vélo a quasiment disparu de nos rues. Ce n’est

que depuis le début des années 2000 qu’il revient progressivement en grâce.

tale rhodanienne part de loin mais rattrape son

nagement des berges du Rhône, l’approbation

du Plan modes doux en 2009 puis du Plan d’actions pour les mobilités actives (PAMA) en 2016,

toutes ces initiatives ont payé. Le trafic cycliste

a quadruplé entre 2005 et 2017. En 2018, 25 mil- >>>


10 >>>

DOSSIER

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

lions de passages vélos ont été

municipalité soutiennent la pro-

tallés dans l’agglo. Le nombre de

notamment par la subvention du

recensés par les 67 capteurs inskilomètres de pistes cyclables a été multiplié par cinq en vingt ans

pour atteindre près de 1000 km. Et pour la 3e année consécutive, la Métropole se classe dans le top

5 mondial des territoires où la

pratique de la petite reine augmente le plus. La croissance

annuelle du trafic oscille désormais entre 10 et 15 %.

Ces progrès sont surtout visibles

dans la ville centre. En périphé-

rie, où la part modale de l’autodans

les

transports

continue à dominer outrageuse-

ment, c’est nettement moins évident. Mais là aussi, à y regarder

de plus près, il ressort que la pratique du vélo gagne du terrain.

Fin 2018, Vénissieux comptait

41,6 km de voies cyclables, contre 26,7  km en 2012. Les employés municipaux ont parcouru quel-

que 29 000  km sur des vélos à assistance électrique en 2018,

contre 2 220 en 2011. Les pratiquants

quotidiens

que

pack autonomie vélo (lire plus

bas). Et les quelques capteurs installés sur la commune, même s’ils

souffrent de la comparaison avec

ceux de la Presqu’île, traduisent

une hausse de l’usage de la bicyclette.

"On distingue deux types de pra-

tique à Vénissieux, explique Nolwenn

Juhel,

en

charge

de

l’exploitation des données à la

ET À VÉNISSIEUX ?

mobile

motion des nouvelles mobilités,

nous

avons rencontrés (lire les témoignages de Déborah et Christophe)

témoignent d’un vrai changement de paradigme. La Métropole et la

Qui se déplace à vélo ? La part des déplacements à vélo en France n’est que de 3 %, très en dessous de la moyenne européenne. Selon l’Insee, 500 000 personnes se rendaient en 2 017 au travail à vélo. Qui sont-ils ? : - plus on est diplômé, plus on fait de vélo : 1,5 % parmi les actifs titulaires du bac et jusqu’à 5 % pour les titulaires d’un doctorat (bac +8), - les cyclistes réguliers sont plutôt des hommes que des femmes : 2,4 %, - le vélo est le seul moyen de transport dont le taux d’utilisation reste constant quel que soit l’âge, - les grands pôles urbains concentrent l’essentiel des cyclistes, mais leur nombre baisse dès que l’on s’éloigne du centre et tombe à moins de 1 % dans les villes de couronne.

Il y a les mouvements pendulaires entre Lyon et Vénissieux pour les trajets domicile-travail. Et puis le weekend, du côté de Parilly, c’est plus l’aspect loisir. Nolwenn Juhel, géomaticienne à la Métropole de Lyon

Direction voirie-mobilité urbaine

européens, il n'est pas inutile de

mouvements pendulaires entre

sente le vélo : simple d’utilisation,

de la Métropole de Lyon : il y a les Lyon et Vénissieux pour les trajets domicile-travail. Et puis le week-

end, du côté de Parilly, c’est plus l’aspect loisir."

Ainsi le capteur de la route de

Vienne a enregistré 118 953 passages en 2019 contre 99 657 en

2018, soit une hausse de 19,4 %. Boulevard Pinel, l'augmentation

sur la même période est de

18,4 %. Et boulevard Joliot-Curie,

avec 111 983 passages, la progression est de 7,8 %. On est certes encore très loin des 4 161 vélos

par jour relevés sur le pont

Lafayette, mais la dynamique est enclenchée.

Pour renforcer cette tendance et

rejoindre les standards nord

rappeler les avantages que prééconomique, écologique, rapide, accessible et bon pour la santé. Et

souligner qu’en agglomération 40 % des déplacements en voiture

se font sur des distances de moins

de 3 km ! Ce qui en dit long sur la marge de progression.

Mais selon les inconditionnels de

la bicyclette, plus que les mes-

sages de sensibilisation ou de culpabilisation, ce sont d'abord les

aménagements, donc les investissements publics – dans des pistes cyclables séparées améliorant la

sécurité, des garages plus nombreux et plus sûrs contre les vols

– qui doivent encore progresser

si l’on veut entraîner une véritable "vélorution". g

L’association Janus France propose des cours de conduite et de mécanique, ainsi que du m

PACK AUTONOMIE VÉLO

La “vélonomie” pour tous

“E

Pour favoriser les déplacements des personnes à faibles ressources, le Grand Lyon et Vénissieux soutiennent un programme d’acquisition et d’apprentissage du vélo. n ville, le vélo, c’est

de Lyon reconnaît que “les

Une idée reçue ? De

pratique du vélo atteignent plus

pour les bourges”.

fait, pour l’heure, la grande

majorité des cyclistes urbains sont diplômés, membres de

catégories socioprofessionnelles aisées et habitent en centre-

ville. En quelques décennies, l’image et l’usage de la bicyclette

(hors pratique sportive) sont

passés de “la bécane à prolo” au “Vélo’v à bobo”. Pourtant, par

son efficacité et son faible coût

à l’achat et à l’usage, le vélo est

un mode de déplacement pertinent pour les trajets quotidiens.

Décidée à réduire la pollution sur son territoire, la Métropole

actions de sensibilisation pour la

difficilement le public des personnes à faibles ressources”.

Outre que l’implantation de sta-

tions Vélo’v en première couronne est récente et limitée

(voir Expressions du 15 janvier),

de nombreux freins entravent cette pratique dans les quartiers populaires.

Pour Rodrigue Yao Ogoubi, le principal obstacle est l’absence de locaux sécurisés dans les

immeubles collectifs. “On en a vite marre d’être obligé de

remonter son vélo par l’ascenseur et de le stocker dans son

Les bénéficaires du “Pack autonomie vélo” suivent un apprentissage avant de prendre la route en autonomie


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 12 février 2020 - n° 685

11

TÉMOIGNAGES

Déborah et Christophe, ultra-pratiquants

I

l y a ceux qui enfourchent un Vélo’v à l'occasion pour aller de Conluence à Bellecour. Il y a ceux qui enfilent une tenue moulante le dimanche pour

aller souffrir sur les routes de campagne ou se crotter

sur les chemins boueux. Et puis il y a les vrais, les purs, les durs, qui prennent leur biclou tous les jours.

À l’image de Christophe Morel et Déborah Paquis. Tous deux salariés au Syndicat intercommunal des techno-

logies de l’information pour les villes (Sitiv), dont les

locaux voisinent ceux d’Expressions, ils sont parmi les premiers arrivés le matin au bureau. "Et jamais en

retard, on est des employés modèles, sourit Christophe. La neige, la pluie, les embouteillages, les grèves, tout

cela ne compte pas quand vous êtes à vélo. Le temps de

que je n’étais pas plus sportive ou écolo qu’une autre."

Depuis les hauteurs de Caluire, il lui faut 50 minutes

à vélo depuis… "une bonne trentaine d’années", précise-

trajet ne varie jamais."

pour rejoindre les Minguettes. Sa collègue est plus

proche : 15 minutes suffisent pour venir du Moulin-àVent. Si Christophe ne compte que sur ses jambes, Débo-

rah a opté pour l’assistance électrique. "Mais il ne faut pas croire, souligne-t-elle, on fournit un effort considé-

rable. J’ai calculé qu’en 2019 j’avais parcouru plus de

1 500  km, c’est pas mal  !" Christophe pour sa part dépasse allègrement les 6 000 km annuels, "sans compter le vélo loisir du week-end".

QUESTION D’ÉQUILIBRE

matériel d’occasion reconditionné - Contact au 07 83 69 64 75. appartement”, observe le fonda-

nos priorités : lier impérativement

France, une association créée à

pement humain et durable”, expli-

teur et porte-parole de Janus Vénissieux en 2013 pour faire la

promotion des déplacements à

vélo. Autres écueils, le prix (toujours trop élevé si le vélo doit

finir par rouiller sur le balcon)

et la peur de se lancer dans la circulation, où les pièges à cyclistes

sont nombreux (aménagements

accidentogènes, rails du tram, comportements…).

Pour lever quelques-uns de ces

obstacles, le Grand Lyon vient de

lancer un “Pack autonomie vélo”, destiné

à

“accompagner

les

publics éloignés du vélo vers une

pratique autonome et sécurisée”. Essentiellement mis en œuvre

par Janus France, le programme bénéficie

d’une

subvention

métropolitaine de 45 000 euros,

à laquelle s’ajoute celle de

4 000  euros que Vénissieux a

votée lors du conseil municipal du 3 février dernier, à raison de

40 euros par bénéficiaire vénissian. “Ce dispositif rejoint l’une de

la dimension sociale au dévelopquait le maire lors du conseil.

Moyennant une participation de 25 euros, les bénéficiaires du “pack” (identifiés par les centres

sociaux ou le CCAS) choisissent

Mais pourquoi s’astreindre à cette débauche d’énergie

quotidienne ? "C’est l’inverse d’une contrainte, corrige Déborah. Je ne pourrais plus m’en passer personnellement. Le grand air, l’exercice, ça me manquerait terri-

blement. À l’origine, il y a environ trois ans, j’ai pris le

vélo pour faire des économies et éviter de passer une heure dans les bus. Et puis j’y ai pris goût. À tel point que j’ai convaincu mon mari de suivre mon exemple. Les enfants s’y sont mis également. Toute la famille est mor-

due. C’est devenu un mode de vie. Pourtant, je vous assure

un vélo d’occasion dans le stock

avisé sur l’évolution de la pratique du vélo dans l’ag-

glomération. "Par rapport aux années quatre-vingt-dix, c’est le jour et la nuit. Il n’y avait pas de pistes cyclables. J’étais quasiment le seul "fou" à aller au boulot à vélo.

Aujourd’hui, on assiste à un véritable boom des nouvelles mobilités."

Même Déborah, qui a pourtant beaucoup moins de recul, constate un changement : "Il y a trois ans, on était une poignée à monter sur le plateau, maintenant je

dirais qu’on est une bonne quinzaine. Cela peut paraître

peu, mais la progression est très rapide et à mon avis ça ne va pas s’arrêter."

À condition que les aménagements cyclistes suivent.

turellement, on sent que le vélo n’a pas pris toute sa

crits. L’extension à Vénissieux,

place." Et Déborah d’ajouter : "Faire du vélo reste un

Oullins, Pierre-Bénite et Bron

exercice dangereux. Souvent je me dis que les pistes cycla-

doit permettre de toucher 300

bles n’ont pas été pensées par des cyclistes. Y’a du mieux

personnes d’ici fin 2020. Le suc-

incontestablement, mais y’a encore du travail." g

cès du dispositif l’ouvrirait à

débutants”, selon M. Ogoubi. g

"Y’A ENCORE DU TRAVAIL"

En tant que "vieux" cycliste, Christophe porte un regard

devraient être réellement séparées de la chaussée. Cul-

septembre, où il compte 24 ins-

est trop brève pour des “grands

le soir. C’est un équilibre, un besoin."

tures ou des camions en stationnement. Les pistes

gramme a débuté à Saint-Fons en

(trois semaines par bénéficiaire)

sas entre la maison et le travail le matin, et inversement

Encore trop souvent on y trouve des poubelles, des voi-

en toute autonomie. Le pro-

montre que la durée du dispositif

moi c’est devenu un moment indispensable, comme un

ble n’est toujours pas respectée comme elle devrait l’être.

tissage avant de prendre la route

mier retour d’expérience, qui

quotidienne du vélo. On peut dire que je suis accro. Pour

progrès sont réels, estime Christophe, mais la piste cycla-

ciation et suivent un appren-

à Saint-Fons ont permis un pre-

sport, en particulier le VTT, qui m’a amené à la pratique

matière la marge de progression est considérable. "Les

rer avec un technicien de l’asso-

Grand Lyon. Les premiers mois

t-il après un moment de réflexion. "C’est clairement le

Nos deux témoins se rejoignent pour dire qu’en la

de Janus, apprennent à le répa-

d’autres villes ou quartiers du

Christophe a un tout autre profil : il avale les kilomètres

Ce qu’attendent les cyclistes Selon une étude nationale menée en 2017 par la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) , il ressort que : - 80 % estiment qu’à vélo il est important d’être séparé du trafic motorisé, - 8 % seulement s’estiment respectés par les conducteurs des véhicules motorisés, - 20 % seulement trouvent qu’il est facile de stationner son vélo près des gares ou des stations de transport en commun, - 92 % estiment que les vols sont fréquents et craignent pour la sécurité de leur vélo.


12

CULTURE

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

MOULIN-À-VENT

MATERNELLE JULES-GUESDE

Des horizons et des possibles

Nature et graphisme De nouvelles fresques viennent d’être inaugurées sur la façade extérieure du bâtiment, réalisées par quatre classes de grande section.

Les curieux sont toujours aussi nombreux à l’exposition du Moulin-àVent, qui se tenait ce 2 février, organisée par le centre social. Pour découvrir la richesse des productions montrées par des artistes du quartier et de plus loin.

À la maternelle Jules-Guesde, quatre

vaillé le geste et le graphisme à la

tant une cinquantaine d’enfants, ont

les couleurs primaires et en prenant

classes de grande section, représen-

participé avec le plasticien Azzouz

Seffari à la composition de grandes fresques sur le bâtiment extérieur

et à tout un travail d’approche exposé à l’intérieur.

"Ils ont commencé en novembre,

expliquent les quatre maîtresses —

Mmes Cransac, Buffet, Chapon et Bernard — et, à raison de huit à dix

séances, se sont essayés à différentes

techniques : le crayon, la peinture,

l’encre, le volume, le plâtre, etc. Le thème était la nature et le graphisme."

Également enseignant aux ateliers

municipaux Henri-Matisse, Azzouz précise que les enfants ont tout fait

’est vous qui faites

"C

plaisir et qui réussissent à nous

"L’art, insistait-elle, est un vecteur

tion très souvent posée

Désireux de "penser à l’avenir",

construction. Proust l’a affirmé, c’est

année. Une question souvent

maternelle

à 100 %  : "Ils se sont emparés des peintures, des pinceaux, et me demandaient : c’est ça ? Je leur disais

Ce salon, créé par l’association des peintres du quartier, existe depuis de nombreuses années. cela ?" Voilà une ques-

ce 2 février, au centre social du Moulin-à-Vent, à l’occasion du salon

des artistes qui se tient là chaque accompagnée d’un regard admiratif.

"Le centre social est un foyer d’ini-

tiatives portées par les habitants et

appuyées par des professionnels,

précisait Alain Gervais, président de la structure. Ce salon existe depuis de nombreuses années, créé par l’association des peintres du Moulin-à-Vent. Quand ils ont décidé

d’arrêter, nous avons pris le relais. Il est toujours intéressant d’exposer

des œuvres de qualité faites par des

personnes qui font cela pour leur

émouvoir, nous séduire."

Alain désigne les dessins et pein-

tures qui ornent le hall du centre social, réalisés par les élèves de la Joliot-Curie.

"Nous

menons avec cet établissement un

projet de jardinage. Les enfants ont créé en décembre un jardin imagi-

naire. Nous avons eu l’idée de les

associer à l’exposition. Ils seront les

artistes de demain. Même notre crèche a participé."

Comme le président remerciait la Ville qui aidait le centre social pour

cette exposition, le maire prit la

parole pour célébrer "ce rendezvous annuel très attendu, marque

de la vie culturelle du Moulin-àVent".

inestimable d’émancipation, de par l’art seulement que nous pouvons sortir de nous. Il ouvre des hori-

de continuer et, vraiment, ils m’ont

bluffé. Tout ce que vous voyez, c’est eux."

Pour se préparer aux fresques exté-

rieures, les enfants ont d’abord tra-

peinture, à l’encre, en mélangeant soin de remplir tous les blancs. Ils

ont ainsi représenté des feuilles, des

éléments de la nature et ont façonné des montagnes à l’aide de bandes de journaux qu’ils ont collées, puis enduites de vernis et de plâtre.

Ce 6 février, jour du vernissage, ils

ont pris soin d’indiquer à leurs parents comment se rendre à la salle d’expo en fléchant le chemin avec

de petits cailloux. Et lorsqu’on

demande aux jeunes artistes s’ils ont aimé les conseils d’Azzouz, le oui est

unanime. Une petite fille ajoute même, montrant combien elle a acquis le sens du détail : "Azzouz, il

a un chapeau. Pourtant, c’est pas l’été."

Signalons encore qu’Azzouz Seffari vient d’achever un autre travail avec

une classe de CP de l’école Pasteur, Incidence du temps sur une œuvre, qui restera installée quinze jours. g

J.-C.L.

zons et des possibles."

Elle rappelait l’attachement de la Ville à la culture, qui y consacre 8 %

de son budget "quand l’État n’y met que 1 %". "Ce sont les collectivités

locales qui font vivre la culture en

France. Ainsi, à Vénissieux, nous avons un théâtre, un cinéma, une

médiathèque, une école de musique, un centre d’art, des ateliers d’arts

plastiques et nous consacrons, avec le 1 % artistique, ce pourcentage du

coût de construction d’un bâtiment public à la création d’un jeune artiste." g

JEAN-CHARLES LEMEUNIER

Une dizaine de séances ont été nécessaires aux enfants pour achever leur travail.


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 12 février 2020 - n° 685

13

BIZARRE !

Des soirées qui ont du (free) style lors que se prépare le

A

Quelques jours plus tard, le mer-

son programmateur depuis

20 février à 9h30, le spectacle Le

à 20h30, par les prestations de

Lyonnais Fabrice Daboni, alias

La salle vénissiane de cultures urbaines programme d’ici la fin du mois trois rendez-vous de rap, slam et hip-hop.

credi 19 février à 14h30 et le jeudi

départ de Thomas Prian,

Petit Prince Slam affiche d’ores et

2016, Bizarre ! propose ce mois-ci

déjà complet. Il est adapté du célè-

trois rendez-vous de rap, slam et

bre conte de Saint-Exupéry par les

hip-hop. À commencer, le 14 février

Fafapunk, et Tomislav Matosin

Guizmo et Robse.

dans une mise en scène de Mathieu

Originaire de la banlieue parisienne

Frey.

(Valenton, Villeneuve-la-Garenne,

Enfin, du 24 au 28 février, un dan-

Savigny-le-Temple), Guizmo com-

seur de la compagnie Tie Break ani-

mence ses freestyles vers 2008, avec

mera un stage de hip-hop pour les

le collectif L’Entourage. Il signe sur

12-15 ans. On a pu découvrir Tie

PHOTO DR

le label Y & W en 2011. Un premier

Break, quatre danseurs issus du

album, Normal, rapidement suivi d’un deuxième, La Banquise, et le

buzz allumé par le Rap Contender (battle face à Aronstrong) n’est plus

près de s’éteindre.

Cet amateur des Gremlins affirmé

— puisque son nom de scène vient

du film de Joe Dante — enchaîne les titres et les albums. Dernier en

date, GPG2 (pour "Guizmo protège son gang" ou "Gang protège

Le rappeur parisien Guizmo sera sur la scène de Bizarre! le 14 février avec son homologue lyonnais Robse Guizmo", sorti trois ans après le

Ce même soir, le Lyonnais Robse

juin de l’an dernier, alignant trente

tion du côté des séries télévisées.

premier GPG) est dans les bacs en titres. "Je n’suis pas mieux qu’un

autre", chante le rappeur et sûr que le public qui scandera ça avec lui ne sera pas d’accord sur le fond.

va lui plutôt chercher son inspira-

Bran Stark tire son nom d’un des personnages de Game of Thrones,

Frank Gallagher vient de Shameless et Earnest Marks d’Atlanta.

Pockemon Crew, sur la scène du Théâtre de Vénissieux en octobre

dernier, à l’occasion de Lobby. Le stage sera l’occasion de découvrir

différents mouvements de base de la breakdance, de travailler style et figures afin de présenter un enchaî-

nement chorégraphique à la fin de la semaine. g

BON À SAVOIR ● 14 février à 20h30 : Guizmo

+ Robse. Plein tarif : 12 euros + frais de loc. Tarif réduit : 10 euros + frais de loc (moins de 18 ans, lycéens, apprentis, étudiants, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, ASS, ASPA, personnes en situation de handicap, intermittents du spectacle, abonnés du Théâtre de Vénissieux et abonnés S2M) - Prévente : 11 euros + frais de loc. ● 19 février à 14h30 et 20 février à 9h30 : Le Petit Prince Slam (spectacle complet) ● 24-28 février : hip-hop week. Stage pour les 12-15 ans. Tarif : 28 euros les cinq séances. Présence impérative sur les cinq séances (2 heures par jour sur cinq jours). Inscription avant le 14 février. 04 72 50 73 19 (du mardi au vendredi, de 14 heures à 18h30) rp1-bizarre@lamachinerie-venissieux.fr.

J.-C.L.

STAND-UP

Rman ouvre les vannes L’humoriste vénissian vient de donner deux spectacles à la salle Érik-Satie les 31 janvier et 1er février. Avec, surtout pour les premiers rangs, l’assurance d’être habillé pour l’hiver. Enfant de La Darnaise (voir sa pré-

la scène près de deux heures.

tant pis, j’ai essayé."

fait du stand-up depuis plusieurs

avec le public, lumières allumées ou

gines (un père camerounais et une

années, fort d’un passage au Jamel Comedy Club et de spectacles don-

nés un peu partout en France et à

l’étranger. Il officie à présent tous les lundis à La Grooverie, à Lyon 1 , er

avec un plateau de stand-up baptisé

Blue Monday. Invité par l’association La Perche pour jouer son spectacle

Cramé, il tenait deux soirs durant à

la salle Érik-Satie la dragée haute au

public en le chambrant à tour de bras ou, plutôt, de voix.

Après une première partie assurée

haut la main par Abdellatif Jebbari, Malik Mike, Vincent Boubaker et Sels, tandis que dans la salle on reconnaissait Yanisse Kebbab et

Kacem de La Fontaine, Rman a tenu

Avec Cramé, Rman parle de ses ori-

La force du stand-up est de jouer

mère marocaine), du Vénissieux de

éteintes, de se moquer de lui sans

son enfance, de l’AS Minguettes, du

méchanceté même si toute la salle

lycée Jacques-Brel, de ses débuts

rit aux dépens des uns puis des

parisiens dans le stand-up et des pre-

autres. De cette fille qui se marre

mières galères suivies des premiers

"comme une porte qui grince". De ce

succès, du 6e arrondissement où il

garçon du premier rang et de son prénom : "Tu t’appelles Maximilien

s’est installé, des bourges qui y bala-

s’absente du spectacle pour besoins

les crottes à la main en se munissant

avec ta tête de caïra ?". De celui qui

dent leurs chiens, dont ils ramassent

naturels (ou pas) : "Où t’étais pendant

d’un gant, du cambriolage dont il a

tout ce temps ? Tu t’en es roulé un

été victime sitôt arrivé dans ce quar-

PHOTO DR

sentation dans notre n°684), Rman

petit ? Oh oui, je le sens d’ici." Dans le

tier, des femmes, des aveugles, des

public, tout le monde y passe, tout le

monde a droit à sa petite vanne avec

SDF, de tout ce qui fait notre société

bonhommie : les Renois, les Rebeus,

De gauche à droite : Abdellatif Jebbari, Vincent Boubaker, Rman, Malik Mike et Sels

femmes voilées, les gays, jusqu’au

blague ne déclenche pas suffisam-

les Feujs, les blancs, les barbus, les

journal Expressions. Et quand une

ment de rires, c’est de lui-même qu’il

se moque. "Je me disais bien qu’il ne fallait pas que je la fasse, celle-là, mais

et dont il vaut mieux rire sous peine

de se taper une dépression. Et ça fait du bien ! g

J.-C.L.


14

CULTURE

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

ESPACE PANDORA

À VENIR Vous n'aurez pas les enfants

Alma Le samedi 22 février, à partir de 20 heures, l'association Alma met les bouchées doubles avec ce qu'elle appelle "un arrivage depuis le Complexe du Crabe, lieu collectif à côté de Montélimar. Ils montent en camions, ils sont parfaitement géniaux." Au programme, donc, Les Scélérats tranquilles dont le mot d'ordre est simple : "On ne sait pas combien ils sont, d'où ils sortent, filles ou garçons peu importe ! Ils viennent rapper ce qui les titille. Qu'ils soient de la campagne ou des villes, laissez les rats tranquilles !" Ils seront suivis par Les Vocalcitrants : de belles chansons poétiques autour d’une guitare, d’accordéons et d’un violoncelle.

Un nouveau livre sur le sauvetage des enfants juifs du camp de Vénissieux, en 1942, vient d'être publié chez X-O ce 6 février. Vous n'aurez pas les enfants porte la signature de l'historienne Valérie Portheret qui fait des recherches sur ce drame depuis de nombreuses années. Ce formidable récit d'entraide est une leçon dont nous aurions grand besoin de tirer encore les fruits aujourd'hui, en cette période d'intolérance. Nous reparlerons de ce livre dont les préfaces ont été écrites par l'historien de la Shoah Serge Klarsfeld, président de l'association Fils et filles de déportés juifs de France, et par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, dont les parents sont eux aussi morts en déportation et qui a travaillé sur le concept de résilience.

ALMA : 5 BIS, RUE DE L'ANCIENNE-GARE TARIF VÉNISSIAN : 8 EUROS, NON-VÉNISSIANS : 10

Jazz à Vienne

EUROS.

Le 21 février sera l'occasion de découvrir les premiers portraits vidéos du nouveau projet de la compagnie Traction Avant. À travers eux, les jeunes nous livrent des témoignages forts sur ce qui cause leurs indignations.

À 18H30 AU CINÉMA GÉRARD-PHILIPE. ENTRÉE LIBRE SUR RÉSERVATION AU 04 72 90 11 84.

RÉSERVATIONS : WWW.JAZZAVIENNE.COM

MER 12

JEU 13

VEN 14

SAM 15

DIM 16

LUN 17

LE VOYAGE DU DOCTEUR DOLITTLE (VF) 1h46 SAMSAM 1h18

10:00 14:00

18:00

18:00

14:00

16:00

10:00 18:00

14:30 16:00

16:30 18:00

16:00

14:00

LE PRINCE OUBLIÉ

18:00 20:00

14:00 16:00 vfst

14:00 16:00 20:00

14:00 18:00

14:00 18:00

16:00 20:00

14:00 16:00

20:00

14:00 16:30 18:30

20:00

18:30

14:00 16:30 18:30

DU 12 AU 18 FÉVRIER

1h40

ADAM 1h38 Les Musicianes

CONFÉRENCE SUMMER OF LOVE

MAR 18

16:30 18:30 20:30

20:30

20:30

16:30 18:30 20:30

REVENIR 1h17

18:00

14:00

16:00

16:00 20:15

SCANDALE (VF/VOST) 1h54

20:00 vost

16:00 20:00

18:00 20:00 vost

18:00 vost

14:00 18:30

20:30

16:30 18:30 20:30

14:00 18:30

16:15

14:30

16:00

18:00 20:15 vost

16:00 20:30 vost

FESTIVAL TÉLÉRAMA ENFANTS

L'EQUIPE DE SECOURS 0h44 MARCHE AVEC LES LOUPS

09:30*

09:30*

1h28

09:30* 14:30 18:00

LE VOYAGE DU PRINCE 1h17

14:30*

DU 19 AU 25 FÉVRIER

MER 19

JEU 20

1h40

LA FILLE AU BRACELET 1h36

QU'UN SANG IMPUR 1h49 LA LLORONA (VOST) 1h37 UN DIVAN A TUNIS 1h28 SAMSAM 1h18

14:30

VEN 21

14:00 16:00

SAM 22

DIM 23

LUN 24

MAR 25

14:00

14:00 16:00

14:00 16:00

14:00 16:00

14:00 16:00 16:00 18:00 20:00 18:00 20:00

10:00 16:00

14:00 20:00

16:00 20:30

16:00 20:00

14:00 18:00

18:00 20:00

18:00 20:00

16:00 18:00 vfst

14:00 18:00 20:00 16:00

14:00 18:00

18:00

16:00 18:00

20:00

20:00

18:00

18:00

20:00

14:00 16:00

18:00 20:00

16:00

18:00 20:00

18:00 20:00

18:00

14:30

14:00

14:00

14:00 16:00

16:00 18:00 20:00 18:00 20:00 14:00 16:00

18:00 20:30 14:00 16:00 20:00 18:30

TOUS EN SALLE / FESTIVAL TÉLÉRAMA ENFANTS

LA FAMEUSE INVASION DES OURS EN SICILE L'EQUIPE DE SECOURS 0h44 LE VOYAGE DU PRINCE 1h17 LE PRINCE SERPENT 1h LE VOYAGE DANS LA LUNE 1h20

9:30*

16:00

14:30*

16:00

14:30 16:30

Du 12 février au 8 mars, la 3e édition du festival Télérama enfants va permettre de découvrir une quinzaine de films. Dont plusieurs accompagnés d’animations : quiz pour Le Prince Serpent (en avant-première le 25 février à 14h30) ; visite guidée sur l’invention du cinéma pour Sherlock Jr (26 février, 10 heures, et 2 mars, 14h30 - réservation conseillée) ; découverte de marionnettes pour L’Équipe de secours (3 mars, 10 heures). Tarif unique : 3,50 euros sur présentation du Pass proposé par Télérama.

Il y en aura deux cette quinzaine. D’abord autour de Marche avec les loups le 13 février à 18 heures, en présence de France Nature Environnement. Puis avec Camille le 27 février à 20 heures, avec l’institut Bioforce.

Revenir Le 18 février à 14h30, la projection du film sera suivie d’un café offert en partenariat avec LSR. Signalons que cette production Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma, tournée dans la Drôme, a reçu le prix du meilleur scénario de la section Orizzonti à la Mostra de Venise 2019.

10:00

09:30 14:30

14:30

À commencer par celle qui s’inscrit dans le cadre des Musicianes de l’école

de musique (voir ci-dessous) : le 12 février à 18h30, à l’Espace Pandora, un concert d’élèves accompagnera des lectures du poète Emmanuel Merle, président de l’Espace Pandora. On pourra également voir et écouter la sculpture sonore de Laurent Grappe. Dès 7 ans. Sur réservation.

Puis, le 15 février à 10h30 à la médiathèque Lucie-Aubrac, toujours pour les Musicianes, se tiendra un atelier d’haïkus des 4 saisons animé par l’au-

teur Jean Antonini. À partir de 16 ans, gratuit sur inscription à la média-

Enfin, le 20 février à 18 heures, la médiathèque accueillera, en présence du maire, une autre initiative de l’Espace Pandora avec la soirée de lance-

ment de la nouvelle résidence d’auteur. Le poète et écrivain Joël Vernet en

sera le bénéficiaire, succédant à Rémi Checchetto. Il donnera une lecture musicale accompagné au hautbois par Léa Vernet. La soirée sera également

l’occasion de présenter l’édition 2019 du recueil Un an d’écrits à Vénissieux, avant un karaoké poétique coordonné par la compagnie Parole de. g

Cinéma Gérard-Philipe

Ciné débats

14:30

18:30

Traction avant

C KWA QUI T'INDIGNE 1h45 LE VOYAGE DU DOCTEUR DOLITTLE (VF) 1h46 LE PRINCE OUBLIÉ

16:00

dora a d’ores et déjà programmé plusieurs rencontres d’ici la fin du mois.

RENSEIGNEMENTS : 0437250277 - WWW.VENISSIEUX.FR

Festival Télérama enfants

1h27

QU'UN SANG IMPUR 1h49

déroulera du 7 au 22 mars à Vénissieux et dans la métropole, l’Espace Pan-

12, avenue Jean Cagne 04 78 70 40 47 cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr

Classé Art et Essai

18:30 20:30

A HARD DAY' S NIGHT (VOST)

Tout en préparant activement le prochain Magnifique Printemps, qui se

thèque. Les créations seront ensuite exposées à la médiathèque le 19 février.

Le festival isérois, qui a déjà annoncé pour sa prochaine édition la venue de Wynton Marsalis et du Legendary Count Basie Orchestra, met en vente un concert dessiné qui se tiendra le 4 juillet à 18h30 au Manège. Créé à Angoulème lors de la dernière édition du festival de bande dessinée, il met en scène le chanteur anglais Hugh Coltman et le dessinateur espagnol Juanjo Guarnido.

C Kwa Ki T’1Digne ?

Avant un printemps qui s’annonce magnifique

10:00

Tarif plein : 6,70 €, tarif réduit : 5,80 €, tarif Est-Écrans : 5 € / - de 14 ans : 4 €. Carte Est-Écrans valable un an à partir de la date d’achat. Supplément : 1 € pour séances en 3D. www.ville-vénissieux.fr/cinema/grac.asso.fr/salles/64-cinema-gerard-philipe

Séances à l’attention des sourds et malentendants Le Prince oublié (13 février, 16 heures) ; La Fille au bracelet (20 février, 18 heures).

COUP DE PROJECTEUR

Beatles forever A HARD DAY’S NIGHT

DE RICHARD LESTER

Orchestrées par l’école de musique Jean-Wiener, les Musicianes investissent le cinéma le 18 février à

18h30 pour une déclaration d’amour aux Beatles. D’abord avec une conférence de Jean-Baptiste Cognet illustrée par les élèves de l’école (entrée

libre dans la limite des places dispo-

nibles). Puis, à 20h30, place au film délirant de Richard Lester, A Hard

Day’s Night (1964), rebaptisé en français Quatre garçons dans le vent.

Les Musicianes seront aussi à la salle

Érik-Satie le 13 février à 19h30 pour le conte écrit par Vincent Magnan,

soirée du 15 février se partagera

l’école de musique le 14 février, à

l’orchestre symphonique intercom-

Le Royaume des trois saisons. À 18 heures, pour des karaokés,

impros, découvertes de la musique brésilienne et de celle d’Astor Piaz-

zola. À la médiathèque le 15 février,

de 10h30 à 12h30, pour un atelier d’écriture de haïkus (voir ci-dessus). À l’espace Madeleine-Lambert ce

même jour à 15 heures pour un concert d’élèves au sein de l’exposi-

tion Can’t Take My Eyes Off You. La

entre le théâtre (à 16 heures) avec

munal, puis à l’Alma (5 bis, rue de l’Ancienne-Gare) pour un concert d’élèves.

Ajoutons encore, le 19 février entre

14 et 18 heures, des concerts à la

médiathèque. Et des concerts d’élèves le 21 février, à 18h45 et 20h30, à Érik-Satie et le 22 février à 16 heures au Tulipier.

g

RENSEIGNEMENTS : 04 37 25 02 77.


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 12 février 2020 - n° 685

15

FÊTE DU LIVRE DE BRON

Lettres… ou ne pas être e temps passe vite, doivent

L

sents

la Fête du livre de Bron qui

Cet espace central associe onze

vers — salles des parieurs, des

livre n’est pas qu’un lieu de dédi-

Du 12 au 16 février, fort de sa 34e édition, le salon littéraire brondillant accueille pléthore d’auteurs à l’hippodrome de Parilly mais aussi dans plusieurs autres lieux de la ville. Rencontre avec Yann Nicol, son directeur.

Ne nous y trompons pas : la Fête du

dont les noms évoquent tout un uni-

caces mais surtout un endroit de

balances — mais aussi dans plu-

débats et d’échanges sur une thé-

sieurs autres sites brondillants,

matique précise, cette année "Une

comme la médiathèque Jean-Pré-

soif d’idéal". Elle est également l’oc-

PHOTO PAUL BOURDREL

vost, le cinéma Les Alizés, la Ferme

du Vinatier, l’espace Albert-Camus cette année quatre librairies de Bains et Romans-sur-Isère qui crée-

La Fête du livre de Bron présentera cette année sa 34e édition

Cela fait déjà de très nombreuses

et la romancière Brigitte Giraud —

LES LECTEURS DE VÉNISSIEUX AUSSI

se pressent dans les salles de confé-

téraire —, la Fête du livre est tou-

du livre. C’est là que l’aficionado le

rences de l’hippodrome ou signent des dédicaces aux tables de la librai-

rie, où sont vendus leurs ouvrages.

Longtemps portée par Colette Gruas

QUESTIONS À

qui en est toujours la conseillère lit-

jours organisée par l’association Lire à Bron — depuis 1987, sa pre-

mière édition — et désormais dirigée par Yann Nicol.

La librairie est au cœur de la Fête plus enragé pourra se fournir en

abondance et remplir ses étagères. Il trouvera non seulement les der-

nières parutions des auteurs pré-

PRATIQUE Festival en entrée libre sauf les soirées des 13 et 14 février. Horaire de l’hippodrome de Parilly : le vendredi 14 février de 12h30 à 21h30 ; les samedi 15 et dimanche 16 février : de 10 heures à 19h30. > Programme sur fetedulivredebron.com

casion de rencontrer, ainsi que nous

livre propose également une pro-

grands auteurs du moment". Citons

pour la première fois un écrivain

l’indique Yann Nicol, "les plus

ou l’université Lyon 2. S’y ajoutent

années que les auteurs prestigieux

d’autres

métropole et même de plus loin.

tion. À l’hippodrome, dans des lieux

ront des animations hors-les-murs.

quantité

librairies indépendantes de la

présentera cette année sa 34e édi-

Charlieu, Clermont-Ferrand, Aix-les-

mais

ouvrages tout aussi indispensables.

penser les organisateurs de

cette année Régis Jauffret (prix Gon-

court de la nouvelle en 2018 avec

Microfictions), Jean-Paul Dubois

(prix Goncourt 2019 avec Tous les hommes n’habitent pas le monde de

la même façon), Jonathan Coe, Marie Desplechin, Serge Joncour, Kaouther Adimi…

Outre les rencontres avec les

auteurs et la librairie, la Fête du

grammation jeunesse, accueille en résidence et remet sa récom-

pense : le prix Summer, choisi par

les lecteurs d’une quarantaine de médiathèques dont celle de Vénissieux.

Chaque année, quelque 30 000 visi-

teurs se ruent vers l’hippodrome et les autres lieux. En ferez-vous partie ? g

J.-C.L.

Yann Nicol, directeur de la Fête du livre de Bron

"Comment s’inscrire dans cette société marquée par le pragmatisme ?" Depuis combien de temps programmez-vous

année, on peut citer Régis Jauffret, Jonathan

sur cette manière qu’ont les écrivains, comme

les lecteurs. Ainsi, Vincent Message est-il venu à

Cela fait six ans que j’ai la direction globale du

Serge Joncour mais aussi ceux dont on attend

et d’une forme de vérité.

nier. Les lecteurs se réunissent ensuite puis

ce salon littéraire ?

projet. Auparavant, j’en étais le directeur artis-

tique chargé de la programmation. Quand Colette

Gruas a pris sa retraite en 2014, je lui ai succédé à la direction.

Comment choisissez-vous le thème — cette année “Une soif d’idéal” — et les auteurs ?

Nous ne choisissons pas le thème à l’avance. Notre fonctionnement est de lire un maximum de livres,

en particulier ceux de la rentrée d’automne, pour

voir si quelque chose émerge. Cette année, plu-

Coe, Jean-Paul Dubois, Marie Desplechin, beaucoup comme Kaouther Adimi.

les journalistes, d’être en quête de transparence

C’est vrai que nous sommes devenus un des

Quels liens avez-vous avec la médiathèque

La République des lettres, comme on disait jadis,

Elle collabore avec la Fête du livre pour la pro-

grands rendez-vous littéraires au niveau national. est très intéressée de participer. Les auteurs peu-

vent non seulement parler de leur travail mais aussi rencontrer d’autres écrivains. Les lecteurs

peuvent ici croiser les plus grands écrivains de

notre temps, tels Jauffret, Coe, Dubois… Aussi de

plus jeunes auteurs comme Kaouther Adimi, qui a déjà été repérée, et d’autres qui signent leurs

Jean-Prévost ?

grammation jeunesse. Un espace lecture est géré

par les médiathécaires de Bron, avec des temps

de lecture et des conseils. Nous développons aussi des liens avec les autres structures de la ville : le

cinéma Les Alizés, Pôle en scène… Cela permet des rencontres plus hybrides avec les autres arts.

premiers romans.

Un mot sur le prix Summer…

marquée par le pragmatisme ? Il existe aussi un

Parlez-nous de votre nouveauté,

qui associe les médiathèques de la métropole.

l’idéal de vie. C’est un thème assez bien repré-

Elle s’est enclenchée cette année avec Camille de

sieurs auteurs posaient la question de l’idéal et de l’utopie. Comment s’inscrire dans cette société

dessin intime de l’idéal : l’idéal amoureux ou senté.

Vu le renom de la Fête du livre, les grands

écrivains viennent-ils plus facilement ? Cette

la résidence d’auteur…

Toledo. Pendant six mois, nous proposerons des

rencontres avec cet écrivain transdisciplinaire, qui est essayiste, plasticien. Il réfléchit sur la ques-

tion de l’anthropocène, sur la crise écologique et

C’est un prix des lecteurs construit il y a trois ans, Nous voulions inscrire les lecteurs dans ce grand

prix. Nous sélectionnons cinq écrivains dont les

livres paraissent à la rentrée et qui ne jouissent

pas encore d’une grande notoriété. Chaque

médiathèque constitue un groupe de lecteurs et les écrivains font ensuite deux rencontres avec

la médiathèque de Vénissieux le 23 janvier der-

votent. Le 14 février en fin d’après-midi, la Fête

du livre organise une grande table ronde avec les cinq écrivains et on déclare le lauréat. Nous

avons près de 45 médiathèques partenaires, ce qui crée des passerelles. C’est une manière de

placer la littérature au cœur de la cité. C’est aussi faire en sorte que des gens de nature diverse puissent se rencontrer. Créer du débat, de la pensée dans une société qui en a besoin.

Et pourquoi ce nom de Summer, alors que nous sommes plutôt au printemps qu’en été ?

La première année le prix n’avait pas de nom. La première lauréate a été Monica Sabolo pour son

livre Summer. Nous avons décidé de garder ce

titre. Cela crée un peu de lumière, de soleil. Après tout, la littérature est là pour éclairer.

PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CHARLES LEMEUNIER


SPORTS

16

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

20E CIRCUIT NATIONAL D’EPÉE À VENISSIEUX

La jeunesse triomphante des fines lames L

Grégory Bon, de Paris UC, s’est imposé dimanche 2 février au gymnase Jacques-Anquetil face à un autre Parisien, Simon Contrepois, licencié à la Garde républicaine parisienne. Tous deux n’ont pas 25 ans. e vainqueur de la 20e édi-

LES QUADRAS VÉNISSIANS N’ONT PAS DÉMÉRITÉ

tion n’est pas vraiment un

Du côté des fines lames vénis-

il y a trois ans. Ce Réunionnais de

à des miracles. La plupart des

24 ans, qui a intégré le Pôle

France espoirs à Reims, à l’âge de

15 ans, a enfin trouvé la récompense de sa fidélité au tournoi de Vénissieux. “J’ai eu la chance

d’avoir tiré un tableau assez favorable, a-t-il réagi avec modestie.

Je n’ai pas eu à m’escrimer outre

mesure, ce qui m’a permis d’arriver avec encore pas mal de jus en finale.“

Julien Guichardan, le maître d’armes de Vénissieux Escrime, a

visiblement été séduit par la génération montante des fines lames françaises. “Je crois que c’est la

première fois qu’il y a autant de

jeunes sur un podium et dans le Top 10. Et pas n’importe qui. Tous les finalistes sont des espoirs de l’escrime française, notamment un

ancien champion du monde junior, Hippolyte Bouillot (Saint-Maur),

victorieux l’an dernier ici même,

et 5e aujourd’hui. Sur les huit premiers, les plus âgés n’ont pas encore 25 ans. C’est exceptionnel.”

sianes, il ne fallait pas s’attendre valeurs sûres n’ont pas franchi

le premier tableau. Quasiment

tous quadragénaires, les épéistes locaux ne peuvent accorder

autant de temps à la discipline qu’il y a vingt ans. Ainsi, Hervé

Lapierre, vainqueur de ce circuit en 2008, champion de France de Nationale 2 en 2016, n’a fini que 37e, devant ses compères de club

Berson et Para. “Logique, a commenté Julien Guichardan. De par leurs obligations professionnelles

et familiales, ils ne peuvent s’entraîner plus de deux fois par

semaine. Mais ils sont là, impliqués dans leur circuit vénissian,

pour le plaisir, pour notre plaisir.”

Finalement, c’est Nelson Lopez

Pourtier (25 ans en mai), encore

Près de 150 épéistes ont pris part au 20e circuit national de Vénissieux

un espoir de l’épée, qui aura

puisqu’il a fait son apprentissage

universitaires à dominante spor-

Budapest. Mais pour ce faire il

cœur du club vénissian. Déjà

lequel il est devenu champion de

Expertise et Performance” à

podium à Strasbourg, dans dix

redonné du baume sportif au finaliste en 2018 de ce circuit, il est

arrivé

3e

ex-aequo

de

l’épreuve. Il était un peu chez lui

à Vénissieux Escrime, club avec France cadet en 2012 à Pont-à-

Mousson, avant d’opter pour

Saint-Gratien. En fin d’études

Noëlle Lapierre, 35 ans de bénévolat Pour se rendre compte du temps

passé par Noëlle Lapierre à Vénissieux Escrime en pure bénévole,

il suffit de lire le parcours de son

tres et des inscriptions des compé-

j’ai tout fait au club : accompagna-

nal 2, se souvient-elle. Bien évi-

5 ans, puis l’épée. Presque

quatre ans avant de laisser le fau-

de services au club. Christian éga-

relâche, elle qui était secrétaire

dans un laboratoire de recherche sur Lyon. “Christian, mon mari,

entraînait une équipe de jeunes footballeurs

aux

Minguettes.

biais des Vénissiades peuvent don-

de champion de France de Natio-

nal de Vénissieux, et enfin un titre

taire, puis présidente durant

teuil à Patrick Desloires, et aujourd’hui trésorière.”

Une routine pimentée par des

temps forts. “Hervé a obtenu un titre de vice-champion de France

UGSEL, une fédération sportive éducative de l’enseignement. Plus

bitablement prolongé mes années

lement est un assidu du club, il est

devenu responsable du matériel. Mais on commence à s’appuyer

sur la relève, je prépare ma succession.”

Lors de la 20e édition, Noëlle

Lapierre a fait partie du direc-

jours. g

DJAMEL YOUNSI

deux ans plus tard. Avec mon mari,

son frère Frédéric ne l’a imité que

lui faudra encore assurer un

pour les prochains mondiaux à

toire technique du circuit. “Mon

demment, son parcours a indu-

vices qu’elle a assurées sans

obtenir une sélection nationale

tard une victoire au circuit natio-

trice, membre du bureau, secré-

35 années de bons et loyaux ser-

Paris-Descartes), Nelson espère

Hervé a été attiré par l’escrime,

fils Hervé, quadra depuis peu, qui

a découvert le fleuret à l’âge de

tive (un master STAPS “Sport

rôle était de m’occuper des arbi-

ner des résultats."

titeurs.” Elle dit également avoir

pris plaisir à suivre le tournoi des jeunes, dimanche en matinée, et apprécié la présence d’élèves de primaire de Paul-Langevin, venus

assister à quelques assauts. "Il n’y

avait pas foule, mais c’était sympa. Il faut penser à la relève, elle tarde

un peu à se manifester. Les passerelles que la Ville, notre partenaire indispensable, met en place par le

PHOTO RAPHAËL BERT

à Vénissieux, finissant même 6e,

PHOTO RAPHAËL BERT

inconnu : Grégory Bon a

participé à deux ou trois circuits


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi 12 fÊvrier 2020 - n° 685

VFC FUTSAL

USV RUGBY

AGENDA

En reconstruction

Un vent de fraĂŽcheur venu de Martinique

Samedi 1er fÊvrier TrophÊe de doubles organisÊ par Badminton VÊnissieux Sud Est aux gymnases ElsaTriolet et Jacques-Brel, de 8 à 21 heures. Le lendemain, suite et fin, de 8 heures à 18 heures. � L’Êquipe de futsal de VÊnissieux FC accueille, en championnat, les Grenoblois de Joga Futsal au gymnase Micheline-Osterleyer, à 19h45. � Les basketteurs de l’ALVP accueillent l’ES Saint-Jean-le-Vieux au gymnase JacquesAnquetil, à partir de 20h30. �

Finalement, ĂŞtre ĂŠliminĂŠs

comme ces dribbles dans

futsal après avoir offert un

Kamel Lamri permettant

de la coupe rĂŠgionale de tel spectacle a de quoi

redonner du baume au cœur. Du moins si l’on se

place du cĂ´tĂŠ des amateurs de sensations fortes, de beautĂŠ du geste, de combativitĂŠ

sans

agressivitĂŠ.

OpposĂŠs, samedi 8Â fĂŠvrier,

à une formation d’Anse moins bien classÊe en championnat, les VÊnis-

sians (en blanc) ont livrĂŠ un combat homĂŠrique dans un gymnase Micheline-Oster-

meyer clairsemĂŠ mais com-

posĂŠ de supporteurs “au

grand chœur�. Dans un chassÊ-croisÊ haletant, les

Ansois ont pris les devants,

s’offrant par trois fois des petits Êcarts que les VÊnis-

sians ont très vite rÊduits (2-0, 3-1 et 4-2), à force de

courage. Le plus grand mĂŠrite des locaux aura ĂŠtĂŠ de ne jamais renoncer.

MĂŞme menĂŠs 6 Ă 5 Ă  une poignĂŠe de minutes du coup de sifflet final, ils ont tentĂŠ des gestes difficiles,

un mouchoir de poche de l’Êgalisation (6-6). Mais une reprise puissante de Yan-

nick GaĂŠtan mettait fin aux folles espĂŠrances du VĂŠnis-

sieux FC, battu 7 Ă 6, Ă  43 secondes du dĂŠnoue-

ment !Reconnaissons-le, cette formation vÊnissiane

qui ĂŠvolue en RĂŠgionale 1,

n’est plus que l’ombre de celle qui faisait les beaux jours du futsal vÊnissian, en

Élite, voire en Division 2. “Tous joueurs d’expĂŠrience ont pris de la distance, cer-

tains ont ÊtÊ voir si l’herbe Êtait plus verte ailleurs, ils

se sont tournÊs vers le foot à onze, d’autres ont même arrêtÊ, rappelle Oualid Has-

sine, adjoint de Corentin Goujon. On a donc effectuĂŠ

un retour en arrière, on entame un nouveau cycle en nous appuyant sur quelques

jeunes ou mĂŞme des novices

en futsal. On reconstruit, il faudra

patients.� g

se

montrer

17

    

Dimanche 16 fÊvrier � Les basketteuses de l’ALVP accueillent Bron BC au gymnase Jacques-Anquetil, à 15 heures. � À Saint-Priest, 32 athlètes de l’AFA Feyzin/VÊnissieux prendront part aux FoulÊes San-Priotes sur 5,8 km, 10 km et 21 km.

MĂŞme Ă un niveau frisant le loisir, le sport

nois s’inclinaient, la dÊfense de VÊnissieux

dimanche 9 fÊvrier, à l’occasion d’une ren-

S’il en est un qui se souviendra longtemps

peut apporter d’agrÊables surprises. Ainsi, contre entre le XV vÊnissian et le gratin du rugby dauphinois, l’US Les Côtes-d’Arey.

Mal classÊs en championnat, luttant pour le maintien, les deux formations s’en sont

donnÊ à cœur joie, notamment quand le vent violent Êtait du bon côtÊ. PoussÊ par

Éole en première mi-temps, le XV de l’USV a logiquement pris l’avantage (10-0) sur les

IsÊrois. Changement de dÊcor après la

pause, l’US Les Côtes-d’Arey n’avait guère

Samedi 22 fÊvrier � L’Êquipe de football de VÊnissieux FC accueille La Côte SaintAndrÊ au stade Laurent-GÊrin, à 19 heures.

de problème pour dominer son hôte et refaire son retard (10-3, 10-6), puis passer

devant l’USV à dix minutes du coup de sifflet final (10-13). Les VÊnissians Êtaient mal

embarquÊs, mais vraiment pas dÊcidÊs à s’incliner une nouvelle fois dans un stade

Dimanche 23 fÊvrier � Les basketteurs du CLAM-V reçoivent l’Éveil de Lyon au gymnase Alain-Colas, à 15 heures.

Laurent-GÊrin assez bien garni. L’essai de la dernière chance de sieur Daussin, en fin

de partie, rebattait les cartes, l’USV menait de 3 points. MalgrÊ des occasions de se refaire la cerise, de reprendre l’avantage

DJAMEL YOUNSI

sur leurs deux derniers raids, les Dauphi-

avait pris le pas sur l’attaque isÊroise.

de ce match à rebonds et rebondissements, c’est Ivan Lacassagne, appelÊ pour la pre-

mière fois. Encore junior, ce longiligne

athlète de 18 ans originaire de La Marti-

nique, est ĂŠtudiant en 1re annĂŠe en STAPS de Lyon. Il a signĂŠ Ă VĂŠnissieux, conseillĂŠ

par Anice El Kasbaji, fils d’un des responsables de l’Êcole de rugby de VĂŠnissieux. “J’ai une chambre d’Êtudiant Ă Charpennes. J’ai fait des essais au RhĂ´ne Sportif, Ă  l’AS-

VEL‌ mais l’Êtat d’esprit ne correspondait

pas à ce que j’attends d’un club de rugby. Anice m’a conseillÊ VÊnissieux, et je ne le

regrette pas.� Et pour une première, même sans trop de repères, Ivan a connu la vic-

toire. S’il a surtout cherchÊ à rester bien

positionnĂŠ dans le couloir droit, il a admis avoir ĂŠtĂŠ impressionnĂŠ par‌ la mĂŠtĂŠo. “Il

y a quelques mois, quand je jouais chez moi, c’Êtait entre 25° et 30°. Avec ce vent froid constant, j’Êtais gelÊ, c’Êtait trop dur.� g

D.Y.

FOOTBALL - COUPE GAMBARDELLA

GYMNASTIQUE

Sortis la tĂŞte haute

Le CMO-V s’offre un festival

Face Ă des Dijonnais expĂŠrimentĂŠs, ĂŠvo-

Les gymnastes vĂŠnissians se sont donnĂŠ

fait mieux en finissant 2e. Qu’allait-il se

VĂŠnissieux FC (en bleu) sont logiquement

l’occasion des championnats du Rhône.

engagĂŠs en FĂŠdĂŠrale B ? Un titre tout sim-

luant en championnat national, les U18 du

le mot, fin janvier, tout un week-end, Ă

sortis de la Gambardella en 16 de finale,

D’abord à Villefranche, samedi 25 jan-

e

vier, oÚ l’Êquipe de FÊdÊrale A (les dix

non sans avoir fait apprĂŠcier leur sens de

ans et plus) en FFG a ravi le titre Ă Vil-

la repartie. MenĂŠs 1 Ă 0, puis 3-1, les VĂŠnis-

leurbanne et à l’Élan de Lyon. Du haut

sians ont Ă chaque fois su rĂŠpliquer et entre-

de leur 7-9 ans, les gyms de l’Êquipe “Per-

tenir le suspense. Bien que rĂŠduit Ă 10 sur

formance RÊgionale�ont quant à eux

une expulsion sÊvère, le onze du Dijon FCO

rĂŠussi Ă monter sur la 3 e marche du

(frappe sur le poteau, penalty oubliÊ‌) pour logiquement inscrire le 4 but, juste

avant le coup de sifflet final. g

e

PHOTO CS

a pourtant dominĂŠ la fin de rencontre

podium, derrière Lyon Gym et la

Convention Gymnique, les poids lourds rĂŠgionaux. Leurs “aĂŽnĂŠsâ€? (9-10 ans) ont

passer avec les 7-9 ans, le lendemain, plement.

Dimanche 26 janvier, à quelque 47 kilomètres de là, à Irigny pour être prÊcis,

les ĂŠquipes fĂŠminines faisaient Ă leur tour parler la “poutreâ€? : titre UFOLEP

pour les 7-10 ans de niveau 8, alors que l’Êquipe des 7-12 ans de niveau 7 finissait

sur la 2e marche du podium. Un weekend presque parfait. g

D.Y.


18

SPORTS

Mercredi 12 février 2020 - n° 685 / EXPRESSIONS

HANDBALL

“Nous sommes meurtris” La victoire du VHB face à Dijon, le 25 janvier, est passée inaperçue, totalement occultée par des incidents déplorables. Avant de se rendre en commission de discipline de la ligue de handball, le 18 février, Gilles Clauss, le président vénissian, a répondu à nos questions. Le club de hand vénissian n’avait

mais dans une voie parallèle, rue

extra-sportif. Quelle est votre

est en cours.

jamais vécu un tel événement réaction ?

du Professeur-Roux. Une enquête

- Nous sommes meurtris, nous

Comment les Dijonnais ont vécu

ment ces événements inaccepta-

- Lors du repas d’après-match que

condamnons totalement et ferme-

bles qui portent atteinte à l’image

du club. Ce groupe de jeunes à la conduite

inqualifiable

n’avait

jamais mis les pieds au gymnase. Bien évidemment, nous avons fait appel aux forces de l’ordre après

l’exclusion de ces individus. Le club

de Dijon est la première victime mais le VHB et le monde du hand-

ball le sont également. En aucun cas le club de Vénissieux Handball ne peut être tenu responsable. Je

me permets de le préciser dans la mesure où certains articles de presse et les réseaux sociaux n’ont pas forcément été objectifs.

Il y a eu ces actes intolérables en tribune,

mais

également

la

dégradation des minibus des Dijonnais…

ces moments difficiles ?

nous organisons avec chaque club visiteur, après avoir pris connaissance des dégradations des véhi-

cules, on a discuté, soutenu les

joueurs et dirigeants du club, en leur proposant par exemple des solutions de rapatriement. J’étais

prêt à les raccompagner avec un

membre du VHB avec nos propres

minibus. Certains Dijonnais avaient prévu de rester sur Lyon. Et le

rité, à interdire l’entrée aux personnes avec des sacs… ?

- J’avoue que je n’ai pas la solution miracle. Il faut savoir que légale-

ment, nous n’avons pas le droit, nous les responsables d’associa-

tions sportives, de fouiller les sacs

à l’entrée d’une enceinte sportive.

Faire appel à un service de sécurité a un coût. D’où le rendez-vous avec la municipalité et les pouvoirs publics.

- Quelques jours après ces inci-

Vénissieux vers 1 heure, on n’a pas lâché nos hôtes. Ils sont arrivés chez eux vers 2h30. Je me suis per-

sonnellement excusé auprès des

dirigeants, je devais le faire, c’est mon devoir.

- J’ai été convoqué par la commis-

garés non pas devant le gymnase,

faire appel à un service de sécu-

Jusqu’au bout et leur départ de

preuve que c’est ce groupe de est l’auteur. Les véhicules étaient

Vous songeriez par exemple à

Et vos contacts avec le club de

taxis par le biais de son assurance.

Vous en êtes où au niveau des ins-

jeunes exclus de Tola-Vologe qui en

d’incidents ne se reproduisent pas.

club bourguignon a fait appel à des

- En effet, mais il faut être prudent.

Je n’ai personnellement aucune

ver des solutions afin que ce type

tances régionales du hand ?

sion de discipline le 18 février. J’ai

également sollicité un rendez-vous avec la mairie pour essayer de trou-

Les regrettables incidents du 25 janvier ont relégué la victoire des Vénissians (en rouge) au second plan.

Dijon ?

RAPPEL DES FAITS

dents, j’ai reçu des communiqués

Samedi 25 janvier, la rencontre de championnat de Nationale 2 entre le

Ils m’ont fait savoir qu’ils avaient

jeunes individus, extérieurs aux deux clubs, se sont installés en tribune du

de la part des dirigeants dijonnais. désinscrit notre équipe des moins de 18 ans de leur tournoi annuel

de Pâques. Et ils ont d’ores et déjà

retiré leur équipe des moins de

quinze ans qui devait participer à notre tournoi de septembre. Je suis

très déçu de leur comportement. g

PROPOS RECUEILLIS

PAR

DJAMEL YOUNSI.

VHB et Dijon a été le théâtre d’incidents regrettables. Une quinzaine de gymnase Tola-Vologe. Ils se sont fait entendre bruyamment, causant l’arrêt

momentané du match par les arbitres. Puis ils ont envoyé une canette en verre en direction du plafond, qui s’est cassée en retombant vers la ligne

de touche. Ils ont été aussitôt exclus de l’équipement sportif du Moulin-àVent. Après le match qui s’est terminé tranquillement, les dirigeants vénis-

sians apprenaient que les deux minibus du club dijonnais avaient subi d’importantes dégradations. Les véhicules étaient garés près de la place

Ennemond-Romand, du côté rue du Professeur-Roux. Les deux clubs ont porté plainte, une enquête est en cours. Par ailleurs la commission de dis-

cipline de la ligue a convoqué le président du club vénissian, le 18 février.

LES RÉSULTATS DE LA QUINZAINE Handball

Karaté

ser à Ménival/Saint-Priest, le 8 février, s’in-

clubs disputés au gymnase Jacques-Brel,

Pour être passés à côté de leur sujet, sa-

clinant 68-58. Du même coup, ils s’enlisent

dimanche 9 février, ils ont défait Beau-

À l’occasion des championnats de la Zone

medi 8 février, s’inclinant lourdement à

à la dernière place de Régionale 2.

mont (8-0), puis Les Dombes (6-2). De quoi

interdépartementale du Lyonnais de katas

Beaune (37-21), les handballeurs vénis-

Battues à Roquebrune, dimanche 9 février

conforter leur seconde place au classe-

(techniques) du 1er février, Marie-Claude

sians quittent le podium de Nationale 2,

(55-41), les basketteuses de l’ALVP enregis-

ment derrière L’Isle-d’Abeau, intouchable.

Barbin s’est imposée en V4 (vétéran 4),

Cournon prenant leur place.

trent leur 6e revers consécutif. Il va leur falloir batailler dur pour assurer le main-

Basket-ball Les basketteurs du CLAM-V ont renoué

alors que Mathis Gopal, lui aussi karatéka

Football

tien en Nationale 3. Le prochain derby face

En match en retard disputé le 7 février à

à Bron pourrait s’avérer décisif.

Septême, Vénissieux FC a pris le meilleur sur MOS 3 Rivières (1-0), un but de Mauver-

avec le succès, dimanche 9 février, s’im-

au Sen No Sen, prenait la seconde place en cadet.

Athlétisme

Badminton

nay qui replace les Vénissians en tête de

Lors des Inter-ligues qui se sont disputés

au gymnase Alain-Colas (83-64). Ils se pla-

Les badistes vénissians n’ont pas raté l’oc-

la Régionale 2, en compagnie de Seyssi-

le 9 février à la Halle Diagana (Lyon 9e),

cent au 8 rang de Pré-régionale.

casion d’empocher deux nouveaux succès

net. La formation iséroise devançant les

Faustin Garreau (AFA Feyzin/Vénissieux) a

Les basketteurs de l’ALVP n’ont pu s’impo-

en championnat régional. Lors des Inter-

Vénissians par le jeu du goal-average.

pris la 3e place sur 5 000 m marche.

posant sans fausse note face au SO Givors, e


AU QUOTIDIEN

EXPRESSIONS / Mercredi 12 fÊvrier 2020 - n° 685

EXPRESS

URGENCE

84 cœurs secourus grâce à Sauv’Life

Après-midi festive

Depuis sa mise en service il y a tout juste

Concrètement, les citoyens-sauveteurs

Life n’est plus à dÊmontrer. Les citoyens-

auprès de la victime en suivant le GPS de

deux ans, le succès de l’application Sauv’ sauveteurs ont en effet permis à 84 cœurs de repartir.

CrÊÊe à l’initiative d’un mÊdecin urgentiste, d’un moniteur de premier secours

et d’un informaticien, cette application

reçoivent un SMS les invitant à se rendre l’application. Une fois sur place, ils sont accompagnÊs au tÊlÊphone par les

Êquipes du SAMU en attendant l’arrivÊe des secours. Plus d’informations et de tÊmoignages sur www.sauvlife.fr.

LecentresocialdeParillyavecle grouped’habitantes�Parillyenaction�organiseuneaprès-midifestivele15fÊvrierde14à 17heuresau profitdel’association�Lamaintendue�.EntrÊelibre.Vendredi21fÊvrierà17h15,spectaclegratuitpour lesenfantsàpartirde2ans. Tel:0478764148.

Aidez la SPA

ou non aux gestes de premier secours,

VouspouvezaiderledispensaireSPA delarueSaint-Maximin(Lyon3e)en apportantdesmÊdicamentsvÊtÊrinaires,antibiotiquesetcorticoïdes pourhumains,compresses,alèses, maisÊgalementdesfournituresde bureau:fichesplastique,post-it,ra-

lisĂŠes Ă proximitĂŠ de la victime. En fonc-

mettesdepapier‌ Plusd’informationsau0478526117.

permet au SAMU d’alerter en plus des

g

pompiers et de ses propres ĂŠquipages,

M.F.

des citoyens-sauveteurs en cas d’arrêt

cardiaque. Il s’agit de personnes formÊes

inscrites sur le site Sauv’Life, et gÊolocation de leur niveau de compÊtences – chaque personne prend soin au prÊalable

CrĂŞpes et marionnettes

de le prÊciser – les volontaires peuvent

ĂŞtre amenĂŠs Ă pratiquer un massage car-

diaque, apporter un dÊfibrillateur (gÊolocalisÊ lui aussi) ou prÊparer l’arrivÊe des secours.

PRATIQUE myLabel : une appli pour mieux consommer CrĂŠĂŠe par Christophe Hurbin, Tarik TirĂŠ, Franck Leprou et Loic Tanant, myLabel est une toute nouvelle application innovante dans le monde de la consommation. Les crĂŠateursdecettetoutejeunestart-uplyonnaisemettentenavantlesstatistiquesmontrant que les Français veulent mieux consommer : “80 % recherchent des produits plus respectueux de l’environnement, 73 % d’entre eux n’ont plus confiance en leur entreprise (manque de transparence, attente de marques engagĂŠes), 64 % ont de plus en plus de mal Ă s’informer Âť.

MyLabel permet grâce aux informations transmisesparlesONGetdesassociations d’analyserunproduitsoustoussesaspects. Enscannantlecode-barreslesconsommateursvÊrifientsileproduitestenadÊquationavecleurspropresexigences.myLabel compilelesattentesdesutilisateursetpermetauxmarquesdefaireÊvoluerleursoffres.Silesconditionsnesontpasremplies, l’applicationproposedenombreusesalternatives. Application tÊlÊchargeable sur https://www.mylabel.io

M.F.

RĂŠdaction: 9 rue Aristide-Bruant 69200 VĂŠnissieux. TĂŠlĂŠphone: 0472511812. Mail : redaction@expressions-venissieux.fr Site du journal : www.expressions-venissieux.fr ParaĂŽt un mercredi sur deux sur papier recyclĂŠ.

Directrice de publication : Christiane Brundu. RĂŠdacteur en chef : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 18 12. RĂŠdacteur en chef adjoint : François Toulat-Brisson ✆ 04 72 51 76 65. SecrĂŠtaire de rĂŠdaction : Perrine Plateau. Journalistes : Michèle Feuillet ✆ 04 72 51 76 63. Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 18 12. Alain Seveyrat ✆ 04 72 51 76 84. Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62. Photographe : RaphaĂŤl Bert. Assistante de direction : Ghislaine DĂŠlĂŠaz. ChargĂŠ de publicitĂŠ : Boris Miachon ✆ 04 72 90 95 98 Éditeur : RĂŠgie autonome personnalisĂŠe du journal Expressions. Fabrication : IPS - 01 600 Reyrieux ✆ 04 74 08 96 96. Distribution : Codice - 69 200 VĂŠnissieux ✆ 04 72 33 04 30. Abonnement : 42 euros par an. Prix au numĂŠro : 1 euro. Tirage 32 500 exemplaires. issn : 1151-0935

Samedi15fÊvrier,à 15h30,lecentre socialduMoulin-à-Ventproposele spectacledemarionnettesGigi, rigolote au cirque,parlacompagnieRêvassons.Pourenfantsàpartird’un an.Àl’issueduspectacle,dÊgustationdecrêpes.AdhÊrent:adulte4₏, enfant2₏.NonadhÊrent:adulte 6₏,enfant4₏.TÊl.: 0478744291.

CONSEILS DE QUARTIER â—? Parilly

Permanencejeudi13fĂŠvrierĂ 18h15aufoyerMarcelSembat(11,bdMarcel-Sembat). PrĂŠsident:Jean-LouisPiedecausa â—? Gabriel-PĂŠri

Permanencemardi18fĂŠvrierĂ 18heures,aurestaurantscolaireGabriel-PĂŠri(1,rueProsper-Alfaric). PrĂŠsident:GillesRoustan â—? Pasteur/Monery

Permanencemercredi19fĂŠvrierĂ 18h15,salled'activitĂŠsdugroupescolairePasteur(6,routedeCorbas). PrĂŠsidente :SophiaBrikh â—? LĂŠo-Lagrange/Louis-Pergaud

Permanencemercredi19fĂŠvrierĂ 18heuresaufoyer Claude-Debussy(1,rueClaude-Debussy). PrĂŠsident:AurĂŠlienScandolara â—? Charles-Perrault

Permanencelundi24fĂŠvrierĂ 18heuresaulocaldu conseil(4,rueGaston-Monmousseau). PrĂŠsidente:SouadOuasmi â—? CharrĂŠard/Max-Barel

Permanencemardi25fĂŠvrierĂ 18heuresaufoyerMaxBarel(1,rueMax-Barel).PrĂŠsident:SergeTruscello â—? Joliot-Curie

Permanencemardi25fĂŠvrierĂ 18heures,salledes Acacias(7,allĂŠedesAcacias). PrĂŠsidente:SandrinePicot

MENUS DES RESTAURANTS SCOLAIRES MENUS DU 13 FÉVRIER

AU 21 FÉVRIER

Jeudi 13

Pour les tout-petits Du24fĂŠvrierau6mars,lecentresocialduMoulin-Ă -Ventmetenplace soncentredeloisirsmaternel.Renseignementsetinscriptions:47-48, rueduprofesseur-Roux.TĂŠl.: 0478744291.

Loto de LSR L’associationorganisesongrand lotosamedi15fÊvrierà partirde14 heuressalleJeanne-LabourbeàParilly.3cartons:7euros,8cartons:14 euros.Parmileslots,unetÊlÊvision grandformatetdespaniersgarnis. Renseignements:0472218237.

Marine et l'Espoir L'associationorganiseunlotoledimanche1er marsĂ l'EspaceJean-Poperenau135,ruedelaRĂŠpubliqueĂ Meyzieu.Ouverturedesportes Ă 13h30.Baretpetiterestauration assurĂŠs.TĂŠl:0670601879.

Oyenga Simi Flo Le14fÊvrierde14à 16heuresàl’ÊpiceriesolidaireIfetila(16,rueJulesFerry),dÊbatsurl’accèsàl’eauavec PierreMÊrieux.Le15fÊvrier,atelier decuisinepourenfantsde14à16 heures(2,50euros).Le26fÊvrier, atelierdecuisineavecladiÊtÊticiennedelabanquealimentairede 9h45à13h30.(5euros).Touslesmardisde18à19heuresdanseBollywoodpourlesfemmes(10₏par trimestre).

19

Saladedelentilles/vinaigrette maison,sautĂŠdeveaumarengooumĂŠlangerizetmaĂŻs, duodecarottesetpanais yaourtauxfruits,pain*

Vendredi 14 Saladeverte/vinaigrettemaison,filetdepoisson saucesafranĂŠe,pommesdauphines,fromage,fruit desaison,pain*

Lundi 17 CarottesrâpÊes*/vinaigrettemaison,sorrisiricottaÊpinardssauceMornay,fromage,fruitdesaison,pain*

Mardi 18 Saladedeperlesauthon,filetdepoissoncitron ĂŠchalote,beignetsdebrocolis,fromage,fruitde saison*,pain*

Jeudi 20 Saladeverte/tortillachips/guacamole,sautÊde boeuffaçonchili(haricotsrouges,poivrons,tomates,cumin)ouChilisincarne(hachÊdesoja,haricotsrouges,poivrons,tomates,cumin),riz basmati*,moelleuxauxfruits,pain*

Vendredi 21 Pizzatomatemozzarella,filetdepoisson meunière / citron,chou-fleurpersillÊ*,flanvanille nappÊcaramel*,pain*.

(*) PRODUITS BIO. LA RÉGIE DE RESTAURATION PEUT ÊTRE AMENÉE À MODIFIER LES MENUS. CES MENUS SONT CONSULTABLES SUR LE SITE WWW.VENISSIEUX.FR

PRATIQUE NumÊros rapides d’urgence Samu :15 Policesecours :17 Pompiers :18 Violencesconjugales,victimeoutÊmoin :3919


Profile for Expressions

Expressions 685  

Au sommaire de ce numéro : Industrie : l'ancien site Bosch se remplit ; conseil municipal : la dernière séance ; municipales : le torchon br...

Expressions 685  

Au sommaire de ce numéro : Industrie : l'ancien site Bosch se remplit ; conseil municipal : la dernière séance ; municipales : le torchon br...

Advertisement