Page 1

DESTINATION VÉNISSIEUX

ENVIRONNEMENT

À l’encontre de toutes les idées reçues, les quartiers dits “sensibles” sont bien notés sur la plateforme de location Airbnb. En particulier les Minguettes, créditées de 100 % de commentaires positifs. C’est ce que révèle une étude nationale publiée mi-avril.

Les bons gestes environnementaux progressent. Plus de 120 familles vénissianes ont relevé le défi de Yoyo, une nouvelle plateforme collaborative de tri. Mais les incivilités restent encore trop nombreuses. Elles seront au cœur de la Semaine de la propreté, programmée du 13 au 18 mai.

PAGE 3

Balayons les incivilités

ARCHIVES RAPHAËL BERT

Les Minguettes ont la cote sur Airbnb

PAGES 4-5

N° 668 du 1er au 14 mai 2019

www.expressions-venissieux.fr

Fake news, comment s’en protéger? Dopées par les réseaux sociaux, les fake news se sont installées dans notre quotidien. Débusquer une fausse information s’apprend. À la médiathèque de Vénissieux, des ateliers ont récemment été mis en place à destination des 10-14 ans. DOSSIER PAGES 9 À 11

TRAVAUX

4 millions d’euros pour l’école du Charréard P. 6

PIÉTONS ET VÉLOS

Une passerelle pour franchir le périph' P. 7

PORTRAIT

Estelle Welby, une voix à suivre

PHOTO A.S.

PHOTO RAPHAËL BERT

P. 15

Née à Vénissieux d’une mère française et d’un père anglais, c’est un peu par hasard qu’Estelle Welby s’est retrouvée sur la scène de The Voice. Sélectionnée aux auditions à l’aveugle puis éliminée lors de l’épreuve des K.O., la jeune candidate n’a qu’une envie : vivre de la musique. Et elle s’en donne les moyens.


ACTUS

SOCIAL

POLICE MUNICIPALE

Les chiffres du premier trimestre

Pizzorno Vénissieux : quand la grève paye

Depuis la rentrée 2018, le maire publie régulièrement les chiffres de

l’activité de la police municipale.

L

Voici les résultats du premier trimes-

Des améliorations sur les salaires et les conditions de travail ont été obtenues à l’issue d’un conflit d’une quinzaine de jours.

tre 2019.

- Lutte contre les trafics de stupé-

fiants: 79 interpellations réalisées

grâce à l’appui du CSU (Centre de

es éboueurs du groupe

contrôle des caméras de vidéo sur-

Pizzorno Environnement,

veillance) par les forces de police

dont le principal dépôt se

municipale ou nationale, et 23inter-

situe avenue Pierre-Semard à

pellations sur initiative de la police

Vénissieux, ont mis fin le 18 avril

au mouvement de grève comrevalorisation salariale et des

autres: 283 pour non-respect de feu

arrondissements de Lyon, à Vil-

rouge ou de stop, 49 pour non-port

leurbanne, Bron et Vaulx-en-

de ceinture, 53 pour usage du télé-

Velin.

Le matin même, le tribunal de

ARCHIVES RAPHAËL BERT

grande instance de Lyon avait donné raison à dix salariés poursuivis pour “entrave à la liberté

de travail” par la direction de Pizzorno. Considérant qu’aucun bloavaient débouté l’employeur. De

Les grévistes ont obtenu une prime mensuelle de 65 euros brut, qui s’ajoute aux 2,1 % d’augmentation contenue dans un accord d’entreprise récent.

avait saisi l’inspection du travail

pourront poser quatre jours de

chaussures).

Une réunion de négociation

de grève. Les retenues sur salaire

à tout commentaire sur le proto-

même.

engagée

l’après-midi

Les grévistes ont obtenu une

prime mensuelle de 65 euros brut, qui s’ajoute aux 2,1 % d’aug-

mentation salariale contenue dans un accord d’entreprise signé

le 15 mars. Six jours de grève seront payés et les éboueurs

tions pour occupation illicites, viola-

Les infractions relevées sont entre

collecte des déchets dans trois

s’était

- Infractions au Code de la route: à l’appui de la vidéo verbalisation.

de travail, leur action gênait la

pour entrave au droit de grève.

illisible.

3125 verbalisations dont 1656 grâce

améliorations de leurs conditions

son côté, le syndicat Solidaires

municipale avec près d’un kilo de marchandise saisie.

mencé le 2 avril. Exigeant une

cage excessif n’avait lieu, les juges

ARCHIVES RAPHAËL BERT

2

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

congé pour compenser des jours

seront lissées jusqu’en septembre. Côté conditions de travail, les éboueurs ne seront plus obligés

d’entrer dans la benne pour la nettoyer, un interphone entre le

chauffeur et les ripeurs sera ins-

tallé sur les camions et un équi-

pement de meilleure qualité sera fourni par l’entreprise (gants et

La direction de Pizzorno se refuse cole de fin de conflit. Elle a même

demandé aux salariés de ne pas

médiatiser l’accord, dont les

mesures ne s’appliqueront qu’au

phone au volant et 21 pour circulation en sens interdit.

- Contrôles de vitesse: 23 procès-ver-

baux et 46 rappels à la loi sur les axes potentiellement accidentogènes.

- Deux roues : 14 véhicules saisis,

45 procès-verbaux dressés pour conduite sans casque ou plaque

- Évictions de personnes: 104 éviction de l’interdiction de fumer dans un lieu public couvert ou tapage.

- Plateforme de signalement en ligne CLIC: au 11 avril 2019, 189signale-

ments, dont 72 effectués par les

agents de la Ville. 33 % concernent des objets abandonnés ou dépôts sauvages, 20 % des problématiques

de stationnement, 18 % de propreté et 11  % de voirie. Pour rappel, ce

service en ligne est disponible

depuis le 8 février dernier. En moyenne, le délai de traitement est de neuf jours. g

MÉMOIRE “Poursuivre le combat contre l’égoïsme et la peur”

site de Vénissieux, et non aux autres agences du groupe, qui ne

s’étaient pas mobilisées. Pour l’instant. g

F.T-B.

RASSEMBLEMENT Les retraités CGT interpellent le député Une délégation de retraités CGT de Vénissieux s’est rassemblée le 24 avril devant la permanence du député LREM Yves Blein. “La politique macroniste, c’est tout pour les riches, et rien pour ceux qui ne demandent qu’à vivre de leur travail ou d’une retraite bien méritée. Il faudra bien que le député réponde de cela”, a déclaré le collectif. Yves Blein a fait savoir qu’il recevrait les porte-paroles du collectif le 3 mai prochain.

Chaque année, la “Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation” est l’occasion d’évoquer la mémoire des centaines de milliers de femmes, hommes et enfants envoyés dans les camps de concentration ou d’extermination nazis, lors de la Seconde Guerre mondiale. Le 28 avril, à Vénissieux, Maxime Kyrszak (ADIRP), Jacqueline Sanlaville (ARAC), Michèle Picard ainsi que de nombreux élus et personnalités, ont fait vivre la mémoire de cette période tragique, mais aussi rappelé “qu’il s’agit, pour les générations futures, de poursuivre avec détermination le combat contre l’égoïsme et la peur”, alors que le monde est de nouveau “traversé par la résurgence de mouvements nationalistes”. La cérémonie s’est ouverte avec Le Chant des partisans et close avec La Marseillaise.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

3

DESTINATION VÉNISSIEUX

Les Minguettes cartonnent sur Airbnb Loin des idées reçues, les quartiers “sensibles” ont la cote sur la plateforme de location Airbnb, en particulier les Minguettes, révèle une étude nationale publiée mi-avril. est bien présente dans les ban-

nels, et de l’accès facile aux trans-

genre “quartier populaire

sociaux ne pouvant pas être sous-

Sur tous ces critères, Vénissieux

avec leurs stéréotypes du

= quartier repoussoir” : des centaines de voyageurs, venus pour

le tourisme ou pour le travail, repartent bel et bien ravis de leur

séjour à Vénissieux. L’agence Nouvelles Marges, spécialisée dans la stratégie territoriale, a analysé les milliers de commentaires laissés

par les utilisateurs de la plateforme de location entre particuliers Airbnb entre janvier et avril 2018, lorsqu’ils ont séjourné

dans l’un des 25 quartiers Politique de la ville en France, dont celui des Minguettes à Vénissieux

mais aussi les “4 000” à La Cour-

lieues populaires. Les logements loués, les hébergements proposés

sont tous dans le privé, en appartement ou en maison individuelle. Deuxième surprise, cette offre

recueille un taux de satisfaction

très élevé, qui s’applique non seulement au logement mais aussi à son environnement. Enfin, l’étude

montre que l’attrait de ces locations ne vient pas seulement de leur prix (souvent moitié moins

élevé qu’en centre-ville). Les visiteurs croisent le critère du coût avec celui de la proximité des

lieux touristiques ou profession-

ports en commun.

tire son épingle du jeu. “Les Minguettes ont même une particularité

rare : 100 % des commentaires de

visiteurs portant sur le quartier sont positifs”, relève Jean-Pierre Papin,

directeur

associé

de

l’agence Nouvelles Marges et

directeur de l’étude. Dans les quatre premiers mois de 2018, plus

Aux Minguettes, la note globale des locations Airbnb atteint 4,72 sur 5.

dans le périmètre de l’étude. Le

31 %) à proximité de Lyon, d’Eu-

tions du secteur par les visiteurs

dans 33 % des commentaires c’est

en transports en commun” (29 %),

4,72 sur 5 ! g

de 172 personnes ont séjourné qualificatif qui vient en premier

“l’ambiance calme” ! Viennent

ensuite la “position stratégique” (à

neuve, le 13e arrondissement de

Marseille, Le Mirail à Toulouse… L’objectif était d’analyser l’image de ces quartiers, qui ont souvent

mauvaise réputation, auprès des visiteurs hébergés. Au moins 12 995 personnes ont séjourné

dans les 1 045 locations recensées

dans le périmètre de l’étude. Et le résultat est surprenant.

Intitulée Loin des idées reçues,

l’étude publiée le 17 avril dernier remet

quelques

pendules

à

l’heure. La première, c’est que

cette offre de location saisonnière “branchée” n’est pas réservée aux centres-villes touristiques mais

PHOTO RAPHAËL BERT

L

es rageux vont s’étrangler

rexpo et d’entreprises, “la desserte “la présence de commerces” (7 %).

La note globale donnée aux loca-

après leur départ est un excellent

CASSANDRE JEANNIN ET FRANÇOIS TOULAT-BRISSON

“La réputation des Minguettes, ils s’en fichent !”

“Cette étude bouscule les caricatures”

Sami, “hôte” Airbnb depuis 2015, loue une maison avec deux chambres aux Minguettes

Pierre-Alain Millet, adjoint au maire en charge du logement

“C’est un projet que j’ai monté après mes études, une activité annexe, je travaille dans le secteur de la propreté et des services associés. J’ai travaillé pendant cinq ans aux Minguettes. Je suis disponible et réactif, j’ai le sens du service et la "culture client". Au début, je n’avais que des touristes venus visiter Lyon. Avec le temps, et les commentaires, j’ai aussi des visiteurs pour des formations, des salons... Les personnes que j’accueille à la maison ne me parlent pas de la réputation de Vénissieux ou des Minguettes, ils s’en fichent ! Nous discutons surtout des voyages, des expériences de chacun, nous échangeons des photos, etc. Les gens viennent principalement pour les transports, le prix, le calme, la proximité avec Lyon, la qualité de la prestation et les commentaires positifs. Ils disent aussi : "C’est à Vénissieux qu’on rencontre encore des vraies personnes".”

“Je garde ma méfiance envers ces plateformes numériques dont les promoteurs cherchent surtout à capter des flux financiers en poussant à la dérégulation du marché du logement. À Paris, ce service a conduit à transformer une part importante du parc privé en service d’hébergement touristique, bousculant le marché hôtelier sans respect des règles commerciales ou fiscales. Mais cette étude nous livre un regard sur les quartiers prioritaires fortement décalé de l’image stigmatisante habituelle. Les visiteurs, dont plus d’un tiers sont étrangers, expriment un avis très positif. Voilà qui bouscule les caricatures de notre quartier le résumant aux incivilités, à l’insécurité ou au bétonnage. Le maire et son équipe connaissent bien les difficultés réelles des habitants des quartiers populaires, mais je suis heureux que des visiteurs de toute la planète puissent découvrir Vénissieux et ses atouts.”


ACTUS

4

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

SEMAINE DE LA PROPRETÉ

CADRE DE VIE

Du 13 au 18 mai, balayons les incivilités

Concours des balcons et maisons fleuris

développement humain durable:

14 mai, de 18 heures à 19 h 30, à l’hôtel de ville. Débat sur les incivi-

lités en présence d’acteurs locaux. Projection de courts-métrages réa-

nitialement programmée du 6

I

chaises, alors que la déchèterie de

cause de grève des éboueurs

Tout au long de cette semaine, plu-

Semaine de la propreté se tiendra

groupes scolaires : Saint-Exupéry

lisés par le conseil municipal d’enfants.

- Animations sur la propreté et le

— il aurait été malvenu de célébrer la netteté pendant que la saleté

s’amoncelait sur les trottoirs —, la finalement du 13 au 18 mai pro-

chain. Le thème retenu n’a pas changé : il s’agit toujours de com-

battre les incivilités. En particulier

les dépôts d’encombrants et autres

la rue Jean-Moulin est là pour ça.

sieurs animations de sensibilisa-

tion sont prévues à partir de 16 heures, aux abords de plusieurs

le 13 mai, Moulin-à-Vent et Parilly le 14, Joliot-Curie et Jules-Guesde le 16.

LES TEMPS FORTS DE LA SEMAINE

déchets sur la voie publique. C’est

- Course contre les déchets: mardi

reusement fréquent à Vénissieux :

joggeurs volontaires ramassent les

un spectacle navrant et malheu-

là où l’on dispose les bacs à ordures

ou à côté des silos enterrés, certains se sentent autorisés à poser car-

tons, téléviseurs HS ou vieilles

14 mai, de 12 heures à 13h15. Les déchets sur le parcours de la

course. Départ du stade Delaune. Sur inscription au 0472507402.

- Forum du Conseil citoyen du

16 heures, au 21 de la rue VladimirKomarov. En partenariat avec la

ARCHIVES RAPHAËL BERT

au 13 avril, mais reportée pour

tri : mercredi 15 mai, de 14 à société Yoyo, le conseil de quartier Jean-Moulin/Henri-Wallon, la mai-

son de l’enfance Henri-Wallon, les

centres sociaux des Minguettes et l’EPJ Pyramide.

- Visite de l’entreprise Aliapur,

Les serres municipales ouvrent leurs portes le 15 mai de 14 à 20 heures.

spécialisée dans le recyclage des

pneus usagés : 15 mai, départ à

Vous avez jusqu’au 30 juin pour

composé de deux professionnels,

14h20 de l’hôtel de ville. Sur ins-

vous inscrire au traditionnel

concours des balcons et maisons

citoyen parcourra la commune

cription au 0472214506.

- Inauguration d’un nouveau composteur de quartier: 15 mai, à 17 heures, devant le centre social Roger-Vailland, Bruant. g

rue

Aristide-

L’INTÉGRALITÉ DU PROGRAMME EST À RETROUVER SUR LE SITE DE LA VILLE : WWW.VENISSIEUX.FR

fleuris. La fiche d’inscription de l’édition 2019 est disponible

directement en mairie ou via internet sur le site de la ville de

Vénissieux: www.ville-venissieux.fr. Cinq catégories sont proposées :

rue ; balcons ou terrasses sans

Tout habitant de Vénissieux peut s’inscrire dans l’une de ces caté-

gories, à l’exception des agents

du service municipal des espaces verts. L’inscription est également

ouverte aux organismes gestionnaires de logements collectifs et

aux associations représentatives de résidents.

Comme chaque année, un jury

idées CADEAUX

Spécial Mariage

attribué aux quatre premiers.

VISITE DES SERRES 15 MAI

MUNICIPALES LE

balcons et maisons fleuris, la

ger fleuri.

PLANTES

sement est établi et un prix est

lectif ; hôtels, restaurants, cafés,

sans jardin ; et enfin, jardin pota-

FLEURS COUPÉES

Pour chaque catégorie, un clas-

Associée depuis plusieurs années

triels ou commerciaux avec ou

Le 18 avril, l’équipe et les jeunes de l’institut médico-éducatif JeanJacques Rousseau ont inauguré un composteur de leur fabrication. Situé dans l’enceinte de l’IME (99, rue des Martyrs-de-la-Résistance), il sera accessible aux habitants du quartier le lundi après-midi et le mercredi matin. “Une initiative qui s’inscrit dans notre volonté d’ouverture et d’échanges avec notre environnement”, ont déclaré Yves Bret et Florence Thivolle, les responsables de l’établissement.

agencements végétaux réalisés.

jardin visible de la rue et fenêtres magasins, établissements indus-

Compost ouvert

afin de découvrir et noter les

maison avec jardin visible de la ou murs fleuris ; immeuble col-

IME JEAN-JACQUES ROUSSEAU

d’un élu municipal et d’un

à l’ouverture du concours des journée portes ouvertes des serres municipales est program-

mée le mercredi 15 mai, de

14 heures à 20 heures. L’occasion de découvrir ou redécouvrir ce

superbe équipement, situé avenue Jean-Moulin, composé d’une serre chaude et d’une serre tem-

pérée. Tout au long de la journée, les agents du service des espaces

verts proposeront conseils de jardinage et ateliers de décoration florale. g

PLUS

Nadia Braiki

04 26 59 65 74 Flowers Fleurs et Mariages flowersnadiabraiki

04 26 59 65 74

11 Rue Paul Bert 69200 Vénissieux

76, rue Louis Pradel

69960 CORBAS

DE RENSEIGNEMENTS AU

04 72 21 44 33.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

5

Témoignages de trieurs Souad Cette mère de famille est la première à avoir déposé un sac Yoyo à la paroisse. “Je triais déjà avant, et je pense que Yoyo est une démarche sympathique, écologique et citoyenne.” Elle a connu le tri à Strasbourg qui distribue des sacs pour permettre le recyclage. Elle a alors décidé de faire partie du projet à Vénissieux. Dans son foyer, la consommation de bouteilles en plastique est faible mais Souad en récupère chez ses voisines ou même dans la rue. Cependant, elle ne pense pas rallier tout le monde à la cause. “C’est quelque chose de personnel : si on n’est pas sensible à l’environnement, cela ne fonctionne pas.”

Gracy Habitant à côté de la médiathèque, Gracy s’est lancée dans l’aventure Yoyo “pour protéger la planète et aider au recyclage”. Le cumul des points et les récompenses ont été une motivation supplémentaire. “Je viens déposer mon sac le jeudi quand je vais au marché, c’est simple, pratique.” Un avis pas toujours partagé par son entourage, certains trouvant la démarche contraignante.

Henriette PHOTO RAPHAËL BERT

Elle est une des premières paroissiennes à avoir participé à l’opération. “Une de mes filles travaille dans un hôtel donc elle récupère les bouteilles et moi je les amène ici (à la paroisse, ndlr).” Elle récolte auprès de sa famille, de ses voisines. “Pour moi tout le monde devrait le faire, c’est facile, le jeudi en allant au marché.” Sensible à l’environnement, Henriette reconnaît que “même sans les récompenses, je l’aurais fait”.

Les trieurs déposent leur sac orange rempli de bouteilles plastique à la paroisse afin qu’elles soient recyclées à Beaune.

PROPOS RECUEILLIS PAR CASSANDRE JEANNIN

HALTE AU PLASTIQUE

Yoyo : le tri récompensé Yoyo s’est lancé un défi de taille : atteindre l’objectif de 100 % de plastique recyclé en 2025. Plus de 120 familles vénissianes se sont déjà prises au jeu de cette plateforme de récompense collaborative du tri, complémentaire au bac jaune.

“L

e fait de recycler fait plaisir,

plaisir, voilà bien le credo de Yoyo, plate-

trieur récupère un premier sac orange chez

Varda. On a l’impression que les

lancée à Vénissieux depuis quelques

quera les consignes de tri (lire ci-contre).

s’amusait la regrettée Agnès

choses ne sont pas foutues, pas perdues. On leur donne une autre vie.” Lier tri sélectif et

forme de récompense collaborative du tri,

semaines. “L’idée, explique Antoine Serrouille, chef de projet Yoyo pour le Grand Lyon, est de lutter contre la pollution plastique et d’améliorer les conditions de tri en

EN SAVOIR PLUS ● Se connecter

www.yoyo.eco pour créer son profil et s’inscrire comme coach ou trieur. Pour voir la liste des récompenses, il suffit de cliquer sur la boutique en ligne. ● Consignes de tri Le sac Yoyo peut contenir une cinquantaine de bouteilles d’eau, soda, huile, jus de fruits, liquide vaisselle, vinaigre blanc, en PET, transparentes, vidées et compressées, avec ou sans bouchon. ● Quelques chiffres Yoyo est implanté dans cinq agglomérations : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux et Mulhouse. La France est le 5e pays consommateur de bouteilles en plastique. 8 millions de tonnes de plastique sont rejetées dans les océans chaque année. Le taux de recyclage dans les villes est de 20 %. L’objectif est d’atteindre 100 % de plastique recyclé en 2025.

créant une synergie autour du geste de tri à

l’échelle d’un quartier. Geste récompensé par

des points qui permettent d’obtenir des places de cinéma, des paniers de légumes, des réductions sur certains moyens de transport, etc., et qui incitent à consommer autrement.”

Et ça fonctionne ! En moins de deux mois,

Vénissieux comptabilise déjà huit coaches

(l’église de l’Épiphanie, le jardin de l’Envol, le tabac de Vénissy, la maison de l’enfance

Saint-Exupéry ou encore des gardiens d’im-

meubles) et 125 familles enregistrées, sans

compter les 545 trieurs inscrits via le drive du centre commercial Carrefour.

Coachs ? Trieurs ? Au fait, Yoyo, comment ça marche ? Il suffit de se connecter sur le site yoyo.eco et de créer son profil en tant

que coach — si vous disposez d’un peu de temps et d’un espace de stockage plus ou

moins grand — ou trieur. Chaque nouveau

le coach qu’il aura choisi et qui lui expliUne fois le sac rempli d’une cinquantaine de bouteilles plastiques transparentes PET

écrasées, le trieur le dépose chez son coach,

chacun obtenant respectivement 125 et 25 points (à titre d’exemple, une place de cinéma correspond à 500 points). “À inter-

valles réguliers, poursuit Antoine, les équipes de Yoyo viennent récupérer les sacs chez les coaches et les bouteilles sont trans-

portées à l’usine de recyclage la plus proche,

celle de Beaune, pour être transformées en… bouteilles, un vrai principe d’économie circulaire !”

L’objectif affiché par Yoyo est de mobiliser à terme 10 % des Vénissians. Et à en croire

l’agitation qui règne devant la paroisse des Minguettes en ce jeudi de collecte, les habi-

tants du plateau semblent tout à fait adhé-

rer au principe. Déjà une cinquantaine de familles remettent régulièrement leurs bou-

facile du sac orange qu’elle considère comme

la population à l’engagement écologique”, et

qu’à transformer l’attrait de la nouveauté

teilles à Marie-Pascale, ravie de “sensibiliser 25 trieurs sont recensés une centaine de mètres plus loin dans le bureau de tabac de

Séverine qui souligne l’aspect “ludique et

une continuité du quotidien”. Ne reste plus en un réflexe pérenne. g

PERRINE PLATEAU


6

ACTUS

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

EXTENSION DES COLLÈGES ALAIN ET MICHELET

Les travaux vont bon train À l’angle de la rue de la République

terrain attenant à l’établissement.

tier de construction d’extension du

scolaire seront installés sur deux

et de la rue Germaine-Tillon, le chan-

collège Alain de Saint-Fons avance à

grande vitesse. La Métropole, qui a en charge la construction et la réha-

bilitation de ces établissements, doit faire face à une augmentation importante d’élèves estimée à un millier par an sur son territoire. Compte tenu des fortes contraintes liées au plan de prévention des PHOTO RAPHAËL BERT

risques technologiques (PPRT) en vigueur à Saint-Fons, le conseil métropolitain a décidé de cette

extension urgente du collège Alain à Vénissieux. Composée de modu-

laires installés sur une surface de

1600 m2, cette annexe accueillera

GROUPE SCOLAIRE CHARRÉARD

plus de 150 élèves dès la rentrée pro-

Près de quatre millions d’euros d’investissement

chaine et 300 l’année suivante. Le coût annoncé est de 5 millions d’euros.

Au pied des Minguettes, le collège Jules-Michelet prend également de

l’ampleur avec l’installation de

modulaires à titre provisoire sur le

Des locaux pédagogiques et de vie niveaux, ainsi qu’un espace de res-

tauration pour 300 couverts par jour. Montant de l’investissement: 3,5 millions d’euros.

Ces constructions provisoires pour répondre à l’urgence sont condam-

nées par le collectif enseignant de l’Est

lyonnais.

“La

Métropole

construit des modulaires à JulesMichelet qui empiètent sur les ter-

rains de sport. On fait une extension du collège Alain de Saint-Fons à Vénis-

sieux. Quelle logique dans tout cela?

Et que penser de l’état de vétusté du collège Aragon. La Métropole fait du

coup par coup. Il n’y a pas de politique réelle d’investissement. Un nouveau collège devrait sortir de terre à Vénis-

sieux ou à Saint-Fons dans les années qui viennent. Mais à ce jour, compte

tenu de la hausse des effectifs sur ces deux communes, il serait déjà totalement plein.” g

M. F.

Face à la hausse de la population dans les quartiers Charréard, MaxBarel et Pasteur, la municipalité a engagé plusieurs chantiers dans les groupes scolaires. Tandis que la réhabilitation de Pasteur est en cours, de gros travaux sont lancés à Charréard. Avant la réhabilitation de l’élémentaire Max-Barel fin 2019. répond

Charréard a été donné

sera livré en décembre 2019.

vaux au groupe scolaire

début mars. Après la réhabilitation de l’élémentaire en 2017

pour un coût de 650 000 euros, la

Véronique

Forestier,

adjointe au Patrimoine. Le local

LES CLASSES MATERNELLES

— le septième construit dans la

ville — sous forme de structures prêtes à poser. D’une superficie

sportif, elle accueillera ses pre-

miers élèves à la rentrée 2020 sur

une superficie de 900 m2 de plain-

pied. Elle comprendra six salles de classe, une salle polyvalente, des espaces de couchage et des

de 350 m , sa livraison est prévue

locaux annexes de service. Grâce

d’accueillir chaque jour jusqu’à

classes de maternelle seront

2

en septembre 2019. “Il permettra 168 élèves de maternelle, doublant

la capacité d’accueil, et 252 d’élémentaire, soit 120 places supplémentaires”, précise Véronique

Callut, adjointe en charge de l’Éducation.

Quid de l’ancien restaurant scolaire ? “Nous allons le transformer

pour y installer les activités périscolaires ainsi que l’infirmerie”,

tique et environnementale des tiques, précise Véronique Fores-

maternelle. Bâtie sur le plateau

rant scolaire et d’un self-service

portée à la performance énergé-

construction d’une nouvelle école

L’opération se déroule en plulieu la construction d’un restau-

tier.” Une grande attention a été deux bâtiments. “Le bâti évolue en

L’opération se poursuivra avec la

sieurs phases avec en premier

lors du dernier conseil de quar-

REGROUPÉES

construction d’un self et d’une

école maternelle est lancée.

élues. Il a également été présenté

à cette réalisation, l’ensemble des

regroupées sur le même site.

Contrairement à aujourd’hui où

quatre classes de maternelle sont

localisées dans le bâtiment des élémentaires.

“Le programme a été élaboré en concertation avec l’équipe ensei-

gnante et les parents d’élèves, en présence de l’inspectrice de l’Édu-

cation nationale, souligne les deux

PHOTO RAPHAËL BERT

L

e coup d’envoi des tra-

fonction des changements clima-

tier. Les toitures du self et de l’école maternelle seront ainsi végétali-

sées. Et dans les deux bâtiments, les cloisons doublées permettront

l’amélioration de la qualité de l’air et un meilleur confort en été.” La maternelle répond au label Effi-

nergie + dont l’objectif est de pro-

mouvoir les bâtiments à basse

consommation d’énergie. “Quant à l’éclairage, nous poursuivons la mise en place d’ampoules LED :

l’expérimentation que nous avons menée en élémentaire est positive puisque les résultats sont là en termes d’économie.”

Le coût global du chantier s’élève à 3,98 millions d’euros. g

MICHÈLE FEUILLET

L’extension du collège Alain à Vénissieux accueillera plus de 150 élèves dès la rentrée prochaine et 300 l’année suivante.

ÉDUCATION

Les enseignants restent mobilisés Le 9 mai prochain, l’ensemble des organisations syndicales du secteur public appelle à une grève pour dire non au projet de loi de transformation de la fonction publique. Déjà engagés dans une forte résistance au projet de loi “pour une école de la confiance” porté par leur ministre Jean-Michel Blanquer, les enseignants vénissians, de la maternelle au lycée, devraient une nouvelle fois se mobiliser. Avant de manifester à Lyon, ils ont prévu un rassemblement à Vénissieux, mais le lieu de rendez-vous n’était pas encore connu à l’heure du bouclage d’Expressions. Les professeurs entendent ainsi marquer leur opposition à la politique que poursuit le ministère de l’Éducation nationale sans prendre en compte, dénoncent-ils, ni l’expertise professionnelle, ni les avis des organisations syndicales, ni ceux de l’ensemble de la communauté éducative. Pour les enseignants vénissians, qui ne désarment pas, “l’école dite de la confiance voulue par Jean-Michel Blanquer va accroître les inégalités, dégrader les conditions de travail des personnels, sans répondre à la nécessité d’améliorer le service public d’éducation pour assurer la réussite de tous les élèves”.


ACTUS

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

7

ZAC ARMSTRONG

“Muer sans perdre son identité” Inaugurée le 25 avril, la résidence Louisiane marque une étape supplémentaire de la rénovation urbaine qui transforme le visage des Minguettes. chitecture soignée et sobre” de

des Minguettes est resté en place,

sa mue. L’une de ces

La résidence Louisiane est la der-

culturel, social, que les différents

des Minguettes poursuit

étapes a été actée le 25 avril, par

l’inauguration officielle de la résidence

Louisiane

et

ses

38 logements en accession sociale

sécurisée. Après une visite de la

résidence, le ruban tricolore symbolique a été coupé par le maire, Michèle Picard, ses adjoints

Yolande Peytavin et Idir Boumer-

tit, avec Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon (en charge du renouvellement

urbain et de l’habitat) et le président de Rhône-Saône Habitat,

Philippe Brosset, qui a salué “l’ar-

l’ensemble.

nière réalisation en date de la zone d’aménagement concerté

(ZAC) Armstrong, située en face

de Vénissy. Les Vénissians se souviennent-ils encore des trois

tours qui se dressaient ici, démolies entre 2005 et 2007 ? Le nouveau visage de la ZAC se dessine

autour du mail piétonnier inauguré en 2013. Les premières

livraisons de logements ont eu lieu en 2015 et 2016, les dernières sont

attendues

et 2022.

entre 2020

Du nouveau, mais “le tissu humain

tout comme le maillage associatif,

dispositifs des quartiers de la Poli-

tique de la ville ont renforcé, rappelle le maire. Muer sans perdre

PHOTO YVES RICARD

É

tape par étape, le plateau

son identité, tout le défi est là”. Les acquéreurs de Louisiane sont d’ailleurs surtout des Vénissians

(47 %), les autres venant de Lyon (26 %) ou du reste de la Métropole

Aux côtés de Michel Le Faou de la Métropole, Michèle Picard a inauguré la résidence en présence de ses adjoints Yolande Peytavin et Idir Boumertit.

“L’utilité des Politiques de la ville

Elles viennent en complément, per-

tables dans les villes populaires. Il

qu’elles ne se substituent pas au

les différents partenaires, qui

par le haut. C’est tout le sens de la

et d’ailleurs (27 %).

n’est plus à démontrer, à condition

droit commun, et à la présence de

l’État, dans les quartiers prioritaires, estime Michèle Picard.

mettent un travail collégial entre s’avère bénéfique pour les habitants.” Pour le maire, “il y a une

énergie et des potentiels incontes-

faut les accompagner et les tirer Politique de la ville que nous impulsons à Vénissieux”. g

F.T-B.

MODES DOUX

EXPULSIONS LOCATIVES

Une liaison verte entre Vénissieux et Lyon

Le maire défendra ses arrêtés au tribunal le 3 mai

Franchir le périph' à pied

Le scénario est immuable. Comme tous

En 2018, 201 familles vénissianes ont été

défi périlleux. Le 19 avril,

Vénissieux, Michèle Picard, a rendez-vous

avec le concours de la force publique.

ou à vélo n’est plus un

les ans à pareille époque, le maire de

une voie verte a été

au tribunal administratif de Lyon. Ce sera

ouverte entre Lyon et

le vendredi 3 mai à 14  heures, avec un

Vénissieux, dans le cadre

rassemblement de soutien prévu à 13h30.

de l’aménagement du

Pour la dixième année consécutive, l’élue

Grand Parilly.

a pris le 29 mars des arrêtés municipaux

Ce nouveau quartier bâti

PHOTO RAPHAËL BERT

sur les terrains du Puisoz,

en bordure du boulevard L a u r e n t - B o n n e v a y, accueillera dès l’automne Ikea

et

Leroy-Merlin,

ainsi que “Le Signal”, un immeuble de bureaux. Ce

Piétons et cyclistes peuvent désormais franchir le périphérique en toute sécurité.

sera ensuite au tour de l’hôtel Eklo, de com-

verte dédiée aux piétons et aux cyclistes, et

portes, avant ou en même temps que les

Elle permet aux usagers des modes doux de

merces et de restaurants d’ouvrir leurs

immeubles résidentiels (voir notre édition du

17 avril).

Pour y accéder depuis le périphérique et

depuis Moulin-à-Vent et Lyon, la Métropole

accessible aux personnes à mobilité réduite. franchir le périphérique en toute sécurité.

En venant de Vénissieux, la voie franchit une bretelle de l’échangeur de Parilly sur une pas-

serelle longue de 60 mètres puis passe ensuite

réalise en ce moment les travaux d’aména-

sous le boulevard Laurent-Bonnevay. Cet axe

13 millions d’euros.

Viviani et Paul-Santy) et Vénissieux (avenue

gement des voiries, pour un montant total de Le 19 avril, elle a mis en service une voie

renforcera les liens entre Lyon 8e (avenues

Jules-Guesde). g

interdisant sur le territoire de la commune les expulsions locatives sans solu-

tion de relogement, les saisies mobilières et les coupures d’énergie et d’eau. “Il s'agit

d'un combat politique et juridique pour

mettre un terme à l'intolérable, pour éviter que des milliers de familles ne basculent dans la spirale de l'exclusion, indique le maire. C'est une bataille pour le droit de vivre dignement, afin que les droits fonda-

mentaux inscrits dans notre Constitution soient enfin respectés.”

Mais sans surprise, ces arrêtés ont été

attaqués par la préfecture devant le tribunal administratif. Le représentant de l’État estimant en substance que le

maire outrepasse ses pouvoirs en faisant “obstacle à l’exécution d’une décision de justice”.

assignées au tribunal d'instance, dont 76 53 expulsions ont été programmées, et une vingtaine menée à terme.

“Lorsque des gens ne parviennent pas à

payer un loyer, c’est toujours parce qu’ils ont des revenus fragiles, souvent à cause de salaires insuffisants. Ils ont dû à un

moment faire un choix entre les courses, les factures d’eau ou d’électricité, souligne

Saliha Prudhomme-Latour, adjointe aux

politiques sociales et à la lutte contre la grande pauvreté. L’expulsion, c’est la spirale vers l’exclusion.”

En 2018, le centre communal d’action

sociale (CCAS) a pu obtenir la suspension de 19 expulsions en effectuant notamment un travail social auprès des loca-

taires en difficulté. “Nous agissons pour cela en partenariat avec des bailleurs et la

Métropole, précise l’adjointe. Et de fait, les expulsions sont moins nombreuses que

l’année précédente (26 en 2017 contre 20 en 2018). En revanche, leur nombre a augmenté au niveau national.” g

A.S.


8

ACTUS

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

TÉMOIGNAGE

La mère de Marin se livre “la tête haute” Audrey Sauvajon est la mère de Marin, le jeune Vénissian sauvagement agressé en novembre 2016 à la Part-Dieu. Elle publie aux éditions Flammarion La tête haute, un livre qui retrace l’incroyable combat qu’elle a mené avec ses proches pour soutenir son fils.

C’

mère qui se bat coûte que coûte pour son fils,

indemne. Dans La tête haute, paru

tismes du système médical. C’est aussi un for-

● 11 novembre 2016 : agression à la Part-Dieu

victimes d’un traumatisme cérébral. “J’ai

● Février 2017 : création de l’association “La tête haute, je soutiens Marin”

de circonstances révélé à la fin de l’ouvrage.

sans limite. Montrer que l’amour pour un

aux éditions Flammarion, Audrey Sauvajon retrace le choc de l’accident de son fils Marin,

survenu à la suite d’un improbable concours Elle décrit la sidération, les angoisses, l’at-

tente, les doutes et l’indéfectible volonté qui anime celles et ceux qui ont porté Marin à bout de bras depuis plus de deux ans. Elle

rappelle aussi que l’intéressé leur a toujours offert en retour de surprenants progrès, fai-

sant preuve d’une rage de vivre et d’espérer peu commune.

De la prise en charge de Marin par les secours

à sa première opération chirurgicale, de sa sortie des quinze jours de coma aux affres d’une rééducation difficile, de la rencontre

avec le pape au soutien de Benjamin Biolay, de la création de l’association à celle d’un cof-

fret pour les familles de traumatisés crâniens (lire encadré ci-dessous), des débuts de l’en-

quête à la douleur du procès, elle évoque sans fard — mais toujours avec pudeur — le com-

bat de son fils et de ceux qui l’ont soutenu: famille, proches, personnel hospitalier, sans oublier les milliers d’anonymes sur les

parfois contre les bizarreries et les conserva-

midable message d’espoir adressé aux

● 26 novembre 2016 : sortie du coma ● Novembre 2017 : concert de soutien à Décines (69)

enfant peut donner une force incroyable, écrit

● Mai 2018 : procès de l’agresseur (7 ans et demi de prison ferme)

mement pessimiste établi après l’agression,

● 25 mars 2019 : la Région lance un “prix Marin” pour récompenser “les héros du quotidien”

Audrey Sauvajon. Malgré le pronostic extrê-

aujourd’hui, plus de deux années ont passé et Marin est toujours parmi nous.” On se sou-

viendra en effet que, pendant de longues

semaines, son pronostic vital est resté engagé.

Marin ne sera pourtant plus jamais le même. Son caractère a changé. Il souffre de pro-

blèmes neurologiques sévères, certes atté-

nués par la rééducation, mais suffisamment forts pour le priver de sa vie d’avant. Même

si, de nouveau, il marche, parle lentement, plaisante volontiers, écrit et jouit d’une relative autonomie.

“Des études révèlent que l’espoir est la première chose dont les familles ont besoin à l’ar-

rivée d’un proche en réanimation”, écrit encore

Audrey Sauvajon. Ce livre, bien que très dur, en contient beaucoup. g

ALAIN SEVEYRAT PLUS D’INFORMATIONS SUR WWW.LATETEHAUTE.FR

Autour de Marin, le combat pour les “cérébro-lésés” L’association "La tête haute, je soutiens Marin" propose depuis octobre 2018 aux familles de cérébro-lésés (*) un coffret d’aide aux patients. Baptisé “CAP La tête haute”, il doit les aider à “apaiser” la victime et à “établir une communication avec elle”. Le coffret contient un livret expliquant les bienfaits des pratiques préconisées, avec des conseils pour leur mise en application. Rédigé par le Docteur Chérine Fahim, spécialiste en neurosciences, il s’appuie sur près d’une quarantaine de références scientifiques. On trouvera aussi dans le coffret une huile de massage, deux pots de pâte à modeler et quatre capsules à odeur. Plusieurs vidéos pédagogiques sur les techniques de mas-

QUELQUES DATES

voulu montrer que la capacité de résilience est

réseaux sociaux.

Ce n’est pas seulement le témoignage d’une

PHOTO A.S.

est un livre poignant, dont on ne

peut terminer la lecture totalement

sage sont en outre disponibles sur le site de l’association. D’une valeur de cinquante euros, il sera offert aux familles qui en feront la demande, ces dernières n’ayant à régler que les frais de port. L’association met ainsi à profit l’expérience acquise au chevet de Marin pendant plus de deux ans. "Le soir où Marin a été agressé, ainsi que les jours qui ont suivi, j’ai acquis la certitude qu’il fallait l’aider, a expliqué Audrey Sauvajon au cours d’une conférence de presse à l’automne dernier. J’ai alors mis à profit mes insomnies en lisant, en suivant des conférences en ligne, en cherchant des études... Certaines choses ont marché, d’autres moins."

(*) CÉRÉBRO-LÉSÉ : PERSONNE DONT LE CERVEAU A ÉTÉ VICTIME DE LÉSIONS

● Avril 2018 : Marin reçu par le pape ● Octobre 2018 : sortie du coffret d’aide aux cérébro-lésés (voir ci-dessous) ● 1er mars 2019 : Marin reçoit la Légion d'honneur à l’Èlysée


DOSSIER

9

PHOTO MONTAGE A.S.

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

INFOS OU INFOX ?

À l’épreuve des fake E

lles inondent le web, polluent le débat public et

mettent en danger la démocratie. Les fake news — ou faits alternatifs — ne datent pas d’hier, mais

Dopées par les réseaux sociaux, les fake news se sont installées dans notre quotidien. Exemples à l’appui, nous nous sommes demandé comment leur résister. DOSSIER RÉALISÉ PAR : ALAIN SEVEYRAT

les réseaux sociaux les dotent d’une force considérable,

redonnant une nouvelle jeunesse aux vieilles rumeurs

d’antan. Qui aurait pu croire qu’à l’heure de la connais-

sance mondialisée, on pourrait encore affirmer que la

terre est plate, ou que les vaccins sont plus dangereux

que les maladies dont ils protègent ? Calomniez, calom-

niez, il en restera toujours quelque chose, semble bégayer l’histoire.

avortées de faire brûler un vieux chêne avec un chalu-

meau, ne prouvent quoi que ce soit. Mais la rumeur de

l’attentat s’est déjà répandue comme une traînée de poudre, tandis que l’explication de la vérité tient sur plusieurs

pages.

LES JEUNES EN PREMIÈRE LIGNE

Face au phénomène, les enjeux en termes d’éducation

sont colossaux. D’autant plus que les 15-34 ans s’informent principalement via les réseaux sociaux, et que 71 %

d’entre eux les utilisent quotidiennement, comme l’in-

C’est qu’il est si facile — et tellement plus rapide — d’ac-

dique une étude Médiamétrie publiée à l’été 2018.

de croire à ce qui nous fait peur, plutôt que de prendre

nisait plusieurs animations autour de la semaine de la

amener à finalement reconnaître que non, rien ne prouve

d’elles, menée avec le Bureau information jeunesse (BIJ),

corder du crédit à ce qui nous conforte dans nos opinions, le temps de la réflexion. Cette réflexion qui peut nous

que des terroristes ont incendié Notre-Dame de Paris.

Car comme le démontre le site des Décodeurs du Monde, ni la présence d’une fumée jaune, ni plusieurs tentatives

Le 20 mars dernier, la médiathèque de Vénissieux orgapresse à destination des jeunes de 10 à 14 ans. L’une consistait en un jeu de l’oie sur les comportements à adop-

ter sur Internet. “L’objectif, c’est que les jeunes apprennent

à être critiques, qu’ils soient capables de vérifier si la source >>>


>>>

DOSSIER

d’une information est sérieuse, par exemple en allant vérifier les infor-

mations légales d’un site web, explique Sayen Kaced, chargée de mission au BIJ. En allant dans les

collèges, on s’aperçoit qu’ils sont étonnés d’apprendre qu’Internet ne

dit pas toujours la vérité. Ils versent

aussi parfois dans la théorie du complot, mais si la ficelle est trop

grosse, ils ne se laissent pas avoir.” “En sixième, les élèves font encore

preuve d’un certain sens critique,

complète un professeur d’histoiregéographie employé dans un collège vénissian. Mais en troisième

ou même en quatrième, on en trouve déjà qui croient que la terre

est plate.” Au lycée, les jeunes sem-

À NOTER Le Club de la presse s’implique Le Club de la presse de Lyon a lancé il y a plusieurs semaines un vaste chantier sur l’éducation aux médias. Baptisée "Esprit Critik", cette offre s’adresse notamment au public scolaire. Ce dispositif a été développé à l’origine par le Club de la presse de Montpellier. Il permet à un professionnel de l’information et à un spécialiste des réseaux sociaux d’intervenir dans collèges, des lycées, des associations, des entreprises ou des institutions.

blent toutefois mieux armés. Ceux

il est facile de faire mentir les

lycée Marcel-Sembat dans le cadre

Alice Blanc, de l’association Archi-

que nous avons rencontrés au de la semaine de la presse faisaient la différence — au tableau — entre une photo de manifestation sortie de son contexte et une autre,

utilisée

honnêtement.

“Lorsqu’on leur présente des exemples de fake news, ils sont réactifs,

avance Florence Savoye, professeur d’histoire dans l’établissement. Mais que font-ils face à leur

écran, s’ils sont emportés par la surprise et l’émotion, c’est toute la question.”

APPRENDRE À DÉCRYPTER

Retour à la médiathèque. Tandis que leurs camarades jouent au jeu de l’oie, d’autres élèves plus âgés

fabriquent de toutes pièces un film mensonger, pour s’apercevoir parfois avec stupeur à quel point

images. L’atelier est animé par

pel. “On donne des outils aux enfants pour apprendre à décoder l’image, pour travailler leur esprit

critique”, explique-t-elle. Pour

Jérôme Triaud, directeur de la

médiathèque, il reste du pain sur la planche. “On pourrait penser que les jeunes sont plus calés que nous. Parfois c’est le cas, mais pas

pour sourcer l’information. Pour s’informer, ils utilisent YouTube et

les réseaux sociaux. Quand vous leur parlez de presse écrite, pour

eux, c’est un truc d’extraterrestre. Cela dit, ils ne sont pas totalement dupes :

ils

ont

par

exemple

conscience que les photos sont retouchées,

simplement

parce

qu’ils ont déjà l’habitude de le faire

sur les réseaux sociaux avec les filtres.” g

Des animations sont régulièrement organisées à Vénissieux pour alerter les jeunes sur les dangers du web, comme ici ce jeu de

Cinq conseils pour repérer une fake news

Prenez le temps de la réflexion !

ments connus ou reconnaissables (panneaux, bâti-

Dans le doute, mieux vaut ne rien partager plutôt que

les éléments météorologiques, vêtements, personnages

Partager une information n’est pas un acte anodin.

POUR ALLER PLUS LOIN

D’anciens cadres de Facebook tirent la sonnette d’alarme Chamath Palihapitiya, ancien vice-président en charge de la croissance de Facebook, a assuré fin 2017 qu’il interdit à ses enfants d’utiliser “cette merde” (sic). Selon lui, les réseaux sociaux “sapent les fondamentaux du comportement des gens” et “déchirent le tissu social”. Sentiment comparable chez l’ancien président de Facebook, Sean Parker : “Dieu seul sait ce que Facebook fait aux cerveaux de nos enfants.” Pour lui, le réseau social a pour but “d’exploiter les vulnérabilités de l’être humain”. Loren Brichter est l’inventeur du mécanisme “pull to refresh”

PHOTO A.S.

10

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

(tirer pour rafraîchir), qui permet de mettre à jour le fil d’information d’un coup de pouce. “J’ai deux enfants, et je regrette constamment les moments où je ne leur prête pas attention parce que je suis absorbé par mon smartphone”, a-t-il reconnu en octobre de la même année dans un article du Guardian. Quelques lignes plus loin Justin Rosenstein, le créateur du bouton “J’aime”, expliquait avoir quitté le réseau Snapchat qu’il compare à de l’héroïne, réduit son utilisation de Facebook et fait installer un système de contrôle parental sur son propre Iphone.

de polluer le web avec des informations trompeuses ou mensongères. Identifiez les éléments qui peuvent

altérer votre esprit critique, cherchez les incohérences et demandez-vous toujours ce que l’auteur attend de vous.

Remontez à la source

ments, végétation) contient-elle ? Attardez-vous sur connus ou signes distinctifs des personnages. Cette image d’une manifestation de la semaine dernière à

Paris a peut-être en fait été prise en 2009 à Barcelone… Top gros pour être vrai ?

Des requins dans l’eau d’un centre commercial

inondé ? Un homme sur le toit d’une Twin Tower pho-

Son auteur est-il clairement identifié ? L’information

tographié le 11 septembre 2001 avec l’avion des terro-

inconnu, de celui d’une mystérieuse association ou

leurs claviers assis dans l’eau ? Un village entier

provient-elle d’un site sérieux, du blog d’un illustre

encore d’un site parodique (Secret news, Le Gorafi, Nordpresse.be, etc.)  ? Les pages “À propos” ou “Qui

sommes-nous” vous éclaireront. Une recherche rapide sur Google ou Wikipedia vous permettra aussi de savoir qui l’a déjà partagée. Méfiez-vous des images !

N’importe quelle photo — voire n’importe quelle vidéo — peut être truquée. Mais elle peut être aussi simplement sortie de son contexte. Soyez curieux ! Quels élé-

ristes en arrière-plan ? Des élèves qui tapotent sur

repeint couleur canari pour soutenir les Gilets jaunes ? Hhhmm… Méfiance !

Que suggèrent les commentaires ?

Florilège de commentaires douteux : “Comme par hasard”, “Vérité officielle”, “Partagez vite avant que Facebook ne censure”, “À qui profite le crime ?”, “Réveillez-vous !”,”La vérité qui dérange”, “Coïncidence ?” Et

pour terminer, rappelons qu’un mobile n’est pas une preuve… g


DOSSIER

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

QUESTIONS À

11

Florence Savoye professeur d’histoiregéographie au lycée Sembat

“Comprendre l’information nécessite du temps” Vos lycéens vous semblent-ils

totalitaires. Nos régimes démocra-

un collégien. Alors que pour ce

formation ?

c’est un défi de fournir des outils

“faire suivre, dans le doute, au cas

armés pour résister à la désin-

C’est une question complexe car

certains ne suivent l’information

Quelles sont, selon vous, les fake

tiale des évènements, de l’actualité.

toire ?

L’information nous assaille de toute part et les élèves privilégient sou-

vent l’image pour suivre l’actualité. Lire l’information, la comprendre, la mettre en perspective nécessite

du temps, du recul, et aussi un peu de culture. Nos élèves ont certes de réelles compétences, celles de

décrire l’image, de la comprendre.

Mais ils éprouvent des difficultés à l’interpréter, à sortir des clichés, à l’analyser… Et donc sont plus vul-

nérables à la manipulation. Le sontils plus que les adultes ? Ce n’est pas

si sûr quand on sait que le président américain Donald Trump a utilisé

les fake news contre sa concurrente Hilary Clinton lors de la campagne présidentielle et qu’elles ont dû

avoir un impact en sa faveur lors

Quelques outils pour y voir plus clair Vrai ou faux ? Pour vous aider à savoir si une information est crédible, plusieurs outils gratuits sont disponibles. ● La recherche inversée : Google images vous permet de lui soumettre une photo,

dont il va vérifier la présence sur le web. Vous vous apercevrez peut-être qu’une image présentée comme récente tourne en fait sur Internet depuis des années... Ou que la fameuse photo est principalement publiée par des sites complotistes. À retrouver sur https://images.google.fr/, service équivalent sur www.tineye.com/. Amnesty International a mis en ligne un outil qui permet de savoir quand une vidéo a été mise en ligne sur YouTube. Cet outil permet aussi de faire une recherche inversée d’image à partir d’une vidéo. https://citizenevidence.amnestyusa.org/.

fiables pour les déconstruire.

qu’à travers les réseaux sociaux et n’ont qu’une vision partielle et par-

l’oie qui les sensibilise sur les comportements à adopter sur Internet.

tiques y sont aussi confrontés et

des élections.

L’utilisation des fakes news vous semble-t-elle une nouveauté ?

Non, c’est une forme de manipula-

tion, de propagande très facile à uti-

liser aujourd’hui grâce à Internet. Mais dans la presse écrite, sur des

affiches, par la radio, les fausses

news les plus célèbres de l’his-

Elles sont nombreuses mais je me souviens d’une qui m’a particuliè-

rement marquée. J’avais vingt ans et le mur de Berlin venait de tomber. Partout à l’Est, les régimes communistes

s’écroulaient.

C’était

incroyable, l’histoire se déroulait à

notre porte et sans drame, sans trop de violence. À Noël, on regardait les infos à la télévision, du direct

depuis Timisoara en Roumanie. Un

charnier venait d’être découvert où s’entassaient des milliers de corps torturés, assassinés semblait-il par la dictature du président Ceau-

sescu… Nous étions traumatisés. Le

dictateur apparaissait comme un

“vampire”, un Dracula moderne. En fait, il s’agissait d’une fake news.

Des corps avaient été déterrés d’un cimetière et exhibés devant les caméras… Les journalistes de télé-

vision n’avaient pas vraiment véri-

fié l’information et avaient diffusé les images de ces corps. Cette his-

toire m’a profondément choquée mais j’ai appris à être exigeante, critique face à l’information.

informations, les théories complo-

Partager, quelles conséquences ?

mation

grave”, nous a confié récemment

tistes ont permis l’arrivée et l’affirde

tous

les

régimes

“Je partage pour le fun, c’est pas

retraité, au contraire, mieux vaut

où ce serait vrai”. Les fake news, pourtant, sont rarement inoffensives.

Sur son site web, le centre hospitalier universitaire de Nantes rap-

pelle que les messages “vous

invitant (depuis près de vingt ans, ndlr) à participer à une chaîne de solidarité autour d’une fillette

malade” sont des canulars. Et que

“ces messages mensongers amènent de très nombreuses personnes à

chercher à joindre les CHU de

Nantes et Angers ; bien que motivés

par de très bonnes intentions, ces appels encombrent inutilement des lignes déjà fort demandées”.

Dans un tout autre registre, plu-

sieurs agressions de Roms ont eu lieu au mois de mars dans la région

parisienne. Deux hommes circulant dans une camionnette blanche ont notamment été roués de coups par une vingtaine de jeunes. La rumeur

est venue des réseaux sociaux : des Roms utiliseraient une camionnette

blanche pour voler des enfants et alimenter un trafic d’organes. Elle

s’appuie en fait sur le mythe — aussi tenace qu’infondé — des Tziganes voleurs d’enfants.

Les fake news s’attaquent aussi à la

santé. L’Unicef s’est inquiété début mars 2019 de la recrudescence de

la rougeole dans le monde en 2018.

La France a subi pour sa part entre 2017 et 2018 une augmenta-

tion de 2 269 cas, alors que le vaccin y est désormais obligatoire pour les

nourrissons. Or, en février, l’OMS

forensics.com/).

avait classé “l’hésitation à l’égard

● Decodex du journal Le Monde : cette extension pour navigateurs, une fois ins-

menaces pour la santé mondiale les

● Cette photo a-t-elle été retouchée ? Vérifiez-le avec Fotoforensics (http://foto-

du vaccin” parmi les dix principales plus pressantes en 2019. En cause,

tallée, vous avertit lorsque vous accédez à un site web douteux. Bien entendu, tous les sites web ne sont pas référencés, et l’extension ne vous empêchera pas d’accéder à quoi que ce soit. Plus d’informations sur www.lemonde.fr/verification/

des allégations sans fondement médical reliant le vaccin à l’au-

tisme, diffusées sur les réseaux

conquis leurs lettres de noblesse : les Décodeurs du Monde, Factuel de l’AFP, CheckNews de Libération, les Observateurs de France 24, etc. À noter que CheckNews fonctionne avec un système de questions-réponses ouvert aux internautes. Un peu dans le même esprit, l’un des piliers de la chasse aux fake news, le site HoaxBuster, anime depuis plusieurs années un groupe Facebook où chaque membre peut partager une information douteuse pour la soumettre à l’examen des internautes. À découvrir sur http://facebook.com/groups/hoaxbuster.groupe/

ARCHIVES RAPHAËL BERT

● Parfois critiqués mais indispensables, les sites de fact-checking ont désormais

sociaux notamment par les mili-

tants “anti-vax”. À ce jour, plus de 130 cas ont été recensés dans la

région Rhône-Alpes-Auvergne pour

2019. C’est quatre fois plus qu’en 2018 sur la même période. g


CULTURE

12

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

TRACTION AVANT CIE

Indignez-vous ! D’un escargot imaginé par un SDF à un grand projet sur l’indignation en passant par le théâtre de rue, la compagnie vénissiane n’en finit pas de réinventer les émotions. Comme pour Le Courage des oiseaux, Quelque chose vous indigne fera participer une soixantaine de jeunes de 14 à 25 ans. s’intéresser à comment faire sortir

musical interprété par de

l’intérieur d’eux-mêmes, au niveau

Le

Courage

oiseaux, beau spectacle

jeunes Vénissians et joué et filmé au Théâtre de Vénissieux, Traction Avant se lance dans trois nouveaux projets. Le plus avancé, Ma maison sur le dos, a déjà été vu à la salle

Érik-Satie par 140 spectateurs, “avec

qu’ils aimeraient repartir dans une

est, physiquement, lorsqu’on est

min parcouru, témoigne encore

trons comme outil pédagogique aux classes l’ayant vu. Et nous avons déjà plusieurs dates de tournée.”

Déjà, un autre gros projet occupe la compagnie. Quelque chose vous indigne, c’est son nom, porte le label Politique de la ville. “L’objectif,

reprend Marc, est de récolter auprès de jeunes de 14 à 25 ans leurs paroles sur le sujet de l’indignation.

Ils suivront trois ateliers menés par le scénariste et comédien Sylvain Bolle-Reddat. Ensemble, ils vont

Marc. Travailler avec eux est une

indigné.”

vraie rencontre qui vaut tous les dis-

cours du monde. Ce genre d’expé-

CINÉMA ET SPECTACLE VIVANT

et de son indispensable Indignez-

pour ce spectacle. Nous le remet-

autre création. Ils ont mesuré le che-

aussi à comprendre comment l’on

“Nous avons enregistré un CD au stu-

chansons écrites par Katia Vichard

participé au Courage nous ont dit

de leurs émotions. Et chercher

La troisième séance de ce pro-

dio lyonnais Gramophone, avec sept

partie. “La plupart de ceux qui ont

leurs colères et à ce qui se passe à

de bons retours” précise Marc Ber-

nard, directeur de la compagnie.

du début à la fin ou seulement une

gramme digne de Stéphane Hessel

PHOTO RAPHAËL BERT

A

des

près

vous sera filmée par Slimane Bou-

nia, maître d’ouvrage des images au sein de la compagnie vénis-

siane, qui réalisera des portraits

Marc Bernard, directeur de Traction Avant, et Sylvain Bolle-Reddat, comédien et scénariste, présentent le projet Quelque chose vous indigne.

un texte à partir des paroles des

longs, en plus des soixante petites

nous créerons un spectacle vivant

avec les centres sociaux des Min-

à partir de juin, nous allons créer un

avec Le Courage des oiseaux, le

vidéos. Sylvain, de son côté, écrira jeunes. “Un groupe est déjà constitué

guettes et les EPJ, d’autres sont sur le point de l’être.”

Au total, Traction Avant compte réu-

nir une soixantaine d’intervenants — pour Le Courage des oiseaux, 87

avaient participé au projet — qui vont raconter des histoires précises.

“Nous filmerons dix portraits plus

vignettes. Dans un deuxième temps, court-métrage. En juillet, Sylvain va en écrire le scénario, à partir des his-

toires entendues. De septembre à

novembre, auront lieu les répétitions et le tournage. En décembre, nous

présenterons les petits portraits vidéos, les portraits témoignages et

le court-métrage. Enfin, en 2020,

avec ce film comme trame. Comme

cinéma va nourrir le spectacle

vivant. Nous voulons utiliser tous les langages, l’éloquence, le slam, le rap, pour convaincre, argumenter, questionner.”

Marc ajoute qu’il y aura plusieurs

stades d’investissement pour les

jeunes. Ils pourront suivre le projet

rience permet aux jeunes de se projeter dans l’avenir. Elle redore l’estime de soi. Et ils se sont déjà prê-

tés à cet exercice devant 440 specta-

teurs, en décembre dernier au Théâtre de Vénissieux.”

Troisième grand projet de Traction Avant, La Vie nouvelle d’Eugène

True allie le spectacle de rue et le cinéma, à partir d’un texte de Ste-

phan Lhuillier, déjà auteur pour la

compagnie de Et la lune descend sur le temps qui fuit. Cette nouvelle

création tout public sera visible à partir de juillet. g

JEAN-CHARLES LEMEUNIER RENSEIGNEMENTS : 0472901184 TRACTION.AVANT@WANADOO.FR

SEUIL #9

Jeudi 20 décembre 2018 : la place des Minguettes La plasticienne Claire Georgina Daudin poursuit son investigation des seuils vénissians. Cette fois, avec Jean Gomis, président de l’Amicale de pétanque Vénissieux-Minguettes. Un après-midi de flânerie sur la place où

seule manifestation d’usage de l’espace

de village. Et ce vieil arbre, que bordait-

est planté de hautes tours identiques,

pétanque, ce sport des villes, qui anime

époque, dont témoigne ce vestige végétal,

pâles. Tout est immense: les bâtiments de par leur hauteur et leur nombre, la

place et ses proportions gigantesques.

J’erre sur le bitume vide du vaste parking débarrassé de ses étals éphémères. Atti-

rée par un relief herbeux au loin d’où émergent d’énigmatiques constructions

sur fond de cheminée fumante, je me

dirige droit vers ce paysage. Je dépasse

un rassemblement d’hommes sur une

place couverte de sable et de gravillons,

public. Je jette un œil. Ils jouent à la les centres même dans l’hiver. Je déam-

bule sur la butte verte à la pelouse lisse,

observe le fier peuplier centenaire qui l’honore, puis retourne vers la place sablonneuse. Un homme vient à ma ren-

contre: c’est Jean, le président du club de pétanque. Il me parle des activités orga-

nisées par l’association, de leur usage de

la place. Ici, sous les rangées d’arbres, on se sent entre nous, réconfortés par l’am-

biance authentique qui rappelle les places

il auparavant ? L’espace ici relie une et un usage spécifique, une pratique de

passionnés. Sans m’en rendre compte, j’ai franchi leur seuil, le périmètre discret de

leur terrain. D’autres piétons empruntent des chemins invisibles sur cette place. Les jours de compétition, la police installe des barrières pour circonscrire la zone. Sinon, des badauds, le nez en l’air, cou-

pent les terrains, au risque d’un accident. Il va falloir mettre des clôtures. Un seuil en dur va émerger ici.

g

PHOTO CLAIRE GEORGINA DAUDIN

se tient le marché. Le paysage du plateau


CULTURE

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

13

JAN MÖRGENSON À L’ALMA

Messin sans frontières es amateurs de belles

L

l’empreinte carbone en moins.

non Vénissians, 10 euros pour les

que se précipiter à l’Alma

album collectif en 2013, sur lequel

“L’association n’est pas subven-

morceau d’une minute, Jan Mör-

trice de l’Alma. Ces concerts sont

Mörgenson. La guitare dans ses

album en 2014 puis, l’année

vons accueillir un nombre illimité

découvertes ne peuvent

ce 4 mai. L’abreuvoir littéraire, musical et artistique accueille en

effet, à partir de 20 heures, Jan bras ou reposant sur ses genoux,

ce musicien de Metz au nom telle-

ment nordique nous entraîne vers

des territoires inconnus que Les Inrocks, qui n’en sont pas à leur premier voyage, décrivent comme apparentés à ces contrées vierges

jadis sillonnées par l’Américain

John Fahey. Un mélange de blues et de musiques traditionnelles qui vous font plus sûrement décoller

que le premier Latecoère venu,

Après la sortie d’un premier trente artistes jouaient chacun un

genson a enregistré un minisuivante, son premier véritable

album, Jass, Raag & Blooz. En novembre dernier, ce sera Ad

Patres, sorti sur le label Specific Recordings. “C’est à la fois simple,

beau, triste, parfois chaleureux (on

frôle presque le ragtime sur Procession), complexe et d’une grande

délicatesse, comme le récit d’une

vie en somme”, lit-on sur le site

addict-culture.

Le tarif est de 12 euros pour les

locaux.

tionnée, explique Nima, coordina-

donnés en maison, nous ne poude personnes. Le prix est donc calculé pour permettre à chaque évé-

nement de s’auto-financer. Les entrées des concerts et ateliers servent à payer directement les frais

engendrés : la communication et la rémunération des artistes. Lors

Jan Mörgenson propose un mélange de blues et de musiques traditionnelles.

nisée sur place avec des boissons,

Et, à propos d’atelier, ajoutons que

du soir consistant. Fait maison

organise le dernier atelier d’écriture

des concerts, une buvette est orga-

des choses à grignoter et un plat avec amour !”

le 12 mai, de 14 à 17 heures, l’Alma de la saison avec Malvina Migné. g

ALMA : 5 BIS, RUE DE L’ANCIENNE-GARE À VÉNISSIEUX. PRÉVENIR DE SA PRÉSENCE PAR MAIL (NIMAVIAJA@YAHOO.COM), PAR TÉLÉPHONE (09 80 36 03 64) OU PAR L’ENVOI DE SON RÈGLEMENT À L’ADRESSE DE L’ALMA.

ESPACE MADELEINE-LAMBERT

FELA BACK TO LAGOS

Lettres mortes toujours en vie

Un hommage à Fela Kuti chanté et dessiné

Du 4 mai au 6 juillet, l’espace

des employés postaux, l’exposition

sonnes décédées sont un matériau

peuple) propose une exposition de

mance de plus de cent cinquante

vie elle-même, à l’état brut, immé-

Madeleine-Lambert (Maison du l’artiste française Adrianna Wallis :

Les lettres ordinaires (Les liseurs). Diplômée de l’école des Beaux-Arts

de Barcelone, elle réside aujourd’hui à Villard-de-Lans. Ces Lettres ordinaires viennent du travail de récu-

pération par Adrianna de courriers n’ayant pu atteindre leur destina-

taire ni être retournés à leur expé-

diteur. En collaboration avec La Poste, ces lettres ont été réexpédiées à l’artiste.

Directeur de l’espace MadeleineLambert, Xavier Jullien précise :

“Composée de nouvelles œuvres sur papier, d’une liseuse en laine, de cyanotypes et d’une vidéo tournée au centre de tri de Libourne avec

se déploie à partir d’une perfor-

heures (le temps de l’exposition) en faisant appel à des lecteurs volon-

taires. Adrianna Wallis explore ainsi avec nous un foisonnement épistolaire insoupçonné. La multi-

plicité des situations des auteurs des courriers, les sentiments expri-

més et leurs destins anonymes convergent parfois avec nos pro-

pres pensées dans un mouvement d’empathie et de résonance personnelle.”

Et, pour présenter son travail, l’ar-

tiste insiste encore sur l’émotion suscitée par ces missives laissées pour compte. “Ces lettres, écrit-elle,

adressées à des parents, des enfants, des ex, des idoles, des per-

profondément touchant […] C’est la

diate, avec ses tumultes intérieurs, ses fragilités, ses espoirs et ses questionnements.” g

À NOTER Espace Madeleine-Lambert, Maison du peuple : Les lettres ordinaires (Les liseurs), exposition d’Adrianna Wallis. Vernissage le vendredi 3 mai à 18 h 30. Visite et rencontre avec l’artiste le samedi 25 mai à 15 heures. Une seconde exposition d’Adrianna Wallis suivra ce projet, au Musée des Archives nationales à Paris en octobre 2020. WWW.ADRIANNAWALLIS.COM RENSEIGNEMENTS : 04 72 50 89 10 ARTSPLASTIQUES@VILLE-VENISSIEUX.FR

Musicien, fondateur du groupe

musique de Fela Kuti (1938-

Démocratie, Loulou Dedola est

leader du parti politique MOP

Raze City Plage dans le quartier

devenu depuis quelques années,

sans lâcher la chanson, romancier (419, African mafia, paru chez Tribal) et scénariste de

bande dessinée. Après les deux tomes de Jeu d’ombres (Glénat),

qui racontait l’histoire, dessinée par Merwan et inspirée par le kémalisme, d’un jeune Turc dans des quartiers de Saint-Fons

et Vénissieux, voici que Loulou replonge dans l’Afrique qu’il

aime tant. Dessiné par Luca Ferrara, Fela Back to Lagos (tou-

jours chez Glénat) évoque la

violence de la capitale nigériane mais

aussi

l’amour

de

la

1997), inventeur de l’afrobeat et (Movement of the People), sans

cesse en lutte contre les gouvernements militaires qui asservissent son pays.

Pour accompagner la sortie de

la BD le 2 mai, l’Opéra de Lyon accueille, le 4  mai à partir de 20 heures, une soirée musicale

autour de Fela Kuti. D’interludes

musicaux en histoires vécues,

avec la complicité du percus-

sionniste Muri Ayangbola, Loulou

racontera

et

chantera,

accompagné graphiquement et en direct par le dessinateur Luca Ferrara. g

ENTRÉE : DE 10 À 15

EUROS.


CULTURE ARTS D’ÉCHO

À VENIR Buvettes des Fêtes escales Dans le cadre du festival d’été qui se tiendra dans le parc Louis-Dupic du 12 au 14 juillet, la Ville de Vénissieux propose aux associations de tenir une buvette lors de cette manifestation, en journée ou en soirée, sur un ou plusieurs jours. Seules les associations vénissianes qui ont un projet de solidarité peuvent envoyer leur candidature. Les bénéfices perçus devront être reversés pour financer des actions de solidarité. Dépôt de candidature à envoyer avant le jeudi 16 mai, par mail, à Muriel Biguey : mbiguey@villevenissieux.fr ou par courrier à : Festival Fêtes escales - Mairie de Vénissieux - 5, avenue MarcelHouël - 69200 Vénissieux . Renseignements : 04 72 21 44 98.

Aprem’ extrême

lier, qui se tient dans le cadre de Peinture fraîche festival, durera trois heures. Penser à apporter son pique-nique. 5 euros par participant. Inscriptions : rp1-bizarre@lamachinerievenissieux.fr. Tél. : 04 72 50 73 19 (du mardi au vendredi, de 14 heures à 18 h 30).

Jusqu’à

festival

de

musiques actuelles organisé par

l’école de musique Jean-Wiener, les Arts d’Écho deviennent cette

année un Aprem’ Hip-Hop qui se tiendra à Bizarre! le 18 mai. Il se

Fin de résidence

fera en partenariat avec l’école de

Poète accueilli par l’Espace Pandora depuis le mois de février, Rémi Checchetto arrive au terme de sa résidence littéraire à Vénissieux. Pour la conclure en beauté, il sera jeudi 9 mai, à partir de 18 heures, au cinéma Gérard-Philipe. Au programme : exposition de photos, restitution des ateliers d’écriture avec les participants de la résidence et lecture de l’auteur, accompagné du musicien Titi Robin. Entrée libre.

musique, la médiathèque LucieAubrac et le service Jeunesse.

Dès 14 heures, on pourra s’essayer

au street art, avec la réalisation

d’une fresque autour des icônes du rap. Tester ses connaissances sur la culture hip-hop au cours d’un blind test. Écouter les concerts du Labo

soul, accompagné par les élèves de l’école de musique, et du Labo rap

Tendances urbaines et atelier graff Le 3 mai à 20 heures, au Théâtre de Vénissieux, une soirée pour mettre en avant le travail réalisé à Bizarre ! par sept groupes émergents du Plan B : Blu Jaylah, Amalaïta Connexion, KLM, Double A, FLD Gang, Blade et la compagnie Krèmenciel. Entrée libre. Le lendemain à 11 heures, Bizarre ! accueillera un atelier graff destiné aux parents et enfants (dès 8 ans). Avec Khem, ils pourront découvrir le graffiti et la création d’une fresque participative. Cet ate-

présent

de Bizarre! Suivre un atelier Afrotronic avec des instruments électro-

Vide-greniers de Traction Avant

niques. Customiser ses vêtements streetwear et défiler ensuite avec.

Devant libérer l’ancien théâtre de la Satire, au 31, rue Vaillant-Couturier au Moulin-à-Vent, où elle stockait son matériel (meubles, décors, costumes, accessoires, etc.) sur 300 m2, la compagnie Traction Avant organise trois vide-greniers sur place, les 16 et 17 mai et le 18 juin, de 10 heures à midi et de 14 à 16 heures. Tout sera à 1 euro pièce. Renseignements : 04 72 90 11 84 traction.avant@wanadoo.fr

Ou participer encore à un set de DJ.

Morceau de choix de l’après-midi : la battle junior. Mise en place avec

l’EPJ Moulin-à-Vent, elle s’adresse aux 11-16 ans. Après inscription auprès de Bizarre!, ceux-là pourront se qualifier le samedi 4 mai, de 14

à 17 heures. Puis s’entraîner le samedi 11 mai, de 14 à 17 heures. Et enfin participer à la grande battle le samedi 18 mai. g

À BIZARRE ! DE 14 À 19 HEURES. ENTRÉE LIBRE. BUVETTE SUR PLACE. HTTPS ://BIZARRE-VENISSIEUX.FR - 0472507319. LE 7 MAI À 20H30, DANS LE CADRE DE PEINTURE FRAÎCHE FESTIVAL, CONCERT DE SLY JOHNSON ET DA BREAK.

Cinéma Gérard Philipe

12, avenue Jean Cagne 04 78 70 40 47 cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr

Classé Art et Essai

Histoires d’une nation En partenariat avec France Télévisions, le cinéma Gérard-Philipe propose, le 7 mai à 20 h 30, un épisode de la série Histoires d’une nation, diffusée sur France 2 en novembre dernier. En présence des réalisateurs Françoise Davisse et Carl Aderhold.

Nous finirons ensemble Neuf ans après Les Petits Mouchoirs — cela devient une manie après le retour de Tanguy dix-sept ans plus tard —, Guillaume Canet reprend la même bande de copains, diminuée de Jean Dujardin mais augmentée de José Garcia, pour de nouvelles péripéties sentimentalo-burlesques. Le 14 mai, l’association LSR propose un café après la projection de 14 h 30.

Menaces dans la nuit

Tarif plein : 6,70 €, tarif réduit : 5,80 €, tarif Est-Écrans : 5 € / - de 14 ans : 4 €. Carte Est-Écrans valable un an à partir de la date d’achat. Supplément : 1 € pour séances en 3D. www.ville-vénissieux.fr/cinema/grac.asso.fr/salles/64-cinema-gerard-philipe

PHOTO DON TWA

14

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

On a oublié combien John Berry, beau-père de Clovis Cornillac qui a dû quitter les États-Unis pour cause de maccarthysme (il était accusé de “sympathies communistes”), était un réalisateur important. Il suffit de revoir ou découvrir Menaces dans la nuit, son chef-d’œuvre de 1951, pour s’en rendre compte. Écrit par les blacklistés Dalton Trumbo et Hugo Butler, interprété par le blacklisté John Garfield, le film traduit la tension de l’époque, nourrie de fuites et de dénonciations. Menaces dans la nuit sera projeté le 16 mai à 14 h 30, dans le cadre de Ciné Collection.

COUP DE PROJECTEUR

Sous les palmiers, l’alliage 72E

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE CANNES

À partir du 14 mai, les caméras du monde entier seront une nouvelle fois tournées vers cette ville de la Côte

d’Azur

qui

accueillera,

jusqu’au 25 mai, quantité de stars. Les informations ont filtré au compte-gouttes. On a appris que le

jury sera présidé par le cinéaste

mexicain Alejandro Gonzalez Iñar-

ritu. Que Jim Jarmusch ouvrira la compétition avec son film de zom-

bies The Dead Don’t Die. Que le rendez-vous cinéphile sera cette année illuminé par les nouvelles œuvres de Pedro Almodovar, Arnaud Des-

sera là pour le documentaire qui

Terrence Malick, Marco Bellocchio,

Frémaux, le délégué général du fes-

plechin, Xavier Dolan, Ken Loach,

Bong Joon-ho et quelques autres. Que Claude Lelouch montrera, hors compétition, la deuxième suite de son Homme et une femme

(Palme d’or en 1966), après Vingt

ans déjà en 1986. Qu’une palme d’honneur sera décernée à Alain

Delon. Qu’Elton John présentera, hors

compétition,

son

biopic

Rocketman. Que Diego Maradona

lui est consacré — on sait Thierry

tival qui a connu ses premières

émotions cinéphiliques à Gérard-

Philipe, également grand amateur

de foot. Et que, à l’occasion du 25e anniversaire de La Cité de la peur, célébré à Cannes Collection,

tout le monde attend que Chabat et Darmon redansent La Carioca. Bref, en matière d’alliage, on n’est pas loin de l’acier. g


PORTRAIT

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

15

Les gens me voient comme une rebelle, pensent que je me fous un peu de tout. Mais c’est une façon de me protéger. En réalité, je suis tout le contraire. dans la rue. “Je devais avoir 16 ou

17 ans, se remémore-t-elle. J’ai demandé à une amie de m’accom-

pagner et je me suis lancée.”

Aujourd’hui, on peut la voir interpréter les titres des artistes qu’elle affectionne à Saint-Jean ou rue de

la République. “Dans la rue, tout

est plus naturel, plus spontané. Les gens ne se forcent pas à rester et

ça me fait plaisir de savoir qu’ils aiment ce que je fais. C’est aussi

l’occasion de me faire des contacts, pour aller chanter dans des bars, des restaurants. Le samedi soir à Saint-Jean, c’est blindé, j’adore !”

C’est à 16 ans aussi qu’Estelle ren-

Tout pour la musique Estelle Welby. Sélectionnée aux auditions à l’aveugle puis éliminée lors de l’épreuve des K.O., la jeune candidate vénissiane de The Voice n’a qu’une envie, chevillée au corps : vivre de la musique. Et elle s’en donne les moyens.

E

contre son manager, Davy Anders, lors d’un concours de chant, orga-

nisé à Feyzin, au cours duquel elle décroche le prix coup de cœur du

jury. “Pour moi, lui décerner ce prix, ça a été comme une évidence,

confie le professionnel avec qui la

jeune chanteuse travaille aujour-

d’hui à l’enregistrement d’un album. Estelle est une rebelle au

grand cœur qui a beaucoup de

choses à dire. Je l’encourage d’ailleurs à écrire car elle n’est pas

PAR : PERRINE PLATEAU. PHOTO : RAPHAËL BERT

seulement une interprète. C’est

quelqu’un de très humain qui a un

lle se présente sur scène

les 130 artistes sélectionnés sur

choses sur moi-même et sur mes

son panthéon personnel : “Freddy

vécu et beaucoup d’émotions à

cheveux

Lors des auditions à l’aveugle,

plus confiance en moi. Désormais,

d’amour pour cet artiste — et Lady

L’après The Voice pour Estelle

comme dans la vie : longs rouge

cerise,

piercings au visage et innombrables bracelets aux poignets, jean

déchiré et Dr Martens aux pieds. “Même s’il est déglingué, c’est

mon style et j’y tiens”, lance-t-elle sur un ton de défi qui semble signifier “Punk je suis, punk je resterai !”

10 000 candidats potentiels.

trois fauteuils sur quatre se

retournent. Jenifer la compare à Pink, Soprano à Evanescence —

rien de moins — mais elle choisit

déjà, je passais des heures devant

de travailler. “C’est lui qui m’a

pour ça.” À l’épreuve suivante,

fameux télé-crochet de TF1. “C’est ma tante qui m’a inscrite

au casting organisé à Eurexpo en

2018. J’ai envie de vivre de la

musique et j’ai pensé que l’émission m’apporterait une certaine

visibilité.” La voici donc parmi

LADY GAGA ET FREDDY MERCURY

mination mais aussi la nécessité

reconnaît son talent et sa déter-

anglais, c’est un peu par hasard

sur la scène de The Voice, le

que j’ai une belle voix.”

La musique, Estelle est tombée

fait la critique la plus construc-

qu’Estelle Welby s’est retrouvée

je sais que j’ai du talent, je sais

de rejoindre l’équipe de Mika qui

Née à Vénissieux en 1999 d’une

mère française et d’un père

capacités vocales. J’ai beaucoup

tive, admet-elle. J’étais venue

celle des K.O., son coach lui

conseillera de “continuer à développer son répertoire émotionnel

et musical” la laissant retrouver

le monde, loin des studios de l’émission.

Aucun regret pour la chanteuse,

bien au contraire. “Grâce à The

Voice, j’ai appris beaucoup de

dedans toute petite. “À 2-3 ans les clips de MCM à chanter et à dan-

ser !” À l’époque, à la maison, maman

écoute

Goldman

et

Mylène Farmer, papa, Eagles, AC/DC et Pink Floyd, et les grands-

parents, Balavoine et Polnareff. Aujourd’hui, à 19 ans, la jeune

chanteuse, qui apprécie tout autant le rap que le métal, est le

fruit de ce mélange. “Rock, pop,

Mercury — je ressens beaucoup Gaga. Elle a un côté provoc’ que j’aime beaucoup. Et ses chansons

m’ont beaucoup aidée à une période compliquée de ma vie.” Deux écorchés vifs donc, à l’image de cette jeune femme hypersensible qui, si elle préfère cacher ses

failles et ses souffrances — elle

évoquera à demi-mot avoir été victime de harcèlement scolaire entre 6 et 12 ans —, a trouvé dans

la musique, “un défouloir, une

échappatoire, une libération. La seule façon pour moi de communiquer mes émotions”.

UN ALBUM EN PRÉPARATION

rap, jazz, reggae : pourquoi se limi-

Autodidacte, elle s’empare d’une

faire plusieurs ?” En tête de liste de

première et décide d’aller chanter

ter à un seul style quand on sait en

guitare à 15 ans, arrête l’école en

partager avec le public.”

Welby ? Continuer à chanter, à tra-

vailler, à composer. “Je dois encore

gagner en confiance en moi pour ne plus avoir peur d’interpréter mes propres compos devant un

public. Je continue aussi à travailler le jeu de scène, le placement du

regard, pour me sentir plus à

l’aise.” L’album est en cours — “trois chansons sont déjà enregis-

trées, une en français, deux en anglais” —, photos et vidéos alimentent

régulièrement

les

réseaux sociaux et les démarches

sont entamées pour trouver des

scènes où tourner. Il y a fort à

parier que l’on entendra de nouveau parler de cette jeune Vénis-

siane à la signature vocale si singulière. g


16

SPORTS

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

ULTIMATE FRISBEE

LE 19 MAI À PARILLY

Une autre façon de faire tourner le disque

Les 10 ans de Courir pour elles

Loin de son image de loisir de plage, le frisbee, dans sa version ultimate, est devenu un véritable sport de compétition, reconnu par le Comité international olympique, et qui attire de plus en plus d’adeptes. Comme récemment à Parilly. peut ni courir ni marcher et il a

ARCHIVES RAPHAËL BERT

dix secondes pour relancer le disque. Le disque passe à l’autre

équipe quand il sort des limites du terrain, quand le joueur le laisse

tomber au sol ou quand aucun partenaire du lanceur ne l’a attrapé.”

5 000 LICENCIÉS EN FRANCE

Comme

l’avaient

prédit

des

joueurs lyonnais remplaçants, ce

sont les Strasbourgeois qui ont

P

remporté la compétition, en

devançant les Fumble de Saint-

Étienne, accédant du coup à la

L’ultimate se joue entre deux équipes de sept joueurs et le but du jeu est de progresser vers la zone d’en-but adverse en se faisant des passes.

Nationale 2.

rogrammées le samedi

dont l’objectif est de se maintenir

siane du parc de Parilly,

Pas besoin de cogiter trop long-

13 avril sur la partie vénis-

les phases retours du championnat mixte de l’ultimate frisbee en extérieur ont rassemblé une petite centaine de personnes sur

deux terrains habituellement dédiés au foot loisir. Pour cette

journée de compétition organisée

par le club des Gônes, huit équipes étaient concernées dans

une course à la montée en Nationale 2. Parmi lesquelles les Sesquidistus de Strasbourg, les

Chamber’monts disque de Chambéry, les Dahultimate d’Annecy…

à ce niveau de Nationale 3.”

temps pour assimiler les règles. Inspiré du football américain, l’ultimate se joue en extérieur

entre deux équipes de sept

joueurs, sur un terrain d’environ 100 mètres sur 35 mètres, avec à chaque extrémité une zone d’enbut. Les contacts ne sont pas

autorisés et le match est toujours auto-arbitré.

“À la manière du rugby, le but du

jeu est de progresser vers la zone

d’en-but adverse en se faisant des passes, poursuit Arthur. Un point

“Et à Lyon, il y a deux équipes,

est marqué quand l’équipe offen-

organisateurs :

d’en-but de l’équipe adverse. Le

révèle Arthur Dessez, un des l’Ultimate

des

Gônes et les InsouMixtes (ASUL),

sive attrape le disque dans la zone

“L’ultimate ne cesse de progresser,

ajoute Arthur. Il ne compte pas moins de 5 000 licenciés dans l’Hexagone, et il est reconnu. En

août 2015 à Kuala Lumpur, en

Malaisie, la discipline a été officiellement reconnue par le Comité

international olympique. C’est

indéniable, le frisbee est appelé à

se développer. On peut commencer à tout âge, et personne ne sait

vraiment bien jouer en arrivant. On progresse donc tous ensemble.

Et surtout, c’est avant tout un esprit : celui du fair-play.”

En 2018, Courir pour elles avait rassemblé 15 850 participantes. Plus de 16000 femmes sont d’ores

devrait être atteint.

elles, cette manifestation sportive

900000 euros dédiés à offrir une

et déjà inscrites à Courir pour organisée le 19 mai prochain à

Parilly. Les inscriptions sont closes

pour les 5 et 10 km course mais encore ouvertes pour le 5  km marche.

Créée en 2009 pour lutter contre

les cancers féminins par le biais

de la prévention et l’amélioration de la qualité de vie des femmes

en soins, l’association Courir pour

elles fête ses dix ans: 1500femmes

participaient à la première édition au parc Lacroix Laval dans l’Ouest lyonnais. Depuis, cette manifesta-

tion n’a cessé de prendre de l’am-

pleur et les organisateurs ont dû changer de lieu. Depuis trois ans, des milliers de femmes se retrou-

vent au parc de Parilly. Le 19 mai,

l’objectif des 19000 participantes

“En 10 ans, nous avons collecté meilleure qualité de vie aux

femmes en soins, en finançant des postes d’enseignants APA (activité physique adaptée)”, rappelle la présidente fondatrice de l’association, Sophie Moreau.

Pour info, samedi 4 mai, une reconnaissance générale est orga-

nisée en vue de la journée du 19 mai. Si vous souhaitez y parti-

ciper, vous êtes attendue à 9h30 au parc de Parilly, devant l’entrée

du Stade du Rhône: 36-38, rue du Clos-Verger à Vénissieux. La reconnaissance est ouverte à

toutes ! Des coachs bénévoles seront là pour vous encadrer. g

M.F. COURIR POUR ELLES, DIMANCHE 19 MAI AU PARC DE PARILLY. INSCRIPTIONS SUR : HTTPS ://COURIRPOURELLES.COM

Avis aux amateurs, des entraînements sont assurés tous les jeudis

soir au parc de Parilly, de 19 h 30 à 22 heures, près du terrain de rugby. g

joueur en possession du disque ne

HANDISPORT LYONNAIS

“Cela devient compliqué”

Responsable de la section foot fauteuil, Matthieu Laurent a profité de

DJAMEL YOUNSI

la journée de championnat du 13 avril, au gymnase Triolet de Vénissieux, pour nous éclairer sur cette discipline encore confidentielle, qui compte une quinzaine de licenciés sur les 280 enregistrés à Handisport Lyonnais

SPIE CityNetworks LA RÉFÉRENCE DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

omnisports.

SPIE CityNetworks Centre de Saint-Priest 6 rue de Provence 69 800 SAINT-PRIEST

“Nous n’avons que deux équipes engagées en championnat, l’une en élite

(D1) qui joue son maintien, l’autre en Division 4. Difficile d’aller au-delà. Déjà en raison d’un budget revu à la baisse chaque année. L’État, via le CNDS, nous attribuait 10000 euros annuels pour l’ensemble de nos sec-

tions. Cette année, on a droit à 2000 euros. En dépit des subventions de collectivités locales, on rame. Pour améliorer notre ordinaire, on doit

compter sur la vente des licences et l’organisation de soirées "solidaires". www.spie.com

On peut pourtant se prévaloir d’un bon niveau, à l’image d’Amine Souabni, notre capitaine, qui a été sélectionné aux championnats d’Europe 2019 en Finlande. Mais cela devient compliqué, vraiment.” g


SPORTS

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

FUTSAL SOLIDAIRE

AGENDA

Coup de pouce pour Marandan

Dimanche 5 mai ● Les basketteurs du CLAM-V

accueillent Neuville Basket au gymnase Colas, à 15 heures.

Mardi 7 mai ● Course contre la faim,

autour du stade AugusteDelaune, de 9h30 à 12 heures. Les organisateurs du collège Elsa-Triolet espèrent toucher au moins 120 élèves pour une manifestation nationale proposée par l’association “Action contre la faim”. Moyennant une inscription individuelle de 5 euros,

quelques dizaines de joueurs ont conjugué plaisir et altruisme au gymnase Jacques-Brel, le 21 avril,

pour la 4e édition du tournoi de futsal solidaire. Une

façon d’apporter leur petite pierre à l’édifice… à savoir une extension de la case Santé du village de Marandan, en Casamance, au Sénégal.

Hamdiatou N’Diaye, adjoint vénissian, membre actif de l’association “Gones de Marandan” présidée par

Ibrahim Konté, œuvre depuis quelques années pour lever des fonds, souvent modestes, en multipliant

des événements en ce sens, des manifestations socioculturelles et sportives tout au long de l’année. Rap-

pel de Hamdiatou : “Pour cette extension de maternité, et par le biais de notre partenaire Samu

Sénégal, nous avons reçu une importante quantité de matériel médical (lits, brancards, appareil d’imagerie médicale…). L’argent collecté servira à l’affrètement d’un container.” g

Samedi 11 mai ● Championnat régional

des ensembles et coupe de formation de gym rythmique organisés par le CMO-V GR aux gymnases Anquetil et Guimier, de 9 heures à 20 heures. Le lendemain, suite et fin de 9 heures à 17 heures. ● Les footballeurs du Vénissieux FC reçoivent Firminy FC au stade Gérin, à 19 heures. ● Les handballeurs du VHB accueillent Villefranche Handball Beaujolais au gymnase Tola-Vologe, à 20 heures.

Dimanche 12 mai ● Les basketteurs du CLAM-V

accueillent l’Éveil de Lyon au gymnase Colas, à 15 heures.

TOURNOIS DE FOOTBALL DES U10 ET U11

À en prendre de la graine Il fleurait bon une ambiance de tournoi des

MEETING D’ATHLÉTISME

La marche en avant Le meeting de Vénissieux ne se contente plus de

faire la part belle à la marche athlétique. D’au-

tres épreuves sont venues

s’y greffer: sprints, sauts, lancers

et

demi-fond.

Pourtant la marche reste encore un morceau de choix,

comme

l’ont

confirmé des compéti-

teurs de la région, samedi 27 avril, durant les trois

heures d’épreuves non-

stop réservées à la discipline. Deux athlètes

conquis par ses coéquipiers de l’AFA Fey-

signant deux secondes meilleures perfor-

(3000 m marche), Patrick Bonvarlet (5000 m

ont établi des chronos de haut niveau en mances françaises de la saison. D’abord l’Annécien Côme Martin, vainqueur du 5000 m marche senior en 22’ 05” 26, puis la junior Lucille Molist (Bourgoin-Jallieu) sur la même distance (24’ 42” 79).

Dans les autres disciplines, on n’a pas été

déçu de la prestation de quelques favoris. En hauteur, Prisca Duvernay de l’ESL Pierre-

Bénite a franchi 1,80 m pour échouer à 1,85 m. Et le junior caladois Franck Koua a raté une barre à 2,05 m, s’imposant tout de

même avec 2 m, tout en étant également dominateur en longueur (6,73 m). Dans cette même discipline, Gilles Florenson, jeune

zin/Vénissieux, Dominique Grizou-Vicario

marche), Michel Franck (disque et poids), Olivier Ferret (100 m, longueur et disque).

“On peut se satisfaire de la qualité de cette

réunion, s’est félicité Jean-Louis, président du club organisateur, même si on a pu regret-

ter une météo changeante et gênante, tout

comme on a souffert de la concurrence des championnats du Rhône et de Lyon Métro-

pole programmées en même temps au stade du Rhône de Parilly, à quelques foulées du

stade Laurent-Gérin. Avec 183 participants, on n’a pas atteint nos 220 concurrents habituels.”

Désormais, place au 1er tour des Interclubs

retraité de la direction des sports de Vénis-

de Nationale 2, d’Excellence et d’Honneur,

Masters (plus de 65 ans), titre également

4 mai, dès 11h30. g

sieux, est devenu champion régional des

prévus de longue date… à Parilly, ce samedi

BOXE ANGLAISE

champions en herbe, durant le week-end de

Prometteur Jessim

nis près de 400 apprentis footballeurs, les U11

Du haut de ses 11 ans et demi, Jessim

Malgré une concurrence relevée — Roanne,

En découvrant la boxe anglaise il y a 5 ans

Pâques, au stade Laurent-Gérin, où étaient réule samedi, et les U10 le lendemain.

Mokeddem affiche une rare détermination.

Dijon et l’OL notamment —, les joueurs du

au camping de Portiragnes, lors d’une ani-

Vénissieux football club (VFC) ont été de la fête,

mation de boxe proposée par des anima-

notamment lors du tournoi des U11 qu’ils ont

teurs vénissians, il a eu un déclic. “J’ai

remporté face aux Villeurbannais de l’Élite

regardé des assauts entre débutants, j’ai

Academy (2 à 0), confirmant ainsi la perfor-

essayé à mon tour, et j’ai tout de suite accro-

mance obtenue une semaine auparavant à

ché.” Tout naturellement, il s’est adressé à

Manissieux, à la Madewis Cup (défaite en finale 1-0). Kader Guechi, le coach, avait la

Filip Bafounta, responsable de l’Espace

École Sport Boxe, où il a pris une licence en

mine réjouie des grands jours. Victorieuse haut

Une autre formation a séduit, celle de l’Acadé-

offensif alléchant et efficace, notamment grâce

trop parfois. “L’important était avant tout de

à éviter les coups, à en donner à bon escient.

plaisir, et d’assister à du bon football, a conclu

il y a deux ans, à Décines. L’an dernier, j’ai

la main, sa formation a fait apprécier un jeu au réalisme de Muammer Solak, meilleur buteur du tournoi.

mie privée Mehamha, très technique, presque

proposer des plateaux de qualité, de se faire

Le lendemain, nouveau plateau de 180 joueurs

Kader Guechi, venu en éducateur apprécier

aller au bout de ses ambitions. Battue 4-1 par

le plan technique, on a vu de belles choses.”

issus de 18 équipes. Cette fois, le VFC n’a pu

une équipe de l’OL au-dessus du lot, avec en particulier le talent prometteur du meneur

Heidi, l’équipe dirigée par les frères Sassi n’a pas démérité.

17

les équipes villeurbannaises et lyonnaises. Sur Désormais, place aux tournois des catégories U6 et U7 programmés le 10 juin, lors d’un ren-

dez-vous convivial baptisé “Le jardin des débutants”. g

“éducative”. Depuis, le collégien de Grignard (Lyon 8e) a appris à se déplacer sur un ring,

gorie à l’autre? “C’est simple, courir en met-

“J’ai effectué mon premier combat sans enjeu,

tant un K-way (efficace uniquement avant

atteint la finale régionale, que j’ai perdue,

l’on récupère dès que l’on se réhydrate,

puis participé aux Inter-régions de Salon-de-

Provence. Cette année, je me suis imposé dans

cette même épreuve et dans deux catégories différentes, les moins de 57 kg et les moins de 60 kg.” Comment s’y est-il pris pour faire le poids… et en perdre pour passer d’une caté-

la pesée car on ne perd que de l’eau… que ndlr) et en faisant attention à mon alimentation durant quelques jours.”

Doublement titré, Jessim, ancien défenseur de foot au FCL, pourra participer aux cham-

pionnats de France en 2020. En changeant de catégorie. g


18

SPORTS

Mercredi 1er mai 2019 - n° 668 / EXPRESSIONS

ALVP BASKET

Place aux ambitions Les basketteurs seniors de Vénissieux Parilly ont-ils répondu aux attentes des dirigeants ? En partie, puisque l’équipe masculine évoluant en Régionale et le groupe féminin de niveau National ont assuré leur maintien. En attendant mieux l’an prochain ?

D

irigeants et entraîneurs des deux équipes concernées avaient été clairs, en

QUESTIONS À

septembre dernier. Pas question

Christophe Chabroud coach de l’équipe féminine

d’anticiper sur une accession en

Dernier match, dernier suc-

nin, et des envies de lorgner sur

dressez-vous de la saison ?

cès face à Bron. Quel bilan

Nationale 2 pour le groupe fémila Régionale 1 pour l’équipe

On le sait, la difficulté a été de

fanion masculine.

construire un groupe, un col-

“On a fait appel à un nouveau

lectif. J’avais cinq nouvelles

coach pour entamer un nouveau

joueuses, et j’étais le nouvel

cycle avec l’équipe fanion féminine,

entraîneur. N’oublions pas les

confirmait Christine Thiebault,

blessures handicapantes de

présidente du club de basket de

quelques joueuses, l’absence de

Parilly. Il n’y a pas d’obligation de

résultat, mais il faudrait assurer

Raïssa Bourhani (n°4) a été l’une des joueuses les plus en vue cette saison.

deux titulaires, notamment

assez rapidement le maintien.”

Sept bons mois plus tard, après un

Du côté du groupe masculin, pour

mois.

dernier

sa deuxième saison à la tête de

de gérer les matches. D’où l’inca-

l’équipe fanion, Lionel Dalmazon

trouble-fête.”

match

au

gymnase

Anquetil qui bouclait la saison — succès 60-48 sur Bron, le 14 avril

— l’objectif est atteint, les Vénis-

sianes finissent 5 sur 12. Créer un e

collectif était l’accord passé avec

Christophe Chabroud, l’ancien

entraîneur des U20 de Beaumarchais Lyon Métropole et des fémi-

nines en R1, N3 et N2 de Meyzieu.

En finissant en milieu de tableau, on peut dire que le contrat a été

rempli. Il était difficile d’espérer mieux après les départs à l’intersai-

son de quelques filles expérimen-

tées comme Rimbaud, Morateur et Mugeni.

nourrissait de plus hautes ambitions. Même si son équipe n’en a pas fini avec l’exercice 2019 — il

reste deux matches à jouer à Bou-

choux, puis face à Tarare à domi-

cile —, elle est actuellement classée 6e, ce qui enlève tout espoir

de podium ou d’accession à l’étage supérieur.

“On

peut

nourrir

quelques regrets, admet la présidente. On pouvait penser qu’au-

tour des hommes de base, les

renforts allaient se hisser à leur niveau, il n’en a rien été, ces der-

niers ont été trop inconstants dans

pacité à faire de l’ALVP un sérieux

Une inconstance illustrée par les

deux défaites face à Bale/SaintGenis, une formation qui va accé-

der à la Régionale 1. Cette dernière

a pourtant souffert face aux Vénis-

sians, ne s’imposant que de six

points à l’aller, et de trois au

Razanaka durant plusieurs Heureusement,

mon

groupe a joué le jeu, il a affiché

aura du répondant. Avec la pré-

même s’il n’a obtenu son main-

s’était mis d’accord sur cet

un état d’esprit remarquable, tien qu’à quatre journées de la fin du championnat, à Ozon. On

dira donc qu’on a rendu une bonne copie, et ça a été une saison plutôt cohérente.

retour. Preuve que l’ALVP avait le

L’objectif était bien évidem-

seule consolation aura été d’assu-

d’ailleurs souligné la prési-

niveau pour viser plus haut. La rer le maintien. Des changements à prévoir à la rentrée ? Certaine-

ment, ou pour le moins des ajustements. g

l’effort et surtout dans la manière

ment le maintien, comme l’a

dente. Quid de la prochaine saison ?

Est-ce que je serais là ? Je veux

repartir pour un tour, mais

avec un groupe compétitif qui

sidente, en début de saison, on

objectif : jouer les deux premières places à court ou moyen terme, afin de jouer les phases

de play-off (matches d’accession). Pour cela, il nous faut

renforcer notre groupe (au moins trois nouvelles basketteuses), l’étoffer qualitative-

ment tout en nous s’appuyant

sur notre noyau. L’idéal ? Pouvoir compter sur un effectif minimum de 12 joueuses, car rien ne vaut la concurrence. Y parviendra-t-on ?

DJAMEL YOUNSI

LES RÉSULTATS DE LA QUINZAINE Gym rythmique

Escrime

Alpes de boxe française (- 75 kg), et se qua-

lité pour les pongistes vénissians de l’ALCV,

L’équipe Nationale (- 15 ans) du CMO-V GR

lifie ainsi pour le championnat zone sud-

qui ont pris le meilleur sur Montanay (30-

Hervé Lapierre a pris la 7e place

(Coelho, Cristini, Diaz, Bechekir, Beuque)

est du 1er juin.

24), le 27 avril. Après avoir dominé Brignais

du 12e tournoi national vétéran, le 27 avril,

(34-20), l’équipe de Départementale 1 n’est

à Fareins (Ain), épreuve remportée par

pas loin d’avoir assuré son maintien.

Greg Goetz, alors qu’Aurélien Tivillier

s’est imposée à Bourgoin, le 28 avril, et se

Football

qualifie pour les championnats de France, à Brest. L’équipe Fédérale C (- 13 ans),

S’imposant 5-3 lors du derby face à Bron,

arrive 4 et se qualifie pour les “France”

avec trois buts de Fettache, Vénissieux FC

à Besançon.

a probablement assuré son maintien en

Place aux anciens judokas qui n’ont pas fait

Régionale 2, le 27 avril, au stade Laurent-

dans le détail. Martine Filiptchenko s’est im-

Gérin.

posée à Tours, le 27 avril, au Tournoi de

Dans un match sans enjeu disputé le

France vétéran. De son côté, Éric Blasco Gil

27 avril au gymnase Tola-Vologe, le VHB

est devenu champion de France de sport

a triomphé de Dijon (33-30), avec notam-

adapté, à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques).

ment 8 réalisations de Félix et 5 d’Alves.

e

Boxe française et savate En dominant Cédric Asalvi, Hakim Astrakni (Vénissieux BF) est devenu le 27 avril à

Tennis de table

Montalieu, champion Auvergne-Rhône-

Accession en Régionale 3 toujours d’actua-

accrochait une 15e place lors du pré-

Judo

tournoi.

Handball


AU QUOTIDIEN

EXPRESSIONS / Mercredi 1er mai 2019 - n° 668

EXPRESS

INTERNET Suivre l’avancée de la fibre Comme à Parilly, nombreux sont les habitants qui, via leur conseil de quartier, s’interrogent sur l’évolution du déploiement de la fibre. Ce lien vous sera sans doute utile : https://cartefibre.arcep.fr/ Sur cette carte très détaillée, des petits ronds de couleur correspondant aux adresses vous indiquent si votre logement est d’ores et déjà raccordable, en cours de déploiement, raccordable sur demande, programmé, ou s’il n’en est qu’au stade des études. En cliquant sur le rond, vous saurez également quel est l’opérateur d’infrastructure : Orange ou SFR. Pour bénéficier de la

À venir à Ifetila Café

fibre le plus rapidement possible, ces derniers vous proposent souvent de vous inscrire à un système d’alerte sans engagement par email. Attention, la loi interdit aux opérateurs — protection de la concurrence oblige — de communiquer de manière trop précise sur les dates et les lieux de déploiement. Dans les immeubles collectifs et les grands lotissements privés, notez que la démarche doit se faire collectivement au travers des instances de copropriété.

ORANGE : RESEAUX.ORANGE.FR OU COMPOSER LE 3900. SFR : WWW.SFR.FR OU COMPOSER LE 1099.

SUR LE WEB Lyko, tous les modes de transport pour se rendre à l’aéroport Retrouver sur une seule et même plateforme plusieurs modes de transport pour des trajets au départ et à destination de l’aéroport, tel est l’objectif de Lyko. Conçu par une start-up villeurbannaise, ce site web veut “satisfaire les nouveaux voyageurs à la recherche d’innovation, de fluidité et de partage”. Il gère donc le covoiturage, le VTC classique ou partagé, ainsi que la navette partagée, et bientôt — assurent ses concepteurs — les parkings et la location de voiture. Pour aller à Saint-Éxupéry, les prix s’échelonnent de 9 euros (covoiturage) à 43 euros (VTC). Lyko, qui s’est installé à Paris fin mars, revendique 2 600 personnes transportées depuis son lancement à Lyon en juillet 2018.

PLUS D’INFORMATIONS

SUR WWW.LYKO-APP.COM

ÉLECTIONS EUROPÉENNES Bureaux de vote ouverts de 8 à 19 heures le 26 mai Pour les élections européennes, le dimanche 26 mai, les bureaux de vote à Vénissieux seront ouverts de 8 heures à 19 heures. 2019 étant une année de refonte des listes électorales, une nouvelle carte va être adressée à l’ensemble des électeurs, qu’ils soient anciennement ou nouvellement inscrits sur les listes électorales. Vous pouvez vérifier votre inscription sur les listes et le bureau de vote auquel vous êtes rattaché sur le site www.service-public.fr. Les électeurs souhaitant voter par procuration doivent en faire la demande le plus tôt possible (commissariat, gendarmerie ou tribunal d’instance).

PLUS

DE RENSEIGNEMENTS AUPRÈS DU SERVICE ÉLECTIONS DE L’HÔTEL DE VILLE :

07 72 21 44 86

OU ELECTIONS@VILLE-VENISSIEUX.FR

Rédaction: 9 rue Aristide-Bruant 69200 Vénissieux. Téléphone: 0472511812. Mail : redaction@expressions-venissieux.fr Site du journal : www.expressions-venissieux.fr Paraît un mercredi sur deux sur papier recyclé.

Directrice de publication : Christiane Brundu. Rédacteur en chef : Gilles Lulla ✆ 04 72 51 18 12. Rédacteur en chef adjoint : François Toulat-Brisson ✆ 04 72 51 76 65. Secrétaire de rédaction : Perrine Plateau. Journalistes : Michèle Feuillet ✆ 04 72 51 76 63. Jean-Charles Lemeunier ✆ 04 72 51 18 12. Alain Seveyrat ✆ 04 72 51 76 84. Djamel Younsi ✆ 04 72 51 76 62. Photographe : Raphaël Bert. Assistante de direction : Ghislaine Déléaz. Stagiaire : Cassandre Jeannin. Chargé de publicité : Boris Miachon ✆ 04 72 90 95 98 Éditeur : Régie autonome personnalisée du journal Expressions. Fabrication : IPS - 01 600 Reyrieux ✆ 04 74 08 96 96. Distribution : Codice - 69 200 Vénissieux ✆ 04 72 33 04 30. Abonnement : 42 euros par an. Prix au numéro : 1 euro. Tirage 32 500 exemplaires. issn : 1151-0935

Vendredi 3 mai, de 14 à 16 heures, l’association Oyenga Simy-Flo organise son activité “Les clés de la citoyenneté”. Les samedis 4 et 18 mai, de 14 à 16 heures, activités pour enfants de 5 à 12 ans (2,50 euros avec goûter sur réservation). Lundi 13 mai, de 12 à 14 heures, repas solidaire : plat indien. Ifetila Café, 16, rue Jules-Ferry. Renseignements et réservations : 06 17 94 48 76.

Grande braderie du Secours populaire Le Secours populaire organise une grande braderie samedi 11 mai de 8 h 30 à 11 h 30 dans ses locaux, 99, boulevard Joliot-Curie. Tél. : 04 78 76 23 31. Pour rappel, une braderie solidaire est organisée tous les jeudis de 14 heures à 16 h 30, toujours dans les locaux de l’association.

Coupure de courant Pour cause de travaux, Enedis (anciennement ERDF) interrompra la fourniture d’électricité lundi 13 mai entre 8 heures et 14 h 30 à l’adresse suivante : 54, rue Joseph-Muntz.

Paëlla avec LSR... L’association Loisirs et solidarité des retraités propose une paëlla lundi 13 mai à 12 heures salle Rivat (8, bd Laurent-Gérin). Paëlla, fromage blanc, dessert, café et vin. Prix : 19 euros. Inscriptions avant le 9 mai. Tél. : 04 72 21 82 37 - 06 84 00 44 29. Mail : lsr69@orange.fr

... Et inscriptions au vide-greniers L’association Loisirs et solidarité des retraités organise son videgreniers le samedi 6 juillet sur la place Ennemond-Romand. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 2 juillet. Tarif : 4 euros le mètre (entre 4 et 10 m). Copie recto-verso de la carte d’identité à remettre avec le règlement à la Maison du peuple (12, rue EugènePeloux, 1er étage) les lundi et mardi de 9 à 12 heures et le jeudi de 15 à 17 heures. Tél. : 04 72 21 82 37 / 06 84 00 44 29.

19

CONSEILS DE QUARTIER ● Saint-Exupéry : permanence vendredi 3 mai

à 17 h 30, maison de quartier Darnaise, salle festive (45, boulevard Lénine). Président : Abdelhak Fadly ● Centre : permanence mardi 7 mai à 18 heures, foyer Paul-Langevin (13 A, avenue Marcel-Paul). Présidente : Amina Ahamada Madi ● Anatole-France/Paul-Langevin : permanence mardi 7 mai à 18 heures, maison des fêtes et des familles salle 3 (20, avenue de la Division-Leclerc). Présidente : Marie-Christine Burricand ● Parilly : permanence jeudi 9 mai à 18 h 15, foyer Marcel-Sembat (11, bd Marcel-Sembat). Président : Jean-Louis Piedecausa ● Georges-Lévy/Ernest-Renan/Moulin-à-Vent : permanence mardi 14 mai à 18 heures, salle du 44, rue Ernest-Renan. Président : Hamdiatou Ndiaye ● Jean-Moulin/Henri-Wallon : permanence mercredi 15 mai à 17 h 30, local du conseil (43, rue des Martyrs-de-la-Résistance). Président : Nacer Khamla ● Léo-Lagrange/Louis-Pergaud : permanence mercredi 15 mai à 18 heures, foyer Claude-Debussy (1, rue Claude-Debussy). Président : Aurélien Scandolara ● Pasteur/Monery : permanence mercredi 15 mai à 17 h 30, salle d'activités du groupe scolaire Pasteur (6, route de Corbas). Présidente : Sophia Brikh

MENUS DES RESTAURANTS SCOLAIRES

MENUS DU 2 AU 14 MAI Jeudi 2 : *salade coleslaw, vinaigrette maison ; poulet fermier rôti, *coquillettes (+ fromage râpé) ; yaourt nature ; fruit de saison ; *pain. Vendredi 3 : salade de lentilles, vinaigrette maison ; filet de poisson meunière, citron, carottes persillées ; flan nappé caramel ; *pain. Lundi 6 - menu bio : *tarte au fromage ; *œufs durs sauce béchamel, *épinards hachés béchamel ; *emmental ; *fruit de saison ; *pain. Mardi 7 : salade verte, gouda et cheddar, vinaigrette maison ; filet de merlu sauce crustacés, riz long ; compote de pomme banane ; *pain. Jeudi 9 : betteraves râpées, vinaigrette maison ; raviolis de bœuf à l'italienne ; compote de pommes ; sablés de Retz ; *pain. Vendredi 10 : salade de perles au thon ; filet de poisson à la niçoise, purée de céleri maison ; babybel ; fruit de saison ; *pain. Fête du pain : du 13 au 18 mai Lundi 13 : *carottes râpées, vinaigrette maison ; sauté de veau aux olives, *pommes de terre vapeur persillées ; fromage (chanteneige) ; pêches au sirop ; pain de campagne. Mardi 14 : *salade verte, dés d'emmental, vinaigrette maison ; filet de poisson pané, citron, brocolis sauce Mornay ; brioche perdue ; pain de seigle.

(*) PRODUITS BIO. LA RÉGIE DE RESTAURATION PEUT ÊTRE AMENÉE À MODIFIER LES MENUS. CES MENUS SONT CONSULTABLES SUR LE SITE WWW.VENISSIEUX.FR


Profile for Expressions

Expressions 668  

A la une de ce numéro 668 : Fake news, comment s'en protéger, les Minguettes ont la cote sur Airbnb, la Semaine de la propreté, école du Cha...

Expressions 668  

A la une de ce numéro 668 : Fake news, comment s'en protéger, les Minguettes ont la cote sur Airbnb, la Semaine de la propreté, école du Cha...

Advertisement